Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence, la peur et le crime

 | 
Jacques Laplante

Avant-propos

Texte intégral

1La violence et la peur, bien qu’elles soient incluses dans nos vies du début à la fin, ne se prêtent pas facilement à l’analyse. Elles font tellement partie de nos vies que, parfois, elles se confondent avec elles. Elles touchent le moi profond, elles dictent certains choix, elles montrent leur visage dans la mort, dans la culture, dans la science et dans les mythes ; elles ne sont pas non plus étrangères aux idéologies et aux institutions.

2C’est dire que la violence et la peur, considérées sous leurs divers aspects, peuvent permettre une lecture intéressante de l’homme et de ses rapports au monde, spécialement à partir de l’époque moderne où elles apparaissent comme des enjeux spécifiques dans les nouvelles démocraties. Les réalités que permettent d’appréhender la violence et la peur témoignent des soucis de l’heure et il semble que celles-ci peuvent accompagner l’individu ou la collectivité à travers l’histoire.

3La violence et la peur reçoivent ainsi divers attributs, elles sont « folles », elles sont « rationnelles », mais elles ne sont jamais vraiment neutres. Elles épousent le caractère insaisissable des humains qui les vivent et les perpétuent. Le crime, par exemple, semble être devenu un lieu privilégié non seulement pour dire la violence, mais aussi pour vivre la peur. En effet, le crime, le « criminel », la criminalité revêtent diverses formes de violence et de peur. Le criminel, à cet égard, joue parfois un rôle bien particulier, qui consiste à fonder l’identité de l’individu de bonne renommée. L’époque actuelle favorise un individualisme tout particulier : l’individu menacé de toutes parts tente de se défendre au moyen de cibles émissaires. Le monde d’aujourd’hui apparaît capable aussi de produire des individus qui, du fait de l’affaissement des valeurs anciennes, des vérités qu’elles expriment et des pouvoirs qu’elles soutiennent, se montrent plus tolérants à l’égard des autres. Cette ouverture sur autrui a le potentiel de saper une certaine violence et laisse peut-être entrevoir la non-violence.

4Le présent ouvrage nous amène à examiner quels sens revêtent la violence, la peur et le crime et quels sont leurs rapports mutuels. Les exemples utilisés servent à mieux faire saisir le sens et les rapports qu’ils nouent dans différents contextes. Peuvent surgir alors les questions concernant la violence institutionnalisée, comme celle du pénal, violence qui ignore trop souvent que la justification de la fin poursuivie dépend de la valeur des moyens employés.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter