Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Accounting for Culture

 | 
Caroline Andrew
, 
Monica Gattinger
, 
M. Sharon Jeannotte
, 
et al.

Part III. New Approaches in a Changing Cultural Environment

11. Les pratiques culturelles en mutation à la fin du XXe siècle

La situation au Québec

Rosaire Garon

Texte intégral

Introduction

  • 1 B. Miège, « La production culturelle et le maintien du pluralisme », dans unesco, Rapport mondial (...)

1Le Québec, comme les autres sociétés occidentales modernes, a connu de profonds changements durant la seconde partie du XXe siècle. Les pratiques culturelles, elles aussi, se sont modifiées imperceptiblement au fil des ans, sous l’influence de plusieurs facteurs. Aujourd’hui, un recul de deux décennies fournit une distanciation suffisante pour déceler qu’une mutation profonde et irréversible est survenue dans les loisirs de la population. L’évolution observée vient par ailleurs remettre en question les orientations en vigueur quant au développement culturel. Cette problématique est soulevée non seulement par le niveau de développement culturel atteint avec le temps, mais aussi par l’organisation des pratiques culturelles selon de nouveaux schémas qui subissent l’influence de l’industrie culturelle et des valeurs dont elle fait la promotion. Comme le souligne Bernard Miège dans le Rapport mondial sur la communication et l’information 1999-2000, l’extension de l’offre marchande amène quasi mécaniquement sinon une disparition, du moins une diminution de l’importance de l’offre non marchande ou semi-marchande1 Ce déplacement provoque une tension entre la culture marchande et la culture non marchande; présente sur le marché, cette tension s’observe dans le comportement des consommateurs.

2Les logiques symboliques qui président à la production des institutions artistiques divergent de celles qui animent l’industrie, mais toutes deux s’affrontent sur le même marché : celui du temps libre et du divertissement. C’est le constat auquel nous amène l’examen des pratiques culturelles durant la période allant de 1979 à 1999. Nous montrerons dans le présent chapitre, exemples à l’appui, comment le changement survenu au cours des dernières décennies dans la pratique culturelle de la population est majeur en ce qu’il repose sur un renouvellement et sur une restructuration de pratiques fondées sur des valeurs qui sont essentiellement différentes.

3Nous étudierons ci-dessous quatre cas qui illustrent l’évolution des pratiques culturelles pendant la période considérée et qui révèlent un certain remplacement des valeurs sous-jacentes, soit celles qui étaient défendues hier par les institutions culturelles et celles qui sont aujourd’hui vantées par les campagnes publicitaires. Il sera question du vieillissement des publics, du déclin des pratiques du type classique, du poids des baby-boomers dans la demande institutionnelle et des types de consommateurs culturels existant en 1999. Au préalable, nous présenterons la source des données sur lesquelles reposent nos analyses, soit les enquêtes du ministère de la Culture et des Communications (mcc) sur les pratiques culturelles des Québécois, et nous rappellerons les principaux facteurs du changement survenu au Québec durant la seconde moitié du siècle dernier, facteurs susceptibles d’avoir joué un rôle important dans la transformation des pratiques culturelles.

4Cet exercice de mesure du changement culturel est instructif à plusieurs égards, tant pour le chercheur désireux de repérer les facteurs des mutations sociales en cours que pour les organismes culturels et les compagnies artistiques en quête d’une connaissance de leur public et de ses tendances en matière de consommation culturelle, sans oublier les pouvoirs publics, qui se sont donné des objectifs en ce qui a trait à la participation de la population à la vie culturelle et à la cohésion sociale par la culture. Les différentes composantes de la société québécoise se transforment rapidement, à des vitesses variables, cependant, et selon des modalités différentes. L’analyse permet de révéler l’ampleur des changements survenus dans le tissu social et de désigner les groupes où ils se sont produits plus intensément. De son côté, l’appareil productif, notamment les organismes culturels et les compagnies artistiques, est directement touché par le renouvellement des pratiques culturelles. La modification des habitudes de consommation peut avoir des effets déterminants sur l’offre culturelle. Enfin, même si l’analyse des pratiques culturelles ne permet pas d’évaluer les politiques culturelles des pouvoirs publics, elle les remet en question toutefois en matière de démocratisation culturelle. Comme nous le verrons plus loin lors de la présentation des types de consommateurs culturels, une part appréciable de la population vit en retrait de la culture et, pour une autre aussi importante, la culture se voit réduite à un rôle instrumental de divertissement.

La tradition de recherche sur les pratiques culturelles

  • 2 Cette enquête a été renouvelée au printemps 2004 et les premières données sont attendues à l’autom (...)
  • 3 La population à l’étude, lors de l’enquête de 1979, était celle de dix-huit ans et plus.

5Depuis 1979, le mcc mène des enquêtes dans le domaine des pratiques culturelles. Elles ont lieu tous les cinq ans, et la dernière enquête s’est déroulée en 1999 : nous avons donc accès à une série de données s’échelonnant sur une période de vingt ans à la fin du XXe siècle2 Conduites auprès de la population québécoise âgée de quinze ans et plus3 ces enquêtes ont permis de recueillir des données, par entrevues téléphoniques, auprès d’un échantillon représentatif des ménages québécois. Notons que les entrevues téléphoniques ont été effectuées sur l’ensemble du territoire québécois, à l’exception des villages nordiques et des villages cris.

  • 4 R. Garon et L. Santerre, Déchiffrer la culture au Québec : vingt ans de pratiques culturelles, Qué (...)

6Le contenu des entrevues s’est élargi d’une enquête à l’autre, de manière à circonscrire les pratiques ayant émergé du fait de l’industrialisation de la culture et de l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication (ntic). Malgré cette ouverture à la nouveauté, plusieurs questions sont heureusement demeurées presque inchangées depuis la première enquête, de sorte qu’il est possible de tracer l’évolution de plusieurs comportements sur deux décennies. Ces séries de données forment dès lors un ensemble suffisamment homogène qui permet de vérifier si la participation culturelle, valorisée à la fin des années 1970 et au début des années 1980 et fortement inspirée des valeurs de la démocratisation culturelle, a gagné du terrain. C’est à cet exercice que nous nous sommes prêtés dans une analyse que le lecteur trouvera dans Déchiffrer la culture au Québec : vingt ans de pratiques culturelles4 L’évolution des pratiques y est considérée tant sur le plan territorial qu’à l’intérieur du tissu social.

Quelques facteurs influant sur la pratique culturelle

7La transformation des pratiques culturelles de la population québécoise ne se comprend bien qu’en ayant en mémoire le contexte dans lequel elles ont évolué. Amorcée dans la foulée de la Révolution tranquille, la modernisation de la société québécoise s’est poursuivie dans les décennies 1970 et 1980. Ces années sont marquées par un mouvement nationaliste qui traverse et inspire la création québécoise. Le climat est alors propice à une affirmation de la culture québécoise qui se manifeste par un développement accéléré de l’offre culturelle, d’abord institutionnelle, puis industrielle. Une aide financière soutenue et des politiques volontaristes auront eu pour résultat de hausser le niveau et la qualité de l’offre culturelle. L’élargissement de l’offre par l’industrie a pour sa part joué un rôle indéniable dans la formation de la demande et dans le développement des pratiques parmi la population.

  • 5 Ministère des Affaires culturelles, La politique culturelle du Québec : notre culture, notre aveni (...)
  • 6 Ibid., p. 109.

8De plus, conscients des enjeux de la démocratisation de la culture, les pouvoirs publics se sont aussi fixé comme objectifs de diffuser plus largement la culture sur le territoire et de développer les marchés des industries culturelles. La politique culturelle du Québec de 1992 affirme que « de nouveaux moyens devront être […] mis en œuvre pour que les arts et la culture s’immiscent dans le quotidien des gens5 », et encore que « l’État doit favoriser à la fois la circulation de produits divers et une plus grande interaction entre les régions6 ». Les pouvoirs publics ont été des acteurs de premier plan dans la mise en place des infrastructures culturelles et dans la modernisation des appareils institutionnels et industriels. Leur action a été orientée vers la professionnalisation des milieux artistiques, le maintien des standards de qualité dans la production, la diffusion des produits et l’accessibilité des services culturels sur l’ensemble du territoire, de même que vers le soutien à la diversité des formes d’expression et la promotion de la participation des citoyens.

9Par ailleurs, les négociations relatives à la signature de l’Accord de libre-échange (ale) canado-américain, en 1988, puis à celle de l’Accord de libre-échange nord-américain (alena) en 1994, ont projeté la question des industries culturelles au premier plan de l’actualité. L’intervention des pouvoirs publics à leur égard s’en est trouvée politiquement et socialement légitimée. La mondialisation des échanges commerciaux a cependant amplifié l’importance de l’industrie dans la production culturelle et dans la circulation de ses produits, renversant ainsi le rapport de production entre institutions et industries.

  • 7 B. Miège, op. cit., note 1.
  • 8 Voir à ce sujet la première partie du document de R. Garon et L. Santerre, op. cit., note 3.

10Un autre fait tout aussi marquant est celui de l’adoption des ntic par les ménages québécois. Ces technologies, comme le rapporte Miège, interviennent de façon décisive dans la production culturelle et modifient radicalement aussi bien les contenus que la forme sous laquelle se présentent les œuvres et les produits7 La progression accélérée des ntic, le recours à l’intelligence artificielle dans le traitement des flux de données et la suppression des frontières avec la circulation virtuelle des œuvres, favorisent alors une nouvelle approche dans l’acquisition et la diffusion du savoir. Les nouveaux médias et les ntic induisent dans la population des rapports différents à la culture et engendrent des modalités particulières de participation à la vie culturelle. Ils ont remodelé l’univers des loisirs domestiques. Si les enquêtes sur les pratiques culturelles ne peuvent mesurer directement toute l’ampleur de ces phénomènes, elles permettent tout de même d’en appréhender indirectement les effets en montrant l’affaiblissement des pratiques culturelles plus traditionnelles. Il ne faut cependant pas mettre sur le compte des industries et de la technologie tous les changements ayant eu cours. Si le nouveau contexte de la production et de la diffusion culturelle facilite la participation, il n’est toutefois pas le seul responsable de la transformation profonde des pratiques culturelles durant la période à l’étude; elle s’est aussi accomplie sous l’effet conjugué de plusieurs autres facteurs économiques, sociaux et démographiques, souvent incontrôlables8

Les mécanismes de la distinction sociale

11L’importance des mécanismes de la distinction sociale qui jouent dans l’adoption ou le rejet de certaines pratiques ne doit pas être minimisée. Même si les valeurs culturelles traditionnelles semblent jouer un rôle moins actif qu’il y a trente ans dans le processus de différenciation sociale, les modalités d’appropriation de la culture se manifestent encore selon une dynamique propre à chaque groupe social. Cela se concrétise par une occupation plus ou moins grande et plus et moins diversifiée de certains champs de la culture. Cette occupation déborde souvent sur des stratégies de stratification et de distinction sociale. Si des parties du champ culturel, notamment celles qui appartiennent à la culture populaire, sont partagées par tous, d’autres sont réservées à des factions qui occupent les positions sociales dominantes. Il en résulte des clivages qui se manifestent par une distance culturelle entre les groupes, laquelle recoupe souvent des disparités économiques et sociales. Toutefois, la culture traditionnelle à dominance artistique et littéraire, qui présidait à la distinction de l’élite québécoise à la fin des années 1970, s’est modernisée en intégrant des éléments de la culture populaire.

Les mutations démographiques

12Il est connu que les pratiques culturelles sont conditionnées en bonne partie par des facteurs démographiques. Au Québec, le boom des naissances de l’après-guerre a entraîné un rajeunissement de la population. Cette génération s’est imposée dans toutes les sphères de la société en y induisant une volonté de changement. Elle a imprimé ses goûts et ses préférences sur le marché, y compris celui du divertissement et de la culture. Elle continue d’ailleurs largement à le faire alors qu’elle est vieillissante, sur le point d’atteindre l’âge de la retraite. Pour cette génération, la maîtrise de la fécondité a entraîné une baisse de natalité en deçà du seuil de renouvellement de la population. Les nouvelles générations se sont alors faites de moins en moins nombreuses tandis que l’espérance de vie a augmenté.

13Un autre groupe démographiquement important est formé des gens aujourd’hui âgés de quinze à trente-quatre ans, qui sont en bonne partie les enfants des baby-boomers. Ce groupe prétend lui aussi s’imposer sur le marché des arts à partir toutefois d’un ensemble de valeurs qui lui est propre et qui modèle singulièrement son comportement de consommateur culturel. Le tableau 1 présente l’évolution démographique au Québec selon les groupes d’âge, de 1986 à 2001. Il donne un aperçu du poids démographique des moins de trente-cinq ans et l’importance grandissante des personnes agés.

La scolarisation

  • 9 G. Pronovost, « Les transformations des pratiques culturelles : une perspective intergénérationnel (...)

14La scolarité est un des facteurs les plus déterminants dans l’acquisition des pratiques culturelles. Comme le signale Gilles Pronovost, le champ culturel demeure profondément stratifié selon les indicateurs classiques de revenu, d’emploi et de scolarité9 L’éducation formelle et celle qui est reçue dans le milieu familial contribuent à la formation d’un capital culturel. Au Québec, la transmission des valeurs artistiques et culturelles s’est faite largement par les établissements d’enseignement supérieur, soit le collège classique et l’université. Les produits de l’art savant attirent un public fortement scolarisé, lequel a acquis à leur égard une familiarité, alors que les produits de l’art populaire sont accessibles à la majorité de la population. Par ailleurs, l’accession de la génération des baby-boomers aux études supérieures a formé une catégorie sociale sensible aux valeurs de la culture classique qui sont présentes dans leurs pratiques culturelles d’aujourd’hui. En revanche, la partie de la population moins scolarisée se voit largement exclue des pratiques exigeant un capital culturel. Si, dans le passé, la hausse générale de la scolarité a favorisé la demande culturelle, son influence, quoique prépondérante, est moins déterminante de nos jours qu’auparavant. Les établissements d’enseignement postsecondaire ont perdu de leur influence comme agents de sensibilisation aux arts et à la culture, ainsi que comme vecteurs de transmission de ceux-ci, au profit des médias et de l’industrie. Il en résulte que l’élite et les étudiants d’aujourd’hui ont une culture qui se différencie de moins en moins de celle de la population en général.

Tableau 1 - Répartition de la population selon les groupes d’âge, Québec, 1986-2001

Tableau 1 - Répartition de la population selon les groupes d’âge, Québec, 1986-2001

Sources : Le Québec statistique, 59e édition éd. 1989, Bureau de la statistique du Québec, Québec, Les Publications du Québec, Québec, 1989, p. 303. La situation démographique au Québec, bilan 2003, Les ménages au tournant du XXIe siècle, Québec, Institut de la statistique du Québec, Les Publications du Québec, Québec, 2003, p. 164

Le prix des produits et le revenu

  • 10 J. Heilbrun et C.M. Gray, The Economies of Art and Culture, An American Perspective, Cambridge, Ne (...)
  • 11 F. Rouet, Les tarifs de la culture, Paris, La Documentation française, 2002, p. 93.

15Le prix des produits et le revenu disponible sont d’autres éléments importants reconnus pour influer sur l’intensité des pratiques10 Même si la demande pour bien des produits culturels demeure inélastique, leur consommation est généralement plus forte parmi les groupes sociaux qui disposent d’un revenu élevé. En outre, la consommation culturelle peut varier selon les cycles économiques. Ainsi, la conjoncture économique défavorable au cours des années 1990 pourrait expliquer la raison pour laquelle plusieurs pratiques culturelles sont apparues à la baisse dans les enquêtes de 1994 et de 1999. Par ailleurs, le produit culturel, ayant une forte connotation symbolique, présente des caractéristiques ou des attributs qui en font un produit pas tout à fait comme les autres. Il est d’abord une affaire de goût. Comme le souligne X. Dupuis, nombre de produits culturels sont ignorés, voire rejetés, parce que souvent méconnus de la majorité des consommateurs11.

  • 12 J. Jouët, « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, no 60, (1993,): p. 1 (...)
  • 13 Voir à ce sujet J. Jutras, « Les pratiques de lecture des Québécoises et des Québécois de 1989 à 1 (...)

16Plusieurs autres facteurs, outre ceux que nous avons mentionnés, ont façonné la consommation culturelle. Par exemple, les technologies informatisées font en sorte que le foyer s’impose de plus en plus comme centre de loisirs12 L’occupation du temps libre est conditionnée par les formes atypiques de travail, par la transformation du travail avec la technologie et par les changements survenus dans la structure des professions. De même, l’éclatement de la famille traditionnelle et l’avènement des familles reconstituées créent un contexte particulier pour la transmission des valeurs culturelles familiales13 Tous ces changements économiques et sociaux, autant que l’action culturelle proprement dite, ont transformé le rapport au loisir et les comportements culturels. Les exemples qui suivent en sont en quelque sorte l’illustration.

Quatre cas illustrant l’évolution des pratiques culturelles

Le vieillissement des publics

17Le vieillissement des publics est le terme normal des tendances démographiques actuelles. En effet, au fur et à mesure que s’accroît l’âge moyen de la population québécoise, celui du public des activités culturelles s’élève également. Par ailleurs, compte tenu du fait que les jeunes sortent davantage que les aînés, l’âge moyen des publics devrait, en principe, augmenter moins rapidement que celui de la population. Cela étant dit, il convient de signaler la grande variabilité de l’âge du public des produits culturels. Certains produits sont destinés à un public d’un âge ciblé, tandis que d’autres s’adressent à tous.

18Le tableau 2 montre l’âge moyen du public de différentes activités ainsi que le taux de pratique en 1999. Il apparaît que les pratiques plus traditionnelles telles que la lecture et les sorties au concert classique, au concert western, au théâtre, au spectacle de danse folklorique ou de danse classique, de même que la fréquentation des salons des métiers d’art et des musées, sont le fait d’un public plus vieux que d’autres pratiques telles que le cinéma, les spectacles rock ou de groupes populaires, les concerts de jazz et les matchs sportifs. On voit également que les activités dont le public est âgé sont présentes depuis longtemps sur le marché québécois et ont été valorisées par les pouvoirs publics depuis plusieurs décennies. Les activités dont le public est d’un âge moyen plus bas sont apparues plus récemment sur le marché québécois et sont majoritairement issues de l’industrie culturelle. Les premières sont plus fréquentes chez les aînés et les baby-boomers alors que les secondes sont à l’honneur chez les jeunes de quinze à trente-quatre ans.

19La question de la relève de certains publics se pose lorsqu’on considère leur âge moyen et le taux de pratique d’une activité. La danse folklorique, le théâtre d’été et le concert classique, par exemple, sont des activités dont le public est âgé et la pratique faible. La relève de leur public n’est pas assurée et elles risquent de tomber en désuétude dans un avenir plus ou moins rapproché. Afin de mieux discerner les différentes facettes du vieillissement des publics, nous en avons calculé l’effet net en neutralisant celui qui est attribuable au vieillissement de la population en général. Cet effet net est l’écart entre le vieillissement d’un public en particulier, de 1989 à 1999, moins les 2,2 ans que représente le vieillissement général de la population au cours de cette période. Il devient alors aisé de distinguer les publics qui rajeunissent de ceux qui vieillissent. Cette mesure, mise en relation avec les taux de pratique, permet de vérifier s’il y a renouvellement ou non des publics et, dans l’affirmative, d’indiquer par quel groupe d’âge il s’effectue. Quatre possibilités se présentent à cet égard:

  1. La participation s’intensifie et l’âge moyen du public s’accroît : la croissance du public provient d’un intérêt plus grand manifesté par la population plus âgée. Un nombre limité de pratiques sont dans cette situation. Il s’agit des sorties au cinéma et au théâtre en saison, de la fréquentation des centres d’archives et de la visite des salons du livre. Le vieillissement du public n’est pas problématique dans ce cas-ci puisqu’il provient d’un investissement accru des personnes plus âgées ;
  2. La participation s’intensifie et l’âge moyen du public rajeunit : la croissance du public vient d’un apport des jeunes. On assiste ainsi à une véritable relève du public. Deux pratiques seulement se présentent de cette façon : la visite des musées d’art de même que celle des sites et monuments historiques ;
  3. La participation diminue alors que l’âge moyen du public baisse : le rajeunissement se fait en raison du désengagement des personnes plus âgées, alors que les plus jeunes n’ont pas modifié leur comportement. Certaines pratiques dont le public est déjà âgé sont dans cette situation : l’achat d’œuvres d’art ou de produits des métiers d’art, les sorties au concert western et au spectacle de danse folklorique et la visite des salons des métiers d’art. C’est le cas également d’autres pratiques qui ont un public moins âgé que les précédentes, comme la sortie au match sportif ou encore au concert d’artistes ou de groupes populaires et l’écoute musicale. À plus ou moins long terme, ces activités risquent d’être marginalisées, surtout celles qui obtiennent de faibles taux de participation ;
  4. Un dernier cas se présente lorsque le public régresse alors que son âge moyen augmente : ce sont dans ce cas les jeunes qui délaissent une activité pendant que les personnes plus âgées continuent de s’y livrer. On note ici les sorties aux concerts de chansonniers, de jazz, de rock et de musique classique, ainsi que celles au théâtre d’été et au ballet. La visite des galeries d’art et celle des musées autres que d’art accusent également une perte de leur jeune public. Enfin, le lectorat des quotidiens, des magazines et des livres présente lui aussi les mêmes symptômes. Un problème de relève du public se pose pour ces activités. Leur situation risque même d’être alarmante dans quelques années lorsque les baby-boomers, vieillissants, ne pourront plus s’y adonner.

Tableau 2 - Âge moyen et taux de pratique d’activités culturelles, 1999

Tableau 2 - Âge moyen et taux de pratique d’activités culturelles, 1999

Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquête sur les pratiques culturelles au Québec, 1999

Le déclin des pratiques du type classique

  • 14 Il aurait été plus difficile d’établir le vieillissement réel des publics à partir de 1979 puisque (...)
  • 15 Les vingt activités entrant dans la formation de l’indicateur du type classique ont été distinguée (...)

20Le vieillissement des publics a été observé sur une période de dix ans, soit de 1989 à 199914 Pour le déclin des activités du type classique, la période d’observation est allongée, s’étendant de 1979 à 1999. Nous entendons ici par « activités du type classique », les pratiques autrefois valorisées par la culture classique telles que la lecture, les sorties aux spectacles des arts d’interprétation, la visite des institutions muséales, des galeries d’art et des lieux historiques et patrimoniaux, la fréquentation des événements liés aux arts et à la littérature ainsi que l’achat d’œuvres d’art ou des métiers d’art. Ces pratiques étaient valorisées par les institutions culturelles. C’est pourquoi nous parlerons de culture institutionnelle pour renvoyer à ces mêmes pratiques. Nous pouvons observer vingt pratiques différentes réparties sur deux décennies. Comme il serait trop laborieux de suivre l’évolution détaillée de ces activités sur une période aussi longue, nous avons construit un indicateur synthétique qui rend compte du phénomène global15.

21Voici ce que révèle cet indicateur : la culture valorisée par les institutions culturelles a connu une progression au cours de la première décennie à l’étude. L’année 1989 marque un sommet dans la participation aux activités du type classique. Une baisse d’intérêt pour ce genre d’activités s’amorce par la suite, comme on le voit nettement sur le graphique 1. Au plan statistique, la croissance de l’activité culturelle au cours de la décennie de 1979 à 1989 est significative (p < 0,05), tout comme la baisse qui suit au cours de la décennie suivante, de 1989 à 1999.

  • 16 O. Donnat, Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte, 1 (...)

22Faut-il poser un constat d’échec de la démocratisation culturelle ? Dans l’affirmative, à qui et à quoi doit-on l’attribuer ? Convient-il de mettre en cause les politiques culturelles publiques ? Quelles sont les raisons du déclin de la culture valorisée politiquement et socialement ? Nous devons admettre, à la suite d’autres chercheurs tel Olivier Donnat16 que la culture savante ne s’est pas propagée à l’intérieur des factions sociales moins instruites et que la segmentation demeure toujours persistante, les mêmes groupes sociaux continuant de participer à cette culture et les exclus demeurant toujours des laissés-pour-compte.

  • 17 A.F. Firat et D. Nikhilesh, « People. From Political Economy to Theaters of Consumption », dans P. (...)

23Il est impossible de ne pas associer la perte d’influence des institutions culturelles au phénomène de la montée des industries culturelles. Ces dernières, comme nous l’avons signalé, ont acquis avec le temps une légitimité et une reconnaissance sociales et ont connu un essor important depuis les années 1980. La place dominante qu’ont prise les médias, les industries culturelles et les ntic dans la production et la commercialisation de la culture a eu pour effet de minorer la culture savante. La commercialisation de la culture a également donné lieu à une culture du marketing, pour reprendre l’expression de Firat et de Dholakia : « Marketing, thus, is indeed the culture of our time […] As marketing becomes the culture, culture becomes the most successful marketable17 ». En outre, la mécanisation des ménages par les appareils audiovisuels a restructuré les loisirs domestiques en associant de plus en plus l’expérience culturelle au divertissement et à un geste de consommation de programmes. Comme nous le verrons plus loin dans la présentation des types de consommateurs, la culture se réduit pour une partie de la population à une affaire de divertissement, le plus souvent commercialisé.

  • 18 Citons les travaux de P. Bourdieu, de O. Donnat et de G. Pronovost, pour ne mentionner que quelque (...)
  • 19 L’élite est définie de façon opératoire comme les personnes qui ont fait des études universitaires (...)

24Le changement de comportement à l’égard de la culture classique est toutefois plus important dans certains groupes sociaux. Plusieurs travaux ont déjà révélé que les pratiques culturelles liées à la « haute culture » se répartissent inégalement à l’intérieur des catégories sociales et professionnelles18 C’est un domaine marqué par des écarts importants entre les individus. Les professionnels de la culture, comme les enseignants et les artistes, arrivent en tête dans les taux de pratique, devançant nettement toutes les autres catégories. Les ouvriers, de même que les personnes inactives et faiblement scolarisées, accordent une place très limitée aux activités artistiques et fréquentent peu les établissements culturels. La transformation des pratiques gagne toutefois même les catégories socioprofessionnelles les plus élevées, c’est-à-dire celles que la scolarisation et le milieu social ont familiarisées avec la culture classique. Bien que ces catégories aient les taux les plus élevés de lecture, de fréquentation des établissements culturels et de sorties, elles ont depuis longtemps commencé à prendre une distance par rapport à la culture classique. Les étudiants et l’élite québécoise19 en fournissent un bon exemple. Le graphique 2 montre l’évolution des pratiques du type classique dans ces groupes.

Graphique 1-Indice de diversité des pratiques culturelles du type classique

Graphique 1-Indice de diversité des pratiques culturelles du type classique

25On distingue nettement chez eux une antériorité du mouvement par rapport au reste de la population. Dès le début des années 1980, ils montrent les signes d’une mutation caractérisée par l’affaiblissement des valeurs culturelles institutionnelles et par le renouvellement de leurs pratiques avec les produits diffusés par les médias et l’industrie. Le changement est nettement visible parmi les étudiants d’aujourd’hui, dont le comportement est beaucoup moins distinctif que celui de leurs prédécesseurs. La culture étudiante est ainsi de moins en moins d’inspiration humaniste et s’alimente de plus en plus à la culture commercialisée. Les tests statistiques viennent confirmer ces affirmations. Les différences de taux entre l’élite et les étudiants d’une part, de même que celles entre ces deux groupes et la population en général sont significatives en début et en fin de période (p < 0,05). En outre, les variations enregistrées chez l’élite et les étudiants entre le début et la fin de la période sont significatives alors que celle de la population en général ne l’est pas. On doit donc en tirer la conclusion que la culture de l’élite et celle des étudiants demeurent toujours distinctes l’une de l’autre, tout comme elles le sont par rapport à la population en général, mais que, au cours de ces vingt années, il y a eu une baisse significative des valeurs classiques tant parmi l’élite que parmi la population étudiante.

  • 20 P. Coulangeon, « Le rôle de l’école dans la démocratisation de l’accès aux arts », Revue de l’ofce(...)

26Les tableaux 3 et 4 présentent l’évolution, de 1979 à 1999, de quelques taux de pratiques, valorisées par les institutions culturelles, chez les étudiants et l’élite. Les changements les plus perceptibles apparaissent dans la lecture des imprimés et les sorties au spectacle. Ainsi, la lecture de revues et de livres n’est plus aussi intense qu’auparavant. Avec l’apparition des ntic (notamment le multimédia et Internet), le livre a perdu de son influence comme moyen d’accès au savoir et comme moyen de distinction. La multiplication des titres, la publication d’ouvrages de tous genres et la vente de livres dans des lieux non spécialisés ont contribué à la démocratisation du livre. La lecture de livres ne constitue plus de nos jours une pratique distinctive de l’élite. Il en est de même des sorties au spectacle. Au fur et à mesure que l’offre de spectacles s’est faite plus abondante et plus variée par l’arrivée sur le marché de nouveaux produits tels que les variétés musicales et l’humour, ceux-ci ont gagné en popularité en supplantant les formes plus anciennes. Les sorties au théâtre, au concert classique et populaire ainsi qu’aux spectacles de danse sont moins répandues et régressent plus rapidement chez les étudiants et l’élite que dans l’ensemble de la société. La popularité du concert classique, par exemple, a diminué au fil des ans. Celui-ci n’attire plus, en 1999, que 10 p.cent des étudiants. La sortie aux matchs sportifs, quoiqu’elle soit moins distinctive que celles qui viennent d’être énumérées, n’y échappe pas non plus. Par ailleurs, le cinéma a gagné en popularité auprès des étudiants et de l’élite de 1989 à 1999. De même, ils se sont laissés entraîner par les humoristes, à un niveau qui dépasse même celui de la population en général. Un changement s’est donc produit dans ce qui constituait autrefois le noyau dur des pratiques culturelles identitaires de l’élite et des étudiants. Le centre de gravité se déplace des formes traditionnelles vers d’autres formes plus modernes associées aux véhicules commerciaux. Une raison de ce phénomène pourrait bien être l’effet de ce que P. Coulangeon appelle la « massification scolaire » et la « massification de la culture20 », avec comme conséquence l’affaiblissement des frontières entre la culture savante et la culture populaire, entre la culture de l’élite et la culture de masse.

Graphique 2 - Évolution de l’indice de diversité des pratiques culturelles du type classique chez les étudiants et l’élite et dans la population en général

Graphique 2 - Évolution de l’indice de diversité des pratiques culturelles du type classique chez les étudiants et l’élite et dans la population en général

Tableau 3 - Évolution des taux d’activités culturelles parmi la population étudiante, 1979-1999

Tableau 3 - Évolution des taux d’activités culturelles parmi la population étudiante, 1979-1999

Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquêtes sur les pratiques culturelles au Québec

Tableau 4 - Évolution des taux d’activités culturelles parmi l’élite québécoise, 1979-1999

Tableau 4 - Évolution des taux d’activités culturelles parmi l’élite québécoise, 1979-1999

Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquêtes sur les pratiques culturelles au Québec

Le poids des baby-boomers dans la demande institutionnelle

27Les conséquences de l’affaiblissement de la culture classique chez les jeunes et les étudiants font en sorte que celle-ci est soutenue principalement par la population plus âgée qui correspond, grosso modo, à celle des baby-boomers. Ces derniers, alors qu’ils étaient jeunes durant les années 1980, s’impliquaient dans une culture en effervescence et en changement. Il était alors davantage question de diffusion culturelle que de marketing. Cette génération est donc demeurée fidèle à la culture offerte par les institutions, bien qu’elle ne dédaigne pas non plus les produits industriels. Les marchands de culture ont ainsi remplacé graduellement les diffuseurs culturels, et leur influence s’est plus largement fait sentir auprès des générations montantes. Aussi la production institutionnelle recrute-t-elle davantage son public auprès des baby-boomers, alors que la production industrielle le trouve chez les plus jeunes, soit les enfants des baby-boomers. Le marché de la culture est donc polarisé en deux blocs importants : le premier, émanant surtout de l’institution culturelle; le second, émanant surtout de l’industrie.

  • 21 Le graphique 3 présente un indicateur standardisé de la pratique d’activités culturelles du type c (...)

28Rappelons que les baby-boomers ont grandi avec la conscience de la valeur de la culture québécoise comme lieu d’affirmation nationale. Le Québec culturel des années de leur jeunesse s’est construit en mettant en place un ensemble de structures publiques et privées à partir desquelles s’est édifiée la culture québécoise. Celles-ci ont marqué la création, la production et la diffusion culturelle de l’époque. Avides de cultures, ces générations, qui avaient à l’époque de quinze à trente-quatre ans, ont envahi tous les nouveaux lieux de culture qui surgissaient : les établissements du patrimoine, les établissements du livre, les lieux de spectacle et les boîtes à chanson. En 1979, les préférences se démarquaient toutefois selon les groupes d’âge : les moins de vingt-cinq ans manifestaient alors un intérêt particulier pour les bibliothèques, les sites et monuments historiques, le théâtre en saison, les spectacles de danse classique et moderne, les concerts de musique populaire ainsi que les matchs sportifs. Les vingt-cinq à trente-quatre ans se caractérisaient alors par la diversité de leurs champs d’intérêt culturels : ils fréquentaient les librairies et les bibliothèques, les établissements du patrimoine tels que les musées, les sites et les monuments historiques, les galeries d’art; ils achetaient des œuvres d’art et des produits des métiers d’art; ils assistaient à des spectacles, notamment de théâtre et de danse classique. Ces activités étaient le signe d’une culture jeune. Le graphique 3 montre comment les pratiques du type classique étaient segmentées selon les groupes d’âge en 1979, alors que les différences intergénérationnelles ont presque disparu en 199921 On voit également la persistance des comportements : les jeunes de quinze à trente-quatre ans de 1979 n’ont pas perdu leurs habitudes culturelles, vingt ans après, maintenant qu’ils sont âgés de trente-cinq à cinquante-quatre ans. Le changement de comportement à l’égard de la culture classique, entre 1979 et 1999, est significatif (p < 0,05) dans tous les groupes d’âge à l’exception des trente-cinq à quarante-quatre ans. Il se traduit par une baisse d’intérêt pour cette culture, en 1999, parmi les groupes plus jeunes alors c’est l’inverse parmi les quarante-cinq ans et plus.

29Le public des activités culturelles du type industriel est différent. Il se trouve principalement parmi les jeunes générations, qui signifient ainsi leur ouverture à la nouveauté. Elles sont les premières à adopter les nouveaux produits mis sur le marché. Le graphique 4 permet de visualiser la diversité de pratiques culturelles de type classique et de type industriel en 1999 selon les groupes d’âge. Signalons sa similitude avec le graphique 3, comme si le phénomène qui se présentait en 1979 à l’égard de la culture classique se reproduisait en 1999 dans le cas de la culture industrielle.

30Les jeunes qui sont aujourd’hui âgés de quinze à trente-quatre ans sont les plus grands consommateurs de culture. Leurs champs d’intérêt sont très diversifiés, notamment ceux des jeunes de quinze à vingt-quatre ans. Bien qu’ils soient nés avec les médias de masse et les industries culturelles, ils se déplacent vers les institutions artistiques et culturelles d’une manière presque aussi intensive que leurs aînés. Ils aiment explorer les différentes facettes de la culture. Ils ne sont pas seulement des consommateurs de culture : ils expérimentent la pratique de l’art en amateur, se perfectionnent en suivant des cours d’art et s’engagent dans le bénévolat et l’organisation d’activités culturelles dans leur milieu. La diversité de leurs formes d’expérimentation culturelle laisse croire que ces jeunes sont encore dans un processus de formation identitaire. Les pratiques des trente-cinq à cinquante-quatre ans présentent également un panorama diversifié, mais, à la différence de la situation chez les plus jeunes, celles qui sont liées à l’industrie y ont moins d’importance. La plus grande fréquence des pratiques de type classique chez ces personnes s’explique par le fait qu’elles ont été marquées par les institutions culturelles qui ont connu un essor important au temps de leur jeunesse. Quant aux personnes plus âgées, soit les cinquante-cinq ans et plus, l’éventail des activités qu’elles pratiquent, notamment celles qui sont associées à la culture industrielle, est plus réduit. Les tests statistiques confirment ces affirmations. Il y a une différence d’attitude (p < 0,05) à l’égard de la culture classique et de la culturelle industrielle dans tous les groupes d’âge. La culture industrielle l’emporte avant quarante ans environ, mais un retournement s’opère par la suite au profit de la culture classique. Le graphique 5 illustre l’importance que prennent les cultures classique et industrielle selon les groupes d’âge.

Graphique 3 - Indicateur de la pratique d’activités culturelles du type classique selon les groupes d’âge, 1979 et 1999

Graphique 3 - Indicateur de la pratique d’activités culturelles du type classique selon les groupes d’âge, 1979 et 1999

31Le marché de la culture, comme l’illustre le graphique 5, se découpe donc en deux composantes principales : l’une est liée aux activités institutionnelles et d’inspiration classique, tandis que l’autre est développée par l’industrie selon les lois du marché. La première est surtout accueillie par la population plus âgée, la seconde, par les plus jeunes. Le poids démographique des groupes d’âge amplifie les tendances de la consommation culturelle. Ainsi, le groupe des trente-cinq à cinquante-quatre ans, dans lequel sont inclus en 1999 les baby-boomers, est celui qui comporte le plus grand nombre d’individus, et il impose ses valeurs non seulement en matière de culture institutionnelle, mais aussi sur le marché de l’industrie, comme en témoignent la spécialisation de certaines stations radiophoniques dans la musique des années 1960 (sixties) et 1970 (seventies) ainsi que le repiquage de la musique de ces années-là. Par ailleurs, le poids des quinze à vingt-quatre ans sur le même marché n’est pas négligeable. Très grands consommateurs de produits culturels, les jeunes sont convoités par l’industrie qui en fait la population cible de son marketing. Pour sa part, la population plus âgée est une moins grande consommatrice de culture, surtout des produits de l’industrie. Elle se distingue également par ses valeurs plus conservatrices en matière de culture. Son poids démographique est plus faible que celui des deux autres groupes d’âge mentionnés. La présentation des types de consommateurs qui suit mettra mieux en évidence les modalités d’appropriation culturelle au sein de la population.

Les types de consommateurs culturels22

  • 22 Cette description des types est tirée de R. Garon, « Vingt ans de pratiques culturelles au Québec  (...)
  • 23 Une analyse factorielle a d’abord permis d’établir cinq dimensions à la consommation culturelle. E (...)

32La typologie des consommateurs exposée ici a été élaborée à partir de différentes techniques d’analyse multivariée23 Elle est basée sur la pratique d’une quarantaine d’activités différentes en 1999. Les cinq types retenus montrent autant de rapports différents en fait d’intensité et de diversité dans la pratique culturelle. Le graphique 6 illustre la répartition des cinq types parmi la population. Les deux types les plus importants numériquement sont l’« absent » et le « fêtard », chacun englobant le tiers de la population. L’« humaniste », qui vient par la suite, se rencontre chez une personne sur cinq. Les deux autres types, l’« inconditionnel » et l’« engagé », représentent moins de 10 p.cent de la population.

L’inconditionnel

33Le consommateur culturel du premier type, que nous appelons l’« inconditionnel », assiste à beaucoup de spectacles, qu’ils soient de forme classique ou moderne. L’inconditionnel apprécie notamment les concerts de toutes sortes et il ne manque aucun festival. Il fréquente les bars-spectacles et le cinéma. C’est de loin celui qui a la vie culturelle la plus intense. Ce type est peu important du point de vue du nombre, soit 7,4 p.cent de la population québécoise. L’inconditionnel est relativement jeune et plus scolarisé que la moyenne. Les hommes se retrouvent un peu plus souvent dans cette catégorie que les femmes, de même que les personnes qui sont sur le marché du travail ou qui poursuivent des études.

Graphique 4 - Indicateur de la pratique d’activités culturelles du type classique et du type industriel selon les groupes d’âge, 1999

Graphique 4 - Indicateur de la pratique d’activités culturelles du type classique et du type industriel selon les groupes d’âge, 1999

Graphique 5 - Répartition des composantes du marché de la culture en fonction de l’âge

Graphique 5 - Répartition des composantes du marché de la culture en fonction de l’âge

Graphique 6 - Typologie des consommateurs culturels québécois, 1999

Graphique 6 - Typologie des consommateurs culturels québécois, 1999

L’engagé

34Le deuxième type de consommateur, l’« engagé », se caractérise par son engagement culturel et social. C’est un organisateur d’activités culturelles dans son milieu, il s’adonne à la pratique d’activités en amateur, il suit des cours d’art, il fait partie d’associations culturelles et il donne de son temps comme bénévole à des organismes culturels. L’engagé est une personne-ressource précieuse en milieu municipal en raison de son dynamisme et de sa capacité mobilisatrice. Ce type a un niveau d’activité culturelle de beaucoup supérieur à la moyenne, sans égaler toutefois celui de l’inconditionnel. Environ 9 p.cent de la population est de ce type, qui compte plus de femmes que d’hommes. L’engagé est jeune et scolarisé. La majorité des personnes relevant de ce type sont sur le marché du travail, mais un bon nombre sont aux études.

L’humaniste

35L’« humaniste » est ainsi nommé en raison de son penchant prononcé pour des pratiques plutôt classiques. Il fréquente les établissements du patrimoine comme les musées d’art, les autres musées, ainsi que les sites et monuments historiques. Son goût pour l’art le porte à l’achat d’œuvres d’art. L’humaniste ne court pas les spectacles autant que l’inconditionnel et il demeure conservateur en cette matière : théâtre, concert classique, opéra, opérette et comédie musicale. Il aime également la lecture et il fréquente assidûment les établissements du livre, la librairie en particulier. On trouve une plus grande proportion de femmes parmi ce type de consommateur. L’humaniste est plus âgé et plus instruit que la moyenne : il atteint la cinquantaine et a souvent fait des études universitaires. Plusieurs des personnes qui font partie de cette catégorie sont retraitées. Signalons qu’il y a peu de jeunes et d’étudiants. On peut ranger près de 20 p.cent des Québécois sous ce type.

Le fêtard

36D’autres personnes ont une approche de la culture différente des trois types que nous venons de voir. Elle est, pour ces personnes, une occasion de divertissement. Celui que nous qualifions de « fêtard » préfère les activités culturelles qui vont le divertir ou qui présentent des occasions de fréquenter des gens et de s’amuser. Il aime sortir au cinéma et visionner des vidéocassettes. Il fréquente les bars-spectacles et les discothèques. Le fêtard est amateur de musique et il court les festivals. Son niveau d’activités culturelles n’excède cependant pas la moyenne. Il se recrute surtout chez les hommes et il est le plus jeune de tous les types de consommateurs. Le fêtard est le plus souvent actif sur le marché du travail lorsqu’il n’est pas encore aux études. On note une proportion élevée de fêtards, soit près du tiers de la population québécoise.

L’absent

37Le dernier type de consommateur se caractérise par son faible niveau d’intérêt pour la culture. C’est pour cette raison que nous l’avons appelé l’« absent ». Son niveau d’activités se situe à l’opposé de l’inconditionnel. L’absent sort peu et lit peu. Son univers culturel est limité. C’est toutefois un auditeur plus assidu de la télévision et de la radio que les autres. Il est le plus âgé de tous les types de consommateurs : il dépasse en effet de quelques années la cinquantaine. On y dénombre autant d’hommes que de femmes. L’absent a rarement fait des études postsecondaires. Une bonne proportion des personnes de ce type ont quitté le marché du travail et sont à la retraite. L’effectif de ce type est aussi nombreux que celui du fêtard, un Québécois sur trois pouvant être qualifié d’absent de la vie culturelle.

38Cette typologie rend compte de la variété des motivations sous-jacentes à la pratique culturelle et de la place variable que les citoyens accordent à la culture. Elle témoigne également des principales phases du développement culturel qui ont marqué les générations vivantes. Ainsi, les personnes plus âgées, qui ont peu fréquenté les établissements scolaires et qui ont vécu à une époque où la production culturelle professionnelle était embryonnaire, se retrouvent souvent parmi les absents. La génération qui a suivi, celle des baby-boomers, a un niveau de scolarité plus élevé et elle a connu l’effervescence culturelle des années 1970 et 1980, période pendant laquelle les institutions artistiques et culturelles ont surgi et se sont développées. Plusieurs personnes de cette génération se trouvent dans le type humaniste ou dans le type engagé. Par ailleurs, on perçoit chez les plus jeunes l’emprise des industries culturelles et des ntic.

39Ces dernières ont transformé les modes de production et de consommation culturelles. À la profusion des produits mis sur le marché par l’industrie, les consommateurs (les jeunes consommateurs, principalement) ont répondu par une diversification de leurs pratiques. L’inconditionnel en est le type le plus manifeste. D’autres, et ils sont nombreux, ont privilégié surtout la dimension du plaisir et du divertissement que procure la pratique culturelle : on les trouve principalement sous le type des fêtards.

Tableau 5 - Taux de pratiques de certaines activités culturelles chez les types engagé et absent, Québec, 1999

Pratiques culturelles

L’engagé %

L’absent %

Fréquentation de la bibliothèque publique

56,7

10,2

Fréquentation des musées

58,4

8,6

Lecture régulière des quotidiens

68,8

60,9

Lecture régulière des revues et des magazines

70,2

34,4

Lecture régulière de livres

69,0

29,0

Perfectionnement en art

41,1

3,0

Pratique artistique en amateur

87,8

33,4

Pratique scientifique en amateur

48,7

16,4

Bénévolat

64,9

20,4

Philanthropie culturelle

23,0

12,9

Organisation d’activités culturelles dans son milieu

69,2

2,3

Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquête sur les pratiques culturelles au Québec, 1999

Pratique culturelle et citoyenneté culturelle

Des engagés et des absents

40La typologie des consommateurs culturels qui vient d’être présentée n’est pas sans questionner le statut de certains citoyens en regard de leur vie culturelle. Deux aspects particuliers de la relation entre la pratique culturelle et la citoyenneté culturelle seront abordés : tout d’abord celui du citoyen engagé et du citoyen en situation d’exclusion culturelle, puis celui de l’intégration culturelle des immigrants et des minorités linguistiques.

41La typologie que nous avons présentée fait état d’une partie de la population fortement engagée dans sa construction identitaire par la pratique d’activités culturelles. L’engagé, tel que nous l’avons nommé, représente moins de 10 p.cent de la population, mais c’est un individu qui s’implique fortement dans la formation d’une culture citoyenne. Non seulement est-il bien informé par ses lectures, mais en outre il maîtrise la formation de sa personnalité culturelle et concourt à l’enrichissement de celle de la collectivité à laquelle il appartient. Il édifie son propre corpus culturel en étant un citoyen actif et participatif en matière de la culture – contrant ainsi les effets de la massification culturelle engendrée par l’industrie et les mass médias – et, en plus, il assure un leadership au sein de la collectivité en participant à la vie associative et en devenant producteur culturel. Il devient alors un créateur de liens et d’espaces culturels nécessaires à la cohésion sociale. L’absent se situe pour sa part à l’opposé. Sa vie culturelle se déroule peu dans l’espace public, étant plutôt confinée au domaine privé et aux loisirs domestiques. À son désengagement face à la culture se juxtapose souvent une exclusion économique et sociale. Le fort contingent d’absents, une personne sur trois, montre qu’il existe un fort décalage entre la reconnaissance des droits culturels du citoyen et leur exercice réel. Le tableau 5 montre par quelques exemples comment l’engagé et l’absent ont des pratiques culturelles différentes.

De la population immigrante et des minorités linguistiques

  • 24 Statistique Canada, Profil des langues au Canada : l’anglais, le français et bien d’autres langues (...)
  • 25 Ibid.

42Une part appréciable de la population est issue d’une immigration récente au Québec. Le renouvellement de la population québécoise se fait désormais, pour une large part, par l’arrivée d’immigrants qui choisissent de s’installer dans la région de Montréal. En 2001, 1,3 p.cent seulement de la population québécoise était issue d’une immigration antérieure à 1961, alors que 8,5 p.cent avait immigré entre 1961 et 200124 La composition ethnique de l’immigration au Québec a changé. Alors que la population immigrante d’avant 1961 provenait principalement de pays européens, celle d’après vient plutôt de l’Asie et de pays francophones tels que Haïti, la France et le Liban. La composition linguistique de la population s’est également modifiée, surtout sur l’île de Montréal. Selon le recensement de 2001, la proportion des personnes qui parlent le français le plus souvent à la maison a crû, passant de 55,6 p.cent en 1996 à 56,4 p.cent en 2001. Par ailleurs, la proportion des personnes qui utilisent l’anglais le plus souvent à la maison a diminué, passant de 25,6 p.cent à 25,0 p.cent, tandis que celle qui utilise une autre langue a légèrement fléchi, passant de 18,8 p.cent à 18,6 p.cent25

  • 26 Les éléments entrant dans la mesure sont, pour les établissements culturels, la fréquence des visi (...)

43La participation aux activités culturelles varie en diversité et en intensité selon que la population est de souche québécoise ou qu’elle provient de l’immigration. On observe également des fluctuations importantes selon la langue parlée à la maison. Nous vérifions ces phénomènes à partir d’un indice global de participation aux activités culturelles établi à partir des données du sondage de 1999. Les activités entrant dans la formation de cet indice sont les mêmes que celles qui ont servi à l’élaboration de la typologie dont nous avons fait mention26 Il apparaît que, selon que l’on provient ou non de l’immigration ou selon la langue parlée à la maison, le niveau de participation à la vie culturelle diffère.

44Les personnes dont les deux parents sont nés à l’étranger présentent un taux d’activité culturelle supérieur à celles dont un seul parent est né à l’étranger ou dont les deux parents sont nés au Canada, comme l’illustre le graphique 7 (p < 0,05). C’est là une révélation importante démontrant que la culture peut être un vecteur efficace d’intégration des immigrants de date récente – nés à l’étranger ou dont les parents sont nés à l’étranger – à leur communauté d’adoption. Selon la typologie évoquée antérieurement, les Québécois dont les deux parents sont nés à l’étranger présentent une probabilité plus forte que les autres de faire partie du type humaniste (23,2 p.cent comparativement à 18,8 p.cent chez les Québécois dont les deux parents sont nés au Canada et à 18,4 p.cent chez ceux dont un parent seulement est né au Canada); en contrepartie, les Québécois dont les deux parents sont nés à l’étranger se retrouvent moins fréquemment parmi le type absent (25,8 p.cent comparativement à 33,4 p.cent chez les Québécois dont les deux parents sont nés au Canada et à 36,1 p.cent chez ceux dont un parent seulement est né au Canada).

45Une autre relation fort intéressante est présentée au graphique 8 entre le niveau d’activité culturelle et la langue parlée le plus souvent à la maison. Les anglophones ont une vie culturelle plus diversifiée que les francophones et les allophones (p < 0,05), alors que ces deux derniers groupes ne se distinguent pas vraiment l’un de l’autre à cet égard. Les anglophones du Québec ont d’ailleurs joué un rôle important dans la création et le développement des institutions culturelles québécoises. Ils sont davantage orientés vers la culture du type humaniste. On retrouve d’ailleurs une proportion plus forte de consommateurs du type humaniste chez eux (28,9 p.cent comparativement à 18,4 p.cent chez les francophones et à 14,8 p.cent chez les allophones) alors que, à l’inverse, ces deux derniers groupes renferment une plus grande proportion de fêtards et d’absents que les anglophones.

Tableau 6 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon le pays de provenance du père des immigrants, Québec, 1999

Pays d’origine du père des immigrants

Score standardisé

France

0,53

Angleterre

0,33

Europe occidentale (sauf Italie)

0,33

Europe orientale

0,30

Afrique

0,27

Asie

0,03

Québécois de souche

-0,02

Italie

-0,08

États-Unis

-0,08

Amérique du Sud

-0,20

Haïti

-0,33

Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquête sur les pratiques culturelles au Québec, 1999

46Nous pouvons préciser davantage le degré d’intégration culturelle des immigrants de date récente selon la langue parlée à la maison. Les immigrants anglophones, les immigrants francophones, de même que les anglophones et les allophones implantés au Québec depuis plusieurs générations, ont un niveau d’activité culturelle plus élevé que les immigrants allophones et les Québécois francophones de souche, comme le montre le graphique 9 (p < 0,05).

47Les immigrants anglophones et francophones s’adaptent rapidement à la vie culturelle québécoise, alors que les immigrants allophones rencontrent plus de difficultés.

  • 27 Ici, l’origine des immigrants est établie à partir de celle du père seulement.

48C’est ainsi que certains immigrants27 obtiennent un score variable selon le pays de provenance de leur père, comme le montre le tableau 6. Les immigrants en provenance de la France, de l’Angleterre, des autres pays d’Europe occidentale (à l’exception de l’Italie), de l’Europe orientale et de l’Afrique offrent une palette plus large d’activités culturelles que les immigrants en provenance d’Haïti, de l’Amérique du Sud, des États-Unis, de l’Italie et des Québécois de souche.

49Cela fait donc la démonstration que la culture peut être un puissant vecteur d’intégration de la population immigrante. Cette intégration est plus facile lorsqu’il n’y a pas de barrière linguistique et lorsque la culture du pays d’origine est proche de celle du Québec. On voit qu’il existe une plus grande proximité culturelle entre les Québécois et les immigrants européens qu’avec ceux en provenance d’Asie, d’Amérique centrale ou d’Amérique du Sud.

Conclusion

50Notre analyse a montré comment des changements majeurs sont survenus dans la pratique culturelle des Québécois au cours de la période 1979-1999. Cette transformation s’explique en bonne partie par la modification de la société québécoise dans sa composition socioéconomique et sa structure démographique, par les changements dans les modes de vie, de même que par la transformation profonde de l’offre culturelle sous l’effet de facteurs industriels et technologiques. Ainsi, la massification de l’offre culturelle et l’élévation du niveau de vie, jointes à une scolarisation plus grande, ont eu pour effet d’atténuer les écarts culturels entre les groupes sociaux, entre les jeunes et les aînés, entre les étudiants et l’élite, d’une part, et le reste de la population, d’autre part. Bien que les baby-boomers demeurent toujours attachés à une culture de type plus classique, ils entretiennent aussi des rapports avec la culture populaire. Les marqueurs, qui servaient notamment à délimiter les territoires culturels de l’élite, ont perdu peu à peu de leur force. Ce que les pratiques culturelles de cette dernière ont gagné en éclectisme, elles l’ont perdu en spécificité. Si un déclin des pratiques du type classique a eu lieu, c’est que ces dernières ont laissé place à d’autres divertissements qui ont surgi avec l’entrée dans les ménages des équipements audiovisuels et des ntic, de même qu’à ceux qui sont liés au sport, au conditionnement physique et au tourisme.

51Les jeunes, en particulier, apparaissent comme les partisans d’un modèle de pratiques qui prend de plus en plus ses distances par rapport à la culture consacrée et à la culture humaniste. Leurs sorties culturelles se font sous le signe du divertissement et de la sociabilité. Ils ont grandi dans un contexte où l’audiovisuel a connu d’importants bouleversements, et ils vivent dans un environnement où le son et les images animées occupent une place considérable. Ces supports en viennent à former leurs schèmes de pensée et à imposer leur rythme. Nous avons vu, en présentant la typologie des consommateurs culturels, qu’une bonne partie des jeunes ont un univers de pratiques structuré autour du divertissement, du plaisir et de la sociabilité. Si l’on s’appuie sur l’expérience de la génération des jeunes des années 1960 et 1970, ces nouvelles pratiques ne disparaîtront pas avec le vieillissement de ces générations. Nous croyons plutôt qu’elles vont sanctionner à terme la fin de la dominance de la culture classique dans la définition de la culture « consacré e ». Il demeurera toujours des « absents de la culture » en raison des inégalités sociales, mais leur nombre est appelé à diminuer avec le remplacement des générations plus vieilles par les générations montantes, qui sont dorénavant plus scolarisées.

Graphique 7 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon l’origine géographique des parents

Graphique 7 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon l’origine géographique des parents

Graphique 8 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon la langue parlée à la maison

Graphique 8 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon la langue parlée à la maison

Graphique 9 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles des Québécois de souche et des immigrants selon la langue parlée à la maison

Graphique 9 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles des Québécois de souche et des immigrants selon la langue parlée à la maison

52Enfin, nous avons montré que les nouveaux arrivants peuvent s’intégrer facilement à la culture québécoise et y participer de façon encore plus grande que la population de souche lorsqu’il existe déjà des affinités linguistiques ou des parentés culturelles entre le Québec et le pays d’origine. Les anglophones, qu’ils soient arrivés au pays récemment ou depuis longtemps, ont une vie culturelle intense, tournée principalement vers la culture humaniste. Les données ont montré également que la citoyenneté culturelle n’était pas acquise automatiquement aux Québécois de souche francophone, ni d’ailleurs aux immigrants de certaines régions du globe, et qu’elle demandait à être conquise par un engagement plus ferme.

53Les données sur lesquelles nous nous sommes appuyés dans le cadre de cette analyse sont celles provenant des sondages effectués par le mcc de 1979 à 1999. Une nouvelle enquête a eu lieu au printemps 2004, mais l’analyse de ses données n’avait pas encore débuté au moment de la rédaction du présent texte. Il sera toutefois intéressant de constater si les tendances observées à l’égard de la culture classique, de la culture industrielle et de la culture citoyenne se maintiennent, si la polarisation des marchés s’accentue selon les générations et si des gains ont été enregistrés en vue de faire reculer les frontières de l’exclusion culturelle. Les données de 2004 permettront, nous le souhaitons, de vérifier à nouveau l’importance des changements structurels sur les pratiques, comme le déclin des institutions (notamment de l’école), l’influence grandissante de l’industrie culturelle et la mécanisation des loisirs domestiques.

Notes

1 B. Miège, « La production culturelle et le maintien du pluralisme », dans unesco, Rapport mondial sur la communication et l’information 1999-2000, chap. 3III, disponible au http://www.unesco.org.webworld/wcir/fr/report.html]] (12 novembre 2003

2 Cette enquête a été renouvelée au printemps 2004 et les premières données sont attendues à l’automne 2004.

3 La population à l’étude, lors de l’enquête de 1979, était celle de dix-huit ans et plus.

4 R. Garon et L. Santerre, Déchiffrer la culture au Québec : vingt ans de pratiques culturelles, Québec, Les Publications du Québec, 2004.

5 Ministère des Affaires culturelles, La politique culturelle du Québec : notre culture, notre avenir, Québec, : Ministère des Affaires culturelles, Québec, 1992, p. 104.

6 Ibid., p. 109.

7 B. Miège, op. cit., note 1.

8 Voir à ce sujet la première partie du document de R. Garon et L. Santerre, op. cit., note 3.

9 G. Pronovost, « Les transformations des pratiques culturelles : une perspective intergénérationnelle », dans F. Colbert (dir.), Les organisations culturelles de l’avenir : actes du colloque, Montréal, 7-8 novembre 1997, Montréal, Chaire de gestion des arts, École des hautes études commerciales, p. 105.

10 J. Heilbrun et C.M. Gray, The Economies of Art and Culture, An American Perspective, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1993, p. 67-68.

11 F. Rouet, Les tarifs de la culture, Paris, La Documentation française, 2002, p. 93.

12 J. Jouët, « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, no 60, (1993,): p. 112.

13 Voir à ce sujet J. Jutras, « Les pratiques de lecture des Québécoises et des Québécois de 1989 à 1999 », Survol, n° 11 (février 2004), p. 7.

14 Il aurait été plus difficile d’établir le vieillissement réel des publics à partir de 1979 puisque, lors des premières enquêtes, nous n’avions pas l’âge exact des répondants mais plutôt une catégorie d’âge.

15 Les vingt activités entrant dans la formation de l’indicateur du type classique ont été distinguées selon que le répondant pratiquait ou non ces activités. L’indicateur exprime la somme des scores de ces activités. En voici le détail : la lecture des quotidiens, des revues ou des magazines et des livres, la fréquentation des bibliothèques publiques, des librairies, des musées d’art, des autres musées, des sites et monuments historiques, des galeries d’art, des salons du livre et des métiers d’art, l’écoute musicale sur une base régulière, l’achat d’œuvres d’art ou des métiers d’art, la fréquentation du théâtre d’été, du théâtre en saison, du concert classique, du concert populaire et des spectacles de danse classique, moderne et folklorique.

16 O. Donnat, Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte, 1994, p. 163-169.

17 A.F. Firat et D. Nikhilesh, « People. From Political Economy to Theaters of Consumption », dans P.G. Foxall (dir.), Consumer Research and Policies Series, Londres, New York : Routledge, 1998, p. 195.

18 Citons les travaux de P. Bourdieu, de O. Donnat et de G. Pronovost, pour ne mentionner que quelques-uns des chercheurs qui ont fait état de ce phénomène.

19 L’élite est définie de façon opératoire comme les personnes qui ont fait des études universitaires, qui sont actives sur le marché du travail et qui sont des cadres, des dirigeants d’entreprise ou des professionnels.

20 P. Coulangeon, « Le rôle de l’école dans la démocratisation de l’accès aux arts », Revue de l’ofce, no 86, (2003), p. 155-169.

21 Le graphique 3 présente un indicateur standardisé de la pratique d’activités culturelles du type classique en 1979 et en 1999, où la moyenne est zéro.

22 Cette description des types est tirée de R. Garon, « Vingt ans de pratiques culturelles au Québec », Survol, no 12, mars (2004), p. 14-15.

23 Une analyse factorielle a d’abord permis d’établir cinq dimensions à la consommation culturelle. Ensuite, une analyse typologique effectuée à partir des poids factoriels a mis en évidence cinq types mutuellement exclusifs de consommateurs.

24 Statistique Canada, Profil des langues au Canada : l’anglais, le français et bien d’autres langues, Recensement de 2001 : série « analyses », Ottawa, Statistique Canada, 2002, no 96F0030X1F2001005 au catalogue).

25 Ibid.

26 Les éléments entrant dans la mesure sont, pour les établissements culturels, la fréquence des visites des bibliothèques, des salons du livre, des salons des métiers d’art, des librairies, des sites et monuments du patrimoine, des musées et des centres d’archives; pour les sorties, il s’agit de la fréquence de celles qui ont lieu dans les bars-spectacles, les discothèques, au cinéma et aux autres spectacles; quant aux pratiques engagées, l’intensité est mesurée à partir du nombre de pratiques en amateur, de cours suivis dans le domaine des arts, du temps accordé au bénévolat et à l’organisation d’activités et par le montant des dons faits à des organismes artistiques ou culturels.

27 Ici, l’origine des immigrants est établie à partir de celle du père seulement.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Répartition de la population selon les groupes d’âge, Québec, 1986-2001
Légende Sources : Le Québec statistique, 59e édition éd. 1989, Bureau de la statistique du Québec, Québec, Les Publications du Québec, Québec, 1989, p. 303. La situation démographique au Québec, bilan 2003, Les ménages au tournant du XXIe siècle, Québec, Institut de la statistique du Québec, Les Publications du Québec, Québec, 2003, p. 164
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 2 - Âge moyen et taux de pratique d’activités culturelles, 1999
Légende Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquête sur les pratiques culturelles au Québec, 1999
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Graphique 1-Indice de diversité des pratiques culturelles du type classique
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Graphique 2 - Évolution de l’indice de diversité des pratiques culturelles du type classique chez les étudiants et l’élite et dans la population en général
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 3 - Évolution des taux d’activités culturelles parmi la population étudiante, 1979-1999
Légende Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquêtes sur les pratiques culturelles au Québec
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 4 - Évolution des taux d’activités culturelles parmi l’élite québécoise, 1979-1999
Légende Source : Ministère de la Culture et des Communications, Enquêtes sur les pratiques culturelles au Québec
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Graphique 3 - Indicateur de la pratique d’activités culturelles du type classique selon les groupes d’âge, 1979 et 1999
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 4 - Indicateur de la pratique d’activités culturelles du type classique et du type industriel selon les groupes d’âge, 1999
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Graphique 5 - Répartition des composantes du marché de la culture en fonction de l’âge
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Graphique 6 - Typologie des consommateurs culturels québécois, 1999
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 7 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon l’origine géographique des parents
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Graphique 8 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles selon la langue parlée à la maison
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 9 - Indice global standardisé de participation aux activités culturelles des Québécois de souche et des immigrants selon la langue parlée à la maison
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/2419/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteur

Rosaire Garon détient une maîtrise en sociologie décernée par l’Université Laval. Il effectue des recherches au sein du ministère de la Culture et des Communications du Québec depuis plus de trente ans. Ses principaux travaux, au cours des dernières années, ont porté sur les pratiques culturelles de la population, sur la conception d’indicateurs de développement culturel et sur l’évaluation des politiques culturelles. Il s’intéresse également au financement de la culture et aux professions culturelles. En plus d’avoir collaboré à la rédaction de plusieurs articles dans des revues scientifiques, M. Garon a rédigé, pour le ministère de la Culture et des Communications, plusieurs ouvrages relatifs à la culture québécoise. Signalons la publication récente d’un document important, écrit en collaboration avec Lise Santerre, qui trace l’évolution des pratiques culturelles au Québec au cours de la période de 1979 à 1999, Déchiffrer la culture au Québec, vingt ans de pratiques culturelles, paru aux Publications du Québec

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540