Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Deuxième partie. La compréhension des textes

Chapitre 3. Les préalables de la traduction

Françoise Vreck

Texte intégral

1La présente démarche est née du désir de freiner le réflexe de l’étudiant qui consiste à se ruer sans réflexion préalable sur le texte source et à en remplacer systématiquement un mot, puis un autre, puis un autre encore, par des mots de la langue cible. Il ne fait aucune vérification quant à l’existence, et encore moins à l’exacte coïncidence, de correspondances entre les deux langues. Faute d’une réflexion sur le fonctionnement des langues et sur la façon dont chacune découpe différemment la réalité extralinguistique, il se satisfait de cet échange terme à terme qu’il trouve sécurisant et ne se doute pas que ce comportement empirique revient à se jeter à l’eau sans avoir repéré les lieux, sans avoir appris à nager. Quelques-uns par chance s’en sortent, mais la plupart barbotent sans succès.

2Pour lutter contre ce réflexe, les enseignants recourent tous aux mêmes consignes. On commence par recommander une lecture attentive du texte, puis plusieurs lectures du texte. On suggère une saisie plus fine qui prenne en considération des éléments autres que la stricte graphie, toujours dans le but de faire glaner le maximum d’informations sur le texte. Et toujours, qu’on fasse mettre en œuvre la compréhension globale (Gouadec 1974), l’appréhension visuelle (Demanuelli et Demanuelli 1991) ou la vision globale (Vreck 1992), on aboutit au même constat : en dépit de nos mises en garde, bon nombre d’étudiants continuent à pratiquer ce transfert linguistique linéaire, passant d’un mot à un autre, d’un îlot de sens à un autre, sans s’intéresser aux liens visibles et invisibles que tissent les mots entre eux et que tissent les mots avec la réalité extralinguistique. Leur utilisation du dictionnaire est sur ce plan révélatrice. Dans son Parcours de traduction, Jeanne Dancette (1995) déplore qu’à la moindre difficulté lexicale l’étudiant se précipite sur le dictionnaire au lieu d’exploiter le contexte. J’irai plus loin en regrettant que cette consultation du dictionnaire, loin d’être une « stratégie », soit assez souvent un acte manqué parce qu’il n’est pas étayé sur une bonne lecture du texte. À la première ligne du texte de support donné un peu plus loin figure le nom strike. Si on regarde la liste des termes que les étudiants ont cherchés dans le dictionnaire pour traduire le passage, on trouve ce mot strike flanqué un certain nombre de fois de la traduction « frapper », ce qui signifie que ceux qui ont fourni cette réponse n’ont pas pris la peine, avant de consulter leur dictionnaire, de relever l’article devant le syntagme nominal a dock strike, qui leur aurait permis de dégager la nature grammaticale de strike, et a fortiori qu’ils n’ont pas vu non plus le rôle joué par dock dans la détermination du sens de ce mot. La recherche dans le dictionnaire est donc faite par certains sans préoccupation aucune du contexte, qu’il soit grammatical ou lexical, comme si chaque mot avait un sens et une nature grammaticale uniques et inaltérables.

3Une réflexion préalable sur la langue et l’exercice de traduction s’impose donc, réflexion qui n’est pas obligatoirement théorique, mais qui vise à faire prendre conscience tout d’abord qu’il est rare qu’un mot, quelle que soit la langue, ait un sens unique aux contours bien définis. En fait, plus un terme est fréquent, plus il a de chances d’avoir des sens multiples. Ensuite, il importe de montrer le rôle de l’environnement du mot dans la constitution du sens, de souligner les nuances, les interpénétrations et les chevauchements, bref, de persuader le traducteur en herbe, d’une part, qu’un mot ne s’analyse jamais seul et, d’autre part, que la grammaire n’est pas une science abstraite destinée à empoisonner ses plus belles années, mais une quantité limitée et répertoriée d’outils porteurs et faiseurs de sens. La méthode, résolument dirigiste, concrète et orientée, va l’amener à pénétrer le texte en jouant avec les mots pour qu’il en acquière une meilleure connaissance et puisse s’en affranchir plus aisément. Cette acclimatation sera facilitée par l’utilisation de la langue source, dans notre cas l’anglais, comme métalangue et d’un dictionnaire monolingue anglais comme outil de base (Collins Cobuild 1987), voire d’un dictionnaire encyclopédique (Longman 1992). On réduit ainsi le plus possible à ce stade les contraintes liées au transfert linguistique.

4Qu’est-ce que je propose ? Des exercices répartis en trois étapes dont les limites ne sont pas étanches et se chevauchent. Ces exercices portent sur des textes d’anglais contemporain de sources extrêmement diverses, extraits de fictions ou articles de journaux, dont j’essaie de diversifier au maximum les thèmes, les registres et les variétés de langue en évitant toute hypertechnicité. Le texte de support présenté ici est un court passage de An Experiment in Love, roman de Hilary Mantel.

In July there was a dock strike, and temporary shortages of fresh food. The Minister of Agriculture appeared on the news and said, “What housewives should do this week is shop around, buy those things which are cheaper.”

When my mother heard this, she took off her slipper and threw it at the television set. It sailed over the top and landed at the back among the tangled flexes and cables. “What does he think folk generally do?” she asked. “Go down to the market and say, ‘What’s dear today, give me five pounds, will you, and a slice of your best caviare on top? Oh, no, that’s not dear enough! Please keep the change.’”

My father creaked out of his chair and went to pick her slipper up. He handed it back: “Prince Charming,” he said, identifying himself.

My mother snorted, and forced her veiny foot back into the felt (Mantel 1995).

Première étape

Des exercices de compréhension qui font « voir » le texte

5Lorsqu’on pense « exercice de compréhension », on songe, à tort ou à raison, au lexique d’abord, et les exercices proposés permettent, certes, d’attirer l’attention sur les mots difficiles ou délicats et d’aller au-devant de confusions ou d’erreurs possibles, de cécités partielles ou d’oublis, mais au-delà de cet enrichissement lexical, leur finalité est celle de miroirs grossissants : ils doivent susciter une prise de conscience du détail, encourager le regard et l’esprit à tenir compte de la ponctuation et — surtout quand la langue source est l’anglais — des petits mots (particules, prépositions, affixes) qui passent volontiers inaperçus. Bien comprendre un texte, c’est savoir ne rien négliger de ce texte. La première étape comporte trois exercices qui sont naturellement fonction du texte choisi. Le nombre comme le type d’exercices varient selon les textes, d’où la nécessité d’utiliser des textes très divers de façon à élargir au maximum l’éventail d’exercices. Une batterie d’exercices concernant un seul texte n’a pas de prétention à l’exhaustivité.

1. Right or wrong? Justify each answer with two elements from the text.

  1. Workers in the harbour refused to load and unload ships.
  2. The Minister of Agriculture spoke on a radio programme.
  3. The mother thinks people usually go to the market and buy luxury goods.
  4. The end of the text is an allusion to Snow White.

6Les phrases sur lesquelles portent les questions du premier exercice sont rédigées dans une langue aussi simple que possible pour permettre à l’étudiant de cerner le sens de mots qu’il peut ne pas connaître ou tout simplement ne pas voir, de repérer une allusion culturelle ou une figure de style qui risqueraient de lui échapper.

7L’affirmation 1.i) éclaire le sémantisme de a dock strike. La demande de deux réponses reflète moins un désir effréné d’exhaustivité qu’une volonté de faire découvrir les inférences d’un texte et de lutter contre une littéralité à tous crins. Au-delà d’une réponse évidente, on en fait déceler une autre, moins explicite.

8L’énoncé 1.ii) attire l’attention sur appeared, non pas parce que le terme est difficile à comprendre, mais parce qu’une traduction littérale de celui-ci est difficilement acceptable. Il convient donc de préparer l’étudiant à jouer avec le mot et, au-delà de ce mot, avec le sens et la situation qu’il génère, pour pouvoir d’autant mieux les restituer au cours de la deuxième phase, la phase de traduction proprement dite, dans la langue cible.

9La phrase 1.iiii aide à découvrir l’ironie du texte. Humour et ironie sont difficiles à percevoir en langue étrangère. De plus, l’étudiant en situation de traduction semble perdre une partie de son objectivité, de son bon sens. En affirmant ici une absurdité, on éveille la vigilance de l’étudiant et on espère éveiller son esprit critique.

10En outre, en « stratégie d’examens », c’est-à-dire lors de travaux en temps limité, je suggère à l’étudiant de lire le questionnaire avant de découvrir le texte de référence. La pratique, qui vise à canaliser l’attention du candidat, peut paraître contestable puisqu’elle conduit à appliquer au texte une grille de lecture bien précise et qu’elle nie en partie la liberté du lecteur, mais, je le précise, elle est liée aux conditions spécifiques de l’examen : stress et temps limité.

11L’affirmation 1.iv) utilise comme la précédente le ressort de la provocation. En proposant une allusion culturelle bien connue et visiblement incongrue ici, on suscite la réflexion et on permet par rebond la reconnaissance d’une intertextualité qui aurait peut-être échappé à l’étudiant pris par l’histoire au premier degré. Sa lecture et son plaisir s’en trouvent enrichis.

2. Say for each element underlined in the following list of verb phrases if it is a preposition or an adverb.

i) appeared on the news ; ii) shop around ; iii) took off her slipper ; iv) threw it at the television ; v) sailed over the top ; vi) landed at the back ; vii) go down to ; viii) creaked out of ; ix) to pick her slipper up ; x) handed it back ; xi) forced her veiny foot back into.

12Cet exercice de différenciation des particules et des prépositions, contrairement aux apparences, n’est pas un pur exercice de grammaire. Au-delà des étiquettes, il vise à faire découvrir à l’apprenti traducteur les comportements sémantiques différents des verbes à particule et des verbes prépositionnels. Il n’est pas rare, en effet, qu’il soit impossible de deviner le sens d’un verbe à particule en mettant bout à bout le sens du verbe et le sens de la particule ; à première vue, give up est loin d’être la somme du sémantisme de give et de celui de up. La particule influe plus que la préposition sur le sens du verbe, et attirer l’attention sur les particules et leur lien avec le verbe qui les précède, c’est aider à découvrir ou à subodorer un sens, c’est aussi souligner des mécanismes en profondeur différents de ceux de la surface. Trop de jeunes traducteurs traduisent look up en ignorant le up. Ces particules sont très fréquentes et leur mise en relief sera à long terme plus profitable que l’acquisition de tel vocable plus rare. Au-delà d’une meilleure connaissance du texte source, l’intérêt porté au sens et au fonctionnement des verbes à particule et à préposition éclaire — sans pour autant le résoudre — le choix au cours de la deuxième phase entre la traduction littérale, une reformulation par chassé-croisé ou un autre procédé. Dans mon texte de support, creaked out of his chair, au troisième paragraphe, relève des verbes de bruit, évocateurs d’un mouvement, qui donnent souvent lieu à un chassé-croisé (Vreck 1992). Le traducteur qui, en explorant les liens entre les divers éléments du groupe verbal, aura reconnu ce type de verbe recourra plus systématiquement au chassé-croisé en exprimant le sémantisme de out of (on notera au passage l’incidence de la particule out sur le sens de chair) dans le verbe de la langue cible et celui de creaked dans le complément de manière, quitte ensuite à opter pour une autre solution si le résultat sur le plan du français n’est pas très heureux.

13À cet exercice sur les prépositions, on peut dans un autre texte substituer un exercice sur les déterminants, la dérivation Ø ou les affixes, qui développera le même souci du détail et qui, une fois encore, ne visera pas la simple compréhension. Récemment, des étudiants de première année avaient à traduire dans un texte donné en examen sans exercices préalables la phrase : She lifted her veil and unbuttoned her high fur collar. Bizarrement, le mot veil a dérouté tout le monde et seule une bonne moitié des étudiants, ceux qui ont pris conscience du deuxième her après unbuttoned, a échappé à l’erreur de structure qui faisait de lifted l’unique verbe de la phrase, de unbuttoned un participe passé adjectivé et qui aboutissait donc à une traduction du type : « Elle souleva son grand col de fourrure déboutonné et... » L’exercice suivant relève du même souci du détail.

3. i) Compare the punctuation in:

“In July there was a dock strike, and temporary shortages of fresh food”, “My father creaked out of his chair and went to pick her slipper up” and “My mother snorted, and forced her veiny foot back into the felt”.

And explain the differences.

ii) Comment on the use of inverted commas in:

“What does he think folk generally do?” she asked. “Go down to market and say, ‘What’s dear today, give me five pounds, will you, and a slice of your best caviare on top? Oh, no, that’s not dear enough! Please keep the change.’”

14Ces deux questions sur la ponctuation se proposent de souligner le rôle de la ponctuation dans la détermination du sens et de montrer qu’elle n’offre pas seulement un confort de lecture, mais que le fait de ne pas la prendre en considération risque de modifier sensiblement le degré de compréhension du texte. L’étudiant qui remarque la virgule après strike de l’extrait de Hilary Mantel et tente d’en justifier la présence constate qu’elle scande l’affleurement progressif de la pensée du narrateur qui se remémore d’abord globalement la grève des dockers, puis ses conséquences. Les deux sujets réels de there was ne sont pas placés strictement sur le même plan, ce qui explique d’ailleurs le singulier was du verbe. Le français utilise beaucoup moins que l’anglais la virgule avant la conjonction de coordination « et », aussi est-il important que le francophone voie cette virgule et en comprenne la fonction. La comparaison entre les trois phrases citées, avec ou sans virgule, est à ce titre révélatrice. Par ailleurs, s’il ne peut pas dans sa traduction utiliser la virgule aux mêmes fins, il importe qu’il en ait bien senti le rôle pour lui trouver un équivalent, sans doute par transposition. Dans l’autre exemple, My mother snorted, and forced her veiny foot, le décalage entre les deux actions introduit par la virgule peut s’exprimer soit par une conjonction de coordination qui exprime la succession comme « puis », précédée d’une virgule à l’identique, soit par une locution prépositive de sens similaire, « avant de ». Le recours au connecteur « puis » est aussi possible : « il y eut une grève des dockers, puis des pénuries temporaires de denrées fraîches ». Mais si l’on trouve que l’invariabilité en nombre de « il y eut » estompe un peu le clivage ressenti entre les deux membres de phrase de la phrase source, on envisagera une restructuration plus nette : « il y eut... et on manqua sporadiquement de denrées fraîches ». Cette transformation d’indices syntaxiques en relations sémantiques n’est possible que si la saisie du texte source est suffisamment fine.

15Le commentaire sur les guillemets vise surtout, en contrastant les deux types de citation, à faire entendre les deux voix et donc l’ironie de la mère déjà mentionnée à propos de la question 1.iii). L’exercice n’est nullement redondant, car le recoupement de réponses identiques obtenues par des biais différents stimule l’étudiant et l’encourage à multiplier les approches, à se donner les moyens de vérifier ses hypothèses et l’éveille à une forme de pluridisciplinarité.

Deuxième étape

La substitution ponctuelle comme gymnastique intellectuelle

4. Find synonyms in the text for:

i) compare prices; ii) mixed together; iii) cable; iv) people; v) loose money; vi) make an inarticulate animal noise as a form of anger; vii) thick cloth commonly used for making hats.

16Cette quatrième question offre un jeu de synonymie en version plutôt passive puisque ce qui est fourni consiste dans l’explication d’un terme jugé plus difficile. Il vise certes à la compréhension, mais en suggérant des doublets ou variantes possibles, il brise le moule « un sens = un mot » et prépare le terrain à des exercices de substitution identiques dans la langue cible. Car si la synonymie est possible dans une langue, pourquoi ne le serait-elle pas dans une autre ? Et l’aptitude à jongler avec les mots acquise dans une langue, pourquoi la perdrait-on en passant dans une autre ? Le deuxième avantage de ces jeux de paradigmes, outre l’habileté verbale et la réflexion sur le sens qu’ils favorisent, est d’éveiller par ailleurs l’attention à une répartition différente des sèmes d’un synonyme à l’autre et donc d’anticiper sur des différences de concentration possibles dans la langue cible : loose money, change, liquidités, monnaie, petite monnaie, menue monnaie... Dernière fonction de ces exercices : l’entraînement à la rigueur. Si le terme fourni est un terme comptable donné au singulier, le singulier est exigé pour le synonyme, s’il correspond lui aussi à une vision discontinue. Si le verbe ou groupe verbal est conjugué au passé, ou donné à l’infinif, la réponse sera de même type. L’étudiant prend ainsi l’habitude d’examiner précisément ce qui lui est proposé et, en futur traducteur soucieux de fidélité, il se plie à ce qui devient une série de consignes implicites.

5. Rewrite the following sentences replacing “cheap” by “dear” and “dear” by “cheap”, and making all necessary arrangements so that the meaning is preserved.

  1. buy those things which are cheaper;
  2. that’s not dear enough.

17La cinquième question pousse le jeu de la synonymie un peu plus loin. En effet, si elle permet, d’une part, d’éluder une erreur possible sur la polysémie de dear, elle adjoint, d’autre part, à l’exercice de substitution la nécessité d’une restructuration annonciatrice de modulations syntaxiques en traduction. La restructuration est double et d’autant plus délicate que la permutation porte sur des termes antithétiques utilisés au comparatif (suffixe et adverbe de degré). Il s’agit bien ici de la démarche interprétative du texte dont parle Jean Delisle, à savoir « une analyse et une restitution de rapports sémantiques, un acte d’intelligence qui ne se ramène pas à une simple confrontation de systèmes linguistiques, [mais] exige une grande faculté de compréhension alliée à la capacité de manier le langage » (Delisle 1980 : 16).

Troisième étape

Des exercices de réécriture, de production guidée de sens

6. Explain the difference between “Housewives should shop around, they should buy the cheaper things” and what the Minister actually said.

18La finalité première de cette question-ci est de faire découvrir, au-delà de la rhétorique du discours et de la structure emphatico-elliptique, le sens de base du texte. Elle répond, bien sûr, au désir de déjouer des risques possibles d’erreurs (ici le risque de prendre buy pour un impératif et d’interpréter comme une injonction du ministre ce qui est ici un conseil avisé : Housewives should buy), mais elle est surtout une invitation à découvrir les différentes strates d’un texte, les différentes étapes de la composition du dire et leur pourquoi, et à explorer le sens de l’énoncé indépendamment de sa forme syntaxique. De surcroît, on peut espérer que l’étudiant qui aura appris à se détacher des mots qu’il a sous les yeux et à se préoccuper des signifiés sous-jacents aura le réflexe, dès que la traduction littérale d’une structure de surface ne lui offrira pas une solution satisfaisante, de se tourner vers cet au-delà du texte pour en faire son point de départ. Comme les langues diffèrent plus dans leurs structures de surface que dans leurs structures profondes (Nida et Taber 1971), le transfert linguistique n’en sera que plus facile. La question 7 en apporte une démonstration évidente.

7. Rewrite the following lines bringing all elliptic elements to the surface.

“What does he think folk generally do?” she asked. “Go down to the market and say, ‘What’s dear today?’”

19Les ellipses d’une langue ne sont pas forcément celles d’une autre, et, dans l’exemple précis qui est le nôtre, les éléments omis dans la structure de surface dans la langue source, la conjonction de subordination that par deux fois et le sujet des verbes go down to et say, ne peuvent l’être dans la langue cible. L’exercice se justifie donc doublement : il amène à repérer des ellipses qui risquent d’être mal perçues parce qu’elles ne portent pas sur les mêmes segments de phrase dans les deux langues et de ce fait il aide à la compréhension. Par ailleurs il permet au traducteur de partir d’une structure profonde bien dégagée et limite le risque de calque et donc d’erreur dans la syntaxe de la langue cible.

8. Rewrite the following line turning the subordinate clause into a prepositional phrase and making all necessary arrangements.

When my mother heard this, she took off her slipper and threw it at the television set.

20Le huitième exercice, le troisième portant sur la réécriture, comporte comme les deux précédents une parenté certaine avec l’exercice de traduction puisque, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de produire un texte autre tout en préservant le sens. Les exercices de réécriture offrent des pistes au traducteur débutant, qui se trouve souvent dans l’incapacité de réexprimer des passages dont il saisit pourtant le sens. Le présent exercice, qui invite à jouer avec la répartition des sèmes sur la chaîne parlée, est un jeu de transposition intralinguistique. En encourageant l’étudiant à jongler sur l’axe syntagmatique, on l’affranchit de l’idée d’une solution unique, on lui fait prendre conscience de la multiplicité possible des dires et des nuances sensibles entre eux, et on l’aide un peu plus à s’imprégner du sens tout en se détachant du texte qui lui est soumis.

21Car c’est bien là le paradoxe de tout ce prélude à la traduction : il amène l’étudiant à pénétrer toujours plus avant dans le texte pour mieux s’en détacher lors de la deuxième phase, la phase de traduction. Il n’effectuera plus alors un simple transfert de signes linguistiques, mais communiquera un sens compris. Le présent exemple est loin d’avoir épuisé toute la panoplie possible d’exercices non seulement sur l’extrait proposé, où une interrogation peut être envisagée sur les syntagmes dock strike et tangled flexes and cables, sur la composition de shortages et sur les métaphores et métonymies sailed et felt, mais surtout sur d’autres textes, puisque les exercices sont en grande partie fonction du texte étudié. En effet, le but est d’utiliser une grande diversité de textes pour développer des compétences linguistiques, ainsi que des capacités d’analyse logique et de raisonnement déductif, une aptitude à faire des inférences, bref d’inviter l’étudiant à mieux exploiter ses compétences et sa connaissance de la réalité extralinguistique.

Bibliographie

Références

Collins Cobuild English Language Dictionary (1987), Londres/Glasgow, Collins, 1re édition.

DANCETTE, Jeanne (1995), Parcours de traduction, Lille, Presses Universitaires de Lille

DELISLE, Jean (1980), L’Analyse du discours comme méthode de traduction. Initiation à la traduction française de textes pragmatiques anglais, coll. « Cahiers de traductologie », n° 2, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

DEMANUELLI, Claude et Jean DEMANUELLI (1991), Lire et Traduire, Paris, Masson.

GOUADEC, Daniel (1974), Comprendre et Traduire, Paris, Bordas.

Longman Dictionary of English Language and Culture (1992), Harlow, Longman, 1re édition.

MANTEL, Hilary (1995), An Experiment in Love, Londres, Viking.

NIDA, Eugene A. et Charles R. TABER (1971), La Traduction : théorie et méthode, traduction de E. J. Brill, Londres, Alliance Biblique Universelle.

VRECK, Françoise (1992), ABC de la version anglaise, Paris, Longman.

Auteur

Université Charles-de-Gaulle — Lille 3

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540