Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Quatrième Partie. Repenser l'esthétique : la dramatisation

Présentation

Texte intégral

1Cette première section consacrée plus spécifiquement à l’esthétique ouvre le champ de l’esthétique le plus largement possible, bien au-delà de l’existence préalable de l’œuvre d’art et de l’institution de l’art. Elle participe de l’obligation découlant des manifestations culturelles contemporaines de mettre à jour les catégories de l’esthétique. Cela ne veut pas dire toutefois que la problématique se tienne dans les paramètres et limites de la contemporanéité. Bien au contraire, ce débat convoque avantageusement des figures appartenant à diverses périodes historiques.

2La tâche que se donne Richard Shusterman consiste à se demander comment l’esthétique philosophique pourrait rompre son habitude stérile de vouloir définir l’essence de l’art. Dans son texte, Richard Shusterman réactive et repense la notion de dramatisation, issue de la tradition aristotélicienne. En dépassant sa vocation générique, il y inscrit, plus fondamentalement, la vocation d’un procédé artistique dont l’effet esthétique est caractérisé à la fois par l’intensité et par la délimitation. Cette démarche vise à élaborer une définition « plus utile » de l’art, une définition qui pourrait améliorer notre compréhension de comment l’art produit un plaisir esthétique.

3La dramatisation, selon Shusterman, désigne une pratique esthétique qui traverse les divers médias et les diverses formes de représentation. Cette notion opère sur deux plans ; elle est d’abord pour l’artiste une règle de production, ensuite elle se manifeste comme effet de l’œuvre sur le récepteur. En tant que règle de production, elle est le procédé par lequel l’artiste concrétise son récit en lui assignant un lieu de jeu, par une visualisation de l’action dans un espace délimité. La capacité de situer l’action de manière presque palpable entraîne une intensification de son effet esthétique. La dramatisation est un travail de mise en scène, elle assigne un espace à l’action. La mise en scène produit un cadre pour l’action du récit et concentre le regard du spectateur. C’est ainsi qu’elle contribue à une intensification de l’effet artistique.

4Richard Shusterman insiste sur le lien entre cette mise en espace et l’intensité de l’action. Se faire voir est un moyen pour augmenter l’intensité de la représentation, de même que le plaisir qu’elle procure. La notion de dramatisation nous permet de reconnaître que le récit implique toujours un espace, un site spécifique qui sert à donner corps à la représentation.

5Timothy Murray revient sur la mise en scène et sur la puissance de son effet esthétique. Selon lui, la pratique de la mise en scène peut présenter des aspects qui résistent à la notion de plaisir esthétique. En explicitant la dimension psychanalytique de la mise en scène, il la conçoit comme la mise en espace d’une expérience traumatique. La dramatisation devient ainsi le lieu d’une répétition psychique, une forme de recyclage, qui comporte une part de masochisme. Cela souligne un aspect ambivalent du plaisir esthétique.

6Si Timothy Murray a pu argumenter à partir de l’œuvre dramatique de Shakespeare et de son adaptation cinématographique par Peter Greenaway, Jean Klucinskas interroge la notion de dramatisation en l’appliquant à la mouvance de l’art contemporain. Dans ce contexte, il soutient que la dramatisation opère forcément à partir d’une répétition. Il y observe le recyclage de gestes et de mouvements, la traversé répétée de l’espace et le retour obsessif sur les lieux. L’accumulation ainsi que la mise en série de ces éléments produisent un effet d’intensité esthétique. L’espace de la représentation acquiert sa propre charge dramatique lorsque la mise en scène adopte le statut de simulation, de « remake », ou de reconstitution du réel. Ceci devient tangible chez les artistes contemporains qui manifestent un intérêt pour la notion de « reenactment », la « reconstitution » d’événements dans un lieu dit « authentique ». Ce type de travail sur un cas limite de la représentation illustre comment la mise en scène de la répétition, tout en soulignant que l’action n’est que représentation, crée néanmoins une intensité dramatique.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540