Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Sixième Partie. Recyclage de la valeur culturelle

Présentation

Texte intégral

1Dans cette section, il y va de la question de la valeur – et donc des processus de création et de perte de valeur – en rapport avec esthétique et recyclage. Mario Perniola aborde cette question à partir de la notion de travail intellectuel qui peut, lui aussi, être soumis aux principes du recyclage culturel.

2Il examine la production de valeur intellectuelle sous le régime de la mondialisation et de la nouvelle économie. Que produit le travail intellectuel ? Quelle est la valeur de ce produit ? Mario Perniola explore la problématique de la valeur du travail intellectuel en examinant les figures de « capital culturel » et de « capital humain ». La valeur culturelle de ce travail comporte des affects et des passions ; y entrent également des critères de nature esthétique. Il s’avère toutefois que la part esthétique des produits culturels résiste au schéma de valorisation de la nouvelle économie capitaliste. Pour pouvoir adéquatement penser la valeur de la culture dans ce nouveau contexte, il faut comprendre ce qui motive la circulation des produits culturels.

3Une solution de rechange consisterait à penser l’intellectuel ou l’artiste comme une « monnaie vivante ». Cette notion empruntée à Pierre Klossowski est issue d’une tentative de repenser les principes de l’échange social. Il s’agit d’une théorie de l’échange des passions et des fantasmes, phénomènes sans valeur marchande dans l’économie capitaliste. Mario Perniola souligne que, dans ce cadre, l’échange se fait sur la base d’une valeur esthétique, une valeur sans utilité et sans finalité. Ce qui le conduit à penser que le recyclage culturel, valorisation et dévalorisation des figures de la pensée, opère selon la loi du « sentir ». Il présente deux perspectives sur la production de la valeur intellectuelle. D’abord, une perspective qu’il repère chez Baudrillard, consiste à penser la monnaie vivante comme valeur parasitaire. Les produits qui induisent l’expérience esthétique seraient des parasites dans la mesure oit ils sont absolument inutiles. Dans la perspective d’un pessimisme postmoderne, ils mineraient la circulation de valeurs révélant de la sorte que l’échange est impossible en général, parce que rien n’a d’équivalence réelle. La valeur esthétique deviendrait ainsi destructrice de la valeur des marchandises en général.

4Mario Pernio la propose une autre manière d’aborder la circulation des biens culturels, de leur valorisation et dévalorisation. Il nous invite à considérer que la valeur culturelle résulte d’une forme d’admiration vue comme une passion productive. Il réactive de la sorte la notion d’admiration, facteur important dans la conception de l’émulation qui a été, jusqu’à la modernité, un des paradigmes de la production culturelle et de sa valorisation.

5Par la suite, Karim Larose jette un regard à la fois critique et éclairant sur cette logique de la valeur culturelle. Il nous rappelle que, pour Perniola, le devenir marchandise du travail intellectuel dérive d’une chosification généralisée du monde. Larose articule ici les différences qui permettent de distinguer la chosification de la réification. La chosification du monde implique une transformation de la temporalité et de l’histoire. Le recyclage du passé, dans son moment de superposition sur le présent, est pensé comme une « coïncidence ». La signification des choses résulte alors de coïncidences qui comportent une part énigmatique. Chez Perniola, la notion d’énigme est en fait à la base d’une esthétique de la chose. Il s’agit d’une esthétique qui est un détournement de la valeur culturelle, et qui instaure un nouveau principe d’échange.

6Éric Méchoulan apporte, à son tour, des précisions au portrait de l’économie des biens et des services avant de problématiser la notion du travail intellectuel comme produit immatériel. Il commence par y apporter de la profondeur historique en montrant que, d’une part, la constitution du sujet autonome cartésien est déjà basée sur la contingence d’un acte qui est à réitérer. D’autre part, il fait remonter la possibilité de penser l’intellectuel comme une monnaie vivante à la figure de l’utopie sadienne où la valeur suit une logique de fantasme et de désir. Il propose de penser la circulation de valeurs selon la notion juridique d’« usufruit », d’un droit à la jouissance sur les biens appartenant à autrui. Une communauté constituée sur la base de ce droit impliquerait une plus grande liberté de circulation. Elle instaurerait un libertinage esthétique qui pousserait à sa limite à la fois l’immanence du sensible et son dépassement dans l’immatériel. Un tel régime culturel ferait apparaître le recyclage comme un « deuil heureux de la culture ».

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540