Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Cinquième partie. Recherche

Chapitre 14. Le métalangage de l’enseignement de la traduction d’après les manuels

Jean Delisle

Texte intégral

  • 1 La traduction professionnelle [TPr] s’enseigne normalement à l’université, tout comme la traductio (...)

1Pour être vraiment efficace, l’enseignement pratique de la traduction, didactique ou professionnelle1, doit chercher à transmettre un savoir organisé et pensé en s’efforçant de développer l’aptitude à traduire de façon raisonnée. Apprendre à traduire au niveau universitaire, c’est, entre autres choses, apprendre à réfléchir sur des textes, à en faire une analyse rigoureuse afin de déceler les multiples embûches qu’ils cachent et à interpréter correctement le sens dont ces textes sont porteurs ; c’est encore apprendre à dissocier les langues à tous les paliers du maniement du langage et à mettre en œuvre des stratégies opératoires de transfert interlinguistique ; c’est enfin apprendre à exploiter au maximum les ressources de la langue d’arrivée et à maîtriser les techniques de rédaction, car dans tout traducteur il y a un rédacteur.

2La salle de classe a des exigences que ne connaît pas le traducteur professionnel dans l’exercice quotidien de son métier. Le praticien n’a pas à démonter, à des fins didactiques, la « mécanique » de l’opération qu’il accomplit avec plus ou moins de talent, plus ou moins de facilité. Le professeur de traduction, lui, a pour tâche de guider la réflexion des étudiants aux prises avec un texte à reformuler dans une autre langue. Aussi, on conçoit mal comment cette réflexion peut se faire de façon efficace sans outils conceptuels, sans un arsenal de termes techniques servant à désigner les faits de langue, le processus cognitif de la traduction, les procédés de transfert d’une langue à une autre, ou encore le résultat de l’opération. Disposer d’un métalangage précis m’apparaît comme une condition sine qua non pour enseigner convenablement la traduction à l’université et pour rendre compte du caractère spécifique de cette activité complexe.

3Persuadé que cette exigence était unanimement admise, j’ai néanmoins voulu savoir ce qu’il en était dans les faits. J’ai cherché à découvrir quel discours l’on tient en enseignement pratique de la traduction dans les salles de classe. Quelle terminologie le professeur y utilise pour analyser et décrire les phénomènes de la traduction. La terminologie qu’il emploie n’est pas étrangère à sa conception de la traduction et peut même déterminer sa façon d’enseigner. Traduire pour apprendre les langues et traduire pour devenir traducteur professionnel est-il le même exercice ? On se plaît à répéter que ces deux formations sont distinctes et n’ont pas la même finalité. Commandent-elles alors un métalangage différent ?

4Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai dépouillé les manuels d’enseignement de la traduction didactique et professionnelle publiés en Angleterre, au Canada et en France depuis les années cinquante. Pourquoi ces trois pays ? Parce que mon étude se limite à l’enseignement de la traduction entre l’anglais et le français et que c’est dans ces trois pays qu’il se publie le plus grand nombre de manuels pour cette combinaison linguistique. Mon corpus se compose de 88 manuels, dont 16 renferment un glossaire. On peut raisonnablement supposer que les utilisateurs d’un manuel — son auteur au premier chef, les professeurs l’ayant adopté pour leur enseignement et les étudiants — font usage, en partie tout au moins, du métalangage qu’il renferme. Les raisons pour lesquelles les auteurs incluent un glossaire dans leur manuel de traduction sont nombreuses et significatives, comme nous le verrons. L’analyse des termes de ces glossaires m’a amené à remonter aux sources du métalangage de l’enseignement de la traduction. Cette analyse m’a aussi conduit à distinguer, en conclusion, quatre sous-ensembles de notions utiles, selon moi, aux pédagogues de la traduction.

5Nous verrons donc dans la suite de cette étude : comment le corpus a été établi, quels sont les manuels qui renferment un glossaire et quels sont les motifs qui ont poussé les auteurs à définir systématiquement les principales notions utilisées dans leur ouvrage. La quatrième et dernière partie sera consacrée à l’analyse proprement dite des notions. Les abréviations suivantes sont utilisées dans ce travail à des fins de classification : [A] = Angleterre ; [C] = Canada ; [F] = France ; [SC] = stylistique comparée ; [TPr] = traduction professionnelle ; [TDi] = traduction didactique (thème/version).

L’établissement du corpus

6Dans un article publié en 1992 dans la revue canadienne de traductologie TTR, j’ai proposé un essai de classification des manuels d’enseignement de la traduction pour le domaine anglais-français (Delisle 1992). J’avais alors recensé 49 titres parus depuis 1952, et établi sept types de manuels.

7La révision de cette liste et sa mise à jour à la fin de 1996 ont fait passer le nombre de titres de 49 à 88 (voir les annexes 4 et 5). Suivent quelques précisions d’ordre méthodologique concernant l’établissement du corpus.

81. La présente étude porte sur les manuels d’enseignement de la traduction, qu’ils soient destinés principalement aux étudiants en didactique des langues [TDi] ou à ceux inscrits dans les programmes de formation de traducteurs professionnels [TPr].

92. Par manuel, j’entends tout instrument pédagogique, à l’exclusion des ouvrages de consultation ou de référence, destiné à faciliter l’apprentissage de la traduction, qu’il s’agisse des notes consignées par un traducteur de métier, de recueils de textes (annotés ou non), de manuels alliant théorie et pratique et structurés autour d’objectifs d’apprentissage, de manuels de révision, d’ouvrages de stylistique comparée [SC], de fiches de travail ou de cahiers d’exercices (Delisle 1992). Ces ouvrages renferment une proportion variable de connaissances relatives à l’apprentissage de la traduction présentées selon une progression plus ou moins systématique. Leur contenu, leur qualité pédagogique et leur présentation varient énormément, cela va de soi.

103. Le choix des manuels a été effectué indépendamment de leur valeur intrinsèque.

114. Cette recension vise l’exhaustivité pour les années postérieures à 1970 et n’a qu’une valeur indicative pour les années antérieures.

  • 2 The Theory and Practice of Translation avait été précédé en 1964 par la publication de Toward a Sc (...)

125. Elle se limite aux manuels du domaine anglais-français, français-anglais, publiés en Angleterre, au Canada et en France, à une exception près, l’ouvrage d’Eugene A. Nida et Charles R. Taber, The Theory and Practice of Translation (1969) : les auteurs sont américains et leur livre a été publié aux Pays-Bas. Quatre raisons au moins justifient l’inclusion de ce titre : c’est un des rares manuels d’initiation à la traduction de la Bible ; ses auteurs ont donné une orientation résolument didactique à leur ouvrage comme ils l’indiquent dans leur préface : « This second volume presents certain of these same theories2 in a pedagogically oriented order, designed to assist the translator to master the theoretical elements as well as to gain certain practical skills in learning how to carry out the procedures » (Nida et Taber 1969 : vii) ; le manuel renferme une quarantaine d’exercices pratiques (appelés Problems) ; il comprend, enfin, un glossaire de 270 termes. Dans l’annexe 4, « Liste des 88 manuels de traduction », les codes [A] et [TPr] lui ont été attribués arbitrairement.

136. Pour réunir un échantillon le plus représentatif possible du métalangage employé en didactique de la traduction, j’ai inclus dans le corpus, outre des manuels d’initiation à la traduction générale (les plus nombreux), quelques manuels d’initiation à un genre de traduction spécialisée (traduction de la Bible, traduction économique, traduction journalistique, traduction médicale), ainsi que des manuels de révision.

147. L’annexe 4 fait mention des « Livres du maître », des « Solutions des exercices » ou des « Corrigés » accompagnant certains manuels, mais à titre indicatif seulement. Ces publications n’ont pas été incluses dans le dénombrement des manuels.

158. Le corpus inclut quelques manuels traduits (Vinay et Darbelnet 1958/1995 ; Horguelin 1978/1980 ; Delisle 1980/1989) et quelques rééditions (Bruneteau et Luccioni 1968/1972 ; Maillot 1969/1981 ; Horguelin 1978/1985 ; Ballard 1987/1994).

169. N’ont pas été retenus les manuels portant sur des langues autres que le français et l’anglais. C’est ce qui explique l’absence de l’ouvrage de Mona Baker, In Other Words. A Coursebook on Translation (1992), traitant principalement de la traduction entre l’anglais et l’arabe ; du manuel de Samia Barrada et Yousif Elias, Traduire le discours économique. Implications didactiques pour la traduction français-arabe (1992), de celui de Mercedes Tricás Preckler, Manual de traducción (1995), consacré à la traduction du français à l’espagnol et, enfin, de celui d’Allison Beeby Lonsdale, Teaching Translation from Spanish to English (1996).

1710. Est exclu également de la liste l’ouvrage de Jacqueline Guillemin-Flescher, Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction (1981). Bien que cette étude renferme un imposant glossaire (p. 400-516) et examine « un certain nombre de phénomènes linguistiques dans une perspective différentielle » (Guillemin-Flescher 1981 : viii), elle ne constitue pas pour autant un manuel de traduction tel que défini plus haut. Cet ouvrage n’est pas, comme le fait remarquer le préfacier Antoine Culioli, « une dissertation sur la traduction, ni un traité de stylistique littéraire, ni une stylistique comparée, au sens d’un manuel de linguistique contrastive dont l’objectif serait de faire acquérir, en coup par coup, une meilleure maîtrise de la traduction » (Guillemin-Flescher 1981 : v).

1811. Les ouvrages de réflexion sur l’enseignement de la traduction n’ont pas été pris en considération non plus, puisque ce ne sont pas à proprement parler des manuels. C’est le cas, par exemple, de Training the Translator (Kussmaul 1995) et des trois volumes publiés sous la codirection de Cay Dollerup, Anne Loddegaard ou Vibeke Appel, Teaching Translation and Interpreting (1992, 1994, 1996).

1912. Pour la même raison, ont été exclus les ouvrages consacrés à la description du processus de la traduction ou d’un modèle théorique, même si ces publications sont utilisées en enseignement de la traduction, mais pas forcément dans les cours pratiques.

2013. N’ont pas été retenues non plus les publications s’apparentant davantage à des ouvrages de référence qu’à de véritables manuels d’apprentissage de la traduction. Appartiennent à cette catégorie les multiples « arts de la traduction », les « manuels de l’angliciste », les « guides de la compréhension de l’anglais (ou du français) écrit », les « répertoires de faux amis », les « recueils de mots pièges dans la version anglaise », les « épines du thème » ou les « traquenards de la version », de même que le Dictionnaire sélectif et commenté des difficultés de la version anglaise (Rey 1973).

2114. Ne font pas partie du corpus non plus les titres consacrés à un aspect particulier du langage, tel que le « passif dans les textes anglais » (Soudieux 1974) ou « les charnières de liaison du discours » (Bourget 1995).

2215. Ont été exclus, enfin, les manuels d’interprétation, comme le Manuel de l’interprète (Herbert 1952) ou la Pédagogie raisonnée de l’interprétation (Seleskovitch et Lederer 1989), la présente étude ne portant que sur l’enseignement de la traduction.

23D’un point de vue purement quantitatif, on constate que le nombre de manuels de traduction qui se publient sur une période de dix ans va en augmentant, comme le révèlent les tableaux 1 et 2 de l’annexe 1. Entre 1990 et 1996, on a mis sur le marché dans les trois pays mentionnés pas moins de 33 manuels pour enseigner à traduire. Si ce rythme se maintenait, on atteindrait en l’an 2000 le chiffre impressionnant de 66 manuels pour les années 90. On en a publié 29 au cours de la décennie précédente et environ 17 dans les années 70. Un peu plus de 70 % des manuels de traduction du corpus ont été publiés depuis 1980. Plus de la moitié, soit 56,8 % (50 titres), l’ont été en France, 28,4 % (25 titres) au Canada, et 14,8 % (13 titres) en Angleterre.

  • 3 Parmi les initiatives d’envergure internationale en ce domaine, citons également le projet paneuro (...)

24Ces statistiques ne visent qu’à donner un aperçu de l’ampleur du phénomène, car on peut parler de phénomène, lié sans doute à la mondialisation des marchés, à la nouvelle Europe et à la prolifération des programmes de traduction. Parallèlement à la production de manuels, se multiplient les initiatives en pédagogie de la traduction, comme celle qu’a prise notre collègue Maurice Pergnier, instigateur du colloque ayant pour thème « Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement3 », Créteil, avril 1997.

25Si l’on classe maintenant ces 88 manuels en fonction du public auquel ils s’adressent prioritairement, c’est-à-dire aux étudiants en langues étrangères ou aux étudiants des programmes de formation de traducteurs professionnels, on constate que 54,5 % (48 titres) sont des manuels de version ou de thème (traduction didactique), alors que 41 % (36 titres) sont des manuels qui s’adressent spécifiquement à de futurs traducteurs de métier. Il m’est apparu nécessaire de mettre dans une catégorie à part les quatre titres de stylistique comparée (4,5 %), Ces ouvrages, essentiellement ceux de Jean-Paul Vinay et Jean Darbelnet, sont, depuis longtemps, d’un usage aussi répandu en traduction didactique qu’en traduction professionnelle. Je suis conscient aussi que beaucoup de rédacteurs de manuels se refusent à ériger une frontière trop étanche entre ces deux formations, qui ne sont pas tout à fait étrangères l’une à l’autre. On peut même dire qu’il existe entre elles un certain degré d’interdépendance. Ces deux enseignements se distinguent, néanmoins, quant à leur finalité. Au sujet de la traduction à l’université, Danica Seleskovitch a toujours souhaité — c’est un de ses chevaux de bataille — « que soit dissipée […] l’ambiguïté qui entoure les exercices de version et de thème. Entend-on enseigner les langues par le biais de la traduction, ou la traduction par le biais des langues ? » (Seleskovitch 1983 : 99). Je ne reprendrai pas ici ce débat, car il nous entraînerait trop loin. Les tableaux de l’annexe 2 exposent de façon schématique les similitudes et les différences qui existent, selon moi, entre ces deux formations (voir aussi Grellet 1991 et Durieux 1991). Pour répartir les manuels dans les trois catégories mentionnées ci-dessus, traduction didactique (TDi), stylistique comparée (SC) et traduction professionnelle (TPr), je me suis basé sur la matière couverte dans des ouvrages, la nature des exercices et la démarche pédagogique adoptée, et non sur les quatrièmes de couverture, dont le style « englobant » est souvent teinté de considérations commerciales.

26Le corpus sur lequel se fonde la présente étude réunit un nombre non négligeable de manuels. Cette production est révélatrice de l’intérêt grandissant que l’on accorde à la formation des traducteurs, tout au moins dans les pays faisant l’objet de l’étude. Je crois pouvoir affirmer, en outre, que le corpus inclut la presque totalité des manuels publiés depuis 1980 pour le domaine anglais-français et que cet échantillon est, par conséquent, très représentatif des tendances ayant caractérisé l’enseignement de la traduction au cours des vingt dernières années.

Les manuels renfermant un glossaire

  • 4 L’auteur définit une cinquantaine de termes généraux appartenant aussi bien à la linguistique diff (...)
  • 5 L’auteur procède à l’analyse de la signification des mots meaning et « sens » chez plusieurs tradu (...)
  • 6 « Le présent glossaire regroupe les principaux termes utilisés dans la théorie interprétative de l (...)

27La pauvreté relative des recherches en pédagogie de la traduction explique sans doute le fait qu’aucune étude systématique n’a encore été entreprise, autant que je sache, sur le métalangage de l’enseignement de la traduction. Ma collègue Hannelore Lee-Jahnke, de l’ETI, à Genève, a porté à ma connaissance la publication d’un long article signé par Frank G. Königs (1982-1984) dans Lebende Sprachen sur les « notions-clés de la traductologie » (« Zentrale Begriffe aus der wissenschaftlichen Beschäftigung mit Übersetzen »)4. Cette étude terminologique ne concerne pas spécifiquement le métalangage de l’enseignement de la traduction, pas plus d’ailleurs que les trois autres travaux métalinguistiques suivants : « The terminology of translation », de Roda P. Roberts (1985)5, « Glossaire de la théorie interprétative de la traduction et de l’interprétation », de Monique C. Cormier (1985 : 353-359)6 et Théorie du langage et Théorie de la traduction. Les concepts-clefs de trois auteurs : Kade (Leipzig), Coseriu (Tübingen), Seleskovitch (Paris), de Colette Laplace (1994). L’année 1997, enfin, a vu la publication du Dictionary of Translation Studies, œuvre de Mark Shuttleworth et de Moira Cowie. L’ambition des auteurs de ce répertoire « is to provide an overview of some of the issues, insights and debates in Translation Studies, inasmuch as these are reflected in the discipline terminology » (Shuttleworth et Cowie 1997 : ix). Cet ouvrage embrasse tout le champ de la traductologie et n’est pas ciblé sur l’enseignement pratique. Les termes recensés appartiennent à tous les courants de pensée ayant marqué la réflexion théorique sur la traduction au cours des quarante dernières années. Cet ouvrage de référence facilitera assurément la lecture des articles et des ouvrages produits par les théoriciens ou les historiens de diverses tendances. Ses usagers y trouveront, par exemple, la définition de termes tels que architranseme, bilingual corpora, close translation, covert translation, exegetical fidelity, hermeneutic motion, logeme, skopos theory, etc. Ce dictionnaire n’a cependant aucune utilité réelle pour l’enseignement pratique de la traduction.

28Pour ma part, j’ai axé ma recherche uniquement sur le vocabulaire de l’enseignement de la traduction tel qu’il ressort des manuels. J’ai voulu savoir si les rédacteurs de manuels de traduction se préoccupent de terminologie, s’ils intègrent dans l’apprentissage de la traduction l’assimilation d’un métalangage propre à favoriser l’acquisition de ce savoir-faire et s’ils cherchent à inculquer aux étudiants des habitudes dénominatives.

  • 7 Un principe cardinal de la pédagogie exige de tout rédacteur de manuel qu’il délimite bien son pub (...)

29Faut-il rappeler que la pédagogie en général et l’enseignement de la traduction en particulier ne se ramènent pas à la transmission d’un catalogue de recettes ? La pédagogie est fondamentalement la recherche de l’adéquation entre l’acte d’enseigner et les objectifs d’apprentissage poursuivis, objectifs définis à partir des besoins des étudiants. Et on peut voir dans la conception et la rédaction d’un manuel la manifestation concrète de ce désir d’adéquation entre enseignement et poursuite d’objectifs de formation7. Pour accomplir efficacement cet acte de communication qui consiste à transmettre des connaissances ou, dans le cas qui nous occupe, à développer l’aptitude à traduire, il faut disposer d’un métalangage afin de décrire l’opération complexe du transfert interlinguistique. Tout enseignement de la traduction repose sur l’analyse, car la pratique de la traduction implique d’innombrables choix : choix de la signification pertinente, choix du mot juste, choix de la structure syntaxique appropriée, choix du bon registre de langue, choix des bonnes charnières, choix du style, choix liés aux destinataires, etc. Or, « toute analyse, a écrit l’historien Marc Bloch, veut d’abord, comme outil, un langage approprié, un langage capable de dessiner avec précision les contours des faits, tout en conservant la souplesse nécessaire pour s’adapter progressivement aux découvertes, un langage surtout sans flottements ni équivoques » (Bloch 1993 : 167). Il paraît sage à cet égard de suivre le conseil de Blaise Pascal et « de n’employer aucun terme dont on n’[a] auparavant expliqué nettement le sens » (Pascal 1954 : 577).

30Qu’en est-il chez les rédacteurs de manuels de traduction ? Sur les 88 titres de mon corpus, 16 seulement renferment un glossaire ou un vocabulaire, soit un sur six. Cette proportion ne manque pas d’étonner. Les auteurs des 72 autres manuels supposent-ils assimilées les notions nécessaires à l’apprentissage de la traduction ? Estiment-ils qu’il est possible d’enseigner (et d’apprendre) à traduire sans disposer d’une terminologie particulière ? Croient-ils que l’opération ne soit pas assez complexe pour justifier le recours à des termes spécialisés ? Pensent-ils qu’il soit impossible de tenir un discours structuré dans les cours pratiques de traduction ? Il serait injuste de répondre par l’affirmative à toutes ces questions.

31Bien qu’une forte majorité d’auteurs passent sous silence les questions d’ordre métalinguistique, bon nombre d’entre eux définissent néanmoins certains termes-clés dans le corps de leur manuel, termes qu’ils regroupent parfois dans un index. Beverly J. Adab, par exemple, auteur de deux manuels récents (1994, 1996), est consciente de l’importance du métalangage pour la formation des traducteurs, sans pour autant consacrer à cet aspect un objectif d’apprentissage distinct. Elle écrit dans les pages liminaires de son manuel Annotated Texts for Translation, English-French : « we hope to help the student to develop the critical ability to judge the appropriateness of choices made, by a study of actual practice and by the introduction of certain basic terms of metalanguage which can be used to explain and identify the nature of such choices » (Adab 1996 : 3).

32Le danger que je vois à ne pas fonder l’enseignement de la traduction sur une terminologie rigoureuse est de verser dans l’impressionnisme. Une formation de niveau universitaire ne peut pas, à mon avis, se contenter d’explications vagues comme « pas français », « mal traduit », « imprécis » ou de commentaires tels que « Vous pouvez faire mieux » et « Réfléchissez encore ». Enseigner à traduire ne saurait se cantonner dans la correction de copies d’étudiants sans qu’une réflexion précède ou suive les exercices pratiques de traduction effectués en classe ou hors classe. « Corriger des erreurs n’est pas théoriser », rappelle Marianne Lederer (1994 :9).

33Attardons-nous aux 16 manuels renfermant un glossaire. Le tableau de l’annexe 3 en donne la liste et précise le titre exact du glossaire, les pages où il figure et le nombre de termes définis. Six des 16 manuels comptent 36 termes ou moins, quatre autres, plus de 120. Le plus volumineux est celui de Nida et Taber avec 270 entrées, dont beaucoup de termes appartenant à la grammaire et à la linguistique générale et générative.

34On remarquera l’inclusion dans ce tableau du glossaire analytique La Traduction : mode d’emploi (1995) de Jean et Claude Demanuelli. Cet ouvrage, le seul, à ma connaissance, consacré spécifiquement au métalangage de l’enseignement de la traduction, peut être vu, au dire même de ses auteurs, comme un « complément possible » à leur manuel Lire et Traduire (1990). La Traduction : mode d’emploi, qui reprend tous les termes de l’« Index notionnel » du manuel, à l’exception de 13 entrées, est en quelque sorte le prolongement de la réflexion terminologique amorcée dans Lire et Traduire. Ce glossaire analytique avait donc doublement sa place dans la présente étude. Les auteurs précisent que leur glossaire a une visée « pratique et pédagogique » et ils en délimitent la portée en ces termes :

L’ouvrage n’est pas un dictionnaire visant à baliser tout le domaine de la métalangue de la traduction, mais un guide-glossaire qui se propose de clarifier environ 140 termes ou expressions dont la connaissance nous a paru indispensable à quiconque veut réfléchir sur l’activité traduisante et assimiler une terminologie aussi cohérente que possible, pour être davantage à même de maîtriser à la fois l’enseignement et la pratique de la traduction de et vers l’anglais (Demanuelli et Demanuelli 1995 : 4e de couverture).

35Dans les 16 manuels renfermant un glossaire et le « guide-glossaire » des Demanuelli, 1419 termes ont été dénombrés. Mais ce chiffre est moins significatif que le nombre de notions. Pour faire le décompte des notions, il a fallu ramener à une les occurrences multiples (le terme « adaptation », par exemple, revient huit fois, « juxtaposition », cinq fois) et supprimer les synonymes et les variantes. À la suite de cet élagage, on obtient 838 notions, soit une cinquantaine de notions en moyenne par manuel. L’annexe 6 en donne la liste complète.

Pourquoi un glossaire ?

36Avant de procéder à l’analyse sommaire de ces quelque huit cents notions constituant le métalangage « brut » de l’enseignement de la traduction, tel qu’il ressort tout au moins du corpus étudié, il me semble intéressant de chercher à connaître les raisons pour lesquelles les auteurs ont inséré un glossaire dans leur ouvrage. Ces raisons sont nombreuses et révélatrices de l’utilité qu’ils voient à ces répertoires. Précisons qu’aucun d’entre eux ne cherche à « faire savant » en proposant un jargon forgé de toutes pièces. Au contraire, chacun pourrait reprendre à son compte ce qu’écrivent dans leur introduction les auteurs de La Traduction : mode d’emploi : « Nous ne cherchons pas à imposer un discours “scientifique” par le biais d’une suite d’entrées plus ou moins hermétiques, ni une quelconque terminologie normative par le biais de définitions plus ou moins originales. […] La formule retenue nous a été dictée par un souci de clarification […] » (Demanuelli et Demanuelli 1995 : 1).

  • 8 La note 4 de l’annexe 3 renferme une définition des termes « glossaire » et « index ».

37Éclairer le sens technique des termes employés dans leur manuel, telle est la raison la plus souvent évoquée par les auteurs pour justifier l’ajout d’un glossaire. C’est d’ailleurs l’utilité première de tout glossaire8. Ces définitions servent aussi à « faciliter la lecture » des ouvrages (Chuquet 1990 : 155 ; Demanuelli et Demanuelli 1990 : 231) et des notes et commentaires accompagnant les textes (Guivarc’h et Fabre 1989 : 11). Pour Basil Hatim et Ian Mason, le métalangage permet de procéder de façon plus objective à l’analyse et à la critique des traductions :

What can be done [pour réduire la part de subjectivité en traduction] is to elaborate a set of parameters for analysis which aim to promote consistency and precision in the discussion of translating and translations. A common set of categories is needed and a set of terms for referring to them, a metalanguage for translation studies. It is one of our aims in this book to suggest a model of the translation process based on just such a set of categories (Hatim et Mason 1990 : 5).

38La maîtrise d’un métalangage cohérent est vue aussi par plusieurs auteurs comme une façon de contrer la « pratique instinctive de la traduction ». Grâce au métalangage, il est possible, écrit Michel Ballard, d’« objectiver des processus, [de] prendre conscience des différences, [de] les identifier [et de] les nommer » (Ballard 1992 : 7). Et il ajoute : « C’est par la nomination, par l’utilisation d’une terminologie spécifique, que l’on comprend et assimile un objet de connaissance et une pratique » (ibid.). Geoffrey Vitale, Robert Larose et Michel Sparer reconnaissent la même utilité pratique au métalangage : « […] nous nous servons de cette terminologie, version simplifiée de celle de la stylistique comparée [de Vinay et Darbelnet], écrivent-ils dans l’Avant-propos de leur manuel, dans la mesure où elle permet à l’étudiant de cerner clairement et rapidement un problème de traduction » (Vitale et al. 1978 : xii). Jean et Claude Demanuelli ont eux aussi centré les notions définies dans leur glossaire « sur les besoins terminologiques de l’activité traduisante […] » (Demanuelli et Demanuelli 1990 : 231). Comme leurs collègues, ils ont voulu mettre à la disposition des professeurs et des étudiants un outillage conceptuel propre à décrire le plus grand nombre possible de faits de langue et de réalités liées au transfert interlinguistique, en particulier des œuvres littéraires. Au-delà de la clarification de certaines notions, ces auteurs ont voulu constituer un instrument d’analyse précis permettant de résoudre les problèmes de traduction ponctuels et récurrents. Mais leur ambition dépasse ces considérations pragmatiques. Leur glossaire, et plus encore La Traduction : mode d’emploi, a « pour but de tenter de regrouper les différentes terminologies en cours et de mettre au jour les recoupements à opérer lors de la lecture d’ouvrages consacrés au même sujet » (ibid.). C’est en partie pour la même raison qu’un glossaire de 186 termes figure au début de La Traduction raisonnée (Delisle 1993). Il est intéressant de constater que commence à se manifester le désir de regrouper et d’ordonner diverses terminologies en usage. De mettre un peu d’ordre dans la maison terminologique de la traductologie de l’enseignement de la traduction. Sans métalangage, comment en effet tenir un discours méthodique sur la pratique de la traduction et son apprentissage ? Comment faire voir à l’apprenti traducteur qu’il y a de la méthode dans la façon dont on transpose un texte d’une langue dans une autre ?

  • 9 Mona Baker formule une opinion identique dans In Other Words : « […] if translation is ever to bec (...)
  • 10 « Every respectable profession (or every profession which wants tobe recognized as such) therefore (...)

39Enfin, les rédacteurs de manuels d’initiation à la traduction professionnelle (Horguelin 1985 ; Bédard 1986 ; Delisle 1993) ont une raison supplémentaire d’appuyer leur enseignement sur une terminologie rigoureuse : cette terminologie n’est pas utile uniquement à l’enseignement, elle l’est aussi à l’exercice de la profession en facilitant la communication entre « initiés », pour ainsi dire, entre traducteurs et entre traducteurs et réviseurs. Voici ce qu’écrit à ce propos Paul A. Horguelin. Ce qu’il dit du réviseur (qui est en fait un traducteur chevronné chargé de réviser le travail de traducteurs débutants et de parfaire leur formation) s’applique tout autant au traducteur : « Dans le cours de son activité professionnelle, le réviseur est appelé à traiter régulièrement avec des traducteurs qui, comme lui, sont des spécialistes du langage. Il doit donc utiliser des termes précis pour décrire ses corrections, rédiger ses annotations ou faire ses observations […] » (Horguelin 1985 : 107). Les 168 termes qu’il propose dans son « Vocabulaire du réviseur » correspondent, selon lui, aux « termes couramment employés dans l’exercice de la profession » (ibid.). Grâce à l’effort des sociétés nationales et des organismes internationaux de traducteurs, comme la Fédération internationale des traducteurs (FIT) et l’Association internationale des interprètes de conférence (AIIC), la traduction accède lentement au rang de véritable profession. Dans certains pays, le législateur a même regroupé les traducteurs au sein d’un ordre professionnel comparable à un ordre de comptables, d’ingénieurs ou de médecins. Il faut s’en réjouir et on aimerait voir se multiplier à l’échelle internationale ce genre de reconnaissance Mais tous les traducteurs de métier disposent-ils d’un métalangage commun, comme les comptables, pour décrire les faits de langue et de traduction ? Comme l’a fait remarquer ma collègue Annie Brisset lors du 2e congrès du Conseil des traducteurs et interprètes du Canada : « Peut-on qualifier de “professionnel” un traducteur dépourvu des moyens de s’expliquer en termes techniques sur son propre métier ? » (Brisset 1990 : 239-240). Les enseignants, les apprentis traducteurs de même que les traducteurs et réviseurs de métier devraient tous normalement être capables de nommer les concepts et les procédés associés à l’opération de traduction « comme n’importe quel technicien apprend le nom de ses outils et des opérations qu’il effectue9 » (ibid.). On attend d’un comptable qu’il sache ce qu’est un « bilan consolidé » et qu’il soit capable d’en dresser un. Et ce terme, tout comme « actif et passif », « amortissement » ou « dépenses non compressibles », a plus ou moins la même signification pour tous les membres de sa profession, tout au moins à l’intérieur d’un même pays. Ne devrait-il pas en être de même, jusqu’à un certain point, pour les traducteurs ? Un des buts de l’enseignement professionnel est de doter les membres d’une profession d’un ensemble de concepts opératoires ayant plus ou moins la même signification pour tous10. C’est un des aspects par lesquels une profession se distingue de l’amateurisme, voire du charlatanisme. Comme on le voit, la question du métalangage de la traduction déborde le cadre strictement pédagogique et a des ramifications jusque dans le domaine de la reconnaissance professionnelle.

40Voici résumés sous une forme synthétique les motifs invoqués par les rédacteurs pour ajouter un glossaire à leur manuel, motifs qui témoignent de l’importance qu’ils accordent au métalangage (voir le tableau 3 de l’annexe 1).

41En guise de conclusion de cette partie de mon exposé, voici un petit exercice illustrant l’importance du métalangage du double point de vue de l’enseignement et de la pratique professionnelle du métier. Cet exercice est constitué de cinq passages extraits de textes authentiques renfermant chacun une difficulté récurrente de traduction dans le sens anglais-français. Au ras des textes, les difficultés d’apprentissage de la traduction ne sont pas tout à fait les mêmes entre paires de langues différentes. Si vous étiez professeur de traduction, traducteur de métier ou réviseur, comment désigneriez-vous ces cinq difficultés en gras dans mes exemples ?

  1. Mortgage loans jumped by $883 million to $17.3 billion.
  2. Statistics can show how and where women workers are employed.
  3. Not to be taken away from this area. (Mention sur la couverture d’un document.)
  4. The university decides to economize the department out of existence.
  5. The warranty period is limited to twelve months or 20,000 km from the warranty registration date, whichever occurs first .

42Nous reviendrons sur cet exercice dans la conclusion générale.

L’analyse des notions

43Toute discipline, tout champ d’activité, tout domaine de connaissance possède sa terminologie propre. L’enseignement de la traduction ne fait pas exception. Son métalangage enregistre, discrémine, analyse, combine, classe, ordonne les notions et les faits, les processus et les méthodes, les règles, les principes et les lois utiles pour enseigner et apprendre à traduire. Un métalangage est un discours raisonné sur un objet d’étude circonscrit. Toute science est d’abord une langue bien faite. Supprimez son métalangage et la science n’existe plus. Il lui faut, pour exister, s’incarner dans des ensembles de notions structurées et cohérentes. Cette exigence vaut également pour la traduction et son enseignement.

  • 11 Pierre Lerat préfère à cette dénomination celle de « langue spécialisée », car celle-ci, selon lui (...)

44Par ailleurs, un métalangage ne peut pas fonctionner indépendamment de la langue courante. Certains termes appartiennent à la fois au métalangage et à la langue dont ils sont issus. Tel est le cas en pédagogie de la traduction des termes « articulation », « charnière », « catégorie », « démarche », « économie », « servitude », etc. L’ensemble des termes appartenant à un domaine de spécialisation forme une « langue de spécialité11 ». Dans un ouvrage récent, Language Engineering and Translation : Consequences of Automation, Juan C. Sager reprend, en la modifiant légèrement, la définition de special languages qu’il avait proposée en 1980 dans English Special Languages, ouvrage rédigé en collaboration avec David Dungworth et Peter F. McDonald :

  • 12 Les mots conceptualization et classification ne figurent pas dans la définition originale de 1980 (...)

Special languages are semi-autonomous, complex semiotic systems based on and derived from general language : their use presupposes special education and is restricted to specialists for conceptualization, classification12 and communication in the same or closely related fields (Sager 1994 : 44).

45Le métalangage de l’enseignement de la traduction correspond bien à cette définition : il s’agit effectivement d’un langage « semi-autonome » formé en partie de mots de la « langue commune » ; son acquisition nécessite une « formation » particulière, il est utilisé par les « spécialistes » de la traduction (professeurs, étudiants, traducteurs, réviseurs), il rend possible la « conceptualisation » du domaine et la « classification » de ses notions et de ses opérations, et il facilite, enfin, la « communication » (entre professeurs et étudiants et entre traducteurs de métier). Presque tous les éléments de cette définition figurent dans le tableau 3 de l’annexe 1, où sont énumérés les motifs d’inclusion d’un glossaire dans les manuels de traduction.

46Si le métalangage de l’enseignement de la traduction est constitué pour une bonne part d’emprunts à la langue courante, il a aussi puisé largement à d’autres sources. Ce serait une erreur de croire à sa « virginité épistémologique » pour reprendre une image de Jean-René Ladmiral (1986 : 34). En effet, l’examen des notions qui composent les seize glossaires formant un sous-ensemble du corpus révèle à l’évidence que cette langue de spécialité emprunte ses termes, dans des proportions variables, à la linguistique (générale, différentielle, textuelle), à la théorie de la traduction, à la grammaire générale, à la rhétorique, aux techniques de rédaction et quelques termes à la pédagogie générale et à des disciplines auxiliaires de la traduction, comme la documentation et la terminologie. La traduction n’étant pas une activité cloisonnée, son métalangage est forcément éclectique, c’est-à-dire formé d’emprunts interdisciplinaires. Mais les créations d’auteurs y sont aussi nombreuses.

47En entreprenant la présente étude, je pensais pouvoir dégager des glossaires un noyau substantiel de notions correspondant à la terminologie « fondamentale » de l’enseignement de la traduction. À mon grand étonnement, ce « tronc commun » ne semble pas exister. À peine 38 notions sur 838, soit un maigre 4,5 %, figurent dans cinq glossaires. Comme il était facile de le prévoir, les termes décrivant les fameux « procédés de traduction » de Vinay et Darbelnet occupent une place de choix dans cette liste. En fait, sur les 38 notions, 23 figurent dans le glossaire de la Stylistique comparée du français et de l’anglais (1958). Les 11 notions les plus fréquentes (9, 10 ou 11 occurrences) sont les suivantes : anaphore, connotation, contexte, déictique, équivalence, étoffement, faux ami(s), modulation, niveau de langue, transposition et unité de traduction. Le tableau 4 de l’annexe 1 donne la liste des 38 notions les plus fréquemment définies dans les glossaires. Le chiffre entre parenthèses indique le nombre d’occurrences.

48Des notions aussi importantes en traduction que « cohérence », « compléments cognitifs », « destinataire », « fidélité » (l’idéal recherché), « procédé de transfert », « sens » (l’objet même de l’opération), « traduction » ou « interprétation du sens » (l’opération elle-même) ne sont définies que dans deux ou trois glossaires. Cela est plutôt étonnant, pour ne pas dire inquiétant… Il est capital, à mes yeux, qu’un auteur définisse clairement sa conception de la « traduction », par exemple, car la façon dont il envisage ce processus mental conditionne l’ensemble de sa démarche pédagogique, a une incidence directe sur le contenu de son enseignement et détermine une bonne partie du métalangage qu’il utilisera. Comme je l’ai écrit dans « Les manuels de traduction : essai de classification », « lorsque […] Henri Van Hoof affirme “Traduire, c’est comparer”, il révèle sa conception de la traduction. On ne s’étonne donc pas que sa méthode repose essentiellement sur la comparaison de segments de langue en fonction d’un certain nombre de catégories » (Delisle 1992 : 22). Si en revanche un auteur considère que sa tâche première consiste à développer chez les apprentis traducteurs l’aptitude à manier le langage à la charnière de deux langues et de deux cultures, et s’il conçoit ainsi la traduction, alors il bâtira son manuel sur des exercices d’interprétation du sens et de maniement du langage dans des situations réelles de communication et à partir de discours réels. Il ne se contentera pas de décrire les langues en présence ou de cataloguer des paires de correspondances en utilisant les catégories de la linguistique différentielle.

49Par ailleurs, un glossaire consacré à l’enseignement de la traduction doit-il inclure des termes aussi usuels qu’« adjectif qualificatif », « adverbe », « conjonction », « coquille, « guillemets », « italiques », « majuscules », « nom », « perluète », « soulignement », « tilde », « verbe », etc ? Ces termes courants n’appartiennent pas à la langue spécialisée de l’apprentissage de la traduction. Pour la terminologie de l’enseignement pratique de la traduction, il convient d’adopter la règle appliquée par les auteurs du Dictionary of Translation Studies : « [] non-Translation Studies terms have been kept to a minimum in order to be able to devote as much space as possible to terminology specific to the study of translation » (Shuttleworth et Cowie 1997 : ix). On évitera ainsi que la terminologie propre au sous-domaine de l’enseignement pratique de la traduction soit noyée dans celle de la linguistique générale, de la grammaire, voire des autres branches de la traductologie.

50Évidemment, chaque auteur est libre d’inclure dans son glossaire les termes qu’il juge utiles. Il peut aussi, et beaucoup ne s’en privent pas, créer ses propres termes avec l’intention d’en limiter l’usage à son manuel ou d’enrichir le métalangage de l’enseignement de la traduction. Dans ce deuxième cas, ces néologismes seront soumis aux lois subtiles de l’acceptation des créations lexicales. Pour s’imposer chez les pédagogues de la traduction, ces néologismes devront en tout cas recevoir la sanction d’une majorité d’entre eux. Ceux-ci les intégreront dans leur enseignement et contribueront ainsi à leur acceptation et à leur diffusion. Il faut éviter, toutefois, la prolifération désordonnée des « vocabulaires maison », source de babélisme et mal endémique dont souffrent certaines disciplines.

51Je doute fort que le terme iceberg, que Peter Newmark définit ainsi dans son glossaire : « All the work involved in translating, of which only the “tip” shows » (Newmark 1988 : 283), ait quelque chance de s’imposer. Il en est de même de l’expression “house-on-hill” construction servant à désigner tout simplement l’étoffement d’une préposition (the plot against him : le complot ourdi contre lui) (Newmark 1988). Que penser du mot « acinèse » qu’Henri Van Hoof emprunte au langage médical et définit ainsi : « Absence ou privation de mouvement ; terme employé ici pour décrire la tendance du français à utiliser comme auxiliaires statiques certains verbes d’action ou de mouvement » (Van Hoof 1986 : 67, 297) (exemple : « Don’t you believe it ! : N’allez pas croire cela ! ») ? Un dernier exemple, emprunté cette fois à Claude Bédard, qui crée le terme « chosocentricité », défini ainsi : « Point de vue axé essentiellement sur l’univers des choses, à l’exclusion de l’univers humain » (Bédard (1986 : 156 ; 245). Dans le langage technique, le passif serait la manifestation par excellence de cette « chosocentricité ». Cette notion n’est pas très éloignée, me semble-t-il, de celles de « style impersonnel », de « dépersonnalisation des messages », d’« objectivation ».

52Cet exemple m’amène à formuler l’observation suivante : les notions définies dans les glossaires ne sont pas toujours bien cernées. Le syntagme « connaissances pour comprendre » figurant dans le glossaire de Claude Bédard (1986 : 245) ne recoupe-t-il pas la notion de « compléments cognitifs » de la théorie interprétative ? Je n’ai pas, dans mon étude, évalué la qualité des définitions et ne me suis pas attardé non plus aux variantes relevées dans les définitions d’une même notion par des auteurs différents. Cela m’aurait entraîné trop loin. Cet aspect intéressant pourrait faire l’objet d’une étude comparable à celle-ci.

53Une dernière remarque. On peut dire à l’examen des 838 notions recensées qu’une forte majorité de notions linguistiques servent à décrire les langues et le résultat du processus de la traduction dans une perspective comparative traditionnelle et les auteurs font relativement peu de place aux termes décrivant les multiples aspects du processus de la traduction appréhendé avant la postulation d’une équivalence. Deux auteurs seulement (Ballard et al. 1988 et Delisle 1993) se soucient de distinguer dans leur glossaire les entrées renvoyant à des notions linguistiques d’avec les entrées indiquant une opération spécifique de traduction. Dans son glossaire, Michel Ballard indique les premières en italique et les secondes en caractères gras. Quant à moi, j’ai classé les notions par thèmes et les ai réparties dans plusieurs tableaux de façon à les regrouper logiquement et à en faire ressortir les rapports hiérarchiques (Delisle 1993).

54Enfin, loin de moi le désir de réduire la place que doit occuper en théorie et en pédagogie de la traduction le vocabulaire de la linguistique en tant que science descriptive de la langue au sens saussurien. Le sens à transposer d’une langue dans une autre étant véhiculé en partie (cette restriction est capitale) par des signes linguistiques, il est normal que le discours traductologique emprunte à la linguistique une part non négligeable de son vocabulaire. Mais le traducteur ne procède pas pour autant à une analyse de la langue quand il recompose par équivalences successives un texte dans une autre langue. Pas le traducteur professionnel en tout cas. C’est pour cette raison que les théoriciens et les pédagogues ont créé un outillage conceptuel original afin de rendre compte des aspects non exclusivement linguistiques de la postulation d’équivalences. Si la plupart d’entre eux ont éprouvé le besoin de forger des néologismes ou d’emprunter des termes à d’autres disciplines que la linguistique, c’est que les faits de traduction ne se ramènent pas tous à des faits de langue et que, par sa nature même, la traduction est une activité ouverte, multidisciplinaire. Cela dit, il serait naïf de croire que la traductologie comme la pédagogie de la traduction peuvent se passer de l’acquis de la linguistique, tout comme il serait erroné de penser que la linguistique peut, à elle seule, rendre compte des faits de traduction. Langue et discours appartiennent à deux ordres de phénomènes non réductibles l’un à l’autre (Delisle 1981).

Conclusion

55Au terme de cette étude du métalangage de l’enseignement de la traduction, force est de constater qu’une majorité de rédacteurs de manuels, si l’on en juge par leur « silence métalinguistique », ne semblent pas accorder une importance prioritaire à la terminologie du domaine de leur spécialisation. Quelques exceptions notables, cependant, me portent à croire que la situation commence à changer et qu’un nombre grandissant d’auteurs prennent conscience de l’importance de cet aspect de la pédagogie de la traduction. Je n’en veux pour preuve que le fait que 10 des 16 manuels renfermant un glossaire ont été publiés au cours des dix dernières années. Par ailleurs, je n’ai pas constaté de différence significative dans le métalangage employé pour l’enseignement de la traduction didactique et pour celui de la traduction professionnelle. Ces deux formations ne semblent donc pas commander des terminologies différentes. Tout au plus peut-on remarquer dans les manuels de thème et de version une propension plus grande à décrire les langues et à classer des paires de correspondances ou d’équivalences au moyen des catégories de la linguistique différentielle. Chez les 16 auteurs qui se sont intéressés de plus près au métalangage, encore qu’à des degrés divers, il faut le dire, car certaines listes comptent à peine une quinzaine de termes, alors que d’autres en réunissent plus de 150, il ne semble pas y avoir un « consensus » très large quant aux notions constituant le vocabulaire fondamental de l’enseignement de la traduction. Une quarantaine de termes suffisent-ils pour décrire une opération aussi complexe que la traduction et satisfaire aux exigences de son enseignement ? Qu’il me soit permis d’en douter. La très grande majorité des 1419 termes n’ont qu’une ou deux occurrences dans le corpus dépouillé. Nous sommes manifestement en présence d’une terminologie « jeune » et « éclatée », d’une terminologie « en voie de constitution », qui cherche ses mots, pour ainsi dire, afin d’appréhender son objet d’étude. L’observation que les auteurs Mark Shuttleworth et Moira Cowie font dans l’introduction de leur dictionnaire au sujet du métalangage de la traduction dans son ensemble s’applique aussi à la terminologie du sous-domaine de l’enseignement pratique de la traduction : « Translation Studies has been enriched by dint of possessing [] a multi-faceted nature. However, at the same time this very nature has meant that there is still considerable lack of agreement on the irreducible minimum of concepts which should form the foundation on which to build » (Shuttleworth et Cowie 1997 : vi).

56Il va de soi que, dans tout domaine spécialisé, la fréquence d’un terme n’est pas le seul critère à prendre en considération pour juger de sa pertinence. En langue de spécialité, en effet, tout terme a sa raison d’être s’il répond à un besoin de désignation d’un concept, d’une opération, d’un résultat. Néanmoins, si l’on fait intervenir des considérations d’ordre pédagogique, il y a lieu, me semble-t-il, de faire reposer l’enseignement de la traduction, particulièrement au stade de l’initiation, sur un nombre relativement restreint de notions-clés. Est-ce 100, 150, 200 ? Je l’ignore. Une vingtaine d’entrées est trop peu, mais plus de 250, cela me semble beaucoup. Quant à 838, c’est déjà Babel, le vertige de la confusion… Quel que soit le nombre de notions minimal autour duquel l’accord pourra se faire, il sera impératif de bien délimiter chacune d’entre elles et de les définir clairement. On peut souhaiter aussi que ces notions soient utilisables dans l’optique d’un enseignement raisonné de la traduction vue comme une opération dynamique de maniement du langage et non uniquement comme une description a posteriori de correspondances hors discours, voire un catalogage d’équivalences.

57Au bout du compte, enseigner à traduire, c’est apprendre à des apprentis traducteurs à lire les textes originaux avec des yeux de traducteur : dans une première étape, il faut pouvoir repérer (isoler, reconnaître) la difficulté à surmonter, puis pouvoir la nommer et, enfin, pouvoir la résoudre en précisant, lorsque cela est possible, le procédé de transfert utilisé (étoffement, calque, chassé-croisé, recatégorisation, etc.). Les deux premières étapes de ce processus se situent avant l’établissement des équivalences de traduction et nécessitent la connaissance d’une terminologie spécialisée pour faire une traduction raisonnée. Voyons ce qu’il en est des cinq passages ci-dessous.

58 a) Mortgage loans jumped by $883 million to $17.3 billion.

Notions Utiles :

VERBES DE PROGRESSION, VERBES D’ABOUTISSEMENT/ÉTOFFEMENT

Traduction :

Les prêts hypothécaires ont fait un bond de 883 millions de dollars pour atteindre 17,3 milliards.

59 b) Statistics can show how and where women workers are employed.

Notion utile :

ÉTOFFEMENT

Traduction :

Grâce aux statistiques, on peut déterminer [les secteurs d’activité] travaillent les femmes et le genre d’emplois qu’elles [y] occupent.

60c) Not to be taken away from this area. (Mention sur la couverture d’un document.)

Notions utiles :

DÉICTIQUE TROP ACTUALISATEUR/EXPRESSION FIGÉE

Traduction :

À consulter sur place.

61 d) The university decides to economize the department out of existence.

Notions utiles :

STRUCTURE RÉSULTATIVE/CHASSÉ-CROISÉ

Traduction :

L’université ferme le département afin de réaliser des économies.

62 e) The warranty period is limited to twelve months or 20,000 km from the warranty registration date, whichever occurs first .

Notions utiles :

DISJONCTION EXCLUSIVE/RESTRUCTURATION

Traduction :

Le véhicule est couvert pour une période de 12 mois à partir de la date d’enregistrement de la garantie ou pour 20 000 km, s’il atteint ce kilométrage avant 12 mois.

63Ma collègue Hannelore Lee-Jahnke et moi-même avons constitué un groupe de travail interuniversitaire composé d’une vingtaine de pédagogues de la traduction et de terminologues, afin d’établir le vocabulaire de base de l’enseignement de la traduction. Cette équipe, qui regroupe des collaborateurs de huit pays (Allemagne, Canada, Espagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Suisse et Venezuela), compte proposer une version française, anglaise, espagnole et allemande de quelque 150 notions-clés de cette langue de spécialité. Ce travail collectif sera un premier pas vers l’harmonisation ou l’uniformisation souhaitable (et souhaitée par beaucoup de pédagogues) du vocabulaire du domaine. Ajoutons que ce projet est réalisé conjointement par deux comités de la Fédération internationale des traducteurs (FIT) : le Comité pour la formation et la qualification des traducteurs et le Comité pour la terminologie et la documentation.

64Le métalangage de l’enseignement de la traduction comporte, selon moi, quatre sous-ensembles de termes : faits de langue, transfert interlinguistique, pédagogie et disciplines connexes. Les deux premiers sont de loin les plus importants. Le tableau 5 de l’annexe 1 donne les subdivisions de ces quatre sous-ensembles et propose pour chacune d’elles deux termes à titre d’exemple.

65En somme, le métalangage de l’enseignement de la traduction est bel et bien une spécialisation fonctionnelle du langage, car il implique la transmission d’une information relevant d’un champ d’expérience particulier, en l’occurrence la transmission d’un savoir-faire : l’aptitude à traduire. L’utilisation d’un métalangage rigoureux et opérationnel dans les manuels comme en salle de classe est, à mes yeux, le meilleur antidote aux « méthodes » d’enseignement trop intuitives et trop impressionnistes. C’est à la fois un moyen de communication indispensable entre professeurs et étudiants et un gage d’efficacité pédagogique.

Bibliographie

Références

ADAB, Beverly J. (1994), Annotated Texts for Translation, French-English, Clevedon/Philadelphie/Adélaïde, Multilingual Matters.

ADAB, Beverly J. (1996), Annotated Texts for Translation, English-French, Clevedon/Philadelphie/Adélaïde, Multilingual Matters.

BAKER, Mona (1992), In Other Words. A Coursebook on Translation, Londres/New York, Routledge.

BALLARD, Michel (1987), La Traduction de l’anglais au français, Paris, Nathan.

BALLARD, Michel (1992), Le Commentaire de traduction anglaise, Paris, Nathan.

BARRADA, Samia et Yousif ELIAS (1992), Traduire le discours économique. Implications didactiques pour la traduction français-arabe, Tanger, École supérieure Roi Fahd de traduction.

BÉDARD, Claude (1986), La Traduction technique. Principes et Pratique, Montréal, Linguatech.

BLOCH, Marc (1993), Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien (cl952), édition critique préparée par Étienne Bloch, préface de Jacques Le Goff, Paris, Armand Colin.

BOURGET, Jean A.-H. (1995), Le Ligakon. Les charnières de liaison du discours, Montréal, Guérin.

BOUTIN-QUESNEL, Rachel et al. (1985), Vocabulaire systématique de la terminologie, coll. « Cahiers de l’Office de la langue française », Québec, Les publications du Québec.

BRISSET, Annie (1990), « La théorie : pour une meilleure qualification du traducteur », dans Les Acquis et les Défis, actes du 2e congrès du Conseil des traducteurs et interprètes du Canada, publiés sous la direction de Monique C. Cormier, Montréal, CTIC, p. 239-240.

CARY, Edmond (1956), La Traduction dans le monde moderne, Genève, Georg & Cie.

CHUQUET, Hélène (1990), Pratique de la traduction, anglais-français, Paris, Ophrys.

CHUQUET, Hélène et Michel PAILLARD (1987), Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris, Ophrys.

CORMIER, Monique C. (1985), « Glossaire de la théorie interprétative de la traduction et de l’interprétation », dans Meta, vol. 30, n° 4, p. 353-359.

DELISLE, Jean (1981), « De la théorie à la pédagogie : réflexions méthodologiques », dans Jean DELISLE (dir.), L’Enseignement de l’interprétation et de la traduction : de la théorie à la pédagogie, coll. « Cahiers de traductologie », n° 4, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1981, p. 135-151.

DELISLE, Jean (1992), « Les manuels de traduction : essai de classification », dans TTR, vol. 5, n° 1, p. 17-47.

DELISLE, Jean (1993), La Traduction raisonnée, coll. « Pédagogie de la traduction », n° 1, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

DEMANUELLI, Jean et Claude DEMANUELLI (1990), Lire et Traduire, Paris, Masson.

DEMANUELLI, Jean et Claude DEMANUELLI (1995), La Traduction : mode d’emploi. Glossaire analytique, coll. « Langue et civilisation anglo-américaines », Paris, Masson.

D’HULST, Lieven (1990), Cent Ans de théorie française de la traduction. De Batteux à Littré (1748-1847), Lille, Presses Universitaires de Lille.

DOLLERUP, Cay et Vibeke APPEL (dir.) (1996), Teaching Translation and Interpreting 3 : New Horizons. Choix de communications présentées au troisième colloque organisé par Language International, à Elseneur, au Danemark, du 9 au 11 juin 1995, coll. « Benjamins Translation Library »,n° 16, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

DOLLERUP, Cay et Anne LODDEGAARD (dir.) (1992), Teaching Translation and Interpreting : Training, Talent and Experience. Choix de communications présentées au premier colloque organisé par Language International, à Elseneur, au Danemark, du 31 mai au 2 juin 1991, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

DOLLERUP, Cay et Anne LODDEGAARD (dir.) (1994), Teaching Translation and Interpreting 2 : Insights, Aims, Visions. Choix de communications présentées au deuxième colloque organisé par Language International, à Elseneur, au Danemark, du 4 au 6 juin 1993, coll. « Benjamins Translation Library », n° 5, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

DURIEUX, Christine (1991), « Traduction pédagogique et pédagogie de la traduction », dans Le Français dans le monde, n° 243, août-septembre, p. 66-70.

GRELLET, Françoise (1991), Apprendre à traduire. Typologie d’exercices de traduction, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

GUILLEMIN-FLESCHER, Jacqueline (1981), Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction, Paris, Ophrys.

GUIVARC’H, Paule et Catherine FABRE (1989), A Companion to Economic Translation, Paris, Masson.

HATIM, Basil et Ian MASON (1990), Discourse and the Translator, Londres/New York, Longman.

HERBERT, Jean (1952), Manuel de l’interprète : comment on devient interprète de conférence, 3e édition, Genève, Georg & Cie.

HORGUELIN, Paul A. (1985), Pratique de la révision, Montréal, Linguatech, (réédition).

KÔNIGS, Frank G. (1982-1984), « Zentrale Begriffe aus der wissenschaftlichen Beschäftigung mit Übersetzen », dans Lebende Sprachen, vol. 27, n° 4, p. 145-150 ; vol. 28, n° 1,1983 ; n° 4, p. 154-156 ; vol. 29, n° 2,1984, p. 57-59 ; n° 4, p. 153-156.

KUSSMAUL, Paul (1995), Training the Translator, coll. « Benjamins Translation Library », n° 10, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

LADMIRAL, Jean-René (1972), « La traduction dans l’institution pédagogique », dans Langage, n° 28, p. 8-39.

LADMIRAL, Jean-René (1979), Traduire : Théorèmes pour la traduction, coll. « Petite Bibliothèque Payot », n° 366, Paris, Payot.

LADMIRAL, Jean-René (1986), « Sourciers et ciblistes », dans Revue d’esthétique, n° 12, p. 33-42.

LAPLACE, Colette (1994), Théorie du langage et Théorie de la traduction. Les concepts-clefs de trois auteurs : Kade (Leipzig), Coseriu (Tiibingen), Seleskovitch (Paris), coll. « Traductologie », n° 8, Paris, Didier Érudition.

LEDERER, Marianne (1994), La Traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, coll. « F/Références », Paris, Hachette.

LERAT, Pierre (1995), Les Langues spécialisées, coll. « Linguistique nouvelle », Paris, Presses Universitaires de France.

LONSDALE, Allison Beeby (1996), Teaching Translation from Spanish to English, coll. « Didactics of Translation », n° 3, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

NIDA, Eugene et Charles R. TABER (1969), The Theory and Practice of Translation, Leiden, E.J. Brill.

PASCAL, Blaise (1954), De l’esprit géométrique et de l’art de persuader (c1654), dans Œuvres complètes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard.

PERRIN, Isabelle (1996), L’Anglais : comment traduire ?, coll. « Les Fondamentaux », n° 64, Paris, Hachette.

REY, Jean (1973), Dictionnaire sélectif et commenté des difficultés de la version anglaise, Paris, Éditions Ophrys.

ROBERTS, Roda P. (1983), « Compétence du nouveau diplômé en traduction », dans les actes du colloque Traduction et Qualité de langue organisé par la Société des traducteurs du Québec et le Conseil de la langue française, les 30, 31 janvier et 1er février 1983, à Hull (Québec), Québec, Éditeur officiel du Québec, p. 172-184.

ROBERTS, Roda P. (1985), « The terminology of translation », dans Meta, vol. 30, n° 4, p. 343-352.

SAGER, Juan C. (1994), Language Engineering and Translation : Consequences of Automation, coll. « Benjamins Translation Library », n° 1, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

SAGER, Juan C. et al. (1980), English Special Languages, Wiesbaden, Oscar Brandstetter Verlag.

SELESKOVITCH, Danica (1983), [Intervention à la table ronde], dans Translation in the System of Foreign Languages Teaching/La Traduction dans le système d’enseignement des langues, table ronde FIT-UNESCO 17-19 mars 1983, Paris, Fédération internationale des traducteurs.

SELESKOVITCH, Danica et Marianne LEDERER (1989), Pédagogie raisonnée de l’interprétation, coll. « Traductologie », n° 4, Paris, Didier Érudition.

SHUTTLEWORTH, Mark et Moira COWIE (1997), Dictionary of Translation Studies, Manchester, St. Jerome Publishing.

SOUDIEUX, Régine (1974), Le Passif dans les textes anglais traduits du français contemporain : étude d’un problème de traduction, publication linguistique du Groupe de Traduction Automatique, n° 17, Cahier GRAL, n° 27, Nancy, Université de Nancy.

TRICÁS PRECKLER, Mercedes (1995), Manual de traducción, francés-castellano, Barcelone, Gedisa editorial.

VITALE, Geoffrey et al. (1978), Guide de la traduction appliquée. Tome 1 : Version, Paris/Montréal, Librairie Vuibert/Presses de l’Université du Québec.

WOOD, Mary (1995), Thème anglais. Filière classique, coll. « Premier Cycle », Paris, Presses Universitaires de France.

Annexes

ANNEXE 1. TABLEAUX

TABLEAU 1. MANUELS DE TRADUCTION. Ventilation I

[A] = Angleterre ; [C] = Canada ; [F] = France

TABLEAU 2. MANUELS DE TRADUCTION. Ventilation II

Manuels de traduction didactique

Manuels de stylistique comparée

Manuels de traduction professionnelle

[TDi]

[SC]

[TPr]

48

4

36

(54,5 %)

(4,5 %)

(41 %)

TABLEAU 3. MOTIFS D’INCLUSION D’UN GLOSSAIRE DANS LES MANUELS

1. Préciser l’acception particulière des termes techniques employés.

2. Faciliter la lecture des manuels (exposés, notes, commentaires).

3. Contrer la pratique instinctive de la traduction.

4. Fonder l’enseignement sur une terminologie précise.

5. Faciliter l’apprentissage de la traduction.

6. Tenir un discours structuré sur la pratique de la traduction.

7. Disposer d’un instrument d’analyse précis.

8. Objectiver des processus, des opérations, des stratégies de traduction.

9. Cerner clairement les difficultés de traduction.

10. Nommer les opérations et les difficultés de traduction.

11. Regrouper différentes terminologies en usage en enseignement de la traduction.

12. Proposer une terminologie utilisable par l’ensemble des pédagogues de la traduction.

13. Faciliter les recoupements lors de la lecture d’ouvrages consacrés à l’enseignement de la traduction.

14. Doter les futurs traducteurs professionnels d’une terminologie spécialisée qui leur soit utile dans la pratique quotidienne de leur métier, notamment pour faciliter les communications entre eux.

TABLEAU 4. NOTIONS LES PLUS FRÉQUENTES DANS LES GLOSSAIRES*

adaptation (8)

dérivation (5)

niveau de langue (9)

anaphore (9)

discours (7)

nominalisation (7)

animisme (5)

ellipse (7)

polysémie (6)

aspect (8)

emprunt (7)

procès (6)

calque (5)

équivalence (9)

référent (6)

chassé-croisé (7)

étoffement (9)

registre (5)

collocation (7)

faux ami(s) (11)

signe linguistique (6)

compensation (5)

générique (5)

situation (7)

concentration (5)

juxtaposition (5)

surtraduction (6)

connotation (9)

lacune (5)

syntagme (8)

contexte (10)

traduction littérale (5)

transposition (11)

déictique (10)

métaphore (6)

unité de traduction (10)

dénotation (7)

modulation (11)

TABLEAU 5. SOUS-ENSEMBLES DU MÉTALANGAGE DE L’ENSEIGNEMENT DE LA TRADUCTION

I. Termes relatifs aux faits de langue

1. Linguistique générale (collocation, déictique)

2. Linguistique différentielle (concentration, dilution)

3. Grammaire (adjectif de relation, charnière)

II. Termes relatifs au transfert interlinguistique

1. Plan théorique

  1. Processus cognitif (interprétation, déverbalisation)
  2. Types d’équivalences (correspondances, équivalences)

2. Plan comparatif

  1. Procédés de transfert (chassé-croisé, compensation)
  2. Stratégies de traduction (adaptation, traduction littérale)

c) Aspect qualitatif (fidélité, perte)

3. Plan rédactionnel

  1. Techniques de rédaction (concision, dépersonnalisation du message)
  2. Discours (cohérence, registre)
  3. Rhétorique (fausse question, métaphore)

III. Termes relatifs à la pédagogie

1. Notions générales (objectif d’apprentissage, corrigé)

2. Catégories d’erreurs

  1. Fautes de traduction (contresens, omission)
  2. Fautes de langue (répétition abusive, zeugme)

IV. Termes appartenant aux disciplines connexes

1. Documentation (aides à la traduction, dictionnaire de traduction)

2. Terminologie (banque de terminologie, langue de spécialité)

ANNEXE 2. TRADUCTION DIDACTIQUE ET TRADUCTION PROFESSIONNELLE : SIMILITUDES ET DIFFÉRENCES

SIMILITUDES

On apprend à dissocier les langues, à éviter les interférences.

On apprend à repérer les difficultés de traduction.

On apprend que la traduction ne s’exerce pas dans une subjectivité pure, mais qu’elle obéit à certaines règles.

On complète l’apprentissage de la traduction par l’acquisition de connaissances sur la culture, l’histoire, les institutions des langues acquises ou traduites.

On apprend à mettre en œuvre des stratégies, principes, règles ou procédés de traduction.

On applique aux textes à traduire la méthode de la réflexion logique et analytique.

On développe la souplesse dans le maniement du langage.

On traduit parfois des textes bien contextualisés (selon les exigences de la traduction professionnelle) et, en traduction professionnelle, on traduit parfois, en exercice, des phrases réelles, mais hors contexte (comme cela se pratique en traduction didactique).

On cherche à reproduire l’articulation d’une pensée dans un discours lorsqu’on traduit des textes entiers.

On utilise plus ou moins le même métalangage.

DIFFÉRENCES

Traduction didactique

Traduction professionnelle

Finalité de l’enseignement : acquisition de connaissances linguistiques (maîtrise d’une langue seconde).

Finalité de l’enseignement : acquisition d’une qualification, c’est-à-dire de la formation et des aptitudes d’un spécialiste.

Cours de traduction donnés par des professeurs de langues (anglicistes, hispanistes, germanistes, etc.).

Cours de traduction donnés soit par des professeurs de carrière (souvent d’anciens traducteurs), soit par des traducteurs de métier.

Aucune exigence concernant une profession en particulier.

Importance de préparer l’intégration à la profession de traducteur ou d’interprète.

Compétences à acquérir : linguistiques et culturelles (connaître la langue et la culture qui la sous-tend).

Compétences à acquérir : maniement du langage et compétences méthodologique,« disciplinaire », technique (voir les trois points suivants).

L’initiation à la traduction s’accompagne d’une initiation à l’utilisation des dictionnaires usuels : langue, traduction, anglicismes, argot, etc.

L’enseignement de la traduction professionnelle requiert une excellente connaissance des dictionnaires généraux et spécialisés, mais en plus une formation poussée en recherche documentaire. « Compétence méthodologique » (Roberts 1983 : 172).

Aucune compétence technique particulière n’est exigée des étudiants dans les cours de traduction, essentiellement axés sur l’acquisition de moyens d’expression.

Initiation à l’utilisation des aides à la traduction (logiciels de traduction assistée par ordinateur, concordanciers, dictionnaires informatisés, banques de terminologie, etc.) et des outils de bureautique (traitement de texte, conjugueurs, correcteurs orthographiques, machines à dicter, etc.) « Compétence technique » (Roberts 1983 : 173).

L’enseignement de la traduction didactique ne porte pas principalement sur les langues de spécialité.

Grande importance accordée aux langues de spécialité dans les cours de traduction technique, économique, juridique, informatique, médicale, etc. « Compétence disciplinaire » (Roberts 1983 : 172), c’est-à-dire de diverses disciplines.

Aucun cours de terminologie (discipline) ne figure dans les programmes de langue.

Les programmes de formation de traducteurs comportent généralement un cours de terminologie et un cours de recherche documentaire.

Choix de textes variés, généralement littéraires, afin d’illustrer une gamme étendue de difficultés de traduction (registres, genres, vocabulaires particuliers, etc.).

Choix de textes variés, généralement pragmatiques, afin d’illustrer une gamme étendue de difficultés de traduction et le genre de textes traduits en situation réelle de travail.

Stage d’immersion à l’étranger pour parfaire la connaissance de la langue seconde.

Stage en milieu de travail afin de parfaire la formation pratique et de faciliter l’intégration au marché du travail à la fin des études.

Acquisition d’un métalangage utile à l’analyse des phénomènes de traduction.

Acquisition d’un métalangage utile pour apprendre à traduire de façon professionnelle ET en vue d’employer plus tard ce métalangage dans l’exercice du métier.

La traduction didactique est essentiellement un moyen d’apprendre une langue, de contrôler la compréhension.

La traduction professionnelle est une fin en soi. C’est un acte de communication qui exige parfois la modification du TD pour satisfaire à des contraintes autres que linguistiques13.

L’approche adoptée est plutôt comparative.

L’approche est interprétative et communicative.

L’objet de l’enseignement est principalement la langue.

L’objet de l’enseignement est le discours et ses contraintes.

On peut traduire sans tout comprendre, car le but des exercices de traduction est en partie de vérifier la compréhension.

On ne traduit pas pour comprendre, mais pour faire comprendre. Il faut donc avoir une compréhension la plus parfaite possible du TD.

L’étudiant traduit pour le professeur, à la fois correcteur, destinataire et juge de la performance des étudiants14.

L’étudiant traduit pour un public ou un destinataire autre que le professeur, qui juge néanmoins de la qualité des traductions en fonction des paramètres de la situation de communication, de la nature des textes, de leur fonction, etc. (Ladmiral 1972)15.

Il est possible de traduire en exercice des textes « trafiqués » ou des phrases fabriquées, pour enrichir le vocabulaire, acquérir de nouvelles structures syntaxiques, etc. La traduction littérale est la stratégie de traduction préconisée. (Lederer 1994).

On traduit généralement des textes réels, des discours, c’est-à-dire des des textes ayant leurs propres critères de clôture (article de presse, rapport ministériel, communiqué, prospectus d'emballage de médicaments, instructions, directives, etc.).
Pratique de la traduction-interprétation par opposition à la traduction littérale.

Le sens des exercices de traduction est bidirectionnel : thème et version.

Normalement, la traduction se fait vers la langue dominante de l’étudiant.

Ce qui compte, dans les exercices de traduction, c’est le TA par rapport au TD, car il permet de juger l’étudiant qui apprend une langue seconde2.

Ce qui compte dans les exercices de traduction, c’est l’efficacité de la communication (textes pragmatiques) ou le respect des qualités littéraires d’une œuvre (textes littéraires).

La fidélité se définit essentiellement en fonction de l’adéquation entre le TD et le TA2.

La fidélité se définit en fonction d’une intention artistique ou d’un projet de réécriture particulier du traducteur (œuvre littéraire) ou, dans le cas des textes pragmatiques, des multiples paramètres de la communication.

La stratégie de traduction privilégiée est la traduction littérale1, 2, 3.

Les stratégies de traduction varient selon le genre et la fonction des textes à traduire. Le traducteur professionnel peut se permettre au besoin de modifier la formulation du TD pour satisfaire à certains impératifs de communication1.

Le TD est détourné de sa fonction première et de sa finalité. Il n’existe plus qu’en tant qu’instrument de formation, d’évaluation.

Le TD garde sa fonction première. Il continue d’exister en tant qu’œuvre littéraire ou texte pragmatique doté d’une fonction communicative précise.

L’exercice de traduction s’accompagne d’une analyse de la langue.

La traduction s’effectue essentiellement à partir d’une analyse du discours et des paramètres de la communication.

Sur le plan méthodologique, il est conseillé, dans une première étape, de décalquer l’original en en faisant un mot à mot servile16.

Le traducteur professionnel procède par interprétation du sens, déverbalisation et réexpression. Sa démarche est celle du processus cognitif normal de la compréhension17.

« Enseigner une langue c’est enseigner sa permanence ; […] enseigner les langues par le biais de la traduction c’est faire découvrir à travers les équivalences inédites les aspects insoupçonnés de l’emploi de la langue étrangère » (Seleskovitch 1983 : 99).

« […] enseigner la traduction c’est faire comprendre que la plupart des équivalences textuelles sont inédites » (Seleskovitch 1983 : 99).

« […] pratiquée à un degré avancé de connaissance linguistique, la traduction dans le vrai sens du terme peut servir au perfectionnement linguistique » (Seleskovitch 1983 : 101).

« On ne peut […] pas enseigner la traduction en enseignant les langues » (Seleskovitch 1983 : 101)18.

ANNEXE 3. MANUELS RENFERMANT UN GLOSSAIRE

Note 119
Note 220
Note 321
Note 422
Note 523
Note 624

ANNEXE 4. LISTE DES 88 MANUELS DE TRADUCTION (1952-1996)

1952

J.-P. VINAY (dir.), Traductions. Mélanges offerts en mémoire de Georges Panneton [C] [TPr]

1958

J.-P. VINAY et J. DARBELNET, Stylistique comparée du français et de l’anglais [C] [SC]

1965

R.L.G. RITCHIE et C.I. SIMONS, Essays in Translation from French [A] [TDi]

1965

J. REY, Recueil de versions et thèmes [F] [TDi]

1968

J.-P. VINAY et J. DARBELNET, Cahier d’exercices / Work Book n° 1. (Complément de la Stylistique comparée…) [C] [SC]

1968

L. BONNEROT et al., Chemins de la traduction [F] [TDi]

1968

C. BRUNETEAU et J.-M. LUCCIONI, Guide de la version anglaise [F] [TDi]

1969

J. MAILLOT, La Traduction scientifique et technique [F] [TPr]

1969

E. NIDA et C.R. TABER, The Theory and Practice of Translation [A] [TPr]

1970

M. CHARLOT et al., Guide du thème anglais [F] [TDi]

1970

G. HILY et al., Anglais : thèmes d’auteurs [F] [TDi]

1970

M.F. LÉCUYER et P. VIREY, Advanced Non-Literary Texts for Translation from and into French [A] [TDi]

1971

J.-P. MOUCHON, Cours gradué de thème anglais [F] [TDi]

1971

M. ARROUAYS, Thèmes classés par niveaux de langue (textes français du XXe siècle) [F] [TDi]

1971

A. CASTAGNA et al., Versions anglaises [F] [TDi]

1971

A. CULIOLI et al., Initiation à la version anglaise [F] [TDi]

1972

J.-P. VINAY et J. DARBELNET, Cahier d’exercices / Work Book n° 2. (Complément de la Stylistique comparée…) [C] [SC]

1972

I. DE BUISSERET, Guide du traducteur [C] [TPr]

1972

C. BRUNETEAU et J.-M. LUCCIONI, Nouveau Guide de la version anglaise [F] [TDi]

1973

F. FULLER, A Handbook for Translators [A] [TPr]

1974

D. GOUADEC, Comprendre et Traduire [F] [TDi]

1975

I. DE BUISSERET, Deux langues, six idiomes. (Réédition du Guide du traducteur) [C] [TDi]

1975

P. BACQUET et D. KEEN, Initiation au thème anglais [F] [TDi]

1977

P. A. HORGUELIN et J.-P. BÉNARD, Pratique de la traduction. Version générale (+ Corrigé) [C] [TDi]

1978

P. A. HORGUELIN, Pratique de la révision (+ Corrigé) [C] [TPr]

1978

G. VITALE et al., Guide de la traduction appliquée. Tome 1 : Version [C] [TPr]

1980

J. DELISLE, L’Analyse du discours comme méthode de traduction. (+ Livre du maître) [C] [TPr]

1980

B. HOSINGTON et P. A. HORGUELIN, A Practical Guide to Bilingual Revision [C] [TPr]

1980

G. VITALE et al., Guide de la traduction appliquée. Tome 2 : Thème [C] [TPr]

1980

M. BALLARD, La Traduction de l’anglais. Théorie et pratique. Exercices de morphosyntaxe [F] [TDi]

1981

A. DUFF, The Third Language. Recurrent Problems of Translation into English [A] [TPr]

1981

J. MAILLOT, La Traduction scientifique et technique (Réédition) [F] [TPr]

1982

M. CHARLOT et al., Pratique du thème anglais [F] [TDi]

1983

E. ASTINGTON, Equivalences. Translation Difficulties and Devices, French-English, English-French [A] [TDi]

1984

F. FULLER, The Translator’s Handbook. (Réédition de A Handbook for Translators) [A] [TPr]

1985

F. GRELLET, “The word against the word. Initiation à la version anglaise [F] [TDi]

1985

P. A. HORGUELIN, Pratique de la révision. (Réédition) [C] [TPr]

1985

Guide du réviseur, Bureau des traductions [C] [TPr]

1985

Revisor’s Handbook, Bureau des traductions [C] [TPr]

1986

C. TATILON, Traduire : pour une pédagogie de la traduction [C] [TPr]

1986

C. BÉDARD, La Traduction technique. Principes et pratique [C] [TPr]

1986

A. PETTON, La Version anglaise expliquée : technique et entraînement [F] [TDi]

1986

H. VAN HOOF, Précis pratique de traduction médicale [F] [TPr]

1987

M. BALLARD, La Traduction de l’anglais au français [F] [TDi]

1987

C. BÉDARD, Guide d’enseignement de la traduction technique (+ Solutions) [C] [TPr]

1987

H. CHUQUET et M. PAILLARD, Approche linguistique des problèmes de traduction [F] [TDi]

1988

P. FOURNIER, Language to Language. Beginning Translation [C] [TDi]

1988

P. NEWMARK, A Textbook of Translation [A] [TPr]

1988

M. BALLARD et al, Manuel de version anglaise [F] [TDi]

1989

J. DELISLE, Translation : An Interpretive Approach. (Traduction de L’Analyse du discours comme méthode de traduction) [C] [TPr]

1989

H. VAN HOOF, Traduire l’anglais. Théorie et pratique [F] [TPr]

1989

P. GUIVARC’H et C. FABRE, A Companion to Economic Translation [F] [TPr]

1989

A. DUFF, Translation [A] [TPr]

1989

L. POLLAK, La Traduction sans peur… et sans reproche. Cours d’initiation à la version [C] [TPr]

1989

P. LARUELLE, La Version anglaise [F] [TDi]

1990

G. HARDIN et C. PICOT, Translate : Initiation à la pratique de la traduction [F] [TDi]

1990

J. DEMANUELLI et C. DEMANUELLI, Lire et Traduire [F] [TDi]

1990

H. CHUQUET, Pratique de la traduction, anglais-français (+ Corrigé) [F] [TDi]

1990

V. WATSON RODGER, Apprendre à traduire. Cahier d’exercices pour l’apprentissage de la traduction français-anglais, anglais-français (+ Livre du maître) [C] [TDi]

1990

O. COHEN-STEINER et P. SOLAS, La Version journalistique anglaise : méthodologie et lexique. [F] [TPr]

1990

B. HATIM et I. MASON, Discourse and the Translator [A] [TPr]

1991

F. GRELLET, Apprendre à traduire. Typologie d’exercices de traduction [F] [TDi]

1991

F. GALLIX et M. WALSH, Pratique de la traduction. La presse économique : versions et thèmes anglais. [F] [TPr]

1991

F. GUSDORF et F. OGÉE, Recueil de versions anglaises [F] [TDi]

1991

K. JULIÉ et C. GRIMAL, Recueil de thèmes anglais [F] [TDi]

1992

C. ABRIOUX et al., English for Translation, French-English, English-French [F] [TDi]

1992

M. BALLARD, Le Commentaire de traduction anglaise [F] [TDi]

1992

M. DURAND et M. HARVEY, Méthode et pratique du thème anglais [F] [TDi]

1992

F. GRELLET, Initiation au thème anglais. The Mirrored Image [F] [TDi]

1992

S. HERVEY et I. HIGGINS, Thinking Translation. A Course in Translation Method : French to English. [A] [TDi]

1992

F. VRECK, A B C de la version anglaise [F] [TDi]

1993

J. DELISLE, La Traduction raisonnée (+ Livre du maître). [C] [TPr]

1993

A. JOLY et D. O’KELLY, Thèmes anglais : lexique et grammaire [F] [TDi]

1993

J.M. THOMSON, From & into English. An Introduction to Translating from & into English [F] [TDi]

1994

C. AYME, Version anglaise. Filière classique [F] [TDi]

1994

B J. ADAB, Annotated Texts for Translation, French-English [A] [TPr]

1994

M. BALLARD, La Traduction de l’anglais au français (Réédition) [F] [TDi]

1994

U. DUBOS, L’Explication grammaticale du thème anglais [F] [TDi]

1994

M. LEDERER, La Traduction aujourd’hui [F] [TPr]

1994

M. LOZES et J. LOZES, Version anglaise. Filière LEA [F] [TDi]

1994

M. ROULEAU, La Traduction médicale. Une approche méthodique (+ Corrigé) [C] [TPr]

1995

A.PETTON, Version anglaise : 27 textes traduits et commentés [F] [TDi]

1995

B. FERGUSSON, Thème anglais. Filière LEA [F] [TDi]

1995

M. WOOD, Thème anglais. Filière classique [F] [TDi]

1995

J.-P. VINAY et J. DARBELNET, Comparative Stylistics of French and English [C] [SC]

1996

I. PERRIN, L’Anglais : comment traduire ? [F] [TDi]

1996

B.J. ADAB, Annotated Texts for Translation, English-French [A] [TPr]

1996

F. GUSDORF et A. MANNING, Le Thème anglais : pratique de la traduction [F] [TDi]

ANNEXE 5. MANUELS DE TRADUCTION. Références complètes

ABRIOUX, C. et al. (1992), English for Translation, French-English, English-French, Paris, Éditions Belin, 253 p.

ADAB, B.J. (1994), Annotated Texts for Translation, French-English, Clevedon/Philadelphie/Adélaïde, Multilingual Matters, vi-292 p.

ADAB, B.J. (1996), Annotated Texts for Translation, English-French, Clevedon/Philadelphie/Adélaïde, Multilingual Matters, viii-344 p.

ARROUAYS, M. (1971), Thèmes classés par niveaux de langue (textes français du XXe siècle), Paris, Masson, 80 p.

ASTINGTON, E. (1983), Equivalences. Translation Difficulties and Devices, French-English, English-French, Cambridge, Cambridge University Press.

AYMÉ, C. (1994), Version anglaise. Filière classique, Paris, Presses Universitaires de France, xv-360 p.

BACQUET, P. et D. KEEN (1975), Initiation au thème anglais, Paris, Armand Colin, 269 p.

BALLARD, M. (1980), La Traduction de l’anglais. Théorie et pratique. Exercices de morphosyntaxe, Lille, Presses Universitaires de Lille, 185 p.

BALLARD, M. (1987), La Traduction de l’anglais au français, Paris, Nathan, 268 p.

BALLARD, M. (1992), Le Commentaire de traduction anglaise, Paris, Nathan, 127 p.

BALLARD, M. (1994), La Traduction de l’anglais au français, 2e édition, Paris, Nathan, 268 p.

BALLARD, M. et al. (1988), Manuel de version anglaise, Paris, Nathan, 175 p.

BÉDARD, C. (1986), La Traduction technique. Principes et pratique, Montréal, Linguatech, 254 p.

BÉDARD, C. (1987), Guide d’enseignement de la traduction technique, Montréal, Linguatech, 59 p. + 39 d’annexes.

BONNEROT, L. et al. (1968), Chemins de la traduction, Paris, Didier, viii-307 p.

BRUNETEAU, C. et J.-M. LUCCIONI (1968), Guide de la version anglaise, Paris, Armand Colin, 400 p.

BRUNETEAU, C. et J.-M. LUCCIONI (1972), Nouveau Guide de la version anglaise, Paris, Armand Colin, 416 p.

BUISSERET, I. de (1972), Guide du traducteur, Ottawa, Association des traducteurs de l’Ontario, 448 p.

BUISSERET, I. de (1975), Deux langues, sixidiomes, Ottawa, Carlton-Green, 480 p. (Réédition du Guide du traducteur, 1972.)

CASTAGNA, A. et al. (1971), Versions anglaises, coll. « Hachette Université », Paris, Hachette, viii-135 p.

CHARLOT, M. (1970), Guide du thème anglais, Paris, Armand Colin, 311 p.

CHARLOT, M. et al. (1982), Pratique du thème anglais, Paris, Armand Colin, 191 p.

CHUQUET, H. (1990), Pratique de la traduction, anglais-français, Paris, Ophrys, 170 p.

CHUQUET, H. et M. PAILLARD (1987), Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris, Ophrys, 451 p.

COHEN-STEINER, O. et P. SOULAS (1990), La Version journalistique anglaise : méthodologie et lexique, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 197 p.

CULIOLI, C. et al. (1971), Initiation à la version anglaise, Paris, Armand Colin, 413 p.

DELISLE, J. (1980), L’Analyse du discours comme méthode de traduction, coll. « Cahiers de traductologie », n° 2, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 282 p.

DELISLE, J. (1989), Translation : An Interpretive Approach, coll. « Cahiers de traductologie », n° 8, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, ix-125 p. (Traduction de L’Analyse du discours comme méthode de traduction.)

DELISLE, J. (1993), La Traduction raisonnée, coll. « Pédagogie de la traduction », n° 1, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 484 p.

DEMANUELLI, J. et C. DEMANUELLI (1990), Lire et Traduire, Paris, Masson, 241 p.

DUBOS, U. (1994), L’Explication grammaticale du thème anglais, Paris, Nathan, 266 p.

DUFF, A. (1981), The Third Language. Recurrent Problems of Translation into English, Oxford/Toronto, Pergamon Press, xiii-138 p.

DUFF, A. (1989), Translation, Oxford, Oxford University Press, 160 p.

DURAND, M. et M. HARVEY (1992), Méthode et Pratique du thème anglais, Paris, Dunod, x-261 p.

FERGUSSON, B. (1995), Thème anglais. Filière LEA, Paris, Presses Universitaires de France, xiv-364 p.

FOURNIER, P. (1988), Language to Language. Beginning Translation, Montréal, Sodilis, ix-118 p.

FULLER, F. (1973), A Handbook for Translators, Gerrards Cross (Angleterre), C. Smythe, 66 p.

FULLER, F. (1984), The Translator’s Handbook, University Park, Pennsylvania State University, 159 p. (Réédition de A Handbook for Translators, 1973.)

GALLIX, F. et M. WALSH (1991), Pratique de la traduction. La Presse économique : versions et thèmes anglais, coll. « Travaux dirigés d’anglais », Paris, Hachette, 160 p.

GOUADEC, D. (1974), Comprendre et Traduire, Paris, Bordas, 160 p.

GRELLET, F. (1985), « The word against the word ». Initiation à la version anglaise, Paris, Hachette, 287 p.

GRELLET, F. (1991), Apprendre à traduire. Typologie d’exercices de traduction, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 217 p.

GRELLET, F. (1992), Initiation au thème anglais. The Mirrored Image, Paris, Hachette Supérieur, 222 p.

Guide du réviseur (1985), Ottawa, Bureau des traductions, pagination discontinue, 14 annexes. (Document interne.)

GUIVARC’H, P. et C. FABRE (1989), A Companion to Economic Translation, Paris, Masson, 256 p.

GUSDORF, F. et F. OGÉE (1991), Recueil de versions anglaises, Paris, Hachette Supérieur, 159 p.

GUSDORF, F. et A. MANNING (1996), Le Thème anglais : pratique de la traduction, Paris, Ellipses-Marketing, 159 p.

HARDIN, G. et C. PICOT (1990), Translate : initiation à la pratique de la traduction, Paris, Dunod, vi-165 p.

HATIM, B. et I. MASON (1990), Discourse and the Translator, Londres/New York, Longman, xiv-258 p.

HERVEY, S. et I. HIGGINS (1992), Thinking Translation. A Course in Translation Method : French to English, Londres/New York, Routledge, x-261 p.

HILY, G. et al. (1970), Anglais : thèmes d’auteurs, coll. « Hachette Université », Paris, Hachette.

HORGUELIN, P. A. (1978), Pratique de la révision, Montréal, Linguatech, iii-189 p.

HORGUELIN, P. A. (1985), Pratique de la révision, Montréal, Linguatech, 195 p. (Réédition.)

HORGUELIN, P. A. et J.-P. BÉNARD (1975), Pratique de la traduction. Version générale, Montréal, Linguatech, iii-141 p.

HOSINGTON, B. et P. A. HORGUELIN (1980), A Practical Guide to Bilingual Revision, Montréal, Linguatech, 198 p.

JOLY, A. et D. O’KELLY (1993), Thèmes anglais : lexique et grammaire, Paris, Nathan, 254 p.

JULIÉ, K. et C. GRIMAL (1991), Recueil de thèmes anglais, Paris, Hachette Supérieur, 159 p.

LARUELLE, P. (1989), La Version anglaise, coll. « Ellipses », Paris, Éditions Marketing, 238 p.

LÉCUYER, M.F. et P. VIREY (1970), Advanced Non-Literary Texts for Translation from and into French, Londres, George G. Harrap, 175 p.

LEDERER, M. (1994), La Traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, coll. « F/Références », Paris, Hachette, 224 p.

LOZES, M. et J. LOZES (1994), Version anglaise. Filière LEA, Paris, Presses Universitaires de France, 209 p.

MAILLOT, J. (1969), La Traduction scientifique et technique, Paris, Eyrolles, 233 p.

MAILLOT, J. (1981), La Traduction scientifique et technique, 2e édition, Paris/Saint-Hyacinthe, Technique et documentation/Edisem, xiii-264 p.

MOUCHON, J.-P. (1971), Cours gradué de thème anglais, Paris, Ophrys, 138 p.

NEWMARK, P. (1988), A Textbook of Translation, New York, Prentice-Hall, xii-292 p.

NIDA, E. et C.R. TABER (1969), The Theory and Practice of Translation, Leiden, E.J. Brill, viii-220 p.

PERRIN, I. (1996), L’Anglais : comment traduire ?, coll. « Les Fondamentaux », n° 64, Paris, Hachette, 159 p.

PETTON, A. (1986), La Version anglaise expliquée : technique et entraînement, Paris, C.D.U.- Sedes, 1986,176 p.

PETTON, A. (1995), Version anglaise : 27 textes traduits et commentés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 249 p.

POLLAK, L. (1989), La Traduction sans peur… et sans reproche. Cours d’initiation à la version, Montréal, Guérin Éditeur, 186 p.

Revisor’s Handbook (1985), Ottawa, Bureau des traductions, pagination discontinue, 13 annexes. (Document interne.)

REY, J. (1965), Recueil de versions et thèmes, coll. « Méthode et travail », Paris, Ophrys, 149 p.

RITCHIE, R.L.G. et C.I. SIMONS (1965), Essays in Translation from French (c1941), nouvelle édition, Cambridge, Cambridge University Press, 405 p.

ROULEAU, M. (1994), La Traduction médicale. Une approche méthodique, Brassard, Linguatech, xv-326 p.

TATILON, C. (1986), Traduire : pour une pédagogie de la traduction, coll. « Traduire, Écrire, Lire », Toronto, Éditions du GREF, xiii-177 p.

THOMSON, J.M. (1993), From & into English. An Introduction to Translating from & into English, Paris, Dunod, xv-186 p.

VAN HOOF, H. (1986), Précis pratique de traduction médicale, Paris, Maloine, 309 p.

VAN HOOF, H. (1989), Traduire l’anglais. Théorie et pratique, Louvain-la-Neuve, Duculot, 215 p.

VINAY, J.-P. (dir.) (1952), Traductions. Mélanges offerts en mémoire de Georges Panneton, Montréal, Institut de traduction, 179 p.

VINAY, J.-P. et J. DARBELNET (1958), Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris/Montréal, Didier/Beauchemin, 331 p.

VINAY, J.-P. et J. DARBELNET (1968), Cahier d’exercices / Work Book n° 1, Ottawa, Beauchemin, 97 p. (Complément de la Stylistique comparée…)

VINAY, J.-P. et J. DARBELNET (1972), Cahier d’exercices / Work Book n° 2, Montréal, Beauchemin, 102 p. (Complément de la Stylistique comparée…)

VINAY, J.-P. et J. DARBELNET (1995), Comparative Stylistics of French and English, traduction de J.C. Sager et M.-J. Hamel, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, xx-358 p. (Traduction de la Stylistique comparée…)

VITALE, G. et al. (1978), Guide de la traduction appliquée. Tome 1 : Version, Paris/Montréal, Librairie Vuibert/Presses de l’Université du Québec, xvi-397 p.

VITALE, G. et al. (1980), Guide de la traduction appliquée. Tome 2 : Thème, Québec, Presses de l’Université du Québec, xvii-439 p.

VRECK, F. (1992), A B C de la version anglaise, coll. « Longman Université », Paris, Longman France, 252 p.

WATSON RODGER, V. (1990), Apprendre à traduire. Cahier d’exercices pour l’apprentissage de la traduction français-anglais, anglais-français, Toronto, Canadian Scholars’ Press, xiv-226 p.

WOOD, M. (1995), Thème anglais. Filière classique, coll. « Premier Cycle », Paris, Presses Universitaires de France, 346 p.

ANNEXE 6. MÉTALANGAGE DE L’ENSEIGNEMENT DE LA TRADUCTION, TEL QU’IL RESSORT DES GLOSSAIRES DE 16 MANUELS ET DU GLOSSAIRE ANALYTIQUE DE JEAN ET CLAUDE DEMANUELLI

Remarques préliminaires

1. Pour procéder au dénombrement des notions (et non des termes), il a fallu ramener à une les occurrences multiples, regrouper les synonymes, soit dans une même langue (entropie/perte ; recurrence/reiteration), soit entre les deux langues en présence (reformulation/rewording ; dilution/expansion) et tenir compte également des variantes (incongruence/non-congruence). Ainsi, une même notion n’a pas été comptée deux fois.

2. Les termes des quatre glossaires anglais sont indiqués en italique.

3. Les synonymes dans une même langue sont donnés entre parenthèses. Exemples : group (phrase) ; oxymore (oxymoron).

4. Les termes anglais correspondant à un terme français sont indiqués entre crochets. Exemples : acronyme [acronym] ; faux ami(s) [false friend, deceptive cognate].

5. Les inversions ont été supprimées. Exemples : les entrées « présentation, tour de » ou « réel, plan du » sont listées ici sous leur forme syntagmatique normale « tour de présentation », « plan du réel ».

LISTE DES NOTIONS

abréviation

abstract

abstract noun

accent

accent emphatique

acception

accompli

acinèse

acronyme [acronym]

action

active language

active voice

actual

actualisateur

actualisation

actualiser

actuel

adaptation [adaptation]

addition

adéquation

adjacency pairs

adjectif de relation

adjectif qualificatif

adjectival clause (relative clause)

adjectival noun

adjectivation

adjective

adverbe [adverb]

affectif

affix

affixation

affranchissement des structures

agencement syntaxique

agent

agrammaticalité

aides à la traduction

aire sémantique (champ sémantique)
[semantic area]

aire synonymique

ajout

allitération

allusion

ambiguïté [ambiguity]

ambivalent [ambivalent]

amplification

anachronisme

anacoluthon

analysis

analytical expression
(descriptive substitute)

analytique

anaphore [anaphora]

anglicisme

animé [animate]

animisme [animism]

anonymous text

antéposition

antonym

aplatissement

appel de note

apposition [apposition]

appréhension du sens

appréhension visuelle

appropriateness

archaïsme [archaism]

archilexème

argot [slang]

argument

argumentation

article

articulation

artificial language

aspect [aspect]

associations mémorielles

associations syntagmatiques

assumed familiarity

attaque

attitude

attribut

aural

authoritative statement

authoritative text

autonymie

autorévision

auxiliaire modal

babélisme

background, to

back-transformation

back-translation test

bagage cognitif

banque de terminologie

barbarisme

bas de casse

belles infidèles

blend (“portmanteau word)

cacophonie

calque

canadianisme

capitale

caractérisation

case-gap

case-partner

casual level

cataphorique [cataphoric]

category

causative

central meaning (unmarked meaning)

champ sémantique

channel

channel capacity

charabia

charnière [junction]

charnière de rappel

charnière de terminaison

charnière de traitement

chassé-croisé [cross-transposition]

chassé-croisé elliptique

chiasmus

chosocentricité

circonlocution

classe [class]

classification

classifier

clause

cliché

clivée

Cloze technique

c.o.d. (complément d’objet direct)

CO de départ (complément de rang zéro)

cognitif

cohérence [coherence]

cohésion

collocation [collocation]

comment

comment language

common component

communication

communication load

communicative dimension

communicative dynamism

communicative translation

commutability of signs

commutation

commutation de déterminants

comparaison [simile]

compatibilité

compatible

compensation [compensation]

complement

complément circonstanciel

complément de contexte

complément de nom

complément d’objet

compléments cognitifs

complex structure

component (constituent part)

componential analysis

composition

compréhension

comptable

concaténation

concentration [compression, synthetic redistribution]

conceptual exposition

conceptualisation

concision

concordance

congruence

conjonction de coordination

conjonction de subordination

conjunction

connaissances pour comprendre

connecteur [connective]

connotation [connotation, connotative meaning]

construction

consumer language (passive language)

contamination

contemporary usage

contexte [context]

contexte cognitif [cognitive environment]

contexte verbal [co-text, semotactic context]

contextual conditioning

contextual consistency

continu

contrainte matérielle

contraire négativé

contratextuality

contresens

conventions de l’écriture

convergence

conversation analysis

conversion

cooccurrence

cooccurrent

cooperative principle

coordination [coordination]

copula (equative, equational verb)

coquille

co-reference

correspondance(s)

correspondant

corrigé

countable

counter-argument

coupure

création discursive

cultural codes

cultural context

cultural equivalent

cultural focus

cultural translation

culture

currency

décalage

décodage [decoding]

découpage

definite article

déictique [deictic word, deixis]

délestage sémantique

deletion

démarche, tendance de la langue

démarche elliptique

démarche interprétative

démontage

dénominatif

dénotation [denotation, denotative meaning, referential meaning]

dependent clause

dépersonnalisation du message

dépouillement

dérivation [derivation]

dérivation régressive

dérive des compléments

déroulement

désactualisation

désambiguïsation

descripteur

descriptif

description

destinataire

déterminant [determiner]

déterminant génitif

déterminé

développement

déverbalisation

diagnostic component (contrastive, distinctive, essential component)

dialecte [dialect]

dictionary word

dictionnaire

dilution [expansion, analytical redistribution]

direct discourse

direct object

discontinu

discours [discourse]

disjonction exclusive

dislocation

dissonance

ditransitive

divergence

division

documentation

domain

doublet

dynamic equivalence

écart

écho

éclairage

économie

écrasement

écriture

effacement

effectiveness

effet stylistique [special effect]

efficiency

élision

ellipse [ellipsis]

empan

emprunt

empty verb

énallage

encodage [encoding]

encyclopédique

endocentric expression

énoncé

énoncé fermé

énoncé ouvert

énonciation

entities

epistolary formula

épithète

éponyme [eponym]

équivalence [equivalence]

équivalent

équivoque

esoteric language

espèces grammaticales

étoffement

étymologie

euphémisme [euphemism]

euphonie

evaluation

event

exclusive first person plural

exegesis

exocentric expression

expansion

explication de texte

explicitation

explicite [explicit]

exposition

expressionnisme

expressive

extension

extra-subjectif

extratextuel

faithful (accurate, correct)

famille de mots

fausse question [rhetorical question]

fausses abstractions

fausses précisions

faute

faute de langue

faute de traduction

faux terme technique

faux ami(s) [false friend, deceptive cognate]

faux compraratif

faux sens

felicity conditions

fiche terminologique

fidélité

figurative

figure de style

flashback

fléchage

floating pronoun

focus

foreground, to (highlight, to)

form

formal correspondance

formal equivalence

formal level

formation lexicale

formel

franglais

fréquence

functional sentence perspective

functional translation

gain

gallicisme

généralisation

general word

générique [generic, superordinate]

génie de la langue [genius of a language]

genitive construction

genre (genre)

gérondif

glissement

glose

glossaire

glottochronology

goal

graeco-latinism

grammaire [grammar]

grammaticalisation

grammatical word (functional word)

graphie

groupe nominal [noun group, noun phrase]

groupe prépositionnel [prepositional phrase]

groupe syntaxique

groupe verbal [verb phrase]

guillemets

harmonization

hearer meaning

heaviness

hiatus

homographe(s)

homonyme(s) [homonym]

homophone(s)

honorific

house-on-the-hill construction

house-style (format)

hybridization

hypallage

hyperonyme

hypertheme

hypertraduction

hyponyme

hypotaxe [hypotaxis]

iceberg

ideophone

idiolecte [idiolect]

idiomatique [idiomatic]

idiome [idiom]

idiotisme

illocutionary

imperative function of language

imperfectif

implicature

implicitation

implicite [implicit]

impressionnisme

impropriété

inanimé [inanimate]

inchoatif (aspect)

incise

inclusion

inclusive first person plural

incongruence (non-congruence)

incrémentialisation

indefinite article

independent clause

indice

indirect discourse

indirect object

inference

infix

information

informative

informativity

infrapaginal

initiator

instruction

intégration

intelligibility (comprehensibility)

intensifiers

intentionality

interaction

interférence [interference]

internationalism

interpretant

interprétation

interpréter

interrévision

intertextuality

intertitre

intimate level

intransitive verb

intra-subjectif

intratextuel

inversion [inversion]

isotopie

italique

itératif (aspect)

jargon [jargon]

joncteur

juxtaposition

kernel

lacune [no-equivalent word]

langage

langue [natural language]

langue d’arrivée [target language, receptor language]

langue de départ [source language]

langue de spécialité

lexical

lexicalisation

lexicalisé

lexicographique

lexique [lexis]

ligature

linguistic context

linguistique différentielle

lisibilité

literary genre

literary language

littéral [literal]

littéralité [literalness]

locuteur

locution

locution adverbiale

locutionary

logical relation

macro-text processing (top-down)

majuscules

managing

maniement du langage

marge

marginal note

marque

marqué [marked]

marqueur [marker]

mass

maxims

meaning potential (potentiall)

mediation

mélioratif

message [message]

métalangage [metalanguage]

métalinguistique

métaphore [metaphor]

métonymie

microglossaire

micro-text processing (bottom-up)

mise en relief

misinterpretation

modal

modalisation

modalité

mode

modulation [modulation]

monitoring

monoréférentialité

monosémique

morpheme

morphology

mot

mot à mot

mot image

motivation (motivatedness)

mot juste

mot-outil

mot signe

mot-valise

multilingue

myth

narration

narrative

natural

négativation du discours

negative

néologisme [neologism]

niveau d’analyse

niveau de langue [language level, situational level(s)]

noise

nomenclature

nominal

nominalisation [nominalization]

non comptable

non-marqué [unmarked]

non-sens

normatif

norme

note du traducteur

notion

notion didactique

notionnel

noun compound

nuance

object

objectif d’apprentissage

objectif général

objectif spécifique

objective

oblique

occurrence

omission

one-to-one

opposition des termes

option

oralisation

oral literature

ordinary level

ordre canonique

ordre des mots [word order]

orthographe

overlapping

oxymore (oxymoron)

paradigmatique [paradigmatic]

paragraphe

parallel

parallelism

paramètres discursifs

paraphrase [paraphrase]

paratactic

parataxe [parataxis]

parcours

parfait

parole

paronyme(s)

participe présent

participial phrase

particularisation

particule [particle]

parties du discours

passage

passivation

pauvreté prépositive

perfectif

performative

périlinguistique civilisationnelle

périphrase

perlocutionary

perluète

permutation [permutation]

personnification

perte (entropie)

pertinence (trait pertinent)

phaticism

phatic language

phonology

phrase

pivot

plage sémantique

plan de l’entendement

plan du réel

plausibilité

play on words

pléonasme [pleonasm, pleonastic expression]

poetic language

polar contrast

polysémie

polysémique

ponctuation

positive

possessive construction

postposition

pragmatic dimension

pragmatique [pragmatic]

prédicat [predicate]

predicate, to

prefix

pre-noun

préposition [preposition]

prescriptif

présupposé extradiscursif

pre-text

primary element

principal clause

principe de traduction

prise à partie

procédé de traduction (de transfert)

procès [process]

process event

processus cognitif

producer event

product

pro-forms

proper noun

proposition principale

proposition subordonnée

prosodie

question tags

rapprochement

recatégorisation

receptor

récit

réécriture

recurrence (reiteration)

redondance [redundancy]

réduction

référent [referent]

référentiel

reformulation

régionalisme

registre [register]

règle de traduction

relation (relational, relationship)

relation hypero-hyponymique

relation prédicative

relative pronoun

relevance

remémoration

rendu [rendering]

repérage

répertoire

répétition

report

repositionnement d’un complément

resonance

response

restricted register

restructuration

restructure, to

retraduction

rétrotraduction

réversibilité partielle

révision

rheme

rhetorical purpose

rhétorique [rhetorical]

romance languages

rythme

sabir

sacredtext

saliency

Sapir/Whorf hypothesis

secondary element

semantic space

sémantique [semantics]

sème

semiotic dimension

sens

sensibilité linguistique

sens figuré

sens propre

sentence

sequence of tenses

servitude

set

setting

sigle

signe linguistique [sign]

signifiant

signification

signification pertinente

signifié

situation [context of situation]

situation-image

sociolecte

solécisme

soulignement

sound symbolism

sources d’équivalences

sous-traduction [under-translation]

spatial relations

speaker meaning

spécialisation fonctionnelle

spécifique [specific, subordinate meaning]

speech acts

status

structure [structure]

structure de surface [surface structure]

structure ordinale

structure profonde

structure résultative

structure segmentée (construction segmentée)

style

stylistique [stylistic]

stylistique comparée

subject (topic)

subjective

subjectivisme

subordinate clause

subordination [subordination]

substandard language

substantif verbal

substantivite

substitution

sub-text

suffix

supplementary component

surcharge sémantique

surtraduction [over-translation]

symbol

synecdoque

synonyme [synonym]

synonymie

syntactic context

syntagmatique [syntagmatic]

syntagme

syntaxe [syntax]

systemic functional model

taboo

tautologie [tautology]

taxonomy (hierarchy)

technical level

technical term

technicité

technique de traduction

techniques de rédaction

technolecte [field]

temporal relations

tenor

tense

terme

terme d’identification

terminologie

tertiary element

text act

texte [text]

texte pragmatique

text linguistics

text-presented knowledge

text-type focus

textual indices

texture

thematic progression

thématisation [thematisation]

theme

through-argument

tilde

tonalité

tour de présentation

tournure

traduction [translation]

traduction commentée

traduction interprétative

traduction libre

traduction littérale

traduction mot à mot

traduction oblique

traductologie

trait sémantique

transaction

transcodage (traduction linguistique)
[linguistic translation]

transfert [transfer, transference]

transformation (forward transformation)

transform, to

transformational grammar

transition (transitional features)

transitive

transitivité

translationese (translatorese)

transparence

transparent

transposition [transposition, shift]

troncation

tronc commun

typographie

underlife

unfindable word

unité de sens

unité de traduction [unit of translation]

univocité

usage [usage]

use

user

valeur

variante

variante d’abrègement

vectoriel

véhicule

verb

verbal adjective

verbal consistency (verbal concordance)

verbalisation

verbe d’aboutissement

verbe de progression

verb-noun

version

viabilité

virtuel

visée

vocable

vocabulaire

volume sonore

vouloir-dire

vulgar language (vulgarism)

word trap

world knowledge (shared assumptions)

zeugme (zeugma)

Notes

1 La traduction professionnelle [TPr] s’enseigne normalement à l’université, tout comme la traduction didactique [TDi], aussi appelée « traduction scolaire », « traduction universitaire » ou « traduction pédagogique ». D’où le risque de confondre ces deux enseignements, surtout si l’on désigne le second par l’expression « traduction universitaire ». Il y a donc lieu de rappeler que la « traduction universitaire » s’applique uniquement à la traduction pratiquée en didactique des langues. L’annexe 2 expose les similitudes et les différences entre ces deux formations qui présentent un certain nombre de recoupements. Voir aussi les notes 1 et 2 de cette même annexe.

2 The Theory and Practice of Translation avait été précédé en 1964 par la publication de Toward a Science of Translating (Leiden, E.J. Brill), dont l’auteur est Eugene A. Nida.

3 Parmi les initiatives d’envergure internationale en ce domaine, citons également le projet paneuropéen POSI (Praxisorientierte Studieninhalte) qui s’inscrit dans le cadre des travaux de la plateforme européenne visant à harmoniser les pratiques professionnelles en Europe. Le projet interuniversitaire POSI se veut un forum de discussions sur l’augmentation du contenu pratique des programmes de formation de traducteurs en Europe. On souhaite pouvoir définir le profil idéal des traducteurs et interprètes qui sortiront des établissements de formation.

4 L’auteur définit une cinquantaine de termes généraux appartenant aussi bien à la linguistique différentielle qu’à la théorie de la traduction, termes puisés chez divers théoriciens, dont Bausch, Catford, Mounin, Newmark, Toury, Wilss, Nida et Reiss. Exemples de termes définis : analyse componentielle, typologie des erreurs, invariant, recréation (poétique), test, traduction grammaticale, traduisibilité, transposition, traduction mot à mot.

5 L’auteur procède à l’analyse de la signification des mots meaning et « sens » chez plusieurs traductologues.

6 « Le présent glossaire regroupe les principaux termes utilisés dans la théorie interprétative de la traduction et de l’interprétation élaborée par Danica Seleskovitch et l’équipe de recherches de l’ESIT à l’Université Paris III/Sorbonne Nouvelle. Il vise à préciser certaines notions fondamentales à l’intention des chercheurs qui s’intéressent à cette théorie » (Cormier 1985 : 353).

7 Un principe cardinal de la pédagogie exige de tout rédacteur de manuel qu’il délimite bien son public cible et produise un instrument pédagogique correspondant aux besoins réels de formation de ce public, tout en tenant compte de son niveau d’apprentissage.

8 La note 4 de l’annexe 3 renferme une définition des termes « glossaire » et « index ».

9 Mona Baker formule une opinion identique dans In Other Words : « […] if translation is ever to become a profession in the full sense of the word, translators will need something other than the current mixture of intuition and practice to enable them to reflect on what they do and how they do it. They will need, above all, to acquire a sound knowledge of the raw material with which they work : […] » (Baker 1992 : 4).

10 « Every respectable profession (or every profession which wants tobe recognized as such) therefore attempts to provide its members with systematic training in the field » (Baker 1992 : 1).

11 Pierre Lerat préfère à cette dénomination celle de « langue spécialisée », car celle-ci, selon lui, présente l’avantage de « renvoyer au système linguistique pour l’expression et aux professions pour les savoirs » (Lerat 1995 : 12). Une langue de spécialité (ou spécialisée) ne se réduit pas à une terminologie. Elle comporte aussi des termes fonctionnels et des particularités syntaxiques et grammaticales. Pierre Lerat définit une langue spécialisée « comme l’usage d’une langue naturelle pour rendre compte techniquement de connaissances spécialisées » (ibid. : 21).

12 Les mots conceptualization et classification ne figurent pas dans la définition originale de 1980 et apportent des précisions importantes. Par ailleurs, Pierre Lerat reproche à cette définition son caractère trop étroit. Elle exclut, selon lui, les textes à l’usage des non-spécialistes et creuse « un fossé artificiel entre les moyens d’expression des experts et ceux de l’usager (client, justiciable, citoyen, consommateur, lecteur, téléspectateur » (Lerat 1995 :20). Bien que cette objection soit valable, il reste que la définition (révisée) de Sager, Dungworth et McDonald est plus complète et moins tautologique que celle de Pierre Lerat (voir la note 11).

13 Mary Wood écrit dans l’introduction de son manuel Thème anglais. Filière classique : « Le traducteur professionnel peut se permettre de modifier le message originel, s’il le juge nécessaire, mais la traduction universitaire française impose une rigueur plus grande » (Wood 1995 : xiii).

14 « Les objectifs de la traduction universitaire et des autres types de traduction sont fondamentalement différents. Les autres traductions donnent à leur public l’accès à un texte écrit dans une langue étrangère inconnue. Ce qui compte, c’est le texte d’arrivée en tant que tel, dans la mesure où il permet au lecteur de juger le contenu du texte de départ. La traduction universitaire, elle, a pour seul objectif de permettre au “public” (ici, l’enseignant, le correcteur) d’analyser l’opération de traduction elle-même. Ce qui compte alors, c’est le texte d’arrivée par rapport au texte de départ, dans la mesure où il permet au lecteur de juger le traducteur. En d’autres termes, le résultat d’une traduction universitaire n’a d’importance que parce qu’il permet en retour, comme par effet de miroir, d’évaluer l’étudiant traducteur » (Perrin 1996 : 11).
Au XVIIIe siècle, Nicolas Beauzée avait établi la même distinction entre traduction didactique et traduction professionnelle dans l’article qu’il rédigea pour l’Encyclopédie et en des termes assez comparables à ceux qu’emploie Isabelle Perrin : « Il me semble que la version est plus littérale, plus attachée aux procédés propres de la langue originale, et plus asservie dans ses moyens aux vues de la construction analytique ; et que la traduction est plus occupée du fond des pensées, plus attentive à les présenter sous la forme qui peut leur convenir dans la langue nouvelle, et plus assujettie dans ses expressions aux tours et aux idiotismes de cette langue » (cité par D’hulst 1990 : 42-43). Si l’on adhère à la définition du thème et de la version proposée par Beauzée et Perrin, la fidélité en traduction didactique se définit principalement selon l’adéquation entre le texte de départ et le texte d’arrivée.

15 « Dans les exercices de thème et de version, la consigne est double : 1) traduisez ce texte ; 2) traduisez-le comme il faut. Et cette seconde consigne se subdivise à son tour en deux autres consignes : a) traduisez-le comme le texte original ; b) conformément à la langue-cible. […] Mais il y a en fait plus de deux paramètres à prendre en considération dès qu’il s’agit de traduction proprement dite » (Ladmiral 1972 : 29).

16 La première étape de la méthode proposée par Isabelle Perrin et d’autres auteurs de manuels de version et de thème consiste « à faire un premier jet aussi “basique” que possible. On pourrait presque qualifier ce mot à mot de “décalquage de l’original”, car il en respectera scrupuleusement les structures et la formulation, quitte à être illisible dans la langue d’arrivée. Le véritable travail de révision stylistique viendra plus tard. Comme l’indique l’appellation “mot à mot”, il s’agit à ce stade de se comporter en simple machine à traduire, aussi fidèle et minutieuse que peu créative » (Perrin 1996 : 88).

17 «As Newmark states, this process [word for word translation], if used, should be seen as a pretranslation process; in our opinion it may be helpful where the ST syntax is especially complex with deviations from the SL norms of style, but for would-be professional translators this process ought to operate on an automatic level, with no need for a written version, as a kind of initial conversion. It should certainly not be necessary to adopt this method for a whole text» (Adab 1996 : 14-15).

18 Cette même idée se retrouve chez Edmond Cary qui la formule différemment : « L’enseignement [des langues] se sert de la traduction, il ne la sert pas » (Cary 1956 : 167).

19 Tous les auteurs ne font pas figurer dans leur glossaire les termes qu’ils définissent dans le corps de leur ouvrage. Par ailleurs, plusieurs termes différents peuvent renvoyer à une même notion. Certains auteurs n’incluent pas de glossaire dans leur manuel, mais dressent un index des termes faisant l’objet d’une définition plus ou moins élaborée dans l’ouvrage. Ainsi, l’« Index terminologique et lexical » de Chuquet et Paillard (1987) renvoie à une quarantaine de définitions. Les auteurs empruntent une bonne partie de leur terminologie à Vinay et Darbelnet (1958), à Guillemin-Flescher (1981) et à la théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli (Chuquet et Paillard 1987). De même, l’« Index » de Ballard (1992) renvoie à une vingtaine de définitions. Du même auteur, La Traduction de l’anglais au français (Ballard 1987) renferme aussi un « Index ».

20 La version anglaise (1995) compte 106 termes. Seule la version originale de cet ouvrage fondamental a été retenue aux fins de la présente étude.

21 La première édition de ce manuel est parue en 1978, son adaptation anglaise, en 1980. Seule la réédition française de 1985 a été retenue.

22 Il ne s’agit pas à proprement parler d’un « index », comme ceux de Chuquet et Paillard (1987) ou de Ballard (1992), mais d’un véritable « vocabulaire » composé d’entrées, de définitions, de renvois, de synonymes, d’antonymes et de nombreux exemples. « INDEX : Liste alphabétique des termes tirés d’un répertoire et assortis d’une référence permettant leur repérage » ; « GLOSSAIRE : Répertoire qui définit ou explique des termes anciens, rares ou mal connus » (Boutin-Quesnel et al. 1985 : 30).

23 Jean Demanuelli et Claude Demanuelli (1995), La Traduction : mode d’emploi. Glossaire analytique, coll. « Langue et civilisation anglo-américaines », Paris, Masson.

24 Le glossaire analytique de La Traduction : mode d’emploi (1995) reprend 59 des 72 termes déjà définis dans le manuel Lire et Traduire (1990) des mêmes auteurs. J’ai considéré ces deux glossaires comme n’en formant qu’un seul et déduit ces 59 termes des 156 du glossaire pour ne pas les compter deux fois. Les 13 termes du manuel non inclus dans le glossaire analytique sont les suivants : archilexème, cataphorique, contamination, décalage, dialecte, effet de sens, extratextuel, fléchage, inchoatif, intratextuel, isotopie, rewording et troncation.

Notes de fin

* Seulement 12 de ces 38 termes figurent dans le Dictionary of Translation Studies.

La référence complète de chacun des manuels énumérés ci-dessous figure à l’annexe 5.

Table des illustrations

Légende [A] = Angleterre ; [C] = Canada ; [F] = France
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Note 119Note 220Note 321Note 422Note 523Note 624
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Université d’Ottawa

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable