Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence, la peur et le crime

 | 
Jacques Laplante

6. La violence familiale

Texte intégral

1Une violence toute nouvelle vient d’acquérir ses lettres de noblesse dans notre société. En effet, il n’y a pas très longtemps que la violence familiale est venue imprégner la conscience sociale. En fait, elle en est arrivée à se situer ainsi par association à un autre type de violence depuis longtemps ancré dans cette même conscience : le « crime », même si la plupart des crimes ne sont pas violents. Il faut noter encore que le « crime » ne constitue qu’une violence bien relative par rapport à certaines autres qui n’apparaissent pas sous un tel registre.

2La violence familiale et l’abus physique, sexuel, parfois verbal ou autre dont elle se compose, n’ont été reconnus (publiquement) qu’à la suite des revendications des femmes, de l’adoption de chartes concernant la personne et des pratiques qui en découlent, des actions législatives, policières et judiciaires répondant à de nombreuses dénonciations. L’abus est devenu une affaire à la fois juridique, sociale et psychosociale ; il est maintenant une affaire publique, alors que, il y a peu, il relevait davantage du domaine « privé ». Cette façon de voir la violence familiale est nouvelle, les règles pour endiguer cette même violence ne font que se préciser et les moyens pour faire appliquer les règles sont loin d’être éprouvés, mais ils semblent prendre une nouvelle tournure : mélange de douceur et de contrainte pour l’agresseur, gommage des instances sociales et judiciaires à cet égard : l’homme violent apparaît à la fois comme un criminel et comme un malade, alors que sa compagne ou ses enfants sont regardés comme des victimes à moitié raisonnables.

3Ainsi, les agresseurs comme les victimes peuvent bénéficier d’un traitement. Celui-ci est constitué d’un ensemble de techniques qui, de façon éclectique, se sont greffées aux anciens traitements pour viser directement à remplacer le comportement répréhensible par un comportement socialement acceptable. Les effets pervers d’une telle pratique font aussi surface. Par exemple, dans le cas de la violence familiale, les abus physiques peuvent disparaître, mais la rancœur, l’indifférence et la haine peuvent miner la qualité de vie de toute la famille. Rien de facile ici, si de plus nous pensons que le traitement se présente et se définit comme une aide et que celle-ci peut être imposée. Est-ce bien paradoxal ? La violence entraîne-t-elle plus de violence ? Faut-il la combattre avec des moyens de plus en plus énergiques ?

4C’est dire, tout au moins, que la violence s’articule au social, c’est dire que, pour saisir l’individu qui l’utilise, une compréhension de sa situation actuelle et de son histoire, parfois un peu lourde, s’imposent. Violence individuelle, violence collective, violence du présent, violence articulée sur un passé rempli du souci de l’individu et de son épanouissement, violence en d’autres mots où l’on reconnaît l’émancipation ou la recherche d’émancipation de la femme et aussi de l’homme (par intermédiaire) au sein d’un projet social où règnent ou devraient régner sécurité, égalité et liberté.

5Nous allons examiner deux points en particulier par rapport à cette violence familiale, à savoir comment elle se conçoit, quasi complètement, à l’écart de ceux et celles qui la vivent, et comment se prescrit l’arrêt de cette violence. Cette prescription est bel et bien redéfinie par les professionnels du traitement, mais ce sont ceux et celles qui ont fait l’objet d’un traitement qui nous le raconteront.

La violence dans la demeure

6Ce sont les tables de concertation sur la violence familiale tenues un peu partout au Québec dans les années 1980, qui ont permis la mise en œuvre de programmes de traitement des hommes violents. Ces tables de concertation s’inscrivent dans le prolongement du mouvement contre la violence faite aux femmes. Ce mouvement a entraîné l’ouverture des premières maisons d’hébergement pour les femmes battues en 1975 au Québec ainsi que les déclarations d’égalité et d’indépendance des groupements de femmes (CSF). À la suite de ces premières initiatives, le ministère des Affaires sociales et du Solliciteur général du Québec ont établi des programmes de subvention sur la violence ainsi que les tables de concertation proprement dites (1980). En 1981, la loi instituant un nouveau Code civil et portant sur la réforme du droit de la famille a reconnu l’égalité de l’homme et de la femme. Les mêmes ministères ont élaboré leurs politiques d’aide aux femmes violentées, déclarées groupe « à risque » en 1987. C’est aussi cette même année-là que s’est élargie officiellement la question de la femme violentée pour englober celle de la violence dans la famille. Enfin, il faut mentionner la grande campagne provinciale d’information et de sensibilisation sur la violence (1988). Cette campagne a été organisée conjointement par les ministères de la Santé et des Services sociaux, de la Justice et du Solliciteur général.

7Les tables de concertation régionales ont travaillé à définir les besoins de l’homme, de la femme, de l’enfant, identifiant du même coup les services que ceux-ci devront recevoir. Les tables sont, de fait, formées des représentants de ces services (du plus répressif au plus soignant : services policiers, hospitaliers, communautaires).

8Voici une liste de besoins et de soins qui a été alors dressée :

BESOINS IMMÉDIATS (urgence)

BESOINS À MOYEN TERME (suivi)

L’enfant

– Sécurité, protection ;
– Amour ;
– Sauvegarder les liens avec les deux parents ;
– Être déresponsabilisé des actes de violence ;
– Surmonter la peur, crainte de l’abusif ;
– Être écouté, soutenu, compris ;
– Démystifier, briser le silence, nommer et dire les choses.

– Apprendre d’autres façons de régler un problème ou de répondre à ses besoins ;
– Développer l’espoir d’une vie familiale plus harmonieuse ;
– Vivre dans un milieu propice à son développement.

La femme

– Être soignée (soins médicaux, physiques) ;
– Être en sécurité physique et
psychologique ,
– Être hébergés avec ses enfants ;
– Être écoutée, acceptée, soutenue ;
– Être informée sur les services, les ressources ;
– Recevoir de l’aide concrète, matérielle pour réorganiser sa vie ;
– Être déresponsabilisée par rapport aux actes de violence ;

– Recevoir des interventions spécifiques ;
– Être déresponsabilisée par rapport à l’acte de violence ,
– Être responsabilisée par rapport à sa démarche personnelle ,
– Réduire les zones de dépendance ;
– Vivre dans un milieu / environnement propice pour reprendre des forces ;
– Prendre du pouvoir, se réapproprier son corps ;– Reprendre confiance, développer son estime de soi (se voir comme personne saine, équilibrée) ;
– Avoir le droit à l’erreur ; – Recevoir de l’aide dans son rôle de mère ;
– Avoir le support de groupes.

L’homme

– Être contrôlé par des mesures dissuasives ;
– Être confronté, responsabilisé (se reconnaître comme abusif) ;
– Être écouté, compris, soutenu ;
– Être en sécurité (agression contre lui-même).

– Recevoir des interventions spécialisées ;
– Être dirigé, apprendre d’autres façons de régler ses problèmes ou de trouver réponse à ses besoins

Source : Comité de travail de la Table régionale de concertation violence, juillet-aout 1988

9Le Comité de travail a aussi adopté des principes :

  1. La violence conjugale est inacceptable, elle constitue un crime contre la personne ;
  2. La violence conjugale doit être judiciarisée quels que soient l’âge, le sexe et la condition sociale de la victime et de la personne abusive ;
  3. La violence conjugale est un problème social, transmissible culturellement (par l’apprentissage d’un mode de résolution de conflit et de tolérance à la violence) ;
  4. Les situations de violence conjugale impliquent plusieurs personnes qui sont l’homme, la femme, l’enfant ;
  5. Les victimes sont généralement la femme et l’enfant ;
  6. La personne abusive est la seule responsable de ses actes de violence et les victimes ont droit à l’intégrité physique, morale, psychologique ;
  7. On doit reconnaître les compétences de la femme violentée à résoudre ses problèmes.

10La violence se définit en termes d’abus. On devient un homme violent si on abuse physiquement de sa conjointe, c’est-à-dire si on la bat ou la force à accomplir certains actes ; si on abuse sexuellement de sa conjointe ou la force à accomplir des actes sexuels ; si on use de procédés (chantage, menace, intimidation) qui sont une offense à l’intégrité de sa conjointe et qu’elle dénonce comme offensants ; si on abuse physiquement ou sexuellement d’un ou plusieurs de ses enfants ou des enfants de sa conjointe.

11On considérera comme un abus sexuel de l’enfant toute activité sexuelle à laquelle un enfant est incité ou contraint de participer par un individu, sur lui-même, sur elle-même ou sur une tierce personne, contre son gré, par manipulation affective, physique, matérielle ou force d’autorité, de manière évidente ou non, que l’individu soit connu ou non, et qu’il y ait ou non évidence de lésion, de traumatisme physique ou émotionnel, quel que soit le sexe des personnes impliquées. On regardera comme un abus physique de l’enfant tous les actes de violence physique tels que raclée, isolement excessif, étouffement, utilisation d’une arme ou menace d’utilisation. L’abus moral ou émotionnel consistera en un comportement conduisant à une forme de rejet : humiliation, insulte, cruauté mentale qui dévalorise l’enfant et l’image qu’il a de lui-même ; en un comportement conduisant à la négligence affective, alimentaire, vestimentaire, à la privation de soins, d’encadrement, de stimulation.

12On voit aisément que ces définitions de l’abus peuvent permettre de poursuivre un individu en justice et aussi de demander un traitement psychologique. Une multitude d’éléments entrant dans la définition même de l’abus peuvent ainsi servir pour corriger le comportement, la pensée et la personnalité de l’homme violent.

Prescrire la non-violence

13La détermination des besoins et des soins, l’entente sur les principes et les définitions de l’abus induisent une intervention médico-pénale auprès de l’homme violent. Cette intervention associe soins et peine, dialogue et menace, traitement et répression en vue de réduire ou d’éliminer l’abus. À la disposition du thérapeute se retrouvent, sur le même pied, suggestion à retenir, confrontation, interdiction, incarcération. La douceur comme la force peuvent être utilisées pour mettre fin à l’abus. En fait, le nombre de moyens mis en œuvre est à peu près égal à celui que l’homme violent lui-même utilise pour parvenir à ses fins. La fin justifie les moyens dans un cas, mais sûrement pas dans l’autre. Ainsi, la violence pour empêcher la violence, outre qu’elle est justifiée, apparaît comme l’ultime moyen. C’est par la force qu’on prescrit, pour ainsi dire, la non-violence.

14Ce qui apparaît important ici, c’est la façon dont a été vécu le traitement imposé. On notera aussi que si, dans le cas du meurtre et de la pendaison, la violence et la peur sont scrutées à travers l’acteur qui juge le meurtrier, ici le visage de la violence et de la peur est présenté par le condamné lui-même à qui nous donnons la parole en premier. Nous avons interrogé un groupe d’hommes dits violents qui suivaient un traitement et nous avons tenté de savoir comment leurs conjointes percevaient toute cette violence.

15Une cohorte d’un an nous amène à suivre le cheminement de dix hommes violents physiquement et de douze autres violents sexuellement. Un an après la fin du traitement, aucune nouvelle affaire d’abus n’est rapportée ex officio relativement à ces 22 hommes. Cinq d’entre eux ont cessé le traitement, alors que cinq autres l’ont simplement interrompu. Un an après la fin du traitement, beaucoup d’entre eux ont modifié leur vie, changé de milieu de travail et de domicile.

16Les hommes interrogés se rappellent facilement leurs abus et leur situation socio-judiciaire particulièrement difficile avant le traitement ; ils aiment généralement parler de leur traitement, car cela leur permet de signaler les progrès qu’ils ont réalisés. Il est en effet important pour eux d’échapper à toute « circularité », laquelle est perçue dans notre société comme un signe de stagnation. Ainsi, les transformations qu’ils ont subies sont nécessairement positives, qu’elles soient dues au travail des thérapeutes, des agents de probation, de leur épouse, de leur nouvelle conjointe ou d’autres membres de la famille. Les raisons invoquées eu égard à ces transformations sont aussi nombreuses que les genres de transformations eux-mêmes. C’est d’ailleurs à ce niveau que l’on rappelle les diverses stratégies et techniques utilisées dans le traitement. Mais résumons d’abord avec ces hommes les diverses étapes du traitement un an après qu’ils ont terminé leurs « cours », pour employer leur expression.

17Dans cette analyse revient constamment cette question fort importante des abus compte tenu des acteurs en cause. Cette question évacue quasi complètement celle qui est de savoir si, malgré tout, la vie est maintenant moins difficile. Nous constatons, d’autre part, que le discours diffère selon qu’on se réfère à la période du traitement, à la période qui l’a précédé ou à celle qui l’a suivi.

18Le rappel du passé est important pour l’homme violent et il en parle volontiers, car cela lui permet de comparer avec sa situation actuelle. Ce rappel « resitué » est en quelque sorte garant de l’avenir. D’ailleurs, certains nous signalent comment ils pouvaient être « mauvais » ou comment ils sont « partis de loin ». Mais avant d’arriver à faire des pas dans la bonne direction, de multiples péripéties prennent leur importance entre les abus et le traitement correcteur.

19La « méchanceté » est une affaire du passé, mais bien vivante dans l’esprit. Un homme avoue qu’il n’était même pas « parlable » à une certaine époque : « Une couple d’années passées, tu n’aurais pas été capable de me parler. » Soucieux de cacher ses abus, il était devenu fourbe et menteur.

20Le portrait que cet homme dresse de lui-même n’est pas une histoire unique, elle n’est pas non plus, pourrait-on dire, le plus sombre par rapport aux diverses dimensions de la violence généralement reconnues telles que l’agressivité, l’impulsivité, l’insensibilité, l’indifférence affective et sociale.

21Un autre homme liera sa violence physique à celle qu’il a reçue :

[...] je me fâchais pis « BING BANG, ÉCOUTE, TOI ! hostie ! etc »... Je me suis fait élever par quelqu’un qui cognait..., cogne..., bien je cognais...

22D’autres hommes insistent moins sur leurs méfaits et sur leur tendance à s’opposer à leur entourage. Celui-ci témoigne tout de même de « sa violence » :

[...] bien, c’était pas une grosse violence... à la battre pour avoir des marques ou des affaires de même... C’était rien que des petites poussées, peut-être bien, tu sais... des affaires de même..., mais rien qu’une petite poussée, c’est violent... puis petites poussées... sur le nez... quelque chose..., puis la guerre a pris, « that’s it » (rire) [...]. Ça a abouti à la cour, puis à un divorce, puis toute...

23Cet autre met sa faute sur le compte du stress journalier :

[...] bien ça a sauté... au travers des... de... de la dureté de la vie quotidienne..., tu sais. Des fois, ça vient assez dur là, que t’es plus capable... t’es fatigué, faut que tu continues à aller travailler... Puis là, on dirait que quelque chose t’embarque sur les épaules, là...

24Quelques individus, enfin, diront qu’ils n’ont jamais été violents. Ils affirment, paradoxalement, que le traitement les a quand même aidés à devenir moins « violents ».

25Cela nous amène à réfléchir sur une certaine régulation des images en ce qui regarde non seulement le présent et l’avenir, mais aussi la reconstitution du passé. L’individu est amené à retracer son histoire personnelle d’une façon qui correspond aux théories ou aux explications courantes sur la violence. De là, il n’y a qu’un pas pour affirmer, sans pousser plus loin l’examen, que l’histoire personnelle confirme la « théorie ». Pourtant, il se peut que, dans certains cas, l’explication reconstruise elle-même l’histoire. Nous reviendrons là-dessus, mais, pour l’instant, expliquons comment il se fait que la violence appartienne au passé pour les hommes concernés.

26Quelques individus bien mauvais, disait-on, prennent un certain plaisir à raconter cette époque de leur vie. D’autres insistent moins sur ces souvenirs. Toutefois, la grande majorité de ces hommes laissent déjà entendre comment, soudainement ou presque soudainement, ils ont pris conscience qu’il leur fallait cesser de commettre ces abus. Certains événements se précipitent alors et précèdent immédiatement le traitement comme tel.

27La dénonciation de l’abus peut être constituée par l’arrestation, le jugement, la condamnation, la probation et la prison. Un de ces hommes a cru que tout était fini pour lui lorsque ses abus ont été découverts :

La première fois que je me suis fait pogner par les polices, je pensais que tout était fini, je pensais que c’était game over : là... je m’en allais en prison longtemps, je perdais ma femme, je perdais ma maison, je perdais ma business, je perdais tout... Il ne me restait plus rien qu’une affaire à faire, c’est de me tuer (rires)... Fait que j’en ai pris, ils m’ont ramassé... Ils voulaient m’envoyer ici une secousse à l’hôpital... J’en avais pris, je pense...120 anti-dépressants, quelque chose de même, avec six bières... J’avais tombé dans le coma comme quatre jours, je pense (rires)... Ah oui, j’étais perdu bien raide, je ne savais plus où j’étais, même plus qui j’étais... J’ai été perdu pour quatre jours, je n’avais plus aucune idée... Puis là, j’ai essayé cette fois-là de me pendre ; j’ai essayé de me tirer, il n’y a rien que je n’ai pas essayé... Puis, bien souvent le soir, j’allais me coucher là, puis ce... c’est banal à dire ça, mais tout ce que je pensais, c’est des manières de me tuer qui ne me feraient pas mal... tsé je veux dire. J’ai pensé de mettre un 12 au plafond, puis une corde à l’autre bout du cou, puis, à force de tomber endormi, le 12 aurait parti, quelque chose de même... tsé, des affaires qui n’auraient pas fait mal...

28Un autre homme voit sa femme demander la dissolution du mariage après la dénonciation officielle.

29Un autre homme, une fois pris au piège, cherche un confident et veut conserver un espoir :

Ça me prenait quelqu’un pour me confier... J’étais pas pour conter ça à ma femme, puis j’avais personne à qui me confier [...]. Je suis allé aussi dans l’espérance que, si j’allais en prison ou quelque chose... ça m’enlèverait... ça pèserait dans la balance... que ça baisserait la sentence [...].J’ai pogné neuf mois de prison... J’ai été trois mois. Ils m’ont laissé sortir sur les libérations conditionnelles... puis j’ai recommencé ma thérapie...

30Dans l’affaire suivante, l’homme évoque non pas sa propre méchanceté, mais celle des autres :

Une affaire que je n’ai pas aimé, c’est les journaux, la publicité, puis la télévision. Tu sais... quand ils m’ont mis aux nouvelles là, et deux fois ça a passé dans les journaux... ça pour moi, c’est... Moi j’essaye de voir là... Tu sais, ils disent qu’ils veulent réhabiliter ou bien donc ils veulent aider quelqu’un, puis c’est pareil comme si tu rentres puis tu t’en vas en prison. Tu sais... ils font ça avec toi puis après ça, on dirait qu’ils te reprennent ; ils veulent faire ça avec toi.

Tu sais, c’est comme... c’est une contradiction... Tu sais, comment ça se fait qu’ils t’écrasent bien de même, parce que la publicité, moi, j’appelle ça de la médisance... et la médisance... Il y a trois choses qui détruisent tout, c’est la médisance, la cruauté puis la souffrance... Fait que comment ça se fait qu’ils te font ça puis, à un moment donné, ils sont là, puis ils disent qu’ils veulent t’aider et te réhabiliter, tu sais...

31La dénonciation, la cour et l’expulsion du domicile ont représenté quelque chose d’important pour cet homme, mais il n’aurait pu tenir le coup si l’affaire avait été publique.

32Pour un autre homme, ses mauvaises expériences telles que la prison, ses problèmes d’alcool, de drogue, plusieurs tentatives de suicide qui l’auraient conduit en psychiatrie à l’hôpital (il aurait vu 27 psychiatres en deux ans), n’auraient strictement rien donné, surtout son séjour à l’hôpital. En ce qui concerne sa violence, il déclare : « Moi je me croyais un homme, mais je ne me considérais pas violent. » C’est son agent de probation qui l’a amené à changer d’attitude.

33La prison et ses misères semblent avoir toutefois amené un autre homme à réfléchir à sa situation. Précisons que si la réflexion de cet homme a été fructueuse, c’est grâce à l’aide de sa femme :

J’appelais comme cinq fois par jour, puis je parlais comme une demi-heure à la fois, une heure... puis là, il y avait rien que ça, rien que le téléphone... Puis là, ma femme, il fallait qu’elle vienne me voir parce que là, si elle n’était pas venue me voir ah boy !... j’aurais flippé direct là dedans... J’avais besoin de quelqu’un pour m’appuyer dessus. Puis ma femme, elle m’a bien aidé, elle m’a donné bien du support, tu sais j’veux dire. Elle est montée durant les tempêtes d’hiver, il n’y a rien qu’elle n’a pas fait ; elle m’a donné tout le support qu’elle pouvait, tu sais. Fait que... ça, ça m’a bien aidé ça aussi.

34Un individu violent verbalement et physiquement, qui justifiait ses abus, qui était malheureux de voir que les siens abusaient de lui, qui devait leur mentir un peu plus chaque fois, voilà ce qu’il dit de lui-même, voilà ce qui l’aurait aussi amené à vouloir s’enlever la vie, puis finalement à changer, la thérapie aidant.

35La dénonciation officielle, l’arrestation, le jugement, la comparution, la probation et la prison sont premièrement des événements marquants pour ces hommes. Comment pourrait-il en être autrement puisqu’ils font subitement face à une machine extrêmement puissante, capable d’écraser n’importe quel individu ? Deuxièmement, les marques laissées peuvent conduire à la tentative de suicide, sinon à l’infamie, à la perte d’emploi, au désœuvrement, à la perte de liens affectifs et sociaux, etc. Il est clair aussi qu’elles amènent à une certaine réflexion sur soi, sur ses fautes, sur les rapports avec les proches. Troisièmement, ce mal qui entraîne d’autres maux, mais aussi une certaine réflexion, a-t-il le pouvoir de préparer au traitement, au changement ? Oui, bien sûr, et ce peut être alors par l’effet d’une conviction ou de la peur. Il se peut aussi que la révolte s’installe dans le cœur de certains hommes. Ceux-ci ne sont pas différents des autres individus qui connaissent le pénal et qui parfois se rendent jusqu’à la prison. On sait bien que leur sort, à la fin de leur emprisonnement, n’en est que pire et que, si les conditions sociales ne leur permettaient pas de conserver leurs bonnes dispositions (s’ils en ont), ils feraient partie des prochains contingents qui iraient remplir les prisons. Quatrièmement, il est nécessaire de tenir compte des effets de la répression, carcérale entre autres, sur la femme, les enfants et les proches. Les femmes nous parlent volontiers de leur expérience à cet égard.

36Les femmes interrogées nous décrivent assez spontanément comment était leur conjoint avant le traitement. Nous ne demandons pas d’entrée de jeu si leur conjoint est toujours le même, nous les laissons plutôt parler à leur guise. Les portraits qu’elles font de leurs conjoints ne sont pas toujours flatteurs, mais leurs descriptions peuvent à l’occasion véhiculer des stéréotypes sur la violence. C’est d’un drame qu’elles nous parlent, un drame dans lequel les enjeux familiaux varient, dans lequel les acteurs peuvent changer de rôles, où les nombreux intervenants peuvent parfois être les bienvenus et, parfois aussi, être de trop.

37Après que la conjointe a tracé un bref portrait du mari tel qu’elle le percevait à l’époque précédant le traitement, nous sommes amené à lui demander ce que le traitement a pu lui apporter à elle. Est-elle toujours violentée, oui ou non ? Est-ce que sa vie comme épouse, comme mère, comme membre de la famille nucléaire ou élargie, ses relations amicales informelles, ses relations au travail se sont améliorées ? À quoi attribue-t-elle cela ? Est-ce dû en partie à son conjoint, est-ce la thérapie qui a amené ce dernier à la traiter plus correctement, ou est-ce dû à d’autres facteurs, est-ce dû au fait qu’elle-même a décidé de s’organiser en voyant que son mari n’avait pas changé ?

38Bien entendu, ce dialogue avec la conjointe au moment où le traitement de son conjoint prend fin comporte quelques pièges. L’homme est sur le point de « graduer ». Graduer, cela signifie qu’il a changé suffisamment, qu’il maîtrise sa violence, qu’il a traversé toutes les étapes du traitement. La graduation attachée à ces rituels est l’affaire de tout un groupe, de tout un programme qui lui-même s’enclenche dans les institutions proprement judiciaires ainsi que dans des institutions socio-juridiques, comme nous l’avons déjà vu.

39Que peut donc dire la femme lorsque son homme gradue ? Qu’il n’a pas changé, qu’il faudrait qu’il refasse tout le processus prison-probation-thérapie ? C’est ce qu’elle dit parfois, mais, le plus souvent, elle parlera des changements survenus chez son conjoint à la suite de la thérapie ou de ceux qui auraient dû arriver. Il y a, bien entendu, des nuances de toutes sortes. Nous prenons chacune des affaires afin de constater ces nuances tout en respectant le discours du sujet. De plus, nous traitons de quelques affaires atypiques, l’une où il s’agit sans doute d’une condamnation injuste, une autre où l’homme a abandonné deux fois le traitement. Mais voici un premier portrait : une femme dont l’enfant n’avait que cinq ans avoue son inquiétude :

Ça m’inquiétait parce que, tu sais... tu vis avec quelqu’un que, tu sais... qui a agressé. Tu sais pas si ça va continuer, ça va arrêter... On a eu pas mal tout le temps de la misère dans notre couple. Ça va, mais je ne savais pas pourquoi on se chicanait quasiment tout le temps...

40Quelles sont, selon la conjointe les effets positifs du traitement ?

Qu’est-ce qui m’a aidé bien gros, c’est, euh... que lui, prenant cette thérapie-là, c’est qu’il a... maintenant il voit son problème. Ça c’est une grosse affaire pour moi parce que, avant qu’il aille là, tu sais, il me blâmait moi pour [les abus]...

41Ce changement positif, selon la conjointe, s’est effectué très rapidement. Après un mois et demi, les chicanes ont disparu et, même, durant ce premier mois et demi de thérapie, il n’y a eu qu’une altercation alors qu’auparavant il y avait des altercations presque tous les jours. De plus, la conjointe affirme qu’un dialogue s’est établi. Les deux conjoints ne communiquaient pas ensemble avant le traitement, et, pendant ce dernier, le mari a commencé à parler en revenant du travail. Même, il aide un peu dans la maison ; par exemple, au lieu d’enjamber les objets qui traînent, il les range à l’occasion. Enfin, il commence à se faire des amis et sait les apprécier alors qu’auparavant il n’aimait personne. Tous ces effets du traitement sont importants pour la conjointe, notamment la communication. Cette transformation chez le conjoint est attribuée au groupe de thérapie où les individus apprennent à faire face à leurs actes et à se connaître.

42Une autre conjointe nous raconte comment son mari, qui à l’occasion s’exhibait, lui a caché la situation pour ensuite s’ouvrir à elle. Son mari est désormais « beaucoup plus positif », « moins “pogné” sur lui-même », etc. « Il est beaucoup plus heureux. » « Tout est plus facile maintenant que ce l’était avant. » « Selon moi, sans contredit, c’est la thérapie qui fait la différence. » « La thérapie l’a changé, puis enfin il pense à lui. » « Il est beaucoup plus serein avec lui-même. » Selon la conjointe, il y a donc eu beaucoup de changements positifs depuis que son mari est en thérapie. Or, toute cette amélioration a eu lieu pendant la période comprise entre l’arrestation du conjoint (qu’il avait, semble-t-il, cachée à sa femme) et son traitement. Il apparaît que le traitement a aidé l’individu à résoudre non pas son comportement problème, mais plutôt son problème d’anxiété lié à l’idée d’avoir un jour à avouer à sa femme ou à ce que lui réserve le pénal.

43La thérapie peut tout de même avoir un certain impact, comme le laisse entendre une femme :

[...] Il ne frappe pas comme il frappait avant... Des fois, ça va arriver encore qu’il va le taper [l’enfant], mais le frapper pour le marquer comme il faisait avant, ça, ça ne s’est jamais reproduit... Mais là, ces temps-ci, là, je trouve... qu’il n’a pas de patience du tout... Il est bien criard... Il parle fort encore pas mal... puis il est supposé... par rapport à son groupe, là, de... comment je dirais... hum... il faut qu’il étudie... comme... qu’il travaille quand que... au lieu de crier. Puis je trouve qu’il ne travaille pas bien bien... parce qu’il est bien impatient ces derniers temps... Puis il finit ce soir. Bien... c’est ça qui arrive quand ça a rapport à l’enfant... On ne s’arrange pas du tout parce que aussitôt qu’il fait de quoi... pas à l’enfant, c’est entre moi puis lui, là... on ne se parle plus... on ne se dit pas des gros mots, mais... ça ne fait pas mon affaire. Puis lui, il n’aime pas ça que... il dit que je suis trop... Bien c’est ça, l’autre fois il m’a posé la question... est-ce moi qui ai trop... je n’ai pas assez de patience... Bien pas de patience mais... Aussitôt qu’il arrive de quoi entre lui et le petit, je m’en mêle tout de suite... Ou bien c’est lui qui fait exprès pour me faire choquer parce qu’il le sait que je n’aime pas ça quand il fait ça... Puis je ne sais pas si c’est moi qui n’a pas assez de choses ou si c’est lui qui fait exprès pour me faire...

44Quant aux autres aspects de la vie quotidienne, comme les amis, les sorties, le travail, « ça s’arrange un peu mieux », de dire la conjointe. Une chose est sûre toutefois, c’est qu’elle est beaucoup plus de « bonne humeur » qu’avant.

45Selon une autre conjointe, c’est le premier traitement de son mari qui a été le plus efficace c’était lors de son propre traitement :

Moi, j’ai commencé mon traitement l’année passée moi itou, en avril, mars-avril... Ça a duré trois mois... Puis tout le temps que j’ai fait mon traitement, ça a bien été... parce que moi j’avais les filles pour m’aider là-bas...

46Cette femme prend davantage de place au foyer, pour ce qui se rapporte à l’enfant tout au moins, mais elle insiste pour dire que, dans le traitement des hommes, les femmes devraient aussi avoir leur mot à dire :

Je trouve que les femmes, elles devraient être plus au courant de qu’est-ce qui se passe ou... peut-être comme eux autres ils sont obligés de faire un journal chaque semaine... peut-être qu’ils devraient pouvoir faire la même chose à la femme... sans qu’elle soit obligée d’y aller tout le temps parce que c’est quand même entre eux autres... Mais la femme pourrait peut-être bien écrire un petit mot elle itou de qu’est-ce qui s’est passé pour pouvoir juger... parce que moi je suis certaine qu’ils ne disent pas tout le temps la même chose que ce qui se produit...

47Une autre conjointe (nouvelle dans la vie de cet homme) décrit comment l’homme s’est amélioré, mais avant elle dira qu’il n’a jamais été violent. Dans un premier temps :

Bien j’en ai jamais eu de problème avec lui... Je ne l’ai jamais connu là, violent, puis agressif, des affaires de même, là... Pour moi, il a toujours été correct... Je veux dire, à un moment donné, on a des petites chicanes, mais c’est pas rien de violent ou agressif...

48Puis, dans un deuxième temps :

Avant, il était bien violent, là... Puis, depuis qu’il a pris ce cours-là, il s’est bien amélioré là-dedans...

49Elle écoute son conjoint et l’encourage en faisant ses devoirs avec lui. Cela va bien depuis que l’homme admet qu’il est violent.

50Chacune des affaires a sa partie dramatique, mais ici une femme raconte le début de la violence chez son mari, décrit le « caractère » de son mari et précise que son attitude a déteint sur elle, qu’elle a failli devenir violente :

[...] Puis quand tu dis que ça fait rien que deux semaines que tu es mariée avec, puis... c’est un monstre lui, là... Moi, j’étais convaincue que c’est parce qu’il regrettait de s’être marié... Et puis... euh... il buvait plus... C’était rendu qu’il sortait le soir, puis euh il revenait... hum... avec une couple dans le corps... Puis moi, je pensais que c’était moi qui se faisais des idées, tu sais. Puis... parce qu’il me disait que c’était moi qui se faisais des idées que il était rendu si monstre. Puis... euh... il y a une fois que je l’ai vu donner à ma fille... une... une claque... de toutes ses forces... sur la joue... J’ai gelé là... Puis euh... c’est là que j’ai vu que ce n’était pas des idées que je me faisais... Il était après virer la maison à l’envers... J’étais sur le point de partir... Je pensais sérieusement à partir juste comme que j’ai su que... C’était le morceau qui euh... qui faisait partie du casse-tête... Puis euh... après que j’ai su qu’est-ce qu’il avait fait, là moi, je suis tombée dans une grosse dépression. Puis euh, je m’haïssais en premier... Après ça, j’ai haï... j’ai haï lui... comme ce n’est pas possible... Je pensais le tuer des fois... Je me réveillais dans la nuit, puis je me disais... Je voulais le tuer... Je prenais du temps dans la journée pour essayer de penser à une manière pour le faire effacer de sur la terre...

51Dans le cas d’un autre individu, le drame se joue encore d’une autre façon. Condamné à un an de prison, l’individu a toujours nié à sa femme, à son agent de probation, à tout le monde, l’acte pour lequel il a été accusé. De plus, il semble même admis qu’il ait été condamné injustement.

52La conjointe pleure en se rappelant les événements :

J’ai failli devenir complètement folle ! Vous savez, toute l’humiliation, la honte, son nom dans les journaux. Nos trois enfants, nos trois garçons, etc. La honte... l’humiliation... Les relations furent tendues et le sont encore. C’est très dur de vivre comme ça. Mais j’ai pas voulu me séparer, pas à mon âge. J’aurais trop été inquiète de ce qu’il aurait fait tout seul...

53Comme nous l’avons vu, la mise sur pied d’un programme pour le traitement des hommes violents n’est pas une mince affaire. Des séances de traitement aux nombreux appuis, en passant par le tribunal et la prison, on peut observer une espèce de front commun afin de briser la violence chez les hommes en cause. Les implications d’un tel engagement à court terme ou les conséquences immédiates du traitement entraînent, comme on l’a constaté, gestion, confession, reconstruction, conversion. Les utilisateurs eux-mêmes voient des avantages directs et indirects et aussi des inconvénients. Quant aux conjointes, certaines notent des changements positifs aussi bien chez les hommes que chez elles. Elles signalent du même coup les problèmes toujours présents dans leur vie quotidienne. Leur situation est beaucoup moins dramatique, mais toujours difficile et précaire.

54Un homme, une femme aux prises avec la violence : un homme considéré comme criminel et forcé de suivre un traitement, de découvrir sa personnalité d’homme violent ; une femme qui est tenue à l’écart du tribunal comme de la peine-traitement, qui attendra les effets bénéfiques de ces interventions, voilà le scénario habituel.

55L’insistance des organismes juridiques, qu’ils soient judiciaires, sociaux, psychiatriques, éducatifs, médicaux, tend nettement à former la catégorie déviante qu’il faut par la suite contrer dans la personne du déviant. Ainsi, il y a plus qu’un comportement dommageable de l’homme vis-à-vis sa femme ou ses enfants, il y a bel et bien une déviance caractérisée comme crime. Il s’agit d’un jugement négatif construit et appliqué avec succès à certains membres d’une société par d’autres (Conrad et Schneider, 1980 : 5). La déviance est nécessairement contextuelle à cet égard et sa manifestation implique des relations de pouvoir, que celles-ci soient entretenues par la classe sociale, par divers groupes d’âge, par des professions, par une race, par un genre, etc.

56Dans le cas des hommes violents, bien avant que leur agir ne soit considéré comme une déviance, on sait comment les groupes de femmes ont insisté pour mettre fin aux mauvais traitements que leur faisaient subir leurs maris. C’est ainsi que, durant les années 1970 aux États-Unis d’Amérique, le mouvement de libération des femmes est parvenu à faire sortir la question des femmes battues des maisons privées pour en faire un problème public. Même si leurs arguments laissent entendre que seules les victimes sont compétentes pour exprimer leurs conflits, un grand nombre d’experts se prononcent déjà sur ces mêmes conflits. En effet des sociologues, des criminologues, des psychologues, des travailleurs sociaux, des infirmières, des médecins et des avocats témoignent des femmes battues (et des batteurs de femmes) sur tous les fronts. Les divergences d’opinions semblent grandes, mais une « connaissance de classe » s’impose (Berger et Berger, dans Loseke et Cahill, 1984 : 296), voire la nature différente de l’homme violent. Une question capitale (à cause des conséquences) se pose : Pourquoi la femme battue, si elle est sensée, demeure-t-elle avec cet homme ? L’anormalité se trouve ainsi chez l’homme violent et chez la femme violentée, les disqualifiant tous les deux et les rendant parfois éligibles à être dirigés vers les organismes juridiques et leurs experts. Les moyens qui sont alors pris pour réhabiliter l’individu vont de la pression psychologique à la prison pour l’homme s’il ne veut pas se soumettre. La femme, pour sa part, devra changer son attitude de femme battue.

57Il est clair que la femme a été dépossédée de son problème, qu’elle n’a pas choisi non plus de faire de son mari un criminel ni un déviant. Il apparaît aussi que l’homme doit reconnaître sa pathologie et la guérir. La femme battue et l’homme batteur devront revenir à un « état normal », ce qui justifie les entreprises des organismes juridiques et de leurs agents. La production de déviance s’impose par la force. La soumission qu’entraîne l’étiquette de déviant peut devenir une contrainte sérieuse. La violence employée pour lutter contre la violence exercée et même contre la violence où l’on est victime peut apporter certains fruits à court terme, comme nous l’avons vu dans la violence familiale. Il ne semble pas toutefois qu’elle puisse poser les bases à long terme pour mettre fin au cercle vicieux lui-même de la violence si elle signifie soumission, si elle exerce ses procédés d’objectivation et de subjectivation (production de la déviance, soumission du déviant), laissant un peu derrière un être humain et ses problèmes.

58Dans la violence familiale, dans le meurtre, pour le criminel en général, pour la femme qui a été « pathologisée », chaque fois la raison, comme la déraison, a fait son travail. Elle a bâti un double de l’homme, un double de la femme : une nature inhumaine, ou carrément animale dans certains cas (la femme a été placée entre l’homme et la bête pendant plusieurs centaines d’années, le criminel est encore considéré comme un monstre à visage humain...). C’est dire que la raison de l’un et la déraison de l’autre sont parfois interchangeables. Dans chaque cas, ce double est nécessairement fictif, même s’il apparaît utile pour l’encadrement des individus et la gestion des populations. Cette utilité semble toutefois de courte durée, tout au moins pour le porteur du problème comme dans l’exemple du meurtre et celui de la violence familiale. Il ne saurait en être autrement pour la collectivité qui a avantage à distinguer la réalité de la fiction. Cette fiction envahit souvent le quotidien, elle bâtit du même coup ce qui nous semble réel, objectif, vrai. Elle se fond à notre ego et peut y renfermer la raison. C’est peut-être ce que Socrate voulait éviter avec son questionnement sans fin, donnant à la raison le pouvoir de déceler la fiction.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter