Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Présentation et remerciements

Jean Klucinskas et Walter Moser

Texte intégral

1L’histoire des textes que nous présentons ici au public remonte au colloque « Esthétique et recyclages culturels » qui eut lieu à Montréal en avril 2001. Entre l’événement d’alors et le volume que voici, un long travail de reformulation, de traduction et de révision des textes est intervenu. Travail dont nous espérons qu’il a réussi à se cristalliser dans la forme et la logique d’un livre, avec une cohérence propre, avec une solidité d’argument, avec un point de focalisation capable de faire converger l’ensemble des contributions. Ce volume doit apporter un éclairage nouveau aux pratiques et aux débats culturels contemporains en conjuguant ensemble deux de ses aspects qui semblent avoir, chacun, leur vie propre dans des champs séparés : le débat sur l’esthétique et la dominante recyclante de la culture contemporaine.

2La composition du volume maintient deux aspects de l’événement de 2001. D’une part, il conserve les six sections qui sont autant de regards - différents mais convergents - jetés sur la problématique d’ensemble. D’autre part, à une exception près, il garde la structure triadique de chaque section qui regroupe, autour d’une intervention principale, deux répliques et commentaires. Nous espérons de la sorte pouvoir garder intactes, dans la forme imprimée du livre, la variété des approches et la vivacité des échanges, donnant ainsi prise aux lecteurs sur une problématique culturelle complexe dont l’interface entre esthétique et recyclage était à inventer.

3Loin de faire le point sur cette problématique, et encore plus loin de conclure sur les questions qu’il soulève, cet ouvrage collectif se veut une contribution à la fois aux débats esthétiques animés de nos jours et à la compréhension de la contemporanéité culturelle, en particulier des pratiques recyclantes qui y jouent un rôle de plus en plus important. Nous espérons avoir montré la nécessité d’arrimer ces deux objectifs et de les aborder par des regards croisés. Il s’agit d’amorcer un débat, d’ouvrir de nouvelles perspectives en créant une zone de contact qui promet de nouvelles connaissances, tout à fait dans le sens et dans l’esprit de cette affirmation de Novalis : « Nous devons les plus grandes vérités de notre temps à la mise en contact de ce qui est resté séparé jusqu’à nos jours. »

4Ceci est le cinquième et dernier volume qui émane des travaux de l’équipe de recherche sur les recyclages culturels qui a été active de 1992 à 2001 à l’Université de Montréal. Que tous les membres de l’équipe soient remerciés de leur contribution à l’exploration conjointe d’un objet de connaissance qu’il a d’abord fallu inventer à partir des évidences de la vie culturelle.

5Nos remerciements vont également à Madame Madeleine Potvin et à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa pour l’excellent service de mise en page dont le manuscrit de ce livre a bénéficié.

6Finalement, nous tenons à remercier le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada ainsi que le Fonds pour la formation des chercheurs et l’aide à la recherche du Québec d’avoir subventionné les travaux de recherche dont ce livre marque l’un des aboutissements.

Auteurs

Diplômé en philosophie de l’Université de Montréal. De 1999 à 2001, il a été coordonnateur du groupe de recherche sur les Recyclages culturels à l'Université de Montréal. Ses recherches portent sur les théories de la création littéraire et artistique au XVIIIe siècle

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Transferts littéraires et culturels à l’Université d’Ottawa. De 1993 à 2001, il a dirigé le groupe de recherche sur les Recyclages culturels à l’Université de Montréal. En 2001 il a co-édité Résurgences Baroques

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540