Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Cinquième partie. Recherche

Chapitre 13. L’introspection à haute voix : recherche appliquée

Hannelore LeeJahnke

Texte intégral

Historique

1La psycholinguistique, « the study of language and the mind » (Aitchison 1992 : 73), est une discipline relativement jeune. Ce tout nouveau champ d’étude, qu’il faut se garder de confondre avec la « psychologie du langage », est né de la collaboration entre psychologues et linguistes à un moment où leurs disciplines respectives étaient déjà bien constituées et semblaient avoir un objet d’étude commun : le langage. La psycholinguistique a donc ceci de particulier qu’elle a été créée « intentionnellement », pour ainsi dire, dans un cadre historico-géographique nettement localisé, par un groupe de spécialistes. Elle a vu le jour très précisément en 1951. Cette année-là s’est tenu à l’Université Cornell, aux États-Unis, un séminaire d’été au cours duquel un comité de psychologues, qui prit le nom de psycholinguistics, a été formé. Ses membres ont minutieusement défini l’objet d’étude de la nouvelle discipline, répertorié les problèmes à traiter et établi un vaste programme de recherche visant à réaliser la synthèse entre, d’une part, la psychologie et l’apprentissage et, d’autre part, la théorie de l’information et la linguistique (Peterfalvi 1974).

2Le programme d’action établi lors de cette rencontre s’appuyait sur quelques notions fondamentales de la linguistique structurale et de la théorie de l’information. N’oublions pas que Ferdinand de Saussure considérait la langue comme un système de signes, entités à double face, comprenant un signifiant et un signifié, et qu’il préconisait la création d’une nouvelle discipline : la sémiotique. Il fallut attendre Roland Barthes pour que cette idée soit prise au sérieux.

3Dans son ouvrage Syntactic Structures (1965), Noam Chomsky a proposé une nouvelle façon de décrire la langue, et sa théorie s’est largement répandue. Selon Chomsky, comme on sait, la grammaticalité est indépendante de la signification ou de l’absence de signification, ainsi que de la probabilité d’apparition des phrases dans un corpus.

4Compte tenu de la direction dans laquelle a évolué la psycholinguistique, Jean-Michel Peterfalvi en propose une définition d’un point de vue historique :

[…] on peut caractériser cette science par les circonstances de son apparition dans l’histoire des sciences, par les tendances et les besoins qui se manifestaient à une certaine époque [les années cinquante] dans les sciences humaines, et finalement par le déroulement chronologique des perspectives de la recherche et par l’ensemble des méthodes et des résultats marqués jusqu’à présent du label « psycholinguistique ». Mais on peut envisager aussi des définitions à d’autres niveaux :

Une définition « en extension » qui permettra de circonscrire le domaine de la psycholinguistique parmi l’ensemble des faits étudiés par les sciences humaines. Une définition en fonction du but qui préciserait le niveau des objectifs visés par la psycholinguistique et qui permettrait de dire quelle valeur explicative on peut attendre des expériences, jusqu’à quel niveau d’analyse et d’explication la psycholinguistique peut et devrait aller […] (Peterfalvi 1974 : 10).

5L’application de cette science à l’enseignement de la traduction est toute récente. Il nous est apparu utile de brosser un rapide tableau des principaux travaux psycholinguistiques réalisés en enseignement et plus particulièrement en enseignement de la traduction.

6D’un point de vue restreint, la psycholinguistique, branche de la linguistique, a pour objet l’examen des prédispositions psychiques de l’usage de la langue (Brockhaus 1972). À cet égard, il est intéressant de citer les premiers travaux qui traitent des capacités de l’individu d’améliorer ses prédispositions linguistiques grâce à un apprentissage ciblé (Rosenberg 1965 ; Eisler 1968 ; Flores d’Arcais 1970). Ce sont justement ces deux facteurs, prédisposition et possibilité de développer cette prédisposition, qui présentent le plus grand intérêt en pédagogie de la traduction.

7Ces dernières années, de nombreux chercheurs se sont penchés sur l’apprentissage d’une deuxième langue et sur la capacité de lire et d’écrire une langue autre que la langue maternelle. Suzanne Romaine (1994), par exemple, étudie le bilinguisme en tant que phénomène lié à la fois à la société et au domaine cognitif. Elle analyse aussi les effets positifs et négatifs du bilinguisme sur le développement cognitif, social et scolaire des enfants. Matthew W. Crocker (1996) explore, quant à lui, l’architecture et les mécanismes qui sous-tendent la capacité de travailler la langue. Crocker fait siens un certain nombre d’acquis dans le domaine, dont la théorie syntactique moderne, la preuve psychologique translinguistique et les techniques informatisées servant à construire un modèle de maniement des phrases, mécanisme propre à l’être humain.

8 Psycholinguistics (Saporta 1961), ouvrage collectif de spécialistes du domaine, se penche sur l’acquisition, la perception et la compréhension du langage. Friedrich Ungerer et Hans-Joerg Schmid (1996) montrent à quel point la linguistique cognitive occupe une place grandissante dans les études sur la langue, en particulier dans les recherches portant sur la façon dont l’être humain structure le sens des paroles entendues. Les auteurs soulignent la nature interdisciplinaire du sujet et citent des travaux récents concernant la psycholinguistique cognitive, mais aussi l’anthropologie et la linguistique pure. Dans Language and Understanding, Ungerer et Schmid (1994) apportent une contribution en psycholinguistique, en apprentissage d’une deuxième langue, en syntaxe et en sociolinguistique.

9En ce qui concerne les recherches appliquées à la traduction, nous ne citerons que les ouvrages proposant une analyse du processus de transfert interlinguistique pendant le processus et non après, au moyen de la nouvelle technique des think-aloud protocols, TAP en abrégé. On peut désigner cette technique de différentes façons en français, dont « introspection à haute voix », « verbalisation du processus cognitif de la traduction », « technique de l’autodiagnostic », « protocoles de verbalisation » et « méthode de raisonnement à haute voix ». L’usage est encore flottant dans cette langue. Nous ferons aussi état de travaux dans lesquels les TAP sont effectués auprès d’étudiants en traduction et de traducteurs professionnels.

  • 1 Gerloff (1986, 1987, 1988) ; Herold (1990) ; Hönig (1988, 1990, 1991) ; Jääskeläinen (1987,1989a, (...)

10Les premières expériences réalisées au moyen de protocoles de verbalisation remontent au tournant des années quatre-vingt. Les travaux d’Andrew D. Cohen et de Cole Hosenfeld (1981) ont en commun de porter non pas sur le résultat, mais sur le processus de la traduction, et d’être fondés surtout sur les données verbales subjectives des sujets traduisants. La façon de recueillir ces données varie énormément : production d’une sorte de registre où le sujet traduisant consigne en détail ses réflexions durant le processus de la traduction (Bailey 1980, 1993 ; Rivers 1979 ; Schumann 1984) ; questions posées après coup aux sujets s’étant prêtés à une expérience de traduction (Cohen 1980) ; enregistrement sur caméra vidéo de sujets en train de traduire et enregistrement simultané sur magnétophone des réflexions qu’ils formulent à voix haute (c’est la méthode « classique » des TAP) (Faerch et Kasper 1987). Il existe déjà une abondante documentation sur le sujet1. L’étude empirique de Krings (1986) marque, à nos yeux, un tournant dans l’analyse du processus de traduction au moyen des TAP. Nombreux sont les auteurs qui rappellent l’importance de soumettre le processus mental de la traduction à une analyse de nature empirique.

Description de l’expérience

11Étant donné que nous cherchons à améliorer l’enseignement et l’apprentissage de la traduction en mettant en évidence les difficultés de traduction survenant pendant le processus de réflexion, nous avons conçu la méthode d’investigation décrite ci-dessous.

12Afin de mieux faire comprendre aux étudiants de nos cours de traduction du français vers l’allemand à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève les mécanismes du processus cognitif et les problèmes de traduction qui se présentent à eux, nous avons amorcé une recherche à laquelle ont participé vingt étudiants volontaires répartis en deux groupes de dix : trois étudiants et sept étudiantes de 3e année ; quatre étudiants et six étudiantes de 4e année.

13Partant du principe qu’un professeur doit toujours expliquer clairement la nature de ses corrections et les justifier, comme dans toute bonne pédagogie, cette recherche visait donc, dans un premier temps, à faire prendre conscience aux étudiants des problèmes de traduction à résoudre pendant qu’ils effectuent leurs traductions.

14La méthode appliquée consistait à accompagner d’un questionnaire les textes à traduire. Sur ce questionnaire, les sujets devaient préciser pourquoi ils avaient effectué telle correction ou retenu telle solution. L’expérience a duré dix semaines. Le nombre de sujets était cependant trop restreint pour que les résultats obtenus aient une valeur significative du point de vue statistique. Néanmoins, l’expérience a permis de constater qu’après avoir traduit cinq textes et rempli autant de questionnaires, tous les sujets masculins, plus faibles au point de départ par rapport aux filles, ont nettement amélioré la qualité de leurs traductions. Cette amélioration tient probablement au fait que le questionnaire favorise une réflexion plus en profondeur durant l’opération traduisante, ce qui permet de repérer les pièges et de les éviter.

15Le questionnaire (voir l’annexe 1) est essentiellement une autoévaluation comportant trois parties :

  1. Une première lecture, consécutive à la traduction, doit permettre au sujet de déceler les difficultés d’ordre lexical et documentaire.
  2. Une deuxième lecture est l’occasion de préciser la nature des difficultés de traduction proprement dites. Est-ce que l’information contenue dans le texte de départ (TD) pouvait être associée à des connaissances antérieures, ou est-ce qu’il fallait d’abord acquérir les compléments cognitifs2 nécessaires ? Se posent donc les questions suivantes concernant la nature de l’erreur :
    1. Relève-t-elle de la compréhension du TD ?
    2. Tient-elle à la reformulation d’un segment du TD ? Le TD est-il mal rédigé ? Est-il incohérent ? obscur ? Le sens est-il mal rendu à cause d’une méconnaissance ou d’une ignorance des compléments cognitifs ?
    3. Est-elle une formulation maladroite dans le texte d’arrivée (TA) (par exemple, impropriété lexicale, mauvais registre de langue) ?
  3. La troisième partie porte sur la stratégie appliquée pour résoudre chacun des problèmes :
    1. Achievement strategy : usage de dictionnaires ou recours à des paraphrases.
    2. Default strategy : remémoration3 d’une solution fonctionnelle.
    3. Reduction strategy : solution de compromis, insatisfaisante aux yeux du sujet traduisant, ou omission pure et simple et consciente (la difficulté est escamotée).

16Les deux premières solutions sont celles qui ont été appliquées le plus souvent par les étudiants ayant participé à cette expérience. La stratégie de réduction n’est pas fréquente dans un cours universitaire de traduction professionnelle.

17Chaque sujet devait prendre le temps, au préalable, de se familiariser avec le questionnaire, puis réfléchir aux différentes solutions à apporter aux problèmes. Il ne voyait pas toujours de prime abord le sens du questionnaire, c’est-à-dire l’esprit dans lequel il avait été conçu et à quelle fin. Il nous est permis d’affirmer, néanmoins, que les résultats se sont révélés concluants : tous les étudiants nous ont confié qu’ils avaient aimé travailler selon la méthode prescrite, car elle les rendait plus conscients du processus de traduction.

18Et, comme nous l’avons dit précédemment, les étudiants plus faibles, en l’occurrence les sujets masculins, ont amélioré leurs traductions de façon significative et réalisé de nets progrès. La raison est simple : les « meilleurs » étudiants étaient déjà plus conscients du processus de traduction et de ses exigences de rigueur.

19Compte tenu des résultats encourageants obtenus, nous avons donc décidé de poursuivre l’expérience pendant toute l’année scolaire. En outre, nous avons étendu notre collecte de données à d’autres universités et donné à notre projet une dimension interdisciplinaire, toujours en vue d’améliorer la pédagogie de la traduction. Pour cette expérience élargie, nous avons envisagé trois hypothèses de travail. Les deux premières n’ont pas été retenues.

20Nous avons d’abord pensé faire une recherche à partir d’un prétest et d’un post-test. Cette méthode consiste à comparer des résultats avant que des candidats aient suivi un cours de traduction et après l’avoir suivi. Cette option fut écartée en raison du trop grand nombre de paramètres personnels et psychologiques qui entrent en jeu dans son application.

21Nous avons ensuite songé à un test comportant deux groupes, l’un des deux servant de groupe témoin. Un groupe aurait suivi des cours de traduction, l’autre pas. Cette variante, qui ne manque pourtant pas d’intérêt du point de vue qui est le nôtre, a dû être abandonnée également en raison de son inapplicabilité dans un contexte universitaire.

22La méthode de recherche retenue, enfin, a été la technique de l’introspection à haute voix communément appelée think-aloud protocols. Cette technique permet d’analyser ce qui fait obstacle au bon déroulement du processus de traduction et d’apporter les correctifs nécessaires. Les protocoles rédigés par les sujets au fur et à mesure qu’ils traduisent présentent, entre autres, l’avantage d’être « personnalisés ». Les chercheurs et les professeurs peuvent ainsi donner des conseils adaptés aux besoins de chacun des sujets. Grâce aux TAP, enfin, il est possible de tenir compte des facteurs psychologiques durant la traduction.

23La procédure d’analyse consiste à confronter les protocoles aussi appelés procès-verbaux des étudiants avec ceux de traducteurs professionnels confirmés, afin d’isoler les différences les plus significatives et d’intervenir sur le plan pédagogique.

24Pour en revenir à l’élément interdisciplinaire évoqué plus haut, des neurologues de l’Hôpital cantonal de Genève nous ont apporté leur précieux concours en examinant l’organisation spatiotemporelle de l’activité électrique du cerveau pendant qu’il traite, d’une part, la langue maternelle et, d’autre part, les langues étrangères. Les analyses effectuées à ce jour montrent que l’activité des régions de l’hémisphère gauche (Michel 1992) est nettement dominante, mais révèle également l’existence d’un réseau neuronal d’une grande complexité accompagnée d’une activation des structures corticales les plus diverses.

25Le projet brièvement décrit ci-dessus a été présenté au Fonds national de recherche scientifique (FNRS), en Suisse. L’équipe de chercheurs qui y travaille veut examiner des sujets possédant un minimum de deux langues et des traducteurs professionnels. L’étude portera sur la langue maternelle et une langue étrangère. Nous prévoyons que l’organisation spatiotemporelle des réseaux neuronaux sera différente et qu’il y aura une activation accrue des structures de l’hémisphère droit. Cette recherche pourrait apporter des connaissances nouvelles concernant les interférences entre deux langues, interférences qui pourraient être causées, par exemple, par une inhibition transcallosale (ou blocage entre les deux hémisphères du cerveau) des aréales correspondants. Nous pourrions ainsi mieux comprendre le travail neuronal des stimuli linguistiques dans le cerveau humain et concevoir des moyens didactiques concrets pour améliorer l’enseignement de la traduction.

26D’un point de vue pragmatique, on peut examiner les modifications de l’activité électrique du cerveau du sujet lors de violations sémantiques ou grammaticales de la structure de la phrase. Le paradigme consiste à présenter mot à mot des phrases dans lesquelles les violations ont été introduites systématiquement au même endroit. Par violation, nous entendons un raisonnement court-circuité, c’est-à-dire qui n’aboutit pas à une traduction exacte. Ce genre de raisonnement détourné de sa fin est détectable au moyen d’appareils électromagnétiques.

  • 4 Carl Wernicke (1848-1905), psychiatre allemand.
  • 5 Paul Broca (1824-1880), chirurgien et anthropologue français.

27En outre, nous espérons pouvoir pousser un peu plus loin les recherches récentes qui emploient l’IRM (imagerie par résonance magnétique), technique non invasive qui permet de visualiser exactement les parties du cerveau actives pendant le processus cognitif. Les centres cérébraux de la parole ne sont jamais au même endroit. Il y a deux centres connus, cependant, qui gèrent la parole dans le cerveau : la région de Wernicke4, qui traite surtout la compréhension des mots et la sémantique, et le centre de Broca5, qui régit le langage parlé et les aspects grammaticaux de base.

28Notre étude mesurera des potentiels multicanaux et leur structure spatiotemporelle. Il s’agira, en gros, de capter des champs électriques, leur modification temporelle ainsi que leur localisation en trois dimensions (3D) dans le cerveau. Contrairement aux analyses conventionnelles des courbes, cette technique permet de suivre plus facilement les processus opérationnels, après stimulation. Grâce à la résolution temporelle de l’électro-encéphalogramme, on peut de cette façon déterminer différents modules au sein des réseaux neuronaux fonctionnels du cerveau.

29Le projet décrit ici vise donc à examiner le mécanisme de la traduction per se et à mieux comprendre les processus mentaux qui entrent en action lorsque le traducteur traduit. Jusqu’à présent, le processus de traduction a surtout fait l’objet de tentatives d’explication normatives cherchant à déterminer ce qui rend possible une traduction. Le plus grand défaut de ces études expérimentales est de n’être applicables que rétrospectivement (Krings 1986).

30Compte tenu de l’état actuel des recherches dans ce domaine, une approche interdisciplinaire nous est apparue comme essentielle pour connaître le « quand » et le « pourquoi » des interférences ou violations. Par ce projet de recherche, nous espérons donner une base empirique supplémentaire à la pédagogie de la traduction. En explorant le processus de traduction avec tous les moyens modernes à notre disposition, nous acquerrons une meilleure compréhension du processus chez le traducteur professionnel et chez l’étudiant. Nous comptons accorder une attention toute particulière aux automatismes chez les traducteurs professionnels. Les renseignements obtenus seront directement applicables en pédagogie de la traduction.

31Nous y sommes encouragée par le fait que les premiers modèles empiriques du processus de traduction ont contribué à la détermination des processus cognitifs qui ont lieu pendant toute la traduction (Krings 1986).

32Les travaux effectués jusqu’ici sur le processus de la traduction utilisent les problèmes de traduction comme catégories d’analyse et de classification des données recueillies. Le processus est subdivisé en séquences ou moments problématiques et non problématiques. Chaque problème de traduction est mis en relation avec des facteurs externes, tels que les bruits et la lumière ou des indicateurs. Les erreurs échappant au traducteur au cours de son travail n’ont pas encore fait l’objet d’un examen attentif. C’est là aussi que des méthodes d’investigation interdisciplinaires et inhabituelles peuvent certainement nous aider à progresser.

33Le relevé des potentiels électriques du cerveau pendant que s’opère la traduction va nous donner notamment des indices sur le temps de concentration optimale d’un sujet et — nous l’espérons — élucider les causes de lapsus en traduction, compte tenu des différences d’un sujet à l’autre.

Projet pilote

34Le projet pilote brièvement décrit dans la suite de ce texte porte sur la traduction du français vers l’allemand. Nous avons choisi deux étudiants de 1re, de 3e et de 4e année inscrits à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève, ainsi que deux traducteurs professionnels à des fins de comparaison. La combinaison linguistique était la même pour tous, soit l’allemand, langue maternelle et d’arrivée, et le français, langue de départ.

35Les sujets étaient d’accord pour appliquer la méthode de l’introspection à haute voix et reçurent des directives à suivre pour traduire le texte : un extrait de brochure non illustré. L’expérience s’est déroulée dans une pièce où, en plus du sujet, il y avait un instructeur. Celui-ci n’intervenait pas du tout durant la traduction, mais notait le nombre de fois que les sujets faisaient usage des dictionnaires et se bornait à orienter la caméra vidéo vers les mains lorsque le sujet écrivait ou vers son visage quand ce dernier était en phase dite de « stop », quand apparemment il ne se passe rien. En réalité, c’est durant ces pauses que s’effectuent les inférences. Selon le Petit Larousse, une inférence est l’« opération intellectuelle par laquelle on passe d’une vérité à une autre vérité, jugée telle en raison de son lien avec la première ». Le Petit Robert en donne la définition suivante : « Opération logique par laquelle on admet une proposition en vertu de sa liaison avec d’autres propositions déjà tenues pour vraies. → déduction, induction. »

36Nous n’avions fixé aucune limite de temps pour traduire le texte d’une dizaine de lignes (voir l’annexe 2). Certains sujets ont mis jusqu’à deux heures pour le traduire, d’autres une heure environ. Ils pouvaient arrêter soit lorsqu’ils étaient satisfaits de leur traduction, soit lorsqu’ils n’avaient tout simplement plus envie de continuer l’expérience.

37Par cette expérience, nous souhaitions, d’une part, dégager les compétences requises pour chacun des trois niveaux de la traduction (voir l’annexe 1), ainsi que les stratégies mises en œuvre pour résoudre chaque genre de difficulté, et, d’autre part, examiner l’importance de l’inférence durant le processus de traduction. Nous voulions aussi savoir si l’inférence avait conduit à une bonne ou à une mauvaise solution. Il s’agissait en fait de voir dans quelles conditions les sujets arrivaient à des hypothèses justes ou fausses, complètes ou partielles, ce qui s’avère très utile à l’enseignement. Quand le contexte rend plausible telle hypothèse et que le sujet renonce à une vérification dans le dictionnaire, il peut néanmoins commettre des faux sens.

38L’importance des inférences se vérifie tout particulièrement à la phase de l’appréhension du TD (lecture et compréhension). Les principaux facteurs sur lesquels l’étudiant se base sont la langue étrangère, la langue maternelle, d’autres langues (latin, grec), le contexte et ses connaissances générales.

39Ce qui nous intéresse ici, et le projet pilote l’atteste, c’est qu’on peut prouver de façon expérimentale que le savoir s’accroît grâce aux inférences. Il s’agit donc d’un outil très précieux pour le professeur de traduction.

40Notre projet pilote montre que 90 % des verbalisations portent sur des problèmes de traduction. Les indicateurs primaires et secondaires ci-dessous, ainsi que les critères d’évaluation des TAP mentionnés à l’annexe 3 en facilitent le dépistage :

41 1) Indicateurs primaires :

  1. repérage explicite ou implicite du problème de traduction ;
  2. emploi d’ouvrages de référence (par exemple, les dictionnaires) ;
  3. lacunes dans le texte d’arrivée.

42 2) Indicateurs secondaires :

  1. tentatives de solutions ;
  2. modifications dans le manuscrit du TA ;
  3. soulignements dans le TD ;
  4. mise en évidence du problème au moyen du métalangage ;
  5. pauses non remplies.

43Par ailleurs, nous avons examiné le nombre de fois que les sujets de 1re, de 3e et de 4e année, de même que les professionnels, ont eu recours à une inférence, par opposition à l’usage d’un dictionnaire (unilingue ou bilingue). Les quatre tableaux ci-dessous donnent les relevés effectués pour quatre sujets. Rappelons que les phases I, II et III du processus de la traduction sont pour nous le premier jet, le remaniement du texte et le polissage.

TABLEAU 1. SUJET DE 1re ANNÉE

Inferences

Phase de la traduction

Usage de dictionnaires

3

I

15

0

II

17

0

III

3

Note : Ce sujet n’a utilisé qu’un dictionnaire bilingue

TABLEAU 2. SUJET DE 3e ANNÉE

Inferences

Phase de la traduction

Usage de dictionnaires

5

I

20

10

II

5

0

III

2

TABLEAU 3. SUJET DE 4e ANNÉE

Inférences

Phase de la traduction

Usage de dictionnaires

25

I

6

7

II

6

1

III

1

TABLEAU 4. TRADUCTEUR PROFESSIONNEL (voir l’annexe 4)

Inférences

Phase de la traduction

Usage de dictionnaires

12

I

2

15

II

1

10

III

0

Note : Ce sujet n’a utilisé qu’un dictionnaire de synonymes

  • 6 Création discursive : « Opération du processus cognitif de la traduction consistant à établir une (...)

44Ces tableaux montrent que les dictionnaires bilingues, ces béquilles, sont utilisés plus souvent par les sujets en début d’apprentissage qui n’ont pas encore compris que ces répertoires présentent un triple danger : induire en erreur, bloquer le recours aux connaissances antérieures et entraver le processus des inférences. Les notions de remémoration et de création discursive6 définies par Jean Delisle dans La Traduction raisonnée (1993) se révèlent ici d’une grande utilité.

  • 7 Nous ne les avons pas indiqués dans les tableaux, étant donné qu’on relève peu d’automatismes chez (...)

45En général, la phase II constitue une intensification de la recherche chez les sujets dont la méthode de travail est encore hésitante. Il ressort du tableau 2 que le sujet en phase I se sert encore beaucoup du dictionnaire. Il opère des inférences en phase II, mais, curieusement, il n’y en a plus en phase III. Si nous découvrons qu’il s’agit là d’une tendance manifeste chez les apprentis traducteurs, l’enseignement devra en tenir compte et utiliser des moyens pédagogiques favorisant le recours aux inférences jusqu’au bout de l’opération de traduction. La même tendance se remarque chez le sujet de 4e année (tableau 3), où les inférences se trouvent presque toutes concentrées en phase I et chutent durant les phases II et III. Un usage fréquent des dictionnaires freinerait donc le processus déductif et inductif. Le traducteur professionnel, quant à lui, a eu constamment recours aux inférences. Dans son cas, toutefois, il convient de distinguer les automatismes7 des inférences proprement dites.

46En phase I, les automatismes du sujet professionnel représentent 50 % des inférences.

47Comme il a été dit plus haut, le fait que le sujet traduisant ait opéré une inférence n’implique aucunement que celle-ci soit réussie au premier niveau d’analyse. Nous avons déjà dit qu’il peut s’agir d’une inférence complète ou partielle. En vue des applications pédagogiques ultérieures, il nous fallait examiner de près dans quelles conditions les sujets avaient fait des inférences justes ou fausses. Sur les trois inférences du tableau 1, il y a deux réussites et un échec. Dans ce dernier cas, le contexte ne s’opposait pas à l’hypothèse formulée par le sujet traduisant et celui-ci n’a pas jugé utile de procéder à une vérification ultérieure : un seul élément de signification de l’unité à traduire a été indiqué.

48Au tableau 2, sur cinq inférences réalisées en phase I, on enregistre un automatisme, et il a abouti à une bonne traduction. Sur les quatre inférences restantes, deux se soldent par un échec. Voyons donc quelle est la raison de ces échecs ou de ces réussites.

49Pour les sujets en début d’apprentissage, il semble qu’une confiance exagérée dans les dictionnaires bilingues mène souvent à des échecs. Ces échecs découlent d’une analyse erronée du contexte ou d’une mauvaise appréciation du registre de langue. C’est moins souvent le cas, évidemment, pour les sujets avancés et encore moins pour les traducteurs professionnels.

50Les TAP révèlent que les échecs sont souvent attribuables à une déverbalisation insuffisante. Par déverbalisation, nous entendons, comme les tenants de la théorie du sens (ESIT, Paris), « le stade que connaît le processus de la traduction entre la compréhension d’un texte et sa réexpression dans une autre langue. Il s’agit d’un affranchissement des signes linguistiques concomitant à la saisie d’un sens cognitif et affectif » (Lederer 1994 : 213). L’importance pédagogique de la déverbalisation a été amplement démontrée par Danica Seleskovitch et Marianne Lederer (1989) et cette hypothèse se trouve confirmée par les TAP.

51Il faut bien comprendre que les inférences exigent une grande rigueur de pensée et beaucoup de logique. Le professeur de traduction doit amener l’étudiant à multiplier les vérifications des hypothèses de sens, mais aussi à réfléchir sur le cheminement mental ayant conduit à la solution retenue.

52Il n’est pas toujours possible de refaire le cheminement aboutissant à une équivalence. Le professeur ne dispose pas toujours du temps nécessaire pour avoir des entretiens particuliers à ce sujet avec les étudiants. Nous estimons qu’il est possible, néanmoins, pour une traduction donnée, de montrer le cheminement suivi et, ensuite, de faire faire aux étudiants des exercices analogues, tout au moins en début d’année et, très certainement, lorsque le professeur aborde un nouveau domaine de spécialisation.

53Tout cela suppose, bien entendu, une connaissance relativement précise du processus cognitif de la traduction, connaissance elle-même tributaire des acquis de la neurolinguistique, de la psycholinguistique et des sciences cognitives. Ces disciplines occupent une place grandissante dans les travaux de recherche actuels et les enseignants ne peuvent plus se permettre de les ignorer.

54Se pose alors une double question : jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour améliorer la pédagogie de la traduction ? Quelles qualités pédagogiques et traductionnelles doivent posséder les professeurs à qui sont confiés les cours-clés d’un programme universitaire de formation de traducteurs ?

La psycholinguistique : instrument pédagogique

55En guise de conclusion, nous aimerions montrer comment la psycholinguistique peut être un instrument pédagogique et une aide précieuse pour l’apprentissage de la traduction.

56« La capacité du cerveau humain n’est pas sans limites », a écrit Jean Piaget (1974). En conséquence, l’accumulation de connaissances s’effectue de manière discriminative. Pour ce faire, il faut notamment bâtir sur nos acquis (savoir et expérience). Chacun de ces ajouts minimes aboutit à un élargissement de nos connaissances. Piquer la curiosité des étudiants est la toute première règle qu’applique le bon pédagogue. Cela lui est d’autant plus facile qu’il connaît les centres d’intérêt des étudiants et leurs études antérieures. Un sujet banal ou rebutant de prime abord pourra alors être étudié avec attention, voire avec enthousiasme. Les recherches documentaires ne sont plus une tâche fastidieuse, mais un moyen pour les étudiants d’enrichir leurs connaissances.

57Il convient de rappeler ici l’importance de ce que les théoriciens de l’information appellent « canal de communication ». Peterfalvi (1974) compare ce canal au fil rendant possible une communication téléphonique ou à l’air qui propage les ondes sonores. En psycholinguistique, on peut considérer qu’il n’y a pas un unique canal de communication par lequel un émetteur peut faire passer son message, mais bien trois canaux, dont deux intéressent tout particulièrement l’enseignement de la traduction : le message oral et le message écrit. Le troisième (mimétisme et gestuelle) présuppose la présence physique des interlocuteurs. La relation entre ces facteurs revêt une grande importance.

58Dans un cours de traduction, il faut se garder d’assimiler la traduction orale à la traduction écrite et bien faire voir aux étudiants en quoi ces deux modes de traduction diffèrent en ce qui a trait au processus mental.

59Les facteurs psychologiques — traits de personnalité, habitudes spécifiques, etc. —, mais aussi les facteurs sociaux, peuvent avoir une incidence sur la transmission des messages, en l’occurrence des traductions. On peut donc considérer que, chez la personne qui traduit, les facteurs psychologiques et sociaux influent sur les messages qu’elle produit (ses traductions), et que, si ces facteurs affectent un grand nombre de traducteurs sur une période plus ou moins longue, ils peuvent contribuer à modifier la langue elle-même.

60La psycholinguistique peut aussi aider les étudiants à faire tomber certaines barrières psychologiques, par exemple lorsqu’ils se heurtent à une expression inconnue. Le blocage ou l’aboulie que provoque cette expression inconnue peut se répercuter sur l’ensemble du texte qu’ils sont en train de traduire ou, plus globalement, sur leur attitude générale. Leur capacité d’inférence s’en trouve alors gravement compromise, ce qui risque d’avoir des effets désastreux.

61Le professeur peut dans ce cas adopter une attitude plus positive à l’égard des étudiants faibles. En début d’apprentissage, il est normal de faire des erreurs. Le débutant a droit à l’erreur… En créant un climat exempt de tensions, le professeur favorise le déclenchement des inférences et peut rappeler l’importance de la vérification des hypothèses de sens et de solutions.

62Grâce au questionnaire mentionné plus haut et aux protocoles de verbalisation, nous avons constaté qu’une meilleure connaissance et une meilleure prise de conscience du processus de la traduction conduisent à une créativité accrue et à une plus grande souplesse d’esprit, qualités essentielles à tout bon traducteur.

63La recherche en cours, dont nous avons tenté de donner un aperçu, portera en outre sur la « mémoire de travail », selon l’expression de Rickheit et Strohner (1993), sur les différents processus de la traduction (nous pensons ici aux stop and go relevés dans les TAP) et sur la façon dont les sujets traduisants traitent les problèmes de nature cognitive.

64En somme, la recherche doit répondre aux exigences de la pratique et doit de ce fait combiner la théorie avec la méthodologie et les études empiriques afin d’accroître l’efficacité de l’activité traduisante et d’améliorer l’interdisciplinarité. Dans le contexte universitaire, nous devrions appliquer la méthode de simulation de situations, ce qui présenterait l’avantage de nourrir aussi bien la théorie que la recherche empirique.

Bibliographie

Références

AITCHISON, Jean (1992), Introducing Language and Mind, Londres/New York, Penguin.

BAILEY, Kathleen (1980), An Introspective Analysis of an Individual’s Language Learning Experience, Dordrecht, Scarcella/Krashen.

BAILEY, Kathleen (1993), « Competitiveness and anxiety in adult second language learning », dans Herbert W. SELIGER et Michael H. LONG (dir.) (1993), Classroom Oriented Research in Second Language Learning, Rowley (Mass.), Newbury House, p. 67-103.

Brockhaus (1972), Wiesbaden, Brockhaus Verlag, article « Psycholinguistik », vol. 15.

CHOMSKY, Noam (1965), Syntactic Structures, La Haye, Mouton.

COHEN, Andrew D. (1980), « Retention of second-language vocabulary over time : Investigating the role of mnemonic association », dans System 8, p. 221-235.

COHEN, Andrew D. (1994), Assessing Language Ability in the Classroom (c1983), 2e édition, Boston, Heinle & Heinle.

COHEN, Andrew D. et Cole HOSENFELD (1981), « Some uses of mentalistic data in second-language research », dans Language Learning, vol. 31, p. 285-313.

COHEN, Andrew D., Elaine E. TARONE et Susan M. GASS (dir.) (1994), Research Methodology in Second-Language Acquisition (c1983), 2e édition, Hillsdale (N.J.), Erlbaum.

CROCKER, Matthew W. (1996), Computational Psycholinguistics : An Interdisciplinary Approach to the Study of Language, Boston, Kluwer Academic Publishers.

DELISLE, Jean (1993), La Traduction raisonnée, coll. « Pédagogie de la traduction », Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

EISLER, Frieda, G. (1968), Psycholinguistics : Experiments in Spontaneous Speech, Londres/New York, Academic Publishers, vol. 8.

FAERCH, Claus et Gabriele KASPER (1987), Introspection in Second Language Research, Clevedon/Philadelphie, Multilingual Matters.

FLORES D’ARCAIS, Giovanni B. (1970), Advances in Psycholinguistics. Research Papers Presented at the Bressanone Conference on Psycholinguistics, Padoue/Amsterdam, North Holland.

GERLOFF, Pamela (1986), « Second language learners’ reports on the interpretive process : Talk-aloud protocols of translation », dans Juliane HOUSE et Shoshana BLUM-KULPA (dir.), Interlingual and Intercultural Communication : Discourse and Cognition in Translation, Tübingen, Narr, p. 243-262.

GERLOFF, Pamela (1987), « Identifying the unit of analysis in translation : Some uses of think-aloud protocol data », dans Claus FAERCH et Gabriele KASPER (dir.), Introspection in Second Language Research, Clevedon/Philadelphie, Multilingual Matters, p. 159-176.

GERLOFF, Pamela (1988), From French to English : A Look at the Translation Process in Students, Bilinguals and Professional Translators, Harvard, Harvard University Press, XVI.

HEROLD, Birgit (1990), « Empirische Untersuchung des Übersetzungsprozesses anhand der Methode des Lauten Denkens », Saarbrücken, Universitât Saarbrücken, Fachrichtung Angewandte Sprachwissenschaftern sowie Übersetzen und Dolmetschen. Inédit.

HÖNIG, Hans G. (1988), « Wissen Übersetzer eigentlich, was sie tun ? », Lebende Sprachen, vol. 38, n° 1, p. 10-14.

HÖNIG, Hans G. (1990), « Sagen, was man nicht weiβ — wissen was man nicht sagt. Überlegungen zur übersetzerischen Intuition », dans Reiner ARNTZ et Gisela THOME (dir.), Übersetzungs wissenschaft. Ergebnisse und Perspektiven. Festschrift für Wolfram Wilss zum 65. Geburtstag, Tübingen, Narr, p. 152-161.

HÖNIG, Hans G. (1991), « Holmes’ mapping theory and the landscape of mental translation processes », dans Kitty VAN LEUVEN-ZWART et Ton NAAIJKENS (dir.), Translation Studies : The State of the Art. Proceedings of the First James S. Holmes Symposium on Translation Studies, Amsterdam, Rodopi, p. 91-101.

JÄÄSKELÄINEN, Riitta (1987), « What happens in a translation process : Think-aloud protocols of translation », Savonlinna, University of Joensuu, Savonlinna School of Translation Studies. Thèse inédite.

JÄÄSKELÄINEN, Riitta (1989a), « The role of reference material in professional vs. non-professional translation : A think-aloud protocol study », dans Sonja TIRKKONEN-CONDIT et Stephen CONDIT (dir.), Empirical Studies in Translation and Linguistics, Joensuu, University of Joensuu, p. 175-200.

JÄÄSKELÄINEN, Riitta (1989b), « Translation assignment in professional vs. non-professional translation : A think-aloud protocol study », dans Candace SÉGUINOT (dir.), The Translation Process, Toronto, H.G. Publications, p. 87-98.

JÄÄSKELÄINEN, Riitta (1990), « Features of successful translation processes : A think-aloud protocol study », Savonlinna, Savonlinna School of Translation Studies, University of Joensuu. Thèse de licence inédite.

JÄÄSKELÄINEN, Riitta (1993), « Investigating translation strategies », dans Sonja TIRKKONEN-CONDIT et John LAFFLING, (dir.), Recent Trends in Empirical Translation Research, Joensuu, University of Joensuu, p. 99-120.

JÄÄSKELÄINEN, Riitta (1996), « Hard work will bear beautiful fruit. A comparison of two think-aloud protocol studies », Meta, numéro spécial sur « Le(s) processus de la traduction », vol. 41, n° 1, p. 60-74.

KÖNIGS, Frank G. (1991), « Dem Übersetzen den Prozess machen ? Psycholinguistische Überlegungen zum Übersetzen und ihre didaktischen Konsequenzen », dans Eijiro IWASAKI (dir.), Begegnung mit dem Fremden. Grenzen — Traditionen — Vergleiche, Akten des VIII. Internationalen Germanisten-Kongresses Tokyo 1990, Band 5, Munich, Iudicium Verlag, p. 132-141.

KRINGS, Hans P. (1986), Was in den Köpfen von Übersetzern vorgeht : Eine empirische Untersuchung zur Struktur des Übersetzungsprozesses an fortgeschrittenen Französischlernern. Tübingen, Narr.

KRINGS, Hans P. (1987), « Der Einfluβ des Hin-Übersetzens auf fremdsprachliche Lernprozesse-Neue Fragen auf alte Antworten », dans Anthony ADDISON et Klaus VOGEL (dir.), Lehren und Lernen von Fremdsprachen im Studium, (Fremdsprachen in Lehre und Forschung 4), Bochum, AKS-Verlag, p. 71-98.

KRINGS, Hans P. (1988), « Blick in die “black box” — Eine Fallstudie zum Übersetzungsprozeβ bei Berufstibersetzern », dans Reiner ARNTZ (dir.), Textlinguistik und Fachsprache. Akten des Internationalen übersetzungswissenschaftlichen AILA-Symposions Hildesheim 13-16.4.1987 (Studien zu Sprachen und Technik 1), Hildesheim, Olms, p. 393-411.

KRINGS, Hans P. (1991), « Creativity in the translation process : Empirical approaches », dans Kitty van LEUVEN-ZWART et Ton NAAIJKENS (dir.), Translation Studies : The State of the Art, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, p. 91-101.

KÜNZLI, Alexander (1996), « Le processus de traduction : comparaison entre professionnels et non-professionnels », Lausanne, publication de l’ASTTI, p. 149-166.

KUSSMAUL, Paul (1989a), « Interferenzen im Übersetzungsprozeβ — Diagnose und Therapie », dans Heide SCHMIDT (dir.), Interferenz in der Translation, Leipzig, VEB Verlag Enzyklopädie, p. 19-28.

KUSSMAUL, Paul (1989b), « Toward an empirical investigation of the translation process : Translating a passage from S.I. Hayakawa, Symbol, Status and Personality », dans Renate von BARDELEBEN (dir.), Wege amerikanischer Kultur. Ways and Byways of American Culture, Aufsätze zu Ehren von Gustav H. Blanke, Frankfort, a.M. : Lang, p. 369-380.

KUSSMAUL, Paul (1993), « Empirische Grundlageneiner Übersetzungsdidaktik : Kreativität im Übersetzungsprozeβ », dans Justa HOLZ-MÄNTTÄRI et Christiane NORD (dir.), Traducere navem. Festschrift fur Katharina Reiβ zum 70. Geburtstag, Tampere, Universitätsbibliothek, p. 275-286.

KUSSMAUL, Paul (1995), Training the Translator, coll. « Benjamins Translation Library », n° 10, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

KUSSMAUL, Paul et Sonja TIRKKONEN-CONDIT (1995), « Think-aloud protocol analysis in translation studies », dans TTR, vol. 8, n° 1, p. 177-199.

LEDERER, Marianne (1994), La Traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, coll. « F/Références », Paris, Hachette.

LEE, Penny (1996), The Whorf Theory Complex : A Critical Reconstruction, Amsterdam, John Benjamins, XIX.

LÖRSCHER, Wolfgang (1987), « Übersetzungsperformanz, Übersetzungsprozeβ und Übersetzungsstrategien. Eine psycholinguistische Untersuchung », Essen, Universität Essen. Thèse inédite.

LÖRSCHER, Wolfgang (1991), Translation Performance, Translation Process, and Translation Strategies, Tübingen, Narr.

LÖRSCHER, Wolfgang (1992), « Process-oriented research into translation and implications for translation teaching », dans TTR, vol. 5, n° 1, p. 145-161.

LÖRSCHER, Wolfgang (1993), « Translation process analysis », dans Yves GAMBIER et Jarma TOMMOLA (dir.), Translation and Knowledge, Proceedings of the Fourth Scandinavian Symposium on Translation Theory, June 4-6,1992, Turku, University of Turku, p. 195-211.

LÖRSCHER, Wolfgang (1996), « A psycholinguistic analysis of translation processes », Meta, numéro spécial sur « Le(s) processus de la traduction », vol. 41, n°1, p. 26-32.

MICHEL, Christoph (1992), « 42—channel potential map series to visual contrast and stereo stimuli : Perceptual and cognitive event-related segments », dans International Journal of Psychophysiology, n° 12, p. 133-145.

PETERFALVI, Jean-Michel (1974), Introduction à la psycholinguistique (c1970), coll. « Sup. Le psychologue », n°43, 2e édition, Paris, Presses Universitaires de France.

Petit Larousse (Le), Paris, Éditions Larousse.

Petit Robert (Le) (1994), Paris, Éditions Dictionnaires Le Robert.

PIAGET, Jean (1974), La Psychologie de l’intelligence, Paris, Armand Colin.

RICKHEIT, Gerd et Hans STROHNER (1993), Grundlagen der kognitiven Sprachverarbeitung : Modelle, Methoden, Ergebnisse, Tübingen, Francke.

RIVERS, Wilga M. (1979), « Learning a sixth language : An adult learner’s diary », dans Canadian Modern Language Review, vol. 36, p. 67-82.

ROMAINE, Suzanne (1994), Language in Society : An Introduction to Sociolinguistics, Oxford/New York, Oxford University Press, vol. XII.

ROSENBERG, Sheldon (1965), Directions in Psycholinguistics, Londres, Collier-Macmillan.

SAPORTA, Sol (dir.) (1961), Psycholinguistics. A Book of Readings, New York, Holt, Rinehart & Winston.

SAUSSURE, Ferdinand de (1986), Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

SCHUMANN, Adelheid (1984), Hoerverstehen ; Grundlagen, Modelle, Materialien zur Schulung im Fremdsprachenunterricht, Tübingen, Narr.

SÉGUINOT, Candace (1989a), « A process view of translation », dans Candace SÉGUINOT (dir.), The Translation Process, Toronto, H.G. Publications, School of Translation, York University, p. 1-6.

SÉGUINOT, Candace (1989b), « The translation process : An experimental study », dans Candace SÉGUINOT (dir.), The Translation Process, Toronto, H.G. Publications, School of Translation, York University, p. 21-53.

SÉGUINOT, Candace (1989c), « Understanding why translators make mistakes », dans TTR, vol. 2, n° 2, p. 73-81.

SELESKOVITCH, Danica (1975), Langage, Langues et Mémoire, coll. « Lettres modernes », Paris, Minard.

SELESKOVITCH, Danica et Marianne LEDERER (1989), Pédagogie raisonnée de l’interprétation, coll. « Traductologie », n°4, Paris, Didier Érudition.

TIRKKONEN-CONDIT, Sonja (1987), « Think-aloud protocols in the study of the translation process », dans Heikki NYYSSÖEN, Riita KATAJA et Vesa KOMULAINEN (dir.), CDEF 86. Papers from the Conference of Departments of English in Finland (Publications of the Department of English 7), Oulu, University of Oulu, p. 39-49.

TIRKKONEN-CONDIT, Sonja (1989), « Professional vs. non-professional translation : A think-aloud protocol study », dans Candace SÉGUINOT (dir.), The Translation Process, Toronto, H.G. Publications, School of Translation, York University, p. 73-84.

TIRKKONEN-CONDIT, Sonja (1992), « The interaction of world knowledge and linguistic knowledge in the process of translation. A think-aloud protocol study », dans Barbara LEWANDOWSKA-TOMASZCZYK et Marcel THELEN (dir.), Translation and Meaning, Part 2, Maastricht, Rijkshogeschool Maastricht, p. 433-440.

UNGERER, Friedrich et Hans-Joerg SCHMID (1994), Language and Understanding, Oxford, Oxford University Press.

UNGERER, Friedrich et Hans-Joerg SCHMID (1996), An Introduction to Cognitive Linguistics, Londres, Longman.

Annexes

ANNEXE 1. QUESTIONNAIRE D’AUTO-ÉVALUATION

A. PREMIERE LECTURE : NATURE DES DIFFICULTÉS

1. Difficultés d’ordre lexical

oui

non

a) Terminologie

oui

non

b) Jargon

oui

non

2. Difficultés liées à la documentation

oui

non

B. DEUXIÈME LECTURE : SOURCE DES ERREURS

1. Difficultés de compréhension du TD

oui

non

2. Difficultés de reformulation

oui

non

a) Lexique de la langue générale

oui

non

b) Syntaxe

oui

non

c) Terminologie spécialisée

oui

non

C. STRATÉGIE EMPLOYÉE POUR RÉSOUDRE LES DIFFICULTÉS

1. Achievement strategy (usage de dictionnaires ou de paraphrases)

oui

non

2. Default strategy (remémoration d’une solution fonctionnelle)

oui

non

3. Reduction strategy (solution de compromis insatisfaisante ou omission consciente du passage problématique — non-traduction)

oui

non

ANNEXE 2. INSTRUCTIONS, SYMBOLES ET TEXTE À TRADUIRE

A. INSTRUCTIONS

La présente recherche porte sur le processus cognitif de la traduction. Veuillez traduire le texte ci-dessous à haute voix (en allemand) en verbalisant toutes vos réflexions, toutes les pensées qui se rapportent au processus de la traduction.

B. SYMBOLES INTERNATIONAUX

(1.0)

durée des pauses en seconde

(.)

micropause : inférieure à une seconde

(1.0)

pauses soulignées : le sujet écrit

(utterance)

passage incertain dans la transcription

(())

paroles inaudibles

utte :rance

syllabe allongée

ut-utterance

coup de glotte

utterance

syllabe emphatique

==

fin de phrases

(laugh)

rire

(sigh)

soupir ou tout comportement paralingual (indiqué entre parenthèses)

C. TEXTE FRANÇAIS DE DÉPART

En 1997, MB est fier de présenter une collection de puzzles adultes exceptionnelle de 500p, offrant un choix unique : des tableaux de maîtres célèbres, des paysages à vous couper le souffle et beaucoup d’autres images qui sauront vous surprendre ou vous émouvoir. Cette année, MB puzzle a plus que jamais fait appel à ses 137 années d’expérience pour satisfaire notre passion commune et intemporelle : le Puzzle.

Parce que l’émotion procurée par l’image et la satisfaction de l’imagination de chacun de nos clients sont nos préoccupations premières, MB Puzzle apporte un soin extrême à la sélection des images. Grande variété des sujets, précision de la découpe et haute fidélité de reproduction contribuent à forger la réputation qui est la nôtre. Fabricant de puzzles depuis 1860, notre savoir-faire et notre expérience sont votre garantie d’excellence pour un puzzle de grande tradition.

ANNEXE 3. GUIDE D’ANALYSE DES TAP (Exemples de critères)

1. Total des problèmes de traduction repérés (par personne).

2. Total des problèmes dus à la compréhension du texte (par personne).

3. Total des problèmes liés au transfert d’une langue à l’autre (par personne).

4. Total des problèmes découlant indiscutablement d’une déficience en langue seconde.

5. Traduction effectuée en une, deux ou trois phases.

6. Démarche du sujet traduisant : top-down ou bottom-up.

7. Total des mots soulignés dans le texte de départ.

8. Motifs de ce soulignement.

9. État psychoémotif pendant la traduction (tension nerveuse, etc.).

10. Application de la stratégie du brainstorming.

11. Traitement des problèmes : de façon continue (linéaire) ou discontinue (concentrique).

12. Raison du travail en discontinu.

13. Répartition des problèmes d’après les trois phases de traduction.

14. Nombre de problèmes chevauchant plus d’une phase.

15. Total des cas où la réflexion se traduit par une solution meilleure, pire ou inchangée.

16. Exploitation par la remémoration de bonnes solutions antérieures.

17. Raisons de l’oubli d’un problème lors du processus de traduction.

18. Rôle de la reverbalisation dans le texte d’arrivée.

19. Détermination de la démarche du sujet traduisant : risk-taking ou playing-it-safe.

20. Total des modifications sur le manuscrit.

ANNEXE 4. EXEMPLE DE PROTOCOLE

David, Berufsübersetzer (traducteur professionnel)

29. Januar 1997, 11Uhr00 ; Büro 6005 ; mit Computer

LD-PROTOKOLL

Nous tenons à remercier M. Alexander Künzli pour la transcription de ce protocole.

En 1997, MB est fier de présenter une collection de puzzles adultes (3s) de cinq cents (()) à cinq mille p, offrant un choix unique : des tableaux de maîtres célèbres, des paysages à vous couper le souffle et beaucoup d’autres images qui sauront vous surprendre ou vous émouvoir hm weil ich den Text nicht weil ich nicht weiβ, um welche Branche es geht, das ist sehr unterschiedlich zur Praxis wenn ich in der Praxis weiB ich, von welchem Kunden es kommt und weiB ungefahr oder wa- und sehe dem Text sofort an, welche Art Text das das ist = = da hab ich jetzt keine Ahnung, also muβ ich den Text von A bis Z lesen = = das ware in der Theorie ja sonst bei alien Texten auch zu machen, aber in Wirklichkeit die Texte, wo man das Gefühl hat, das ist immer dasselbe blabla, da setzt man sich hin und fängt gleich an zu übersetzen = = das mache ich jetzt hier eben nicht (2s) cette année, MB puzzle a plus que jamais fait appel à ses 137 années d’expérience pour satisfaire notre passion commune et intemporelle : le Puzzle = = also ich nehme an, MB ist eine Firma (1s) parce que l’émotion procurée par l’image et la satisfaction de l’imagination de chacun de nos clients sont nos préoccupations premières, MB Puzzle apporte un soin extrême à la sélection des images. Grande variété des sujets, précision de la découpe et haute fidélité de reproduction contribuent à forger la réputation qui est la nôtre. Fabricant de puzzles depuis 1860, notre savoir-faire et notre expérience sont votre garantie d’excellence pour un puzzle de grande tradition = = also das ist vom Lesen her eindeutig ein Werbetext, der sich zum Teil der Hersteller sagt, wer er ist, was er macht und nachher sogar mit der mit einem Appell schlieβt ans Publikum, an den Leser fabricante de puzzle depuis mille (()) mille huit cent soixante notre savoir-faire et notre expérience sont votre garantie also er spricht sogar noch nt pièces in dem Fall sind das à cinq mille pièces = = da der Satz würde eigentlich reichen, wenn er nicht so lang wäre, muβ ich das aufschreiben (5s) (2s) MB freut sich Komma ich glaube, das müβte heiβen, en mille neuf cent nonante-sept également wenn die seit 137 Jahren Puzzle herstellen, dann ist das également eigentlich nicht fehl am Platz = = MB freut sich, auch 1997 (4s) eine (3s) Puzzlekollektion (3s) da müβt ich dann nachschauen, soll ich’s gleich machen ? Im deutschen Wörterbuch Puzzle, das kommt so oft vor das Wort (2s) das ich jetzt da schon schauen will, ob sie Puzzle auch schreiben (3s) pu- puzzeln, Puzzle, jawohl, aha, puzzeln, aber Puzzle (4s) eine Puzzle, ja wie ist eigentlich die Mehrzahl von Puzzle, die Puzzles oder wie Puzzle (5s) das Puzzle, die Puzzles, jaja, (()), eine Puzzlekollektion (2s) (()) eine Puzzlekollektion (10s) für Erwachsene (7s) vorstellen zu können = = jetzt freut die sich nicht, sondern die ist stolz (2s) MB ist stolz (6s) auch 1997 eine Puzzlekollektion die Stück hauen wir da in Klammern, da stören sie uns am wenigstens, sonst haben wir dann plötzlich Erwachsene, die aus 500 Stück bestehen (2s) 500 aus 500 bis 5000 (2s) ich schreib jetzt mal Einzelstücken bestehend (7s) und da mach ich eine Anmerkung, das muss mir nämlich der Fabrikant sagen (2s) einfügen Fuβnote (()) P gleich vermutlich pièces (2s) Einzelstücke Fragezeichen vielleicht haben die Fabrikanten von Puzzles einen Spezialausdruck für Einzelteile vielleicht auch. MB ist stolz, auch 19- eine Puzzlekollektion aus 500 bis 5000 (()) wahrscheinlich je (3s) jetzt hab ich plötzlich Zweifel, ja das ist klar, gemeint ist ein einzelnes Puzzle hat 500 bis 5000 Stück (11s) je Puzzle aus 500 bis 5000 Einzelstücken bestehend für Erwachsene vorstellen zu können Punkt = = offrant un choix unique : des tableaux de maî- jetzt kommt die Aufzählung, was das alies ist = = alor Maler (2s) da muβ man noch achtgeben, daβ wir dem kein H anhängen (5s) images (()) des paysages à vous coupler le souffle (2s) breath-taking ja aber auf deutsch (1s) atemberaubende Landschaften (2s) (2s) atemberaubende Landschaften, muβ man immer daran denken, daβ das ein Adjektiv ist und kleingeschrieben wird, wenn es mit Atem anfängt (1s) atemberaubende Landschaften (3s) et (2s) beaucoup d’autres images (4s) ah das hab ich immer gern, wenn das und so weiter schon nach zwei Aufzählungen kommt, da hätten sie schon noch was Drittes sagen können = = die Auswahl dabei ist einmalig, Gemälde berühmter Maler, atemberaubende Landschaften (2s) und (7s) (1s) viele andere Bilder ist etwas schwach, weil eine dritte Aufzählung hätte dem gutgetan die Ankündigung ist, wie wenn eine Mordsliste käme jetzt von allem dann bringt er zwei Beispiele und dann sagt er schon praktisch und so weiter (2s) qui sauront vous surprendre et vous émouvoir (1s) und viele andere muβ man da wenigstens schauen (4s) die Adjektive zu geben da und viele andere (4s) qui sauront vous surprendre (()) überraschende da kann man jetzt von (2s) der deutschen Sprache profitieren, daβ die so viele Adjektive hat (2s) überraschende (4s) (1s) und bewegende hoffentlich meinen die Leser dann nicht, die Bilder bewegen sich, aber etwas Gescheiteres für bewegend (1s) Synonymwörterbuch (4s) be- bewegende Bilder (3s : sucht im Wörterbuch) und zwar wegen der Verwechslungsmöglichkeiten mit bewegten Bildern hätte ich da gerne (4s) bewe :gen ein anderes Adjektiv bewegen aha eben (4s) Beweggrund (2s) bewegt be- ah beeindruckend hab ich noch nicht gehabt überraschen und beeindrucken (()) (7s) beeindruckende (3s) alors und viele andere überraschende und beeindruckende (3s) aha da ist der Lock drin da tun wir unlocken (4s) Bilder (10s) Punkt = = jetzt muβ ich mal lesen da = = MB ist stolz, auch 1997 eine Puzzlekollektion (2a) je Puzzle aus 500 bis 5000 Einzelstücken bestehend für Erwachsene vorstellen zu können = = die Auswahl dabei (2s) die Auswahl dabei das kann man natürlich nicht in Komma setzen das dabei (3s) die Auswahl dabei ist einmalig (5s) muβ ich dann schauen mit dem Korrektor, ob er dort ein Komma will, die Auswahl dabei ist einmalig Doppelpunkt Gemälde berühmter Maler, atemberaubende Landschaften und viele andere überraschende und beeindruckende Bilder (4s) ja gut (3s) ok = = cette année, MB puzzle a plus que jamais fait appel à ses cent trente-sept années d’expérience pour satisfaire notre passion commune et intemporelle : le Puzzle = = cette année ständig immer dieses Jahr (2s) neunzehnhundertsiebenund-1997 cette année (3s) ja von mir aus, ist nicht meine Verantwortung (8s) aber jetzt haben wir schon auch 1997 und dann haben wir ja auch dieses Jahr cette année übrigens steht im Französischen auch kein auch da und ist genau eins mit gemeint (1s) cette année, MB puzzle, ah nein, nicht unbedingt, nein, dieses Mal nicht hm dieses Jahr ist alles neu, nach 137 Jahren haben sie etwas neu erfunden (6s) mehr noch als in den vergangenen Jahren (11s) ist die diesjährige Kollektion (2s) das steht zwar nirgends im Französischen ist a- ist aber wahrscheinlich gemeint (3s) da muβ ich mit dem Kunden reden (3s) einfügen Fuβnote (7s) spricht der Kunde von seinen jährlichen (2s) Ausgaben aus (3s) Kollektionen Fragezeichen (8s) alors (3s) mehr noch als in den vergangenen Jahren ist (2s) nein das ist ein Widersinn (2s) in den vergangenen Jahren hat es die diesjährige Kollektion noch nicht gegeben (5s) Ich brauch doch den ganzen Salat nicht (5s) das hat mir von Anfang an gestunken, die Geschichte, der Hinweis auf das dieses Jahr, das er schon im ersten Satz hat (2s) (2s) die diesjährige Kollektion (6s) fangen wir grad mit der an (4s) plus que jamais (8s) profitiert (2s) ganz besonders (3s) (1s) von der 137 jährigen (4s) Erfahrung (3s) (1s) später spricht er ja von uns also kann ich ja sagen von unserer (4s) von unserer (3s) 137 jährigen Erfahrung (7s) und da muβ ich etwas sagen in der Puzzle-Herstellung, obwohl im Französischen das nicht steht, weil (2s) das ist nicht hundertsiebenund- 137 Jahre cent trente-sept années d’expérience pour satisfaire notre passion commune (2s) Erfahrung in was (1s) das gefällt mir nicht (3s) die diesjährige Kollektion profitiert ganz besonders von unserer 137 jährigen Erfahrung in der (2s) Puzzle-Herstellung (2s) (3 s) (1s) und damit (14s) expérience pour satisfaire notre passion commune (4s) der (2s) wenn der Ausgangstext ein Schmetter ist, dann wird halt auch die Übersetzung ein Schmetter (7s) 137 Jahre Erfahrung im Befriedigen unserer gemeinsamen Leidenschaft dann müβten wir ja über 137 Jahre lang Puzzle gespielt haben (3s) der Angesprochene also geht das nicht mit unserer da (3s) von der 137 jährigen Erfahrung in der Puzzle-Herstellung (3s) und damit (3s) in der (10s) ja die Befriedigung der Leidenschaft ist ein Schmetter (2s) passion commune et intemporelle (13s) und damit in der (3s) ich schreib mal so Befriedigung aber ich bin nicht befriedigt mit dem (4s) unserer gemeinsamen Komma zeitlosen (2s) Leidenschaft (6s) Komma dem Puzzeln gibt’s das auch als Hauptwort das Puzzeln (4s ; sucht in Wörterbuch) Puzzle (2s) ein Pu(()) gibt’s sogar (3s) unserer Puzzler-Leidenschaft das klingt so saublöd (2s) da lachen die sich ja kaputt, wenn die das lesen (12s) aber das machen wir das Verb substantivieren (2s) im Puzzeln (3s) (()) voilà (6s) parce que l’émotion procurée par l’image (1s) also da schreib ich doch eher noch etwas hin (3s) eine Frage an den Examinator muβ das ein druckfertiger Text sein ? Dann müβt ich ja noch stundenlang an diesem Text rumknatschen = = ich würd jetzt ich würd jetzt mach ich das auch ich würd jetzt hm (2s) eine Fuβnote dort machen (2s) einfügen Fuβnote (3s) ok dieser Satz ist noch unbefriedigend (4s) weil das ist keine Ausrede, solche Texte leg ich natürlich wieder weg und nimm ihn später wieder in die Hand vielleicht hab ich dann später die Erleuchtung (2s) aber so lange können wir jet de l’imagination de chacun de nos clients sont nos préoccupations premières, MB Puzzle apporte un soin extrême à la sélection des images = = jetzt kommt so ein typischer Satz, wo das Französische das am Ende bringt, was wir im Deutschen am Anfang wollen (4s) MB Puzzle in der Annahme, das sei ein Firmennahme (5s) was ich dann selbstverständlich abklären würde oder schon wüβte, wenn ich mit denen schon verhandelt habe (1s) MB puzzle apporte un soin extrême à la sélection des images (3s) miβt der (4s) Bildauswahl (3s) auβerordentliche Bedeutung zu (3s) Punkt (2s) und nachher (1s) parce que l’émotion procurée par l’image et la satisfaction de l’imagination de chacun de nos clients sont nos préoccupations premières (4s) in der Tat (8s) ist unser (2s) hochstes Ziel (10s) schon wieder la satisfaction (4s) satisfaire und satisfaction eben genau ich hab’s ja gesagt, ein schlechter Ausgangstext gibt eine schlechte Übersetzung (2s) et la satisfaction de l’imagination (5s) ist das Ziel (7s) ja besteht unser höchstes Ziel darin (5s) (()) darin Komma (4s) dem Kunden (10s) das (2s) zu bringen Komma was er von dieser (3s) Freizeitbeschäftigung (7s) erwartet (5s) und da schreib- (()) sogar noch von dieser sinnvollen Freizeitbeschäftigung das steht hinten und vome nicht in meinem Ausgangstext und wenn der (5s) das ist ein wichtiger Grundsatz bei mir wenn ich merke, daβ der Autor des Ausgangstextes ein Stümper ist, dann erlaube ich mir um so mehr Freiheiten aus dem einen gescheiten Text zu machen (2s) also MB P- hoffentlich sitzt der U- der Autor des Ausgangstextes nicht in diesem Saal (2s) MB Puzzle miβt der Bildauswahl auβerordentliche Bedeutung zu = = in der Tat besteht unser höchstes Ziel (2s) darin dem Kunden das zu bringen, was er von dieser sinnvollen Zeit- Freizeitbeschäftigung erwartet Komma (3s) nämlich nachher bin ich nämlich das Geschiβ von diction de l’imagination ah die kommt dann erst noch (3s) alors (7s) jetzt machen wir da draus (2s) das Abenteuer des vor ihm entstehenden (2s) Bildes (2s) und (2s) die Anregung seiner Vorstellungskraft (1s) da haben wir richtig gedichtet (()) das ist besser als der Schmetter, den da der Franzose schreibt (()) (3s) grande variété des sujets, précision de la découpe et haute fidélité de reproduction contribuent à forger jetzt kommen technische Angaben (2s) réputation qui est la nôtre (2s) (3s) den guten Ruf Komma den wir in der Branche (1s) (1s) besitzen, verdanken wir (3s) ah was (4s) der groβen Auswahl an (1s) (1s) Sujets (1s) wenn der Text für die Schweiz bestimmt ist, wenn er fürs übrige deutsche Ausland bestimmt wäre, müβte ich mir für Sujets vielleicht was anderes einfallen lassen = = kann ich das nachschauen ? (3s) sujets wie würd ich sagen, wenn das für den groβen Kanton wäre (7s ; sucht in Wörterbuch) Bild, Gegenstand oder sonst so was ist auch ein Schmetter haben wir wieder Bild drin (4s) Gegenstand ja Sujets Gegenstand ja merci hab ich viel davon (12s) Gegen(1s)stand, Objekt, Sujet, Thema. aha Themen wär eigentlich noch schö- ja Thema aber für das Bild (3s) das Thema eines Bildes (3s) da würd ich jetzt Frau X in Genf anrufen (2s) und fragen, ob man dem so sagt (1s) den guten Ruf, den wir in der Branche besitzen, verdanken wir der groβen Auswahl an (2s) ja Themen doch, ich schreib’s mal (2s) Themen und dann was noch (5s) la précision de la découpe (6s) aber Auswahl hatten wir schon (3s) die Vielfalt wäre besser (2s) und der (6s) Vielfalt (3s) unserer Themen (5s) hm (4s) (1s) der Genauigkeit (3s) mit welcher die Einzelteile (1s) da kommt wieder meine Anmerkung von vorher (1s) zum Zug Einzelstück hatte ich das erste Mal jetzt schreib ich wieder mal Einzelteil (14s) und mit welcher die Einzelteile (3s) (2s) ausgesturgetreue Wiedergabe gehort zu den Themen rauf, das verstelle ich jetzt grad, das hab ich im Französischen nicht am selben Ort (2s) (()) (2s) ihrer naturgetreuen (6s) Wiedergabe (3s) da muβ ich doch jedes Mal schauen, ob Wiedergabe mit ie geschrieben wird ich glaube schon (14s ; sucht in Wörterbuch) wieder (7s) Wiedergabe ja genau (5s) der Genauigkeit (()) ausgestanzt werden und haben wir sonst noch was (8s) und der in diesem Fall wenn es der letzte der Aufzählung ist (2s) so wie lautet jetzt mein Satz den guten Ruf, den wir in der Branche besitzen, verdanken wir der Vielfalt unserer Themen, ihrer naturgetreuen Wiedergabe und der Genauigkeit, mit welcher die Einzelteile ausgestanzt werden = = da gibt’s ja möglicherweise für das Ausstanzen noch einen Spezialausdruck (4s) in dieser Firma, aber der ist der Text ist eindeutig für das breite Publikum der Puzzler gedacht, also brauchen wir hier keine Fachausdrücke, sondern etwas was allgemeinverständlich ist = = fabricant de puzzles depuis mille huit cent soixante, notre savoir-faire et notre expérience schon wieder expérience von der hatte es er doch eben ah nein von der réputation (3s) sont votre garantie d’excellence pour un puzzle de grande tradition = = fabricant (6s) fabricant de puzzles depuis (()) notre savoir-faire et notre expérience sont votre garantie aha (5s) ja das ewige Pochen auf die Tradition (20s) (5s) Know-how und (2s) Erfahrung (4s) obwohl das eigentlich fast dasselbe ist, aber wir haben hier ja auch savoir-faire et expérience und weil die Trottel immer noch nach Zeilen abrechnen wird’s etwas langer also denken wir ans Portemonnaie und schreiben auch beides hin (3s) Know-how und Erfahrung (5s) da muβ ich aber schon schreiben unser Know-how und unsere Erfahrung sind Ihre beste Garantie (4s) fangen wir mit Ihnen an wieder (4s) Ihre beste (3s) Garantie (6s) (4s) für (7s) (4s) den Erwerb ja den Erwerb (3slence (3s) ja garantie d’e- Ihre beste Garantie für den Erwerb (2s) eines (4s) ausgezeichneten Komma traditionellen Puzzles sind unser Know-how und unsere Erfahrung (5s) sind für Sie (3s) unser Know-how und unsere Erfahrung (5s) seit (2s) das ist ein Schmetter das 1860 kommt da rein, der weiβ ja nicht, was er sagen will (6s) Ihre beste Garantie für den Erwerb eines (()) (7s) unsere Erfahrung nein jetzt weiβ ich, wie ich das schreibe = = Ihre beste Garantie für den Erwerb eines (()) sind für Sie (2s) (1s) das Knowhow (3s) und (3s) die Erfahrung (4s) unserer 1860 gegründeten Firma (4s) Punkt (3s) und jetzt sollte würde ich da noch den spelling check laufen lassen = = nachher würde ich es ausdrucken = = nachher würde ich es meiner Korrektorin zusch-zufaxen = = und die würde es korrigieren, einmal frei und dann würde sie mir das am Telefon vorlesen, und ich würde das nochmals im beim Gegenlesen abchecken gegenüber dem französischen Ausgangstext = = können wir es bei dem bewenden lassen ? OK.

ÜBERSETZUNG

MB ist stolz, auch 1997 eine Puzzle-Kollektion (je Puzzle aus 500 - 5000 Einzelstücken8 bestehend) für Erwachsene vorstellen zu können. Die Auswahl dabei ist einmalig : Gemälde berühmter Maler, atemberaubende Landschaften und viele andere überraschende und beeindruckende Bilder. Die diesjährige Kollektion9 profitiert ganz besonders von der 137 jährigen Erfahrung in der Puzzle-Herstellung und damit in der Befriedigung unserer gemeinsamen, zeitlosen Leidenschaft, im Puzzeln10

MB Puzzle misst der Bildauswahl ausserordentliche Bedeutung zu. In der Tat besteht unser höchstes Ziel darin, dem Kunden das zu bringen, was er von dieser sinnvollen Freizeitbeschäftigung erwartet, nämlich das Abenteur des vor ihm entstehenden Bildes und die Anregung seiner Vorstellungskraft. Den guten Ruf, den wir in der Branche besitzen, verdanken wir der Vielfalt unserer Themen, ihrer naturgetreuen Wiedergabe und der Genauigkeit, mit welcher die Einzelteile11 ausgestanzt werden. Ihre beste Garantie für den Erwerb eines ausgezeichneten, traditionsreichen Puzzles sind für Sie das Know-how und die Erfahrung unserer 1860 gegründeten Firma.

Notes

1 Gerloff (1986, 1987, 1988) ; Herold (1990) ; Hönig (1988, 1990, 1991) ; Jääskeläinen (1987,1989a, 1989b, 1990, 1993,1996) ; Königs (1991) ; Krings (1986,1987,1988,1991) ;Künzli(1996) ; Kussmaul 1989a, 1989b, 1993,1995) ; Lörscher (1987, 1991, 1992, 1993, 1996) ; Séguinot (1989a, 1989b, 1989c) ; Seleskovitch (1975) ; Tirkkonen-Condit (1987, 1989,1992).

2 Compléments cognitifs : « Éléments pertinents, notionnels et émotionnels, du bagage cognitif et du contexte cognitif qui s’associent aux significations linguistiques des discours et des textes pour constituer des sens. Ils sont aussi indispensables à l’interprétation de la chaîne sonore ou graphique que la connaissance linguistique » (Lederer 1994 : 212).

3 Remémoration : « Opération du processus cognitif de la traduction consistant à remettre en mémoire (rappeler) une équivalence lexicalisée habituellement consignée dans les dictionnaires bilingues. Cette équivalence, fournie par la mémoire, peut être un mot, une locution, un idiotisme, une expression toute faite, etc. » (Delisle 1993 : 41).

4 Carl Wernicke (1848-1905), psychiatre allemand.

5 Paul Broca (1824-1880), chirurgien et anthropologue français.

6 Création discursive : « Opération du processus cognitif de la traduction consistant à établir une équivalence non lexicalisée, imprévisible hors discours » (Delisle 1993 : 26).

7 Nous ne les avons pas indiqués dans les tableaux, étant donné qu’on relève peu d’automatismes chez les étudiants.

8 p = pièces = Einzelstücke ?

9 spricht der Kunde von seinen jährlichen Ausgaben als “Kollektionen”

10 Dieser Satz ist noch unbefriedigend.

11 p = pièces = Einzelstücke ?

Auteur

Université de Genève

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable