Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Cinquième Partie. Repenser l'esthétique : l'expérience de l'art

Présentation

Texte intégral

1Par rapport au pont que ce volume veut construire entre recyclage et esthétique, ce groupe de textes nous ramène sur la rive esthétique. Les premiers deux textes se réinscrivent dans la discipline de l’esthétique philosophique, tandis que le troisième y apporte le regard de l’histoire de l’art.

2Tout en maintenant un lien intrinsèque entre esthétique et œuvre d’art, Peter de Bolla contourne la question de l’ontologie de l’œuvre d’art et propose une entrée en matière par le concept d’expérience esthétique. Il réserve ce syntagme pour désigner l’expérience authentique de l’art. Il commence par souligner la singularité radicale de l’expérience esthétique qui ne saurait être réduite à la simple perception sensorielle et qui est différente chaque fois qu’on la fait. Chaque fois que nous écoutons une œuvre comme les « Variations Goldberg », nous faisons selon de Bolla une expérience esthétique différente. La singularité de cette expérience dérive en partie de la relation ponctuelle à l’œuvre, mais aussi de la disposition du sujet et des conditions objectives de réception.

3L’expérience esthétique, chez de Bolla, est par définition une expérience hautement significative qui ne se résorbe pas dans un sentiment de plaisir. Il devient alors nécessaire de distinguer le simple fait de percevoir une œuvre d’art d’une expérience authentique de l’art. Pour être véritablement esthétique, l’expérience doit donner accès, moyennant le sentiment, à un savoir que l’œuvre porte en elle. Une telle expérience est fondée sur la reconnaissance de ce que de Bolla nomme son « caractère d’art » (art-ness), une qualité qui produit, en plus du plaisir, une transformation de la conscience, et qui lie la singularité de l’expérience subjective au sentiment d’appartenance à une communauté.

4Malgré la multiplication, de nos jours, des manifestations culturelles, les expériences authentiquement esthétiques se font plutôt rares selon Peter de Bolla. Sa conception du caractère d’art, de manière détournée, doit tenir en échec le devenir marchandise de l’art. Il argumente que l’expérience esthétique n’est jamais un simple face-à-face avec l’œuvre, que l’on se procure avec l’achat d’un billet au musée.

5Comme la lecture chez Roland Barthes, l’expérience esthétique, chez de Bolla, demande une participation active. Sa qualité dépend de l’attention que l’on porte à l’œuvre. Le spectateur doit y apporter des aptitudes et une certaine disposition.

6Dans une lecture systématique des arguments de de Bolla, Daniel Dumouchel souligne et retrace de nombreux parallèles avec la tradition de l’esthétique philosophique. En concentrant son analyse sur la phénoménologie de l’expérience esthétique proposée par de Bolla, il distingue trois niveaux. C’est la combinaison de trois visées qui déterminerait l’expérience esthétique : cognitive, herméneutique et communautaire. L’œuvre d’art a d’abord une visée cognitive puisqu’elle produit un savoir qualifié en tant que production excessive. Ensuite, sa visée herméneutique implique que le savoir de l’art nous renseigne sur le monde, et, troisièmement, en dépit de la singularité radicale de l’expérience artistique, elle dégage le sentiment que le sujet appartient à une communauté, ce que de Bolla appelle l’effet virtuel de l’art. Dumouchel nous rappelle ce que cette conception doit à Kant et à la problématique du « sensus communis ». Son analyse suggère, toutefois, que ces trois strates ne s’imbriquent pas aussi aisément que le soutient de Bolla.

7Olivier Asselin aborde la même problématique à partir du cas connu du ready-made qui lui sert de test concret pour les affirmations théoriques de de Bolla. Cet exemple lui permet aussi de réaffirmer l’importance de la matérialité de l’œuvre, matérialité qui semble faire problème chez de Bolla. Le ready-made est un objet recyclé, transformé en œuvre d’art par le geste d’un déplacement qui est inséparable de l’intentionnalité de l’artiste. Cet objet d’art se révèle toutefois problématique pour la théorie esthétique parce qu’il brouille la séparation entre l’expérience du quotidien et celle de l’art. Olivier Asselin procède par exemples et par contre-exemples pour tenter de remédier au problème de l’ontologie de l’art. Le souci chez de Bolla de caractériser l’art de manière normative le détourne de la matérialité de l’œuvre d’art. Asselin fait valoir la difficulté qui se présente lorsqu’on dissocie le caractère artistique de l’œuvre de sa matérialité. En même temps, il ouvre la problématique de l’esthétique philosophique sur celle, plus largement culturelle, du recyclage en s’appuyant sur un exemple qui affirme l’identité matérielle entre l’objet banal et quotidien et l’œuvre d’art.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540