Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Première partie. Recyclage : enjeux d'une esthétique multiculturelle

Mondialisation et recyclage culturel

Rita De Grandis

Texte intégral

  • 1 Néstor García Canclini, La globalización imaginada, Buenos Aires, Paidós, 1999.

1Je voudrais aborder la pratique du recyclage dans l’art contemporain par des enjeux méthodologiques présents dans les travaux récents de Néstor García Canclini, en particulier dans son texte « Gourmets multiculturels : jouir du patrimoine des autres », mais ma réflexion s’appuie aussi sur son livre La globalization imaginada1.

2Il me semble important de tenter de circonscrire la portée des concepts, des notions et des idées sur lesquelles repose sa réflexion, parce que les notions clés utilisées pour décrire la production culturelle contemporaine (l’interculturel, le multiculturel, le recyclage, la reconversion culturelle, l’hybridité et la mondialisation) comportent de nombreuses difficultés. Ces notions sont utilisées dans une variété de discours, et le sens qu’on leur accorde n’est pas toujours le même. Dans son texte sur la figure du « gourmet multiculturel », García Canclini laisse des notions clés, comme celle de recyclage, trop indéterminées, ou interchangeables avec celles de frontière et de reconversion culturelle. Le fait de rendre explicite le sens et la fonction d’une notion comme celle de recyclage pourrait nous mener à des conclusions différentes des siennes.

3García Canclini s’est interrogé sur l’évolution des conditions de la production artistique afin de voir comment, au sein d’une communauté, les changements de l’infrastructure se répercutent dans la superstructure. Il a étudié un processus de création artistique actuel, qu’il décrit en tant que recyclage. Le recyclage est conçu ici principalement comme un procédé d’incorporation et de réutilisation de diverses traditions artistiques et d’éléments provenant de diverses régions, retravaillées de manière à répondre à un contexte spécifique. Ce procédé s’articule en termes de ce qui est « propre » ou « local ». L’auteur le décrit comme une dialectique des influences, où toute appropriation culturelle révèle un sens double dans la mesure où elle est constituée par l’interpénétration et la transformation mutuelle de l’étranger et du propre. Cependant, la notion du « propre » est ambiguë : elle nous renvoie à une logique binaire inhérente aux notions d’hybridité et de frontière, auxquels je reviendrai plus loin. Lorsqu’on parle du « propre », il est important de distinguer plusieurs niveaux sémantiques pour bien marquer les différences qu’il y a entre une tradition propre à un pays, à un artiste ou encore à une région. Il est nécessaire aussi de repenser l’idée de « tradition », de la voir non comme la transmission d’une loi, mais plutôt comme un processus continuel de formation et de transformation de la pratique sociale. Cette dynamique attire forcément des éléments impurs qui conservent des traces de leurs provenances. Il devient alors impossible d’en isoler des éléments « purs ».

4L’intérêt de García Canclini pour la notion de recyclage est qu’elle semble bien adaptée pour décrire cette nouvelle conception de culture. Cependant, cette « dialectique des influences » qu’est la production culturelle contemporaine n’est-t-elle pas déjà pensée à l’intérieur de notions comme l’hétérogénéité nondialectique, la transculturation, le syncrétisme, l’anthropophagie culturelle, le métissage, l’hybridité, pour ne nommer que les plus importants, au sujet desquels l’historiographie littéraire, culturelle et anthropologique de et sur l’Amérique latine a déjà fait couler beaucoup d’encre ? Pourquoi García Canclini a-t-il choisi d’utiliser la notion de recyclage au lieu de concepts tels que hybridité, reconversion ou transculturation ? Ils ont pourtant tous quelque chose d’analogue, et ces notions sont même souvent utilisées de manière interchangeable ; chez certains théoriciens, il est presque impossible de les distinguer. Dans son livre La globalization imaginada, la signification de ces notions semble parfois se recouper, et le lecteur ressent une plus grande ambivalence terminologique. L’auteur ne précise pas suffisamment le sens qu’il accorde à ces termes, et joue plutôt sur leur indétermination. Il semble avoir adopté une démarche moins rigoureuse, qui va à l’encontre des exigences de précision et d’exactitude que l’on recherche habituellement dans le discours des sciences humaines. Au contraire, il semble accorder à cette flexibilité analytique une valeur argumentative forte :

  • 2 Ibid., p. 57-58.

L’usage de la métaphore est-elle un recours inadéquat, provisoire, de la pensée sociale, à peine admissible pour concevoir des concepts scientifiques, ou bien est-elle nécessaire pour mieux comprendre comment fonctionne la société et comment on s’actualise en elle ?... Les processus métaphoriques servent à désigner ce qui ne se laisse pas saisir en tant que concept univoque : une tension entre ce que nous vivons et ce que nous pourrions vivre, entre le fait de structurer et de déconstruire2.

  • 3 Tout particulièrement dans son ouvrage Culturas híbridas : estrategias para entrar y salir de la m (...)

5Ce manque de précision nous conduit à nous interroger sur la valeur de la notion de recyclage et son rapport à d’autres termes critiques. García Canclini fait remarquer que le recyclage et la reconversion sont devenus des procédés centraux du développement économique dans cette ère de mondialisation. Cela s’applique en particulier à la reconversion culturelle des produits artisanaux, un thème déjà développé dans ses travaux antérieurs3.

6Cette définition nous fait voir que la nouveauté du recyclage culturel repose sur un élément qui, jusqu’ici, a été jugé moins important : sa valeur économique, valeur ultime que tout produit culturel acquiert. Ainsi, l’idée de recyclage dans l’art se caractérise non seulement par sa mondialisation, qui se manifeste par une plus grande circulation et disponibilité des matériaux réutilisés par l’artiste, mais aussi par sa valeur marchande. La mondialisation, selon García Canclini, est un régime global diffus et fragmenté qui produit et provoque des modes inusités de relations culturelles entre l’Amérique latine et les États-Unis. La mondialisation confronte aussi le passé historique qui affecte la formation et la rénovation des influences et des traditions. Ce qui amène García Canclini à s’interroger sur ce qui reste des liens historiques avec l’Europe. Quels sont les nouveaux flux migratoires ? Il observe qu’aujourd’hui l’interculturalité se produit moins par les mouvements migratoires qu’à travers les communications médiatiques. C’est un signe que nous avons passé de la modernité des Lumières à une modernité néolibérale. La mondialisation serait donc la dernière étape moderne du XXe siècle. Reste à savoir comment les processus d’intégration régionale provoqués par la mondialisation affectent la transformation des représentations symboliques qui se produit dans les systèmes de communication comme dans les images que chaque nation se fait d’elle-même et des autres. La nature hautement iconique et métaphorique de l’idée de mondialisation nous oblige à la concevoir non comme un discours totalisateur mais comme un discours fragmentaire. Afin de définir un champ méthodologique qui inclut les phénomènes culturels et sociaux, García Canclini mobilise des notions comme celle de métaphore, déployant toute sa profondeur herméneutique, pour saisir les manifestations contemporaines. La mondialisation est ainsi perçue comme multiforme et polysémique. De cette manière, des concepts comme celui de métaphore nous permettent de saisir cette complexité d’indéterminations que la mondialisation engendre.

  • 4 À ce sujet, voir Abril Trigo, « Shifting Paradigms : From Transculturation to Hybridity : A Theore (...)

7Le recyclage culturel correspond à l’étape la plus récente de l’appropriation capitaliste, qui succède historiquement aux étapes de la propriété privée et de l’exploitation des matières premières, à la base industrialisation. Le recyclage est d’abord le retour à la matière première par la décomposition matériel de l’objet, suivi de sa réincorporation dans le cycle de la production. En termes idéologiques, le recyclage correspond à l’émergence du néolibéralisme, tandis que la notion de « transculturation » qu’on retrouve chez Ortiz et Rama4 caractérise l’intégration populiste fondatrice de l’État. On pourrait donc affirmer que García Canclini articule la notion de recyclage à l’intérieur d’une dialectique globalité/localité, tandis que sa notion d’hybridité avait été articulée au sein d’une dialectique modernité/modernisation, l’une n’excluant toutefois pas l’autre.

8Les travaux de García Canclini nous montrent que les phénomènes de recyclage et de reconversion culturelle sont les conséquences d’une transformation du capitalisme qu’on définit comme mondialisation. L’auteur s’interroge sur le statut de l’œuvre d’art dans ce nouveau contexte. Son analyse est introduite par deux questions. D’abord, à quelle idée de l’art se réfère-t-on de nos jours quand nous pensons au recyclage culturel ? La seconde question est de savoir si cette idée de l’art constitue la condition actuelle de notre modernité artistique.

9Afin de répondre à ces questions, García Canclini met en place stratégiquement une série d’oppositions : l’idée du recyclage s’opposerait à l’idée d’innovation, de rupture avec la tradition, et d’invention pure, trois caractéristiques propres à l’art avant-gardiste. Est-ce que cela signifierait la dissolution de l’art tel qu’on le conçoit ? Cette série d’oppositions met en scène le débat entre une conception avant-gardiste de l’art et la critique formulée par Walter Benjamin. La première revendique la légitimité de l’appropriation et du prélèvement de nouveau matériaux, tandis que la critique benjaminienne déplore la disparition de l’originalité artistique et la perte de son authenticité qu’a suscitées la reproduction mécanique. Selon García Canclini, toutefois, les pratiques recyclantes de l’art contemporain n’ont pas à rompre avec la tradition : elles doivent plutôt réutiliser la tradition de manière avisée pour bien montrer que leurs matériaux de base sont des images et des symboles déjà vus et connus.

10Cette forme de réutilisation ne vise pas principalement à déguiser, à transformer ou à créer des distorsions avec les matériaux appropriés : elle s’apparente davantage à des procédés de « copiage », d’« imitation » et d’« émulation ». Le recyclage se rapproche ainsi du kitsch (pris au sens d’une incorporation d’éléments de la culture populaire) par la manière ludique avec laquelle il s’intègre dans la vie quotidienne. Le kitsch a souvent été compris comme une imitation peu étoffée ou une forme artistique de mauvais goût. Comme le kitsch, le recyclage est irrévérencieux. On y dénote un goût pour l’iconographique et l’artificiel, un penchant pour les couleurs frappantes, le mélodrame et la surdétermination. En tenant compte des caractéristiques qu’il partage avec le kitsch, on comprend que le recyclage n’est pas délimité par des cadres traditionnels, qu’ils soient historiques ou géographiques. Le nombre croissant d’échanges entre les pays, au-delà des frontières politiques et ethniques, ouvre de nouvelles voies aux renégociations culturelles. D’ailleurs, García Canclini fait remarquer que le recyclage artistique se prête à des politiques d’interventions sociales, ce que les artistes de l’événement inSITE démontrent avec leurs installations.

11L’art contemporain, selon García Canclini, est dominé par des stratégies de recyclage culturel, recyclage des cultures populaires, de l’art moderniste, et dans cette logique de l’appropriation, l’art contemporain semble prêt à se recycler soi-même. Ce qui le porte à se demander s’il est possible aujourd’hui de recycler l’idée de l’art ? L’idée de l’art, ici, désigne une conception moderniste de l’art caractérisé par l’incessante quête de l’innovation poussée à l’extrême par les mouvements avant-gardistes. Même l’art dit « postmoderne », qui ne s’est pas tout à fait dégagé de l’avant-garde, a cherché lui aussi à nous étonner avec des nouveautés. La différence résiderait dans le fait que les innovations dites « postmodernes » ne chercheraient pas l’originalité à laquelle aspirait l’expérimentation formaliste de l’avant-garde, mais la création d’un effet par un amalgame d’époques et de styles renversant les hiérarchies à l’intérieur desquelles s’est développé l’art avant-gardiste.

12Le recyclage pensé en tant que style artistique impliquerait la dissolution des traits progressistes de l’art avant-gardiste, et le caractère « gourmet » du recyclage se manifesterait plutôt à travers des stratégies d’emprunts relatives à toutes les régions du monde, à tous les domaines du réel, créant toutes les combinaisons ludiques possibles, pour produire des « déhiérarchisations » de la haute et de la basse culture. Ainsi conçue, l’idée de recyclage de matériaux existants et hétérogènes s’éloigne des présupposés et de l’horizon d’attente des mouvements avant-gardistes, de l’idée de l’art bourgeois, de l’art du tableau et des pratiques muséales. L’œuvre d’art ne vise plus le statut de monument, elle ne présente plus la grandiloquence de l’original ni son aura. Ce nouveau paradigme amène García Canclini à se demander si l’art contemporain ne serait pas en train d’être assimilé par la vidéo-culture. Les nouvelles pratiques artistiques ne fusionnent-elles pas avec cet autre genre d’expression culturelle qu’est la culture des médias ? La vidéo-culture serait-elle devenue une modalité du recyclage de l’art ?

  • 5 Angel Rama, Transculturación narrativa en América Latina, Mexico, Siglo Veintiuno Editores, 1982.

13Ajoutons que l’art du recyclage propre à notre condition actuelle, et tel qu’expérimenté lors des événements de inSITE, annonce une rupture avec les idéaux esthétiques des avant-gardes. Cette rupture esthétique se manifeste par le rejet de paradigmes qui représentaient la création artistique comme l’invention de nouveaux récits ou de nouvelles métaphores, cette nouveauté comprise ici au sens des découvertes et des progrès avant-gardistes. De plus, García Canclini observe dans l’art du recyclage un déplacement du langage de la créativité esthétique et du progrès artistique associé habituellement aux élites cultivées vers le discours de l’interculturel non pas dans l’art ou dans la littérature, ruais dans les médias audiovisuels et informatiques. Dans ce contexte, l’interculturalité prend un poids décisif et politique. Cependant, García Canclini n’offre aucun commentaire sur les secteurs de la société les plus touchées par ce type de pratique artistique ; il souligne seulement le déplacement de matériaux (médias) et de « genres » artistiques, la mise en place de nouveaux matériaux provenant des nouvelles technologies communicatives, et de nouvelles formes qui s’ajouteraient à la liste dressée par Walter Benjamin, des formes non envisagées dans son temps. Il est important de remarquer que García Canclini donne une valeur positive à l’interculturalité et à ceux qui la mettent en pratique comme les artistes, certains intellectuels et l’anthropologue lui-même. Or, cette notion d’interculturalité ressemble à bien des égards à l’idée de transculturation dont parlait Angel Rama5. Dans les deux cas, il s’agit d’un phénomène qui entraîne et véhicule de nouvelles formes d’expression ainsi que de nouveaux contenus. Mais le lien clé entre les deux s’établit dans la manière dont ils récupèrent les formes de la culture populaire. Chez Rama, la transculturation implique que les artistes et les intellectuels s’approprient des éléments provenant de la culture « dégradée », comme les histoires des mauvais gauchos (par exemple, le théâtre de Podestá en Argentine, ou les histoires orales des métis de la région andine récupérées par l’écriture d’Arguedas), ou encore la réadaption des mélodrames radiophoniques dans les romans de Puig. Si, d’une part, l’art caractérisé par le recyclage dissout l’esthétique avant-gardiste, il tend d’autre part vers une politisation de l’art, notamment de l’art frontalier qui met en scène un certain type de sujet interculturel. Les œuvres présentées dans le contexte de inSITE revendiquaient la signification politique de l’art avant-gardiste. Ainsi, cette idée de l’art oscille entre la rupture avec l’esthétisme de l’œuvre avant-gardiste et l’esthétisme politique. Nous apercevons dans cette conception de l’interculturalité le potentiel contestataire des formes de la culture populaire réinscrites dans l’art de recyclage. Par conséquent, tout comme le projet de Rama, celui de García Canclini vise une réhabilitation de la culture populaire.

14Tout au long de mon analyse, je suis passé d’un lieu théorico-méthodologique à un autre pour mieux examiner le rapport entre les notions de frontière, de recyclage et d’hybridité. Connaissant les nombreux débats sur le concept d’hybridité, je ne désire pas m’y attarder, je voudrais plutôt suggérer qu’un manque de cohérence rend ce concept problématique. La notion d’hybridité opère plus exactement en tant que figure, riche en évocations, mais elle ne se laisse pas définir de manière précise. Nous pourrions dire que la notion de recyclage aussi opère de manière semblable. L’usage du terme hybridité, dans un livre comme Cultures hybrides, reste néanmoins préférable à des termes comme métissage, parce qu’il est plus apte à rassembler les divers amalgames interculturels. La notion de métissage pour sa part se limite à décrire des relations interraciales ou bien des syncrétismes, ce qui désigne le plus souvent des fusions religieuses ou des mouvements symboliques traditionnels.

15La notion de recyclage, telle que déployée dans l’essai « Gourmets multiculturels : jouir du patrimoine des autres » désigne les nouvelles pratiques artistiques qui se manifestent dans des cadres explicitement interculturels, et qui pour cette raison mettent en scène des processus de transformation identitaire. Par contre, il réserve pour la notion d’hybridité la tâche de décrire des phénomènes plus larges tels que les interpénétrations symboliques de processus religieux, sociaux et culturels, comme nous l’avons déjà remarqué.

  • 6 Ian Angus, « The Néstor García Canclini Exchange », Canadian Journal of Latin American and Caribbe (...)

16L’ambivalence terminologique que je tente de souligner ici est aussi présente dans son texte « Latinos ou Américains : Narrations frontalières » présenté à Vancouver, et publié dans La globalización imaginada. Ce texte analyse l’image du Cheval de Troie à deux têtes par Ramírez Erre, exposée à inSITE en 2000. García Canclini ne traite pas cette œuvre en tant que recyclage mais plutôt comme une métaphore de l’hybridité culturelle frontalière. Cela donne l’impression que, dans les travaux de García Canclini, la métaphore de « frontière » est devenue synonyme de recyclage. La symbolisation de l’image du cheval à deux têtes, qui évoque les interactions des gens vivant des deux côtés de la frontière, n’est pas seulement double, elle est selon son affirmation « multiple ». Ce fait se confirme, selon García Canclini, dans la mondialisation des frontières où l’image de la frontière ne se laisse plus réduire à une opposition entre barbarisme et civilisation, développement et surdéveloppement, cosmopolitisme et nationalisme et est vécue aujourd’hui comme « plurivocalité ». Mais cette conception de frontière ne convainc pas tout le monde, et certains critiques ont exprimé des réserves. Ian Angus, par exemple, voit dans la métaphore frontalière qu’évoque le cheval de Troie une figure qui n’arrive pas à défaire les oppositions entre l’unité et la pluralité6. Le polycentrisme est devenu, selon Angus, la condition actuelle de l’hégémonie néolibérale. Ainsi, pour lui, le cheval de Ramínez Erre n’est pas de prime abord multidirectionnel, ou polycentrique, il est fondamentalement bidirectionnel. La métaphore des deux têtes ne peut que souligner la dualité de la frontière, ce qui laisse ouvert la question du polycentrisme. Selon Angus, la dualité est inséparable de l’idée de frontière puisqu’il y a de nombreuses frontières, mais chacune est nécessairement la division de deux parties. La notion de frontière ne réussit jamais à surmonter le binarisme qu’elle engendre et reste ainsi empêtrée dans des structures figées. Elle n’est pas pensée en tant qu’espace politique qui présenterait une alternative au néolibéralisme et qui permettrait de voir la globalisation comme un espace de multiplicités et de dualités. La notion de frontière comporte donc la même faiblesse que l’idée d’hybridité dans la mesure où elle reste incapable de résoudre la tension entre la polarité conceptuelle hybridité/pureté.

17Revenant à l’usage que García Canclini a fait des termes « frontière » et l’« hybridité », nous devons conclure qu’ils n’ont pas été développés en tant que concepts complémentaires. Parce qu’il reste ancré dans un binarisme conceptuel, la nature même de l’hybridité lui échappe. Aucune société peut prétendre à une pureté culturelle ou à une tradition qui lui est vraiment propre. Par conséquent, penser le recyclage en termes de « propre » et d’« étranger » réduit l’analyse aux mêmes limitations que frontière et hybridité.

18Après cette discussion sur les termes de recyclage, frontière et hybridité, nous revenons à la valeur positive que García Canclini donne au terme « interculturalité » puisqu’elle est censée nous libérer de la compulsion à l’authenticité et à l’originalité. Les interventions artistiques d’inSITE paraissent indiquer qu’un des principes de la représentation actuelle s’appuie sur une certaine notion de réalité en tant qu’image déjà formée, que nous réutilisons comme façon de nous approcher du réel. De cette manière, la réalité devient contingente à sa propre représentation. Le paradoxe qui se dégage de la condition actuelle serait donc cette prétention d’opacité du réel dans le contexte d’une réalité bombardée par une obsession du réel.

19Une des conséquences que nous pourrions tirer de l’exploration de García Canclini est que le recyclage culturel oscille entre deux fonctions. D’une part, le recyclage annonce la dissolution de l’art ; d’autre part, il semble mobiliser l’art, en particulier l’art frontalier, comme une forme d’intervention et renégociation politico-sociale de l’hégémonie. La question initiale et finale indiquerait d’un côté la dissolution de l’esthétique avant-gardiste et de l’autre, la possibilité de renégocier la valeur politique de l’art avant-gardiste.

Notes

1 Néstor García Canclini, La globalización imaginada, Buenos Aires, Paidós, 1999.

2 Ibid., p. 57-58.

3 Tout particulièrement dans son ouvrage Culturas híbridas : estrategias para entrar y salir de la modernidad, Buenos Aires, Editor Sudamericana, 1992.

4 À ce sujet, voir Abril Trigo, « Shifting Paradigms : From Transculturation to Hybridity : A Theoretical Critique », dans Zilà Bernd et Rita De Grandis (dir.), Unforseeable Americas : Questioning Cultural Hybridity in the Americas, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 2000, p. 85-111.

5 Angel Rama, Transculturación narrativa en América Latina, Mexico, Siglo Veintiuno Editores, 1982.

6 Ian Angus, « The Néstor García Canclini Exchange », Canadian Journal of Latin American and Caribbean Studies, vol. 23, n° 46,1998, p. 109-116.

Auteur

Enseigne au département d’études françaises, hispaniques et italiennes de la University of British Columbia. Ses recherches portent sur l’identité culturelle. Elle a publié Polémica y estrategias narrativas en América Latina (1993). Elle a co-dirigé Unforeseeable Americas : Questioning Cultural Hybridity in the Americas (1999)
Vancouver

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540