Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 3. Pouvoir assurer la lutte contre la violence des jeunes

Texte intégral

1Il semble bien que la société contemporaine puisse produire une soumission généralisée de ses sujets. Société disciplinaire, société de surveillance, elle amène, par divers chemins bien disposés, l’individu à se soumettre aux règles multiples de la démocratie, mais encore à s’autogérer. Quoi de mieux, comme contrôle social, comme prévention sociale, qu’un individu capable de se faire la loi, même avant qu’on la lui impose ? Mais là encore, s’il n’observe pas la loi, on voudra bien que l’individu coupable, dans un procédé fictif, se punisse lui-même.

2Dans les codes modernes, ce qui est censé fonder la loi, c’est la volonté de tous qui est supposée s’exprimer dans cette loi validée par un acte législatif d’un corps souverain. Lorsque quelqu’un a commis un crime, c’est lui-même qui, à travers la loi avec laquelle il est censé avoir accordé son consentement librement, se punit et cela via le tribunal qui prononce la sentence en conformité avec la même loi. Dans cette fiction, l’aveu est là pour que l’individu dise ce qu’il a fait mais surtout comme reconnaissance du principe de la loi pénale. En se reconnaissant coupable, il reconnaît la souveraineté de la loi et du tribunal qui va le punir et dans lequel il se reconnaît. Le coupable fonde le juge à le condamner et reconnaît dans la décision de ce dernier sa propre volonté. Il reconnaît avoir rompu le pacte social et son aveu est un pas vers la réconciliation, l’aveu étant ainsi à la racine du système punitif.

3Vérité et punition, oui, mais encore vérité qui sous-tend l’enquête et la sentence de même que la correction du coupable. Ainsi, en avouant, on reçoit la punition comme quelque chose de juste et on accepte de participer aux effets correctifs que le juge en attend. Là sont les fondements des codes modernes : on institue un drame ; on cherche à faire émerger une subjectivité qui entretient une relation signifiante à son crime. C’est là que s’introduit la connaissance du sujet comme « sujet criminel », c’est ça aussi qui fait déraper l’aveu et qui bloque le système pénal contemporain (Foucault, 1981). C’est toujours cette subjectivité qui lie codes pénaux et examens psychiatrique et psychologique du criminel développés au XIXe siècle. La psychiatrie au début du XIXe siècle fonctionne directement comme une sorte d’hygiène publique. Le psychiatre traite un malade mais s’occupe en premier d’un danger (social), ce qui fait que la folie ne peut être rien d’autre qu’un crime. On tente de démontrer que la folie par nature, et même dans ses formes les plus discrètes, est hantée par un danger absolu. La psychiatrie moderne demeure elle-même hantée par cette idée non établie et symboliquement figurée à partir des fameuses monomanies homicides. Le criminel, le fou sont amenés à se punir, à se guérir ; les autres membres de la société semblent être portés à s’autogérer, à s’autorégulariser.

4L’autogestion est un fondement essentiel sur lequel l’État mise. D’abord, l’autogestion est étroitement reliée au principe de responsabilité, car celle-ci se définit comme un processus qui conduit l’être humain à se gérer lui-même, sans qu’un appareil étatique ne soit apparemment l’instigateur de ce désir de changement. L’individu se sent responsable de sa situation et en vient à souhaiter un changement afin de devenir toujours plus responsable.

L’homme se conçoit lui-même comme un possesseur d’une sorte de capital (son « potentiel ») qu’il gère lui-même pour en extraire une plus-value de jouissance et de capacités relationnelles. Il y a en somme des individus sous-développés et en voie de développement et pour se développer, il faut littéralement investir et travailler, faire fructifier son potentiel humain (Castel, 1981 : 170).

5Dominique Frisher insistera sur le fait que l’investissement en soi, jamais fini, est une source aisée de manipulation car : « Dans ce monde où les individus se sentent de plus en plus menacés, isolés, vulnérables, le besoin d’une aide extérieure, d’un lieu d’expression ne fait que s’accroître » (Frisher, 1977 : 9).

6En fait, cette autogestion se marie bien avec de nouvelles méthodes de contrôle qui exposent l’individu. On se dirige graduellement vers une société programmée et il semble que toutes ces mesures de contrôle font dorénavant partie intégrante de notre environnement et de notre mode de vie. On veut tout prévoir et contrôler : « Étroitement liée à l’ordinateur, on trouve la société actuarielle ou prédictive où les décisions nous concernent non pas en tant qu’individu à part unique ou selon notre conduite actuelle, mais en tant que membre d’une catégorie statistique avec une probabilité donnée d’agir d’une manière prévisible dans l’avenir » (Marx, 1988 : 153). Du même coup, les échanges et les regroupements d’informations entre les différentes institutions accentuent la transparence des vies et les besoins nouveaux dont celui de s’intégrer, de s’adapter continuellement. Liés à ces besoins que l’individu cherche à rencontrer se trouvent les médias.

Il est peu pratique et coûteux pour l’État de surveiller tout le monde constamment. Il est bien plus efficace de capter l’attention du public par un stimulant qui transmet les messages directs et indirects sur la conduite correcte à tenir, accompagnés de contes moraux sur le sort de ceux qui s’écartent du (droit) chemin (Marx, 1988 : 155).

7La société de sécurité maximale peut comprendre divers sous-types de sociétés. Une société programmée se réfère à l’atténuation des problèmes en visant « la cause directe » ou en affaiblissant le suspect, comme on tente de le faire, par exemple, avec l’utilisation de médicament ou de la castration. Ce type de société vise donc la prévention en passant par le modelage de certaines caractéristiques environnementales, sociales et physiques. La société de dossiers se réfère à l’accroissement d’informations que diverses instances possèdent sur la vie et les habitudes des gens. L’informatique facilite la surveillance approfondie et à grande échelle : on peut compter, dans cette catégorie, les compagnies de crédit, les dossiers de santé et les opérations bancaires par voies électroniques. La société actuarielle, quant à elle, circonscrit les gens dans des catégories statistiques afin de prédire certains « agirs » ; l’évaluation du risque est ainsi prélevée. La société d’» autosurveillance » est celle où l’individu se surveille lui-même, où les gens se surveillent également entre eux. On pense ici à de nombreux gestes quotidiens comme l’écoute des conversations téléphoniques, le passage à travers des lieux de contrôle (p. ex. un livre magnétiquement étiqueté à la bibliothèque), tout cela au profit d’une « autoprogrammation » qui se fait de plus en plus subtile. Les médias sont également un moyen efficace de surveillance en ce sens qu’ils véhiculent des messages directs et indirects sur la manière préconisée de se comporter en société d’aujourd’hui. La société poreuse est celle où la discrétion perd de sa force pour exposer les sentiments et pensées de ses membres ; la visibilité de ce qui faisait d’abord partie de la vie privée est désormais accrue et la surveillance est dès lors plus intensive et tranchante. On se réfère ici, par exemple, aux systèmes de sécurité de certaines boutiques qui peuvent fournir certaines données audiovisuelles et digitales sur les « agirs » des employés comme sur ceux des clients. On retrouve également dans cette catégorie les analyses d’haleine, les appareils de détection d’odeurs, de mouvements, de pressions, les nouveaux processus pour retourner dans l’inconscient. Enfin, la société soupçonneuse réfère au soupçon que chacun entretient vis-à-vis l’autre : les cartes d’identité, les détecteurs de métaux, les tests de drogue et de SIDA font partie de ce genre de société.

8L’« autosurveillance », l’autogestion, l’« autoadaptation » continues conduisent tout droit à la performance de soi. La performance d’un individu épouse bien celle du travail et la « personnalité » y joue parfois tous les rôles. On voudra en améliorer l’efficacité par tous les moyens possibles.

9La performance n’a pas pour objet qu’elle-même, pourrait-on dire. Elle est dénudée de sens, elle apparaît détachée de tout, pourtant elle peut joindre le plus intime de nous aux institutions qui veulent aussi se soucier de nous. La tyrannie de l’intimité

nous fait mesurer la réalité sociale à l’aune de la psychologie. Dans la mesure où cette tyrannie triomphe, la société elle-même est déformée […] L’intimité est à la fois une vision des relations sociales et une exigence. Seul compte ici ce qui est proche ou immédiat. Plus cette tyrannie de la proximité s’impose, plus les gens cherchent à se libérer des coutumes, des manières sociales, des codes, etc., pour s’ouvrir de façon inconditionnée les uns aux autres. Les rapports humains intimes sont censés être chaleureux. On cherche aussi une sociabilité plus intense, mais la réalité vient démentir cette attente […] Je pense que l’échec de l’intimiste est dû à un long processus historique, dans lequel l’idée même d’une nature humaine a fait place à cette notion instable et déconcertante qu’est la personnalité (Sennett, 1979 : 274).

10La performance de soi en vient à un point où elle tente de rejoindre la performance du système. Celui-ci

ne peut fonctionner qu’en réduisant la complexité, d’une part ; et de l’autre part, il doit susciter l’adaptation des aspirations […] individuelles à ses propres fins. Réduire la complexité est exigé par la compétence du système quant à la puissance. Si tous les messages pouvaient circuler librement entre tous les individus, la quantité des informations à prendre en compte pour faire les choix pertinents retarderait considérablement l’échéance de la décision, et donc la performativité. La vitesse est en effet une composante de la puissance de l’ensemble.

On objectera qu’il faut bien tenir compte de ces opinions moléculaires si l’on ne veut pas risquer des perturbations graves. Luhmann répond, et c’est le second point, qu’il est possible de diriger les aspirations individuelles par un processus de « quasi-apprentissage », « libre de toute perturbation », afin qu’elles deviennent compatibles avec les décisions du système. Ces dernières n’ont pas à respecter les aspirations : il faut que les aspirations aspirent à ces décisions, du moins à leurs effets. Les procédures administratives feront « vouloir » par les individus ce qu’il faut au système pour être performatif. On voit de quel usage les techniques télématiques peuvent et pourront être dans cette perspective (Lyotard, 1979 : 99-100).

11Le critère de performance a peut-être un avantage.

Il exclut en principe l’adhésion à un discours métaphysique, il requiert l’abandon des fables, il exige des esprits clairs et des volontés froides, il met le calcul des interactions à la place de la définition des essences, il fait assumer aux « joueurs » la responsabilité non seulement des énoncés qu’ils proposent mais aussi des règles auxquelles ils les soumettent pour les rendre acceptables. Il place en pleine lumière les fonctions pragmatiques du savoir pour autant qu’elles semblent se ranger sous le critère d’efficience : pragmatiques de l’argumentation, de l’administration de la preuve, de la transmission du connu, de l’apprentissage à l’imagination (Lyotard, 1979 : 100-101).

12Le critère de performance suggère une forme d’adaptation permanente, spontanée, dénuée de valeur fondamentale si ce n’est celle du système mais celle-ci est mutante. Une poursuite effrénée d’adaptation est-elle compatible avec la nature humaine ? Voilà une autre question. En d’autres termes, est-ce qu’une telle poursuite risque d’amener davantage de désordre, de déséquilibre, d’» inadaptation » chez l’individu ?

13Le système nerveux, dont le cerveau fait partie, s’est développé pour assurer une meilleure adaptation de l’individu à son environnement, gage de survie. Or, cette survie nécessite une action ajustée et une constante adaptation de l’organisme par l’appréciation des effets de l’action. Réflexion et action se conjuguent ainsi pour assurer l’équilibre de l’organisme (corps et esprit). S’adapter dans ce sens consiste à « agir » pour faire face aux dangers de l’environnement, agir pour améliorer sans cesse ses conditions de vie, satisfaire ses besoins, tirer profit des événements (Sirim, 1984 : 30).

14Mais attention, tirer profit d’un événement suppose qu’on ait trouvé un lien de convenance avec ce dernier. Il s’agit d’une adaptation au sens fonctionnel, c’est quelque chose qui convient ; ce n’est pas quelque chose qui correspondrait à l’événement ou ce n’est pas une adaptation où l’on suppose la survie du plus fort (réalisme métaphysique), compte tenu de la persistance qui agirait finalement comme seul critère de sélection de l’espèce en cause. Deux possibilités se présentent alors : ou une espèce convient à son environnement (et aux autres espèces) ou elle n’y convient pas ; autrement dit, elle survit ou disparaît (von Glasersfeld, 1988 : 24). L’organisme ne s’adapte pas à la réalité, les idées ne s’adaptent pas à la réalité, mais l’environnement, en limitant ce qui est possible, anéantit ce qui n’est pas apte à vivre. C’est un monde de contraintes qui nous entoure à cet égard, non pas un monde où chaque cause aurait son effet. Notre connaissance ne reflète pas une réalité ontologique objective, mais concerne plutôt un monde constitué par nos expériences. Ce monde constitué par nos expériences relève de notre désir d’adaptation, de notre désir de vivre, de la même façon que notre désir de vivre s’organise autour de ces expériences. Que l’individu soit déconnecté de ce type de liaison pour devenir redevable d’une correspondance à l’événement ne peut qu’avoir des conséquences néfastes sur celui-ci.

15Autogestion, performance mènent tout droit à cette espèce d’assujettissement où le rapport à soi est constitué des rapports du pouvoir, en particulier de ses contrôles, de ses surveillances, de ses préventions. Contrôler, signaler, prévenir agissent sur chacun à leur façon dans ce qui devient une routine pour contrer la violence des jeunes alors que code pénal et mesures associées cherchent à assurer la sécurité, gage de réussite et de performance. Contrôler, signaler, prévenir peuvent faire voir la nécessité du pénal, mais laissent aussi entrevoir comment l’autorité, le représentant de la loi vient chercher toute son énergie pour opérer au sein même des individus et des groupes qui peuvent subir les mesures pénales. Contrôler, signaler, prévenir peuvent ainsi s’amalgamer, se compléter, se partager leurs cibles qu’ils saisissent dans un mouvement de va-et-vient continu où il est bien difficile de dire ce qu’est un contrôle, comment s’institue un signalement, en quoi consiste la prévention.

16Contrôler, signaler, prévenir font partie de notre société, font partie de notre sécurité, de notre « développement » comme individu et comme groupe, même si on y laisse de sa liberté, même si l’équilibre est parfois précaire entre se rassurer et se développer. Si contrôler, signaler, prévenir sont imprégnés au sein de l’individu adulte, il n’est pas surprenant que le jeune, et surtout le jeune violent ou celui à risque de le devenir, soit d’autant plus touché.

3.1 − CONTRÔLER ET PUNIR

17Les contrôles s’imposent de bien des façons sur le jeune. Ils peuvent atteindre les limites de la force au sein de l’appareil pénal comme joindre des mesures éducatrices de persuasion au sein de l’école ou de la famille.

18Deux exemples nous aident à comprendre comment punitions et contrôles opèrent : des jeunes dans un centre d’accueil (milieu fermé), des jeunes dans une école (milieu défavorisé).

19D’abord, les principes du centre d’accueil qui servent de guide d’action dans la planification, la dispense et l’évaluation des services :

  • le jeune et son milieu naturel ont la capacité de contribuer à la résolution de leurs problèmes ;
  • une approche individualisée est favorisée pour maintenir une adéquation entre les niveaux de besoins et l’incapacité temporaire du jeune et de son milieu naturel ;
  • les valeurs socio-culturelles présentes dans l’environnement du jeune doivent être prises en compte ;
  • l’élément humain constitue le moyen privilégié d’intervention.

20On ne peut rien reprocher à cette déclaration de principe. Toutefois, on verra bien que le milieu clos oblige et qu’il place usagers et personnel dans une situation quasi impossible compte tenu justement de ces principes. Le déroulement du quotidien dans un de ces centres est révélateur à cet effet.

21Les jeunes qui sont admis dans ce centre d’accueil sont âgés entre douze et dix-huit ans et peuvent aussi bien être catégorisés comme contrevenants (délinquants) ou cas de protection. Le centre tente de fournir au jeune un milieu dans lequel il pourra évoluer le plus sainement possible vers l’acquisition de meilleures habitudes de vie et de travail. En effet, le nouveau venu est considéré comme éprouvant de la difficulté à se maintenir dans un milieu scolaire régulier, à se trouver un emploi ou à en conserver un. Pour l’aider à transiger avec ces difficultés, le personnel du centre utilise deux approches, à savoir la thérapie de la réalité, en vue de fournir un cadre d’intervention, et l’approche behavioriste afin de fournir la mécanique nécessaire à l’actualisation des buts poursuivis.

22Prenant pour acquis que le cadre institutionnel est un milieu artificiel, la programmation est orientée de façon à « imiter » le plus possible les situations que le jeune aura à vivre à l’extérieur du centre. Cette programmation est donc axée sur la notion de « journée-travail », accompagnée d’un salaire avec lequel le jeune paie sa pension, ses vêtements, ses cigarettes, etc. L’idée est de forcer le jeune à se prendre en main et de le forcer à vivre les réalités de la vie en créant un climat qui favorise les prises de responsabilités. Le jeune pourra alors profiter des conséquences qui découlent de ses actions.

23L’adolescent devra démontrer ses capacités dans trois sphères d’activités, soit le travail, les loisirs et les routines quotidiennes. Dans chacune de ces activités, il sera évalué par rapport à l’horaire, à l’utilisation de l’espace et des objets dont il a la responsabilité, à l’observation des règles et au respect de la personne tant verbalement que physiquement. Le tout se déroule dans un processus de cinq étapes, que le jeune aura à traverser au cours de son séjour, et qui favoriseront : 1) le conformisme ; 2) l’adaptation ; 3) l’implication personnelle ; 4) la responsabilisation ; 5) l’autonomie. Le passage de ces étapes devrait aider le jeune à acquérir un comportement socialement acceptable, c’est-à-dire une façon plus adéquate de satisfaire ses besoins.

24L’adolescent qui séjourne dans un milieu fermé est soumis à un contrôle serré qui lui est imposé. Le jeune doit vivre selon une programmation stricte et ce quotidiennement. Il doit se plier à un horaire journalier qui est conçu dans le but de contrôler rigoureusement chacune de ses activités, voire même chacun de ses mouvements. Tous ces faits et gestes sont scrutés et surveillés scrupuleusement. On note le déroulement complet de la journée du jeune dans un cahier de bord et de plus, chacun de ses comportements, de ses gestes, de ses attitudes font l’objet d’observations qui servent à construire son plan de traitement. Le jeune aura à respecter l’horaire du matin au soir, du lundi au dimanche et presque minute par minute puisque chaque activité commence à heure fixe et se termine à heure fixe. Ainsi, on décide quand l’adolescent doit se lever ; on l’oblige à se brosser les dents, à se laver la figure, à se peigner etc., et cela dans un temps limité puisqu’il sera évalué en conséquence. On a la mainmise sur ses attitudes et son humeur, le jeune devant respecter les personnes qui l’entourent même s’il n’a pas choisi de vivre avec elles ; il doit supporter ces dernières − bon gré, mal gré. L’utilisation que le jeune fait de l’espace physique est aussi contrôlée : il ne lui est pas permis de se mouvoir à sa guise dans le centre. Il doit être là où on lui dit d’être et pas ailleurs. On a également une emprise sur le matériel mis à sa disposition, car s’il n’en prend pas soin, l’endommage ou le brise, il recevra alors des sanctions sévères.

25En fait, le jeune n’a d’autres choix que de suivre la procédure établie pour chaque période de la journée. De plus, on exerce une pression supplémentaire sur ses « frêles » épaules en l’évaluant à tout moment de la journée, jour après jour, par un système de cotation par points. Cela l’oblige à fonctionner selon les règles qu’on lui impose, car de cette cotation dépendent les privilèges dont il pourra bénéficier (sorties à l’extérieur, heures de coucher plus tardives, etc.). C’est en fait un moyen de contrôle encore serré qui étouffe le jeune peu à peu jusqu’à ce qu’il n’ait d’autres choix que celui de se conformer.

26Toute la journée, toute la semaine, il devra manger, accomplir des tâches obligatoires, s’adonner au sport, participer aux ateliers, se doucher, nettoyer sa chambre et se coucher lorsqu’on lui dira de le faire sous prétexte de lui faire adopter un mode de vie plus adéquat. On le surveille même la nuit puisqu’il y est évalué au même titre que dans tous les autres blocs d’activités et selon la même procédure. De plus, il doit respecter la bienséance comme s’asseoir convenablement, ne pas élever le ton de la voix, être poli et respectueux, ne pas parler de choses jugées marginales ou déplacées. L’adolescent n’a pas non plus la possibilité de communiquer avec qui il désire soit par courrier ou par téléphone. Par exemple, le temps alloué pour un appel téléphonique est de cinq minutes au maximum et l’éducateur doit assister à la conversation puis noter les propos tenus. On décide qui est digne de confiance et qui ne l’est pas. Les visites que peut recevoir le jeune sont limitées à une fois la semaine à jour fixe, et seules la famille étendue ainsi que la famille d’origine peuvent en bénéficier.

27D’ailleurs, ce genre de contrôle se poursuit même à l’extérieur du centre, lors des sorties provisoires. On décide des heures de sortie et des heures de retour. On interdit de fréquenter certains endroits, certains individus et on dicte des règles strictes sous peine de révocation. Une fois le jeune chez ses parents, on effectue des contacts téléphoniques afin de vérifier si tout se passe bien, à savoir si l’adolescent respecte les consignes. Lorsque le jeune revient de sa sortie, il doit se soumettre à une fouille complète et l’on contrôle tous les objets qu’il rapporte de chez lui. Certains lui seront confisqués temporairement ou retirés définitivement pour des raisons de sécurité ou de bonnes mœurs.

28Bien sûr, il est fréquent que le jeune se révolte et refuse de suivre les règles. Toutefois, le centre d’accueil est doté de méthodes qui lui assurent un contrôle encore plus large, soit le renvoi en chambre ou l’utilisation de la chambre d’isolement. Bref, le contrôle est maximum et le jeune est pris dans un étau dont les mâchoires ne se desserrent pas facilement. On peut voir l’écart immense entre les principes directeurs de l’institution et le déroulement de ce qui se passe. Le contrôle excessif n’a rien pour favoriser le sens des responsabilités, ni plus n’a-t-il la faculté d’encourager le développement, l’autonomie, non plus peut-il véritablement préparer à une vie convenable.

29Il faut dire qu’après un certain temps en institution, le jeune ne se bat plus, il perd le sens même des responsabilités et de l’autonomie. Il est « surprotégé » par un milieu artificiel. De plus, ce milieu ne ressemble en rien au sien ; il ne correspond ni à ses propres valeurs ni à ses propres réalités. Mais ce sont les valeurs et les réalités de l’institution qu’il doit incorporer et respecter.

30Qui plus est, le contrôle pourra s’étendre à la famille. C’est le délit ou le danger que le jeune représente qui servira de prétexte pour intervenir auprès des parents. Ainsi, le problème conduit à une première évaluation du jeune qui servira à juger son sentiment de culpabilité et son niveau d’acceptation de la responsabilité face à ce sentiment. En plus de vouloir connaître les motifs qui ont poussé le jeune à perpétrer un méfait, on désire connaître la cause de cette déviance au sein de la famille alors que l’on implique les parents dans l’évaluation des faits ou des circonstances reliées au problème ; on en profite pour faire l’autopsie de la famille qui est présumée apporter la réponse aux actes du jeune. On s’informe d’abord de l’adolescent lui-même, à savoir de son comportement général à la maison, à l’école, en société. On tente de savoir quel type de contrôle est exercé sur le jeune (Les règlements sont-ils clairs ? Le jeune les respecte-t-il ? Qui fréquente-t-il, amis, endroits ? Quels sont ses loisirs et ses activités diverses ? Quelle est sa réaction face au délit ?, etc.). Ensuite, le contrôle devient plus subtil. On interroge les parents sur la situation familiale, la composition de la famille, l’histoire de la famille, les activités sociales et professionnelles. On se concentre sur certains faits compte tenu de la définition de la responsabilité qui revêt un sens très large. En fait, on juge les individus et non les faits reliés au problème. Cela aide à conclure si l’exercice des fonctions parentales est suffisant et adéquat. On décide s’il s’agit d’une famille stable ou instable, protectrice, surprotectrice ou négligente, saine ou malsaine. Déjà, à partir de là, on peut intervenir auprès de la famille en décidant de retirer le jeune de son milieu, alléguant que sa sécurité et son développement physique et psychologique sont menacés. Lorsque la famille est perçue comme dysfonctionnelle ou désorganisée, l’intervention est jugée nécessaire. Le contrôle est donc en relation directe avec la situation familiale et son intégration sociale. Au moment où le jeune séjourne en institution, on implique les parents dans les prises de décision concernant leur jeune. Cependant, on leur dicte quoi faire, on définit quel est le problème et quelles sont les solutions à envisager pour le résoudre. Ces recommandations, ces conseils cachent en fait une source de contrôle, les objectifs à atteindre étant déjà tous déterminés. Il ne reste alors qu’à convaincre les parents et l’exercice n’est pas si difficile étant donné la position souvent précaire de ceux-ci. Ainsi, il faut rétablir l’équilibre entre le jeune et son milieu. Il faut changer les habitudes de vie du jeune, exploiter et développer son potentiel, lui fournir de nouvelles valeurs. Si tout cela n’existe pas dans son milieu, il faut donc aussi changer le milieu. La complicité des parents est essentielle. Lors de la réintégration du jeune dans son milieu, on s’assure à nouveau de la collaboration des parents dans le cas où le jeune ne respecterait pas les conditions prescrites. On fait peser le poids de la responsabilité de la rééducation sur leurs épaules. Bref, le contrôle ne s’étend pas uniquement au niveau du jeune en institution mais aussi au niveau du milieu parental et presque jusque dans la vie privée des parents selon l’implication de certains éducateurs.

31Les longues descriptions sur la rééducation en institution peuvent rappeler que la rééducation dont on parle s’apparente trop souvent à l’accommodation à un lieu d’enfermement d’où l’on veut sortir. L’insistance sur la rééducation étant si forte, la rééducation si obligatoire, le jeune trouve plus facile de se réfugier dans la « guérison » d’une maladie dont il est porteur plutôt que de lutter sans cesse afin de signifier ses conflits. Les parents peuvent en faire autant.

32Les écoles se différencient facilement des milieux fermés ; le jeune n’y est pas sous l’empire de l’institution 24 heures par jour et cela pendant des mois. Il peut organiser sa vie, en partie tout au moins, se bâtir une identité, identité qui se construit au jour le jour et où l’école n’est souvent amenée à jouer qu’un rôle minimal − peut-être même que l’école ne joue plus ce rôle éducatif qu’on lui conférait. L’exemple que nous utilisons pour illustrer les contrôles exercés à l’école apparaît extrême à première vue, les moyens de contrôle utilisés à ce niveau se montrant même extravagants. Nous nous situons à New York dans les écoles les plus agitées et les plus surpeuplées. C’est là que Devine (1996) dirige un programme de prise en charge des élèves par de jeunes tuteurs poursuivant des études universitaires. Devine reconnaît d’emblée que « les adolescents associent très directement l’école aux agents de sécurité, aux stratégies policières et aux dispositifs de délation des armes » (Devine, 1996 : 167). Il décrit d’ailleurs la défense de l’école contre ses pupilles :

Le dispositif de sécurité d’une école peut comprendre la carte d’identité électronique, où sont enregistrés divers renseignements sur l’élève (absence, mauvaise conduite) ; les détecteurs de métaux (à main, aussi bien que du type de ceux que l’on fait franchir aux passagers dans les aéroports) ; les tapis automatiques, qui actionnent un feu rouge ou vert et sélectionnent ainsi les élèves à inspecter (un sur trois ou quatre, par exemple), et dont on se sert les jours où l’on a décidé de ne pas soumettre tous les élèves au balayage afin de couper court aux accusations de favoritisme ou de discrimination de la part d’élèves qui auraient pu se plaindre d’avoir été choisis de façon arbitraire ; des walkies-talkies couplés à un microphone fixé au revers de la veste, dont tous les agents de sécurité et tous les préposés à la surveillance des couloirs sont munis, afin d’être en communication constante les uns avec les autres ainsi qu’avec un poste de contrôle central (grâce au microphone, semblable à celui dont sont équipés les patrouilleurs de la police des États américains, l’interlocuteur ne sait jamais si sa conversation avec l’agent n’est pas entendue d’une tierce personne qui est à l’écoute dans un autre lieu) ; les téléphones de secours, installés dans chaque salle de cours afin que le professeur puisse communiquer instantanément avec un poste de garde central ; et un système de serrures métalliques relié à la sonnerie du système de prévention des incendies, qui interdit certains accès, sauf en cas d’urgence. On étudie la possibilité de petites grenades de poche émettant un son perçant dès que la goupille est retirée, que les professeurs pourraient lancer dans le couloir s’ils devenaient incapables de maîtriser un groupe (l’agent en faction serait normalement alerté et pourrait intervenir aussitôt) ; enfin on a, dans les cartons, des radios-bracelets émetteurs-récepteurs permettant au professeur de communiquer avec le poste de garde central (Devine, 1996 : 168).

33L’école peut devenir un lieu d’apprentissage à la délinquance, au moment même où, à la maternelle, elle n’offre qu’un « capital culturel » étranger au jeune, au moment où elle perpétue à sa façon la violence familiale (Bourgois, 2001 : 211-227). Le jeune n’aura de choix que de former des alliances avec des pairs, d’apprendre à maîtriser les techniques de la rue ; cet apprentissage débute à l’école en tout bas âge et se poursuit jusqu’à l’adolescence, moment où le jeune pourra enfin quitter l’école et rentrer dans la marginalité de façon autonome.

34Les écoles du Québec n’ont pas la réputation peu enviable de certaines écoles américaines bien que l’on tente de suivre le même modèle coercitif. En effet, police et école tentent de former équipe contre la violence des jeunes comme si ce partenariat ne posait aucun problème.

35La présence policière dans les écoles, recherchée par les établissements scolaires et les services de police,

repose sur une vision moderne de collaboration entre les organismes d’une société démocratique où service de police et établissement scolaire doivent être considérés comme des partenaires […] non seulement pour assurer la sécurité des personnes et des biens, mais aussi pour atteindre un objectif d’éducation à la citoyenneté des jeunes et des adultes qui sont en formation (Québec, sans date : 5).

36L’école, comme moyen d’éduquer, de former, d’aider, a pris un tournant assez redoutable dans les dernières années et ce non seulement à New York. L’école est devenue un milieu où sécurité, police, surveillance ont fait leur entrée constituant des éléments essentiels, mais encore des éléments détachés de l’éducation. C’est une filière indépendante très souvent, et si importante que certains adolescents en viennent à identifier l’école à un milieu de surveillance sans plus. Le professeur, son enseignement, sa parole et sa valeur de guide, de conseil, de support peuvent se réfugier derrière cette sécurité. L’école n’a plus le même sens. La peur de la violence fait balancer l’école vers une sorte de guerre contre des jeunes qu’il faut malgré tout scolariser.

37Contrôler la violence des jeunes est loin de ne s’exercer qu’à l’école ou au centre d’accueil. En effet, le contrôle peut s’imposer par d’autres modes institutionnalisés au sein même des domaines de la justice, de l’éducation, de la santé. La justice représente habituellement l’appareil de dernier recours attitré à la violence des jeunes, alors que l’éducation, la santé (et les services sociaux) constituent des appareils non spécialisés en matière de violence, mais intervenant auprès du jeune au moment où sa violence serait en voie de devenir. Les modes informels de contrôle se retrouvent principalement au niveau des groupes primaires comme la famille, les groupes de pairs, parfois certains clubs sociaux ou certains programmes communautaires.

38Une violence est institutionnalisée quand un organisme public se charge de développer les mécanismes nécessaires pour résoudre ce qu’il considère un mal d’ordre social, quand il convient des réponses à donner face à des comportements jugés déviants et nuisibles à l’intérêt public. La théorie soutenue par un tel organisme établit les principes nécessaires à la manipulation du mal à combattre. Ainsi, l’agent de contrôle chargé de faire face au mal social doit définir qui est le jeune qu’il veut cibler, quelle action il veut prendre à son égard. Il doit justifier la dénomination de violent qu’il lui donne et prévoir dans quelles circonstances une telle appellation peut être utilisée. En même temps, la carrière de violence du jeune se trouve institutionnalisée, ses rites de passage étant établis et les moyens de répression déterminés. Par exemple, s’agit-il davantage d’un jeune violenté, d’un jeune avec trouble de comportement ou d’un jeune délinquant ? Ces catégories préétablies en quelque sorte obligent à divers niveaux.

39Le processus propre à l’institutionnalisation de la violence est de première importance car il pose les bases qui à la fois déterminent la violence et la répriment, c’est-à-dire décrètent les règles selon lesquelles tel acte est dit violent et les normes permettant de combattre cette violence.

40Par exemple en regard du jeune au sein de l’appareil pénal, deux agents principaux de contrôle social entrent de façon bien différente en ligne de compte : il s’agit du corps policier et du personnel de la Cour. Chacun de ces deux agents possède son système propre basé sur des expériences de travail différentes. L’agent policier, de par son contact direct avec le jeune, possède une perception concrète de l’acte dit violent et une perception acquise liée à la culture occupationnelle que lui procurent ses échanges avec des personnes précises (médecins, patrons, thérapeutes de tout genre) dans son travail. Ses propres perceptions sont principalement basées sur les vues qu’il a déjà de la violence et sur les interactions qu’il vit avec le jeune. Mais pour que son travail devienne efficace, l’agent de police doit systématiser ses perceptions et il se construit un système de conception qui lui permet de prédire à l’avance la violation de la norme. Ainsi, il en vient à catégoriser l’individu violent qu’il rencontre et l’acte marginal que celui-là pose dans une perspective qui lui permet de prédire et d’interpréter une attitude. Le personnel légal (la Cour), pour sa part, est beaucoup plus éloigné de la scène de la présumée violence et ses perceptions de la violence sont beaucoup plus abstraites. Ce qui semble important dans le travail de la Cour n’est pas spécialement les actions de l’individu sur la scène de la présumée violence, mais plutôt la recherche pour voir si le présumé jeune violent s’inscrit dans une catégorie typique de jeunes violents telle que conceptualisée par la Cour. Le personnel de la Cour possède tel préjugé sur telle catégorie de violence et, d’après l’accusation portée, il essaie de voir si l’accusé ne correspond pas à ses conceptions de tels groupes de délinquants. Mais là encore, les catégories sont très importantes dans une perspective d’efficacité pour le travail à accomplir.

41Au sein du personnel légal, les juges occupent une place particulière. En général, leur opinion est le reflet de l’opinion de ceux que l’on peut qualifier de conformistes dans une société donnée, lesquels se font porte-parole de toute la société. Les juges se font menaçants, souples ou sévères vis-à-vis de tels délits selon que ces délits sont perçus comme dommageables ou non. Il est très difficile pour le juge de s’écarter de cette position parce que pour se faire défenseur d’une société, il se doit d’être à l’image de celle-ci. Il en arrive à réprouver un acte parce qu’il est perçu comme affectant l’ordre social dont il se dit le protecteur. Le juge sanctionne donc une représentation, un comportement qui enfreint des lois imprégnées des valeurs morales et des intérêts de groupes possédant des moyens de pression sur les gouvernements ; les faits et gestes sanctionnés ne sont pas en eux-mêmes nécessairement mauvais. La peine est la sanction sociale provoquée par l’infraction à la norme. C’est elle qui mesure la gravité des troubles causés par l’acte répréhensible dans la conscience collective : plus cette conscience est traumatisée violemment, plus la peine est sévère et l’individu porteur doit en subir les conséquences.

42Les agents de contrôle social, dans leurs intentions de faire face à des conduites violentes, procèdent donc à beaucoup de catégorisations et de systématisations qui deviennent partie d’une organisation de routine. Ce travail d’institutionnalisation contribue à fonder l’identité du jeune en tant que jeune violent et à l’ancrer dans sa marginalité. Mais même après que les jeunes ont cessé leurs relations avec les agents officiels de contrôle social, ces catégories continuent d’influencer le cours des interactions avec le sujet dit violent. Le citoyen acquiert le plus souvent ses connaissances sur le jeune violent par la voie des agences officielles de contrôle, soit dans ses contacts avec ces agences, soit par les pratiques connues ou manifestées de ces agences, soit par ce qui est transmis dans les médias. Suite à cet acquis, le citoyen retire souvent la confiance qu’il accordait habituellement à ses semblables au moment où il les reconnaît comme correspondant aux représentations données par les appareils de contrôle.

43Ces deux modes de contrôle, à savoir les modes informels et les modes institutionnalisés, loin de s’opposer, peuvent fort bien se compléter pour donner lieu à un cercle vicieux englobant à la fois celui qui établit les contrôles, celui qui les encourage et celui qui les subit. Plus l’un multiplie les contrôles, plus l’autre peut signaler les manques à ces contrôles et pointer les fautifs. Les signes révélateurs de ces fautes se font innombrables en ce qui concerne les jeunes violents, comme nous l’avons vu.

3.2 − FAIRE SIGNALER

44Aux États-Unis, quelques années après l’adoption, en 1974, de la Loi sur la prévention des abus auprès des enfants et sur le traitement de ces enfants, on est passé de quelques 600 000 cas, en 1980, d’abus et de négligence rapportés à quelques 1 900 000 en 1985. En 1967, on ne comptait environ que 6 000 de ces cas (Knudsen, 1988 : 129). Le changement notable est attribué au fait que la loi a étendu et renforcé son système de signalement.

45Le Québec qui, par le biais de sa propre loi sur la protection de la jeunesse, a mené une action similaire à celle réalisée aux États-Unis, a aussi connu un accroissement extraordinaire de signalements. En effet, depuis 1980, les signalements ont connu une hausse de 400 à 1 000 p. cent, dépendamment des services concernés. De fait, environ la moitié des signalements donnés seulement sera retenue.

46Il importe de spécifier, dès le départ, que le signalement des abus d’enfants s’effectue habituellement auprès des appareils de contrôle institutionnalisés. Le signalement est un outil indispensable au fonctionnement de ces appareils. Par exemple, dans le cas du pénal, il permet l’application de la loi (criminalisation secondaire). Il ne joue qu’indirectement sur la fabrication de l’infraction (criminalisation primaire), alors qu’il peut faire voir la « gravité » des problèmes. La violence des jeunes signalée de toutes parts a joué un rôle dans la criminalisation d’actes, de gestes qui, auparavant, n’étaient point considérés comme pouvant être criminels.

47Le signalement nourrit les appareils de contrôle au même titre qu’un fait connu, visible aux yeux de la justice. Le signalement peut être encouragé au moment où il y a une personne lésée, par les pressions d’une compagnie d’assurance qui exige une dénonciation, enfin par la capacité de contrôle interne dont disposent certains groupes ou organisations pour régler les problèmes de violence par eux-mêmes. Ces conditions sont d’ordre objectif.

48Parmi les conditions possibles subjectives, se retrouve entre autres, le sentiment d’être capable de régler la conduite perçue comme violente, la perception de la relation du signalant avec le signalé puis avec les appareils de contrôle. Ces conditions sont de leur part redevables à la production idéologique sur la violence. Dans toute son ampleur, le signalement n’est jamais facile à saisir. Ce ne sont pas tous les signalements que l’on voudra retenir. L’appareil fait un tri, classe, rejette, regroupe, donne du relief pour parvenir à un produit fini, conforme à la logique de fonctionnement (Faugeron, Fichelet et Robert, 1977). Ce qu’il importe de signaler n’est pas moins complexe. Les conduites et comportements sont le produit de la combinaison des attitudes et visions du monde avec les contraintes et opportunités de situation, étant entendu que ces éléments rétroagissent et interagissent les uns sur les autres et qu’ils peuvent varier suivant les différents segments d’une formation sociale, selon que l’on privilégie une fonction punitive, éducative, curative d’ordre public ou domestique.

3.3 − PRÉVENIR ET GUÉRIR

49Comment prévenir, compte tenu des dernières considérations sur la façon dont la loi pénale se fabrique (criminalisation primaire), sur la façon dont elle s’applique (criminalisation secondaire), sur le rôle du signalement ? Si l’on conçoit que la norme crée en quelque sorte la déviance, à quel niveau doit-on agir : Faut-il moins criminaliser ? Doit-on appliquer la loi avec plus de tolérance ? Doit-on agir davantage au niveau des appareils de contrôle en santé, en éducation, dans les services sociaux ? Peton décourager le signalement ou encore doit-on intervenir sur les sujets même du pénal ou sur les sujets potentiels ?

50La prévention, dans son expression la plus simple, consiste à empêcher qu’un problème ne fasse surface. Les moyens pour prévenir peuvent ainsi se situer en amont, en aval et en plein cœur du pénal. Nous allons voir où ces moyens se situent habituellement, en spécifiant les types de prévention au moment de leur essor, à savoir dans les années 60 et 70. De même, nous allons examiner brièvement la lancée des programmes de prévention nationale et internationale. Enfin, nous allons voir où nous en sommes dans ces débuts du XXIe siècle.

51L’insistance sur la prévention prend un élan nouveau au moment même où l’on veut l’instituer et en faire une priorité. Au Québec, par exemple, en 1948, J. Edgar Hoover est cité comme le grand maître à penser. C’est lui qui attribue « l’effarante criminalité américaine au manque spirituel dans les vies […] Le chaos moral et le crime vont main dans la main […] Il faut bâtir la structure morale dès le berceau » (Relations, 1948 : 115). Foyers, écoles et Église sont inséparables pour bâtir un monde sans crime. Éducateurs, policiers, gens de l’Église, psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux et autres reconnaissent que le délinquant vient des milieux défavorisés mais en même temps, il faut admettre sa constitution morale défectueuse qui le conduit au crime.

52Les classes pauvres feront l’objet d’immenses projets de prévention communautaire aux États-Unis dans les années 50 et 60 (le Mobilization for Youth à New York, les Chicago Area Projects…), comme pour donner le pendant à la prévention centrée sur l’individu. Non plus la conscience morale altérée devient l’objet d’intervention, mais plutôt les moyens illégitimes que se donne le jeune compte tenu de son milieu, de sa sous-culture, de son apprentissage social.

53Dans les années 70, les projets de prévention vont littéralement se multiplier. Des efforts sont consentis pour mieux définir ces projets et mieux les évaluer.

54Brantingham et Faust (1976) définissent trois niveaux d’intervention préventive. L’intervention d’ordre primaire vise à réduire l’incidence de nouveaux cas de problèmes de délinquance au sein de la communauté ; à ce niveau, les efforts se concentrent sur la modification des conditions criminogènes de l’environnement physique et social et sur le développement des capacités de l’individu et de la communauté à affronter les situations de la vie. Ce type d’intervention s’adresse à l’ensemble des individus de la communauté et non pas à un groupe spécifique.

55L’intervention d’ordre secondaire vise à identifier le plus tôt possible les individus ou les groupes vivant dans des conditions criminogènes et étant, par le fait même, plus susceptibles d’avoir des problèmes avec la loi, de même qu’à mettre en œuvre les stratégies d’intervention nécessaires pour que ces individus ne commettent pas de délits. A ce niveau, il se crée des services permettant une identification rapide des problèmes et une aide immédiate et efficace.

56L’intervention d’ordre tertiaire vise la prévention de la récidive ; les efforts à ce niveau vont dans le sens de la réhabilitation et de la réinsertion sociale du contrevenant de sorte que ce dernier participe de nouveau et avec le moins de difficultés possibles à la vie de la communauté. Comme pour la prévention secondaire, ce type d’intervention s’adresse à un groupe d’individus identifiés à l’avance. Les cours, les services de probation et de libération conditionnelle, les services sociaux, les institutions scolaires, les citoyens et la police s’occupent tous, en général, de problèmes déjà existants, négligeant par le fait même la prévention de la manifestation de ces mêmes difficultés.

57Wenk (1974), pour sa part, présente un modèle de prévention semblable à celui de Brantingham et Faust (1976), mais relié spécifiquement au rôle de l’école dans la prévention de la délinquance juvénile.

58Dans les structures sociales actuelles, l’école est considérée avec la famille comme des lieux privilégiés où s’élabore l’adaptation de l’enfant à la société. Il est reconnu que l’école peut être impliquée dans le processus d’inadaptation, soit en raison de son rôle actif dans la formation des personnalités, soit en tant que milieu de vie important pour les jeunes qui lui sont confiés.

59Wenk (1974) propose cinq stratégies distinctes qui peuvent-être utilisées par l’école pour traiter du problème de la délinquance : 1) l’action primaire ; 2) la prévention primaire ; 3) la prévention ; 4) le traitement ; 5) la réhabilitation. L’action primaire s’adresse à tous les enfants et met l’accent sur la création d’un modèle d’éducation de qualité visant à améliorer la vie des étudiants et ce, au profit d’une meilleure éducation. Les programmes de prévention primaire servent d’isolants contre l’apparition d’un certain mal, en l’occurrence ici la délinquance, et s’adressent eux aussi à l’ensemble des jeunes de l’école où ils sont appliqués.

60Toutefois, ils diffèrent de l’action primaire car ils visent un objectif particulier à savoir la prévention de la délinquance. Le concept de déviance entre ici dans la structure des programmes. Le concept de prévention générale correspond ici à la notion de prévention secondaire exposée plus tôt par Brantingham et Faust (1976), alors que le traitement et la réhabilitation sont ni plus ni moins de la prévention d’ordre tertiaire. L’amélioration du système d’éducation par l’action primaire semble être, de l’avis de Wenk (1974), la stratégie privilégiée et possiblement la plus efficace pour lutter contre la délinquance. En effet, il est nécessaire de repenser totalement les objectifs et les stratégies du système d’éducation. Si besoin est, des stratégies d’intervention devraient être utilisées. Toutefois, si tel est le cas, de dire l’auteur, l’on doit donner priorité aux stratégies visant une intervention précoce telles la prévention d’ordre primaire et la prévention générale.

61Aux États-Unis, on estime que de 1965 à 1974, 6 500 programmes de prévention et de traitement de la délinquance ont été mis sur pied (Lundman, 1976 : 298). Pourtant, il ne semble pas que le taux de délinquance officielle n’ait diminué pour autant. Les résultats des évaluations des programmes de prévention indiquent que tous les efforts entrepris en vue de prévenir la délinquance n’ont pas produit les effets escomptés, à savoir une diminution du comportement délinquant. Les programmes de « déjudiciarisation » (prévention judiciaire) n’ont pas connu de meilleurs résultats.

62Dans les années 80 et 90, la prévention est remise à l’ordre du jour, cette fois au niveau des structures nationales, internationales et municipales. La première Conférence européenne et nord-américaine sur la sécurité urbaine et la prévention de la délinquance, tenue à Montréal en 1989, insiste sur la nécessité de recourir à la prévention entre autres à cause du peu d’effet dissuasif des sanctions pénales et de l’incapacité de cet appareil à procurer la sécurité. La violence est souvent au cœur des débats et son accroissement dans les villes justifie la nécessité d’agir. Les ghettos urbains, le chômage, les minorités, l’école, la famille (souvent réduite à la mère et aux enfants), les pairs, la drogue, l’errance… sont tous des problèmes qui peuvent conduire à la violence alors qu’il faut réduire l’incidence de celle-ci. De plus, l’on revient avec beaucoup d’insistance sur la nécessité d’évaluer tous les programmes, affirmant du même coup que ceux-ci doivent comporter des objectifs précis. Les programmes de prévention franchissent une étape en quelque sorte, bien qu’ils puissent glisser vers des pièges importants.

63Une nouvelle appellation s’impose en ce qui concerne la prévention au Canada dans les années 80, à savoir la « prévention par le développement social ». Cette formule est devenue davantage utilisée lorsque adoptée par le Comité permanent de la justice et du solliciteur général du Canada dans les années 90. Ce comité suggère d’ailleurs de créer le Conseil national de prévention du crime au Canada. La prévention de la criminalité par le développement social consiste en « des interventions positives dans la vie des personnes défavorisées et négligées afin de réduire les tendances à la délinquance. En d’autres mots, pour réduire la criminalité et créer des collectivités plus sûres, il faut combattre les conditions sociales et économiques qui engendrent la criminalité » (Canada, 1993 : 17). De tels objectifs visant la prévention ne suscitent pas de problèmes à première vue : la façon dont ils sont poursuivis, si.

64Faut-il remarquer d’abord que l’on détermine, dans cette définition, des cibles toutes particulières, soit les personnes pauvres et négligées, en même temps que l’on établit un lien entre pauvreté et criminalité. Dans le cas de la pauvreté, la prévention repose spécifiquement sur l’individu pauvre lui-même ; dans le cas de la criminalité, ne serait-il pas logique alors que la prévention vise aussi, et plus précisément, la loi pénale et l’appareil pénal qui incriminent disproportionnellement les pauvres ? Il n’en est rien. Ce que l’on prescrit plutôt, c’est un type de prévention secondaire qui met l’accent sur l’individu à risque comme si celui-ci était le seul responsable et que le pénal n’y jouait aucun rôle. Ainsi, la pauvreté s’accompagne soudainement d’une multitude de signes qui permettent d’intervenir dans la vie des personnes défavorisées, des individus que l’on dit vivre des expériences qui les prédisposent à une carrière de délits répétés. La prédisposition au crime des personnes pauvres commence par « l’éducation qu’elles ont reçue en bas âge et est aggravée par la frustration à l’école, au travail et dans la société » (cité dans Canada, 1993 : 17).

65Mais le Comité va préciser encore afin de combattre la peur et améliorer la sécurité publique,

en visant le jeune porteur d’une combinaison des problèmes suivants : mauvais résultats scolaires, isolement social, milieu familial perturbé, difficultés dans les relations avec les pairs, difficultés de maîtriser ses excès de colère, mauvais contrôle de ses impulsions, tendance à blâmer autrui, manque d’estime de soi, consommation de drogues et d’alcool, sentiment d’ennui et de futilité et système de valeur marginal ou antisocial […] (Island Alternatives Measures Society cité dans Canada, 1993 : 18).

66Ce jeune est à risque de devenir criminel. Il faudrait donc le rejoindre dès le jardin d’enfants afin de lui assurer une adolescence normale. On persiste plus ou moins dans cette direction. Par exemple, en 1997, le Conseil national de prévention du crime déclare que son objectif général est d’améliorer « la qualité de vie et la sécurité des citoyens et de leurs collectivités. Autrement dit, moins de victimes, moins de blessures, moins de douleur » (Canada, 1997 : 2).

67Le Conseil national de prévention du crime, après avoir énoncé son objectif, précise ses stratégies de mise en œuvre : cibler les enfants (de zéro à six ans, de six à douze ans, de douze à dix-huit ans) et leurs familles. Les stades de développement du tout jeune sont-ils à risque et ce qui y est vécu peut-il induire un comportement criminel futur ? Un peu plus âgé, l’enfant s’adapte-t-il à l’école, à ses pairs et à son environnement de façon générale (car, de nouveau, une mésadaptation peut induire au crime) ?

68D’un objectif général, on est passé à des objectifs particuliers mais d’une nature assez différente. Il ne s’agit plus d’une prévention primaire, mais d’une prévention secondaire avec tous ses effets pervers : prédiction fautive et créatrice, étiquetage, incitation auprès des appareils de contrôle comme les services sociaux, les services de santé, les services éducatifs à penser et agir dans les termes du pénal (le crime et le futur criminel sont les références en cause). En fait, à ce point, la qualité de vie des personnes ciblées n’est peut-être plus améliorée, elle peut même être complètement ignorée. Malgré certaines ambiguïtés, le Conseil national de prévention du crime fait toujours valoir la nécessité de la prévention par le développement social.

69Hasting (1998) a élargi la notion de prévention du crime par le développement social. Il y greffe trois approches : l’une « développementale » qui vise les délinquants persistants ; une autre sociale proprement dite qui vise la réduction du taux de criminalité en améliorant le contexte environnant ; la dernière, communautaire alors que le pénal transige avec le local pour lutter contre le crime. C’est le partenariat, et la prévention peut y prendre diverses formes.

70On le constate, la façon bien répandue de diviser la prévention en termes de primaire, secondaire et tertiaire revient sans cesse sous de nouvelles appellations. Les problèmes demeurent toutefois.

71Le premier problème est d’accorder un rôle préventif à des programmes ou à des interventions qui n’ont souvent qu’un rôle palliatif, soit soulager un état déjà en souffrance (s’attaquer aux groupes de jeunes déjà identifiés comme futurs délinquants dans la prévention secondaire ou tenter d’agir sur les délinquants afin qu’ils mettent fin à leurs actions délictueuses dans la prévention tertiaire).

72Le deuxième problème réside dans la reconnaissance implicite d’une même source et d’une même fin en ce qui concerne, par exemple, la lutte à la violence. De fait, c’est établir le lien entre prévention et pathologie, entre prévention et cure. L’une et l’autre opération visent les mêmes buts, et abordent les mêmes problèmes à des moments différents. Leur appartenance au modèle épidémiologique médical les place sur le même continuum et leur impose, simultanément, une interaction constante (Bouchard, 1987 : 22). La pathologie, ou savoir dire d’un jeune qu’il est violent, est partout si l’on veut bien faire l’effort de chercher un peu et, à ce moment, prévenir c’est guérir.

73On peut considérer en regard de ces notions de prévention primaire, secondaire et tertiaire comment les deux dernières peuvent contaminer en quelque sorte la première ou comment elles se placent à l’intérieur d’un modèle qui assimile la première. Toutefois, si on veut épurer ces notions et sauvegarder le sens plein de la prévention primaire, il peut y avoir bien d’autres écueils. De fait, le but de la prévention primaire serait de fournir « environnements sociaux et physiques adéquats, en harmonie et congruité avec les besoins du développement individuel et collectif, pour une part, et acquisition précoce de compétences et de stratégies d’adaptation efficaces, pour une autre part » (Bouchard, 1987 : 23). Dans la prévention primaire, il y a cassure avec le modèle médical et la pathologie de ses sujets, il ne peut être question non plus de population à risque sur qui l’intervention porterait. Il n’y a que du développement. Mais pourquoi persister à vouloir appeler cela prévention ? En effet, « on ne peut prévenir ce que l’on souhaite promouvoir comme on ne peut confondre l’évitement d’un déficit (essentiellement, une réponse de retrait anticipé) à l’acquisition d’une compétence (une réponse d’approche) » (Bouchard, 1987 : 23).

74On comprendra que minimiser les risques ou accentuer les opportunités sans pointer vers une population particulière entraîne souvent des problèmes de motivation et de mesure de l’efficacité tant recherchée : il n’y a ni insécurité particulière ni danger spécifique associé à une insécurité qu’il faut éliminer.

75Il serait très difficile à réaliser cette prévention primaire, hormis qu’elle soit bien ancrée au local et à ses intérêts. Il convient d’insister que le local peut bien porter en son sein, globalement, de l’économique et du politique, mais il n’est pas que cela. Il peut vibrer avec ses projets, ses initiatives, ses objectifs. Il ne peut guère ressentir désirs, émotions, motivations si on lui impose les projets, si on indique, paradoxalement, les initiatives, si on spécifie pour lui les objectifs. L’État a une tendance de plus en plus marquée à diriger ou à vouloir imposer ses vues sur ce qu’il convient de prévenir, ce qui devient, bien entendu, tout à fait paradoxal à plusieurs niveaux.

76En somme, la prévention est peut-être une appellation utile qui permet d’intervenir un peu partout et qui fait lieu de modernisation, de rationalisation, de civilisation. La prévention permet d’envahir des terrains totalement vierges, elle permet de relier l’action au meilleur fonctionnement social, elle permet encore de domestiquer individus et groupes laissés sans cela à eux-mêmes. La prévention, c’est un peu la construction de l’ordre social étatique.

77Si l’on veut se soucier de l’individu, peut-être alors, et principalement si l’on parle de la violence des jeunes, que prévenir serait en quelque sorte éviter le fait que cet ordre social étatique prenne trop de place au détriment de l’individu.

78On pourrait ainsi parler d’une action à mener, qui prenne essentiellement l’individu en ligne de compte, mais non seulement comme sujet et objet du pénal. A cet égard, l’action se dirige aussi bien sur le comportement du pénal nuisible à l’individu que sur celui de l’individu. Au moment où la loi pénale et l’appareil pénal sont désignés afin de servir la cause de la prévention du crime, peut-être faut-il voir la répression au crime au moyen de la peine ou de la punition (Robert, 1991). Faut-il aussi considérer que la violence de l’appareil répressif peut parfois conduire à plus de violence, à plus de crimes et à plus de misère.

79Par exemple, la Commission du droit du Canada (Canada, 2000) rappelle comment les établissements pour enfants (les divers centres d’accueil) rassemblent les caractéristiques des milieux totalitaires : isolement, humiliation et avilissement, impuissance. La Commission fait porter son rapport sur les sévices physiques, sexuels et autres que les jeunes ont subis dans ces institutions et elle suggère des façons de les réparer. Bien que la Commission fasse des sévices subis et de leur réparation une question de droit tout d’abord, il est clair que l’institution totalitaire est considérée comme un problème et il faut éviter d’y envoyer des jeunes en autant qu’il est possible. On sait toutefois qu’il semble fort souvent impossible d’éviter ce milieu : des milliers de jeunes l’occupent chaque jour.

80L’action ou la « prévention » peut porter sur l’appareil répressif mais encore sur ce qui le nourrit bien souvent, à savoir les autres appareils de contrôle non spécialisés et sur les modes informels de contrôle. Nous distinguons ce premier type d’action axé sur les appareils de contrôle de cet autre type axé directement sur les individus, afin de bien montrer qu’il y a deux parties en cause dans la prévention de la violence et qu’il importe de tenir compte des deux.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540