Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Quatrième partie. Les mises en place pédagogiques

Chapitre 12. Internet pour enseigner la traduction ?

Marie-Christine Aubin

Texte intégral

1L’enseignement à distance a toujours offert un défi aux pédagogues. D’abord créé pour résoudre l’« incapacité », pour certains élèves, de suivre des cours dans des lieux préétablis (incapacité physique ou autre : handicap, isolement géographique, fermeture des écoles en temps de guerre, etc.), laquelle contrevient à l’obligation légale de scolarisation dans la plupart des pays, l’enseignement à distance, jusque-là « scolaire », évolue depuis trente ans afin de répondre à des besoins nouveaux. Certes, il reste essentiel pour l’enseignement élémentaire et secondaire des populations isolées et des personnes ne pouvant se déplacer, mais il devient aussi de plus en plus un outil de promotion sociale et professionnelle (Lehnisch 1981). Cette clientèle est souvent adulte, elle travaille et ne souhaite pas quitter son emploi pour suivre des cours dans la journée, et encore moins déménager pour s’inscrire dans un établissement d’enseignement particulier.

2Une telle évolution a des conséquences administratives et pédagogiques : il s’agit d’abord d’augmenter le choix des formations professionnelles accessibles à distance, puis de tenir compte du temps que l’étudiant pourra consacrer à son apprentissage, lequel se fera généralement en plus et en dehors de ses activités professionnelles régulières, c’est-à-dire en plus des quarante heures réglementaires d’un emploi à temps plein. L’organisation des études devra donc prendre ces paramètres en considération. Enfin, du point de vue pédagogique, l’enseignement à distance devrait non seulement reproduire la meilleure qualité possible de l’enseignement direct, mais aussi compenser toute lacune éventuelle due à la distance elle-même. Nous devons donc, en partant de l’observation de ce qu’est un enseignement direct réussi, nous demander si les outils nouveaux de communication comme Internet peuvent améliorer l’enseignement à distance actuel, qui est surtout un enseignement par correspondance, et si leur utilisation peut permettre également de nouveaux enseignements, comme la traduction professionnelle.

Les paramètres d’un enseignement « réussi »

3Il existe divers moyens de déterminer le degré de réussite d’un enseignement : le maintien des étudiants au sein d’un programme, l’obtention, par l’étudiant, du diplôme ou des crédits convoités, les résultats obtenus par les étudiants à un examen national, voire international, le taux d’embauche des étudiants à la suite d’un programme professionnel, etc. Ces moyens tiennent compte du pôle « professeur » (émetteur) de l’enseignement, mais beaucoup moins du pôle « étudiant » (récepteur). Pourtant, dans la réalité, les deux doivent être complémentaires pour que l’enseignement soit véritablement réussi. On trouve ainsi un certain nombre de paramètres, tous essentiels au succès de l’enseignement pour l’un, de l’apprentissage pour l’autre. Dans une conférence présentée le 13 février 1997 au Collège universitaire de Saint-Boniface et intitulée « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication au service de l’apprentissage », Philippe Marton (1997) les regroupe sous quinze points fondamentaux que je résumerai brièvement.

4L’étudiant doit, tout d’abord, disposer d’une bonne motivation pour apprendre la matière choisie. Cette motivation ne se maintiendra que s’il a le sentiment qu’il apprend assez vite, mais pas trop vite, c’est-à-dire si le programme se conforme à son rythme d’apprentissage. Pour qu’il continue à s’intéresser à la matière enseignée, il faut constamment faire appel à sa participation active, soit en l’incitant à lire ou à collaborer à des projets, soit en l’encourageant à poser des questions, à faire des suggestions, entre autres choses. Cette participation active ne saurait exister sans une bonne interaction de l’enseignant avec l’étudiant, mais aussi entre les divers étudiants suivant un même programme. On sait depuis longtemps que les travaux de groupe, malgré leurs limites (inégalité fréquente de l’effort fourni par les divers membres, inégalité des niveaux, difficultés d’organisation, incompatibilité de caractères, etc.), apportent beaucoup à l’étudiant qui bénéficie ainsi de l’expérience des plus avancés, apprend à s’organiser, à composer avec diverses personnalités, à respecter des manières de travailler différentes et à tenir compte de recherches faites par d’autres. Dernier élément mais non le moindre, cet apprentissage présuppose une bonne perception des « objets » à apprendre, connaissance et reconnaissance des concepts mais aussi perception des sons, notamment pour l’apprentissage des langues.

5Pour sa part, l’enseignant est responsable de la bonne organisation du message et de la structuration adéquate du contenu. Il doit choisir une méthode adaptée au contenu à enseigner, coordonner ses ressources avec efficacité, et surtout guider l’étudiant, avec patience et persévérance, vers l’objectif à atteindre. Ce dernier point correspond exactement au besoin d’interaction de l’étudiant avec son professeur, mais il intervient également dans l’interaction entre étudiants, dans laquelle le professeur joue un rôle de facilitateur. En ce qui concerne la méthode, son choix et son organisation dépendent certes du professeur, mais son application revient tout autant à l’étudiant qui doit exécuter consciencieusement les activités proposées. Dans toute méthode, on devrait normalement trouver un choix d’activités variées permettant la répétition des concepts à acquérir, en plus d’exercices adaptés à la matière. La correction devrait prendre le moins de temps possible afin que l’étudiant sache à tout moment où il en est dans son apprentissage. Il faut prévoir, en outre, l’application des connaissances récemment acquises à des activités connexes d’approfondissement, et surtout le maintien du contact humain à toutes les étapes de l’apprentissage.

6Si tous ces paramètres sont respectés, l’enseignement devrait faciliter l’apprentissage et permettre la réussite de l’étudiant. Tout enseignement, qu’il s’offre en face à face ou à distance, doit par conséquent tenter de les intégrer. Les organismes d’enseignement par correspondance ont souvent dû réaménager certains d’entre eux (le temps nécessaire à la correction des devoirs, par exemple) par divers moyens (exercices autocorrectifs permettant à l’étudiant d’avoir une idée de son résultat avant même de recevoir la « note » portée sur son devoir). Par ailleurs, on tente de fournir aux étudiants des occasions de communication avec leurs professeurs (par courrier, téléphone, télécopie, trop rarement encore par courrier électronique), mais on se préoccupe généralement assez peu d’établir une relation entre les étudiants. C’est là où il semble que les nouvelles technologies de l’information et de la communication pourraient apporter une amélioration sensible.

Internet : un outil d’enseignement à distance ?

7En Europe en général, et en France en particulier, on observe un scepticisme marqué vis-à-vis d’Internet. Les bulletins de nouvelles présentent à l’envi les méfaits d’Internet, outil diabolique favorisant les activités criminelles des pédophiles ou la propagation des sectes. Tout comme le livre, Internet est un outil d’information, de communication et d’échange. Il incombe à chacun de l’utiliser au mieux et à bon escient. Il faut, comme on apprend à se repérer dans le dédale d’une bibliothèque, apprendre à naviguer d’un site à un autre afin d’atteindre les objectifs qu’on se donne. À la veille du XXIe siècle, on ne peut faire l’économie de cet apprentissage, d’autant qu’Internet est susceptible d’être utilisé aussi comme outil de formation, comme l’explique Jacques Attali :

La réussite sera, demain, fonction de la capacité à naviguer, à essayer, à persévérer. […] On devra sans cesse réapprendre, revenir dans le processus d’apprentissage dont on croyait être définitivement sorti. On devra valoriser l’échec, apprendre à tirer parti d’une impasse, d’une impossibilité. Le pédagogue sera moins un maître autoritaire qu’un guide attentif.

Apprendre se fera en partie à distance. L’élève devra alors effectuer un voyage immobile, naviguer seul dans des bibliothèques, relier en chemin des labyrinthes virtuels accessibles sur ordinateur.

Plus que d’empiler des savoirs logiques, apprendre exigera de passer par des épreuves, de savoir se perdre, d’être disponible pour braconner ce qui passe. D’être curieux de ses propres erreurs. L’apprentissage sera avant tout voyage ; la différence s’estompera entre apprendre, voyager et se distraire (Attali 1996 : 145-146).

8Vu la puissance de cet outil, de plus en plus d’associations professionnelles et d’organismes gouvernementaux ou privés portent, sur eux-mêmes et sur leurs activités de travail ou de communication, des informations sur Internet. Il en ressort une possibilité illimitée d’accès à l’information. Ainsi, des écoles travaillent ensemble à des projets d’échanges épistolaires entre les élèves, favorisant ainsi (comme les « correspondants » le faisaient autrefois) l’intérêt pour le pays étranger, la langue qui permet la communication, etc. L’avantage évident d’Internet pour cette activité est peut-être la vitesse des échanges, puisqu’un message envoyé une journée pourrait bien obtenir réponse le lendemain, voire le jour même. Mais il y en a d’autres : si un élève français correspond avec un élève mexicain, il pourra, en plus des échanges épistolaires avec son correspondant, trouver une multitude de sites sur le Mexique ou d’autres pays de langue espagnole, sites illustrés parfois de façon très attrayante et diffusant une information de qualité. La première compétence à développer chez un élève qui utilise Internet, c’est donc le sens critique, afin qu’il sache distinguer un bon site, celui qui donne une information fiable, d’un mauvais site, où l’information est erronée, voire biaisée. Mais cette compétence est fort utile aussi lorsqu’il s’agit de choisir un livre dans une librairie.

9Rien ne devrait donc empêcher que l’on utilise Internet pour l’enseignement à distance, le courrier électronique étant plus rapide que la poste, et la présentation de l’information au moins aussi attrayante que celle d’un manuel pédagogique classique.

10Pour que l’enseignement à distance par Internet soit efficace, il faut qu’il réponde aux mêmes paramètres que ceux que nous avons décrits précédemment : l’étudiant doit être motivé, le cours doit être bien structuré et, surtout, la communication professeur-élève doit être soutenue. Les cours existants, qu’ils soient offerts par correspondance, télédiffusés ou enregistrés sur cassette, ont tous un taux record d’abandon. On peut se demander quelle est la cause de cette situation. En fait, chacun sait qu’il est plus facile de suivre un cours à heure fixe, malgré les contraintes que cela représente, que de se motiver, jour après jour, à étudier et à faire des devoirs quand l’obligation ne dépend que de soi-même : de sa propre décision et de sa propre volonté. S’il n’y a pas d’obligation, la motivation peut tomber à la première occasion. Ensuite, si aucun calendrier n’est établi, un cours de quinze semaines pourrait bien en prendre trente ou soixante et même plus, car on peut toujours renvoyer à plus tard le travail qui ne doit pas être fait pour une date précise. Toute raison est bonne pour reporter une corvée. Ce faisant, l’étudiant perd sa motivation, et, après quinze semaines d’un travail qui aurait dû en prendre trois, l’enthousiasme baisse, et même disparaît.

11Dans un cours à distance, il faut donc tenir compte non seulement du besoin de flexibilité de l’étudiant (ce que la plupart des universités n’offrent pas : la flexibilité des horaires et du lieu d’apprentissage particulièrement), mais aussi de ses besoins d’encadrement et de rigueur. Jean-Pierre Lehnisch cite là-dessus une étude menée par Lewin, Lippit et White aux États-Unis sur trois groupes d’élèves, un groupe dirigé de façon autoritaire, un groupe choisissant démocratiquement des règles de travail et un troisième auquel on laissait une parfaite liberté. C’est le deuxième groupe qui a obtenu le plus de succès. Il écrit : « En enseignement à distance, nous avons en effet remarqué que les adultes réclamaient souvent des plans de travail autoritaires de la part de l’école » (Lehnisch 1981 : 124). Nous pouvons donc décider d’organiser des cours à distance sur la base du calendrier universitaire normal, c’est-à-dire sur quinze semaines pour un cours de trois crédits (environ quarante heures de cours à l’université). L’étudiant pourra certes décider à quelle heure il veut travailler et combien de temps il veut consacrer à l’apprentissage de la matière, mais il devra faire le travail d’une semaine en une semaine (lectures et exercices), envoyer les devoirs aux dates fixées et suivre les exposés de ses collègues (et éventuellement les commenter) pendant la semaine où ils seront postés. Nous croyons que, de cette façon, le travail se fera à un rythme suffisamment soutenu pour qu’il n’éprouve pas de baisse d’intérêt et de motivation. Le plan de travail sera relativement rigide, mais le choix de l’heure et du lieu de travail sera entièrement libre. Ce choix s’accorde en fait avec celui du Centre national d’enseignement à distance en France : le temps passé à la réalisation de chaque activité peut varier d’une personne à l’autre, mais les devoirs doivent être envoyés à des dates précises.

12Cette souplesse n’est donc pas propre à l’utilisation d’Internet. Ce qu’Internet apporte en plus, c’est, d’une part, une communication rapide et facile entre le professeur et l’étudiant, et, d’autre part, une nouvelle façon de communiquer entre les étudiants. On peut effectivement faire appel à des forums de discussion dans le but de créer véritablement des « classes virtuelles », qui regroupent des étudiants habitant dans des endroits différents du lieu d’enseignement du professeur, au sein d’un site, qui n’est pas un lieu physique comme une salle de classe, mais électronique, site qu’ils partagent pour les besoins du cours. La communication et l’interaction restent alors toujours l’élément fondamental de l’enseignement, mais l’on réduit ici les inconvénients dus à la lenteur de la poste ou au décalage horaire. De plus, on peut espérer que l’étudiant timide sera moins gêné de communiquer avec son professeur et ses collègues (utilisant d’abord le courrier électronique avant de poster une question sur le site) que dans un amphithéâtre où il y a une centaine d’étudiants.

13Quant à l’organisation et à la structuration efficaces du cours, elles sont semblables à celles d’un cours ordinaire. Elles intègrent des exercices et des travaux adaptés que l’on tente de corriger dans des délais raisonnables pour que l’étudiant en tire le meilleur parti possible. Là, l’informatique nous apporte quelque chose de plus : en effet, beaucoup d’exercices peuvent être préparés à l’avance et le professeur peut prévoir des corrigés programmés qui permettront aux étudiants d’obtenir une correction immédiate de leur travail (cela correspond aux exercices autocorrectifs des cours par correspondance). De plus, l’envoi de devoirs annexés à un message électronique limite le temps requis pour la correction de ceux-ci et élimine les délais antérieurement créés par l’acheminement des devoirs par la poste.

Internet pour enseigner la traduction à distance

14On a rarement enseigné la traduction par correspondance. Il existe des cours, notamment pour la préparation aux concours de l’Éducation nationale en France (CAPES, Agrégation). Ces cours correspondent cependant à un apprentissage particulier dont les exigences se distinguent de celles de la traduction professionnelle. Il s’agit, le plus souvent, de traduction littéraire, et, à la correction, on attache plus de poids à la dextérité linguistique qu’à la transmission du message, par exemple à la possibilité de traduire un vocabulaire archaïque par des termes archaïques en langue d’arrivée.

15L’enseignement de la traduction professionnelle par correspondance a existé en France dans les années soixante-dix, car il était possible, à cette époque, de suivre une formation en vue de l’obtention du brevet de technicien supérieur (BTS) en traduction commerciale. Cette formation mettait l’accent, d’une part, sur l’apprentissage du commerce, de la correspondance commerciale et du droit commercial, et, d’autre part, sur le perfectionnement linguistique par la composition française, le thème et la version. Elle aurait sans doute pu mener à d’autres formations intéressantes, mais elle a été abandonnée au profit des formations données dans les écoles ou les instituts de traduction nouvellement créés.

16Plus récemment, une formation en traduction de l’espagnol à l’anglais a été créée par l’Université d’enseignement à distance de Madrid et offerte, semble-t-il, avec beaucoup de succès (Alvarez 1993). Il s’agit ici d’un enseignement par correspondance, appuyé sur un matériel multimédia.

17Quelles que soient les qualités ou les limites des formations existantes, on remarque qu’elles se préoccupent peu d’ajuster la formation en traduction à la pratique du métier, qui tend à s’exercer de plus en plus par l’intermédiaire des nouvelles technologies de la communication. Il y a quelques années, tout professeur de traduction pouvait encore se satisfaire d’un texte « tapé à la machine » (machine à écrire ou ordinateur). De nos jours, l’enseignement du métier de traducteur doit prévoir l’apprentissage de ces nouvelles technologies, y compris de l’utilisation d’Internet comme source d’information lexicographique, terminologique, documentaire et culturelle. C’est d’ailleurs pour cette raison que la plupart des écoles de traduction, du moins au Canada, ont introduit des cours d’informatique et traduction. Dans ce contexte, il nous paraît avantageux de créer un programme sur Internet, puisque celui-ci permettra à l’étudiant de maîtriser rapidement les outils informatiques de base (traitement de texte, courrier électronique) tout en se formant dans les différents domaines qui composent sa matière (lexicologie et syntaxe comparées, terminologie, documentation, traduction de la L1 vers la L2 et vice versa). Il est important aussi, dans un tel programme, d’aborder l’utilisation des ressources documentaires, lexicographiques et terminologiques que l’on trouve sur Internet, et de guider l’étudiant dans le labyrinthe de la « dictionnairique virtuelle » en lui demandant d’exercer pleinement son esprit critique et sa patience, esprit critique vis-à-vis des listes de mots qui n’apportent rien aux traducteurs, patience vis-à-vis des sites créés de façon rigoureuse mais non terminés.

Le certificat de traduction à distance du Collège universitaire de Saint-Boniface

18Du point de vue de l’organisation, il ne fait aucun doute qu’Internet permet la plus grande précision en ce qui concerne les renseignements à transmettre à l’étudiant potentiel et la plus large diffusion de ces renseignements. Une page Web constitue, pour l’établissement, une carte de visite accessible partout dans le monde. Ainsi, il suffit de se rendre à l’adresse de la page Web du Collège universitaire de Saint-Boniface (http://www.ustboniface.mb.ca/​cusb) pour savoir immédiatement quels cours y sont donnés et quelles activités y sont importantes. On y trouve des renseignements sur l’établissement lui-même, sur ses activités culturelles et sur ses programmes, notamment sur les cours qui s’offrent à distance. Nous invitons les lecteurs à le visiter.

19Le certificat de traduction, actuellement en voie d’élaboration, sera semblable, quant à ses exigences, à celui qui est offert au Collège universitaire de Saint-Boniface et reconnu par l’Association canadienne des écoles de traduction en 1984. Tous les renseignements concernant l’organisation des études, les exigences à l’entrée et pour l’ensemble des cours, le nombre de crédits obtenus à chacun des cours, etc., sont contenus dans des pages Web. Celles-ci représentent un outil d’information et de vérification de cette information rapide et constamment accessible.

20À l’adresse des cours qui s’offrent déjà ou qui s’offriront sous peu, on peut trouver des renseignements d’ordre pratique : modalités d’inscription, préalables, examen d’admission dans le cas du certificat de traduction, puisque personne n’est admis au programme de traduction sans avoir réussi cet examen. Un examen est présenté sur Internet, à l’intention des personnes éloignées des centres universitaires qui désireraient s’inscrire.

21La liste des cours et leur description, telle qu’elle apparaît dans l’annuaire du CUSB, sont également offertes. On y distingue les cours donnés au CUSB des cours choisis pour constituer le certificat à distance. Toutes les communications avec les étudiants se feront par courriel, que ce soit pour l’inscription, les communications entre les étudiants et les services administratifs, ou entre le professeur et ses étudiants. Toute personne qui souhaite obtenir des renseignements complémentaires peut communiquer soit avec le registraire, soit avec un professeur, comme cela est indiqué dans la page de renseignements. Ainsi, je peux dire que l’établissement d’enseignement apparaît, selon le terme à la mode, comme un « campus virtuel » : tout en restant chez soi, on peut y obtenir les mêmes renseignements qu’en se rendant à l’université. Pour un pays comme le Canada, il faut considérer aussi l’avantage que le courriel peut avoir sur le téléphone, du fait du décalage horaire d’un bout à l’autre du pays.

22Le déroulement des cours suivra le modèle présenté plus haut : plan de travail rigoureux, exposés envoyés à un forum de discussion où les élèves et le professeur apprendront à se connaître comme dans une classe réelle. Le forum retrouvera ici tout son sens latin original, car ce sera un lieu d’échange démocratique des points de vue, où, en plus de participer aux diverses discussions, on pourra toujours poser des questions et communiquer ses découvertes, virtuelles ou réelles. On peut même envisager des travaux de groupe rassemblant des étudiants éloignés les uns des autres de plusieurs milliers de kilomètres…

23Le cours commencera de façon classique par l’échange d’informations sur son contenu et ses exigences. La description de cours, remise habituellement pendant la première semaine, se trouve sur Internet. Elle contient les buts et les objectifs du cours, le manuel à acheter, les travaux à réaliser et le mode d’évaluation des travaux. L’étudiant décidera s’il veut disposer d’une copie sur papier de cette information, ainsi que de la « feuille de route de l’étudiant » qui contient le plan de travail complet pour ce cours.

24Ce qui s’avère toutefois plus intéressant, c’est l’utilisation que l’on peut faire d’Internet comme « bibliothèque virtuelle ». L’information qu’on y trouve peut être de la plus grande utilité lorsqu’il s’agit de traduire dans des domaines de pointe encore inexistants dans les dictionnaires sur papier et même dans la plupart des bibliothèques. Les sites spécialisés, les dictionnaires, les bases de données terminologiques multilingues, et même les encyclopédies qui s’y trouvent, proposent une information récente et souvent pertinente. Il importe alors d’exploiter celle-ci au bénéfice de la formation à distance en l’organisant de façon que l’étudiant s’y retrouve, en le guidant dans ce labyrinthe d’informations. C’est dans ce but que la page intitulée « Sites Internet d’intérêt pour ce cours » a été construite : elle devrait faire office de « fil d’Ariane » et permettre à l’étudiant de ne pas trop se perdre, et surtout de ne pas perdre courage.

25L’étudiant doit aussi apprendre que, pour maîtriser un labyrinthe, il faut accepter de s’y perdre un peu et qu’on peut gagner du temps en acceptant d’en perdre au stade initial de l’apprentissage. Comme l’explique Jacques Attali :

Le labyrinthe renvoie à un temps qui prend son temps, qui s’étale, revient sur ses pas, qui erre et se perd. Il nie l’urgence. Il permet le mûrissement d’une idée par tout un jeu d’hésitations et de retours. En persévérant, on ne perd pas de temps ; on en gagne à réfléchir avant d’agir (Attali 1996 : 172).

26Nous avons toujours aidé nos étudiants à utiliser au mieux les ressources des bibliothèques ; nous devons maintenant le faire pour les ressources qu’on trouve sur Internet. Il ne s’agit pas de créer une nouvelle pédagogie, mais plutôt de tirer le meilleur parti possible d’un nouvel outil d’apprentissage.

Conclusion

27Compte tenu de ce que nous savons déjà et de ce que nous croyons possible, il ne semble donc pas irréaliste de penser que nous pouvons donner une formation professionnelle adéquate dans le domaine de la traduction à l’aide d’Internet. Quand on sait, en outre, la place qu’occupent de nos jours les nouvelles technologies dans l’exercice de cette profession, y compris pour l’obtention de contrats, une telle formation paraît répondre tout à fait aux exigences de l’avenir. Nous envisageons d’ailleurs d’associer à notre démarche des cabinets de traduction « virtuels », cabinets dont le bureau ne se trouve que sur Internet et dont les traducteurs peuvent résider un peu partout dans le monde, afin d’organiser pour nos étudiants des « stages virtuels » pendant lesquels ils devraient faire des travaux dans des conditions réelles de télétravail, guidés et révisés à distance par des réviseurs professionnels selon des méthodes ou des modalités assez semblables à celles qu’adoptent les bureaux actuels, au moyen de communications électroniques. Ces stages, s’ils se réalisent, seraient la preuve suprême que, pour la traduction au moins, Internet permettrait d’offrir une formation professionnelle adaptée aux besoins du XXIe siècle.

Bibliographie

Références

ALVAREZ, M.A. (1993), « Distance teaching education : A new method of teaching and training in translation studies », dans Proceedings of the XIIIth World Congress of FIT : Translation — The Vital Link / La Traduction au cœur de la communication, Brighton, p. 256-262.

ATTALI, Jacques (1996), Chemins de sagesse. Traité du labyrinthe, Paris, Fayard.

BURGE, J. Elizabeth (1993), Technologies interactives en formation à distance, Toronto, Institut d’études pédagogiques de l’Ontario.

HENRI, France et Anthony KAYE (1985), Le Savoir à domicile : pédagogie et problématique de la formation à distance, Québec, Les Presses de l’Université du Québec.

LEHNISCH, Jean-Pierre (1981), L’Enseignement à distance, coll. « Que sais-je ? », n° 1893, Paris, Presses Universitaires de France.

MARTON, Philippe (1996), « Le projet CAMITE (Centre d’apprentissage multimédia interactif en technologie éducative). Un nouveau paradigme d’enseignement, d’apprentissage et de formation intégrant les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Technologie éducative, Faculté des sciences de l’éducation, Université Laval », dans Revue CANAL, n° 7, Centre national d’enseignement à distance, Poitiers, actes du Xe colloque du CIPTE (Conseil interinstitutionnel pour le progrès de la technologie éducative), p. 159-164.

MARTON, Philippe (1997), « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication au service de l’apprentissage », conférence présentée au Collège universitaire de Saint-Boniface le 13 février.

Auteur

Collège universitaire de Saint-Boniface
Université du Manitoba

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540