Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La Démocratie à l’épreuve de la gouvernance

 | 
Linda Cardinal
, 
Caroline Andrew

Troisième partie. Face au politique, les défis de la gouvernance

11. La gouvernance en tant que manière de voir : le paradigme de l’apprentissage collectif

Marguerite Mendell

Full text

J’aimerais remercier Mme Lucie Mager pour l’assistance qu’elle m’a apportée en faisant la révision de ce texte.

1Dans cette intervention, j’essaie d’appliquer l’analyse de Gilles Paquet au cas particulier de l’économie sociale québécoise telle qu’elle évolue actuellement dans le milieu urbain à Montréal. Comme lui, je m’interroge sur deux phénomènes : d’une part, l’économie sociale elle-même et, d’autre part, les organisations collectives et communautaires qui composent l’économie sociale montréalaise. Ce faisant, j’aborde les questions soulevées par Gilles Paquet concernant l’échec des anciens modèles organisationnels hiérarchiques, bureaucratiques ou autoritaires, ainsi que la recherche d’une alternative au modèle sociétal néolibéral des 25 dernières années, qui reposait sur une philosophie individualiste.

2N’étant pas politologue, je ne considère pas du tout les structures et les institutions politiques de l’économie sociale urbaine comme un défi aux formes et aux structures organisationnelles de l’entreprise, aux relations entre l’État et la société civile, ou encore à l’héritage participatif des organisations communautaires. Sans idéaliser l’économie sociale québécoise, j’aimerais l’aborder ici comme un type idéal pour ajouter au modèle participatif présenté dans le texte de G. Paquet. À mon sens, le type idéal que je propose rejoint le modèle que G. Paquet estime être en plein essor et qui se présente comme un modèle souhaitable de gouvernance dans les organisations.

3Voyons, par un survol, comment l’économie sociale québécoise se définit et comment elle tend à renouveler l’ancienne économie sociale, composée historiquement des mouvements coopératif, associatif ou des mutuelles. Il me semble d’abord qu’il faut considérer l’économie sociale québécoise dans toutes ses dimensions. Premièrement, la nouvelle économie sociale québécoise me semble aller au-delà d’une définition structurelle ; comme elle est beaucoup plus que le mouvement associatif, on ne peut simplement chercher à établir une distinction entre les entreprises collectives et les entreprises privées. Deuxièmement, elle va au-delà d’une définition sectorielle l’assimilant au troisième secteur ou au secteur non marchand. Enfin, la nouvelle économie sociale ne se laisse pas enfermer dans une définition territoriale puisqu’on peut la concevoir, de même que le fait G. Paquet, comme un nouveau « paradigme de l’apprentissage collectif ». À mon avis, la nouvelle économie sociale est porteuse d’un nouveau modèle de gouvernance, en lien avec les diverses expérimentations actuelles ou en évolution dans les entreprises et dans les organisations auxquelles fait référence G. Paquet.

4L’éclosion de la nouvelle économie sociale s’est intensifiée au Québec à partir de la revendication du mouvement des femmes, qui, en juin 1995, réclamait du gouvernement québécois qu’il investisse dans l’« infrastructure sociale », par opposition au programme d’infrastructure lancé par le gouvernement Chrétien à Ottawa. Par infrastructure sociale, les groupes de femmes entendaient tout le travail des femmes non reconnu socialement ni financièrement, et pourtant aussi essentiel au fonctionnement de la société que les voies routières financées sans tergiversations par l’État. De toute évidence, à l’examen des trois dernières années de la vie publique, cette revendication des femmes a transformé la scène politique au Québec. Pour la première fois, les mouvements populaires ont été invités à participer à un sommet socio-économique, aux côtés des traditionnels décideurs clés du Québec, soit des représentants syndicaux, du milieu des affaires et de l’État. Jamais auparavant les membres des mouvements populaires – entre autres, les femmes, les écologistes, les militants communautaires – n’avaient participé aux négociations ou à la planification stratégique. On entrevoit ainsi déjà un changement de gouvernance au niveau national. Le Québec, déjà reconnu pour son modèle multipartite de concertation, continue à innover en matière de néocorporatisme ; cette première présence d’acteurs issus des mouvements populaires a eu des conséquences inédites et, à mon avis, radicales à plusieurs égards.

5D’abord, sur la scène politique, ces nouvelles voix nous font entendre un nouveau vocabulaire, un nouveau discours. Les nouveaux acteurs sociaux rendent visibles et partagent avec les acteurs traditionnels des expériences qui avaient toujours été confinées à la marge de la société et qui restaient invisibles pour le grand public. À mon avis, cette participation des nouveaux acteurs et l’intérêt public pour les stratégies de l’économie sociale représentent déjà une transformation de la gouvernance québécoise. Toutefois, bien sûr, cet intérêt partagé pour la nouvelle économie sociale n’en est pas moins conflictuel. On entend au moins deux discours au niveau national : celui du ministère des Finances et ceux du ministère de l’Emploi et de la Solidarité, du ministère des Régions et des mouvements populaires. Cela dit, la transformation est là et elle est bien réelle ; elle conteste les politiques adoptées par le ministre des Finances et elle produit de nouvelles structures et relations dans les organisations qui se préoccupent du développement économique, à tout le moins dans les régions. Bien sûr, il est vrai aussi que les expériences demeurent inégales ; certaines organisations communautaires de Montréal innovent beaucoup plus que d’autres à cet égard. Mais la tendance est là et c’est à cette tendance que je fais référence.

6Les groupes populaires sont à l’origine du lancement d’une nouvelle économie sociale en voie de devenir au Québec un modèle organisationnel différent et participatif. Cette analyse est en contraste avec une simple interprétation soit structurelle (légale), sectorielle ou territoriale de l’économie sociale.

7Toutefois je crois que les acteurs de l’économie sociale ont, dans un sens, été forcés de faire l’inverse de ce qu’évoque G. Paquet dans son article. Il met en évidence l’échec du modèle bureaucratique et l’émergence des processus de participation et de négociation. Il fait aussi ressortir la décentralisation décisionnelle qui caractérise les grandes entreprises et l’émergence de nouveaux lieux et pratiques. Il souligne enfin le principe de solidarité qui légitime la tendance à rapprocher les lieux décisionnels des clients potentiels. Si on revient à l’économie sociale où les acteurs ont une expérience différente, basée dans la plupart des cas sur une longue histoire d’action collective, sur une solidarité et sur un militantisme politique, on peut aller plus loin dans l’interprétation. Quand on considère les nouvelles responsabilités qui incombent aux acteurs et les nouvelles structures qui s’établissent actuellement, ce qui est fascinant et qui rejoint beaucoup l’argumentation de G. Paquet, c’est d’observer les tensions entre l’héritage de la culture communautaire participative et les nouvelles exigences de l’institutionnalisation progressive de leurs actions et de leurs acquis.

8Je vais être plus précise en évoquant l’exemple des sociétés de développement économique communautaire à Montréal (CDEC), qui sont des organisations intermédiaires entre l’État et la société civile. La première génération des CDEC a été établie dans des quartiers démunis de Montréal. Jusqu’au milieu des années 1980, les associations communautaires s’occupaient plutôt des questions et des revendications sociales. Jacques T. Godbout nous a beaucoup appris sur l’émergence et l’institutionnalisation des CLSC, sur leur résistance à la bureaucratisation et à la clientélisation de leur travail dans les années 1970 (voir son livre intitulé La participation contre la démocratie). Il existe des cliniques populaires qui résistent à l’institutionnalisation (par exemple, à Pointe-Saint-Charles). De leur côté, les CDEC ajoutent un nouveau volet, voire un fardeau, supplémentaire à l’action des organisations communautaires. Les CDEC ont été créées pour faire face aux problèmes de développement économique, de création d’emploi, de restructuration et de revitalisation des quartiers pauvres. Les fonctions des acteurs locaux devenaient ainsi beaucoup trop complexes ; les intervenants communautaires ont été forcés de se concentrer sur de nouveaux enjeux. Mais l’action collective, qui était à la base de leur travail précédent, a beaucoup influé sur les structures de gouvernance des CDEC. Il faut voir que les CDEC sont en fait des instances étatiques, mais dont les conseils d’administration sont composés des représentants du milieu ; l’État est donc devenu, et de façon majeure, un partenaire dans cette organisation. La réalité étant complexe, il nous faudrait absolument nuancer une telle discussion, mais restons-en pour l’instant à la perspective d’un type idéal de l’économie sociale. En remplacement d’un modèle clientéliste qui traitait chaque assisté social, chaque chômeur ou chaque entreprise menacée de fermeture comme un cas individuel, les CDEC ont été établies dans des quartiers démunis à Montréal pour présenter des stratégies de développement économique cohérent, intégré, reflétant les besoins et les potentiels socio-économiques du quartier. Ces stratégies sont le résultat d’un modèle de gouvernance participative qui, à mon avis, représente un microcosme d’un paradigme plus large de l’apprentissage collectif. D’abord le processus décisionnel reflète un héritage de « faire et agir autrement ». Mais deuxièmement, et cela touche la cœur de cette discussion, l’introduction de nouveaux objectifs économiques s’est faite en préservant la culture communautaire des organisations. Dans plusieurs cas, il fallait engager pour la première fois des personnes ayant une expertise plus économique, issues du milieu des affaires, etc. Il fallait aussi négocier avec des entreprises privées ainsi qu’avec des entreprises collectives. Donc les tensions, les contradictions, les antagonismes relevés par G. Paquet sont devenus des composantes essentielles des nouvelles stratégies de développement économique, « encastrées » (embedded) dans une autre optique et gérées autrement.

9Avec les CDEC, nous sommes en présence d’un cas particulier où le modèle précédent aurait pu être menacé par les nouvelles responsabilités économiques qui exigeaient une autre façon de fonctionner. Par contre, le bagage communautaire d’action collective, de solidarité et de militantisme a agi, à mon avis, comme un frein à l’adoption d’un modèle axé exclusivement sur l’employabilité et le développement des entreprises, et détaché de la réalité socio-économique du quartier. Parfois, c’est la stratégie de développement local qui l’emporte sur le modèle de développement économique plus communautaire. Bien que la culture communautaire ait joué un rôle positif, il y a des cas où elle a empêché l’acceptation des responsabilités économiques et des relations partenariales avec des entreprises privées. Mais, pour revenir au texte de G. Paquet, les institutions que constituent les CDEC sont devenues des dispositifs cognitifs. Sans le dialogue et la négociation et sans un apprentissage collectif qui a pris plusieurs formes, il aurait été impossible ou très difficile de concilier les divers intérêts et les diverses expériences. Les entreprises privées qui s’impliquent dans les CDEC de diverses manières ont, elles aussi, été influencées par cette expérience.

10Revenons à l’économie sociale qui inclut les CDEC, mais aussi les autres acteurs communautaires, associatifs, et les entreprises collectives et sans but lucratif. J’ai utilisé les CDEC comme exemple d’une gouvernance plus démocratique et plus participative. Ce modèle de gouvernance est actuellement incorporé dans une définition plus large de l’économie sociale québécoise. Cela dit, on voit aussi des tensions suscitées par des interprétations et des perceptions divergentes. À mon avis, ces difficultés entre, par exemple, le mouvement des femmes qui a lancé l’économie sociale et les autres acteurs regroupés autour d’un Chantier de l’économie sociale qui gère un budget accordé par le gouvernement, reposent essentiellement sur l’objet de la gouvernance. Les groupes de femmes, par exemple, continuent à revendiquer des programmes gouvernementaux ; toutefois, les revendications de l’économie sociale vont beaucoup plus loin, en contestant ce modèle de répartition des revenus par l’État national et en proposant une révision du modèle du partenariat entre l’État et les acteurs de l’économie sociale. Ce n’est pas du tout un abandon des objectifs, mais bien plutôt une autre façon de voir les choses. C’est en ce sens, dans la perspective plus large des défis auxquels sont confrontés, depuis près de 15 ans, les acteurs de l’économie sociale, que les CDEC montréalaises peuvent être perçues comme type idéal.

11Rappelons que la légitimation de l’économie sociale à l’échelle nationale est fondée sur l’action, sur la pratique, sur les expériences vécues par les femmes et par les CDEC, maintenant reconnues comme de nouveaux modèles de développement économique et de gouvernance organisationnelle. Ce qui a été antérieurement expérimenté est devenu un instrument du changement social, contestant l’hégémonie du modèle néolibéral. Que l’on parle de plus en plus de l’entreprise sociale, de l’entrepreneuriat social, de partenariat, etc., démontre qu’on est très loin d’une perspective uniquement sectorielle ou territoriale, au-delà des vécus antérieurs. Il s’agit plutôt d’un discours conceptuel, normatif. Que les entreprises privées, par exemple, soient invitées à assister aux réunions des conseils d’administration des CDEC, à occuper une place à la table décisionnelle des quartiers, représente une transformation radicale de la gouvernance locale.

12Nous sommes témoins de ce qu’Alberto Melucci a appelé les new frameworks of sense, soit de nouvelles perceptions ou de nouvelles façons de voir, qui vont beaucoup plus loin que les mouvements sociaux. Ces derniers, explique Melucci, sont plutôt des agents ou des acteurs « fixes ». Quant aux nouvelles façons de voir ou de percevoir, elles représentent un défi symbolique important et ont un effet sur les rapports de forces, qui deviennent négociables en raison de ces nouvelles perceptions. Les groupes dominants sont forcés d’innover et d’inclure les nouveaux acteurs dans leurs modes de fonctionnement et dans leurs structures décisionnelles. La distinction entre l’État et la société civile est moins claire. Le rôle du secteur privé peut lui aussi être négocié dans cet environnement. On assiste à l’émergence d’une pluralité décisionnelle, et la question dorénavant soulevée est celle de l’« institutionnalisation » et de la menace que cette dernière peut présenter pour une culture communautaire militante, traditionnellement orientée vers la contestation. Je pense que cette analyse de Melucci rejoint beaucoup les expériences des CDEC montréalaises et les points soulevés par G. Paquet dans son article.

13Si on admet que les expériences des organisations communautaires ont beaucoup à apporter à la société québécoise, la question de l’apprentissage collectif est cruciale. Le rôle du dialogue aussi : il s’agit de favoriser des conversations continuelles, non pas des consultations continuelles ! Alors, comment peut-on créer des conditions pour que se réalise cet apprentissage collectif ? On a beaucoup à apprendre de l’éducation populaire, où l’accent est mis sur la validation d’expériences au quotidien ; c’est actuellement le cas dans les CDEC et dans l’économie en général au Québec, où les nouvelles formes organisationnelles ou institutionnelles sont fondées sur ces expériences vécues. Il existe actuellement au Québec un riche et important dialogue entre les acteurs de l’économie sociale, les mouvements populaires et les chercheurs universitaires autour d’un projet d’apprentissage qui combine ces expériences quotidiennes avec des outils d’analyse plus théoriques et plus techniques, essentiels pour ceux et celles qui portent des responsabilités devenues plus larges et plus complexes.

14Récemment la Confédération européenne des syndicats, en collaboration avec plusieurs autres organismes représentant l’économie sociale en Europe, a publié un « appel » qui insiste pour que les pratiques démocratiques de l’économie sociale soient diffusées exclusivement par l’intermédiaire du dialogue. Celui-ci a la capacité de transformer la culture politique actuelle. À l’instar de l’initiative européenne, un appel québécois en faveur d’une économie sociale qui soit solidaire a été lancé l’été dernier.

15Dans son texte, G. Paquet met l’accent sur le dialogue, la négociation, l’émergence d’un modèle d’organisation pluriel, mixte et interactif. Il insiste aussi sur la nécessité de transformer le langage politique en passant d’un langage de droit à un langage de biens. J’ajouterais : d’un langage de marché à un langage de société. Je pense qu’au Québec les acteurs de l’économie sociale et tous ceux et celles qui ont élaboré ces nouvelles structures de gouvernance, comme les CDEC montréalaises issues de stratégies démocratiques, témoignent qu’on réalise de grands pas dans cette direction. Les nouvelles structures constituent bel et bien l’institutionnalisation d’une action collective, d’une praxis et de nombreux acquis, moins pour les bureaucratiser que pour les renforcer, surmonter les vulnérabilités auxquelles se butent toujours ceux et celles qui construisent de nouveaux projets viables, rentables, faisables. Et ce, dans le contexte d’un discours dominant qui continue à affirmer qu’il n’existe pas d’alternatives à la réalité actuelle, malgré les échecs continuels.

Author

School of Community and Public Affairs, Université Concordia (mendell@vax2.concordia.ca)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Terms of use: http://www.openedition.org/6540