Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 1. Portraits de jeunes

Texte intégral

1Dans une société préindustrielle, plusieurs paradoxes semblent entourer le jeune âge. Par exemple, la majorité juridique en France est fixée à 25 ans, question d’assurer aux ascendants le contrôle des alliances matrimoniales. Pour les rois, cette majorité est de treize ans révolus. La jeunesse, d’autre part, n’empêche pas d’être pendu, d’être soldat. Sous Louis XIII et Louis XIV, généraux et conseillers d’État n’ont souvent que vingt ans (Bercé, 1996 : 43).

2L’adolescence n’a pas sa place comme telle dans les sociétés préindustrielles. Le terme n’est pas reconnu dans le langage commun. Il y a l’enfance « incapable » et soudainement la jeunesse. Dès la fin de l’enfance, le jeune se retrouve systématiquement au travail. Le travail dans les champs, l’apprentissage du métier se fait dès huit à dix ans.

3Les jeunes des milieux aisés, noblesse et bourgeoisie, se retrouvent pour leur part dans les collèges ou couvents. Ces institutions se chargent des jeunes pendant six ans, de la sixième à la rhétorique. Le régime, le même pendant 400 ans en Europe, emploie des moyens qui peuvent aujourd’hui nous apparaître « cruels ». Il s’agit de « dompter » le jeune aristocrate ou bourgeois. Le modèle ne tardera pas à s’étendre.

Dans toutes ces institutions, en apprentissage, aux écoles ou aux collèges, les jeunes gens étaient soumis à une discipline sévère scandée par les châtiments corporels. C’était une délégation du droit et du devoir parental de correction. Personne n’y échappait. On sait, par le journal du médecin Héroard, la fréquence des châtiments infligés au dauphin, futur Louis XIII. Les reines mères régentes ordonnaient aux gouverneurs de leurs fils Louis XIII et Louis XIV de les soumettre au fouet bien après qu’ils furent devenus rois. Le grand dauphin, fils de Louis XIV, avait souvent les paumes violacées de coups de férule reçus dans la main. Personne ne critiquait le principe des punitions physiques. La honte était recherchée plus que la douleur. L’utilité pédagogique des violences domestiques et scolaires était indiscutée. Les réflexions indignées d’Érasme, de Montaigne ou, plus tard, de Voltaire ou du cardinal de Bernis témoignaient d’une réaction de sensibilité plutôt que de l’affirmation d’une doctrine concurrente (Bercé, 1996 : 45).

4Le modèle institutionnel et la surveillance qu’on peut y exercer deviennent en effet désirés pour tous les jeunes, en tout particulier pour les jeunes de la rue. C’est à ce moment que l’enfant « moderne » naît comme personnage central de l’organisation familiale (Meyer, 1977 : 9). La réforme de la rue, siège de la criminalité, s’effectue au moyen d’une architecture qui laisse voir et permet de contrôler. Le panoptique (panopticon − la capacité de surveiller de façon constante : voir sans être vu) de Bentham (1787) n’est pas étranger à cet exercice et, en effet, est à l’œuvre. Le nouvel ordre urbain vient alors modifier sérieusement la socialisation des enfants de l’époque ; autrefois, l’enfant apprenait à vivre dans la rue, comme partie intégrante de la collectivité. Il imprégnait la culture de sa communauté. L’enfant n’était alors qu’un membre de cette société, il n’appartenait comme tel à personne, il n’était pas la propriété de tel ou tel couple. Avec le changement de fonction de la rue, les familles sont confinées à leur logis et les liens de sang prennent une importance nouvelle. Cette importance de l’enfant débuta surtout chez les élites, elle se diffusa et devint peu à peu le modèle à suivre pour toutes les classes. L’arrivée de cet « espace privé », soit le logis, est à l’origine de plusieurs autres changements sociaux, dont un des plus importants fut une différenciation accrue du rôle des sexes.

5Bien que les villes adhèrent majoritairement à ce nouveau modèle de réforme de la population par des modifications architecturales, il existe encore les faubourgs où les sous-prolétaires vivent toujours de manière « désordonnée ». On décida alors de prendre en charge cette population de rue, de systématiser ses rapports sociaux, de la mettre au travail et au rythme de l’usine. On crée des cités ouvrières. En effet, la place de l’homme était à l’usine, celle de la femme au foyer et celle de l’enfant à l’école. Ce modèle devint un idéal utile, entre autres, pour déterminer le rang social d’une famille, alors que l’enfant faisait l’objet des vérificateurs de familles. Il devint une arme puissante dans les mains de l’État pour la socialisation des sous-classes. Les « sans aveux » sont l’objet de plusieurs législations, ils connaissent amendes, déportations, répression. La mendicité devient un crime et l’emprisonnement s’impose pour bon nombre de jeunes vagabonds.

6Vers les années 1893, la vague de répression à l’égard des jeunes vagabonds est remplacée par une volonté de rééducation. On décide que tous les jeunes vagabonds doivent rester sous la tutelle de l’État jusqu’à l’âge de 25 ans, à moins qu’ils ne soient engagés de manière permanente dans l’armée. De 1832 à 1906, les législations sur le vagabondage des mineurs restent sensiblement les mêmes. La notion de vagabond est suffisamment flexible pour prendre en charge n’importe quel enfant qui dérange, qui ne va pas à l’école : celui-ci n’a pas besoin de commettre quelque délit que ce soit. Bientôt ce n’est plus seulement l’enfant vagabond dont on peut se saisir, mais encore celui que l’on trouve malheureux (1935) puis en danger moral (le vagabond à domicile) (Meyer, 1977 : 10, 42 et suiv.).

7La gestion des jeunes subit ainsi diverses transformations.

Au modèle pénitentiaire du début du XIXe siècle qui tire sa légitimité d’une représentation de l’enfant comme « adulte en miniature », se substitue peu à peu le modèle de protection d’administration de la justice des mineurs. […] Dans le modèle de protection, on s’intéresse désormais moins au délit commis par l’enfant qu’à son auteur et à sa famille. […] Vers 1880, apparaissent les premières lois de protection de l’enfance en Europe (interdiction du travail, scolarisation obligatoire, déchéance de la puissance paternelle…) (Sudan, 1997 : 384).

Depuis les années 1980, un certain nombre d’États ont revu entièrement ou partiellement leur justice des mineurs (Angleterre, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Portugal, Suisse, USA, …). Ce mouvement n’est pas terminé et plusieurs pays sont en pleine interrogation […] En effet, les débats actuels oscillent principalement entre deux pôles : d’une part, une tendance très nette à la dépénalisation et à une déjudiciarisation, ce qui signifie moins d’intervention des tribunaux, mais plus d’implication de la communauté (Écosse, Belgique par exemple) ; d’autre part, une repénalisation, soit une tendance très nette à n’accorder attention qu’à l’infraction, au détriment de la personnalité du mineur (principe de la proportionnalité de la mesure) et à garantir l’impartialité de la procédure judiciaire (plusieurs États des USA par exemple) (Sudan, 1997 : 396).

8Au Canada, le jeune va suivre un parcours similaire à celui emprunté par son cousin d’Europe. Comme lui, il deviendra, après n’avoir été considéré que passif et victime, à la fois victime et responsable, ce qui peut être le lot du jeune violent.

1.1 − AU XIXe SIÈCLE, L’ENFANT EN PERDITION

9Le XIXe siècle est témoin de changements profonds dans la société canadienne. Plusieurs signes de ces changements apparaissent dès le début du siècle, tant aux plans économique, politique que social, alors même que l’avènement de la révolution industrielle se situait vers 1850. Reste-t-il qu’un encadrement sans précédent des populations est envisagé. En effet, les autorités sont amenées à se faire une autre idée de ce qu’est l’homme, compte tenu des nouveaux rapports de production ou des relations spécifiques entre les producteurs. Ce nouveau mode de production introduit petit à petit des différenciations dans les rôles, institue des privilèges, entraîne la révision du droit et établit de nouvelles connaissances qui ne sont pas sans déterminer à leur tour les rapports sociaux dont se fait responsable le politique. En somme, une population disciplinée et travailleuse faciliterait la production, assurerait le nécessaire à la survie et même pourrait laisser entrevoir le bonheur. Tout un discours cherche à mobiliser des groupes et des individus tout en leur donnant une représentation de leurs actions possibles par rapport à ce que seraient les fondements de la société. Propriété privée, libre entreprise, travail, discipline font lire les événements d’une façon inédite et les interprétations données éliminent toute autre manière de voir l’individu. Dans ce processus, un masque est jeté sur les lieux privilégiés d’où proviennent les critères utilisés.

10L’idéologie dominante se forme ainsi à partir de pouvoirs diffus, d’intérêts diversifiés, de transactions de toutes sortes impliquant plusieurs groupes. Partie prenante de cette idéologie, une église institutionnalisée se développe au Québec de façon exceptionnelle. Cette église n’offre pas que ses récits mobilisateurs, ne légitime pas que certains comportements ; elle se situe tout à côté du politique (faisant même de la propriété une vertu), favorisant la construction du pénal, la venue de l’asile, l’enfermement des jeunes et l’encadrement de la population.

11L’Église Catholique au Québec, pour ce qui est du XIXe siècle et une bonne moitié du XXe siècle, monopolise quatre grands secteurs de la vie sociale. Le culte lui appartient de façon non partagée. L’Église est responsable de l’enseignement tout entier. De même, elle assure les soins moyennant quelques subventions et la charité parfois obligée des paroissiens. Seule l’Église peut d’ailleurs demander et ordonner des dons. Il n’est donc pas surprenant qu’en raison de l’importance de l’Église et de ses institutions, les problèmes se définissent en termes de bien et de mal, voire de vertu et de péché, de moral et d’immoral. Ce n’est que vers les années 1960 que les quatre monopoles de l’Église s’effritent aux dépens du profane. Ainsi, plus de cent ans de décalage par rapport à l’Europe. Bien qu’influencé par cette dernière et secoué par la révolution industrielle au XIXe siècle, le Québec va longtemps se réfugier dernière son Église, ce qui va constituer non seulement une définition particulière des problèmes mais encore une recherche de solutions bien spéciales. Les garçons et les filles aux prises avec les religieux (frères, pères, sœurs) nous tracent le chemin parcouru.

12Deux congrégations religieuses méritent particulièrement l’attention, à savoir celle du Bon-Pasteur d’Angers à Montréal et celle du Bon-Pasteur à Québec. Elles ont joué un rôle important et ont servi d’instrument dans ce qui devaient devenir par la suite les centres de transition, les écoles de réforme et d’industrie et les prisons des femmes. Au début, les Sœurs œuvrent à créer des refuges, des asiles de « repentir » pour les ex-prisonnières, et des refuges de « préservation » et de « protection » pour les jeunes filles en danger. Toutes ces femmes et ces filles sont en voie de « perdition » à leurs yeux. Chez les Sœurs du Bon-Pasteur d’Angers à Montréal, il s’agira d’abord de leur premier refuge, le refuge du Bon-Pasteur (sorte de maison de transition entre la prison et la communauté), puis de l’établissement St-Hubert et de la maison Ste-Domitille (écoles de réforme et d’industrie) et ensuite de l’asile Ste-Darie (prison des femmes) de Montréal. Chez les Sœurs du Bon-Pasteur de Québec, deux institutions méritent une mention : l’asile Ste-Madelaine (prison des femmes de Québec) et l’hospice St-Charles (école de réforme et d’industrie).

13L’œuvre des Sœurs est imprégnée d’une vision manichéenne très forte. La façon dont celles-ci doivent, au départ, diviser les femmes en deux catégories (vertueuses et vicieuses) n’est qu’une indication de cette logique. Dans cette démarche, il y a d’un côté un Jésuite, le Révérend père Tellier, qui trace, pour les Sœurs du Bon-Pasteur d’Angers à Montréal, la ligne de pensée de l’œuvre lors de l’ouverture, en 1844, et, de l’autre côté, les Sœurs qui le laissent aussi parler de la misère, de la perversion de la femme, comme le plus grand mal que la terre ait porté :

Autant la femme mue par l’esprit de Dieu est vertueuse, noble et puissante pour le bien, autant la femme mue par l’esprit de la chair est-elle vicieuse, ignoble, et puissante pour le mal. La séduction de la femme n’a pas seulement renversé le premier homme au paradis terrestre ; elle a successivement enivré et perverti les géants au temps du déluge, Israël dans le désert, David et Salomon sur leurs trônes, des hommes éclairés et saints de tous les siècles et de tous les pays : elle ravage la société dans toutes ses branches. Mais supposez que la séduction soit poussée par la misère, largement soudoyée, endoctrinée par les exemples et les encouragements, enhardie, exaltée, par d’indomptables passions intérieures, supposez qu’elle soit systémique, organisée, persévérante, généralisée, oh Dieu, que deviennent alors les âmes ? (Annales des religieuses de Notre-Dame-de-Charité du Bon-Pasteur d’Angers, 1895, I : 22).

14Les Sœurs doivent ramener sur le bon chemin toutes les femmes qui sont en train de perdre leur âme et prévenir que d’autres seraient même seulement soumises aux tentations des premières. Pour ce faire, elles se voient alors liées à l’évêque et au magistrat, afin de sauver les jeunes filles de la prison :

Dans ce siècle, surtout le vice est précoce et souvent devance l’âge. Le magistrat et le prêtre savent que ce n’est pas seulement l’âge mûr qui peuple les prisons, mais que la jeunesse y fourmille. La société ne l’ignore pas, le jeune détenu ne trouve souvent dans les prisons qu’une école du crime et de libertinage, et au terme de sa détention il est ordinairement plus fourbe et plus adroit ; rarement est-il devenu meilleur. C’est pour arracher à cette affreuse position les jeunes filles tombées sous le coup de la loi, que cette institution peut aussi se charger de l’œuvre dite de St-Michel. Que la magistrature d’une ville montre le désir de confier au refuge du Bon-Pasteur les jeunes prisonnières, elle rencontrera un zèle empressé à les admettre […] (Annales des religieuses, 1895, I : 27).

15Le Refuge devient une nécessité non seulement par ce qu’il peut faire mais encore parce qu’il est la seule initiative du genre au Canada-Est. En effet, il n’y aura rien d’autre pour la « femme déchue » que le refuge du Bon-Pasteur.

16Dans leurs annales, les Sœurs indiquent le traitement qu’elles réservent pour ces femmes ; elles le disent encore à travers les paroles du père Tellier :

Ici les âmes apprendront ou se rappelleront les visites saintes consolantes, les obligations graves et salutaires de la religion, elles trouveront une existence honnête et paisible, elles reprendront le goût et la pratique du travail, ici en un mot elles se retremperont ; et revêtues enfin de Jésus-Christ, elles deviendront en lui de nouvelles créatures, qui ne garderont du passé que le repentir et la reconnaissance (Annales des religieuses, 1895, I : 24).

17Ainsi, le Refuge « n’admet aucune pénitente, n’en retient, n’en renvoie aucune malgré elle : mais la porte s’ouvre à tous les cœurs contrits et repentants de quelque part qu’ils viennent » (Annales des religieuses, 1895, I : 24). Un travail actif et régulier occuperait l’esprit et les forces des repentantes admises, tandis que le catéchisme aiderait les Sœurs à réformer leur caractère. La fougue de leurs passions s’apaiserait peu à peu et elles deviendraient « soumises, respectueuses, diligentes ». Enfin, la porte s’ouvre à toutes ces filles, mais c’est la prison qui les attend si elles n’entrent pas et même si, une fois entrées, elles ne se « soumettent » pas.

18La douce assistance des Sœurs apaise la misère des pénitentes, mais la montée de leur œuvre de « repentir » et de « préservation » se traduit en école de réforme, en école d’industrie et en prison.

19Une première « classe » de préservation existe déjà en 1847, mais elle est supprimée en 1850, faute de locaux suffisants. En 1861, on accepte, dans un nouveau local, dix-neuf jeunes filles abandonnées (Annales de la maison Ste-Domitille, 1919 : 35). Il n’était pas encore question de faire des écoles spéciales pour les jeunes pénitentes, celles-ci se retrouvant ainsi prisonnières dans le Refuge des Sœurs.

20En effet, pour l’abbé Casgrain, la « réforme » des prisons, en 1850, n’était guère qu’à l’état de projet. Aux yeux d’un certain public, ces prisons étaient de véritables écoles de vice : « Les jeunes délinquants des deux sexes se trouvaient en rapports journaliers avec ce qu’il y avait de plus corrompu parmi les repris de justice, et devenaient en peu de temps aussi vicieux que les anciens criminels. Les autres ne voyaient et n’entendaient autour d’eux que ce qui pouvait les endurcir et les enfoncer davantage dans le mal » (Casgrain, 1896 : 56). En 1869, l’abbé Ramsay entreprit d’apporter une solution à cette « coupable négligence de l’État ». Il réussit à faire adopter par le Parlement une loi qui prévoyait l’établissement d’écoles de réforme.

En vertu de cette loi, les jeunes gens convaincus d’une première faute étaient soustraits à la société des repris de justice qui auraient pu les perdre, et placés dans des maisons de correction. Ce fut le commencement de la classification des prisonniers, classification réclamée depuis longtemps […] Les jeunes délinquants, punis pour une première faute commise souvent par étourderie et sans avoir beaucoup conscience de leur culpabilité, n’ayant pas à subir l’atmosphère pestilentielle des prisons, purent être ramenés dans la voie droite et transformés en bons citoyens (Casgrain, 1896 : 237).

21Ce fut la première réforme. La deuxième, pour l’abbé Casgrain, toucha les enfants de parents « dépravés ». L’enfant abandonné ou orphelin allait être instruit, dans les écoles d’industrie, de ses devoirs envers Dieu et les hommes, et devenir capable de gagner honorablement sa vie. « Ce genre d’institution est inappréciable ; car il est plus facile d’empêcher des enfants de se gâter que de les réformer » (Casgrain, 1896 : 238).

22En 1870, le gouvernement autorisait la Congrégation du Bon-Pasteur à établir des écoles de réforme et d’industrie. Ce qui fut fait à St-Hubert :

L’école de Réforme est destinée aux jeunes délinquantes qui sont ainsi confiées à la sollicitude des religieuses au lieu d’être envoyées à la prison où elles ne faisaient que se pervertir davantage […]

L’école d’Industrie recueille les petites filles abandonnées, ou dont les parents ne peuvent prendre soin ; et elle les garde jusqu’à l’âge de seize ans (Annales de la maison Ste-Domitille, 1919 : 161).

23La maison Ste-Domitille, fondée en 1896, est encore un exemple du travail de conversion des Sœurs, où l’on prend soin de bien distinguer les catégories :

Le Bon-Pasteur a pour but principal de recueillir les personnes dont la conduite, plus ou moins répréhensible, a besoin de réforme. Mais toutes celles qui entrent chez nos Pénitentes ne sont pas nécessairement de cette catégorie. Parfois, elles viennent à la suite de simples faiblesses ou légèretés qui inspirent des craintes pour l’avenir. Combien même, n’ayant fait aucune faute mais se voyant dans un milieu où leur vertu est exposée, demandent à être admises dans cette atmosphère calme, dans ce port tranquille, dans cet asile de travail et de piété, pour passer leur vie à l’abri du danger et assurer leur salut éternel. Celles qui doivent vivre près de nos petites Préservées, quoique non directement en contact avec elles, sont d’ordinaire choisies dans cette dernière catégorie ou, par exception, parmi celles qui furent plus coupables, mais dont la conversion est solide et sincère (Annales de la maison Ste-Domitille, 1919 : 63-64).

24Une des règles invariables au Bon-Pasteur est que les différentes classes soient entièrement séparées les unes des autres, malgré le surcroît de dépense que cela nécessairement occasionne. « D’aucuns appellent ça le système à cloisons étanches » (Annales de la maison Ste-Domitille, 1919 : 73-75).

25L’asile Ste-Darie suit le modèle déjà établi par les Sœurs dans leur première institution. Cet asile représente, pour elles, 29 longues années d’attente et de « soupirs ».

26En 1868, Mgr Bourget confie aux Sœurs de la Miséricorde un asile qu’il avait fondé en faveur des femmes qui, à leur sortie de prison, voulaient être enrôlées parmi les pénitentes. En 1870, les Sœurs du Bon-Pasteur se voient confier cet asile. Elles font l’acquisition d’une propriété, sur la rue Fullum à Montréal, que l’on nomme le monastère de St-Joseph du Bon-Pasteur. La fondatrice est Sœur Marie de Sainte-Hélène Larivière. Cette propriété « ne pouvait contenir qu’une vingtaine de personnes ; de plus les religieuses devaient, conformément à nos saintes règles, avoir leurs appartements entièrement séparés de ceux des pénitentes » (Annales des religieuses, 1895, I : 157).

27Le 3 mars 1873, on signa

l’acte par lequel nous cédions au Gouvernement provincial notre terrain de la rue Fullum, à la condition expresse qu’il y bâtirait pour les femmes une prison, dont nous serions chargées […] Le 20 août 1873, les travaux commencèrent […] L’édifice devait coûter cent quarante mille piastres (Annales des religieuses, 1895, I : 255-256).

28En 1875, on compte 36 filles dans cet édifice de la rue Fullum. Cependant, il faudra attendre à 1876 pour que le gouvernement confie aux religieuses la direction de la prison des femmes. En septembre, la prise de possession devient officielle et en novembre, les prisonnières sont transférées à ce qui est appelé l’asile Ste-Darie. En 1877, on pouvait écrire que « depuis près d’un an, 100 prisonnières apprennent qu’elles doivent aimer Dieu et qu’elles ont une âme à sauver. Cent prisonnières bénissent le nom de celle qui leur a procuré ainsi l’avantage de connaître notre sainte religion » (Annales des religieuses, 1895, I : 356). Ces prisonnières ne viennent pas seules à la prison des femmes. Celles qui ont de jeunes enfants n’ont d’autres choix que de les amener avec elles. Le gouvernement aura beau envoyer la police afin d’arracher les enfants à leur mère et insister auprès des Sœurs pour que les enfants de dix-huit mois et moins soient évincés, la situation perdurera.

29Les Sœurs ne se sont jamais contentées d’être de simples matrones. Elles répondent sans doute aux vœux du « correctionnaire », mais elles poursuivent aussi leur vocation interne. La façon dont elles font parler une de leurs protégées de l’asile Ste-Darie, en 1894, est une indication.

Non content d’attendre les fugitives, il (le Divin Pasteur) court après elles. Il les suit pas à pas, épiant le moment où il pourra les faire tomber dans les pièges ingénieux de sa tendresse. Quelle joie ! Quelle allégresse pour lui, quand il voit ces pauvres rebelles, épuisées par les blessures qu’elles se sont faites, ou retenues par les épines des buissons où elles se sont engagées, consentir enfin à se laisser charger sur ses épaules et rapporter à la bergerie.

Ces lacets de la divine miséricorde où se font heureusement prendre bien des âmes coupables, ce sont, tantôt, des revers subits de fortune, parfois des maladies longues et cruelles ou des assauts plus violents de la grâce. D’autres fois, l’heureuse complice des desseins bienveillants de Dieu, c’est l’autorité humaine arrachant de vive force le pécheur à sa vie criminelle et le jetant, pour ainsi dire, pieds et poings liés, aux pieds de celui qui n’attend qu’un mot pour lui pardonner.

Combien d’âmes en effet, gangrenées jusqu’aux moelles ou bien arrêtées dès leurs premiers crimes par une sentence judiciaire, retrouvent loin du danger et dans la réclusion forcée de la prison ce qu’il leur fallait pour revenir sincèrement à la vertu. Ces prodiges de la grâce, nos mères les ont vus s’accomplir mille fois sous leurs yeux ici comme ailleurs (Annales des religieuses, 1895, II : 246-247).

30En cette année 1894, l’asile de Ste-Darie compte 50 religieuses, 10 tourières, 140 détenues, 35 pénitentes, 9 enfants.

31Intéressées d’abord à un groupe de pénitentes, les Sœurs ont accueilli successivement des enfants à protéger, des jeunes délinquantes et des prisonnières. Elles les ont soumis aux « cloisons » nécessaires, d’après l’ordre civil et religieux. Leurs institutions ont permis de découvrir cette source inépuisable des marginalités, ayant pour mission, au départ (1844), d’effacer les traces de libertinage en « cherchant à travers les souillures et les plaies la beauté primitive d’une âme, présentant à la fin au Dieu de toute sainteté son image régénérée et refaite de fond en comble, empourprée d’un sang divin et ravivée par la grâce sanctifiante » (Annales des religieuses, 1895, I : 27). Cet immense travail de réforme, elles s’en sont acquittées en formant les cœurs et en les instruisant, car pour elles « comment espérer que se convertisse une pauvre créature ignorante qui ne sait pas ce qu’est la vertu » (Archambault, 1929 : 124).

32À Québec à compter de 1850, les Sœurs du Bon-Pasteur poursuivent une œuvre similaire à celle de la congrégation de Montréal. George-Manly Muir, membre de la société St-Vincent de Paul, visite les prisonnières depuis 1848. Il devient fondateur de l’asile du Bon-Pasteur de Québec, en 1850, alors que Madame Roy en accepte la direction.

33Dès lors, deux Sœurs allaient à la prison, chaque mois (à l’époque, tous les gardiens étaient protestants). Là, elles s’entretenaient avec les prisonnières, leur enseignaient le catéchisme. Elles les invitaient à se convertir et leur offraient une place à l’asile Ste-Madelaine. « Ces visites réitérées faisaient une impression si salutaire sur les détenues, opéraient parmi elles de si remarquables conversions qu’en 1867, le conseil de la communauté décida que deux religieuses iraient régulièrement visiter chaque dimanche la prison et y enseigner le catéchisme » (Casgrain, 1896 : 221).

34Dès leur admission à l’asile Ste-Madelaine, les pénitentes s’intègrent à une vie de communauté, ce qui signifie une vie d’obéissance de tous les instants. On ne fait rien sans une permission spéciale. On y travaille toute la journée, toujours dans un profond silence, excepté lors des deux heures de récréation, accordées par la Règle. À chaque heure, ce silence est interrompu par quelque prière faite à haute voix. On expose « devant leurs yeux [les yeux des pénitentes] un tableau sur lequel étaient représentées les 14 stations du chemin de la croix […] leur esprit occupé des souffrances de Notre-Seigneur était moins exposé à se reporter vers des souvenirs dangereux » (Casgrain, 1896 : 348).

35Dépendamment de chacune, le séjour des femmes à l’asile pouvait être de quelques mois à quelques années. Les jeunes filles étaient, à leur sortie, soit rendues à leurs familles pour qu’elles continuent de vivre en bonne chrétienne, soit placées en service dans de bonnes familles ou encore elles devenaient elles-mêmes mères de familles. Elles pouvaient également demeurer au Refuge en tant que « Consacrées », c’est-à-dire qu’elles faisaient vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance ou en tant que « Madelaines », c’est-à-dire qu’elles étaient liées au service de Dieu pour la vie.

36Le travail de morale disciplinaire semble complet et efficace. La population des filles emprisonnées diminue, cependant, par rapport à celle des hommes.

Il suffit d’examiner la statistique de l’écrou pour toucher en quelque sorte du doigt l’action moralisatrice du Bon-Pasteur. A l’époque de sa fondation, il y avait à la prison autant et souvent plus de femmes que d’hommes ; aujourd’hui grâce à la prédication continue de nos sœurs et aussi à l’école de réforme tenue par les mêmes religieuses […] il y a à peine un tiers de femmes à la prison sur le chiffre total des détenus (Casgrain, 1896 : 222).

37De fait, c’est en 1870 qu’il devient possible d’établir de nouveau des catégories entre les jeunes filles et les femmes, avec l’hospice St-Charles. « Le gouvernement jeta naturellement les yeux sur les congrégations religieuses pour l’établissement des écoles de réforme et d’industrie, comme étant plus économiques et offrant plus de garanties » (Casgrain, 1896 : 238). En effet, comme on le voit quelques 26 ans plus tard, l’hospice a rempli sa tâche, selon le père Casgrain :

Depuis que l’école existe, i.e. dans l’espace de 26 ans, les Sœurs ont reçu et formé environ 200 jeunes filles absolument gratis […] et à peu près 250 pour une pension nominale, en vue de soustraire ces enfants aux dangers auxquels elles étaient exposées (Casgrain, 1896 : 241).

38La meilleure preuve de la bonne tenue de cette école résiderait dans le fait que presque tous les enfants qui en sortent persévèrent dans le bien. Mais qu’est-ce qu’on y fait exactement ? Outre les cours élémentaires, on prépare les enfants aux travaux manuels. On les accoutume à toutes les occupations de ménage pour qu’elles sachent tout ce qui rend une femme utile dans la maison. Les élèves y apprennent de plus le jardinage, la comptabilité, la manière de faire les achats pour la maison.

39L’État cesse d’entretenir ces enfants à quatorze ans, mais les Sœurs peuvent prolonger leur sollicitude. À quatorze ans, les élèves sont placées dans des familles recommandables, si elles sont suffisamment formées ; sinon l’école continue à en prendre soin jusqu’à l’âge de seize, dix-sept et même dix-huit ans. Si les Sœurs s’aperçoivent que leurs protégées chancellent, elles les reprennent jusqu’à ce qu’elles soient raffermies et capables de se conduire elles-mêmes. Par ailleurs, au Bon-Pasteur, il n’y a pas d’autre clôture que le bon vouloir de celles qui y demeurent.

40L’hospice St-Charles s’occupe de deux catégories de jeunes, soit les délinquantes et les enfants pauvres et sans protection (jusqu’à quatorze ans). En 1899, l’hospice compte « 210 enfants dont 117 sous le contrôle du gouvernement, et les autres aux frais de l’Hospice ou ne payant qu’une pension nominale » (Cinquantenaire de la fondation de l’asile du Bon-Pasteur de Québec, 1900 : 12). Quittant l’hospice St-Charles, ces adolescentes de quatorze ans sont accueillies au Patronage Ste-Genevière, jusqu’à dix-huit ans. Le but est de « former les jeunes filles, d’en faire de bonnes chrétiennes armées pour les luttes de la vie, et de les préparer à devenir de véritables femmes de ménage, économes et pratiques » (Archambault, 1929 : 184). Les jeunes filles sont suivies et aidées jusqu’à ce qu’elles soient « fixées ».

41Pour les garçons des prisons communes, on ne connaît pas cette compassion et cette capacité tactique que les Sœurs offraient aux femmes et aux filles des mêmes milieux. C’est l’État qui leur impose une prison bien à eux, à savoir une « prison de réforme ». En effet, cet établissement, qui veut corriger le jeune par l’instruction, la discipline et le travail, s’adresse au jeune délinquant (de seize ans et moins) et à quelques-uns de ses aînés (de seize ans à vingt et un ans).

42En ce qui concerne le jeune délinquant, une toute nouvelle mesure devient officielle le 10 juin 1857, sous le titre : Acte pour accélérer le procès et la punition des jeunes délinquants. Dans ces termes, le jeune délinquant est âgé de moins de seize ans et a commis une « offense ». La dénonciation d’un jeune peut se faire devant un juge de paix sur le serment d’un témoin digne de foi. Suite à une sommation à comparaître ou à un mandat d’arrestation, le jeune répond de son accusation devant deux juges de paix. Il peut être envoyé à son examen ultérieur ou à son procès, emprisonné à cet effet ou libéré sous caution.

43Deux juges de paix au moins entendent un procès sommaire, sauf s’il y a renvoi au tribunal ordinaire, selon le désir des juges ou de l’accusé.

44On pourra exiger du jeune la restitution des biens volés ou la compensation de leur perte. Les juges peuvent encore libérer l’accusé s’il n’est pas trouvé coupable ou si le châtiment de l’incarcération n’est pas jugé nécessaire. Dans ce cas, la libération peut être ordonnée avec ou sans caution et la restitution des biens volés peut être exigée.

45C’est aussi en 1857 (10 juin) qu’un premier acte législatif s’inscrit afin d’établir des prisons pour les jeunes délinquants. L’objectif énoncé est vaste et sans réserve :

Considérant qu’il pourrait être d’un grand avantage public d’établir des prisons dans lesquelles les jeunes délinquants seraient détenus et corrigés, et recevraient telle instruction et seraient soumis à telle discipline qui paraîtrait le plus propre à les réformer et à réprimer le crime (Préambule).

46Il sera donc loisible au gouverneur de faire ériger deux édifices : un dans le Bas-Canada et un autre dans le Haut Canada, pour servir de prisons pour la détention et la réforme de tels délinquants. Ces prisons seront nommées des « prisons de réforme » (art. I).

47Le rôle de la Cour y est bien spécifié et délimité (art. V). De fait, elle détient l’entière discrétion d’envoyer toute personne âgée de vingt et un ans et moins, dans les prisons de réforme. La sentence ne devra pas être de moins de six mois ni de plus de cinq ans.

48De plus, il sera loisible au gouverneur, sur le rapport des inspecteurs, d’ordonner que tout délinquant condamné à la prison de réforme en soit renvoyé s’il est incorrigible. Ce dernier sera alors envoyé au pénitencier pour servir le reste du terme d’emprisonnement qu’il aurait servi à la prison de réforme (art. IX).

49Enfin, le gouverneur a l’autorité d’ordonner qu’aux alentours de la prison de réforme, il y ait une étendue de terre propre aux fins agricoles n’excédant pas deux cents acres (art. XII).

50En 1858, l’Acte de l’inspection des prisons de 1857 est modifié pour permettre aux inspecteurs de retirer du pénitencier tout détenu leur paraissant de moins de vingt et un ans, pour le transférer à la prison de réforme (art. II).

51La prison de réforme desservant le Canada-Est ouvre ses portes en 1858. Située sur l’île aux Noix dans le Richelieu, elle connaît des difficultés à cause de l’éloignement de la ville (personnel non qualifié) et de l’exploitation de la terre (trois acres et demie seulement sont cultivées sur deux cents cultivables).

52Les pensionnaires de cette prison sont déménagés, en 1862, à St-Vincent-de-Paul, dans un couvent acheté aux Sœurs de la Charité. Mais il n’y a que quarante arpents de terre et le préfet Prieur juge que cela ne permet pas d’assurer l’autosuffisance économique. Alors, ce dernier fonde à Montréal un comptoir de vente de la ferblanterie manufacturée par les détenus (Tremblay, 1982 : 8). En 1864, la prison brûle et après s’être affairés à la reconstruire, les détenus se concentrent surtout sur leur travail en atelier.

53La « Réforme » de Saint-Vincent-de-Paul est un

riche et superbe édifice en pierre de taille à trois étages auquel on travaille depuis quatre ans, et qui n’est qu’à moitié fait. Le coût total de sa construction sera d’environ 300 000 $ ; et il pourra contenir deux cent cinquante sujets. Il y en a aujourd’hui cent cinquante dans les bâtisses temporaires, excepté la nuit alors qu’on les renferme dans les cellules ou le dortoir du nouvel édifice. Ces cellules sont à trois rangées superposées, de quarante cellules à chaque étage. Comme bien d’autres dans ce pays, cette bâtisse a été commencée sur un plan trop dispendieux et trop rétréci, en outre une solidité inutile, qui en augmente encore le coût. Une construction plus modeste aurait permis de la faire plus spacieuse avec la même somme ; ce qui eut été bien mieux, selon nous.

La conduite intérieure de cette maison est dévolue au Préfet qui en est le chef. M. Prieur, le préfet actuel, paraît toujours avoir rempli les devoirs de sa charge à la satisfaction de tous nos prédécesseurs (Canada, Documents de 1e Session no 23, 1869).

54En 1869, la solution du travail agricole est de nouveau proposée par le préfet. Plutôt, le gouvernement fédéral décide de transférer les détenus canadiens-français du pénitencier de Kingston dans la prison de réforme de St-Vincent-de-Paul. En 1873, il ouvre le pénitencier et transfère les jeunes à réformer dans un ancien hospice pour vieillards et orphelins. Cet hospice avait été construit par le philanthrope Olivier Berthelet et c’est lui qui voulait le voir servir aux jeunes délinquants. Son souhait devait se réaliser alors que les Frères de la Charité, reconnus comme experts dans la réforme des jeunes délinquants, allaient administrer l’institution. Si, de 1858 à 1872, le nombre de jeunes était passé de 58 à 167, de 1873 à 1892, il passe de 180 à 603, pour ensuite décliner (Tremblay, 1982 : 19).

55L’école des Frères de la Charité est faite de surveillance, d’enseignement et de travail sur le modèle même de la manufacture. Ce serait le meilleur moyen de discipliner les jeunes. D’ailleurs, le jeune qui se soumet bénéficiera d’une remise de peine.

56Après une première période d’essai (1857-1868), la deuxième étape (1869-1908) est marquée par la prise en charge de l’établissement par l’Église, avec une surveillance qui lui est propre, c’est-à-dire charitable et douce. On vise à la formation à des métiers, alors que la population à réformer passe par une période de surcroissance, puis par un déclin. Enfin, c’est plus dans les actes (légaux) que se fait une distinction entre école d’industrie et école de réforme (nommée, à l’occasion, Réformatoire ou la Réforme, à Montréal, chez les Frères de la Charité).

1.2 − AU XXe SIÈCLE, LE SUJET PATHOLOGIQUE

57L’action de l’Église se poursuit au XXe siècle, elle fait front commun avec l’État-providence et doit s’adapter et propager un nouveau savoir scientifique cette fois, savoir qui laisse place à la maladie et au traitement des jeunes.

58Le service social est placé côte à côte avec les sciences sociales, la théologie, la philosophie, la médecine mais aussi avec le génie forestier, le droit et l’histoire (aspect culturel) (Service social, 1951). On confirme au service social son statut de science. En même temps, on reconnaît son caractère d’utilité. Le service social médical peut « aider le médecin à confirmer son diagnostic et souvent à modifier son traitement pour le rendre plus efficace » (Leblond, 1951 : 20).

59La Commission Archambault (1938) permet au débat sur le traitement des jeunes délinquants de prendre toute son ampleur. Par exemple, l’un des objectifs primordiaux de la Commission est de doter chaque cour juvénile des services d’un psychiatre. Ce dernier agirait à titre de conseiller du juge dans les ordonnances ou sentences à prescrire. De plus, il faudrait que l’enfant soit suivi et dirigé par un agent de surveillance.

Il est bien inutile, après qu’un enfant a été traduit devant la cour juvénile, a subi un procès et a été réprimandé par le président du tribunal, de le libérer conditionnellement s’il n’est pas suivi par des fonctionnaires compétents (Canada, 1938 : 198).

60L’idée d’un traitement scientifique se greffe systématiquement à la dénonciation d’un danger qu’il faut vaincre. Pour la psychiatrie, il est alors nécessaire de « mieux évaluer l’état d’esprit des individus assistés, jeunes et adultes, de toutes langues et religions » (Miller, 1941 : 203).

61Un peu plus tard, en 1949, la psychiatrie ajoute qu’il faut reconnaître très tôt les cas de « cécité morale », de folie morale ou d’» agénésie du sens du bien et du mal » qui rendent absolument inapte à vivre en société (Miller, Pelletier et LaRue, 1949 : 25).

62La psychologie, pour sa part, est un peu plus explicite, ce qui ne l’empêche pas pour autant de se lier à la morale. La personnalité est vue comme étant responsable de la délinquance, elle prime sur les causes sociales identifiées comme les cycles économiques, le travail, la presse, le cinéma, les loisirs, les gangs, l’école, la famille. Cette personnalité, il faudra la surveiller, la réhabiliter, la discipliner.

Le délinquant vit pour la satisfaction immédiate de ses désirs. Ce trait de caractère le rend « incapable » de préparer convenablement son avenir, incapable aussi de se conformer aux standards sociaux et aux règles de la morale.

Le délinquant cherche à se montrer fort en affichant des attitudes de brutalité et de provocation.

La conscience du délinquant n’est pas véritablement rationnelle et autonome, c’est pourquoi le remords authentique lui est presque inconnu. Le délinquant typique n’est pas susceptible d’éducation, mais uniquement de rééducation (Beausoleil, 1949 : 212).

63L’expérience auprès des « délinquants » sert à visualiser objectivement ce que constituent toutes ces déviations à la norme (morale).

64Ces dires du père Beausoleil sont entérinés par le directeur de l’Institut de psychologie de l’Université de Montréal de l’époque, le père Mailloux. Ce dernier, d’ailleurs, expliquait déjà depuis 1944 que les « jeunes délinquants » avaient des problèmes reliés à leur personnalité. L’ouvrage du père Beausoleil est encore accepté dans bien d’autres milieux, comme s’il offrait une synthèse longtemps recherchée et fort utile.

65La pénurie des moyens, face à l’étendue « du problème de la délinquance », est dénoncée comme un danger public. La somme des initiatives à prendre, devant la menace que représente le « délinquant », constitue une des tâches les plus urgentes à cette époque.

66Tout y passe. On cherche pour les « jeunes délinquants » des loisirs (de Bienville, 1942 : 220), des foyers croyants (Relations, 1943 : 294), des écoles où l’on enseigne l’art de vivre (Dalton, 1943 : 3). Diverses formes d’institutions sont désignées pour s’occuper des « jeunes délinquants », à savoir la famille, l’Église, l’école, les services du bien-être ou d’enquête, la police, la clinique d’orientation, la cour juvénile, l’école de réforme... (Dalton, 1944 : 75). « Sans religion », sans famille, on aboutit au délit (Beaulieu, 1944 : 91). Le danger reconnu, on détermine qui peut l’enrayer. Les « juges remplaceront les parents quand c’est nécessaire », les psychiatres, les psychologues, les auxiliaires sociaux feront de la « pédagogie morale » (Relations, 1944 : 116). Tout foyer deviendra « une sentinelle contre le crime » (Relations, 1949 : 362).

67« Réformer vaut mieux que punir, que ça prenne 2 mois ou 10 ans ». Le travail (dans les fermes pénitentiaires), l’éducation et « maintenant la psychiatrie peuvent faire du bien à qui prend son mal en patience […] C’est plus chrétien et ça coûterait moins cher » (Relations, 1949 : 105).

68On est prêt à engager définitivement l’administration de la justice pénale et les pratiques pénales dans l’aventure du traitement scientifique. Le pouvoir public redonnerait ainsi à la loi « sa force morale naturelle », celle « d’orienter les activités personnelles vers un bien ultime » (Beausoleil, 1949 : 2).

69Le traitement, destiné au bien des individus, s’offre dans les centres spécialisés, tantôt ouverts, tantôt fermés, pour les jeunes d’abord, puis pour les adultes. La loi s’amende ou se crée pour faire place à l’idée de traitement alors que les professions précisent leurs terrains respectifs afin d’exercer leurs fonctions. Prenons quelques exemples.

70Au Service de réadaptation sociale de Québec, l’abbé Lortie, « directeur social », fait du jeune criminalisé, une affaire psychosociale. Pour lui, il y va

du sens commun que le diagnostic psycho-social, c’est-à-dire l’étude approfondie de l’état physique, psychique et social du délinquant, en un mot, de tous les facteurs qui constituent sa personnalité et sont susceptibles d’entrer en jeu dans sa conduite, doit servir de guide dans toute décision à prendre à son endroit (Lortie, 1951 : 113).

71Après avoir décrit la manière d’effectuer le diagnostic psychosocial, il affirme que si l’organisme, où ces services sont donnés,

s’attache particulièrement à l’aspect naturel de la vie humaine, c’est qu’il est convaincu de la nécessité du développement des vertus naturelles chez les individus, lesquelles sont, selon l’avis des théologiens, le substrat qui permet l’exercice continuel des vertus surnaturelles (Lortie, 1951 : 115-119).

72Le Centre psychosocial de Québec, qui existait depuis 1946, précise ses buts quelques années plus tard. L’objectif, nettement avoué par ses promoteurs, est « d’étudier les enfants présentant un problème d’attitudes ou de comportement, poser le diagnostic et suggérer un traitement et une orientation » (Miller, Pelletier et LaRue, 1949 : 1285). Selon eux, en plus de s’avérer un centre où des « miséreux » trouvent la solution à leurs problèmes, car il est la suite du service familial, l’organisme deviendra un « excellent médium de dépistage et d’hygiène mentale au service de l’enfance en général et de l’enfance malheureuse en particulier ». Le traitement entre aussi dans les institutions pour les jeunes, respectant l’esprit de la nouvelle Loi des écoles de protection de la jeunesse, votée en 1950. Il faut répondre aux « besoins spécifiques de chaque cas d’illégitime, d’orphelin, de vagabond, de négligé ou d’abandonné » (Lemay, 1952 : 20).

73Selon Lemay, pour y arriver, le travailleur social joue deux rôles : un à l’extérieur de l’institution, un autre à l’intérieur. Ainsi, même avant l’entrée du jeune à l’école de protection, le travailleur social doit éclairer le juge lorsque celui-ci « le charge de faire enquête ». Dans l’école de protection, il montre aux éducateurs comment former des citoyens « utiles et respectés » et il prépare le jeune à sa sortie (voir aussi Poulin, 1956).

74Les écoles de protection deviennent, dans les années 50, la grande affaire des psychoéducateurs, soutenus entre autres par le père Mailloux, le père Beausoleil, Gilles Gendreau, Jeannine Guindon (Bertand, 1981 : 16). Là, comme au centre d’orientation du boulevard Gouin, se forgent des explications de la « délinquance ». De plus, l’intervention prend des allures scientifiques ; théories de la délinquance et de son traitement émergent en raison de la disponibilité du « délinquant » comme objet d’observation.

75À la fin des années 50, Lecavalier (1959, 1961, 1962, 1965), président de l’Association des aumôniers de pénitenciers et de prisons, réussit à convaincre le ministère du Bien-Être social de l’importance véritable de cliniques de diagnostic d’aide à l’enfance, au service du tribunal. Là se retrouvent les Mailhiot et Gauthier psychologues, Lecavalier, travailleur social et prêtre, et des psychiatres consultants, Cloutier, Lazure et autres. Plus tard, on y verra les Gauthier (Maurice), Godbout et Bertand. Plusieurs de ces personnes et bien d’autres mentionnées antérieurement feront carrière dans ce que l’on appelait alors l’administration de la « correction » juvénile ou adulte.

76La recherche de nouveaux appareils est constante et personne ne se soucie encore que ces appareils mêmes sont problématiques. Plamondon (1970) signale l’augmentation du nombre de jeunes de seize ans et moins à comparaître devant les cours de bien-être, aux termes de la Loi sur les jeunes délinquants, une augmentation de 340 p. cent. Il suggère que les services de probation doivent répondre aux nouveaux besoins. On cherche la solution dans de nouveaux services alors que le concept de la délinquance atténue l’aspect moral et accentue l’aspect pathologique.

77« Le délinquant est l’enfant ou l’adolescent qui, par suite de circonstances sociologiques, biologiques et psychologiques, est dans un état d’inadaptation tel qu’il outrepasse la plupart des lois communément admises par la société et, ce faisant, ne ressent aucune culpabilité » (Lecavalier, 1962 : 208). Il ne faut pas oublier que la culpabilité a souvent une origine inconsciente. Ce qui doit éveiller notre attention, c’est lorsque l’enfant admet tout sans effort et avec facilité. Ici, selon Lecavalier, on risque fort que ce soit uniquement le produit de l’inconscient « qui ne connaît ni la morale, ni la loi, ni la police, ni le juge » (Lecavalier, 1959 : 17). Ne l’oublions pas, dit-il, il n’est pas besoin de pécher pour se sentir pécheur. Chez le délinquant, il faut en arriver à faire passer au plan conscient ce qui est inconscient. C’est la façon d’engager un comportement de culpabilité. Il s’agit simplement pour le juge, l’officier de probation, le clinicien ou l’éducateur d’opposer « une répression forte devant une pulsion pressante et aussitôt l’enfant se sent coupable ». La cure d’un tel enfant commence même avant le premier contact avec le tribunal pour se terminer avec la post-cure du lieu d’enfermement, tel « le convalescent à la sortie de l’hôpital, qui est dans la nécessité de faire un stage d’apprentissage, afin de réintégrer par lui-même les fonctions qu’il occupait avant sa maladie ».

78Fort de cette conception, Lecavalier (1961) peut parler de cette « armée qui travaille jour et nuit à la rééducation de la jeunesse délinquante », « cancer » qui ronge la société, « fléau social ». Ce sont juges, avocats, psychiatres, psychologues, médecins, travailleurs sociaux, officiers-enquêteurs, moniteurs, infirmières, gardiens, prêtres, religieux et religieuses. Cette armée s’emploie, en adoptant une « attitude scientifique, objective et rationnelle », à utiliser les moyens adéquats et les meilleures formules de traitement, de telle sorte que le jeune puisse s’intégrer dans la société et remplir sa fonction de citoyen. C’était l’âge d’or de la médecine psychologique qui prenait fin ainsi dans les années 1960 au Québec. L’âge où la pathologie dans laquelle le jeune est enfermé laisse toute la place à une intervention qui n’a plus ses apparences punitives d’antan. D’ailleurs, on affirme ne plus punir. On traite, mais faut-il constater qu’il s’agit d’une cure forcée qui peut malgré tout consacrer, entre autres, le milieu de renfermement, le milieu totalitaire du jeune.

1.3 − AU xxie SIÈCLE, LE JEUNE VIOLENT

79Dans les années 1960, aux États-Unis, l’American Medical Association rend publique une manière nouvelle de décrire et de classifier certains actes et un comportement particulier qu’on appelle la « maltraitance infantile ». Journaux et télévision annoncent le nouveau fléau, le « syndrome de l’enfant battu ». Bientôt, il devint possible de parler rétroactivement de la maltraitance infantile (Hacking, 2001 : 186), de victimes de mauvais traitements en tant qu’enfants, de parents coupables de mauvais traitements sur les enfants (Kempe et al. dans Hacking, 2001 : 186). Il semble qu’un nouveau monde s’ouvre où la cruauté envers les enfants − cette ancienne désignation et l’une des dernières croisades victoriennes − fait maintenant place à une appellation, à une croisade qui donne tout son poids aux mesures qu’il faut dorénavant prendre envers l’enfant, les parents, les éducateurs et autres. L’institution médicale capable de faire l’expertise de la maltraitance doit avoir la responsabilité de guider tous et chacun à cet égard. Elle fournira du même coup les « évidences » de la maltraitance au tribunal afin de punir les coupables.

80De fait, ce qui distingue principalement la maltraitance infantile de la cruauté envers les enfants, c’est d’être une affaire médicale avant d’être une affaire morale. De plus, comme maladie, la maltraitance peut atteindre toutes les classes sociales, elle peut se propager si on omet d’appliquer les remèdes nécessaires. Elle concerne les délits sexuels mais aussi la « séduction » qui peut y conduire. Elle n’est pas étrangère à l’agression qui en assure le fondement. Elle se distingue de la délinquance juvénile mais peut l’engendrer. Enfin, il devient possible de lier violences sexuelles et maltraitance physique. « Mais ce fut aux militantes féministes de les associer publiquement » (Hacking, 2001 : 189).

81C’est dans les années 70 que se prépare de façon plus intensive ce dont nous héritons dans le début du xxie siècle, le jeune violent. Au moment où la légitimité d’État est questionnée, où la science révèle ses vues partielles et partiales, où des occasions semblent laisser place à des minorités silencieuses depuis quasi un millénaire. Les femmes, entre autres, permettront à un tout nouveau récit de prendre forme, celui de la violence. Violence contre les femmes, violence contre la famille, violence contre les jeunes forment une nouvelle conscience sociale laquelle permet d’engager une lutte contre cette violence qui échappe très vite aux principaux intéressés.

82Secouées par les divers changements sociaux, les législations sur les jeunes délinquants ou les jeunes en difficulté tenteront de s’adapter tant bien que mal. Le jeune est bien victime de son entourage et a besoin qu’on le supporte, mais il doit encore être responsable quelque part de cette violence, ce nouveau fléau social.

83Au Québec, le ministère des Affaires sociales, fidèle à son rôle traditionnel en regard des jeunes, tente dès 1972, en collaboration avec le ministère de la Justice, d’introduire une nouvelle loi concernant la protection de la jeunesse. Le rôle que doit jouer la famille est privilégié, l’obligation de signaler la situation de l’enfant « en danger » est créée, en plus d’un Service de protection de la jeunesse au ministère de la Justice. Suite à toutes sortes de critiques concernant le manque de protection des droits des jeunes à l’intérieur du nouveau projet de Loi, puis en raison d’élections provinciales, le projet est retardé. La loi ne sera votée qu’en 1977 et entrera en vigueur en 1979.

84La nouvelle Loi sur la protection de la jeunesse donne un nouveau rôle au tribunal de la jeunesse (ancienne Cour du bien-être social). Ce rôle est guidé par le principe de la « déjudiciarisation », un processus visant à réduire l’intervention du tribunal.

85Mais au sein de chaque Centre de services sociaux, un directeur de la protection de la jeunesse sera saisi des cas de tous les jeunes de quatorze ans et moins et possiblement des jeunes de quatorze à dix-huit ans qui sont menacés dans leur « développement personnel » ou à qui on impute un acte criminel, en fonction d’une loi ou d’un règlement en vigueur au Québec. Un Comité de protection, formé de quatorze personnes, sert de protecteur du citoyen à ces jeunes de dix-huit ans et moins.

86La Loi sur la protection de la jeunesse est rapidement dévalorisée. Plusieurs craintes exprimées dans le rapport de la Commission parlementaire spéciale sur la protection de la jeunesse (Québec, 1982) suggèrent qu’il faille distinguer entre protection et délinquance. Les « enfants », ainsi catégorisés, doivent » bénéficier » d’interventions différentes. La responsabilité pénale du jeune est portée à douze ans et le tribunal reprend ses prérogatives.

87Les recommandations de cette Commission parlementaire correspondent quasi parfaitement à la nouvelle Loi sur les jeunes contrevenants de 1984 (remplaçant la Loi sur les jeunes délinquants de 1908) que le fédéral tente d’implanter depuis quelques années et dans laquelle l’âge de la responsabilité pénale est établi à douze ans. L’énoncé de plusieurs principes donne à la loi tout son sens : la responsabilité des « jeunes » vis-à-vis leurs délits, le besoin de la société de se protéger, l’obligation d’assister les jeunes mais aussi de protéger leurs droits ainsi que ceux de leurs pères et mères. Le jeune est moins malade, il n’est plus le porteur de vice précoce, il est sur le chemin de devenir un danger. Sa violence doit être contrée et des changements à la Loi sur les jeunes contrevenants tentent de valider cette perception dès les années 90. Dans les débats concernant le projet de loi C-12, on peut entendre un député avancer :

Le nombre de jeunes accusés devant les tribunaux de crimes avec violence a augmenté de 34 p. 100 au cours des quatre dernières années, rapporte Statistique Canada. Les chiffres communiqués hier montrent que les crimes avec violence chez les jeunes de 12 à 17 ans, y compris les homicides, les vols qualifiés et les agressions sexuelles, ont augmenté depuis 1986-1987. […] plus de 60 000 affaires impliquant des jeunes ont été entendues par les tribunaux canadiens en 1990-1991. Dans 9 013 de ces causes, l’accusation portait sur un crime avec violence, notamment des voies de fait ; venaient ensuite la possession ou l’usage d’armes, puis le vol qualifié (Canada, 1991, Débat concernant le projet de loi C-12 : 4318).

88Les projets de loi concernant les jeunes contrevenants dans les années 90 réclament tous une plus grande sévérité des peines.

89En 1992, l’adoption du projet de loi C-12 fait passer de trois à cinq ans moins un jour la peine imposée à un contrevenant reconnu coupable d’homicide par les tribunaux pour adolescents et fixe une peine maximale de trois ans dans le cas d’autres infractions de nature violente. À titre d’exemple, les infractions de nature violente sont les infractions d’ordre sexuel, le vol qualifié, les voies de fait et infliger des lésions corporelles, les infractions relatives aux armes, le harcèlement, l’intimidation et l’extorsion. Pour les autres infractions, la durée maximale de la peine imposée par un tribunal pour adolescents est de deux ans. De plus, les règlements concernant le transfert des jeunes aux tribunaux pour adultes sont clarifiés afin de pouvoir faciliter un tel transfert.

90En 1995, protection du public oblige et la sévérité de la peine refait surface. L’adoption des projets de loi C-37 et C-41 fait passer la sentence pour le meurtre au premier degré à une période d’incarcération de dix ans moins un jour. Pour le meurtre au deuxième degré, on impose une sentence de sept ans d’emprisonnement. En ce qui concerne la disposition relative au renvoi devant les tribunaux pour adultes, les jeunes contrevenants de seize et dix-sept ans, qui sont accusés de crimes graves comportant de la violence, ont le devoir de convaincre le juge du tribunal de la jeunesse qu’ils ont raison de comparaître devant ce type de tribunal. C’est-à-dire que le fardeau de la preuve est inversé ; dans ce cas-ci, le jeune est placé dans une position où il doit faire la preuve qu’il n’est pas une menace pour la société et qu’il mérite d’être jugé par un tribunal de la jeunesse. Sinon, il peut se voir transférer à la cour pour adultes, lieu où l’on accorde habituellement des sanctions et des sentences plus sévères que dans les tribunaux de la jeunesse.

91Enfin, en 1999, le ministre responsable dépose à la Chambre des communes le projet de loi C-3. Ce projet vise encore une plus grande sévérité des peines. De fait, tous ces projets de loi concernant les jeunes délinquants ont, pendant dix ans, répété la violence des jeunes et ont cherché à punir davantage ces derniers.

92C’est en effet depuis une trentaine d’années que l’on parle de façon systématique de la violence des jeunes et, dans plusieurs milieux, de l’augmentation fulgurante de celle-ci. Citons quelques exemples parmi de multiples autres, alors que bon nombre d’acteurs sociaux semblent reconnaître cette montée de la violence des jeunes.

93Les rues aux États-Unis sont devenues plus dangereuses que les zones de guerre. Le Washington Post, en première page le 9 mars 1991, signale que :

Conley Street, on this city’s northeast side, is a pleasant-looking row of brick and wood homes with small, neat lawns, a street that for years was the realization of the American dream for middle-income families. But in the past few years, Conley has become a street of crack, crime and occasional burst of gunfire. And at 2 :15 a.m. Monday, the bullets killed Army Spec. Anthony Riggs, something that all of Iraq’s Scud missiles could not do during his seven months with a Patriot missile battery in Saudi Arabia.

94Ce passage noté par Glassner (1999) n’est qu’un exemple parmi des milliers qui viennent hanter les Américains et leur faire croire le pire quant à la montée de la violence, dans les villes tout spécialement.

95« Aux États-Unis, ils ont 15 ans … et ils tuent » (Le Monde diplomatique, 1993 : 20). Ce serait la nouvelle gangrène de violence. Quelques années plus tard, cette gangrène est déjà en France et s’attaque même aux enfants. « Violence : après les ados, les enfants. La haine à 12 ans » (Le Nouvel Observateur, 1995 : 1118). Ces enfants des cités sont de plus en plus jeunes à devenir « de plus en plus violents » avec « de moins en moins de points de repères » et « de moins en moins de limites ». D’ailleurs, l’on cherchera à éliminer les plus dangereux au moyen de la peine capitale (James, 2002).

96Au Canada, il semble que la situation est pour le moins des plus inquiétantes.

De 1988 à 1991, le nombre de jeunes qui ont commis des crimes violents à Ottawa a plus que doublé, 500 contre 1 000. Les jeunes contrevenants utilisent davantage d’armes pour perpétrer leurs crimes et 24 % des délits graves sont commis par des filles.

Ces statistiques […] assez troublantes ont été dévoilées hier au colloque sur La violence et les jeunes, tenu à Ottawa. Plus de 400 participants de la région venant de tous les milieux – écoles, services de police, organismes communautaires, sociaux et juridiques – se sont réunis pour trouver des solutions à un phénomène qui n’épargne aucune couche de la société : la violence chez les jeunes (Le Droit, 1993).

97À Montréal, les enfants seraient plus méchants dès six ans. « Plus ils sont jeunes, plus ils sont méchants […] Les pires cas surviennent au primaire. Les enfants se ruent sur les enseignants à coups de poing et coups de pied » (La Presse, 1998, p. B 6 et suiv.). En gros titre du même journal, on apprend qu’un professeur est agressé (un crime) tous les quatre jours dans les écoles de Montréal. La violence des jeunes a doublé en quelques années ; elle ignore les sexes, les races, les classes, même les frontières, mais encore elle peut démarrer très tôt. Non plus des journaux locaux, mais une revue publicitaire sur les sciences cette fois nous révèle les faits troublants. La violence des jeunes est à la maison, à la garderie, à l’école, dans la rue − elle semble omniprésente.

Dès la maternelle, 14 % des garçons et 4,4 % des filles se battent, bousculent et intimident les autres, les frappent et les mordent, selon les enseignants. La proportion de garçons violents est plus élevée à Montréal (19,2 %) et encore plus dans les écoles de milieux socio-économiques faibles de la CECM (26,8 %). Elle est moindre dans l’Outaouais (8,7 %) et dans l’Estrie (10,8 %) (Forum, 1990 : 7).

98Mais qu’est-ce que l’on entend par la violence des jeunes ? C’est un peu de tout comme nous allons voir ; c’est surtout très loin de ce que nous nommons crimes violents ou simplement crimes. Que l’on soit à l’école, sur la rue, dans une institution ou en famille, la définition change. À l’école par exemple, peuvent devenir violents le langage, le geste, même l’attitude si on les juge déplacés, abusifs, irrespectueux. Le milieu, les acteurs, les circonstances, les intérêts ou les visées de chacun peuvent faire appeler le jeune « violent » s’il dérange. On le verra même au niveau de la maternelle.

99Trois portraits de jeunes sur trois siècles : des jeunes à sauver du péché, des jeunes dont il faut refaire la personnalité, des jeunes à reconstruire et à punir.

100Il apparaît bien, à travers ces portraits, comment la déviance est considérée comme un mal, un péché, comment, un peu plus tard, ce mal, ce péché devient souvent maladie. Le crime des jeunes, à cet égard, transite souvent entre mal et maladie. Mais si l’on parle de violence, il semble possible, peut-être paradoxalement, de conjuguer mal et maladie. Divers intérêts sont encore en jeu dans ce processus d’attribution, qui se fait ainsi politique.

101Cette nature politique caractérise non seulement la légitimation des définitions de la déviance (dans la loi ou des catégories médicales), que ce soit par l’entremise d’entrepreneurs moraux ou de groupes promouvant des intérêts de classe, de statut, mais aussi la désignation (péché, problème moral, crime ou maladie ou les deux à la fois) attribuée à une déviance particulière du fait qu’elle influence l’agent de contrôle social qui lui est lié (église, système de justice, corps médical), le mode d’intervention et l’objet de cette intervention (le social ou l’individuel) et donc l’attribution de la responsabilité. La science est alors une arme privilégiée dans les rapports de pouvoir entre les différentes organisations ou collectivités qui négocient une désignation particulière dont la vérité ou la normalité sont les enjeux essentiels. On peut observer le processus de médicalisation de la déviance, celui par lequel certaines catégories de comportements déviants sont définies comme des problèmes médicaux et non plus moraux, ce qui implique que la médecine devient l’agent de contrôle social principal, par le biais du traitement. La maladie, on le constate, n’est pas un phénomène objectif qui aurait un statut ontologique dans la nature. Le phénomène biophysiologique qui sert à définir la maladie n’est que la base d’un jugement social négatif sur des conditions naturelles. Le diagnostic et le traitement se fondent en conséquence sur de tels jugements et ne sont donc pas moralement neutres (Conrad et Schneider, 1980 : 32).

102Ce type de déviance, au contraire du crime, est considéré non volontaire ce qui induit une réponse sociale différente d’une punition : un traitement, censé modifier les conditions qui empêchent la conformité, dispensé par le corps médical. Ce dernier est l’agent de contrôle social approprié puisque son rôle est de minimiser la perturbation du groupe social, de normaliser la maladie pour que les individus touchés retrouvent leur capacité productrice. L’expansion de la juridiction médicale est donc liée à la modification de la sanction privilégiée pour la déviance : le traitement se substitue à la punition et implique un changement d’agent de contrôle. Ce mouvement, caractérisé dans le domaine pénal par l’idéologie de la défense sociale et lié au déclin de la religion, peut paraître humanitaire et scientifique. Il est cependant lié au passage, dans la conception de l’homme, du libre-arbitre au déterminisme, ouvrant la voie à la négation des droits du patient et à l’accroissement du contrôle social par le biais de la psychotechnologie. Le modèle médical (la maladie est causée par des difficultés physiologiques localisées dans le corps humain) impliquant de localiser la source de la déviance dans l’individu, la médicalisation de la déviance néglige les facteurs externes ou sociaux de la déviance en évitant d’attribuer une responsabilité quelconque à la société. L’adoption du modèle médical, estimé scientifique mais qui n’est pas neutre, est donc une décision politique.

103Les changements de définitions, de désignations de ce que sont ou deviennent les jeunes sont liés de façon particulière aux événements historiques, conflits politiques, mécanismes de contrôle social, découvertes scientifiques, revendications morales et rapports de pouvoir dans la négociation des limites entre juridictions. On ne peut ignorer ici le développement de la conception moderne de l’enfant. Construction sociale liée à l’industrialisation et l’urbanisation, cette conception est caractérisée par deux traits principaux : l’innocence et la dépendance, ce qui implique protection et éducation ou réforme.

104La juridiction médicale s’étend tout d’abord du fait de la construction sociale de la délinquance juvénile qui, si elle n’est pas manifestement un problème médical, est appréhendée selon une approche quasi-médicale. Du fait de la nouvelle conception de l’enfance, de nombreux comportements auparavant considérés comme communs (activités sexuelles, consommation d’alcool…) ont été définis comme déviants. L’analogie avec le modèle médical apparaît dès le XIXe siècle avec l’enfermement dans les maisons de refuge, lieu parfait de la réforme et de la protection contre l’environnement social, la pauvreté et la structure familiale étant estimées être sources des comportements délinquants et de la réforme. Déjà, l’on parle de traitement et non de punition. Ce modèle est étendu lors du développement d’une nouvelle idéologie du bien-être de l’enfant, essentiellement déterministe et empruntant beaucoup à la médecine (notamment l’image de la pathologie), qui prône l’idée d’une prévention de la délinquance par une intervention de type thérapeutique. Le contrôle social est étendu en conséquence à toute une série d’activités estimées contraires au bien-être de l’enfant sans qu’elles soient pour autant délinquantes et conduit à la création des cours juvéniles au tournant du XXe siècle. En effet, la délinquance juvénile créée légalement inclut non seulement les délits criminels similaires à ceux des adultes mais comprend également le fait d’être négligé par ses parents de même que les délits statutaires (le fait de consommer de l’alcool, de mendier, d’être en danger d’immoralité).

105L’extension du contrôle social est claire et basée sur le statut de dépendance et de besoin de protection des enfants. Le modèle médical apparaît non seulement dans l’idée de diagnostic mais dans celle de traitement préventif et ce au détriment des droits civils relatifs aux principes concernés.

106Ce sont ces droits que divers groupes tentent de réintroduire vers la fin du XXe siècle, ce qui a pour effet de mettre le vieux modèle médical entre parenthèses. Les nouvelles lois sur les jeunes, et la dite violence de ceux-ci, vont entraîner une fusion entre l’approche déterministe et celle du libre-arbitre du jeune, une fusion qui apparaît nettement en rapport avec la maltraitance des jeunes alors que non seulement la médecine psychologique entre en action, mais encore une médecine envahissante du corps. Prend place une nouvelle forme de gestion médico-légale des risques de ces jeunes (Dufresne et Hasting, 2003 ; Biron et Trépanier, 1994). Nous savons la nature du changement ; nous allons tenter de voir comment celui-ci se produit, comment le modèle médical s’est rapproché peut-être du modèle pénal. Que s’est-il passé pour que le jeune change encore de face ou plutôt comment cela s’est-il passé ?

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540