Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Première partie. Recyclage : enjeux d'une esthétique multiculturelle

Présentation

Texte intégral

1Ce groupe de trois textes se situe au carrefour où se croisent la possibilité d’inclure des procédés artistiques recyclants dans une nouvelle esthétique, d’une part, et les questions reliées à la mondialisation de la culture, en particulier les enjeux multiculturels et interculturels d’autre part. Ce carrefour s’avère être d’une complexité redoutable. García Canclini la reconstruit en deux pas. D’abord, il rappelle, historiquement, le développement de l’économie capitaliste qui tend à inclure de plus en plus les objets et pratiques d’art en en faisant des marchandises. L’idée de recyclage implique une relation économique, un calcul de la valeur du matériau et de sa vitesse de circulation. Dans le contexte de la mondialisation, tous les produits artistiques et culturels sont potentiellement projetés dans des réseaux d’échanges commerciaux qui semblent effacer les frontières et niveler la diversité des produits.

2Ensuite, il propose une étude de cas locale en analysant quelques projets artistiques émanant du programme « inSITE » qui, de 1992 à 2000, a choisi la frontière entre le Mexique et les États-Unis comme lieu pour des expositions, installations et performances d’artistes contemporains. Le choix de cet exemple est doublement intéressant. D’une part, la pratique artistique du in situ, du « site spécific art », va en principe à l’encontre de l’uniformisation mercantile de l’art en réaffirmant le principe que seule la spécificité du lieu peut donner sens à l’artefact. Cet exemple sera donc un cas-test intéressant dans la mesure où la pratique du recyclage y est affirmée de multiples façons, mais que cette pratique prend un sens local. On pourrait aller jusqu’à lui attribuer une valeur de résistance contre les tendances lourdes de la mondialisation de la culture.

3D’autre part, le site choisi est celui d’une zone frontalière. Avec sa double logique de lieu de rupture, de séparation et de division et de tiers lieu qui connecte, relie, permet le passage et l’échange, l’espace-frontière se prête en fait à merveille à ce genre d’exploration. Les œuvres d’art analysées fonctionnent dans deux paradigmes à la fois, dans la mesure où elles partent d’une logique de fait, par trop binaire et agonistique, pour instaurer celle du conflit rituel, de l’interaction sportive, des passages mutuels. La frontière devient zone de contact, lieu d’une pratique interculturelle, sans pour autant ignorer ou oublier l’asymétrie des deux pays qui se démarquent et entrent en contact à cette frontière.

4C’est dans ce contexte précis que le recyclage en tant que pratique culturelle, inséré dans une esthétique de l’œuvre d’art, prend tout son nouveau sens. Il développe un triple potentiel de contestation. D’abord, il abolit l’obligation moderne (avant-gardiste) de produire de la nouveauté, de l’originalité, de l’innovation par le geste de la table rase. Ensuite, il prend pour acquis une disponibilité généralisée de tous les matériaux culturels, ce qui favorise le paradigme multiculturel en brisant le paradigme colonial où seul l’artiste de la métropole avait le droit d’exploiter comme ressource culturelle les matériaux des cultures périphériques, l’artiste de la périphérie étant obligé de copier les modèles du centre. Finalement, il illustre, sur la base des nouvelles technologies, l’accélération et l’intensification de la circulation des matériaux culturels qui instaurent de nouvelles conditions de production artistique.

5Le portrait de ces potentialités apparaît trop positif à Young, qui fait ressortir de la localisation particulière de ces projets artistiques des interrogations sous-jacentes de nature économique et politique. Son intervention ne fait que corroborer l’importance du lieu particulier pour le sens de l’œuvre d’art et réaffirme la catégorie de l’espace que d’aucuns – par exemple Zygmunt Bauman dans « Liquid Modernity » – avaient déjà donnée pour dépassée. En même temps Young suggère que le type d’enquête proposée sur la circulation recyclante de matériaux pourrait s’étendre aussi à la musique et, plus particulièrement, à la double circulation de matériaux musicaux : géographique et systémique (« high/low », populaire/de masse, etc.). Young esquisse un tel élargissement de l’enquête, ce qui laisse entrevoir un champ intéressant et presque illimité d’analyse culturelle.

6Le texte de De Grandis apporte une perspective critique dans la mesure où elle interroge la précision et la clarté de l’appareil conceptuel utilisé pour faire ce genre d’analyse. Deux logiques conceptuelles se trouvent ici en lice : déterminer chaque terme et notion jusqu’à ce qu’il ou elle atteigne la transparence, l’univocité et la permanence du concept tel que l’exige une certaine logique scientifique. Ou bien admettre une certaine mobilité et instabilité du concept scientifique, ne pas couper les ponts avec le langage naturel où le terme pour le désigner ne cesse de se ressourcer. Et cela au prix d’admettre une certaine métaphoricité dans l’usage des termes. Une pondération est alors à faire entre perdre de la scientifïcité et gagner de la souplesse. Un certain flou des concepts pourrait même s’avérer avantageux pour aborder la spécificité des pratiques culturelles contemporaines.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable