Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Introduction

Texte intégral

1La violence peut se faire dévastatrice de la société, des individus et des groupes qu’ils forment. Elle semble au cœur du social mais encore au centre de nos vies, au point de s’y confondre et d’en orienter l’histoire. Elle touche au moi profond, participe à orienter les choix, montre son visage dans la maladie, la misère et la mort ; elle colle à la culture, à la technique, à la science comme aux mythes ; elle est loin d’être étrangère aux idéologies et aux institutions qui, du même coup, apparaissent des instruments pour nous rassurer. Les réalités que permet d’appréhender la violence traduisent les soucis de l’heure. L’un de ces soucis se rapporte aux jeunes comme entité particulière et distincte.

2La « crise de l’adolescence » qui serait admise par tous tend à se traduire, aujourd’hui, non plus en termes d’une période difficile, mais en termes de violence qui peut couvrir plusieurs périodes. La « violence des jeunes », cette expression maîtresse, évacue en partie cette autre vision moins dramatique en un sens, plus favorable à la médecine de l’esprit et à la connaissance de cette dite période critique que serait l’adolescence. Parler de violence, c’est souvent parler de méchanceté, de cruauté, c’est condamner avant de « comprendre ». C’est peut-être vouloir dire libre arbitre au lieu de déterminisme, coercition avant traitement, punition au lieu de soin. Le glissement vers une version dramatisée des jeunes ne se distance pas seulement de cette autre version du « développement psychologique » du jeune ; elle semble ignorer quasi complètement la situation dans laquelle le jeune se retrouve, à savoir une situation socio-économique propice au développement des problèmes de catégorisation, de différenciation et d’exclusion. Ces phénomènes semblent souvent prendre forme grâce aux médias qui contribuent à jeter le discrédit sur les jeunes. Toutefois les médias ne font peut-être que parfaire, de façon stéréotypée, une image qui commence à se former bien avant.

3Comprendre cette « violence des jeunes » n’est donc pas seulement tenter de comprendre le « mal » que feraient ces jeunes. C’est chercher à voir comment on a pu traduire leur agir comme étant le mal pour ensuite classer ces jeunes et possiblement les exclure, ce qui en soi peut s’avérer une violence toute particulière, une violence marquée en partie par la recherche de sécurité. La violence a ainsi deux aspects importants : un aspect qui apparaît facilement comme mal, un autre qui se dissimule derrière de vieux procédés, si vieux parfois qu’ils apparaissent se fondre à la nature même des choses.

4La violence ne peut être considérée que d’un côté de la norme, à savoir du côté de celui qui la viole. Il importe de questionner comment cette norme est apparue, dans quel intérêt et à partir de quelles transactions, quel est son parcours, avec quelle force elle s’applique, quelles sont ses conséquences. La norme, à ces divers moments, peut aussi constituer de la violence. Dans ce sens, les critères appliqués pour mesurer la violence du faible s’apparenteront à ceux pour mesurer la violence du plus fort. Il y a lieu, dans les deux cas, de tenir compte du contexte, des conditions, des intérêts, de la situation d’interaction, des faits engendrés par cette situation, des dommages causés aux individus dans leurs possessions, dans leurs participations symboliques et culturelles dans la société à laquelle ils appartiennent. On comprendra que, si la violence emprunte les voies de la norme, il n’y a pas une violence universelle, mais des violences dans toutes les sociétés qui, entre autres, possèdent un appareil pénal. Cet appareil peut imposer des mesures d’exclusion les plus sévères, il peut se lier, surtout dans le cas des jeunes, aux appareils socio-éducatifs ou médico-pénals afin de contrer les risques que constitueraient les jeunes. Il n’y a pas de limite pour considérer le risque de violence chez le jeune ; certains insistent pour l’identifier chez le jeune dès l’âge de deux ou trois ans. On sait qu’à ce moment le pénal n’intervient pas ; toutefois, il apparaît dès lors que le jeune est lancé sur une voie sans retour, vers une jeunesse difficile, une jeunesse qui ne sera pas étrangère à l’exclusion produite par la gestion pénale.

5La jeunesse est une catégorie non spécifique ; hors du social en quelque sorte, la jeunesse ne peut être qu’une chose à gérer.

Actuellement, l’étiquetage des jeunes produit par les programmes de prévention de la délinquance tente de rendre les jeunes acteurs de leurs projets mais ceux-ci deviennent plutôt les « infra-acteurs » d’une logique sociale qui les instrumentalise. En affirmant que la jeunesse n’est qu’une chose, nous pensons que la jeunesse est plus qu’un discours, mais sûrement moins qu’un acteur social disposant d’une marge de pouvoir. D’où la tentation de poser cette question : que vaut-il mieux, être un mauvais acteur ou un bon mot ? (Vulbeau, 1995 : 101).

6Le terme de jeune laisse voir diverses réalités. En effet, le qualitatif de jeune peut s’inscrire, en premier, compte tenu des types d’âge : l’âge biologique, l’âge mental, l’âge scolaire, l’âge « responsable ». Déjà on peut entrevoir la diversité et la complexité des éléments qui entourent le concept : la maturité biologique change, la capacité mentale s’apprécie différemment, le temps de l’école se prolonge, la responsabilité prend de multiples formes. Au niveau pénal, par exemple, la pleine responsabilité est déclarée à dix-huit ans au Canada. Mais cette déclaration varie d’un pays à l’autre, sans tenir compte des âges de responsabilité atténuée qui sont fixés habituellement entre sept ans et dix-huit ans. La responsabilité économique qui veut qu’un jeune puisse vivre par lui-même et sans l’aide de ses parents a pris toute une voie nouvelle avec le prolongement de la scolarité. Ainsi, si on prétend qu’un adulte est, de façon générale, celui qui est mature en termes de croissance biologique et psychologique, celui qui peut être complètement responsable, économiquement indépendant, autonome en fin de compte, être jeune, on le constate, dépend en partie de la situation sociale dans laquelle un individu se trouve, du contexte qui l’entoure et des événements qui peuvent changer le cours de sa vie (Nicole-Drancourt et Roulleau-Berger, 2002 : 24-28). Ainsi, être jeune ne relève pas seulement − et ce de façon particulière − de désirs personnels, de volonté individuelle ou de recherche d’indépendance. Pourtant, il arrive que ces désirs, cette volonté et cette recherche soient vus comme l’expression du caractère juvénile, indépendamment du contexte mais encore comme si le jeune se distinguait de l’adulte sur tous ces plans. C’est dire ici l’importance de la catégorie ainsi formée, catégorie qui parfois disqualifie celui qui la partage, tout en le laissant voir violent dans les dernières années en Occident et surtout aux États-Unis.

7Parler des jeunes, de la jeunesse, c’est référer à une réalité changeante selon le lieu, l’époque et même le temps axé cette fois sur le jeune : le jeune et le futur, le jeune et le passé. La jeunesse est ainsi définie comme une étape de la vie, située dans un temps à construire par rapport à une génération antérieure (Attias-Donfut, 1996). « Les jeunes ne sont plus les mêmes », dit-on parfois. Mais les jeunes ne peuvent être les mêmes surtout si les possibilités qui devraient s’offrir à eux se bloquent différemment : accès à l’emploi, à l’autonomie (du moins économique), à la liberté et à l’expression de cette liberté, conduisant à la valorisation et à la reconnaissance de soi (Duret, 1999). De plus, faut-il compter sur les interdits qui se modifient et sur les catégorisations, comme celle de « jeune violent », qui s’imposent, poussées qu’elles sont par un vent de panique qui semble perdurer. En effet, la violence des jeunes, cette version dramatisée de l’adolescence, n’apparaît pas comme une simple panique passagère ; c’est une panique qui se prolonge, mais surtout c’est une panique qui est en voie d’institutionnalisation. C’est aussi une panique morale avec ses acteurs, ses initiateurs, ses promoteurs, ses croyants, une panique survenue de façon inattendue et subite. Au moment d’une panique morale, la conduite de certains membres de la société est considérée comme un danger pour les autres. Le mal que ces gens font ou qu’ils sont supposés faire, est ressenti comme une attaque capable de détruire le corps social lui-même. Ainsi faut-il prendre les mesures pour contrôler et punir les comportements fautifs. Un caractère d’urgence motive l’action entreprise, étant donné l’imminence du danger qui peut se répandre. Ennemis de la société par excellence, souvent dits déviants, délinquants, criminels, les fautifs présumés deviennent parfois les victimes de la colère, de l’hostilité, de la violence des groupes en émoi. Ces groupes tenteront par tous les moyens de convaincre non seulement le reste de la société du danger qui les guette, mais encore viseront-ils un contrôle social et légal qui puisse chasser ce danger à jamais.

8La panique morale, toute spéciale qu’elle est, courtise étroitement ce qu’on appelle déviance et problèmes sociaux (Goode et Ben-Yehuda, 1994). Les champs occupés par la déviance peuvent faire germer le souci moral propre à la panique morale. La conduite jugée immorale est plus sujette à soulever inquiétude et peur, tout en supportant des conduites plus conformes aux valeurs anciennes. Les problèmes sociaux, pour leur part, touchent cet intérêt du public campé aussi au sein de la panique morale.

9Dans la version dramatisée des jeunes, dans la présentation de leur violence, ressort facilement leur déviance que l’on tente de contrôler par tous les moyens, qu’ils soient spécialisés (santé, services sociaux, justice) ou non (familles, groupes primaires, écoles…). La question de la violence se fait si imposante qu’elle se transforme en problème social de la violence. Toute la société est ainsi concernée et son regard sur le jeune peut apparaître omniprésent.

10Il importe de saisir comment violence, jeune, panique morale en quelque sorte en arrivent à se conjuguer. En effet, spécifier le comportement des jeunes de sorte qu’il devienne d’intérêt public, qu’il apparaisse comme une déviance « naturelle » ou qu’il se fasse véritable problème social peut faire partie de processus complexes qui se situent à plusieurs niveaux.

11Une analyse s’impose alors au niveau macrosociologique afin de percer les aspects de la définition de la violence dans ses rapports aux structures du pouvoir. Une autre peut s’y juxtaposer, sur le plan microsociologique, où les désignations de la violence sont rattachées à leurs sources sociales. Cela devrait nous permettre de constater la nature socialement construite des désignations de la violence, en d’autres termes de l’émergence, des intérêts en cours, des interactions en jeu et du langage propre à consacrer le jeune comme violent.

12Afin d’illustrer notre position, à savoir que la désignation de violence relève davantage d’une démarche sociale que de caractéristiques inhérentes à l’individu, nous allons commencer par présenter trois portraits de jeunes dans trois temps différents où Église, médecine psychologique, gestion médico-pénale semblent s’imposer. Profilé, le portrait du jeune violent peut faire ressortir aussi bien les traits du mal que ceux du pathologique (chapitre un). Considérer les « faits » entourant les jeunes, circonscrire la violence qui s’y cache peut faire ressortir aussi bien la part d’agressivité intentionnée que la part déterminée. Une personnalité violente se forme et laisse présager un avenir précaire. Savoir dire la violence des jeunes (chapitre deux) n’est pas étranger aux moyens mis en place pour lutter contre cette violence (chapitre trois). En effet, contrôler et punir, prévenir et guérir peuvent découper les formes de violence et tracer la carrière du jeune violent. Pratiques punitives, dissuasives, comme pratiques réhabilitatives et préventives jettent un même voile sur les jeunes, voile qui répond de cette nouvelle éthique de la lutte à la violence.

13Cette violence, elle se raconte abondamment dans les médias. Les récits sur la violence des jeunes sont loin d’être justes et corrects. Ils font appel à la peur de façon démesurée, ils peuvent être générateurs de panique morale, dans un sens supportant le savoir dire de la violence et les moyens pour la contrer. Là se retrouverait la sécurité tant recherchée (chapitre quatre).

14Paradoxalement, alors même que l’on raconte la violence des jeunes et que l’on fait de ceux-ci des individus imprégnés de violence, une toute autre violence, enracinée celle-là, peut conduire à anéantir les jeunes. Imbriquée dans les rapports de production, sise en plein cœur de la culture, faite de misère et de pauvreté, cette violence semble impossible à déloger. Plus, elle se fera carrément meurtrière avec les jeunes forcés au combat en tant que soldats. Enfin, il y a encore cette violence où l’anéantissement du jeune est tout simplement recherché. Le jeune est considéré comme un déchet par certaines forces de l’ordre, qui font entre autres le nettoyage des villes (chapitre cinq).

15Il apparaît que la violence des jeunes n’a pas de mesure commune avec celle que nous pouvons leur infliger ; mais toutefois, nous pensons que nous ne pouvons nous attaquer à une tout en négligeant l’autre. Il importe ainsi de considérer le conflit à la base de la violence, de comprendre la façon dont la violence peut se poursuivre (chapitre six). Ensuite, ressentir la manière selon laquelle le conflit fait son chemin au sein même du jeune, dans sa famille, à l’école, au moment où l’on tente de le réformer, ou encore là où il se retrouve dans la rue, ressentir alors son conflit peut aider à sa résolution (chapitre sept). En effet, d’autres efforts doivent être concentrés pour nous sortir et sortir le jeune des enclaves qui nous font prisonniers de la violence. Le cadrage qui nous fait considérer la violence, l’image du jeune comme violent peut être mis en doute afin de nous rassurer cette fois vis-à-vis le jeune, lui conservant son aspect humain (chapitre huit).

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540