Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Démocratie à l’épreuve de la gouvernance

 | 
Linda Cardinal
, 
Caroline Andrew

Deuxième partie. Le débat

4. La gouvernance : une perspective valable afin de repenser la coopération et les conflits ?

Pierre Hamel

Texte intégral

1Ces dernières années, à la suite des changements provoqués par l’avènement d’un nouvel ordre économique mondial, tant le néo-institutionnalisme (Scott, 1995) que le communautarisme (Etzioni, 1996) ont attiré notre attention sur la nécessité de repenser les relations entre l’État et le marché. En effet, les bouleversements socio-économiques récents nous ont conduits à revoir notre compréhension de la modernité et des défis qui la caractérisent (Featherstone, Lash et Robertson, 1995). Les effets des changements évoqués, aussi bien sur l’État que sur les réseaux d’action publique, nous encouragent à réexaminer les visions trop unitaires de l’État, en particulier celles que proposaient les analyses structuro-marxistes. Plusieurs chercheurs ont ainsi renoué avec un point de vue sur lequel le néocorporatisme, les analyses pluralistes et la sociologie des organisations ont déjà mis l’accent, à savoir – au-delà des orientations générales qu’empruntent les politiques publiques – l’importance de mieux comprendre les mécanismes sectoriels et les réseaux engagés dans leur définition (Le Galès et Thatcher, 1995). À cet égard, si la notion de gouvernance ne fournit pas une perspective tout à fait nouvelle, elle soulève néanmoins la question de la nécessité d’une approche intermédiaire dans le but de mieux cerner les processus de restructuration en cours. C’est du moins ce qu’on observe, depuis le début des années 1990, notamment dans le cas des études urbaines (Graham, Phillips et Maslove, 1998 ; Lauria, 1997).

2En outre, il faut ajouter que la notion de gouvernance vise à mettre en lumière le redéploiement des formes organisationnelles et institutionnelles observées dans plusieurs domaines d’activités, y compris – et souvent en priorité – dans le domaine public. Dans cette perspective, elle participerait d’un renouveau des théories sociopolitiques destinées à repenser les processus et les modes de régulation de la modernité avancée.

3Afin de mieux saisir la portée et les limites de la notion de gouvernance telle qu’elle est présentée par Gilles Paquet dans son texte intitulé « La gouvernance en tant que manière de voir : le paradigme de l’apprentissage collectif », j’ai regroupé mes remarques autour de quatre aspects : 1) les changements contextuels que la notion propose d’appréhender ; 2) le renouvellement des modes de gouvernance dans le champ urbain compte tenu des changements contextuels ; 3) la question de la coopération et du conflit ; 4) la question de l’apprentissage.

4Mon intention n’est pas d’effectuer une lecture systématique du texte de Gilles Paquet. Je me contenterai, pour l’instant, d’une part, de souligner l’actualité de la notion en rappelant quelques-uns des changements politiques et institutionnels majeurs que cette notion tente de prendre en compte et, d’autre part, de dégager certaines limitations qui découlent de son utilisation dans le contexte actuel et que, à mon avis, Gilles Paquet sous-estime.

Gouvernance et changements contextuels

5D’entrée de jeu, disons que, dans le texte soumis au débat, l’auteur insiste à juste titre sur les changements contextuels qui accompagnent la notion de gouvernance ou dont celle-ci tente de rendre compte. Ces changements peuvent être appréhendés en faisant appel à trois processus complémentaires, à savoir : 1) le déclin des institutions politiques traditionnelles ; 2) l’émergence d’une « nouvelle culture politique » ; 3) la définition d’un nouveau régime d’action publique. Comme ces changements ont une portée directe sur ce qui pourrait être considéré comme les conditions actuelles de la gouvernance, il importe de les rappeler.

6Le premier processus est bien connu. Il est associé en général aux caractéristiques de la modernité avancée. L’accroissement du pluralisme social et culturel révèle les limites des institutions représentatives traditionnelles. Celles-ci sont de moins en moins capables d’offrir aux individus un cadre de représentation, d’apprentissage, de normalisation, voire d’intégration sociale et de réutilisation stables. Leur incapacité à tenir compte de la diversité des demandes sociales ou à les intégrer conduit les acteurs à faire appel à de nouvelles formes de médiation et de représentation. En d’autres termes, la fragmentation accrue du social suscite l’émergence de nouveaux « systèmes d’action concrète », pour reprendre l’expression de Crozier et Friedberg (1977), qui mettent en cause non seulement la position sociale et politique des acteurs, mais aussi les interactions stratégiques qu’ils construisent entre eux (Friedberg, 1993). L’action passe alors par des réseaux et des alliances qui rompent, en partie du moins, avec les systèmes traditionnels de représentation, de médiation et de gestion. Il faut reconnaître ici que les acteurs sociaux sont engagés dans des pratiques plurielles, que reflètent leur multi-appartenance institutionnelle et leur identité fragmentée (Connolly, 1991). Dans leur rapport aux institutions, ils expérimentent une ambivalence et des ambiguïtés que les macroanalyses traditionnelles ne parviennent pas à saisir. D’où l’importance de mieux appréhender le contexte de l’action de même que les rapports sociaux et politiques engagés dans sa définition.

7C’est précisément la question du contexte à l’intérieur duquel prend place l’action – y compris l’internalisation du changement – que tente de cerner le deuxième processus, soit l’émergence d’une « nouvelle culture politique ». Pour Ulrich Beck (1992), la « nouvelle culture politique » renvoie aux transformations récentes de la sphère sociopolitique. De ce point de vue, selon lui, il nous faut rompre avec les représentations traditionnelles du politique qui mettent en avant des conceptions abstraites incapables de tenir compte des formes concrètes de politisation du social. Une multiplicité de formes d’intervention, incluant diverses initiatives sociales, l’action des nouveaux mouvements sociaux, l’émergence de pratiques professionnelles différentes, etc., conduisent à un élargissement du rôle des citoyens qui contribue à banaliser et à démocratiser l’action politique. Il en découle une délocalisation des activités politiques accompagnée de différences sectorielles importantes et d’une professionnalisation accrue dans le traitement des problèmes, d’où la nécessité d’introduire de nouvelles règles du jeu.

8Afin de mieux comprendre comment s’effectuent les échanges et les rapports de pouvoir sur le terrain d’une démocratie concrète, il faut rompre avec la représentation fictive, y compris dans le discours universitaire, du système politico-administratif vu comme le centre du politique. S’il est vrai que, sur le plan externe, la sphère politique demeure organisée d’une manière hiérarchique, cette sphère fonctionne aussi, par ailleurs, en intégrant divers mécanismes de démocratisation. Ainsi, les décisions politiques ne découlent plus d’un modèle préalable, défini à l’avance par quelqu’un d’éclairé et qu’il suffirait de mettre en œuvre. En fait, les décisions politiques, à l’instar des programmes d’intervention, correspondent à une série d’échanges et d’interactions qui se rapprochent de l’action collective (Beck, 1992). De ce point de vue, l’émergence d’une « nouvelle culture politique » dont la représentation et l’analyse demeurent prisonnières du décalage entre, d’un côté, une certaine tradition, voire une idéologie, et, de l’autre, l’expérimentation de transactions sociales, de médiations et d’échanges à l’intérieur d’un espace public politique ouvert pose la question de la gouvernance sous un nouveau jour. La démocratisation du jeu politique nous invite à revoir la nature du pouvoir et de la souveraineté, soulevant du même coup la question des relations entre la liberté des individus et les rapports qu’ils entretiennent avec leur communauté (Mairet, 1997). C’est ce que tente d’appréhender, sur un plan empirique, le troisième processus, soit la définition d’un nouveau régime d’action publique.

9L’émergence d’un nouveau régime d’action publique découle des ajustements mutuels auxquels font appel les acteurs sociaux et les acteurs gouvernementaux eu égard à la définition des choix publics. Cela implique de revoir les mécanismes et les procédures de décision. Le nouveau régime doit être défini, avant tout, en référence à sa nature « pragmatique ». On doit, l’opposer à la fois au « régime du commandement » et au « régime de la planification » (Fourniau, 1997).

10Alors que le « régime du commandement » correspond à une conception substantialiste de l’action publique et met en place des modes de gestion directifs, le « régime de la planification » met davantage l’accent sur la négociation avec les partenaires.

11Si le « régime de la planification » permet mieux que celui du « commandement » de prendre en compte les transactions qui surviennent entre les élus et les citoyens par rapport, notamment, à des projets d’aménagement ou eu égard à l’implantation d’infrastructures urbaines ou régionales, il demeure incapable de saisir la nature des tensions et des indécisions qui caractérisent les choix publics et que révèlent les conflits qui les accompagnent. C’est ce dont la notion de « régime pragmatique » veut rendre compte.

12Étant donné la nécessité de rechercher à la fois une plus grande efficacité et une imputabilité accrue de la part des gestionnaires, les pouvoirs publics ont tendance à faire appel davantage à la participation des citoyens : « Le “régime pragmatique” de la décision qui en résulte reste cependant moins déterminé que les deux précédents. Les figures du lien entre participation, évaluation et décision ne sont pas encore stabilisées, prises dans la tension entre les deux pôles idéal-typiques que seraient le règne de l’expert manipulant l’opinion et l’auto-déploiement d’un espace public régi par la raison communicationnelle » (Fourniau, 1997 : 381). En résumé, disons qu’avec ce dernier régime les relations entre participation, évaluation et décision sont moins stabilisées que dans les deux régimes précédents. Si les trois régimes évoqués coexistent dans les processus décisionnels qui prévalent sur la scène publique, il n’en reste pas moins que le « régime pragmatique » est plus apte à saisir la nature des oppositions ou des conflits entre les intérêts particuliers et l’intérêt général. C’est aussi à cette réalité, du moins en partie, que renvoie la notion de gouvernance.

Le renouvellement des formes de gouvernance dans le champ urbain

13Depuis quelques années, à l’instar de ce qui a été observé en sciences économiques et en sciences administratives, le recours, dans le domaine des études urbaines à la notion de gouvernance pour rendre compte de la transformation des modes de gestion ou des modèles de régulation s’est répandu (Held, 1995 ; Stoker, 1995 ; Lauria, 1997 ; Pierre, 1997 ; Graham, Phillips et Maslove, 1998). En fait, les chercheurs font appel à cette notion afin de cerner les transformations en cours en ce qui a trait à l’émergence de nouvelles formes de gouvernement qu’engagent divers processus politico-administratifs. Mentionnons l’élaboration des politiques d’intervention en matière d’aménagement ou de développement urbain ou pensons à des projets particuliers qui exigent des modes de gestion plus souples et capables de s’adapter à un contexte de plus en plus difficile à prévoir. C’est que les modèles de gestion en vigueur par rapport aux enjeux urbains subissent des pressions analogues à celles qui sont observées dans d’autres secteurs de la gestion publique.

14À cet égard, les transformations en cours renvoient au premier chef à la différenciation fonctionnelle accrue des programmes gouvernementaux qui tentent de s’ajuster à la fragmentation ou au pluralisme social et culturel. De plus, ces processus impliquent souvent une redéfinition des frontières entre le public et le privé, voire un accroissement du rôle des acteurs privés dans l’action ou la gestion publique (Lorrain, 1995). Enfin, il faudrait parler d’un redéploiement de la gestion urbaine dans le sens d’une gestion « polycentrique » qui va de pair avec la présence simultanée de plusieurs niveaux de gouvernement : local, régional, national et même supranational (Le Galès, 1998). Considérées en termes abstraits, ces diverses caractéristiques reprennent plusieurs des éléments auxquels Gilles Paquet fait référence dans son texte, en se situant sur un terrain paradigmatique.

15Dans le champ urbain, la notion de gouvernance représente la remise en question des anciens modèles hiérarchisés de gestion de l’urbain, compte tenu des transformations que subissent les agglomérations tant sur les plans économique, social et politique que sur le plan de la gestion proprement dite. En ce sens, on abandonne l’idée d’une gestion par le haut au profit d’une nouvelle vision institutionnelle qui mise sur la coopération entre diverses catégories d’acteurs en vue de la poursuite d’objectifs communs (Lefèvre, 1998). D’une manière concrète, cela se traduit par la création d’agences de gestion spécialisées de même que par un nouveau partage de responsabilités, tant entre les différents paliers gouvernementaux qu’entre le public et le privé.

16Sur le plan de l’analyse, c’est sans doute la notion de « régime urbain » (urban regime) qui a été la plus utilisée afin de cerner les formes particulières qu’emprunte la gouvernance. Cette notion suggère que la capacité de gouverner n’est pas uniquement liée à des prérogatives institutionnelles (légales), mais qu’elle suppose la construction de coalitions parmi les acteurs locaux en fonction des orientations choisies (Stone, 1993). En ce sens, le « régime urbain » dépend des arrangements particuliers ou des compromis qu’élaborent ensemble, d’un côté, les acteurs publics – détenteurs de la puissance publique – et, de l’autre, les acteurs privés qui détiennent des ressources. Ainsi, les chercheurs en viennent à comparer divers types de « régime » dont la forme et le contenu s’expliquent par la présence de différents facteurs : nature des enjeux, interaction entre diverses catégories d’acteurs, orientations idéologiques prévalentes, ressources disponibles, etc.

17Dans les travaux récents, plusieurs typologies ont été proposées. Elles convergent toutes, plus ou moins, vers trois ou quatre modèles clés. Par exemple, Pierre (1997) distingue quatre modèles centraux de gouvernance qui s’articulent à autant de visions de la démocratie locale. Le premier modèle est de type gestionnaire (managerial) et est orienté avant tout vers la gestion des conflits, tout en étant ouvert à la participation des citoyens aux affaires urbaines. Le deuxième modèle est de type corporatiste (corporatist). Il mise sur un fonctionnement démocratique du système municipal en intégrant, en priorité, les associations les mieux organisées. Le troisième modèle met l’accent sur la croissance (pro-growth). Son objectif est avant tout de faire la promotion de l’économie locale. Le dernier modèle se définit par rapport au bien-être (welfare governance). Il vise avant tout l’intégration sociale. De plus, on trouve ce modèle dans les villes où l’économie est très vulnérable. Il en découle une forte dépendance à l’endroit des transferts de l’État.

18Ces quatre modèles constituent des types idéaux. Ils représentent des ensembles distincts de valeurs, de normes, d’organisations et de pratiques qui se matérialisent par la mise en place de conventions, voire d’institutions appropriées en matière de politiques urbaines. On les trouve tant à l’échelle des agglomérations urbaines que dans certains secteurs d’activité. Toutefois, il est rare que l’un de ces modèles existe à l’état pur. De plus, il est difficile de prévoir le modèle particulier qui s’imposera à l’intérieur d’un milieu urbain particulier. Rien n’est défini à l’avance. Tout dépend du rapport de forces entre les acteurs locaux, qui apparaît plus significatif que le contexte institutionnel proprement dit pour expliquer l’émergence d’un type particulier de régime urbain. En dernière analyse, ce sont les conflits par rapport aux valeurs fondamentales et aux objectifs que l’administration locale et ses partenaires gouvernementaux entendent poursuivre qui permettent d’éclairer les choix effectués par les instances publiques en matière de gouvernance :

Governance [...] is sometimes perceived as autopoletic, selforganizing networks [...] created to resolve common problems. Government can play a wide variety of different roles in such governance, ranging from being altogether absent to being the key coordinator of public and private action. In urban politics, however, local authorities enter governance with an agenda and get involved in governance to attain these goals. The extent to which this pursuit of political and organizational objectives requires the inclusion of other actors depends [...] on both national political traditions, the nature of the policy sector, and the nature of the urban political economy. Thus, the structuring of the governance process, i.e. the inclusion or exclusion of different actors and the selection of instruments is not value neutral but is embedded in and sustain political values above and beyond partisan conflit (Pierre, 1997 : p. 20).

19Cela nous invite à considérer de plus près la question de la coopération et du conflit.

La question de la coopération et du conflit

20À mon avis, la référence à la coopération et au conflit fait problème à l’intérieur de la problématique de la gouvernance. À ce sujet, le texte de Gilles Paquet reprend à son compte d’une manière synthétique et juste ce qui est véhiculé par les travaux de recherche. Il n’en reste pas moins qu’ici la compréhension de la notion de conflit – notamment dans son rapport à la notion de coopération – pose un problème. En effet, la majorité du temps, dans les travaux sur la gouvernance, la coopération et le conflit sont pensés sur le même terrain ou dans les mêmes termes. Il s’agit là d’un postulat qu’il est difficile d’accepter, étant donné qu’il repose sur deux présupposés inacceptables.

21Le premier présupposé affirme que tous les conflits devraient aboutir à un accord. Ce présupposé n’est pas valide dans la mesure où tous les conflits ne sont pas de même nature. Certains apparaissent irréconciliables. C’est d’ailleurs souvent le cas en ce qui a trait aux conflits par rapport aux valeurs. C’est ce qu’on observe, par exemple, dans le cas des conflits où les acteurs sociaux définissent des revendications et des valeurs fondamentales qui leur apparaissent comme étant « non négociables » (Offe, 1997). La plupart du temps, ces conflits font appel à des principes éthiques ou moraux. C’est le cas notamment pour certains mouvements sociaux. Pensons en particulier aux mouvements verts ou aux mouvements des femmes. Pour les acteurs de ces mouvements, les rapports aux adversaires se définissent avant tout en termes antinomiques qui excluent, au départ, les compromis.

22Le second présupposé – qu’il nous est également difficile d’accepter – implique que tous les acteurs possèdent des ressources, sinon équivalentes, du moins suffisantes pour entrer dans le jeu de la négociation. Ce présupposé ne correspond pas à la réalité. C’est que, par rapport à d’autres, la plupart du temps, certains acteurs sont désavantagés. Par exemple, tous les acteurs n’ont pas un accès équitable aux centres de décision. Il en découle que certains acteurs se trouvent exclus des processus de coopération. À cet égard, nous pourrions reprendre à notre compte les critiques qui ont été formulées tant à l’endroit du néocorporatisme qu’à l’égard du partenariat public-privé par les tenants de l’économie politique concernant les effets de ces arrangements institutionnels en matière de démocratisation de la gestion publique. Ce que ces critiques mettent en lumière est le fait – en particulier dans le cas du néocorporatisme – que les structures de coopération mises en place favorisent les groupes qui sont déjà en bonne position ou qui sont bien organisés, les autres ayant tendance à être marginalisés.

23Dans le cas du partenariat public-privé, si on considère les évaluations qui ont été effectuées des expériences menées dans différents contextes nationaux, ce qui se dégage c’est que les résultats ou les effets sont, au mieux, ambivalents. En d’autres termes, les expériences de partenariat public-privé qui ont été menées tant en Europe qu’aux États-Unis n’ont pas permis de vérifier l’hypothèse selon laquelle ces coopérations apporteraient des avantages ou des bénéfices identiques aux acteurs publics et aux acteurs privés (Heinz, 1993). En fait, même s’il est vrai que le modèle du partenariat permet parfois aux acteurs publics d’avoir accès à l’expertise privée à bon compte, sa réussite, d’un point de vue politique, dépend avant tout du rapport de forces qui existe entre les acteurs.

24De ce fait, les avantages positifs, pour la communauté, qui découlent des projets élaborés à l’aide du partenariat proviennent moins de ce dernier comme modèle de coopération ou à titre d’innovation institutionnelle que du fait que les acteurs parviennent à y inscrire leurs exigences en fonction de leurs priorités, de leurs objectifs et de leurs valeurs. Ainsi, lorsque nous sommes en présence d’un partenariat qui n’est pas exclusif – c’est-à-dire qui ne se déroule pas entre l’État et les milieux d’affaires d’une manière fermée, mais qui englobe aussi des représentants de la communauté (notamment des représentants du milieu communautaire et des mouvements sociaux) –, les chances d’obtenir des retombées positives pour l’ensemble de la communauté tendent à s’accroître (Jezierski, 1990). En d’autres termes, ce qui compte c’est moins le partenariat à titre de modèle institutionnel particulier que la nature des rapports sociaux et politiques y prenant place, y compris les rapports de forces entre les acteurs. Cela nous amène à la question de l’apprentissage, car c’est seulement si cette dimension est prise en compte qu’il est possible d’évaluer la portée réelle de la gouvernance au-delà des limites qu’elle comporte et qui découlent pour une bonne part de la compréhension limitative de la coopération et du conflit qu’elle met en évidence.

L’apprentissage

25Dans le cadre d’une vision non conflictuelle de la coopération et par rapport à la gouvernance, quel rôle peut jouer l’apprentissage ? En situant l’apprentissage dans la perspective d’Argyris et Schon (1978), c’est-à-dire en prenant en compte non seulement les moyens, mais aussi les finalités, quel est l’enjeu de l’apprentissage ? Est-ce que, dans le texte de Gilles Paquet, la dimension conflictuelle de la participation n’est pas évacuée trop rapidement ? À l’inverse, qu’est-ce qu’un apprentissage qui prend en compte les clivages sociaux et les conflits ? Enfin, en dernière analyse, à quoi et à qui sert l’apprentissage dans la perspective qui est proposée : 1) à instaurer des mécanismes de contrôle ? 2) à favoriser le développement ? 3) à instaurer des démarches de démocratisation de la gestion publique ? Enfin, jusqu’à quel point ces divers apprentissages sont-ils compatibles ?

26Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de mettre en lumière les dimensions sociales et politiques de l’apprentissage de même que les enjeux sociopolitiques qu’il recouvre. Or, dans la mesure où ces dimensions mettent en jeu des rapports de pouvoir, elles apparaissent pour le moins problématiques. C’est du moins ce que nous révèlent les mouvements sociaux contemporains et les rapports ambivalents qu’ils entretiennent avec les institutions. Dans ces rapports, les acteurs de ces mouvements revendiquent au moins trois choses, à savoir : 1) les conditions qui permettent aux individus de faire des choix ; 2) leur capacité de négocier leur milieu d’appartenance ; 3) la possibilité de satisfaire leur besoin de reconnaissance sociale en étant en mesure d’adhérer à une institution donnée et, de ce fait, d’être reconnus dans leur identité / différence (Lustiger-Thaler, Maheu et Hamel, 1998). On peut dire que ce sont là trois dimensions de la subjectivité qui s’expriment dans l’action collective, alors qu’elles émergent aussi dans tous les processus d’exclusion sociale. Ajoutons que ces trois dimensions ressurgissent aussi dans les processus d’apprentissage.

27Or, en ce qui a trait à l’apprentissage, il semble que la notion de gouvernance ne permet pas de tenir compte de ces dimensions de la subjectivité, qui sont constitutives de toute démarche cognitive. C’est que la notion de gouvernance a tendance à voir l’apprentissage sous l’angle d’un processus linéaire ou systémique qui, en fin de compte, laisse peu de place aux remises en question, aux conflits et aux enjeux de pouvoir. Ces aspects sont pourtant essentiels à la compréhension des choix que font les individus engagés au quotidien à l’intérieur de démarches particulières d’apprentissage. C’est ce que, de manière contrastée, la notion de gouvernementalité telle qu’elle a été élaborée par Michel Foucault (1986) nous permet de saisir.

28Pour Foucault, même si la gouvernementalité doit avant tout être située dans son contexte historique qui converge avec le développement des techniques administratives de contrôle des populations, elle comporte aussi des dimensions éthiques qui engagent la liberté des individus et leur rapport respectif aux autres. La possibilité de rompre ou de remettre en question les instances autorisées du savoir introduit une rupture possible avec les logiques instrumentales et interpelle au plus profond les choix et les libertés individuelles :

[...] la gouvernementalité suppose des acteurs libres, engagés dans des rapports et qui ont des projets, parfois en opposition ! C’est l’ensemble des pratiques par lesquelles on peut constituer, définir, organiser, instrumentaliser les stratégies que les individus, dans leur liberté, peuvent avoir les uns à l’égard des autres. Ce sont des individus libres qui essaient de contrôler, de déterminer, de délimiter la liberté des autres et, pour ce faire, ils disposent de certains instruments pour gouverner les autres (Foucault cité par Piron et Couillart, 1996 : p. 13).

29En conclusion, on peut dire que même si la notion de gouvernance permet d’attirer l’attention sur les changements contextuels, elle comporte de nombreuses limites. Au départ, cette notion est apparue afin de rendre compte des changements survenus dans les modes d’organisation et de fonctionnement tant dans le domaine des entreprises que dans celui des affaires publiques, compte tenu des changements contextuels et de leur impact. Toutefois, elle ne permet pas de penser les conflits présents aussi bien dans la coopération que dans les démarches d’apprentissage qui accompagnent ces changements. En outre, la notion de gouvernance comporte aussi une dimension normative qui se rapproche des conceptions systémiques du changement. Sur ce plan, la notion nous éloigne d’une compréhension critique des enjeux de connaissance engagés dans les rapports de pouvoir et la transformation des rapports sociaux.

30Cela dit, en situant le débat sur un plan paradigmatique, le texte de Gilles Paquet permet de bien saisir les multiples composantes que cette notion propose d’articuler. À ce sujet, les limites de son analyse sont avant tout le reflet des limitations de la notion elle-même. Compte tenu des objectifs qu’il poursuivait, il serait difficile de lui en tenir rigueur.

Bibliographie

Bibliographie

ARGYRIS, C. et D. SCHON, 1978, Organizational Learning : A Theory of Action Perspective, Reading (Mass.), Addison-Wesley.

BECK, U., 1992, Risk Society (Towards a New Modernity), Londres, Sage.

CONNOLLY, W. E., 1991, Identity/Difference : Democratic Negotiations of Political Paradox, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press.

CROZIER, M. et E. FRIEDBERG, 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil.

ETZIONI, A., 1996, The New Golden Rule : Community and Morality in a Democratic Society, New York, Basic Books.

FEATHERSTONE, M., S. LASH et R. ROBERTSON (dir.), 1995, Global Modernities, Londres, Sage.

FOUCAULT, M., 1986, « La gouvernementalité », Actes, n° 54, p. 6-15.

FOURNIAU, J.-M., 1997, « Figures de concertation “à la française” », dans M. Gariépy et M. Marié (dir.), Ces réseaux qui nous gouvernent ?, Paris, L’Harmattan, p. 371-401.

FRIEDBERG, E., 1993, Le pouvoir et la règle, Paris, Seuil.

GRAHAM, K. A., S. D. PHILLIPS et A. M. MASLOVE, 1998, Urban Governance in Canada : Representation, Resources, and Restructuring, Toronto, Hartcourt Brace.

HEINZ, W., 1993, « Bilan : caractéristiques principales des partenariats du développement urbain », dans W. Heinz (dir.), Partenariats public-privé dans l’aménagement urbain, Paris, L’Harmattan, p. 246-293.

HELD, D., 1995, Democracy and the Global Order : From the State to Cosmopolitan Governance, Stanford, Stanford University Press.

JEZIERSKI, L., 1990, « Neighborhoods and Public-Private Partnerships in Pittsburgh », Urban Affairs Quarterly, vol. 26, n° 2, p. 217-249.

LAURIA, M. 1997, « Introduction : Reconstructing Urban Regime Theory », dans M. Lauria (dir.), Reconstructing Urban Regime Theory, Thousand Oaks (Calif.), Sage, p. 1-9.

LEFÈVRE, C. 1998, « Metropolitan Government and Governance in Western Countries : A Critical Review », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 22, n° 1, p. 9-25.

LE GALÈS, P., 1998, « Regulations and Governance in European Cities », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 22, n° 3, p. 482-506.

LE GALÈS, P. et M. THATCHER (dir.), 1995, Les réseaux de politique publique. Débat autour des policy networks, Paris, L’Harmattan.

LORRAIN, D., 1995, « La grande entreprise urbaine et l’action publique », Sociologie du travail, vol. 37, n° 2, p. 199-220.

LUSTIGER-THALER, H., L. MAHEU et P. HAMEL, 1998, « Enjeux institutionnels et action collective/Institutional Issues and Col-lective Action », Sociologies et sociétés, vol. 30, n° 1, p. 173-188.

MAIRET, G., 1997, Le principe de souveraineté. Histoires et fondements du pouvoir moderne, Paris, Gallimard.

OFFE, C., 1997, Les démocraties modernes à l’épreuve, Paris, L’Harmattan.

PIERRE, J., 1997, « Models of Urban Governance : Exploring the Institutional Dimension of Urban Politics », document présenté à la réunion annuelle de l’Urban Affairs Association, Toronto, 17-19 avril.

PIRON, F. et M.-A. COUILLARD, 1996, « Présentation. Les usages et les effets sociaux du savoir scientifique », Anthropologie et Sociétés, vol. 20, n° 1, p. 7-26.

SCOTT, W. R., 1995, Institutions and. Organizations : Theory and Research, Thousand Oaks (Calif.), Sage.

STOKER, G., 1995, « Urban Governance in Britain », Sociologie du travail, vol. 37, n° 2, p. 301-315.

STONE, C., 1993, « Urban Regimes and the Capacity to Govern : A Political Economy Approach », Journal of Urban Affairs, vol. 15, p. 1-28.

Auteur

Institut d’urbanisme et Département de sociologie de l’Université de Montréal (pierre.hamel@umontreal.ca)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540