Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Troisième Partie. Kantor, mise en scène et recyclage

Présentation

Texte intégral

1Avec ces deux textes sur l’œuvre du dramaturge et homme de théâtre Tadeusz Kantor on entre dans le vif d’une esthétique du recyclage. Ce double regard ciblé sur une œuvre particulière permet en fait d’articuler la problématique de ce volume dans le champ restreint de l’art, même s’il s’agit en l’occurrence d’un art de la performance et d’une dramaturgie qu’on pourrait qualifier d’extrême. C’est que, comme le fait remarquer Ginette Michaud, chez Kantor art et mort sont étroitement interliés, que ce soit par l’évanescence du performatif ou encore par la mise en scène de rémanences sous toutes sortes de formes, y compris – c’est le sujet de Brunella Eruli – celle de l’apparition de l’auteur et de ses effigies sur scène.

2Kantor, potentiellement, recycle tout : l’héritage culturel immédiat, les symboles et icônes de traditions lointaines, l’histoire culturelle des formes et figures théâtrales, ses propres pièces et performances antérieures, jusqu’à sa propre biographie. Mais il ne s’agit pas, dans les termes de Ginette Michaud, d’une réappropriation indifférente des formes antérieures ni d’un ludisme sans conséquence. On retrouverait là ce qui, dans les trois textes précédents, fut déjà critiqué comme une attitude purement combinatoire, à effet amnésique, par rapport au passé. Si le recyclage s’inscrit chez Kantor dans une conception esthétique de l’œuvre théâtrale, c’est que les matériaux culturels sont convoqués et réinscrits dans une logique d’œuvre active. Et cette logique est proche de celle de la réinscription déconstructive des matériaux langagiers de la tradition philosophique.

3En montrant que le travail théâtral de Kantor a en fait pour effet de déconstruire tout un appareil conceptuel, Eruli et Michaud, de manières différentes et néanmoins convergentes, réaffirment la logique paradoxale qui habite la notion même de recyclage : il anéantit et conserve, rejette et récupère ; il est à la fois destruction et effacement, et peut de ce fait être l’agent d’un oubli actif, et participe, en tant que reconversion et transformation actives, d’une œuvre d’invention inédite qui pourrait même fonder de nouvelles traditions.

4Ce n’est pas par hasard que Michaud pose, au début de son texte, la question de la transmission de l’œuvre de Kantor. Comment, en fait, recevoir et transmettre ce que cette esthétique dramatique qui, de multiples manières, a partie liée avec le recyclage, nous propose dans son éphémérité spectaculaire ? Ou encore : comment recevoir la « leçon » plus-qu’esthétique que ces concrétisations artistiques du recyclage mettent en scène ?

5Après avoir vu le recyclage, chez Canclini, connecté à la problématique multi et interculturelle exacerbée par le contexte de la mondialisation, et chez Robin à la double problématique de mémoire et d’histoire, le texte de Michaud en particulier active encore une autre interface théorique de « recyclage » : sa connexion avec la psychanalyse. Dans les notions de répétition et de résistance, par exemple, s’articulerait à la fois un lien entre psychanalyse et recyclage et une limite infranchissable entre les deux domaines.

6Une autre limite est articulée dans le texte d’Eruli : on la franchit dès que le matériau recyclé n’est plus un objet matériel, ce qui peut comprendre des formes et figures culturelles, mais relève du domaine humain : une vie, un corps, une figure de soi, une biographie. Kantor a franchi cette ligne de démarcation, ce qui rend son œuvre intéressante, mais extrême dans la mesure où elle inscrit, avec la figure du recyclage, la réalité de la mort. Dans sa pratique théâtrale qui fonde une expérience esthétique très intense, il a ainsi rappelé une des limites éthiques du concept de recyclage que l’histoire humaine a transgressé à maintes reprises : le recyclage du corps humain.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540