Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

The Canadian Distinctiveness into the XXIst Century - La distinction canadienne au tournant du XXIe siecle

 | 
Chad Gaffield
, 
Karen L. Gould

Locus in Quo

Passer à l′avenir. Actualiser la canadianité*

Jocelyn Létourneau

Texte intégral

  • * Ce texte doit être lu comme un essai d′exploration métahistorique et non pas comme le fruit d′une (...)

1 Ceux et celles qui se voient confier le mandat de penser le Canada au tournant du vingt et unième siècle ont une tendance, normale je crois, à mettre l′accent sur ces problèmes et questions qui sont au cœur des préoccupations immédiates des gens et de l′actualité.

  • 1 À ce sujet, voir J. Létourneau, Les Années sans guide. Le Canada à l′ère de l′économie migrante, M (...)

2C′est ainsi que l′on fait grand état des impasses constitutionnelles et du tarissement de l′esprit et de la pratique démocratiques qui marquent la vie politique au Canada. De même, on ne cesse de revenir sur la panoplie des problèmes d′ordre sociétal vécus au pays à l′ère de la mondialisation, le plus important de ces problèmes étant sans conteste celui de la fragmentation tendancielle de la société canadienne en des « mondes » bien caractérisés, celui des « gagnants » et celui des « perdants », celui des « zones fortes » et celui des « zones faibles », celui des « migrants haut de gamme » et celui des « classes enracinées », etc.1

3Loin de moi l′idée de nier ou même de minimiser l′ampleur et la portée de ces écueils sur lesquels vient souvent s′échouer la gouvernance canadienne, échouements qui constituent autant de naufrages, petits ou grands, qui assombrissent le futur du pays.

4Il est une question cependant sur laquelle on insiste un peu moins, une question qui renvoie pourtant à l′un des plus grands défis du Canada à l′aube du vingt et unième siècle, et c′est celle, pour le pays, de passer à l′avenir.

  • 2 Voir id., « Penser le Québec dans le paysage canadien », Michel Venne, dir., Penser la nation québ (...)
  • 3 J′ai longuement argumenté sur pareilles formules Passer à l′avenir. Histoire, mémoire, identité da (...)

5Passer à l′avenir est ce genre de formule ambivalente que j′aime bien, à l′instar par exemple de « Penser le Québec dans le paysage canadien2 » ou de « Je me souviens d′où je m′en vais » ou encore de « Honorer ses ancêtres, c′est se responsabiliser devant l′avenir3 ». Ces formules contiennent en effet une part d′ambiguïté, donc de fluidité, de souplesse, d′ouverture et d′adaptabilité qui, pour moi, ne renvoie absolument pas à de l′hésitation, à du cafouillage ou à de l′incertitude, mais bien plutôt à une disposition sereine, de la part de ceux qui les utilisent ou les trouvent fécondes, pour affronter l′énigme pérenne du politique. Cette énigme, de mon point de vue, n′est autre que celle d′accueillir la complexité de la vie, y compris sa dimension conflictuelle, dans un esprit de médiation, et ce, en s′ouvrant à la possibilité de penser l′impensable jusqu′à soutenir parfois le paradoxe.

6On a souvent défini la politique comme étant l′art du possible. Voici une vue plutôt démissionnaire de l′activité suprême du genre humain. Pour ma part, j′associe bien davantage la politique à l′art de négocier l′impossible, une finalité qui exige, de la part de ceux et celles qui exercent cette responsabilité, des vertus et qualités exceptionnelles.

7Or, le défi de passer à l′avenir est l′une des facettes cardinales de la politique.

8Il n′est jamais simple en effet d′articuler sur un mode porteur le souvenir au devenir de telle manière que les descendants puissent aspirer à une vie dégagée des lourdeurs du passé sans pour cela renier l′héritage des anciens. À plus d′un titre, cette difficulté d′un arrimage heureux du passé à l′avenir est l′un des murs sur lesquels vient se briser toute possibilité de rénovation des représentations symboliques du Canada, rénovation dont on pourrait s′attendre qu′elle contribue à la récupération générale du pays dans un sens avantageux pour l′avenir.

9À l′heure actuelle, c′est comme si l′espace politique du Canada était sous l′emprise de trois grands groupements par référence dont deux voulaient, pour se refonder, se rappeler à eux-mêmes dans leurs seules offenses subies (les francophones et les autochtones) alors que l′autre, pour se refonder tout autant et le pays avec lui apparemment, désirait user des pouvoirs délivrants de l′oubli (les anglophones).

10Or, à cet égard, mon opinion est pour une fois univoque : ni le rappel impérissable de ce qui fut, ni la pratique de l′oubli, comme modes du souvenir, ne constituent, pour les contemporains désireux d′établir un rapport satisfaisant avec le passé et le futur, un moyen qui se révèle fécond.

11Aussi peut-on dire que, du point de vue des conditions pour passer à l′avenir, les Canadiens semblent en ce moment empêtrés dans une impasse dont le dénouement tarde à se manifester.

12Faut-il désespérer d′y arriver ? Je ne crois pas. Pourrait-on penser qu′il se trouve, dans l′expérience historique canadienne, un capital mémoriel et factuel par le rappel et les ressources duquel il serait possible de dépasser les insuffisances, les apories parfois, des représentations actuelles du pays ? J′estime que oui.

13Il m′apparaît en effet que l′aventure canadienne est une histoire pleine de blessures, certes, mais de possibilités aussi. Il me semble de même que l′aventure canadienne est une histoire d′ambivalences et de dissonances, ce qui, et j′y reviendrai, est une caractéristique globalement positive de l′antériorité du pays de même qu′un fonds, une dot considérable, pour passer à l′avenir.

14C′est en effet dans l′ambiguïté de ces blessures et possibilités, de ces ambivalences et dissonances, que s′est élevé le Canada, fragile et fort tout à la fois, c′est-à-dire cherchant continuellement sa voie mais ouvert, pour cette raison précisément, à différentes problématiques lui permettant de se récupérer dans des raccords politiques rendant possible son évolution vers d′autres horizons.

Les mots pour dire le pays

  • 4 Alberto Manguel, Dans la forêt du miroir. Essais sur les mots et sur le monde, Paris/Montréal, Act (...)

15Les mots employés sont importants. Dans un essai récent sur les mots et sur le monde, Alberto Manguel rappelait avec pertinence que les mots donnent à l′expérience sa forme, offrent à la vie la possibilité de vêtir sa nudité4.

16Or quels sont ces mots qui décrivent et révèlent le plus justement le Canada ?

17N′attendez pas de moi que je vous parle du pays en vous peignant la beauté du soleil naissant sur l′Atlantique et chatouillant la côte canadienne de ses premiers rayons matinaux. N′espérez pas non plus que je chante ce pays en vous racontant la joie de marcher dans les feuilles d′automne, à Québec, par une journée sans vent et presque pluvieuse ; en vous rappelant à quel point l′on se sent écrasé par le ciel des Prairies ; ou en vous relatant la plénitude ressentie par une traversée des Rocheuses sur la musique de Mahler. Pareilles images et sensations ressortent d′expériences personnelles qui témoignent d′un rapport singulier à la nature universelle, pas au pays. Pareilles images ne sauraient nullement exprimer ce qui me semble être au cœur de l′aventure historique canadienne.

18Il est des mots plus subtils, moins racoleurs et moins faux par conséquent, pour dire le Canada. Ces mots ne sont pas très excitants, surtout pour des politiciens, parfois des intellectuels, qui sont en quête de visions simples, univoques, tranchées, assurées, voire joviales, pour vendre ou penser le pays.

19J′ai plus tôt mentionné quelques-uns de ces mots par lesquels, me semble-t-il, l′on peut rendre compte de l′expérience historique canadienne. Ces mots sont ceux d′ambivalence et de dissonance, de blessure et de possibilité, de raccord et de récupération. Je pourrais rajouter ceux de tensions et de frictions, de tiraillements et d′interdépendance contrainte, d′ambiguïté et de paradoxe.

20Il s′agit de mots qui, au lieu de décrire le Canada sous l′angle d′un corps structuré, puissant, symétrique et stable, bref comme on aime bien qu′un pays soit habituellement présenté ou montré, le rendent dans ses mouvances approximatives, dans ses tâtonnements perpétuels, dans ses indispositions continuelles par rapport à lui-même, dans ses équilibres instables et dans ses proximités distantes ; autant de caractéristiques, on l′avouera, qui portent en elles l′idée générale de fluidité, idée qui s′accorde mal avec l′essence supposée des nations et des États, laquelle est réputée exprimer une propriété originelle immuable.

  • 5 À ce sujet, voir J. Létourneau, « Le lieu (dit) de la nation : essai d′argumentation à partir d′ex (...)

21Or, sans verser dans les excès du postmodernisme qui veut, selon la vulgate consacrée, qu′il n′y ait de réalité que textuelle ou coulante, je ne suis pas personnellement partisan de ces visions anhistoriques et téléologiques des nations selon lesquelles il y aurait, à l′origine des touts constitués, une graine contenant en germe l′avenir de ce qui ne pouvait pas ne pas être ou de ce qui aurait dû être mais qui a été empêché ou reste inaccompli5.

22Pour me représenter le Canada dans le mouvement incessant de son ordre ou de son désordre, c′est comme on veut, j′aime bien imaginer le pays sur le mode des fameuses structures mobiles inventées par Alexander Calder, structures dont les éléments palpables, en continuel balancement les uns par rapport aux autres, les uns avec les autres et les uns contre les autres, produisent une sorte de composition dissonante de figures réelles et virtuelles où l′harmonie est toujours en construction.

23Cette expression, composition dissonante, me semble particulièrement juste pour rendre et offrir l′expérience historique canadienne dans sa complexité irréductible.

24On sait ce qu′est une dissonance : en composition musicale, la dissonance renvoie à l′intervalle incongru et désagréable entre deux sons qui appelle une résolution par un accord harmonique. Paradoxe intéressant, la dissonance comprend aussi les notes responsables d′un tel réarrangement mélodieux. En d′autres termes, la dissonance est tout à la fois la réunion déplaisante de sons et l′accord consolant cet effet contrariant ou ennuyeux.

25L′image de la dissonance est utile pour aborder le cas du Canada qui, tout en générant continuellement des conflits, sait précisément se récupérer grâce aux frictions et tensions qui scandent sa mouvance.

26À maints égards, en effet, l′expérience canadienne fut et reste l′expression de tensions et de frictions incessantes entre forces centripètes et forces centrifuges, tantôt partenaires et tantôt antagoniques, tantôt complémentaires et tantôt contradictoires. Elle fut aussi et demeure encore, par le jeu réfléchi et tâtonnant d′acteurs en concurrence, l′expression d′un dépassement de ces tensions et frictions dans des raccords rendant possible le passage à un ou à d′autres états politiques.

  • 6 Je parle ici du Québec comme espace politique comprenant tous ses habitants et non pas du Québec f (...)

27Particularité intéressante mais en même temps frustrante pour bien des observateurs, s′ils se veulent enchaînements par rapport à un ou à des états politiques antérieurs, ces raccords ne furent jamais, et ne sont toujours pas résolution définitive de l′équation canadienne, laquelle ne comporte pas un seul dénominateur commun mais plusieurs dénominateurs conjoints parmi lesquels, assurément et de manière incontournable, il y a le Québec6.

28C′est ainsi qu′en pratique le Canada évolue entre les possibilités continuelles que lui offrent ses acteurs en cherchant à dépasser ses dissonances constitutives, celles qui découlent de sa dualité structurelle en particulier, et l′aporie sur laquelle vient s′échouer toute tentative de résorber ces dissonances en chantant le pays sur le mode de l′harmonie ou de l′unité nationale.

29Autrement dit, la possibilité du Canada réside précisément dans l′accueil des tensions et frictions qui lui sont constitutives et dans leur transformation en compromis provisoires, compromis ne levant toutefois jamais la perspective des oppositions et des conflits animant l′évolution du pays.

30Là se love, je pense, la singularité canadienne. Une singularité qui n′est la manifestation d′aucun essentialisme transcendantal, mais qui procède de l′histoire et se comprend par elle ; une singularité à la donne globalement heureuse plutôt que malheureuse, mais qui n′est pas sans accroc ; une singularité dont la mémoire est cependant faiblissante dans l′imaginaire de la classe politique et intellectuelle qui gouverne et inspire actuellement le pays.

  • 7 Pour une position semblable, découverte après la rédaction de ce texte, voir Graham Fraser, « In P (...)

31Il est une conséquence politique qu′il faut tirer de pareille vision de l′aventure historique canadienne. C′est que toute tentative qui vise à en finir avec la dissonance structurelle et structurante du pays en fixant une fois pour toutes son évolution dans des matrices invariables, une telle tentative, dis-je, est la façon la plus probante de diminuer les possibilités d′avenir pour le Canada7

Une ambiguïté féconde

32À plus d′un égard, l′expérience historique canadienne fut et reste largement marquée du sceau de l′ambiguïté. J′entends par là que, pour des raisons tenant à l′histoire et non pas à une essence première, l′élan, la trajectoire et la dynamique du pays n′ont jamais été univoques. Je parle ainsi non pour reprendre à mon compte le paradigme encore à la mode, mais daté comme concept métahistorique fondant une vision d′avenir du Canada, des identités limitées, parcellisées et atomisées – ce que certains continuent de traduire, dans le langage courant, par la formule vieillie de « mosaïque canadienne ».

33Je dis que l′expérience historique canadienne fut ambiguë parce que les épisodes catalyseurs du devenir canadien ont toujours débouché sur l′ambivalence plutôt que sur l′univocité, c′est-à-dire sur une certaine infinitude, ouverture et imprécision de destin plutôt que sur une inflexibilité de parcours. Cela est vrai de 1759, de 1837-38, de 1840, de 1867, voire de 1982.

34En d′autres termes, malgré bien des tentatives en ce sens de la part de petits et de grands acteurs et penseurs, il n′a jamais été possible de focaliser le devenir du pays sur l′axe des ordonnées d′un seul principe structurant. De même, il n′a jamais été possible de séparer l′avenir du pays de son passé, c′est-à-dire de refonder le Canada en faisant fi des présences antérieures qui l′avaient façonné. Il n′a jamais été possible non plus d′imposer aux habitants du pays une seule pratique et vision du Canada, ni d′ailleurs d′éliminer ou de faire abstraction de la volonté des groupements constitutifs du pays de s′affirmer coûte que coûte, avec et contre les autres groupements, dans le paysage canadien.

35On aurait tort de voir dans l′ambiguïté canadienne la manifestation d′une faillite « nationale », celle d′une incapacité à être collectivement ou celle d′une digression déplorable de destin par rapport à l′idéal type de l′État-nation. Dans mon esprit, l′ambiguïté de l′expérience historique canadienne n′est pas l′expression d′une impuissance à imposer un projet intégrateur. Elle est un parcours qu′il faut reconnaître et assumer, une trajectoire dont il faut exploiter les ressources pour activer la suite des choses. À plus d′un titre et à maintes occasions, l′ambiguïté constitutive de l′expérience historique canadienne s′est en effet révélée porteuse d′avenir pour le pays dans la mesure où elle est apparue, simultanément, comme le mode de condensation des blessures et comme le mode d′expression des possibilités formant depuis toujours la matière du passé du Canada.

36Autrement dit, plutôt que de déboucher sur l′équivoque paralysante ou de favoriser l′hégémonie d′un seul pouvoir dominateur, l′ambiguïté canadienne a rendu possible et sanctionné en même temps, l′expression des contraires. Il ne s′agit pas de voir dans cette situation la preuve d′une tolérance ou d′une aptitude à la conciliation uniques au monde de la part des habitants du Canada les uns envers les autres. Pour être juste, cette tolérance et cette aptitude apparente à la conciliation ont été maintes fois démenties par les faits. L′ambiguïté canadienne découle plutôt de ce qu′aucun pouvoir latent ou constitué à l′intérieur de cet espace d′interrelations sociales et politiques qu′on appelle le Canada n′a pu imposer sa seule raison aux pouvoirs concurrents, bien que de nombreuses asymétries de réciprocité se soient manifestées entre ces pouvoirs s′exprimant, se rencontrant et se disputant dans l′arène publique.

37Si ma vision des choses est exacte, l′ambiguïté d′êtres du Canada témoignerait donc tout à la fois de la pérennité des tensions marquant l′expérience canadienne et de l′incapacité manifeste des pouvoirs dominants d′imposer leur logique politique jusqu′au bout, et ce, par suite de la détermination inébranlable de forces concurrentes à s′affirmer et à s′épanouir, c′est-à-dire à être et à obtenir reconnaissance au cœur de l′espace politique institué du pays.

38On ne saurait en aucun cas minimiser l′importance de ces forces concurrentes dans la destinée canadienne. À maints égards, on pourrait d′ailleurs soutenir que le Canada s′est historiquement forgé comme un ensemble de paris perdus par la raison intransigeante des pouvoirs dominants ou des majorités contre l′insistance des acteurs ou des minorités à perdurer dans le temps en ne cessant jamais de s′affirmer et en cherchant à faire avec la réalité des choses et celle des autres plutôt que de la refuser ou de s′exiler dans des lieux d′être exigus.

39Raconter l′histoire de cette insistance à s′affirmer, à perdurer et à s′ouvrir à l′autre et à bailleurs, c′est précisément se donner les moyens de reconnaître le potentiel de récupération propre à l′expérience canadienne. C′est s′attaquer de front à l′opération de transformation des blessures en possibilités. C′est pénétrer au cœur de ce qui a fait la singularité canadienne hier et de ce qui pourrait peut-être la reconduire demain.

Une mémoire d′avenir

40La question qui est au cœur de mon propos depuis le début est au fond la suivante : quelle mémoire, quelle histoire d′avenir pour le Canada ? En d′autres termes, quel récit qui rende et offre le plus justement possible l′expérience historique canadienne du double point de vue inséparable de la science et du politique, et ce, dans la conscience de demain ?

  • 8 Par éthique mémorielle, je me réfère à cette disposition du narrateur qui, dans son récit, cherche (...)

41On comprendra que je refuse d′endosser ces récits hypocrites qui subliment la réalité passée de l′expérience canadienne pour faire bêtement du Canada le « meilleur pays du monde » et ce, depuis toujours. Je répète ce qui est lapalissade éculée : le rôle de l′historien n′est pas d′occulter la matière de l′histoire, mais de faire face à l′ayant-été dans un souci élevé de rigueur scientifique et d′éthique mémorielle8 Or, je l′ai dit, l′expérience historique canadienne est faite de blessures que l′on ne peut pas taire. La marginalisation tantôt délibérée tantôt involontaire, en partie réussie et en partie avortée du fait français, du fait autochtone et du fait métis, dans l′opération de construction de l′État-nation canadien et de canadianisation du pays compte parmi l′une de ces blessures qui, à l′évidence, n′arrive pas à se cicatriser. Il s′agit, je pense, d′une donnée imprescriptible de l′expérience historique canadienne. Cela dit, et j′y reviendrai, on ne peut pas vivre exclusivement dans l′hypothèse où dans l′hypothèque du passé.

42Force est d′admettre par ailleurs que je ne suis pas partisan non plus de ces entreprises de reconstitution historique qui, insistant sur la puissance structurante de l′idée et de la pratique de la coopération dans l′expérience historique canadienne, diminuent par là, nécessairement, la puissance tout autant décisive de l′idée et de la pratique de l′affirmation de soi, et donc du conflit identitaire, dans la destinée du pays.

43De mon point de vue, il n′est pas possible de faire l′histoire du Canada en ne mettant l′accent que sur les consonances et les convergences qui ont marqué le passé du pays.

44Pour ne prendre qu′un exemple, significatif toutefois, la lutte des Canadiens français hier, et celle des Québécois francophones maintenant, pour inscrire leur historicité, leur identité et leur devenir dans la problématique canadienne, est tout aussi importante que leurs tentatives et opérations continuelles de conciliation et de collaboration avec les autres habitants du Canada pour bâtir et rebâtir le pays.

45Autrement dit, l′histoire du Canada n′est pas l′accomplissement de l′imité dans la diversité ni la victoire des forces de la coopération sur celles de la discordance. Cette histoire est celle de dissonances toujours reconduites et produisant, par le jeu et les décisions avisés et impromptus d′acteurs cherchant à vivre avec et contre la complexité du monde, des voies de passage vers demain, voies de passage, toutefois, jamais parfaites et toujours partielles.

46L′équilibre du Canada – c′est, me semble-t-il, ce qui ressort principalement de son passé – est celui de ses déséquilibres et asymétries continuellement contestées, négociées et finalement accueillies, de gré ou de force, par la majorité des décideurs, de même que par la population, et ce, pour qu′advienne nolens volens un avenir.

47Voilà pourquoi il me semble que la meilleure histoire qui soit du Canada est celle qui, tout en n′oblitérant pas la réalité et la gravité des blessures causées, insiste sur les possibilités qu′ont su donner au pays ces habitants et décideurs qui, plutôt que de refuser ou de contrarier les dissonances constitutives de l′expérience historique canadienne, les ont reçues et traduites politiquement, par esprit visionnaire ou par la force des choses, c′est selon, mais en créant ipso facto un mouvement favorable à l′apparition de consonances provisoires.

48L′expérience canadienne comme parcours de possibilités : voici une représentation du pays qui me semble historiquement juste par rapport au passé et politiquement porteuse pour l′avenir ; une représentation qui, sans nier les malheurs survenus hier dans le pays, n′y consume pourtant pas l′horizon de demain ; une représentation qui amène les habitants du pays non pas à se rappeler seulement ou oublier uniquement, mais, de manière paradoxalement heureuse – et j′insiste sur cette formule – à se souvenir d′où ils s′en vont.

Un concept clé : celui de canadianité

  • 9 « Assumons l′identité québécoise dans sa complexité », Le Devoir, 7-8 août 1999.
  • 10 La « canadianisation » désigne l′entreprise historique de construction d′un espace symbolique, ide (...)
  • 11 On pourra prendre connaissance des remarques « obligeantes » de bien des commentateurs en consulta (...)

49Pour penser et qualifier la dimension la plus féconde de l′expérience historique canadienne, j′ai, dans d′autres textes et notamment dans celui que j′ai fait paraître dans les pages du journal Le Devoir à l′été 19999, proposé le concept de canadianité, concept que je distingue de celui de canadianisation, voire de canadienneté10 Inutile de dire que cette initiative, audacieuse pour un intellectuel québécois, voire pour un intellectuel tout court, m′a valu bien des reproches11.

50En usant du concept de canadianité, mon objectif n′a pourtant jamais été – et n′est toujours pas, du reste – de fonder une vision radieuse ou naïve du pays. Il faut par ailleurs mal me connaître pour penser que, employant pareil concept, j′aie cherché à me faire artisan organique d′une cause, celle de la promotion du Canada, et ce, au détriment de la reconnaissance d′une identité québécoise distincte.

51En tant qu′intellectuel, je crois qu′il importe d′être sincère envers ceux à qui l′on s′adresse. Personnellement, j′avouerai n′avoir qu′une patrie : celle de la pensée responsable, de la démarche éthique et de la conscience aiguë du monde. Et j′admettrai avoir une ambition unique : celle de chercher, en n′étant jamais épuisé ni désespéré par l′échec, ces mots qui rendent aussi justement que possible le passé et l′offrent en héritage aux descendants.

52En usant du concept de canadianité, mon intention était de penser l′expérience canadienne, au cœur de laquelle n′a jamais cessé d′être l′aventure québécoise, sous l′angle tout à la fois valide, valable et souhaitable d′une histoire de dissonances, c′est-à-dire d′une histoire de blessures et de possibilités.

53Mon but était également de m′insérer au cœur des tensions et ambiguïtés porteuses sur lesquelles s′est élevé le pays en les accueillant plutôt qu′en les condamnant ou les décriant, en les révélant plutôt qu′en les subsumant, les distillant ou les omettant.

54Usant du concept de canadianité, mon objectif était encore d′ouvrir un espace argumentatif et interprétatif où l′expérience canadienne n′était pas restituée à l′aune du mantra de la conciliation ou de l′inhibition, mais dans ses réciprocités asymétriques et ses équilibres oscillants, dans ses maillages discordants et ses dissonances structurantes, dans ses convergences dissidentes et ses dissidences convergentes, dans ses interdépendances instables et dans la tendre (in)différence réciproque de ses habitants... – pour reprendre le répertoire d′oxymorons employés plus tôt et y ajouter.

55Contrairement à bien des observateurs de la scène canadienne qui refusent de s′ouvrir aux possibilités du paradoxe, c′est au cœur de cette fragilité d′êtres du Canada – qui est possiblement l′expression d′une vigueur insoupçonnée – que je perçois et trouve la réalité historique du pays, si ce n′est son utopie, en tout cas son indéniable force de récupération.

  • 12 J. Létourneau. J. « L′affirmationnisme québécois à l′ère de la mondialisation », Revue de l′Univer (...)

56On comprendra dans ce contexte qu′un projet comme celui de la souveraineté-partenariat ne me surprend pas ni ne m′importune. J′interprète en effet pareil projet comme un pari pour l′avenir du pays et non pas contre le futur du Canada12 La souveraineté-partenariat, entendue comme elle l′est par la majorité de ses supporteurs québécois, c′est-à-dire comme un moyen de relancer et d′actualiser l′expérience canadienne sur la base de ses spécificités régionales, est l′une de ces ambiguïtés propres à l′aventure du pays qui ont fondé sa destinée jusqu′à maintenant.

57Étonnant comme perspective ? C′est que penser l′impensable exige d′adopter des postures d′observation et des positions interprétatives non conventionnelles. Pour revenir aux sculptures d′Alexander Calder, n′est-ce pas le paradoxe non aporétique de ces mobiles que de ne pas se laisser piéger dans l′espace circonscrit par le tracé des formes et des figures composant la structure morphologique des œuvres ?

58En termes moins « académico-poétiques » peut-être, il est bien possible que, pour saisir le sens d′une œuvre de Calder, il faille l′observer en ayant la tête en bas, en se faisant soi-même élément mobile au sein de la sculpture, en fumant du cannabis et en s′éclatant dans des orgies... de mots, ou en décrétant tout simplement qu′il s′agit là d′une œuvre sans bon sens et que c′est dans ce caractère apparemment insensé de l′œuvre que se loge son sens le plus heureux.

59Je nous le demande : est-il toujours nécessaire d′imposer un sens définitif, fixe ou forcé à ce qui s′offre au monde dans une certaine ambiguïté d′êtres ? Est-il par exemple obligatoire d′enchâsser les Canadiens dans un seul méta-mantra, de focaliser leur donne sur un seul plan identitaire pour les rendre heureux et les sauver de leur dérive apparente dans une veine impensée, et dès lors réputée inimaginable, de l′expérience nationale ?

Approfondir la singularité canadienne

60À mon avis, il est, en ce qui a trait à l′avenir du Canada, une question plus importante que n′importe quelle autre. Je la formule de manière un peu innocente, sans vouloir donner par là l′impression d′être inconscient par rapport aux problèmes qui marquent le pays. Cette question est la suivante : vaut-il la peine, en dépit de toutes les blessures qui en ont marqué et scandé le parcours, de poursuivre l′expérience historique qui s′est déroulée au sein de cet espace d′interrelations sociales et politiques qu′on appelle le Canada ?

61Si la réponse à cette question est négative, le débat est clos. Dans la mesure où l′expérience historique canadienne serait celle d′un échec sur le plan économique, social et politique, la persistance du Canada n′aurait de sens que par rapport à la perpétuation de pouvoirs sectaires. Il serait évidemment absurde d′encourager semblable destin.

62Si la réponse à la question de poursuivre l′expérience historique s′étant déroulée au Canada est globalement positive, le défi qui s′offre dès lors aux héritiers de cette expérience, c′est-à-dire à nous, consiste à enrichir le parcours antérieur balisé par les anciens et, pour ce qui est des blessures, à les reconnaître lucidement dans toutes leurs dimensions et extensions en ayant pour objectif de les transformer en possibilités pour l′avenir.

63Selon cette perspective, ni le souvenir impérissable des malheurs d′hier ni l′avenir délivré des héritages du passé ne sauraient constituer de voies de passage pour ouvrir à demain. Ce passage serait plutôt percé, opéré, pratiqué sur la base d′une reconnaissance et d′une distance critique des contemporains à l′égard de l′action des ancêtres, et ce, dans la conscience du bonheur des descendants.

64Au fond, le défi des habitants du Canada n′est pas de préserver le pays coûte que coûte. À plusieurs égards, j′ai pourtant l′impression que c′est cette quête aveugle d′un Canada à édifier et à maintenir envers et contre tous qui anime un grand nombre de décideurs et d′acteurs à l′heure actuelle. Pour eux, le label Canada est pratiquement devenu une fin en soi, l′alpha et l′omega de la grandeur indiscutable d′un État pourvu d′une population servant d′abord à prétexter son existence et à nourrir sa cause. C′est comme si la déclaration du « meilleur pays du monde » était devenue la déclamation axiomatique du Canada en même temps que la formule magique dédouanant les acteurs du pays de leurs errances passées, présentes et prochaines.

65Or, mon sentiment est que l′on ne devrait jamais vivre ni mourir ni lutter pour la face, pour le nom, ou pour l′honneur d′un pays. L′emblème d′un pays n′est pas grand-chose. C′est le « contenu » de ce pays, soit son histoire, sa problématique et ses gens qui sont tout. La différence entre l′amour du pays et l′amour des gens est immense. L′amour du pays entraîne en effet l′obstination, la fermeture et l′intransigeance alors que l′amour des gens appelle le compromis, l′ouverture et le discernement.

66Dans ce contexte, le défi qui est le nôtre, tout en étant fort difficile à réaliser, est on ne peut plus clair à définir : il s′agit, tablant sur ce que fut jusqu′ici l′expérience historique canadienne, soit un parcours marqué par les ambiguïtés et les ambivalences, d′écarter les discours et représentations entêtées du pays qui visent à imposer de l′univocité là où il ne peut y avoir que de la diversité, tant sur le plan de la représentation symbolique du Canada que sur le plan du mode de gouvernance le plus souhaitable pour orchestrer les dissonances du pays.

67Cette diversité, qui n′a jamais cessé de s′exprimer, voire de s′imposer, à défaut d′être reconnue au diapason de ses volontés et prétentions, est ce qui est au cœur de la problématique canadienne. Elle est aussi ce qui fait la spécificité du pays.

68Je ne parle évidemment pas de cette diversité à la mode dans les cercles intellectuels de bon aloi où l′on tend à donner, des collectivités, une image les présentant sous l′angle de la multiplicité des singularités individuelles les composant. On le constate pourtant de plus en plus, la politique de la reconnaissance tous azimuts a ses limites et produit ses effets pervers sur le plan politique.

69Je ne parle pas non plus de cette diversité que, au Canada, on appelle multiculturalité et qui a constitué, admettons-le, une tentative avortée pour sortir le pays de sa donnée historique centrale en le refondant dans une idée déshistoricisée de canadienneté.

70Je parle de cette diversité structurelle et structurante du pays, diversité indépassée jusqu′à maintenant et peut-être indépassable bien qu′en travail sur elle-même, et qui renvoie à l′existence de trois grands groupements par référence, vivant en situation d′interdépendance contrainte dans un espace institué de proximité distante, soit le Canada.

71Ces trois grands groupements par référence, qui peuplent et forment des mondes en tension et en réciprocité les uns avec et contre les autres, se définissent certes par rapport à des dynamismes d′ordre linguistico-culturels que rendent bien les concepts d′anglicité, de francité, et d′autochtonité. Mais ces groupements se définissent aussi de plus en plus par rapport à des dynamismes d′ordre politique, civique et identitaire, voire territoriaux, qui renforcent plutôt qu′ils ne gomment, par exemple, la distinction historique qui n′a jamais cessé d′exister entre le Québec, d′une part, et les autres provinces du Canada et le gouvernement fédéral, d′autre part.

72Si bien qu′au tournant du vingt et unième siècle, et ce, malgré la volonté de bien des décideurs et acteurs d′empêcher cette mouvance apparemment néfaste au pays, le Canada évolue empiriquement dans le sens d′une dualisation accentuée de son « corps » et dans le sens aussi de l′apparition de deux « majorités » effectives en son sein, « majorités » continuellement confrontées à l′existence d′un troisième groupement constitué et revendicateur de ses spécificités et de ses droits, à savoir les autochtones.

73Reconnaissant la présence irréductible et indéfectible de ces trois groupements, d′une part, et de ces dynamismes structurants de dualisation, d′autre part, dans le paysage canadien, que faire pour permettre au pays de passer à l′avenir ?

  • 13 Mais dont on trouvera certains éléments clés dans deux textes récemment publiés, soit « Penser le (...)

74En évitant de justifier cette proposition par une argumentation qui risquerait d′être fort longue13 je dirai que le défi actuel des habitants du Canada est d′accueillir l′autochtonité et la québécité dans une idée généreuse et imaginative de canadianité, et ce, sans chercher à noyer ces identités fortes dans une espèce de canadienneté homogénéisante et sans chercher non plus à les enrober dans le novlangue de la rectitude politique de manière à les liquider comme problème et à les réifier comme monument d′apothéose à un passé révolu.

75Pour ne prendre qu′un exemple, il m′apparaît ridicule que l′on veuille a posteriori, et sous le coup du remords universel fleurissant à une époque où, d′évidence, toutes les collectivités se font pardon à elles-mêmes dans un étalage de contrition vaporeuse, il m′apparaît ridicule, dis-je, de vouloir considérer les autochtones comme étant les « Premiers Canadiens » alors même que le pays s′est élevé sur leur relégation dans les marges de son parcours.

  • 14 C′est le travail auquel s′est notamment livrée la Commission royale sur les peuples autochtones. V (...)
  • 15 Pour une position semblable, voir Louis-Edmond Hamelin, Passer près d′une perdrix sans la voir, ou (...)

76S′agissant des autochtones, le défi qui est le nôtre n′est pas de les réinscrire artificiellement dans une histoire embellie et suave du pays où chaque communauté aurait sa vitrine spécifique au Musée canadien des civilisations. Sur le plan historiographique, ce défi est plutôt de reconnaître les blessures qui ont été infligées aux autochtones dans le temps14 Sur le plan politique, le défi est d′inscrire l′autochtonité comme dimension structurante de la canadianité, c′est-à-dire d′insérer la présence et l′identité autochtones au cœur des dynamismes politiques et de la mouvance actuelle du pays – pays dont les autochtones, de leur côté, ne peuvent éliminer ni la présence ni la prégnance dans toute vision de leur devenir15.

77En clair, ce qui doit être au centre des préoccupations des habitants actuels du Canada, ce n′est pas de rapailler l′emblématique du pays, mais d′approfondir sa problématique.

De la perspective dans la prospective

78Mon pari comme intellectuel est de croire qu′il existe, dans l′expérience présente du Canada, un espace de possibilité pour aménager un futur viable au pays, et ce, sans qu′il soit nécessaire de répudier, d′oublier ou de désassumer le phassé canadien.

79La fuite en avant, il est utile de le rappeler, n′est pas la marque d′un dialogue fructueux avec les ancêtres. Elle n′est pas non plus le témoignage d′une attitude responsable à l′égard des héritiers.

80Il est au pays trop de décideurs et d′acteurs désabusés ou démissionnaires devant le défi cardinal du politique de transformer les problèmes en projets. Il est également trop de décideurs et d′acteurs déterminés à imposer leur solution tranchée à un pays dont l′expérience est irréductible à l′univocité.

81Tout le propos de ce texte a consisté à rappeler à quel point le pays s′était construit, avec et contre l′ambition de ses décideurs et acteurs, dans une ambiguïté d′êtres qui transpirait de ses dissonances inextinguibles.

82Si, pour nombre d′habitants du pays, le moyen de passer à l′avenir est à l′évidence de se souvenir d′où ils s′en vont, c′est-à-dire de pratiquer l′histoire dans un rapport de reconnaissance et de distance avec les ancêtres, celui de plusieurs autres habitants du Canada est sans nul doute de cheminer en considérant le passé comme une dot et non pas comme un fardeau, c′est-à-dire d′assumer ce qui, dans le passé du pays, a fait sa distinction la plus porteuse pour l′avenir, ce que j′appelle pour ma part canadianité – mais le terme choisi a ici bien peu d′importance par rapport à l′idée qu′il recouvre.

83On ne saurait dans tous les cas hypothéquer l′avenir par un surcroît de mémoire ni renier le passé par un excès d′oubli. Entre le passé et l′avenir, il peut en effet y avoir, à l′occasion, confluences qui soient fécondes pour le présent. C′est un truisme de le rappeler : la perspective est solidaire de la prospective.

Notes

1 À ce sujet, voir J. Létourneau, Les Années sans guide. Le Canada à l′ère de l′économie migrante, Montréal, Boréal, 1996.

2 Voir id., « Penser le Québec dans le paysage canadien », Michel Venne, dir., Penser la nation québécoise, 103-122, Montréal, Québec-Amérique, 2000.

3 J′ai longuement argumenté sur pareilles formules Passer à l′avenir. Histoire, mémoire, identité dans le Québec d′aujourd′hui, Montréal, Boréal, 2000.

4 Alberto Manguel, Dans la forêt du miroir. Essais sur les mots et sur le monde, Paris/Montréal, Actes Sud/Leméac, 2000.

5 À ce sujet, voir J. Létourneau, « Le lieu (dit) de la nation : essai d′argumentation à partir d′exemples puisés au cas québécois », Revue canadienne de science politique, 30,1 (1997) : 55-87 [avec la participation d′Anne Trépanier].

6 Je parle ici du Québec comme espace politique comprenant tous ses habitants et non pas du Québec français seulement.

7 Pour une position semblable, découverte après la rédaction de ce texte, voir Graham Fraser, « In Praise of Ambiguity », Policy Options politiques, 21,1 (janvier-février 2000) : 21-26.

8 Par éthique mémorielle, je me réfère à cette disposition du narrateur qui, dans son récit, cherche à restituer la matière du passé dans son extension la plus large, et ce, par souci de justice envers les anciens.

9 « Assumons l′identité québécoise dans sa complexité », Le Devoir, 7-8 août 1999.

10 La « canadianisation » désigne l′entreprise historique de construction d′un espace symbolique, identitaire et culturel – soit un espace de références – proprement canadien, c′est-à-dire étroitement inféodé à l′existence du Canada comme État-nation institué. La « canadienneté » réfère à l′identité nationale canadienne. Le concept de « canadianité » n′est ni précipité identitaire ni principe d′allégeance ou d′appartenance nationalitaire. Il renvoie à un mode d′être ensemble propre à différents groupements vivant en situation d′interdépendance contrainte au sein d′un espace institué de proximité, soit le Canada, groupements ayant développé, au fil des temps, des rapports de réciprocité empreints de conflits mais aussi de convergences. Par le concept de « canadianité », j′entends penser la dissonance canadienne dans le sens des possibilités qu′elle ouvre pour l′avenir, sans pour autant oblitérer les blessures qui ne cessent d′animer l′expérience canadienne.

11 On pourra prendre connaissance des remarques « obligeantes » de bien des commentateurs en consultant le site <www.ledevoir.com/ago/1999a/nletourneau_c.html>.

12 J. Létourneau. J. « L′affirmationnisme québécois à l′ère de la mondialisation », Revue de l′Université de Moncton, 30, 2 (1997) : 19-36.

13 Mais dont on trouvera certains éléments clés dans deux textes récemment publiés, soit « Penser le Québec dans le paysage canadien », loc. cit., et « L′avenir du Canada : par rapport à quelle histoire ? », Canadian Historical Review, 81, 2 (été 2000) : 230-259.

14 C′est le travail auquel s′est notamment livrée la Commission royale sur les peuples autochtones. Voir le vol. 1 du Rapport : Un passé, un avenir, Ottawa, 1996.

15 Pour une position semblable, voir Louis-Edmond Hamelin, Passer près d′une perdrix sans la voir, ou attitudes à l′égard des Autochtones, Montréal, Université McGill/Programme d′études sur le Québec, 1999.

Notes de fin

* Ce texte doit être lu comme un essai d′exploration métahistorique et non pas comme le fruit d′une entreprise de recherche méthodique. L′article garde essentiellement sa forme de présentation orale.

Auteur

Professeur titulaire au Département d′histoire de l′Université Laval et chercheur au Centre interuniversitaire d′études sur les lettres, les arts et les traditions (CÉLAT). Au cours des dernières années, il a publié un grand nombre d′articles savants dans des revues scientifiques internationales et canadiennes, ainsi que plusieurs livres, dont Les années sans guide. Le Canada à l′ère de l′économie migrante (1996) et Passer à l′avenir : Histoire, mémoire, identité dans le Québec d′aujourd′hui (2000). Il est maintenant titulaire de la chaire de recherche du Canada en histoire et en économie politique du Québec contemporain, à l′Université Laval

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540