Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

The Canadian Distinctiveness into the XXIst Century - La distinction canadienne au tournant du XXIe siecle

 | 
Chad Gaffield
, 
Karen L. Gould

Introduction

Perspectives sur la distinction canadienne au tournant du XXIe siècle

Chad Gaffield

Texte intégral

1Quels sont les origines, le statut actuel et les perspectives de la distinction canadienne au tournant du vingt et unième siècle ? C′est cette question complexe qui a préoccupé les conférenciers de renommée internationale et les délégués de douzaines de pays réunis lors d′une conférence de trois jours du 18 au 20 mai 2000. Cet événement du millénaire fut organisé par le Conseil international des études canadiennes et l′Institut d′études canadiennes de l′Université d′Ottawa. La conférence « La distinction canadienne au tournant du XXIe siècle » a exploré les dynamiques clés du présent et du passé du Canada afin de fournir des perspectives pertinentes sur l′avenir de celui-ci. Le fruit de cette conférence fut une discussion intense toujours pénétrante et stimulante, tout en étant à la fois rassurante, dérangeante, encourageante, décourageante, visionnaire, pragmatique, optimiste et pessimiste.

2Puis vint le 11 septembre 2001. Au moment où nous nous apprêtions à publier les actes de la conférence, la destruction des tours jumelles du World Trade Center à New York a remis en question la pertinence à long terme de ces textes. Si le monde était changé à tout jamais, comme on semblait le croire, ne devions-nous pas demander aux auteurs de réviser leurs perspectives ? Ou ferions-nous mieux de renoncer tout simplement à la publication des résultats de la conférence si ces analyses et ces idées n′étaient plus pertinentes dans un monde d′après le 11 septembre ?

3Un an après la tragédie du 11 septembre, il est possible d′élaborer une perspective sur la signification de cette journée. Même s′il faudra plusieurs années avant de connaître son importance à long terme, de nombreux analystes croient en l′importance de situer tous les événements courants, qu′ils provoquent ou non des cataclysmes, dans un contexte plus large dans l′espace et le temps. De plus, ces analystes maintiennent que le 11 septembre a exposé l′importance de deux considérations, jusque-là ignorées, comme facteurs déterminants du vingt et unième siècle : l′état-nation et les valeurs culturelles. En effet, pour une grande partie du vingtième siècle, il semblait que la mondialisation remettait en question l′importance de l′état-nation et que l′urbanisation, les entreprises multinationales et d′autres formes de liens et d′organisations avaient tôt fait d′amoindrir la pertinence d′entités politiques comme le Canada. De même, la poussée de la mondialisation semblait relever de l′économie et de la technologie plutôt que de la culture. Les valeurs, les priorités et l′histoire étaient considérées, tout au plus, comme des épiphénomènes, voire comme étant détachées des phénomènes portant à conséquence.

4Un an après le 11 septembre, toutefois, personne ne doute de la pertinence de l′état-nation ni de l′importance des valeurs culturelles. Il est également évident que nous n′aurions jamais dû douter de la pertinence à long terme des contributions exceptionnelles faites en mai 2000 pour mieux comprendre le Canada à l′aube d′une ère nouvelle. Ces analyses justes ont mis l′accent sur la culture et la nature du Canada comme juridiction politique au sein de laquelle un changement profond s′opère. L′importance des chapitres qui suivent s′est donc accrue au lieu de s′affaiblir avec le temps.

5La première partie rapproche les idées innovatrices des trois conférenciers de marque, c′est-à-dire John Ralston Saul, Jocelyn Létourneau et Margaret Atwood. Chacun s′est attardé aux questions clés de la distinction canadienne dans une perspective historique et contemporaine. Ce sont leurs visions du Canada au début d′une ère nouvelle qui sont à la base des chapitres suivants où quatre thèmes majeurs sont abordés. Dans la deuxième partie intitulée « Individus, collectivités et État », Gilles Paquet et Susan D. Phillips présentent des analyses du développement historique du Canada afin d′aborder d′une nouvelle façon les questions de gouvernance et des relations entre l′État et la société civile au vingt et unième siècle. Denis Lacorne et Alan C. Cairns, pour leur part, donnent un contexte à la diversité de la société canadienne dans des perspectives comparatives, longitudinales et critiques. Dans la troisième partie, W. Michael Wilson, Monique Bégin et Maya Dutt examinent « Le caractère de la société canadienne » du point de vue des cultures d′affaires, des cultures sociales et politiques et de diverses cultures littéraires. Le lien entre ces cultures forme le thème de la quatrième partie, « Culture, identité et marché ». Ce thème est analysé par C. Michael Hall dans le contexte du tourisme, Shirley L. Thomson quant à la politique culturelle du Canada, Jean-Louis Roy dans le contexte des forces internationales et Maria Teresa Gutiérrez-Haces quant à la « diplomatie de citoyenneté ». La cinquième partie confronte directement le contexte international instable du Canada sous le thème « Le rôle du Canada sur la scène internationale au vingt et unième siècle ». Dans cette section, Donna Winslow étudie la sécurité mondiale dans la perspective de l′armée canadienne, tandis qu′Huguette Labelle examine les préoccupations quant à la qualité de vie de tous les peuples par rapport au rôle international qui reviendra au Canada. Dans les derniers chapitres, Terry Cook explore la signification des techniques de l′information et des communications en vue d′une voix canadienne distincte, alors que Jean Laponce et Lorna Irvine s′intéressent à l′avenir dans la perspective des tendances sociétaires, des métaphores et des cartes littéraires.

6Pris dans leur ensemble, les chapitres de ce livre rejettent toute notion de fatalité relative au Canada, qu′elle soit historique ou future. Les analyses s′intéressent plutôt au fait que, quel que soit leur vécu, passé ou présent, qu′ils soient ou non victimes, les individus, les groupes et les collectivités sont en mesure de jouer un rôle significatif dans la construction de leur destinée et de celle du Canada. De plus, les auteurs mettent systématiquement l′accent sur l′importance de la culture, de la créativité, de l′imagination, de même que des forces du marché et des changements technologiques. Leurs interprétations s′éloignent du déterminisme, économique ou autre, pour rejoindre une interrogation plus complexe qui explore les liens et non-liens entre ce qui est dit et ce qui est fait, entre les idées et les comportements, entre la pensée et l′action, entre l′intellectuel et le matériel. Enfin, ces auteurs présument qu′il est nécessaire de se concentrer sur l′avenir à partir d′une perspective qui englobe le passé et le présent. Cette approche suppose non seulement la reconnaissance et l′analyse de la complexité de la réalité canadienne, mais aussi l′examen de l′ensemble des qualités en perpétuelle mutation qui ont défini le Canada à travers son histoire, mais qui ne sont pas nécessairement toutes appropriées à la vie au vingt et unième siècle.

7En interrogeant la distinction canadienne, les auteurs identifient à maintes reprises les questions clés portant sur l′équilibre existant entre les diverses forces en rapport compétitif. Ils ont souvent recours aux termes « complexité », « contingence », « ambiguïté », « inclusion », « chaos », « cohérence », « identités », « contradictions » et « continuité ». Ces termes sont d′usage courant dans les débats internationaux non seulement en sciences sociales et humaines, mais dans toutes les disciplines.

8C′est dans ce contexte que Jocelyn Létourneau fait référence à la complexité délicate des mobiles de l′artiste Alexander Calder. Même si celui-ci est né à la fin du dix-neuvième siècle, sa vie et ses intérêts s′appliquent bien à nos réflexions sur le vingt et unième siècle. De fait, c′est par sa formation en génie mécanique que Calder a fait le lien entre les arts et les sciences avant de devenir l′un des sculpteurs les plus innovateurs de son temps. Ses mobiles sont d′ailleurs le résultat de son intérêt pour les constructions qui se modifient gracieusement en réponse à des stimuli externes. Certains contesteront l′idée que l′œuvre d′un Américain puisse refléter de façon métaphorique la dynamique canadienne, tandis que d′autres verront que les caractéristiques des mobiles de Calder sont pertinentes à plusieurs aspects de la société canadienne contemporaine.

9Que des exemples comme les mobiles d′Alexander Calder soient vus ou non comme des images utiles au moment où nous allons de l′avant dans le vingt et unième siècle, les discussions de la conférence accentuent le fait que des changements complexes ont fini par caractériser la réalité canadienne. Dans leur ensemble, les diverses présentations ont insisté sur l′espoir et la prudence qui doivent entourer ces changements. Avant tout, les conférenciers ont mis en évidence que le véritable défi n′est plus simplement de se connaître soi-même en tant que Canadien, mais plutôt de mettre en pratique cette connaissance de manière à créer une société meilleure et plus juste, et ce dans le contexte international en évolution où se situe « le monde d′après le 11 septembre ».

Auteur

Directeur de l′Institut d′études canadiennes de l′Université d′Ottawa. Il a étudié à l′Université McGill, où il a obtenu un baccalauréat ès arts en 1973 et une maîtrise ès arts en 1974 et à la University of Toronto, où il a fait son doctorat (1978). Il a enseigné à la University of Victoria de 1979 à 1985 avant d′entrer à l′Université d′Ottawa où il est titulaire d′une chaire de recherche en histoire canadienne. Son enseignement et ses activités de recherche sont centrés sur l′histoire sociale du Canada aux dix-neuvième et vingtième siècles. Parmi les distinctions qui lui ont été décernées figurent le Prix d′excellence en recherche de l′Université d′Ottawa pour l′année 1995 et celui du Professeur de l′année en 2002. Président de la Société historique du Canada en 2000-2001, il est actuellement chef d′équipe pour le projet de l′Infrastructure de recherche sur le Canada au XXe siècle

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540