Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Démocratie à l’épreuve de la gouvernance

 | 
Linda Cardinal
, 
Caroline Andrew

Introduction : Autour de Gilles Paquet

Linda Cardinal et Caroline Andrew

Texte intégral

1La gouvernance connote la coordination efficace quand le pouvoir et la connaissance sont distribués horizontalement. Pour le profane, la gouvernance signifie habituellement l’étude du fonctionnement des organisations ou des institutions. C’est une technique de résolution de problèmes qui nous vient des spécialistes de la gestion des organisations, des sciences administratives ainsi que de la sociologie urbaine. Toutefois, en devenant de plus en plus associé à la critique du politique, le thème de la gouvernance s’est révélé porteur d’une nouvelle ambition : celle de se présenter comme une solution de rechange et comme une réponse efficace aux transformations en cours du politique dans les sociétés démocratiques, en particulier comme une façon de repenser la politique à l’ère de l’individualisme. L’idée de gouvernance est dorénavant associée à la critique du tout-État en plus de rivaliser avec le discours des droits, qu’elle considère comme une source d’anomie. Son objectif est de faire porter le débat sur l’orientation normative des sociétés et de proposer un nouvel outillage mental afin de mieux résoudre les problèmes associés au fait de vivre dans des sociétés de plus en plus complexes, d’évoluer dans des réseaux de socialité de plus en plus ténus et de faire face à l’anomie engendrée par la logique des droits. La gouvernance comme façon de voir et d’agir devient un moyen en vue de la création d’une nouvelle socialité davantage porteuse de cohésion sociale et d’engagement civique. Elle se construit sur le postulat que personne n’a le monopole de la connaissance et du pouvoir et cherche à exproprier les gouvernants de leur présumé monopole.

  • 1 Gilles Paquet, « La gouvernance en tant que précautions auxiliaires », conclusion du présent ouvra (...)

2Souvent perçue comme une approche comparable à la théorie du choix rationnel, qui réduit les rapports sociaux à la logique du marché et à la logique brute des rapports de force, la gouvernance s’articule aussi autour de la notion d’apprentissage collectif, comprise comme un processus visant à favoriser la diffusion des connaissances, la redéfinition des objectifs poursuivis et des moyens pour y arriver. Elle fait appel à une nouvelle pédagogie de la relation ou des rapports sociaux afin de créer une boucle d’apprentissage qui puisse venir modifier les logiques centralisatrices caractérisant la majorité des institutions dans les sociétés contemporaines. Nous le verrons davantage dans cet ouvrage, Gilles Paquet compare la gouvernance à un moyen destiné à définir des « précautions auxiliaires nécessaires pour qu’il y ait démocratie en acte, progrès économique et société décente1 ». Nouvelle utopie ou éternelle quête de dépassement ?

  • 2 Jocelyn Létourneau, « La gouvernance en tant que manière de voir : le paradigme de l’apprentissage (...)

3Cette volonté de modifier l’ordre institutionnel et les idées reçues convient admirablement à Gilles Paquet, qui, explique justement Jocelyn Létourneau dans le présent ouvrage, « apparaît dans le paysage de la pensée du Canada francophone, le Québec y compris, comme l’un de ces trop peu nombreux penseurs qui ne craignent jamais de sortir des sentiers battus, de se mesurer aux acquis apparemment indépassables du savoir normatif et de donner du souffle aux interrogations de l’académie2 ». Son intérêt pour la problématique de la gouvernance peut être ainsi décrit comme une façon pour lui de se mesurer aux nouveaux débats sur la nature de l’action individuelle et collective au sein des sociétés de plus en plus complexes que sont les nôtres. Toutefois, un survol de son œuvre révèle aussi la présence d’un questionnement de longue date sur les manières d’agir et de voir de nos sociétés, des gouvernements et des groupes sociaux. Il tente, depuis les années 1990, de systématiser davantage ses réflexions en un ensemble cohérent de formulations théoriques, dont la finalité a été, entre autres, de donner lieu à un vaste programme de recherches et d’études en gouvernance.

4Gilles Paquet a d’abord été enseignant à l’Université Carleton (à Ottawa) de 1963 à 1981. Il y a occupé, successivement, les postes de directeur du Département d’économie et de doyen de la Faculté des études supérieures et de la recherche. En 1981, il devient doyen de la Faculté d’administration de l’Université d’Ottawa, poste qu’il occupe jusqu’en 1988. En 1997, il est nommé directeur du Centre d’études en gouvernance de cette université.

5Tout au long de sa carrière, Gilles Paquet a reçu nombre de distinctions, dont plusieurs prix d’excellence en recherche et en enseignement. En 1976, il est nommé à la Société royale du Canada et, en 1992, il est décoré de l’Ordre du Canada. Il est aussi nommé à de nombreux postes de commande, dont celui de président de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences, de l’Association des économistes québécois et de l’Académie des lettres et des sciences humaines. Depuis 1994, il est le rédacteur en chef d’Optimum, une revue d’intérêt dans le domaine de l’administration publique.

  • 3 3 Pour plus de détails, voir Gilles Paquet (1995,1999a).

6Gilles Paquet est connu tant au Québec et au Canada anglais que sur la scène internationale, notamment pour ses travaux en histoire économique sur le Bas-Canada au tournant du XIXe siècle, mais également pour ses analyses en sciences économiques, sociales et administratives. Depuis plusieurs années, il est un des commentateurs les plus engagés dans le débat sur l’avenir des politiques publiques au Canada et au Québec et sur les transformations au sein du gouvernement fédéral. Gilles Paquet réclame la mise en place d’une nouvelle gouvernance distribuée plutôt que centralisatrice, qui reposerait davantage sur la participation, le multilogue et les échanges horizontaux entre partenaires que sur la hiérarchie et le commandement3.

  • 4 Pour plus de détails, voir Gilles Paquet et Jean-Pierre Wallot (1988).

7Il a aussi contribué à lancer un débat important, au Québec, sur la nature de l’intervention étatique tant fédérale que provinciale depuis les années 1960. Dès ses premiers travaux sur le comportement des acteurs sociaux au XIXe siècle, en collaboration avec Jean-Pierre Wallot, il a récusé le stéréotype selon lequel le Québec d’avant les années 1960 était comparable à une société reculée, incapable de s’adapter aux exigences de la vie moderne. Gilles Paquet et Jean-Pierre Wallot ont montré, en particulier, que l’économie du Canada français avait toujours été pleinement intégrée à celle du monde atlantique et que les habitants canadiens-français étaient aussi des acteurs rationnels4. Ces dernières années, c’est aux chantres de la Révolution tranquille que s’en est pris Gilles Paquet pour avoir reproduit les mêmes préjugés en décrivant le Québec depuis les années 1930 comme une société de la « grande noirceur », en vue de justifier le besoin d’une intervention étatique plus puissante (Paquet, 1999b).

***

8Afin d’élargir le débat, nous organisions, au mois d’octobre 1998, une rencontre avec des collègues du Québec et de la France, qui, sans tous être spécialistes de la question, ont accepté de participer pendant deux jours à une séance de travail autour d’un texte préparé par Gilles Paquet, dans lequel l’auteur a choisi de nous présenter les grandes lignes de son approche. Nous souhaitions également souligner les débuts du Centre d’études en gouvernance en réunissant des personnes dont les interrogations critiques serviraient à dégager davantage la logique qui sous-tend la référence à l’idée de gouvernance et à poser des jalons en vue d’échanges à plus long terme sur les différents enjeux de celle-ci, tant théoriques que politiques.

9Cet ouvrage présente le compte rendu de nos délibérations. Nous l’avons divisé en quatre parties. La première est constituée par le texte de Gilles Paquet, « La gouvernance en tant que manière de voir : le paradigme de l’apprentissage collectif », qui nous a réunis et dans lequel l’auteur énonce les éléments principaux de sa démarche. Dans la deuxième partie, nous proposons des textes qui ont permis de situer la question de la gouvernance dans son contexte. Ce sont ceux de Jocelyn Létourneau, de Claudette Lafaye et de Pierre Hamel. La troisième partie porte plus explicitement sur les défis du politique face à la gouvernance. Les contributions sont de Luc Juillet, de Farhad Khosrokhavar, de Jacques T. Godbout et de Jean Laponce. La quatrième partie propose des analyses de nouvelles pratiques démocratiques comme l’économie sociale et le développement régional à la lumière de la problématique de la gouvernance. Les textes sont de Jean-Guy Belley, de Jacques Palard, de Margaret Mendell et de Lise Boily. En conclusion, nous avons laissé la parole à Gilles Paquet, afin de lui permettre de répondre aux différentes critiques qui lui ont été adressées.

10Nous remercions tous les participants et les participantes de nous avoir fait le plaisir de répondre favorablement à notre invitation et d’avoir pris leur rôle de critique au sérieux. Le temps passé ensemble à échanger nos vues sur les promesses de la gouvernance a été d’une intensité inégalée, riche en réflexions et en débats. Nous remercions Gilles Paquet de s’être prêté à nos interrogations, dans l’humour et la civilité. Cet ouvrage veut aussi lui rendre hommage. Non seulement nous souhaitons profiter de l’occasion pour souligner son engagement sans limites au succès du Centre d’études en gouvernance de l’Université d’Ottawa, mais également nous voulons lui exprimer le plaisir que nous prenons à travailler avec lui et la fierté que nous ressentons à faire partie de ses collègues.

Bibliographie

Bibliographie

PAQUET, G., 1995, « Gouvernance distribuée et habitus centralisateur », Mémoires de la Société royale du Canada », série VI, tome VI, p. 97-111.

PAQUET, G., 1999a, « Tectonic Changes in Canadian Governance », dans Leslie Pal (dir.), How Ottawa Spends 1999-2000 - Shape Shifting : Canadian Governance Toward the 21st Century, Toronto, Oxford University Press, p. 75-111.

PAQUET, G., 1999b, Oublier la Révolution tranquille. Pour une nouvelle socialité, Montréal, Liber.

PAQUET, G. et J.-P. Wallot, 1988, Le Bas-Canada au tournant du XIXe siècle : restructuration et modernisation, Ottawa, La société historique du Canada, brochure historique, n° 45.

Notes

1 Gilles Paquet, « La gouvernance en tant que précautions auxiliaires », conclusion du présent ouvrage, p. 215.

2 Jocelyn Létourneau, « La gouvernance en tant que manière de voir : le paradigme de l’apprentissage collectif. Commentaire sur un texte de Gilles Paquet », dans le présent ouvrage, p. 45.

3 3 Pour plus de détails, voir Gilles Paquet (1995,1999a).

4 Pour plus de détails, voir Gilles Paquet et Jean-Pierre Wallot (1988).

Auteurs

Département de science politique de l’Université d’Ottawa (lcardina@uottawa.ca)

Département de science politique de l’Université d’Ottawa (candrew@uottawa.cal)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540