Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Deuil d’un pays imaginé

 | 
Marcel Martel

Chapitre trois. Le Canada français à l’œuvre : Le Conseil de la vie française en Amérique (1945-1960)

Texte intégral

1Les participants du deuxième Congrès de la langue française confient au Conseil le mandat de promouvoir et de défendre les droits des Canadiens français, en liaison avec l’Ordre de Jacques-Cartier, qui le seconde dans cette tâche. Le Conseil appuie les efforts des associations provinciales d’éducation qui ne peuvent que difficilement poursuivre des batailles de longue haleine à cause du fait que leur financement dépend de la générosité des membres et du dynamisme de leurs chefs.

2De 1945 à la Révolution tranquille, le Conseil est à l’œuvre. Il cherche à démontrer son utilité comme instrument de l’action collective. Le Conseil consacre ainsi ses énergies à la promotion de la pensée nationaliste canadienne-française, et en particulier de la notion d’un pays constitué par deux peuples fondateurs que nous appellerons aussi dualité nationale culturelle non territoriale. Il devient aussi un instrument de diffusion de ces valeurs essentielles pour l’identité canadienne-française que sont la foi et la langue. Le Conseil cherche à intensifier les relations entre la province de Québec et les Canadiens français afin d’assurer la survivance du fait français partout au Canada. Cette intensification des relations signifie qu’il faut augmenter le nombre d’éléments du réseau institutionnel, mais aussi le diversifier, à l’échelle nationale, puisque la stratégie de la survivance repose sur le fonctionnement de ces instruments de l’action collective.

Maintenir à flot les revendications du Canada français

3Le Conseil aborde la promotion de la dualité nationale culturelle non territoriale en privilégiant la discrétion dans l’action. Cette « persuasion discrète » caractérise la culture politique du Conseil, car elle reflète, en fait, cet intérêt pour le secret et le lobby de coulisses, comme l’illustre si bien la création de l’Ordre de Jacques-Cartier. Les membres du Conseil écartent la mobilisation populaire, ce qui témoigne d’une certaine conception antidémocratique et paternaliste de l’action politique. Le Conseil, tout comme les dirigeants des associations provinciales, estime que seuls les chefs peuvent veiller au bien-être de la nation. Lorsque l’heure de la mobilisation sonne, elle se borne à l’appel des directeurs des associations. Le Conseil tient le moins possible de manifestations publiques de peur de susciter l’opposition de certains éléments du Canada anglais qui ont un héritage orangiste. Il croit pouvoir préserver sa cause en ne donnant aucune arme aux ennemis réels ou appréhendés.

4L’élite considère la nation canadienne-française comme un des deux peuples fondateurs, alors que certains éléments de la majorité anglophone ne voit dans celle-ci qu’une minorité ethnique et religieuse. Cette évidence amène le Conseil à se servir des tribunes que sont les commissions fédérales d’enquête pour essayer de modifier la conception de la majorité.

  • 1 Audience du 16 mai 1938 au palais de justice de Québec, ANC, fonds commission royale des relations (...)

5En 1938, le président du Conseil, Mgr Camille Roy, profite des audiences de la Commission royale des relations entre le Dominion et les provinces, connue sous le nom de commission Rowell-Sirois, pour conseiller le gouvernement fédéral dans l’éventualité d’une modification de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. Le court mémoire du Conseil traite essentiellement des problèmes scolaires, passant même sous silence les maux sociaux qui affectent les Canadiens en cette période de difficultés économiques. Il rappelle que les restrictions imposées à l’enseignement en français nuisent au développement des communautés francophones. Si le gouvernement fédéral décide de modifier la Constitution, il faudrait, estime le Conseil, en profiter pour « restaurer pleinement les droits des Canadiens français et des Acadiens [...] à l’enseignement religieux et à l’enseignement du français dans leurs écoles » et s’assurer que les provinces anglaises accordent aux Canadiens français « les droits que l’on accorde dans la Province de Québec à la minorité anglaise1 ».

  • 2 Voir note 1.
  • 3 Voir note 1.

6Le professeur Henry Forbes Angus, un des membres de la Commission, interroge le Conseil sur les conséquences du respect de l’autonomie provinciale pour les groupes minoritaires2. Dans sa réponse, le président du Conseil concilie le respect de l’autonomie provinciale et la question des droits des communautés minoritaires canadiennes-françaises. L’un n’exclut pas l’autre. Au contraire, Mgr Roy souhaite que les députés des assemblées législatives adoptent cette conception d’un pays résultant d’un pacte entre deux nations. Il invite les autorités provinciales à légiférer conformément à cette interprétation du pacte de 18673. Le Conseil ne propose aucune mesure coercitive pour hâter son adoption, il conseille plutôt de recourir à la persuasion. À ce chapitre, la province de Québec fait figure de modèle, selon le Conseil, puisqu’elle respecte les droits scolaires de la minorité protestante. Elle ne cesse « d’interpréter dans un esprit beaucoup plus large que partout ailleurs l’article 93 de la Constitution du Canada, relatif au maintien des écoles confessionnelles, et qui l’a toujours appliqué conformément à cette interprétation » (Comité permanent des Congrès de la langue française, 1938 : 1).

7Devant la Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, lettres et sciences au Canada, connue sous le nom de commission Massey, le Conseil affiche sa pensée nationaliste. La lutte à l’américanisation culturelle du pays oblige le gouvernement à reconnaître la nature biculturelle du pays. Cette reconnaissance s’accompagnera de l’attribution à chacune des deux cultures des moyens nécessaires à sa conservation et à son enrichissement (Comité de la survivance française, 1950 : 4).

8Cet appel à l’intervention de l’État fédéral dans le domaine culturel doit cependant respecter la division des pouvoirs, telle qu’elle est définie dans la Constitution de 1867. Déclarant d’emblée que la culture relève des provinces, le Conseil reconnaît au gouvernement fédéral un droit d’intervention à la condition que celui-ci n’excède pas ses pouvoirs. Concrètement, il invite le gouvernement fédéral à favoriser le développement du cinéma au moyen de l’Office national du film et d’incitatifs financiers offerts aux entreprises privées pour endiguer l’américanisation culturelle du pays. Dans l’éventualité de la mise en place d’organismes culturels fédéraux, le gouvernement doit rompre avec le passé en engageant des personnes familières avec les deux cultures, et il devrait d’ailleurs étendre cette politique à l’ensemble de la fonction publique (Comité de la survivance française, 1950 : 3, 7, 11).

9C’est sans contredit le dossier de la radio, relevant de la compétence du gouvernement fédéral, qui retient le plus l’attention du Conseil. Ce dernier s’en sert pour montrer la nécessité de lutter contre l’américanisation culturelle en défendant le caractère biculturel du pays. Notant au passage l’immoralité du contenu de certaines émissions, le mémoire du Conseil examine le cas de la radio française dans l’Ouest qui, à ce moment, est toujours en cours d’étude au bureau des gouverneurs de la Société Radio-Canada. Le Conseil cherche de cette façon à se gagner de nouveaux alliés. Certes, l’établissement d’un réseau français pancanadien solutionnerait ce problème en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et dans les Maritimes. Le Conseil invite la Société Radio-Canada à soutenir dans l’immédiat les postes radiophoniques privés qui remplissent leurs obligations envers les groupes canadiens-français. Il incite aussi les stations anglaises à diffuser des émissions françaises à l’intention des auditeurs francophones et anglophones, ce qui permettrait à ces derniers de découvrir l’autre culture officielle (Comité de la survivance française, 1950 : 5-6).

  • 4 Minutes des audiences de Québec, 10 janvier 1950, ANC, fonds commission royale d’enquête sur l’ava (...)

10En ce qui concerne l’éducation, le Conseil reconnaît qu’elle est du ressort des provinces, faisant ainsi une concession aux tenants de l’autonomie provinciale, mais il n’exclut pas cependant une intervention fédérale qui viendrait apporter l’aide nécessaire aux minorités canadiennes-françaises. De même que les provinces assistent les parents dans l’éducation de leurs enfants, de même le gouvernement fédéral doit aider les provinces. Si des provinces ne prennent pas leurs responsabilités dans le domaine scolaire, le pouvoir fédéral n’a qu’à augmenter ses subventions aux provinces en espérant qu’une partie de ses sommes soit déposée dans les coffres des ministères provinciaux d’éducation. Le Conseil espère ainsi que les provinces anglaises assumeront « la responsabilité qu’elles ont dans ce domaine de donner justice aux Canadiens-français tant en ce qui concerne leur culture qu’en ce qui concerne l’enseignement du français ». Devant les commissaires, Ernest Desormeaux justifie la proposition du Conseil en invoquant la realpolitik. Il faut concilier le respect des compétences provinciales et le besoin d’améliorer la situation scolaire des groupes minoritaires. Encore une fois, le Conseil souligne que la province de Québec s’acquitte de façon exemplaire de ses devoirs envers la minorité anglaise4.

  • 5 Voir note 4.

11Soucieux d’éviter tout imbroglio constitutionnel, le Conseil suggère un moyen de court-circuiter le pouvoir des provinces dans le domaine de l’éducation. Le gouvernement fédéral peut remettre directement aux associations provinciales du réseau institutionnel les sommes destinées à la mise en place d’un régime de bourses d’études. Cette solution offrirait de nombreux avantages. Elle réduirait au minimum les risques de conflit entre les gouvernements, elle mettrait un frein à l’interventionnisme étatique et elle renforcerait le leadership des associations provinciales dans les milieux minoritaires en faisant de ces dernières les intermédiaires obligés entre le gouvernement fédéral et les Canadiens français. Ainsi donc, on invite le gouvernement fédéral à appuyer les associations provinciales comme instrument de l’action collective. D’ailleurs, le Conseil recommande au gouvernement fédéral d’associer les organismes culturels privés à une future politique de développement culturel5.

12Les membres du Conseil sont conscients que la promotion de la pensée nationaliste canadienne-française dans les commissions d’enquête est insuffisante. Les autorités politiques fédérales doivent accomplir des gestes de nature symbolique qui modifieront l’idée que l’on se fait du pays et marqueront l’avènement du bilinguisme. L’objectif consiste à remplacer les symboles qui évoquent la couronne britannique par des symboles qui refléteront la nature bilingue et biculturelle du pays. Le Conseil lutte en même temps contre la tendance à adopter une solution territoriale lorsque l’on accepte le concept de bilinguisme. L’établissement du bilinguisme institutionnel dans la seule province de Québec est une solution insatisfaisante puisqu’on oublie les Canadiens français qui résident dans les autres provinces.

  • 6 Lettre du secrétaire du Conseil au ministre des Postes, Norman McLarty, 20 mars 1939, AVQ, fonds C (...)
  • 7 En décembre 1938, les directeurs songent à assumer la direction de cette campagne. Ce projet est c (...)
  • 8 À la suite des protestations du Conseil, le ministre Ernest Lapointe informe le Conseil que le gou (...)

13Depuis sa fondation jusqu’au début des années 1960, le Conseil a mené des campagnes plus ou moins longues autour de symboles étatiques déterminés. En 1939, il rappelle l’obligation de tous les bureaux de poste d’utiliser des cachets d’oblitération bilingues6. L’adoption d’un drapeau canadien sans emblèmes britanniques est un sujet abordé de temps à autre au Conseil7. En outre, le Conseil tente d’amener les autorités fédérales à publier ses documents dans les deux langues officielles8.

  • 9 Procès-verbal de la 82e réunion du bureau du Conseil, 14 novembre 1945, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)
  • 10 Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

14La bataille la plus importante pour l’établissement du bilinguisme institutionnel demeure sans contredit la distribution des chèques bilingues du gouvernement fédéral d’un océan à l’autre. En 1945, le régime universel d’allocations familiales nouvellement instauré fournit le prétexte au Conseil pour rappeler au gouvernement qu’il a le devoir d’émettre ces chèques dans les deux langues9. Le Conseil se fonde sur son interprétation du pacte confédératif qui imposerait le bilinguisme institutionnel d’un bout à l’autre du pays par respect des droits des Canadiens français. En 1951, le Conseil est forcé de constater que les pressions ont été vaines. Le gouvernement fédéral ne distribue ses chèques bilingues que dans la province de Québec, bafouant ainsi les droits des autres Canadiens français10.

  • 11 Bulletin 1951-1952 n° 4 de l’OJC, 15 janvier 1952, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 111, chemise O (...)

15La lutte reprend, en janvier 1952, à l’initiative de l’Ordre de JacquesCartier, qui presse le Conseil d’intervenir de nouveau dans le dossier des chèques bilingues. L’émission des chèques de pension de vieillesse commande une réplique. D’une part, il faut éviter que le pouvoir fédéral interprète le silence des organismes nationaux comme un consentement de leur part. D’autre part, le réseau institutionnel canadien-français doit veiller à ce que la solution retenue au moment de la distribution des chèques d’allocations familiales soit écartée. Dans sa tentative d’infléchir le gouvernement, l’Ordre assortit son argumentation constitutionnelle de considérations économiques : la distribution d’une seule série de chèques bilingues, distribuée a mari usque ad mare, au lieu de deux — comme c’est le cas avec les chèques d’allocations familiales — permettra au trésor public de réaliser des économies appréciables11.

  • 12 Des représentants du Conseil, de la CTCC, des SSJBM et SSJBQ, des FSSJBQ et FSSJBO, de l’ACELF et (...)

16Le Conseil espère marquer des gains importants lors de sa rencontre avec le ministre des Finances, Douglas Charles Abbott, le 13 avril 1953. Il compte sur l’imminence des élections pour monnayer l’appui des Canadiens français. Son mémoire contient plusieurs arguments susceptibles de convaincre le ministre : l’esprit du pacte confédératif, les précédents créés par l’émission du papier-monnaie, les timbres bilingues et l’extension du réseau français de la Société Radio-Canada, en 1952. Le ministre refroidit toutefois les ardeurs de la délégation. Il indique que la distribution des chèques bilingues ne comporte pas de difficulté d’ordre technique, mais qu’elle n’est pas envisageable pour des raisons politiques. L’opposition de quelques ministres au sein du cabinet, l’ambiguïté des garanties constitutionnelles accordées aux Canadiens français à ce chapitre et la crainte de s’aliéner la faveur populaire en pleine période électorale incitent le gouvernement à agir avec prudence12.

17Tout n’est cependant pas perdu. Le ministre annonce l’impression dans les deux langues de tous les chèques gouvernementaux distribués dans la province de Québec (article de Pierre Vigeant, Le Devoir, 15 avril 1953 : 4). Le réseau institutionnel national canadien-français remporte une première victoire. La guerre n’est toutefois pas encore terminée.

  • 13 Memorandum to the Minister, Re : Bilingual Cheques, 29th January 1959, Office of the Comptroller o (...)

18En 1956, à la suite du débat sur la question des chèques bilingues à la Chambre des communes, et de nouveau en 1957, le Conseil presse le gouvernement de régler ce dossier. Un allié circonstanciel, le Service fédéral de la trésorerie, vient appuyer le Conseil. Il statue que la distribution de chèques bilingues dans tout le pays est de toutes les solutions envisagées celle qui est la plus économique, y compris celle consistant à envoyer des chèques français aux francophones seulement. Il s’agit d’une opération onéreuse qui nécessiterait une constante mise à jour des listes d’envoi de chèques aux bénéficiaires et un dénombrement des francophones qui prendrait en compte ceux qui ont un nom de famille à consonance étrangère13.

  • 14 Lettre de Mgr Gosselin à Fleming, 1er mars 1962. ANC, fonds Donald Methuen Fleming, MG 32 B 39, vo (...)

19Ce n’est que le 17 janvier 1962 que le cabinet fédéral règle la question. Ce délai témoigne des dissensions entre les ministres et les réticences du Premier ministre John Diefenbaker. La décision est toutefois annoncée de façon discrète. D’abord, le discours inaugural de la session parlementaire ne fait aucune mention de la mesure. Ensuite, le gouvernement écarte la voie législative, car celle-ci est susceptible de polariser l’opinion publique. Il privilégie plutôt une déclaration ministérielle s’appuyant sur la loi de l’administration financière. Selon le ministre des Finances, Donald M. Fleming, c’est là la façon la plus simple et la plus rapide de régler l’affaire (Fleming, 1985 : 451 ; Stursberg, 1975 : 201-202). Le 6 février, Fleming annonce la distribution des chèques bilingues du gouvernement à l’échelle du pays, et sa décision est bien accueillie par le Conseil14.

20Tous ne partagent pourtant pas la satisfaction du Conseil. « C’est trop tard, et trop peu... », déclare le rédacteur en chef du Devoir, André Laurendeau, suite à l’annonce du ministre Fleming. Laurendeau dénonce la politique fédérale en matière de bilinguisme, qu’il présente comme une politique de concessions au compte-gouttes. Il réitère sa demande d’instituer une commission d’enquête sur le bilinguisme (Le Devoir, 7 février 1962 : 1). La prise de position de Laurendeau témoigne, d’une certaine façon, de l’impatience grandissante des nationalistes québécois à l’égard de la majorité anglaise.

21Le bilinguisme institutionnel implique la présence d’un nombre suffisant de Canadiens français dans le gouvernement fédéral. Le Conseil appuie la nomination de sénateurs canadiens-français et demande une représentation convenable des Canadiens français dans la fonction publique, de manière à assurer la défense et la promotion des intérêts du Canada français. La sous-représentation des francophones dans la fonction publique donne lieu à des actions ponctuelles auprès du gouvernement fédéral et à des dénonciations dans la revue Vie française (Conseil de la vie française en Amérique, 1960a : 134-146 ; 1960b : 80-104).

  • 15 Lettre d’Edgar Tissot à Roger Charbonneau, secrétaire de l’ACFEO, 3 mars 1947, CRCCF, fonds ACFEO, (...)
  • 16 Lettre de l’OJC, en provenance d’Ottawa, à Mgr Gosselin, secrétaire du Conseil, 18 avril 1956, ANQ (...)
  • 17 Lors du recensement de 1951, 75 000 personnes auraient répondu «Canadien».«Canadien». Mémoire du C (...)
  • 18 Cabinet conclusions, February 18, 1960, ANC, RG 2, vol. 2746, chemise Cabinet Conclusions 1960 29 (...)
  • 19 Cabinet conclusions, March 3, 1960, ANC, RG 2, vol. 2746, chemise Cabinet Conclusions 1960 29 Janu (...)

22La légitimité des batailles autour du bilinguisme dépend du dénombrement des Canadiens français. Les données des recensements revêtent alors une importance déterminante. L’accroissement démographique des Canadiens français, vérifié d’un recensement à l’autre, leur présence dans chacune des provinces canadiennes et leur poids démographique sont des éléments que les groupes minoritaires et leur porte-parole, le Conseil, utilisent pour appuyer leurs revendications. Ces groupes ainsi que le Conseil craignent par-dessus tout que le dénombrement selon l’origine ethnique soit supprimé, car cela renforcerait, à la longue, la tendance à l’homogénéité et servirait à étayer la thèse de ceux qui affirment que le Canada ne renferme que des Canadiens15. Comme il y a augmentation de la population canadienne-française, il est facile de justifier la construction d’écoles, la fondation de nouvelles paroisses et l’attribution de la direction d’un diocèse à un Canadien français, comme rappellent des dirigeants de l’Ordre au secrétaire du Conseil : « Or, vous savez sans doute aussi bien que nous que les milieux [du Vatican dont la prudence est connue] accordent leur première attention, dans ces questions, aux documents officiels du pays en cause16. » En février 1960, le cabinet fédéral modifie la question sur l’origine ethnique, contenue dans le questionnaire du recensement 1961, malgré l’avis contraire d’un comité spécial formé de membres du cabinet. Sous prétexte de faciliter le travail des recenseurs et à la suggestion du Premier ministre John Diefenbaker, il ajoute les termes « canadien » et « américain» aux possibilités de réponse à la question sur l’origine ethnique17. De plus, le terme « canadien » figure en tête de la liste des 28 possibilités de réponse, ce qui invite le plus grand nombre de répondants à le choisir18. Le cabinet affirme n’altérer en aucune façon la question puisque le libellé et les instructions aux recenseurs qui l’accompagnent sont les mêmes qu’en 1951. Ces instructions indiquent que les recenseurs doivent déterminer l’origine ethnique du répondant en le questionnant sur l’origine du père de famille tout en prenant soin de distinguer entre citoyenneté et origine culturelle19.

  • 20 La traduction est de nous. The « Origin » Question in the 1961 Census Dominion Bureau of Statistic (...)

23Informé des changements, le bureau fédéral de la Statistique indique au ministre responsable, Gordon Churchill, les conséquences de la décision du cabinet. Non seulement « Canadien » n’est pas une origine ethnique, mais l’adoption de ce terme faussera les données du recensement en rendant hasardeuses les comparaisons avec les précédents. Les fonctionnaires du bureau fédéral de la Statistique craignent que les recenseurs acceptent sans hésiter cette réponse puisqu’elle figure en tête de liste des réponses potentielles. Ils demandent au gouvernement de procéder de la même façon que lors du recensement de 1951, c’est-à-dire d’accepter la réponse « Canadien » si la personne recensée l’exige, ce qui permet d’accommoder en toute équité celle qui souhaite exprimer « un sentiment patriotique canadien sans toutefois l’encourager à le faire activement20 ».

  • 21 Procès-verbal de la 217e réunion du bureau du Conseil, 28 décembre 1960, CRCCF, fonds CVF, microfi (...)

24En novembre 1960, le nouveau ministre du Commerce, George Hees, annonce les décisions du cabinet à la Chambre des communes (Débats de la Chambre des communes, session 1960-61, I, 18 novembre 1960 : 10-11 ; 22 novembre 1960 : 68-69). Ces décisions sèment l’émoi au sein du réseau institutionnel canadien-français. Accompagné d’une délégation, le Conseil rencontre le ministre Hees ainsi que le Secrétaire d’État, Noël Dorion, le 19 décembre 1960. Au cours de la rencontre, le président du Conseil, Paul Gouin, présente la principale revendication du mémoire du Conseil, soit la suppression pure et simple des termes « canadien » et « américain » comme possibilités de réponse à la question sur l’origine ethnique. Ces mots, souligne le mémoire, désignent des nationalités et non des origines ethniques. Il poursuit d’ailleurs en rappelant que « parler de race canadienne, d’origine raciale canadienne, même de groupe « culturel canadien », semble inacceptable au point de vue scientifique et est de nature à fausser le recensement sur ce point ». Quant au répondant qui désire se définir comme « Canadien », le mémoire suggère de demander au recenseur d’écrire ce mot dans l’espace libre qui sera prévu à cette fin, comme dans le recensement de 1951. Les arguments de la délégation ne convainquent nullement le ministre Hees. Ce dernier accepte seulement que des fonctionnaires du bureau fédéral de la Statistique rencontrent les représentants du réseau institutionnel national canadien-français21.

  • 22 Lettre de l’Ordre, en provenance d’Ottawa, à Mgr Gosselin, secrétaire du Conseil, 6 janvier 1961, (...)
  • 23 Motion du député Morissette, député libéral d’Arthabaska, secondée par Jean-Claude Plourde, député (...)
  • 24 Lettre de Walter E. Duffett, statisticien du Dominion, au député Lionel Chevrier, 10 février 1961. (...)

25La rencontre avec les fonctionnaires, ainsi que l’avait prévu l’Ordre de Jacques-Cartier, est un échec, mais elle permet toutefois de constater que le bureau fédéral de la Statistique soutient la cause du Conseil. L’Ordre juge que le temps est venu de faire une démonstration de force du réseau institutionnel canadien-français, bref une mobilisation de l’instrument de l’action collective. L’objectif de la campagne consiste à forcer le gouvernement à enlever les termes « canadien » et « américain » du questionnaire22. Les associations canadiennes-françaises, les chambres de commerce, les conseils municipaux et les membres de l’Ordre forment les troupes de choc appelées à ensevelir le Premier ministre et la députation sous des centaines de lettres. Le 18 janvier 1961, l’Assemblée législative de la province de Québec se joint à cette mobilisation en adoptant une motion en faveur du retrait des termes contestés23. La presse et l’opposition à la Chambre des communes attirent l’attention du public sur la campagne. Après seulement deux semaines, alors que la mobilisation des forces débute à peine, le ministre Hees annonce à la Chambre des communes que le gouvernement modifiera les questionnaires (Débats de la Chambre des communes, session 1960-61, II, 23 janvier 1961 : 1353). Les termes « canadien » et « américain » disparaîtront mais le recenseur pourra toujours les écrire dans l’espace prévu à cette fin24.

  • 25 Rapport du directeur de l’orientation, réunion de la CX des COJC, 14-15 octobre 1961, CRCCF, fonds (...)

26L’Ordre considère que la campagne qui vient de prendre fin est son plus grand succès25. Pourtant, les lendemains feront déchanter. La divulgation des données sur l’origine ethnique des Canadiens apporte de l’eau au moulin des cercles néo-nationalistes. Dans son article, le père Richard Arès formule de sombres pronostics au sujet de la vitalité des avant-postes nationaux. Si rien n’est fait pour inverser les tendances assimilatrices, les Canadiens français se concentreront dans le Québec (Arès, 1963 : 68). Les néo-nationalistes en concluent qu’il faut sauver le château fort que constitue la province de Québec.

Soutenir la cause de la survivance

  • 26 Procès-verbal de la 10e session du Conseil, du 12 au 14 octobre 1946, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)

27Le travail de lobby du Conseil auprès du gouvernement se poursuit concurremment avec celui axé sur l’organisation de campagnes visant à amener la population à veiller à la sauvegarde de son héritage. À quoi bon lutter si les troupes font défection ? Ainsi après les campagnes de la presse acadienne et de la radio française dans l’Ouest, les membres du Conseil mandatent leur exécutif avec un nouveau projet mobilisateur : préparer un congrès de la langue française en 1952, à Québec, à l’occasion du quinzième anniversaire de celui de 1937 et aussi de la fondation du Conseil26.

  • 27 Procès-verbal de la 131e réunion du bureau du Conseil, 10 novembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfi (...)

28Le troisième Congrès de la langue française, dont l’organisation s’inspire de celle de 1937, a pour thème la sauvegarde de l’héritage culturel par l’éducation patriotique. Le Conseil ne lésine pas sur la publicité : brochures, calendriers, dépliants, communiqués dans les journaux, causeries radiophoniques, tournées de propagande dans la province de Québec et dans le reste du continent. L’Action catholique, Le Devoir, Le Droit et L’Évangéline apportent leur soutien27.

  • 28 La souscription devait se dérouler à l’automne de 1951. Procès-verbal de la 125e réunion du bureau (...)
  • 29 Procès-verbaux de la 127e réunion du bureau du Conseil, 9 mai 1951, et de la 15e session du Consei (...)

29Le financement du congrès reposait initialement sur une levée de fonds populaire dont l’objectif était de 75 000 $28. Les directeurs renoncent à cette idée par crainte que cette levée n’interfère avec les nombreuses collectes qui ont lieu à ce moment et dont quelques-unes bénéficiaient de l’appui du Conseil. Ils maintiennent toutefois leur décision d’obtenir un financement populaire par la vente d’une carte de membre, au coût de 1 $, qui donne droit de participer au Congrès. Le Conseil a davantage de succès auprès des pouvoirs publics puisque leur contribution représente le tiers des recettes du Congrès. Le gouvernement de la province de Québec verse 25 000 $, et la ville de Québec 5 000 $ (Conseil de la vie française en Amérique, 1953b : 457)29.

30Les participants au troisième Congrès de la langue française entament leurs travaux en présence de nombreux délégués des pays de langue française, ce qui confère un cachet international à l’événement. Cinq thèmes dominent les ateliers de travail : l’éducation patriotique, la jeunesse, la linguistique française, la refrancisation et la survivance française en Amérique du Nord. Ce dernier thème permet aux conférenciers de préciser les menaces qui pèsent toujours sur les milieux minoritaires, soit l’invasion des médias anglais, les mariages mixtes, l’assimilation lente mais irréversible des milieux dépourvus d’institutions canadiennes-françaises et les efforts pour établir ou conserver les divers éléments du réseau institutionnel.

31Les participants abordent malgré tout le congrès avec optimisme. Les conférenciers insistent sur la nécessité de conserver les traits identitaires du Canadien français et défendent de nouveau la thèse des deux nations fondatrices (Conseil de la vie française en Amérique, 1953b : 446 ; 1953c : 199-214). Le soutien apporté par la province de Québec aux avant-postes alimente l’espoir. Certains notent que la province de Québec fournit de plus en plus aux besoins des minorités canadiennes-françaises. Durant les quinze dernières années, la province de Québec a contribué à multiplier les composantes du réseau institutionnel canadien-français, en particulier le Conseil et les souscriptions pour la presse acadienne et la radio française dans l’Ouest (Conseil de la vie française en Amérique, 1953b : 296-297 ; 1953c : 27-32, 33-40, 89-93).

32Le discours au Cotisée de l’historien Lionel Groulx contraste avec les propos des conférenciers. S’adressant à la jeunesse réunie au Cotisée de Québec, Groulx dresse un sombre bilan du respect des droits des Canadiens français dans les provinces anglaises. Ces politiques d’intolérance à l’endroit des Canadiens français expliqueraient l’attachement des francophones à l’autonomie de la province de Québec. Le chanoine Groulx considère que la centralisation des pouvoirs à laquelle vise le gouvernement fédéral constitue une menace pour la nation. Reprenant l’analogie des avant-postes et de la « province mère », il affirme : « la vieille province peut être oublieuse, être hélas, pour les fils qu’elle a laissés partir, fréquent objet de scandale. Mais Québec tombé, qui voudrait encore se battre en Amérique, pour une survivance française » ? (Conseil de la vie française en Amérique, 1953b 1344). Ces propos témoignent des remises en cause de la pensée nationaliste dans les années 1950.

33Le Conseil sort renforcé du Congrès. En plus de la couverture médiatique de l’événement, les participants entérinent le changement d’appellation du Conseil. Le Comité permanent de la survivance française en Amérique n’est plus. Vive le Conseil de la vie française en Amérique ! En outre, les congressistes demandent au Conseil de poursuivre son travail directement inspiré des vœux du Congrès de 1937 (Conseil de la vie française en Amérique, 1953b : 445-446). D’autre part, le Conseil verse l’excédent de près de 50 000 $ dans le fonds Jean-Talon.

34Cinq ans après, le Conseil donne suite à son idée de convoquer épisodiquement les élites définitrices du Canada français. Cette fois, le Congrès de la refrancisation de 1957 traite uniquement de la langue française et de la nécessité de « refranciser » la province de Québec, à tout le moins l’affichage. Le vingtième anniversaire de fondation du Conseil fournit le prétexte pour la tenue de ce congrès. Contrairement aux congrès précédents, celui de la refrancisation concerne la province de Québec, sans exclure pour autant la participation des francophones du reste du continent.

  • 30 En 1951, Gouin informe le Conseil que le gouvernement financera la tenue du Congrès. Procès-verbal (...)

35Ce congrès a des allures modestes par rapport aux précédents. Il ressemble à une session annuelle élargie en un forum où des spécialistes, dont plusieurs ne sont pas des membres du Conseil, traitent de divers aspects de la problématique de la langue française. Le comité organisateur, formé des directeurs du Conseil, investit peu dans la publicité puisqu’il exclut toute forme de souscription populaire. Le Congrès est financé par le Conseil, et surtout par le gouvernement de la province de Québec, qui accorde 25 000 $30.

36Les communications présentées au Congrès abordent les multiples aspects du dossier de la « refrancisation ». Celles portant sur la situation de la langue préconisent des changements radicaux pour lui redonner sa pureté. D’autres insistent sur l’importance d’encourager les diverses formes d’expression de la culture canadienne-française. Peu d’entre elles font état des éléments de l’identité canadienne-française mise en péril par l’abandon de la terre et les nouvelles tendances socioculturelles. Champlain Perrault recommande même de développer les loisirs dans les campagnes pour que les gens cessent de s’y ennuyer (Conseil de la vie française en Amérique, 1959, 6 : 46). Aucun des travaux livrés à l’atelier sur la langue ne fait mention de l’indispensable union de la foi et de la langue. Rien de ces propos novateurs ne se retrouve dans les résolutions puisque les congressistes professent de nouveau leur attachement à la religion catholique ainsi qu’à la vie familiale et paroissiale (Conseil de la vie française en Amérique, 1959, 1 : 48-49). Les participants du Congrès recommandent même au gouvernement de la province, présenté comme le « gardien par excellence de la culture française au Canada », de créer un « office culturel du Canada français » « pour conserver et enrichir notre culture française dans la province de Québec et la faire rayonner à l’extérieur » (Conseil de la vie française en Amérique, 1959, 1 : 49).

  • 31 Procès-verbal de la 55e réunion du Conseil, 18 décembre 1942, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobi (...)
  • 32 Son tirage serait de 2 000 exemplaires. Procès-verbal de la 85e réunion du bureau du Conseil, 21 f (...)

37Mis à part la tenue de congrès, le Conseil s’occupe de la publication d’ouvrages destinés à un public cultivé et aux décideurs politiques. Dans les premières années de son existence, le Conseil a fait paraître quelques brochures. En décembre 1942, les directeurs systématisent le recours à l’écriture par la publication de brochures vendues à prix populaire31. La série de brochures, publiée à partir de 1943 dans la collection Pour survivre, cesse cependant de paraître avec le lancement, en octobre 1946, de la revue Vie française. Cette revue, financée par le Conseil, les abonnements et la publicité, paraît 10 fois par an32.

38 Vie française poursuit un double objectif. Elle sert de lien entre les groupes français et vise à coordonner leurs actions (Gosselin, 1946 : 1). La revue atteint ses objectifs en dépit d’un contenu éclectique. Vie française ouvre ses pages à ceux qui désirent alerter l’opinion sur des sujets vitaux pour le Canada français, tels que la faible représentation de l’élément francophone dans la fonction publique, sujet que nous avons traité plus haut. En outre, des articles exhortent au retour à la terre, laquelle est présentée comme un réservoir des forces vives de la nation, par opposition au matérialisme malsain des villes. Ils concluent bien souvent à la nécessité de s’emparer du sol dans la province de Québec et dans les avant-postes pour y consolider la présence française. Pour terminer ce survol, les rédacteurs de la revue insistent sur la mission providentielle des Canadiens français. Comme gardiens d’un héritage français et catholique, les Canadiens français doivent le protéger et le répandre en terre nord-américaine. À cet effet, la revue reproduit occasionnellement la déclaration du délégué apostolique du Vatican au Canada lors du passage, à Ottawa, des participants du voyage de la survivance organisé par le Conseil en 1948 (s.a., 1948 : 1-2). Au fil du temps, Vie française accorde une place de plus en plus grande aux documents. Le Conseil y consigne ses mémoires et autres documents qu’il importe de transmettre aux futures générations.

  • 33 États financiers du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187.
  • 34 Procès-verbal de la 226e réunion du bureau du Conseil, 10 janvier 1962, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)
  • 35 La direction de la revue est assurée par le frère Bernard, par l’abbé Gosselin et, par la suite, p (...)

39Le bilan financier de Vie française se détériore constamment, car la revue accumule les déficits. Le Conseil maintient les frais de production au-dessous de 4 000 $, mais la chute continue de ses revenus, inférieurs à 1 000 $ dans les années 1960, a pour effet d’accroître son déficit33. L’objectif de 1 500 abonnements n’a jamais été atteint, mais la revue peut compter sur la fidélité de 800 à 900 abonnés, dans les années 1950, et de 600 abonnés, en 1962. Ces abonnés sont recrutés grâce à la persévérance de quelques membres34. Malgré les modifications apportées à la revue, l’augmentation du nombre de pages et l’espacement de sa publication — elle paraît tous les deux mois à partir de l’automne 1954 pour alléger la tâche du comité de rédaction — les ventes n’augmentent pas35. Comment expliquer un tel insuccès ? Une collaboratrice de la revue, Reine Malouin, indique que plusieurs « sont portés à critiquer ou à blâmer, simplement parce qu’ils sont insuffisamment renseignés sur ce qui s’accomplit et sur quel plan l’on travaille ». Lire la revue, « c’est apprendre à voir clair, c’est souvent aussi se découvrir une fierté canadienne plus forte et un cœur plus humain » (Malouin, 1957 : 271). Il semble que le contenu et le ton de Vie française intéressent peu les lecteurs de la province de Québec.

  • 36 Procès-verbal de la 22e session du Conseil, du 26 au 28 septembre 1958, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

40Contre vents et marées, le Conseil conserve Vie française. Il interroge périodiquement ses membres sur le sort de la revue. Ceux-ci consentent toujours à prolonger son existence, car « le montant placé dans [la revue] n’est pas considéré comme un déficit, mais comme une mise de fonds avec des intérêts ne s’évaluant pas financièrement36 ».

  • 37 Procès-verbal de la 12e session du Conseil, du 24 au 27 septembre 1948, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)
  • 38 Procès-verbaux de la 178e réunion du bureau du Conseil, 12 décembre 1956, et de la 21e session du (...)

41L’intérêt du Conseil pour la production de livres amène la création des éditions Ferland, en l’honneur de l’abbé Ferland, professeur d’histoire canadienne à l’Université Laval37. Le Conseil dispose ainsi d’un véhicule pour publier tout ouvrage, surtout celui du genre historique, portant sur le fait français en Amérique du Nord. A l’occasion de son vingtième anniversaire, il crée un prix littéraire, le prix Champlain, remis à des ouvrages qui traitent des groupes français hors du Québec ou à des auteurs originaires de l’extérieur de la province de Québec38.

  • 39 Procès-verbaux de la 97e réunion du bureau du Conseil, 16 avril 1947, et de la 11e session du Cons (...)

42En 1947, le Conseil crée un ordre honorifique, celui de la Fidélité française, qui récompense le mérite d’un artisan de la survivance de n’importe quelle origine ethnique. L’attribution de l’ordre à quelqu’un qui n’est pas canadien-français ne reflète aucunement une volonté d’ouvrir le Conseil à toutes les personnes. Elle résulte de la volonté politique de souligner de façon symbolique la contribution de Canadiens anglais à l’œuvre de la survivance39. Elle récompense des individus proposés comme modèle à une population que bien des membres du Conseil jugent encline à abdiquer ses responsabilités dans l’accomplissement de sa mission providentielle. Dans la réalisation de cette mission, le Conseil réalise l’importance du renforcement du réseau institutionnel, cet instrument de l’action collective.

Resserrer les liens entre les francophones

  • 40 Procès-verbal de la 152e réunion du bureau du Conseil, 24 février 1954, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

43Le Conseil s’emploie à resserrer les liens entre les groupes francophones du continent en multipliant les organisations associées au réseau institutionnel. Il collabore à la fondation de l’ACELF, en 1947. Il organise des voyages qui permettent aux francophones de la province de Québec de faire connaissance avec leurs compatriotes du reste du continent. En 1954, avec la création de Liaison française, ces voyages qui ont commencé à être organisés au milieu des années 1940 ont lieu systématiquement tous les ans40. Liaison française organise de nombreux voyages dans les centres de peuplement francophone du Canada durant la saison estivale et propose, pour la période hivernale, l’Europe ou des destinations exotiques telles que le Mexique et les Caraïbes, ce qui fournit l’occasion d’aller saluer le travail des missionnaires canadiens-français.

44Comme ils forment la relève indispensable aux institutions, les jeunes gens reçoivent une attention particulière. Le Conseil verse des bourses d’études à des francophones des autres provinces et favorise aussi leur regroupement en association, notamment par la mise sur pied d’une association d’étudiants acadiens à Québec. En outre, il appuie financièrement les Équipiers de Saint-Michel dont le camp d’été annuel, auquel participent de jeunes Canadiens français des autres provinces et des États américains, permet aux futurs dirigeants d’associations provinciales de mieux se connaître et de prendre contact avec la réalité continentale du fait français.

  • 41 Le Conseil reçoit des signaux contradictoires. À sa réunion de novembre 1950, l’exécutif du Consei (...)
  • 42 Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

45Dans les années 1950, le Conseil remporte un succès mitigé avec la promotion d’un mouvement de jeunesse canadien-français à l’échelle du pays pour renforcer chez les jeunes leur fierté nationale, leur attachement à la langue et aux traditions. Le Conseil présente sa proposition à l’assemblée des évêques. Au grand étonnement du Conseil, des divergences éclatent entre les évêques à propos du choix de l’institution. Vaut-il mieux créer une nouvelle structure associative ou travailler avec celle déjà présente dans le milieu41 ? Les rencontres entre les autorités religieuses concernées, le Conseil et les dirigeants de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (ACJCF) aboutissent au changement de nom de celle-ci en Association de la jeunesse canadienne-française (AJCF)42. Les projets d’expansion prévoient de regrouper les jeunes à l’extérieur de la province de Québec. Malgré sa cure de rajeunissement, l’AJCF vivote. Ce mouvement patriotique, « sans visée apostolique mais patronné par les évêques, constitue un anachronisme dans les années 1950 » (Hamelin et Gagnon, 1984, 2 : 121).

  • 43 Mémoire présenté au Conseil par Clovis-Emile Couture, président de la Société canadienne d’établis (...)
  • 44 Procès-verbal de la 13e session du Conseil, du 14 au 17 octobre 1949, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)

46Dans ses relations étroites avec les associations provinciales, le Conseil est confronté aux difficultés financières des milieux minoritaires. A peine le Conseil a-t-il terminé la levée de fonds de la radio française que les dirigeants francophones des autres provinces multiplient les demandes d’organisation de souscriptions. C’est cependant le projet d’une souscription de 100 000$, présenté en octobre 1947 par la Société canadienne d’établissement rural et destiné à financer ses activités, qui explique l’empressement du Conseil à rechercher une entente pour ne pas se faire damer le pion sur ce terrain43. Un projet conjoint de collecte, prévue pour le printemps de 1950, est pourtant abandonné à la session du Conseil de 1949. Les causes du désistement du Conseil paraissent nébuleuses. Les membres partagent les doutes de l’abbé Gosselin quant aux chances de recueillir 500 000 $. Les délégués du NouveauBrunswick et de la Nouvelle-Angleterre renchérissent par l’énumération des difficultés qu’ils éprouvent dans leurs propres levées de fonds44.

47L’idée d’une souscription au profit des groupes minoritaires refait surface au moment du troisième Congrès de la langue française de 1952. Le Conseil profite de ce rassemblement national pour obtenir des appuis à son projet d’une souscription annuelle en faveur des groupes francophones dispersés sur le continent. Le vœu adopté lors du troisième Congrès laisse au Conseil le loisir de déterminer les modalités de son organisation (Conseil de la vie française en Amérique, 1953b 1447-448).

  • 45 Procès-verbal de la 139e réunion du bureau du Conseil, 20 septembre 1952, CRCCF, fonds CVF, microf (...)
  • 46 Procès-verbal de la 153e réunion du bureau du Conseil, 7 avril 1954, CRCCF, fonds CVF, microfilm 6 (...)

48Ne perdant pas un instant, le Conseil s’occupe d’organiser sa souscription. Dépourvu d’une armée de solliciteurs qui lui est inféodée, le Conseil préfère la quête dans les églises, le 24 juin. Ce choix a le mérite d’être le plus facile d’exécution puisque les prêtres deviennent les propagandistes tandis que le Conseil prépare tout bonnement le matériel publicitaire. L’étape préliminaire du projet requiert l’approbation de l’épiscopat du Québec et de la Société canadienne d’établissement rural, qui bénéficie déjà de la quête du 24 juin45. Les deux années de négociation entre ces deux organismes aboutissent à un échec, car la Société canadienne d’établissement rural refuse de partager les fruits de sa collecte46.

  • 47 Lettre de l’Ordre, en provenance d’Ottawa, à l’abbé Gosselin, 21 juin 1954. Le même jour, l’Ordre (...)
  • 48 Procès-verbal de la 3e assemblée du comité d’organisation de la souscription patriotique, 11 décem (...)
  • 49 Procès-verbaux des 159e, 161e et 168e réunions du bureau du Conseil, les 12 novembre 1954, 16 févr (...)

49Le Conseil revient à la case de départ. Où trouvera-t-il une armée de bénévoles prête à solliciter pour sa cause ? L’Ordre de Jacques-Cartier vient à la rescousse en lui suggérant de frapper à la porte de la FSSJBQ47. Les discussions s’annoncent ardues en raison des divergences qui opposent les deux organismes. Le Conseil désire conserver la paternité du projet alors que la FSSJBQ regarde la collecte comme une façon de financer ses activités. Au terme des discussions, le Conseil et la FSSJBQ acceptent la tenue d’une souscription annuelle qu’ils coprésideront et qui, à compter de 1957, sera désignée sous le nom de Fraternité française d’Amérique48. En vertu de l’entente, la FSSJBQ reçoit 10 % du produit des levées de fonds annuelles49.

  • 50 Lettre du père Albert Plante à l’abbé Gosselin, 9 avril 1955, AVQ, fonds CVF, P 52 D 396, contenan (...)
  • 51 Procès-verbal de la 149e réunion du bureau du Conseil, 21 octobre 1953, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)
  • 52 Procès-verbaux des 159e, 161e et 162e réunions du bureau du Conseil, les 12 novembre 1954, 16 févr (...)

50Les pourparlers entre les deux organismes n’empêchent pas la tenue, en 1955, de la souscription pour commémorer le bicentenaire de la déportation des Acadiens, ce qui permettra d’acquérir de l’expérience50. Avec son projet, le Conseil cherche à faire de la Société nationale l’Assomption une réplique « acadienne » du Conseil en devenant la principale organisation du réseau institutionnel acadien51. Il espère recueillir 50 000 $, dont la moitié servirait à la mise sur pied du secrétariat permanent de la Société nationale l’Assomption. Les autres sommes seront réparties entre les groupes francophones et le futur organisme responsable de la souscription annuelle. La propagande durant cette campagne revêt de multiples visages : articles dans Vie française et les quotidiens, causeries radiophoniques, voyage patriotique dans les Maritimes et distribution de 100 000 dépliants. La FSSJBQ met la main à la pâte en encourageant ses constituantes à solliciter la population52.

  • 53 Procès-verbal de la 19e session du Conseil, du 30 septembre au 3 octobre 1955, CRCCF, fonds CVF, m (...)
  • 54 Procès-verbal de la 165e réunion du bureau du Conseil, 29 juin 1955, CRCCF, fonds CVF, microfilm 6 (...)
  • 55 Lettre de Denis à l’abbé Gosselin, 11 novembre 1955, AVQ, fonds CVF, P52 D 30-2.
  • 56 Rapport sur la souscription patriotique 1955, AVQ, fonds CVF, P52 contenant 18937.

51La campagne de 1955 rapporte 40 000 $, somme au-dessous de l’objectif initial, malgré le fait que les organisateurs ont fait la collecte pendant tout l’été53. Le Conseil et la FSSJBQ tournent toutefois rapidement la page. D’abord, le manque d’expérience explique les faibles résultats. Ensuite, la collecte des évêques de l’Ouest, venus à Montréal solliciter l’aide de la population pour l’agrandissement du Grand Séminaire de Saint-Boniface, a concurrencé la leur54. Quelques responsables de la souscription mettent cependant en garde contre un excès de confiance. Raymond Denis observe que la SSJBM a travaillé davantage à ses œuvres qu’à la souscription acadienne55. D’autres évoquent la nécessité d’une publicité efficace, ce qui requiert l’investissement de fortes sommes. Certains prévoient qu’il sera difficile de recueillir une somme de près de 100 000 $, ce qui se vérifiera par la suite56.

52Ces propos rabat-joie ne retardent pas le lancement des souscriptions annuelles au profit des groupes francophones du continent, dont la première a lieu en 1956. Des représentants des autorités ecclésiastiques et civiles de la province de Québec et des milieux minoritaires patronnent les sollicitations qui proviennent des quêtes dans les églises ainsi que des dons individuels et institutionnels. L’Ordre de Jacques-Cartier presse ses membres, dans son bulletin L’Émerillon et par des directives à ses cellules locales, d’appuyer en temps et en argent l’œuvre de la Fraternité française d’Amérique. En ce qui concerne la publicité, Le Devoir et L’Action catholique relaient les communiqués de presse de la Fraternité française d’Amérique.

  • 57 Compte rendu de la réunion au sujet de la Fraternité française d’Amérique, 5 et 6 octobre 1957, or (...)

53L’organisation et la propagande sont confiées à la FSSJBQ en vertu de l’entente conclue entre celle-ci et le Conseil. La FSSJBQ trouve des organisateurs régionaux dans chacune de ses seize sociétés diocésaines. À leur tour, ceux-ci distribuent le travail aux responsables paroissiaux57. Le Conseil préside la souscription hors de la province et seconde les efforts de propagande de la FSSJBQ. La publicité du Conseil insiste sur le devoir d’aider moralement et matériellement les groupes francophones du reste du continent. Comme l’écrit Reine Malouin, « la souscription patriotique en faveur de nos frères isolés est un geste missionnaire de portée fraternelle et nationale » (Malouin, 1957 : 289).

  • 58 Lettre de Cyr à Mgr Gosselin, 22 novembre 1956, AVQ, fonds CVF, P52 D 16-12. Les directeurs du Con (...)
  • 59 Procès-verbaux des 5e et 6e assemblées du comité général d’organisation, Fraternité française d’Am (...)
  • 60 Procès-verbaux des 207e et 216e réunions du bureau du Conseil, 20 janvier et 30 novembre 1960, CRC (...)

54Les premiers résultats se révèlent décevants, et la FSSJBQ est obligée de renforcer son organisation. Dès le 1er janvier 1957, Roger Cyr est nommé l’organisateur général bénévole, puis devient employé de la Fraternité française d’Amérique, en 1960 et 1961. Albert Ricard le remplacera pendant les deux dernières années58. En 1959, la Fraternité française d’Amérique associe deux à deux les communautés francophones de l’extérieur du Québec et les diocèses de la province de Québec. Le jumelage vise à concrétiser une souscription qui, jusqu’alors, avait un objectif général, celui d’aider ses compatriotes59. Le Conseil accepte avec réticence l’embauche de professionnels. Il craint que l’emploi de techniciens transformera ce financement populaire en une opération commerciale, le privant de la mystique à la base de cet effort. Poursuivant sur cette lancée, les directeurs font état de leur total dévouement puisque leur organisme donne 1 000 $ et que le secrétariat organise gratuitement la propagande alors que la FSSJBQ prélève 10 % sur les sommes recueillies60.

  • 61 Rapport d’Albert Ricard, organisateur général, sur la campagne de 1962, 21 septembre 1962, soumis (...)
  • 62 Procès-verbal d’une réunion du Comité provincial de la Fraternité française d’Amérique, 17 novembr (...)

55Les résultats des souscriptions, présentés dans le tableau 3.1, indiquent une croissance jusqu’en 1959. Par la suite, les recettes diminuent constamment, et, en 1962, le chiffre obtenu est le plus bas des sept dernières années. Devant ces faits, la Fraternité française d’Amérique décide d’apporter des changements radicaux à la campagne de 1963. L’organisateur général concentre dorénavant ses efforts dans les régions les plus importantes du point de vue démographique, soit Québec, Montréal et Sherbrooke, bien que leurs contributions soient proportionnellement moins élevées que celles des autres régions61. La Fraternité française d’Amérique délaisse le jumelage au profit de la publicité de projets tels que Radio-Gravelbourg et Radio-Saint-Boniface. De plus, le comité organisateur fait connaître les réalisations des groupes minoritaires obtenues grâce à l’aide financière de la Fraternité française d’Amérique. Il réduit de moitié la durée de la campagne, qui se déroule dorénavant durant les 15 derniers jours d’avril. Quoique 80 % des sommes recueillies viennent des quêtes dans les églises, la Fraternité française d’Amérique trouve un nouveau moyen de lever des fonds en procédant à la vente, accompagnée d’un tirage de 50 000 stylos62.

TABLEAU 3.1 : Résultats des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones (1955-1963)

Objectif

Recettes

1955

50 000,00 $

38 680,39 $

1956

75 000,00 $

52 805,13 $

1957

75 000,00 $

59 489,26 $

1958

75 000,00$

62 366,62$

1959

75 000,00 $

68 488,36 $

1960

100 000,00 $

66 943,14 $

1961

90 000,00 $

54 644,65 $

1962

100 000,00$

50 854,60$

1963

100 000,00 $

54 452,66 $

Sources : Fraternité française d’Amérique, tableau comparatif et cumulatif des sept premières campagnes, 1955-1961, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5, Rapport sommaire de la campagne d’Albert Ricard, 13 septembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-4

  • 63 Le bilan financier de la souscription de 1963 révèle que 60 % des recettes proviennent des quêtes, (...)
  • 64 Ne pouvant s’entendre à la réunion du 19 octobre 1963, le Conseil quitte la Fraternité française d (...)

56Ces changements permettent de ramener les résultats de la campagne de 1963 au niveau de ceux de 1961. Le Conseil manifeste cependant son impatience : les recettes stagnent tandis que les coûts croissent sans cesse63. Il nourrit le désir de diriger seul la Fraternité française d’Amérique, désir irréaliste puisqu’il a besoin de gens pour la sollicitation. N’étant pas parvenu à trouver un terrain d’entente avec la FSSJBQ, le Conseil se retire de la Fraternité française d’Amérique en novembre 196364.

  • 65 Lettre du secrétariat de l’OJC au secrétaire du Conseil, 2 novembre 1956, ANQQ, fonds OJC, P609, b (...)
  • 66 Procès-verbal de la 25e session du Conseil, du 15 au 17 septembre 1961, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

57L’insuccès de ces campagnes est évident tant par l’incapacité à atteindre les objectifs financiers fixés que par la baisse nette des revenus, tendance qui s’accélère de façon dangereuse entre 1960 et 1963. L’organisation de la souscription explique en partie cet échec. Dans leur analyse des résultats, les responsables de la collecte aboutissent à la même conclusion : l’apathie de certaines sociétés Saint-Jean-Baptiste nuit à l’organisation locale. Quelques-unes témoignent de beaucoup plus de zèle lorsqu’il s’agit de renflouer leurs propres caisses que lorsqu’il est question d’apporter de l’aide à la Fraternité française d’Amérique, aide dont ne profitent guère les citoyens de la province de Québec65. Dans les années 1960, l’annonce de la création du ministère des Affaires culturelles et de son service d’aide aux francophones du reste du continent accroît, estime-t-on, momentanément ce déclin66.

  • 67 Le contenant 18937 du fonds du Conseil aux AVQ contient les procès-verbaux du comité diocésain de (...)

58Le sort de la Fraternité française d’Amérique dépend en partie de la bonne volonté des autorités ecclésiastiques. Leurs refus peuvent nuire aux organisateurs, comme c’est le cas à Montréal, en 1960. De plus, la collaboration des évêques ne suffit pas. L’appui des curés est indispensable au succès des quêtes au profit de la Fraternité française d’Amérique67.

59Les déboires de la Fraternité française d’Amérique s’expliquent également par le fait que les souscriptions reposent, en dépit de l’intérêt pécuniaire de la FSSJBQ, sur le bénévolat. Le Conseil formule des objections à sa professionnalisation. Les organisateurs doivent alors entrer en compétition avec d’autres quêtes qui font appel régulièrement, comme la Fraternité française d’Amérique, à la générosité des catholiques. Les efforts pour trouver de nouvelles méthodes de sollicitation sont alors récompensés. Peut-être que la Fraternité française d’Amérique, étant donné son recours systématique aux collectes dans les églises, ferait globalement bonne figure si nous pouvions les comparer avec celles organisées par d’autres organismes. Par contre, les échecs de la Fraternité française d’Amérique résultent du fait que ses organisateurs luttent contre des transformations idéologiques sur lesquelles ils n’ont aucune prise.

  • 68 Lettre de Cyr aux organisateurs et collaborateurs régionaux, 15 mars 1960, AVQ, fonds CVF, P52 D 1 (...)
  • 69 Procès-verbal de la 26e session du Conseil, du 20 au 24 septembre 1962, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

60Les responsables de la souscription sont d’avis que le message de la solidarité nationale ne passe plus. La FSSJBQ doit se charger d’intéresser la population à la cause des francophones du continent. L’organisateur général signale les difficultés de sa mission à ses collaborateurs régionaux, en 1960 : « Il n’est pas facile de vendre l’idée de la solidarité canadienne-française quand les distances la rendent intangible, impalpable, presque irréelle68. » Certes, la Fraternité française d’Amérique doit combattre l’indifférence d’une population préoccupée surtout par ses problèmes immédiats. Mais, comme le fait remarquer Cyr, l’idée de la solidarité n’a rien qui puisse émouvoir. Ce discours exploite un espace idéologique dans lequel, à la fin des années 1950, émergent des propos alarmistes sur les chances de survie du fait français hors du Québec. Les appels en faveur du soutien des avant-postes sont critiqués par certains néo-nationalistes de la province de Québec69.

TABLEAU 3.2 : Résultats des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones dans les six diocèses de la province de Québec qui versent les contributions totales les plus importantes entre 1955 et 1963, en milliers de dollars

TABLEAU 3.2 : Résultats des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones dans les six diocèses de la province de Québec qui versent les contributions totales les plus importantes entre 1955 et 1963, en milliers de dollars

A : diocèse de Québec
D : diocèse de Saint-Hyacinthe
B : diocèse de Montréal
E : diocèse de Sherbrooke
C : diocèse de Rimouski
F : diocèse de Trois-Rivières
Sources : Fraternité française d’Amérique, tableau comparatif et cumulatif des sept premières campagnes, 1955-1961, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5, Rapport sommaire de la campagne d’Albert Ricard, 13 septembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-4

61Malgré les opinions des néo-nationalistes, c’est le contenu même du discours qui explique les mauvais succès. Le début du mouvement de sécularisation de la société relègue l’idéologie de la survivance, à forte saveur cléricale, dans l’oubli. Le rejet de ce discours, perçu comme passéiste, entraîne dans sa chute ses composantes, aussi bien l’établissement en milieu rural que l’aide aux groupes francophones minoritaires. Nous mesurons l’ampleur du rejet du discours sur les minorités, apprêté à la sauce de la survivance, dans les milieux urbains en comparant les résultats des souscriptions de la presse acadienne, de la radio française et de la Fraternité française d’Amérique présentés dans les tableaux 2.1, 2.2 et 3.2. Plus des deux tiers des revenus des souscriptions de 1943 et 1945 proviennent des diocèses de Montréal, de Québec et de Trois-Rivières. De 1955 à 1963, ce pourcentage décroît de façon significative. Alors que, en 1955, 55 % des revenus proviennent de ces trois diocèses, ce pourcentage n’est plus que de 35 % huit ans plus tard, malgré les efforts de l’organisateur général à Montréal et à Québec pour renverser la tendance. En fait, six diocèses fournissent la majorité de la somme recueillie par la Fraternité française d’Amérique. Le tableau 3.3 indique qu’en 1955, 73 % des revenus proviennent des trois diocèses déjà mentionnés ainsi que ceux de Rimouski, de Saint-Hyacinthe et de Sherbrooke. Ce pourcentage se stabilise à 66 % entre 1961 et 1963. La performance remarquable des diocèses de Rimouski et de Saint-Hyacinthe ne fait pas oublier les baisses dans ceux de Montréal, de Québec et de Trois-Rivières. Le diocèse de Rimouski occupe le troisième rang avec ses 45 892 $. Il devance de peu celui de Saint-Hyacinthe (45 355 $). Ces deux diocèses dépassent ceux de Sherbrooke (28 410 $) et de Trois-Rivières (24 474 $).

TABLEAU 3.3. Résultats annuels en milliers de dollars des diocèses de Montréal, Québec, Rimouski, Saint-Hyacinthe, Sherbrooke et Trois-Rivières par rapport au reste de la province de Québec (1955-1963)

6 diocèses

( %)

Total

1955

28 337,84

73,3

38 680,39

1956

35 569,37

67,4

52 805,13

1957

41 633,55

70,0

59 489,26

1958

44 642,90

71,6

62 366,62

1959

47 611,95

69,5

68 488,36

1960

42 137,30

62,9

66 943,14

1961

36 425,71

66,6

54 644,65

1962

34 017,70

66,9

50 854,60

1963

35 959,98

66,0

54 452,66

Sources : Fraternité française d’Amérique, tableau comparatif et cumulatif des sept premières campagnes, 1955-1961, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5, Rapport sommaire de la campagne d’Albert Ricard, 13 septembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-4

  • 70 Lettre de Cyr vraisemblablement envoyée aux organisateurs régionaux, 27 avril 1959 ; lettre de Cyr (...)

62Des particularités locales expliquent peut-être la générosité du diocese de Rimouski. L’organisateur général signale l’originalité des méthodes de sollicitation des bénévoles. En 1959, les organisateurs invitent des conférenciers des milieux minoritaires, avec lesquels le diocèse de Rimouski est jumelé, pour susciter la ferveur. Ils divisent aussi l’objectif diocésain entre six régions afin de créer une compétition entre elles70. De plus, ce diocèse retient l’attention des missionnaires-colonisateurs. Lorsqu’ils évoquent les compatriotes d’outre-frontières, les missionnaires-colonisateurs rappellent le souvenir de voisins ou d’amis qui se sont établis dans les communautés francophones en milieu minoritaire. D’ailleurs, de nombreuses personnes du diocèse de Rimouski se sont installées dans la région de Hearst, comme l’illustre l’étude de Bernard sur cette région (Bernard, 1991).

  • 71 Procès-verbal de la 2e assemblée du comité d’organisation de la souscription patriotique, 16 févri (...)
  • 72 Les membres délibèrent sur la répartition des souscriptions des années 1956 et 1958 aux sessions d (...)

63Malgré ses problèmes organisationnels et financiers, le travail de la Fraternité française d’Amérique impressionne les associations provinciales des groupes minoritaires. D’abord, ces associations interdisent les souscriptions de la Fraternité française d’Amérique sur leurs territoires bien que le Conseil les invite à verser une contribution symbolique71. Ensuite, un représentant du réseau institutionnel des autres provinces, Ernest Desormeaux, fait partie des comités d’organisation et de répartition des souscriptions. Afin d’épauler Desormeaux, les sessions du Conseil servent de tribune pour faire état des besoins des groupes minoritaires72.

64Entre 1955 et 1963, la Fraternité française d’Amérique verse 357 100 $ aux institutions des groupes francophones du continent. La répartition des sommes (tableau 3.4) n’est pas basée sur le pourcentage de francophones dans chacune des provinces. Les fonds sont attribués en fonction des besoins spécifiques de certains groupements. Ainsi, l’Ontario reçoit 13 % des sommes totales alors que la moitié des francophones hors Québec réside dans cette province. La Colombie-Britannique demeure sans contredit l’enfant choyé, puisqu’elle reçoit 21 % des sommes totales, soit 76 300 $. Chacune des trois provinces de l’Ouest encaisse annuellement un montant identique qui varie entre 1 000 $ et 7 000 $, de 1955 à 1963. Au terme de l’exercice, le Manitoba et l’Alberta encaissent chacune 40 500 $. La présence de deux stations radiophoniques en Saskatchewan justifie l’octroi de 20 000 $ en 1963, ce qui explique pour une bonne part l’écart de la Saskatchewan par rapport aux deux autres provinces. La Saskatchewan reçoit en tout 55 800 $.

  • 73 Procès-verbal de la dernière assemblée de Fraternité française d’Amérique, 14 novembre 1963, AVQ, (...)
  • 74 Dans sa lettre au secrétaire de l’ACFEO du 25 juillet 1963, Mgr Gosselin précise que la souscripti (...)

65La distribution des fonds témoigne du soutien de la Fraternité française d’Amérique aux associations provinciales. Dans notre classification des sommes versées par le comité de répartition, ce dernier remet 44 % des recettes aux associations provinciales. Rappelons que la souscription de 1955 a pour but de mettre sur pied un secrétariat permanent pour les Acadiens tandis qu’au moment de la liquidation de la Fraternité française d’Amérique, en 1963, le comité cède le fonds de la réserve de 26 000 $ à la FCFCB pour lui permettre d’établir son secrétariat permanent73. Les associations provinciales ne souffrent guère de la baisse des revenus. Alors que 39 % des revenus de la souscription de 1956 aboutissent dans les coffres des associations provinciales, ce pourcentage fluctue très peu, s’établissant à 42 % lors de la fermeture des livres en 1963. Les institutions scolaires occupent le second rang dans notre classification des sommes versées. Elles obtiennent 26 % des sommes attribuées par la Fraternité française d’Amérique. Par contre, ce secteur écope dès que déclinent les montants à distribuer. Au début, au moins le tiers des sommes est alloué aux institutions scolaires, ce pourcentage est ramené à 24 % en 1962, puis à 6 % en 1963. N’eût été de la somme de 40 000 $ octroyée aux postes radiophoniques des Prairies, pour lesquels la Fraternité française d’Amérique sollicite la population en 1963, l’écart entre la somme accordée aux médias des milieux minoritaires (75 300 $) et celle remise aux paroisses (26 000 $) aurait été moindre74.

  • 75 Le bureau du Conseil recommande au comité de répartition de la Fraternité française d’Amérique de (...)

66Les sommes recueillies n’aboutissent pas nécessairement dans les coffres des associations provinciales, comme le montre le cas de l’Ontario français. L’Ontario reçoit 45 000 $ de la Fraternité française d’Amérique entre 1955 et 1963. Par ailleurs, 63 % des 34 000$ versés au réseau institutionnel aboutissent dans les coffres de l’ACFEO. Ces sommes sont redistribuées toutefois dans le milieu, permettant ainsi de raffermir le leadership de l’ACFEO dans la communauté. La Fraternité française d’Amérique ne cherche donc pas à court-circuiter la structure organisationnelle des milieux minoritaires75. Elle renforce le leadership des associations provinciales en confirmant leur rôle d’intermédiaire.

TABLEAU 3.4. Répartition des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones, par organisations, provinces, régions, pays et par catégories d’aide, en milliers de dollars (1955-1963)

TABLEAU 3.4. Répartition des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones, par organisations, provinces, régions, pays et par catégories d’aide, en milliers de dollars (1955-1963)

TABLEAU 3.4 (suite)

TABLEAU 3.4 (suite)

TABLEAU 3,4 (suite)

TABLEAU 3,4 (suite)

Sources : Répartition des souscriptions 1955, 1956 et 1957, AVQ, fonds CVF, P 52 contenant 18937 ; Répartition des souscriptions 1958, 1960 et 1961, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5 ; Procès-verbaux de la 5e assemblée du comité de répartition, 31 octobre 1959 et de la dernière assemblée de la Fraternité française d’Amérique, 14 novembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-5 ;. Rapport Albert Ricard, directeur général de la Fraternité française d’Amérique, sur la campagne de 1963,13 septembre 1963. AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-7

***

67Le bilan des réussites et des échecs du Conseil, l’un des instruments de l’action collective, est mitigé. Il y a lieu de considérer comme des réussites le maintien de la question sur l’origine ethnique dans le recensement de 1961 et la multiplication des maillons institutionnels du réseau canadien-français pour aider à la consolidation des groupes francophones. Il faut regarder comme des échecs les deux points suivants. D’abord, le bilinguisme n’est pas encore véritablement institutionnalisé quoique le Conseil ait obtenu que les chèques gouvernementaux soient imprimés dans les deux langues. Ensuite, la Fraternité française d’Amérique note une baisse d’intérêt de la population à la cause de la survivance des groupes minoritaires. Les appels au soutien des avant-postes, condition sine qua non de la survivance du fait français en Amérique, n’émeuvent plus une population urbaine qui évolue dans un monde qui délaisse de plus en plus la religion. À la fin des années 1950, le Conseil doit se donner pour tâche d’élaborer un discours sur les groupes minoritaires qui puisse intéresser la population de la province de Québec.

68Le bilan de l’œuvre du Conseil doit tenir compte de l’idéologie de cette organisation. Le noyau militant du Conseil croit intensément à la justesse de sa cause. Il sait que la survivance dépend de la solidarité entre la province de Québec et les groupes minoritaires, car les deux sont menacés. Cette minorité nationale assiégée doit sa survie à la fidélité à son identité, à la promotion de sa vision dualiste de la nature du Canada et à la force de son réseau institutionnel. Les membres du Conseil, qui s’estiment porteurs du destin national, inscrivent leurs actions dans la longue durée ; les résultats sont attendus à long terme.

69En juin 1960, l’élection du Parti libéral dirigé par Jean Lesage insuffle un sentiment de renouveau à la population du Québec et aux gens préoccupés par le sort des minorités. Quelques mois plus tard, l’annonce de la création du ministère des Affaires culturelles et de son service d’aide aux groupes minoritaires suscite les plus grands espoirs et marque aussi le début d’une ère nouvelle dans les rapports entre le Québec et la francophonie canadienne, l’ère de l’intervention gouvernementale. L’objectif des dirigeants du Conseil et des associations provinciales est de guider l’État afin qu’il les appuie dans leur développement et leurs initiatives.

Notes

1 Audience du 16 mai 1938 au palais de justice de Québec, ANC, fonds commission royale des relations entre le Dominion et les provinces (Commission Rowell-Sirois), RG 33/23, microfilm C6994.

2 Voir note 1.

3 Voir note 1.

4 Minutes des audiences de Québec, 10 janvier 1950, ANC, fonds commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, lettres et sciences au Canada (Commission Massey), RG 33/28, microfilm C2006.

5 Voir note 4.

6 Lettre du secrétaire du Conseil au ministre des Postes, Norman McLarty, 20 mars 1939, AVQ, fonds CVF, P 52 D 7-4. Procès-verbal de la 20e réunion du bureau du Conseil, 10 novembre 1939, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

7 En décembre 1938, les directeurs songent à assumer la direction de cette campagne. Ce projet est cependant mis en veilleuse en avril 1939 et de nouveau en janvier 1940, malgré l’appel de la SSJBM. À la réunion du 21 octobre 1953, le Conseil appuie le député Bona Arsenault dans ses démarches pour un drapeau canadien. Procès-verbaux du Conseil, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

8 À la suite des protestations du Conseil, le ministre Ernest Lapointe informe le Conseil que le gouvernement veillera à ce que des cartes géographiques soient publiées en français, sinon en français et en anglais, dans sa lettre du 5 septembre 1939. AVQ, fonds CVF, P52 D 7-2.

9 Procès-verbal de la 82e réunion du bureau du Conseil, 14 novembre 1945, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

10 Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

11 Bulletin 1951-1952 n° 4 de l’OJC, 15 janvier 1952, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 111, chemise O-5 A Bilinguisme. Lettre de l’OJC, en provenance d’Ottawa, à l’abbé Gosselin, secrétaire du Conseil, 11 février 1953, ANQQ, fonds OJC, P609, boîte 1, chemise 1.

12 Des représentants du Conseil, de la CTCC, des SSJBM et SSJBQ, des FSSJBQ et FSSJBO, de l’ACELF et de l’ACFEO forment la délégation. Mémoire du Conseil au ministre des Finances, 4 pages ; rapport de la délégation chez l’hon. D-C Abbott, 13 avril 1953, 2 pages, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 111, chemise chèques bilingues. Procès-verbal de la 144e réunion du bureau du Conseil, 15 avril 1953, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

13 Memorandum to the Minister, Re : Bilingual Cheques, 29th January 1959, Office of the Comptroller of the Treasury. Le mémoire du 10 novembre 1961 se déclare de nouveau en faveur de la solution des chèques bilingues. ANC, fonds Donald Methuen Fleming, MG 32 B 39, vol. 11, dossier 15 B-8. Le cabinet rejette la solution des chèques bilingues à sa séance du 29 janvier 1959. ANC, RG 2, vol. 2744, chemise Cabinet conclusions January 1959.

14 Lettre de Mgr Gosselin à Fleming, 1er mars 1962. ANC, fonds Donald Methuen Fleming, MG 32 B 39, vol. 11, dossier 15 B-8.

15 Lettre d’Edgar Tissot à Roger Charbonneau, secrétaire de l’ACFEO, 3 mars 1947, CRCCF, fonds ACFEO, C2/228/5.

16 Lettre de l’OJC, en provenance d’Ottawa, à Mgr Gosselin, secrétaire du Conseil, 18 avril 1956, ANQQ, fonds OJC, P609, boîte 1, chemise 2.

17 Lors du recensement de 1951, 75 000 personnes auraient répondu «Canadien».«Canadien». Mémoire du Conseil de la vie française au ministre du Commerce, George Hees, 19 décembre 1960, CRCCF, fonds ACFEO, C2/228/6. Cabinet conclusions, January 11, 1961, ANC, RG 2, vol. 6176, chemise Cabinet Conclusions 1961 3 january to 16 January.

18 Cabinet conclusions, February 18, 1960, ANC, RG 2, vol. 2746, chemise Cabinet Conclusions 1960 29 January to 25 March. Le 8 mars 1960, le cabinet approuve les questionnaires pour le recensement du 1er juin 1961. RC. 1960-288. ANC, RG 2, Orders in Council, vol. 2244, chemise 889H.

19 Cabinet conclusions, March 3, 1960, ANC, RG 2, vol. 2746, chemise Cabinet Conclusions 1960 29 January to 25 March. Document de J.-T. Marshall, Acting Dominion Statistician, envoyé à George Hees, ministre du Commerce, 15 novembre 1960. ANC, fonds Léon Balcer, MG 32 B 18, vol. 2, dossier 20-3 Recensement.

20 La traduction est de nous. The « Origin » Question in the 1961 Census Dominion Bureau of Statistics Comments, Dominion Bureau of Statistics, March 2, 1960, ANC, fonds Gordon Churchill, MG 32 B 9, vol. 25, dossier Cabinet Sub Committee 1961 Census.

21 Procès-verbal de la 217e réunion du bureau du Conseil, 28 décembre 1960, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Mémoire du Conseil de la vie française au ministre du Commerce, George Hees, 19 décembre 1960. L’ACFEO, l’ACELF, la SNA, la FSSJBQ, la Fédération des femmes canadiennes-françaises, la FSSJBO, la SSJBM et la SSJBQ appuient ce mémoire. CRCCF, fonds ACFEO, C2/228/6.

22 Lettre de l’Ordre, en provenance d’Ottawa, à Mgr Gosselin, secrétaire du Conseil, 6 janvier 1961, ANQQ, fonds OJC, P6og, boîte 1, chemise 2. Une copie du « Plan de campagne touchant le recensement de 1961 », daté du 22 novembre 1960, a été retrouvée dans le fonds de l’ACFEO. CRCCF, fonds ACFEO, C2/228/6.

23 Motion du député Morissette, député libéral d’Arthabaska, secondée par Jean-Claude Plourde, député libéral de Roberval, ANQQ, fonds Jean-Jacques-Bertrand, P669, boîte 7, dossier recensement 1961.

24 Lettre de Walter E. Duffett, statisticien du Dominion, au député Lionel Chevrier, 10 février 1961. Il lui envoie un exemplaire de la formule 2A pour le recensement de 1961, approuvée par le cabinet le 3 février. ANC, fonds Lionel Chevrier, MG 32 B 16, vol. 5, dossier 15.

25 Rapport du directeur de l’orientation, réunion de la CX des COJC, 14-15 octobre 1961, CRCCF, fonds OJC, C3/6/6.

26 Procès-verbal de la 10e session du Conseil, du 12 au 14 octobre 1946, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

27 Procès-verbal de la 131e réunion du bureau du Conseil, 10 novembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

28 La souscription devait se dérouler à l’automne de 1951. Procès-verbal de la 125e réunion du bureau du Conseil, 14 et 15 février 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

29 Procès-verbaux de la 127e réunion du bureau du Conseil, 9 mai 1951, et de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

30 En 1951, Gouin informe le Conseil que le gouvernement financera la tenue du Congrès. Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Procès-verbaux de la 174e réunion du bureau du Conseil, 11 juillet 1956, et de la 20e session du Conseil, du 4 au 6 octobre 1956, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

31 Procès-verbal de la 55e réunion du Conseil, 18 décembre 1942, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

32 Son tirage serait de 2 000 exemplaires. Procès-verbal de la 85e réunion du bureau du Conseil, 21 février 1946, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

33 États financiers du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187.

34 Procès-verbal de la 226e réunion du bureau du Conseil, 10 janvier 1962, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

35 La direction de la revue est assurée par le frère Bernard, par l’abbé Gosselin et, par la suite, par Reine Malouin. Procès-verbaux des 154e et 155e réunions du bureau du Conseil, 19 mai et 23 juin 1954, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

36 Procès-verbal de la 22e session du Conseil, du 26 au 28 septembre 1958, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Déjà en février 1948, l’exécutif songe à suspendre la production de la revue. Entre 1950 et 1968, les sessions remettent en cause l’existence de Vie française, mais la maintiennent malgré tout.

37 Procès-verbal de la 12e session du Conseil, du 24 au 27 septembre 1948, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

38 Procès-verbaux de la 178e réunion du bureau du Conseil, 12 décembre 1956, et de la 21e session du Conseil, du 24 au 27 octobre 1957, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

39 Procès-verbaux de la 97e réunion du bureau du Conseil, 16 avril 1947, et de la 11e session du Conseil, du 5 au 7 octobre 1947, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

40 Procès-verbal de la 152e réunion du bureau du Conseil, 24 février 1954, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

41 Le Conseil reçoit des signaux contradictoires. À sa réunion de novembre 1950, l’exécutif du Conseil est informé que l’épiscopat préfère faire renaître l’ACJCF. Le Conseil tente de créer une nouvelle association, projet qui a cependant du plomb dans l’aile puisque Mgr Paul-Émile Léger favorise le maintien de l’ACJCF, à Montréal. Procès-verbaux des 123e, 127e et 128e réunions du bureau du Conseil, les 15 novembre 1950, 9 mai et 25 juin 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

42 Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

43 Mémoire présenté au Conseil par Clovis-Emile Couture, président de la Société canadienne d’établissement rural ltée, h octobre 1047, AVQ, fonds CVF, P52 D 16-11.

44 Procès-verbal de la 13e session du Conseil, du 14 au 17 octobre 1949, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

45 Procès-verbal de la 139e réunion du bureau du Conseil, 20 septembre 1952, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

46 Procès-verbal de la 153e réunion du bureau du Conseil, 7 avril 1954, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Lettre de C.-E. Couture, président de la Société canadienne d’établissement rural, à l’abbé Gosselin, 7 juin 1954, AVQ, fonds CVF, P52 D 16-10.

47 Lettre de l’Ordre, en provenance d’Ottawa, à l’abbé Gosselin, 21 juin 1954. Le même jour, l’Ordre envoie une lettre au président de la FSSJBQ, Gérard Turcotte. Il l’invite à lire l’éditorial du 16 juin 1954 de Gérard Filion portant sur la création d’une souscription au profit des groupes canadiens-français minoritaires. ANQQ, fonds OJC, P609, boîte 1, chemise 1.

48 Procès-verbal de la 3e assemblée du comité d’organisation de la souscription patriotique, 11 décembre 1956, AVQ, fonds CVF, P 52 contenant 18937.

49 Procès-verbaux des 159e, 161e et 168e réunions du bureau du Conseil, les 12 novembre 1954, 16 février 1955 et 9 novembre 1955 ; procès-verbal de la 19e session du Conseil, du 30 septembre au 3 octobre 1955, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Lettre de l’abbé Gosselin au président de la FSSJBQ, 25 février 1955, lettre de Roger Cyr, chef du secrétariat de la FSSJBQ, à l’abbé Gosselin, 9 mars 1955. AVQ, fonds CVF, P52 D 16-12.

50 Lettre du père Albert Plante à l’abbé Gosselin, 9 avril 1955, AVQ, fonds CVF, P 52 D 396, contenant 19846.

51 Procès-verbal de la 149e réunion du bureau du Conseil, 21 octobre 1953, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

52 Procès-verbaux des 159e, 161e et 162e réunions du bureau du Conseil, les 12 novembre 1954, 16 février et 23 mars 1955, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Lettre de Roger Cyr à l’abbé Gosselin, 13 avril 1955, AVQ, fonds CVF, P52 D 16-12.

53 Procès-verbal de la 19e session du Conseil, du 30 septembre au 3 octobre 1955, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

54 Procès-verbal de la 165e réunion du bureau du Conseil, 29 juin 1955, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

55 Lettre de Denis à l’abbé Gosselin, 11 novembre 1955, AVQ, fonds CVF, P52 D 30-2.

56 Rapport sur la souscription patriotique 1955, AVQ, fonds CVF, P52 contenant 18937.

57 Compte rendu de la réunion au sujet de la Fraternité française d’Amérique, 5 et 6 octobre 1957, organisée par l’Ordre. ANC, fonds OJC, MG 28 I g8, vol. 44, chemise Fraternité.

58 Lettre de Cyr à Mgr Gosselin, 22 novembre 1956, AVQ, fonds CVF, P52 D 16-12. Les directeurs du Conseil sont informés de l’engagement de Ricard à leur réunion du 21 février 1962. CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

59 Procès-verbaux des 5e et 6e assemblées du comité général d’organisation, Fraternité française d’Amérique, les 26 novembre et 16 décembre 1958, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5,

60 Procès-verbaux des 207e et 216e réunions du bureau du Conseil, 20 janvier et 30 novembre 1960, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

61 Rapport d’Albert Ricard, organisateur général, sur la campagne de 1962, 21 septembre 1962, soumis à la 14e assemblée du comité d’organisation de la Fraternité française d’Amérique, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-7.

62 Procès-verbal d’une réunion du Comité provincial de la Fraternité française d’Amérique, 17 novembre 1962, ANQH, fonds Joseph Matte, P13, boîte 21, dossier comités. Rapport d’Albert Ricard, directeur général, à tous les officiers diocésains de la SSJB, 14 mars 1963, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-4.

63 Le bilan financier de la souscription de 1963 révèle que 60 % des recettes proviennent des quêtes, 30 % de la sollicitation individuelle et que la vente du stylo est un échec. Rapport d’Albert Ricard, directeur général de Fraternité française d’Amérique, sur la campagne 1963, 13 novembre 1963, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-7. Procès-verbal de la 240e réunion du bureau du Conseil, 20 juin 1963, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

64 Ne pouvant s’entendre à la réunion du 19 octobre 1963, le Conseil quitte la Fraternité française d’Amérique à la dernière réunion de cet organisme, le 14 novembre 1963. AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5.

65 Lettre du secrétariat de l’OJC au secrétaire du Conseil, 2 novembre 1956, ANQQ, fonds OJC, P609, boîte 1, chemise 2. Procès-verbal de la CV de COJC, les 18 et 19 octobre 1959, CRCCF, fonds OJC, C3/6/4. Lettre de Roger Cyr aux organisateurs et collaborateurs régionaux, 15 mars 1960. AVQ, fonds CVF, P52 D 16-12. Procès-verbal de la réunion du Comité provincial de la Fraternité française (FSSJBQ), 17 novembre 1962, ANQH, fonds Joseph Matte P13, boîte 21, dossier comités.

66 Procès-verbal de la 25e session du Conseil, du 15 au 17 septembre 1961, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine g. Procès-verbal de la réunion du Comité provincial (FSSJBQ) de la Fraternité française, 17 novembre 1962, ANQH, fondsjoseph Matte, P13, boîte 21, dossier comités.

67 Le contenant 18937 du fonds du Conseil aux AVQ contient les procès-verbaux du comité diocésain de Québec pour les souscriptions de 1957 et 1958. Malgré la contribution des médias, le succès de la souscription est dû à la participation des SSJB locales et à la collaboration du clergé.

68 Lettre de Cyr aux organisateurs et collaborateurs régionaux, 15 mars 1960, AVQ, fonds CVF, P52 D 16-12.

69 Procès-verbal de la 26e session du Conseil, du 20 au 24 septembre 1962, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

70 Lettre de Cyr vraisemblablement envoyée aux organisateurs régionaux, 27 avril 1959 ; lettre de Cyr aux organisateurs et collaborateurs régionaux, 18 mars 1960, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 44, chemise fraternité.

71 Procès-verbal de la 2e assemblée du comité d’organisation de la souscription patriotique, 16 février 1956, AVQ, fonds CVF, P 52 contenant 18937.

72 Les membres délibèrent sur la répartition des souscriptions des années 1956 et 1958 aux sessions du Conseil. Procès-verbaux du Conseil, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

73 Procès-verbal de la dernière assemblée de Fraternité française d’Amérique, 14 novembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-5.

74 Dans sa lettre au secrétaire de l’ACFEO du 25 juillet 1963, Mgr Gosselin précise que la souscription de 1963 concerne les quatre postes de radio dans l’Ouest. Chacun de ces derniers reçoit 10 000 $. AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-5.

75 Le bureau du Conseil recommande au comité de répartition de la Fraternité française d’Amérique de recourir aux associations provinciales pour connaître les besoins du milieu et leur remettre les sommes accordées. Procès-verbal de la 177e réunion du bureau du Conseil, 7 novembre 1956, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 3.2 : Résultats des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones dans les six diocèses de la province de Québec qui versent les contributions totales les plus importantes entre 1955 et 1963, en milliers de dollars
Légende A : diocèse de QuébecD : diocèse de Saint-HyacintheB : diocèse de MontréalE : diocèse de SherbrookeC : diocèse de RimouskiF : diocèse de Trois-RivièresSources : Fraternité française d’Amérique, tableau comparatif et cumulatif des sept premières campagnes, 1955-1961, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5, Rapport sommaire de la campagne d’Albert Ricard, 13 septembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-4
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre TABLEAU 3.4. Répartition des souscriptions annuelles pour les groupes minoritaires francophones, par organisations, provinces, régions, pays et par catégories d’aide, en milliers de dollars (1955-1963)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 3.4 (suite)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre TABLEAU 3,4 (suite)
Légende Sources : Répartition des souscriptions 1955, 1956 et 1957, AVQ, fonds CVF, P 52 contenant 18937 ; Répartition des souscriptions 1958, 1960 et 1961, AVQ, fonds CVF, P52 D 17-5 ; Procès-verbaux de la 5e assemblée du comité de répartition, 31 octobre 1959 et de la dernière assemblée de la Fraternité française d’Amérique, 14 novembre 1963, AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-5 ;. Rapport Albert Ricard, directeur général de la Fraternité française d’Amérique, sur la campagne de 1963,13 septembre 1963. AVQ, fonds CVF, P 52 D 17-7
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540