Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Troisième partie. Les conceptions de la traduction

Chapitre 7. Pour une pédagogie de la traduction inspirée de la pratique professionnelle

Jean Hennequin

Texte intégral

1Venant d’une planète nommée Amérique latine, sur laquelle les mots, quoique pratiquement identiques à ceux qui ont cours dans la péninsule ibérique, renvoient à des réalités parfois très différentes et entraînent des conduites souvent fort distinctes, j’en suis venu tout naturellement à me demander jusqu’à quel point le fait de parler une langue commune était une garantie de communication et si ce que l’on appelle « traduction » ne pouvait pas être envisagé comme une opération intralinguistique autant que comme une opération interlinguistique. Pourquoi en Amérique hispanophone propose-t-on, par exemple, aux touristes français, voire portugais et brésiliens, des services d’interprètes, alors que rien n’est prévu pour venir en aide aux touristes espagnols ?

2Plus que sur la notion de langue, les réflexions qui suivent seront donc axées sur celles de discours et de situation de discours : quels sont les discours et les situations de discours avec lesquels jongle le traducteur professionnel ? Et quels sont les discours et les situations de discours auxquels travaillent étudiants et professeurs dans un cours de traduction ? Cette analyse comparative des mécanismes de l’acte traduisant dans le milieu professionnel et dans le milieu pédagogique devra déboucher sur la proposition d’une méthodologie de la traduction inspirée de la pratique professionnelle.

3Par « traduction pédagogique » j’entendrai ici la traduction destinée à l’apprentissage de la langue et, accessoirement, de la culture étrangères. Je ne me référerai donc pas aux cours de traduction destinés à former des traducteurs et qui s’adressent à des étudiants ayant une connaissance préalable presque parfaite des deux langues et des deux cultures en présence.

4Par « traduction professionnelle », au contraire, j’entendrai la traduction en tant que pratique étrangère à toute préoccupation pédagogique, le traducteur professionnel étant censé avoir une connaissance parfaite des deux langues et cultures en présence.

5La question finale sera de savoir si l’apprentissage de la langue et de la culture étrangères est compatible avec l’initiation à la pratique professionnelle de la traduction.

Traduction pédagogique et traduction professionnelle : des enjeux différents

Les mécanismes de la traduction professionnelle

6La traduction, qu’elle soit pédagogique ou professionnelle, a pour matière première le texte, que je définirai comme l’empreinte fossile d’un discours une fois que celui-ci a été détaché, temporellement et/ou spatialement, de sa situation d’origine.

  • 1 Maurice Pergnier écrit dans Les Fondements sociolinguistiques de la traduction : « La compréhensio (...)

7La première tâche du traducteur professionnel consiste donc à transformer le texte en discours, c’est-à-dire à rétablir les rapports unissant le discours de départ à la situation de départ, un peu de la même façon que le paléontologue, à partir d’un spécimen fossile, reconstruit l’animal vivant dans son milieu d’origine1.

8Pour ce faire, le traducteur utilise tous les indices que le texte est susceptible de lui fournir : linguistiques, iconographiques, typographiques, voire strictement matériels, comme les caractéristiques physiques du support ou le moyen de reproduction du texte. Si chacun de ces indices, pris isolément, est susceptible d’interprétations variées, voire divergentes, le traducteur professionnel sait que c’est leur cooccurrence qui renforce les probabilités d’une interprétation correcte de chacun d’entre eux.

9Ces simples hypothèses à propos du texte demandent à être confirmées par une autre série d’indices, extratextuels cette fois : les indices extraits de l’interview d’un personnage dont l’importance pratique et théorique ne saurait être assez soulignée : le donneur d’ouvrage.

10En effet, celui-ci, autant qu’un donneur d’ouvrage, est un donneur d’informations ou, comme disent les anthropologues, un informateur, sur un texte avec lequel il entretient un rapport privilégié. L’interview de cet informateur doit déterminer, en première instance, s’il est l’auteur du discours de départ, son destinataire ou un simple intermédiaire.

11S’il en est l’auteur, il constitue une véritable mine de renseignements ou d’indices de première main sur la situation de départ : où et quand le discours a été produit, quelles en sont les intentions, quelles sont les caractéristiques socioculturelles de son auteur, quelle représentation celui-ci se fait de son destinataire, des circonstances de réception du discours d’arrivée, quels échanges ont précédé le discours à traduire, etc. Il va sans dire que les résultats de l’interview ne sont pas à prendre à l’état brut, mais doivent passer par le filtre de l’interprétation psychologique.

12Si le donneur d’ouvrage est le destinataire du discours de départ ou un simple intermédiaire, ces renseignements ne pourront être, évidemment, que de seconde main, c’est-à-dire médiatisés par la perception qu’il a de la situation de départ, ce qui ne veut pas dire inutiles, mais à interpréter avec une certaine prudence.

13Quoi qu’il en soit, c’est la mise en rapport des indices textuels et des indices fournis par le donneur d’ouvrage qui permet au traducteur professionnel de reconstituer le discours original dans sa situation de départ.

14La seconde étape de l’opération traduisante consiste à élaborer un nouveau texte entretenant des rapports cohérents avec la nouvelle situation, de façon à engendrer un discours d’arrivée équivalant au discours de départ.

15Or, la principale, sinon l’unique source d’information sur la situation d’arrivée est, une fois de plus, le donneur d’ouvrage. Si celui-ci est le destinataire du discours à traduire, son interview permettra d’obtenir une foule de renseignements et d’indices de première main sur la situation d’arrivée, à commencer par la langue dans laquelle le texte doit être traduit ! Pour prendre un cas quelque peu extrême, quoique parfaitement réel, l’interview du donneur d’ouvrage peut révéler que ses attentes de lecture ne correspondent pas, ou pas totalement, aux caractéristiques du texte qu’il a choisi ; à moins d’être dépourvu de toute conscience professionnelle, le traducteur devra alors aider son donneur d’ouvrage à sélectionner certains passages du texte proposé, voire l’orienter vers le choix d’un autre texte.

16Si le donneur d’ouvrage est l’auteur du texte à traduire ou s’il est un simple intermédiaire, il se fait une certaine représentation de la situation d’arrivée, qui peut néanmoins ne coïncider que partiellement avec celle du traducteur ; en ce cas, des conflits peuvent surgir, qui doivent être résolus par la voie de la négociation. Il est fréquent, par exemple, que le donneur d’ouvrage ait produit ou choisi son discours en fonction d’une représentation de la situation d’arrivée fortement influencée par la situation qui lui est familière. Tout l’art du traducteur consiste alors à le convaincre que son destinataire n’est pas seulement étranger par le fait qu’il parle une langue étrangère, mais aussi par son histoire, sa culture, ses attentes de lecture, etc. C’est ainsi qu’on ne saurait transposer un livre de cuisine française, intitulé Cuisine rapide et économique, dans un autre milieu de réception sans s’assurer au préalable que les ingrédients nécessaires peuvent être effectivement obtenus de façon rapide et économique. Dans le cas contraire, le traducteur se verra dans l’obligation de proposer des amendements au texte original (suppressions, ajouts, modifications), qui devront être négociés avec le donneur d’ouvrage. De même, l’interview du donneur d’ouvrage est la seule source d’information permettant de déterminer si la traduction doit être de type plutôt « ouvert » ou « couvert », c’est-à-dire si le destinataire doit ou non, et dans quelle mesure, se rendre compte qu’il s’agit d’une traduction.

17Bref, la traduction professionnelle est en quelque sorte la recherche de la quatrième proportionnelle, selon la formule :

a/c = x/b

a = texte de départ
b = situation de départ
x = texte d’arrivée
c = situation d’arrivée

18Cette formule mathématique, si simpliste soit-elle, possède néanmoins l’avantage de mettre en évidence deux caractéristiques fondamentales de la traduction professionnelle :

  1. La réussite de l’acte de traduction de dépend pas uniquement de l’appréhension correcte du texte de départ a, mais aussi de celle de la situation de départ b, ainsi que de la prise en considération de la situation d’arrivée c.
  2. À un texte original donné ne correspond pas une traduction unique, mais une infinité de traductions possibles, puisque la valeur de x ne dépend pas seulement de a, mais aussi de b et de c.

Les mécanismes de la traduction pédagogique

19À la différence de la traduction professionnelle, la traduction pédagogique ne se soucie guère de reconstruire les liens unissant le discours de départ à la situation de départ. Dans ces conditions, la seule façon de redonner vie au texte consiste à l’insérer dans la situation pédagogique elle-même. Que l’enseignant ait créé le texte de toutes pièces ou qu’il l’ait simplement choisi, en le maquillant ou en le mutilant à des degrés divers, il le transforme en un discours pédagogique, dont il est, sinon l’auteur, tout au moins le locuteur, selon la terminologie d’Oswald Ducrot, c’est-à-dire celui qui en assume la responsabilité. Le destinataire de ce discours est l’enseigné ; ses intentions sont de vérifier les connaissances linguistiques acquises par les étudiants ; ses antécédents sont tous les discours qui ont précédemment eu lieu dans la salle de classe ; bref, tous les éléments de cette situation de départ sont censés être amplement connus par les participants.

20Il en va de même pour ce qui est de la situation d’arrivée, à ceci près que les rôles s’inversent : de destinataire du discours de départ, l’étudiant devient auteur du discours d’arrivée ; et d’auteur (ou « locuteur ») du discours de départ, le professeur devient destinataire du discours d’arrivée ; quant aux intentions de ce nouveau discours, elles ne sont plus de vérifier, mais de démontrer l’acquisition des connaissances linguistiques.

21Dans ces conditions, l’interview du donneur d’ouvrage n’aurait aucun sens, puisque la situation de départ et la situation d’arrivée sont non seulement identiques, mise à part l’inversion des rôles d’auteur et de destinataire, mais aussi parfaitement connues des interlocuteurs. En second lieu, la traduction demandée est toujours « ouverte », étant donné que l’intention poursuivie ne saurait être de faire croire au destinataire que le texte a été rédigé dans la langue d’arrivée ; en ce sens, un texte d’arrivée « sentant » la traduction ne constitue pas un inconvénient rédhibitoire.

22Ce schéma de la traduction pédagogique, que l’on pourrait résumer par la formule

a/b = x/b

a = texte de départ
x = texte d’arrivée
b = situation d’arrivée

23tend néanmoins à se compliquer au fur et à mesure que progresse le cours. En effet, d’auteur ou de locuteur, le professeur se transforme insensiblement en un intermédiaire face à une situation extérieure fictive, dans laquelle la traduction est censée être destinée à un public aussi vaste que mal précisé — une espèce de « lecteur idéal », n’ayant d’autre particularité que de comprendre tous les mots figurant dans le dictionnaire et d’ignorer tous ceux qui n’y figurent pas, et de disposer de tout le temps et de tout l’intérêt du monde pour se documenter sur un sujet donné. D’où la difficulté pour l’étudiant d’adapter son discours à une situation ambiguë, d’autant plus que des conflits peuvent surgir entre la représentation que se fait l’étudiant de la situation d’arrivée et la représentation que s’en fait le professeur, ce qui pousse parfois l’étudiant à proposer deux versions visant, implicitement, deux situations d’arrivée.

24En définitive, ce qui différencie la traduction pédagogique de la traduction professionnelle, ce n’est pas tant la nature des textes eux-mêmes que l’établissement des rapports entre ces textes et les situations de discours à l’intérieur desquelles ils doivent être placés ou replacés : une situation pédagogique uniforme, et pas toujours dépourvue d’ambiguïté, dans le cas de la situation pédagogique ; des situations multiformes et en prise directe sur le monde réel, dans le cas de la traduction professionnelle. La question qui se pose maintenant est de savoir comment la richesse et la diversité de la traduction professionnelle peuvent être transposées dans le milieu pédagogique.

Comment transposer la pratique professionnelle de la traduction dans le milieu pédagogique ?

25Il n’est guère possible de demander à des étudiants en cours d’apprentissage de travailler en collaboration directe avec un cabinet de traduction, en raison non seulement du degré de difficulté des textes à traduire, aussi bien sur le plan linguistique que sur le plan cognitif, mais surtout à cause des obstacles d’ordre pratique en ce qui concerne la relation avec les donneurs d’ouvrage.

26Ces obstacles peuvent néanmoins être contournés grâce à une simulation sélective des conditions qui existent dans la pratique professionnelle. Pour ce faire, il convient tout d’abord de sélectionner les textes à traduire, en fonction des connaissances linguistiques et extralinguistiques qu’ils supposent de la part du lecteur. Ces textes doivent être des textes authentiques, au sens où ils ne doivent pas être des artefacts pédagogiques créés par l’enseignant à l’intention des enseignés. À l’intérieur de ce cadre de sélection, tous les auteurs, tous les domaines, tous les genres, tous les types de présentation peuvent être retenus, l’important étant de diversifier la gamme des textes à lire et à traduire. La situation pédagogique ne permettant guère que de travailler à des reproductions d’extraits ou de textes brefs, les étudiants devront avoir à leur disposition le texte original complet, dans sa présentation originale. S’il s’agit, par exemple, d’un article de revue, ils devront pouvoir consulter à tout moment le numéro complet de la revue en question.

27Après la phase de lecture du texte, il est demandé aux étudiants d’établir un profil du discours de départ, qui doit inclure, au minimum, les éléments suivants :

  • caractéristiques de l’auteur (ou des auteurs) ;
  • caractéristiques du (des) destinataire(s) ;
  • relations entre l’auteur et le destinataire ; circonstances de production du texte ;
  • circonstances de réception du texte ;
  • intentions ;
  • langue du texte ;
  • niveau de langue ;
  • genre du texte ;
  • présentation ;
  • type de publication.

28Dans un deuxième temps, les étudiants sont invités à imaginer un donneur d’ouvrage intéressé à la traduction de ce texte. La consigne est alors de veiller à la cohérence des caractéristiques et des desiderata de cette personne par rapport aux particularités du texte. Et pourquoi ne pas en profiter pour demander aux étudiants de représenter — dans la langue étrangère, le cas échéant — des jeux de rôles faisant intervenir le traducteur et son donneur d’ouvrage ? En cas de manque d’inspiration ou de moyens linguistiques, ou en vue de compléter le scénario, il est possible de présenter aux étudiants l’enregistrement vidéo de l’interview d’un donneur d’ouvrage réel — ce qui suppose, évidemment, que le professeur dispose d’un ensemble de vidéos, chacune d’entre elles correspondant à un texte de départ donné.

29En fonction des données recueillies au cours de l’interview, il est ensuite demandé à l’étudiant de rectifier ou de compléter le profil de départ, notamment s’il s’avère que le donneur d’ouvrage en est l’auteur. Ce profil de départ sera ensuite modifié en fonction des informations fournies par l’interview, afin de déboucher sur un profil du discours d’arrivée comportant la même liste d’éléments que le profil de départ.

30Il va sans dire que ces deux profils peuvent être élaborés dans la langue étrangère, même en début d’apprentissage.

31Finalement, l’étudiant procède à la rédaction du discours d’arrivée, à partir du profil qu’il a lui-même établi.

32Afin d’enrichir ce processus, il convient de diviser la classe en groupes, chacun d’entre eux travaillant pour un donneur d’ouvrage particulier. Cela permet ensuite de comparer les traductions proposées et de mettre en rapport les différences observées avec les caractéristiques de chacun de ces donneurs d’ouvrage.

Les avantages de cette transposition

33En guise de conclusion, mentionnons les principaux avantages que professeur et étudiants peuvent retirer de cette pratique de la traduction.

34En ce qui concerne le professeur, celui-ci se libère du carcan pédagogique qui l’oblige à une éternelle alternance du rôle d’auteur du texte de départ avec le rôle de destinataire du texte d’arrivée, commis à la sauvegarde des mots. Il se transforme en un véritable catalyseur de la communication, dans une multitude de situations empruntées à la vie réelle. Étant donné que la situation pédagogique ne se prête pas à la vérification empirique du bien-fondé des traductions proposées, le rôle du professeur consiste à repérer et à signaler d’éventuelles incohérences : incohérences, par exemple, entre les caractéristiques du texte et celles du donneur d’ouvrage, ou entre celles du donneur d’ouvrage et celles du profil des discours, et, finalement, entre le profil d’arrivée et le discours d’arrivée. Dans la mesure où la règle du jeu consiste à établir un profil d’arrivée suffisamment détaillé pour servir de référence à la construction du discours d’arrivée, l’évaluation y gagne en objectivité. Celle-ci, en effet, ne se fonde plus sur le sentiment linguistique d’un locuteur idéal, mais sur le degré d’adéquation entre le discours produit et la situation de discours envisagée.

35En ce qui concerne l’étudiant, l’intérêt de cette méthodologie réside dans le caractère interdisciplinaire de son apprentissage. En premier lieu, cette pratique permet d’intégrer l’apprentissage du discours oral et du discours écrit en langue étrangère, aussi bien sur le plan de la réception que sur celui de la production. Évitant de dissocier l’oral de l’écrit ou de présenter l’écrit comme un simple code dérivé, secondaire par rapport à l’oral, cette méthodologie insiste au contraire sur l’éclairage mutuel de ces deux modes de communication, à la fois différents et complémentaires.

36En second lieu, la méthodologie proposée, repoussant la sécurité trompeuse des correspondances préétablies entre listes de mots, invite l’étudiant à travailler, non au niveau de la langue, mais du discours. Si, comme le dit Umberto Eco, le « texte est un mécanisme paresseux qui vit sur la plus-value de sens qui y est introduite par le destinataire » (Eco 1985 : 63), cette méthodologie contribue à familiariser l’apprenant avec les stratégies de la lecture et de la rédaction, tant dans la langue maternelle que dans la langue étrangère.

37Finalement, et ce n’est pas là l’un de ses moindres mérites, cette méthodologie prépare l’étudiant à la pratique professionnelle de la traduction, en insistant sur le fait que, pour un texte donné, il n’existe pas une seule traduction possible, mais une infinité. L’interview du donneur d’ouvrage constitue à cet égard un précieux garde-fou.

38En définitive, cette méthodologie repose tout entière sur l’idée selon laquelle apprendre une langue étrangère, c’est autant relever le défi d’affronter une nouvelle langue que celui de faire face à une nouvelle situation.

Bibliographie

Références

DUCROT, Oswald (1972), « Situation de discours », dans Oswald DUCROT et Tzvetan TODOROV (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Éditions du Seuil.

DUCROT, Oswald (1984), Le Dire et le Dit, Paris, Éditions de Minuit.

DURIEUX, Christine (1991), « Traduction pédagogique et pédagogie de la traduction », dans Le Français dans le monde, août-septembre, p. 66-70.

ECO, Umberto (1985), Lector in fabula, Paris, Grasset.

PERGNIER, Maurice (1993), Les Fondements sociolinguistiques de la traduction (c1978), coll. « Étude de la traduction » Lille, Presses Universitaires de Lille.

Notes

1 Maurice Pergnier écrit dans Les Fondements sociolinguistiques de la traduction : « La compréhension d’un énoncé nécessite […] que tous les termes en soient référés correctement aux éléments de la situation qui lui a donné naissance et qui lui confère son sens. Sans cette référence, l’énoncé est ambigu pour son récepteur » (Pergnier (1993 :46).

Auteur

Université Autonome de Puebla (Mexique)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540