Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Deuil d’un pays imaginé

 | 
Marcel Martel

Chapitre deux. Le Conseil de la vie française en Amérique : Un pilier du réseau institutionnel canadien-français

Texte intégral

1Au terme du deuxième Congrès de la langue française de 1937, l’élite définitrice du Canada français fonde de nombreuses espérances sur le Conseil. Ce nouveau-né dans le réseau institutionnel national n’est toutefois pas un projet récent. Au lendemain du premier Congrès de la langue française au Canada de 1912, les congressistes jetaient les bases du Comité permanent du Congrès de la langue française au Canada lequel a disparu, cependant, dans les années 1920. La distance géographique qui séparait les membres handicapait le fonctionnement du Comité dont le siège social était à Québec (Gosselin, 1967 : 3, 4).

2La Deuxième Guerre mondiale est une époque cruciale dans le développement du Conseil. C’est au cours de la guerre que cet organisme réalise des projets mobilisateurs en vue d’aider financièrement à la diversification du réseau institutionnel des communautés francophones en milieu minoritaire. Au terme de ses souscriptions, le Conseil constitue une véritable vitrine du Canada français, du moins lorsque l’on examine sa composition. Il jouit également de ressources financières qui le mettront à l’abri du besoin jusque dans les années 1960.

Deux projets mobilisateurs : creuset du Conseil

3Le Conseil tient sa première réunion au début de l’année 1938 à son siège social de Québec. Il a comme mandat immédiat de donner suite à la quarantaine de vœux adoptés par le deuxième Congrès de la langue française. Son rôle principal, tel qu’il est défini à l’article 4 de ses statuts et règlements et reconnu dans sa charte octroyée par le Secrétariat d’État, le 8juillet 1940, consiste à assurer « le soutien et la défense des intérêts nationaux des populations de langue française et le maintien des traditions de l’esprit français, en Amérique du Nord » (Le Comité permanent de la Survivance française en Amérique, 1940 : 13). Les liens que le Conseil développe avec les divers avant-postes français du continent nord-américain lui permettent d’être un instrument de secours de la province de Québec aux francophones du continent.

  • 1 Procès-verbal de la 29e réunion du Conseil, 30 septembre 1940, CRCCF, fonds CVF. microfilm 60, bob (...)

4Le Conseil s’occupe d’abord de faire connaître ses activités. Pour ce faire, il envisage la mise sur pied d’une campagne de presse, laquelle n’aura toutefois jamais lieu1. Par contre, le secrétaire de l’organisme fera part des efforts pour « s’afficher » dans la société, lors des réunions mensuelles de l’exécutif. Le Conseil met à profit les nouvelles ressources offertes par la radio pour faire de la publicité. Grâce à l’intervention de l’un de ses membres, Adrien Pouliot, qui fait partie du bureau des gouverneurs de la Société Radio-Canada, le Conseil diffuse gratuitement une émission mensuelle, Le Quart d’heure du Conseil, sur le réseau français de la radio d’État, de janvier 1941 à mai 1961.

5Le salut médiatique du Conseil vient de l’organisation de deux campagnes de souscription : l’une, en 1943, pour la fondation d’un quotidien catholique de langue française en Acadie, et l’autre, pour l’établissement de stations radiophoniques privées dans les Prairies en 1945. Ces campagnes permettent d’apporter un soutien aux groupes minoritaires canadiens-français du reste du Canada malgré la brisure nationale provoquée par la crise de la conscription en 1942. Durant cette bataille référendaire, l’attitude du Conseil contraste avec celle des groupes et organismes nationalistes de la province de Québec par son refus d’adopter publiquement une quelconque position.

  • 2 Réunion du comité exécutif de l’ACFEO, 19 mai 1942, CRCCF, fonds ACFEO, C2/279/2.

6La manière d’agir du Conseil pourrait s’expliquer par les convictions personnelles des membres du Conseil, et surtout celles de l’exécutif, favorables à l’envoi de troupes à l’étranger. Cette hypothèse est probable, mais il est impossible de la vérifier. L’attitude du Conseil pourrait aussi s’expliquer par l’obligation de respecter le mandat reçu, celui de veiller à la défense des intérêts des Canadiens français et d’accueillir en son sein des représentants des provinces et des États américains. Des pressions exercées par les membres de l’extérieur de la province de Québec ont peut-être obligé le Conseil à faire écho à leurs doléances. Ainsi, les dirigeants du Canada français n’approuvent pas tous fortement la croisade anticonscriptionniste menée par la Ligue pour la défense du Canada. Chez les Acadiens, les hommes politiques fédéraux appuient la position du Premier ministre, Mackenzie King (Cormier, 1996). En Ontario, les procès-verbaux des réunions du comité exécutif de l’ACFEO, entre 1939 et 1945, ne consacrent que quelques lignes à la question de la conscription. En mai 1942, l’exécutif recommande au secrétaire de répondre « évasivement à la [SSJBM] relativement aux remerciements qu’elle nous demande d’adresser aux députés qui ont pris une part active dans la campagne du non ». Quant à la requête d’André Laurendeau concernant la remise d’un document de la Ligue pour la défense du Canada aux membres de l’Association, le secrétaire ne fait qu’en prendre acte2.

  • 3 Article de Guy O’Bornsawin, « 30 p’tites minutes avec Florian Carrière. La Patente ou l’Ordre de J (...)
  • 4 Lettre du secrétaire de l’Ordre au secrétaire du Conseil régional n° 3, Québec, 5 mai 1942, ANC, f (...)

7L’attitude de l’Ontario dénote-t-elle une volonté de ne pas se compromettre publiquement sur une question préjudiciable aux relations entre Canadiens ou est-elle un appui tacite au plébiscite ? Un ancien membre de l’Ordre de Jacques-Cartier, Florian Carrière, interprète la tiédeur de l’élite de l’Ontario français, par l’intermédiaire de la Patente, comme un appui à l’envoi de troupes à l’étranger3. Laliberté, dans son étude sur l’Ordre de Jacques-Cartier, signale que l’ouvrage d’André Laurendeau, La crise de la conscription, ne contient rien qui permet de conclure à l’existence d’une entente entre l’Ordre et la Ligue pour la défense du Canada, quoique les méthodes employées par la Ligue ressemblent curieusement à celles de l’Ordre. Quant à la mobilisation des organisations, elle aurait pu tout aussi bien avoir été spontanée ou avoir été l’œuvre des cellules montréalaises de la Patente. Mais Laliberté doute que cette interprétation soit justifiée, car elle fait de l’Ordre un simple spectateur durant la crise de la conscription. Il signale que de nombreuses figures de proue de la Ligue pour la défense du Canada, entre autres André Laurendeau, Athanase Fréchette et Jean Drapeau, militent dans la Patente. Il rapporte même un mot d’ordre de la chancellerie de l’Ordre qui est favorable à la campagne anticonscriptionniste (Laliberté, 1983 : 161-166, 276-277). Une lettre du 5 mai 1942 aux cellules de Québec montre toutefois que les membres de la Patente ne sont pas tenus de respecter ce mot d’ordre. L’Ordre appuie la campagne du Non, mais laisse ses adhérents voter selon leur conscience. Il autorise la dissidence sous réserve qu’elle ne soit pas exprimée publiquement. Si un membre déroge à la règle, l’Ordre pourra sévir contre lui4. La Patente adopte donc une position de compromis sur un sujet capital.

  • 5 La lettre du g avril 1942 d’Edgar Tissot à l’abbé Gosselin débute ainsi : «J’imaginegine que le [C (...)

8L’hypothèse qu’il y aurait eu des pressions exercées sur le Conseil par des éléments de l’extérieur de la province de Québec résiste mal à l’examen des procès-verbaux. Ceux-ci ne permettent pas de conclure qu’il y ait eu division entre les directeurs et les membres. L’effort de guerre et la crise de la conscription ne provoquent aucun débat, ce qui ne veut pas dire nécessairement que les membres aient eu le dessein bien arrêté de taire leurs dissensions internes5. Nous devons signaler le fait que les procès-verbaux des réunions du Conseil sont une mine d’information pour le chercheur, car les membres reprochent souvent au secrétaire de trop entrer dans les détails.

  • 6 Lettre de l’abbé Gosselin, secrétaire du Conseil, à Jules Castonguay, directeur du Bureau du recen (...)
  • 7 Lettre de l’abbé Gosselin, secrétaire du Conseil, au Premier ministre Mackenzie King, 2 février 19 (...)
  • 8 Résolution du Conseil adoptée à sa réunion spéciale du 14 février 1941 à Québec et envoyée le 28 f (...)
  • 9 Lettre de Gosselin à Orner Héroux, rédacteur en chef du Devoir, 13 octobre 1942, AVQ, fonds CVF, P (...)

9L’attitude du Conseil témoigne de l’absence d’unanimité chez les élites canadiennes-françaises à l’égard de la crise de la conscription. En réalité, elle s’expliquerait par le fait que ses membres redoutaient que les circonstances extraordinaires, dues à la Seconde Guerre mondiale, fournissent un prétexte au gouvernement fédéral pour manquer à ses engagements envers les Canadiens français. Revenant sur cette période en 1967, le secrétaire du Conseil, Mgr Paul-Emile Gosselin, écrit que le Conseil « n’était pas sympathique à la participation du Canada à la guerre, mais [qu’]il estimait qu’il fallait essayer de tirer le meilleur parti possible de la situation qui était imposée aux Canadiens français » (Gosselin, 1967 : 141). S’appuyant sur son mandat, le Conseil demande au gouvernement d’envoyer des cartes d’enregistrement en français pour le service militaire aux Canadiens français de l’extérieur de la province de Québec qui en font la demande6. Il insiste pour que le gouvernement continue malgré tout à promouvoir le bilinguisme et pour qu’il assure surtout une représentation adéquate à l’une des deux nations fondatrices du pays dans les organismes mis sur pied pour coordonner l’effort de guerre. En février 19407 et de nouveau en février 1941, le Conseil proteste à ce sujet auprès du Premier ministre Mackenzie King. Comme mesure réparatrice immédiate, il suggère au gouvernement de nommer un ministre canadien-français associé « au département de la guerre8 ». Le Conseil recommande la nomination du sous-ministre de la Défense, le major général Laflèche, à ce poste, car les vues de ce dernier concordent avec les siennes9.

  • 10 Dans sa lettre du 5 mars 1942 à Jules Castonguay, registraire en chef du Canada, l’abbé Gosselin d (...)

10Le plébiscite sur la conscription au printemps de 1942 retient quelque peu l’attention du Conseil. Au cours de la campagne, les procès-verbaux des réunions du bureau ne comportent aucune résolution d’appui ou d’opposition au reniement par le gouvernement Mackenzie King de sa promesse de ne pas envoyer de citoyens canadiens au front. Le Conseil se borne à demander au gouvernement d’imprimer les bulletins de vote dans les deux langues officielles10.

11Les résultats du plébiscite inquiètent davantage le Conseil. Les Canadiens français de la province de Québec s’opposent unanimement alors que le reste du Canada approuve massivement le gouvernement. Les résultats du scrutin font craindre le pire quant à l’avenir des relations entre les deux nations. L’inquiétude du Conseil au sujet des conséquences du plébiscite explique sans doute l’empressement avec lequel il organise la campagne d’aide financière à l’Acadie dans les provinces de Québec et d’Ontario qui se déroule du 24 mai, jour de la fête de Dollard des Ormeaux, au 24 juin 1943, fête de la Saint-Jean-Baptiste.

  • 11 Procès-verbal de la 54e réunion du bureau du Conseil, les 20 et 21 novembre 1942, CRCCF, fonds CVF (...)

12En novembre 1942, Calixte Savoie informe ses collègues du Conseil qu’il a fait des démarches en vue de la fondation d’un quotidien au Nouveau-Brunswick. Le Conseil appuie une éventuelle souscription au Québec pour aider le projet des Acadiens à la condition qu’une demande officielle lui parvienne en ce sens. Cette demande, l’archevêque de Moncton, Mgr Norbert Robichaud, la formulera dans sa causerie du 24 février 1943 devant les membres de la Société du Parler français de Québec11.

13Le comité provisoire d’aide à l’Acadie organise la campagne de levée de fonds sur des bases semblables à celles du Congrès de 1937. Ainsi, un comité d’honneur regroupe les élites politiques et religieuses dirigées par le cardinal Villeneuve, archevêque de Québec, et le lieutenant-gouverneur de la province de Québec, sir Eugène Fiset. Ensuite, un comité organisateur central, formé de membres du Conseil, veille à l’organisation proprement dite.

14Un battage publicitaire entoure la campagne. Le Conseil imprime à 8 000 exemplaires la brochure L’Acadie contemporaine, qui contient l’appel de février de l’archevêque de Moncton. Les quotidiens de la province ouvrent leurs pages à la propagande. L’Action catholique imprime même un supplément illustré sur l’Acadie, le 23 mai. La radio aussi est mise à contribution. Le réseau français de Radio-Canada diffuse sept causeries d’une quinzaine de minutes chacune, en avril et mai, dont celles de Mgr Robichaud et du Premier ministre Adélard Godbout. Comme complément au travail de propagande, le président du Conseil, Adrien Pouliot, ainsi que l’abbé Gosselin et l’archevêque de Moncton parcourent la province de Québec, entre le 27 mai et le 6 juin.

15Le comité central compte sur les comités régionaux établis dans les principaux centres de la province de Québec pour poursuivre ce travail de propagande à l’échelle provinciale. À Québec, la SSJBQ fournit les cadres du comité régional. En ce qui concerne la métropole, la nonchalance des dirigeants de la SSJBM retarde l’organisation de la souscription.

  • 12 Rencontre entre les dirigeants de la SSJBM et Mgr Robichaud, 25 mai 1943. Document relatant les de (...)

16Lors de son passage à Montréal dans le cadre de sa tournée de propagande, le 25 mai 1943, Mgr Robichaud constate que les dirigeants de la SSJBM ont des réserves à l’égard du projet. La crise de la conscription a laissé des séquelles, et le président de la SSJBM, Athanase Frechette, est peu disposé à passer l’éponge. Le futur quotidien acadien, demande Fréchette, soutiendra-t-il l’effort de guerre, comme le font l’Action catholique et le cardinal Villeneuve ? Devant la réponse affirmative de Mgr Robichaud, Fréchette informe qu’il ne prendra pas part à l’organisation de la campagne. Le président de la SSJBM avertit Mgr Robichaud que ses prises de position en faveur de la guerre, tout comme celles du cardinal Villeneuve, les desservent auprès de la population canadienne-française12. La SSJBM ne souhaite aucunement être victime de la désapprobation populaire qui afflige une partie de l’épiscopat canadien-français.

  • 13 Rencontre du 4juin 1943 réunissant Mgr Robichaud, Athanase Fréchette, Orner Héroux, Arthur Laurend (...)
  • 14 Dans ses mémoires, Raymond Denis précise que son ami, Jacques Melanson, le presse de s’occuper de (...)

17Lors d’une autre rencontre en présence de Mgr Robichaud, le 4 juin 1943, Fréchette plaide de nouveau en faveur d’un futur journal acadien anticonscriptionniste, allant dans le sens de la volonté exprimée par la population en avril 1942. Ce quotidien devrait même ressembler au Devoir, qui marie le discours de l’Église et celui du nationalisme. Mgr Robichaud tente de réparer les dégâts qui se sont produits lors de son dernier passage en acceptant que le futur quotidien acadien se modèle sur le journal cité par les représentants de la SSJBM et en assurant que sa direction sera laïque13. Lors du banquet marquant l’ouverture de la campagne à Montréal le 5 juin, Mgr Robichaud continue son acte de contrition en proclamant l’indépendance du futur journal vis-à-vis de tout parti ou cause politiques (Denis, 1972a : 155-156). Ces réassurances privées et publiques laissent impassibles les dirigeants de la SSJBM. Seuls quelques-uns d’entre eux sont actifs dans le comité organisateur montréalais. En fait, si la souscription montréalaise a été un succès, tout le mérite en revient à Raymond Denis, un ancien dirigeant de l’ACFCS établi à Montréal depuis quelques années14. Soucieux de mettre toutes les chances de son côté, le comité de Montréal remet au début de juin la souscription pour l’Acadie, de façon à pouvoir concentrer ses efforts sur l’organisation (Denis, 1972a : 150-158).

  • 15 Lettre de Louis Charbonneau, président de la FSSJBO, à l’abbé Gosselin, 26 octobre 1943, AVQ, fond (...)

18Les milieux francophones à l’extérieur de la province, sauf ceux de l’Ontario, échappent à la souscription. Malgré un appel à la générosité envers les compatriotes dans le besoin, Louis Charbonneau, président de la FSSJBO, l’organisme responsable de la souscription, explique déjà les faibles résultats un mois avant la fin de la campagne. Puisque les francophones financent leur réseau institutionnel, la souscription devra les toucher suffisamment pour qu’ils donnent de nouveau. De plus, les faiblesses structurelles de la FSSJBO sont telles qu’elles compromettent la réussite de l’entreprise. Comme le souligne son président, « nos associations sont pauvres et les officiers de ces associations ne peuvent quitter leur emploi pour parcourir la province, comme ils désireraient le faire15 ». Au terme de la campagne, l’Ontario envoie 3 000 $ au comité organisateur.

19La mobilisation populaire poursuit trois objectifs et ceux-ci sont énoncés dans des causeries radiophoniques, dans les discours et les mots d’ordre envoyés aux comités régionaux. Mgr Robichaud donne le ton avec son appel pour la presse acadienne, imprimé sous forme de brochure dans la série Pour survivre. Le premier objectif, et non le moindre, est de créer un mouvement de solidarité des citoyens du Québec envers les Acadiens. Bien naturellement, ce geste aura des répercussions sur l’ensemble de la collectivité puisqu’il renforcera la survivance française. En effet, les groupes minoritaires forment autour de la province de Québec des avant-postes « destinés à la défendre contre les infiltrations étrangères et à faire rayonner sur nos compatriotes d’une autre nationalité les bienfaits de la culture catholique, latine et française, dont nous sommes tous, de droit providentiel, les héritiers, les dépositaires et les dispensateurs » (Robichaud, 1943 : 11-12).

  • 16 Conférence de Mgr Norbert Robichaud au dîner de la SSJBQ, 26 mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 9-9.

20Le deuxième objectif consiste à agrandir et à diversifier le réseau institutionnel de la communauté acadienne. Dès lors, la création d’un quotidien francophone s’impose. Mais les trois journaux publiés sur une base hebdomadaire, soit La Voix d’Évangéline, L’Ordre social de Moncton et Le Madawaska à Edmundston, ont des bases précaires. Ils subissent la concurrence de la presse et de la radio qui propagent des idées inconciliables avec la foi catholique et les droits des Canadiens français. La minorité acadienne dispose donc de très peu de moyens pour se protéger contre ces influences perçues comme dangereuses pour la communauté. Il est temps d’aider les Acadiens à réaliser leur projet de quotidien afin d’empêcher l’expansion d’un monde dépeint comme « paganisant et anglicisateur » par Mgr Robichaud (Robichaud, 1943 : 18). Plus vite ce journal verra le jour, plus rapidement l’ensemble des groupes francophones en ressentiront les effets bénéfiques16.

  • 17 Allocution d’Onésime Gagnon, le 21 mai 1943 ; Causerie de Cyrille-F. Delâge sur les ondes du poste (...)
  • 18 Causerie de Denis sur les ondes de Radio-Canada, le 6 mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D g-9. Roger D (...)
  • 19 Communiqué du Comité de la survivance pour une presse acadienne, rédigé par l’abbé Gosselin, 27 fé (...)

21Le troisième objectif est d’améliorer les relations entre les deux groupes nationaux. Il n’y a aucune mention de la crise de la conscription. De nombreux orateurs s’attachent cependant à évoquer le passé douloureux des Acadiens, ce « peuple martyr » qui a malgré tout conservé sa foi, sa langue et qui a confiance en l’avenir. Dans sa conférence, Onésime Gagnon insiste sur le fait que « les Acadiens ont compris la stérilité des luttes de races ; ils veulent donner l’exemple de la loyauté la plus féconde et collaborer avec les autres nationalités à la grandeur de la patrie canadienne17 ». D’autres font valoir qu’il est de l’intérêt des francophones de la province de Québec de soutenir leurs compatriotes acadiens afin de rompre leur isolement au sein de la Confédération. La population du Nouveau-Brunswick compte déjà 40 % d’Acadiens. L’organisateur de la campagne à Montréal, Raymond Denis, croit que, avant 25 ans, le Nouveau-Brunswick sera la seconde province à majorité française18. Comme le rappelle un des communiqués du comité organisateur, « deux provinces françaises en Canada, c’est la ruine définitive de la théorie de la réserve québécoise et la reconnaissance forcée du caractère bilingue du pays. Aider l’Acadie, c’est fortifié [sic] Québec et notre survivance française dans tout le Canada19 ».

22La campagne est un incontestable succès financier. Les objectifs des diocèses de Québec et de Montréal sont dépassés, malgré le peu d’empressement de la SSJBM. La province de Québec verse 102 738,57 $, comme l’indique les résultats de la souscription dans le tableau 2.1. Les deux tiers de cette somme proviennent des diocèses de Montréal, de Québec et de Trois-Rivières, qui fournissent respectivement 35,5 %, 18,3 % et 13 % du montant total. Cet événement ouvre la voie à une autre campagne de levée de fonds pour régler le dossier de la radio française dans l’Ouest canadien.

TABLEAU 2.1. Résultats des comités diocésains d’aide à l’Acadie, 27 octobre 1943

Résultats

1- Province de Québec

Diocèse de Montréal

36 494,81 $

" " Québec

18 799,27$

" " Trois-Rivières

13 353,90 $

" " Nicolet

6 085,27$

" " Joliette

5 936,13$

" " Sherbrooke

5 477,00$

" " Rimouski

6 000,00 $

" " Chicoutimi

4 503,83 $

" " Saint-Hyacinthe

2 524,36 $

" " Valleyfield

1 335,32$

" " Rouyn-Amos

915,50 $

" " Saint-Jean

694,01 $

" " Gaspé

619,17$

TOTAL

102 738,57 $

Source : AVQ, fonds CVF, P42 D 9-12

Résultats de la campagne à l’extérieur de la province de Québec (rapport du 16 septembre 1944)

Résultats

2 - Province de l’Ontario

3 000,00 $

3 - États-Unis

Abbé Adrien Verrette

110,00 $

Mgr Victor Primeau, Chicago

100,00 $

Me Eugène J albert, Woonsocket

11,00 $

Abbé Albert Bérubé, New Bedford

5,00 $

4 - Ouest canadien

232,73 $

TOTAL

3 458,73 $

Total général pour la campagne d’aide à l’Acadie :

106 197,30 $

Source : AVQ, fonds CVF, P52 D 10-3

  • 20 Procès-verbal de la 4e réunion du bureau du Conseil, 11 mai 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, (...)

23Depuis sa naissance, le Conseil se préoccupe vivement de la présence du français sur les ondes radiophoniques. Il s’intéresse à cette question d’abord pour des motifs culturels. La radio est une arme défensive : l’augmentation du nombre et l’amélioration de la qualité des émissions en français sont susceptibles de mettre un frein à l’écoute des émissions anglaises. Mais elle exerce aussi une action positive, car le contenu des émissions peut raffermir les convictions religieuses et patriotiques alors que la technologie elle-même offre un moyen de rapprocher les Canadiens français20. Le Conseil est en quelque sorte un visionnaire. Ses conceptions annoncent les théories de McLuhan sur le village global résultant de l’expansion des activités médiatiques.

24La lutte menée par le Conseil pour l’accès à la radio s’accompagne de considérations politiques. Le Conseil cherche à empêcher que le français ne soit employé uniquement dans la province de Québec. Le Canada français désigne non seulement cette province, mais le pays tout entier. Le Conseil appuie les francophones dans leurs revendications pour l’amélioration de la réception du signal de la radio française dans les diverses régions. Cependant la question du français dans l’Ouest occupe le Conseil pendant quinze années. Le règlement de cette question devient même une condition à l’amélioration de la diffusion radiophonique en français dans le nord de l’Ontario.

  • 21 Mémoire aux gouverneurs de la Société Radio-Canada, 17 mai 1937, signé par Laurent Roy, président (...)

25La question de la radio française dans l’Ouest canadien est débattue depuis déjà quelques années au moment de l’intervention du Conseil. Déjà en 1937, les dirigeants francophones de la Saskatchewan proposent un règlement global : la création d’un double réseau radiophonique, l’un en français et l’autre en anglais, d’un océan à l’autre. En attendant, ils réclament une augmentation du nombre des heures de diffusion des émissions en français21.

  • 22 Le rapport sur le nombre d’émissions bilingues et françaises transmises par le poste de Watrous, d (...)

26La mise en service de la station radiophonique CBK, en 1939, par la Société Radio-Canada à Watrous, en Saskatchewan, déçoit les Canadiens français des Prairies. Non seulement les émissions françaises sont peu nombreuses, mais la plupart d’entre elles présentent presque uniquement de la musique instrumentale22. L’affaire du poste de Watrous irrite les leaders canadiens-français les plus militants, comme l’abbé Maurice Baudoux, secrétaire général de l’ACFCS.

  • 23 Lettres de l’abbé Baudoux à l’abbé Gosselin, 12 février, 27 mars et 13 avril 1940, AVQ, fonds CVF, (...)
  • 24 Lettre des associations nationales de l’Ouest aux sociétés patriotiques, 8 mai 1940, signée par l’ (...)

27En avril 1940, l’abbé Baudoux entreprend une campagne de presse, laquelle, affirme-t-il, ne prendra fin qu’avec le règlement de la question de la radio française dans l’Ouest23. Menée au nom de l’ACFA, de l’ACFCS et de l’AECFM, cette campagne de presse jusqu’au-boutiste a pour objectif à long terme l’obtention de deux réseaux radiophoniques pancanadiens pour chacune des nations fondatrices. Comme ce projet se révèle coûteux, l’abbé Baudoux est conduit à demander un minimum de 12 heures par semaine d’émissions en français sur les 115 heures de diffusion totale du poste de Watrous24.

  • 25 Lettre de J.-H. Daignault de l’AECFM à l’abbé Baudoux, 14 décembre 1940. AVQ, fonds CVF, P 52 D 11 (...)

28Dans son bilan de la campagne de presse, en 1943, l’abbé Baudoux constate que sa stratégie du coup de poing a eu peu de succès. Son action a même été critiquée au sein du réseau institutionnel, car on jugeait qu’elle s’accordait mal avec la culture politique et la conception de l’action politique des associations provinciales. Un dirigeant de l’AECFM a exprimé des réticences à l’égard des attaques dans les médias contre certains anglophones, façon de faire qui s’oppose à la stratégie d’infiltration des cercles d’intellectuels anglophones en vue de gagner leur appui. « Nous sommes, rappelle-t-il à l’abbé Baudoux, en grande minorité et nous ne pouvons pas nous permettre de faire des bravades25. »

  • 26 Lettre d’Augustin Frigon, directeur général adjoint, à l’abbé Baudoux, 29 août 1941, AVQ, fonds CV (...)
  • 27 Lettre de l’abbé Baudoux à Pouliot, 24 juin 1943, AUL, fonds AdrienPouliot, cote 168, chemise 2.

29L’idée de construire des stations radiophoniques, idée suggérée par les dirigeants de la Société Radio-Canada, est de plus en plus accueillie favorablement. Ce projet paraît toutefois quelque peu utopique étant donné l’importance de la somme à réunir et le refus de la Société d’Etat de participer au financement26. Préoccupées par la situation, les associations de l’Ouest demandent l’aide du Conseil, en 194327.

  • 28 Procès-verbal de la 7e session du Conseil, du 22 au 24 septembre 1943, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)

30De retour de sa tournée dans les Prairies à l’été 1943, Pouliot recommande au Conseil d’entreprendre la construction de trois stations radiophoniques françaises dans l’Ouest, laquelle sera financée en partie grâce à une souscription tenue par le Conseil dans la province de Québec (Vien, 1977 : 46-48)28.

31Cette souscription oblige à mettre sur pied un organisme responsable de la gestion des futures stations. Radio-Ouest française voit le jour et accueille un représentant de chacune des trois provinces de l’Ouest. Après avoir insisté, le Conseil obtient un siège. L’abbé Baudoux devient le maître d’œuvre de l’organisme en y occupant les fonctions de relationniste entre Radio-Ouest française, le Conseil et la Société Radio-Canada.

  • 29 Demande reçue par les gouverneurs à leur réunion de janvier 1944. Minutes of the 33rd Meeting of t (...)
  • 30 Rapport du voyage de l’abbé Maurice Baudoux dans l’Est, du 2 au 25 février 1944, AVQ, fonds CVF, P (...)
  • 31 L’abbé Antoine d’Eschambault informe Pouliot qu’il a rencontré le maire MacLean, en compagnie de M(...)

32Le sort du projet de la radio française dépend du bureau des gouverneurs de la Société Radio-Canada qui est habilité à recommander l’octroi de permis pour l’aménagement de stations radiophoniques. Le temps presse toutefois pour les responsables de Radio-Ouest française, puisque les gouverneurs de Radio-Canada étudient le projet du maire de Saint-Boniface de mettre sur pied une station bilingue dans cette ville29. Ce projet est populaire auprès des dirigeants de la Société d’État, car le français sur les ondes y sera ainsi « moins éclatant » dans l’Ouest30. Des pressions exercées sur le promoteur de Saint-Boniface par des Canadiens français obligent ce dernier à retirer temporairement sa demande31.

  • 32 En février 1944, le responsable de la radio au ministère des Transports, J.W. Bain, indique qu’une (...)
  • 33 Les mémoires contiennent des lettres d’appui de personnalités canadiennes-françaises et canadienne (...)

33Grâce à l’intervention de Pouliot, une délégation de la Radio-Ouest française dépose, à la réunion du bureau des gouverneurs du 27 mars 1944, un mémoire demandant quatre permis pour opérer des stations radiophoniques à Saint-Boniface, Edmonton, Gravelbourg et Prince-Albert. La dispersion géographique des francophones de la Saskatchewan et les frais d’acquisition d’un émetteur suffisamment puissant pour couvrir l’ensemble du territoire de cette province justifient la construction de deux postes de radio. Les frais d’installation et d’équipement des quatre postes totalisent 135 000 $, et cette somme sera obtenue au moyen d’une souscription populaire. Prévenue par un responsable du ministère des Transports que leur demande risque d’être rejetée en raison du nombre de permis demandés32, la délégation fixe les délais d’exécution. Radio-Saint-Boniface sera aménagée en premier tandis que la construction des autres stations radiophoniques pourrait être reportée à la fin de la guerre33.

  • 34 Information for the Board of Governors in connection with the Report of the Technical Committee, 3 (...)
  • 35 Procès-verbal de la 71e réunion du bureau du Conseil, 31 mai 1944, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, (...)

34Radio-Ouest française et le Conseil sont persuadés que leur demande passera comme une lettre à la poste. D’abord, il s’agit d’une initiative privée. L’intervention gouvernementale se limite à l’octroi de permis (Denis, 1972b : 181-182). Ensuite, le comité technique de la société d’État conclut à la faisabilité du projet34. Malgré tout, Radio-Ouest française et le Conseil continuent de faire pression sur les gouverneurs de langue anglaise. L’Assemblée législative de la province de Québec donne son adhésion au projet en adoptant une motion en faveur de l’établissement de postes de radio de langue française dans l’Ouest (Vien, 1977 : 56-63)35.

  • 36 Minutes of the 36th Meeting of the Board of Governors, May 7-8, 1944, ANC, fonds Radio-Canada, RG4 (...)

35Cependant, les gouverneurs ne recommandent que l’octroi d’un seul permis, celui de Saint-Boniface. Ils lient même le sort des autres demandes au succès de la future station manitobaine. La décision des gouverneurs constitue néanmoins un compromis au terme d’une rude bataille entre partisans et opposants. Chez ces derniers, Mary Sutherland s’oppose à l’établissement d’une station de radio française à l’extérieur du Québec, car, selon elle, le français n’a droit de cité que dans la province de Québec. Elle tente en vain d’alerter ses collègues sur les effets perturbateurs de ces stations sur les relations ethniques dans l’ouest du pays36.

  • 37 Lettres de l’abbé Baudoux aux abbés d’Eschambault et Gosselin, au père Breton, à Beauchemin, Denis (...)

36La décision des gouverneurs déçoit les artisans du projet. Pouliot souligne cependant le caractère historique de cette décision, qui reconnaît le principe du bilinguisme en dehors de la province de Québec (Vien, 1977 : 64). Cette décision oblige le Conseil et Radio-Ouest française à réévaluer la souscription. Sans perdre un instant, l’abbé Baudoux propose d’exécuter le projet initial afin de montrer la détermination des Canadiens français37. Son opinion prévaut sur celle de ses collègues, et la souscription débute dans les Prairies en juillet 1944. Les responsables de la levée de fonds diffusent l’information relative au projet sous forme d’un catéchisme et visitent les milieux francophones. Impressionnés par ces efforts, les membres du Conseil approuvent l’organisation d’une souscription nationale lors de leur session annuelle, en octobre 1944 (Vien, 1977 : 71-79).

37Le comité central d’organisation, composé de membres du Conseil, consacre près de six mois aux préparatifs de la campagne. Une publicité dans les médias, préparée par l’abbé Gosselin, précède son lancement. Un dépliant diffusé à 25 000 exemplaires, une brochure qui reproduit le discours de l’abbé Baudoux devant les membres de la Société du Parler français et les causeries radiophoniques du Conseil des mois d’avril, mai et juin, complètent l’effort de propagande. Des stations radiophoniques emboîtent le pas en offrant du temps d’antenne. Le Conseil convie aussi des leaders canadiens-français de l’Ouest à visiter les diocèses de la province.

38Tout comme dans la campagne acadienne, la propagande insiste sur l’appui qu’il faut apporter aux avant-postes nationaux et sur l’importance d’accroître et de diversifier les éléments du réseau institutionnel. Cette fois-ci, il s’agit de la radio. Jusqu’à maintenant, les familles, les écoles, les paroisses et les diverses organisations suffisaient à assurer le maintien de l’identité canadienne-française. Les progrès technologiques détruisent maintenant les assises mêmes du réseau institutionnel, c’est-à-dire les familles, décrites dans la propagande comme des « sanctuaires fermés à la langue anglaise, [des] oasis françaises en pleine civilisation étrangère » (Gosselin, 1945 : 30). La radio de langue anglaise assiège quotidiennement les foyers canadiens-français. L’écoute répétée de cette dernière menace la langue française et la foi catholique, car langue et foi sont indissociables l’une de l’autre. Les conférenciers anglophones à la radio, souvent athées suivant la propagande, propagent une conception matérialiste du monde. D’autres vantent avec éloquence les mérites du communisme, qui demeure toujours une menace pour le Canada français en dépit du fait que l’Union soviétique s’est ralliée aux forces du monde libre durant la Seconde Guerre mondiale. Enfin, les radio-romans diffusent une conception païenne de la vie en dépréciant, entre autres, le sacrement du mariage (Gosselin, 1945 : 31).

39Les résultats de la souscription pour Radio-Ouest française, reproduits dans le tableau 2.2, témoignent de son succès à l’échelle provinciale avec une récolte de plus de 192 000 $, dépassant de 42 000 $ l’objectif initial. Le succès global de la campagne s’explique par la performance de la région de Montréal, qui fournit 63 % des fonds recueillis dans la province de Québec, tandis que la région de Québec dépasse de seulement 1 000 $ son objectif de 70 000 $. Le diocèse de Montréal verse 39 % de l’ensemble de la souscription de la province de Québec. Tout comme pour la campagne de l’Acadie, près des deux tiers des fonds proviennent des diocèses de Montréal, de Québec et de Trois-Rivières.

40Au terme de ces deux campagnes qui ont permis d’amasser près de 300 000 $, le Conseil a démontré sa capacité d’aider financièrement les groupes canadiens-français dans leurs projets. Les levées de fonds lui permettent de créer une antenne à l’écoute des besoins des dirigeants des communautés minoritaires canadiennes-françaises. Le Conseil devient ainsi un lieu représentatif des microcosmes du Canada français, comme le révèle l’analyse de sa composition.

La composition du Conseil : une vitrine sur le Canada français

  • 38 Le Conseil lie la désignation du représentant de la Colombie-Britannique au regroupement des Canad (...)

41Les francophones de l’extérieur de la province de Québec sont convenablement représentés au sein du Conseil. Dans l’attribution initiale des 24 sièges, en 1937, 15 de ces derniers leur sont accordés. Dix de ces 15 sièges sont attribués à chacune des provinces canadiennes à raison d’un représentant par province, à l’exception de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick qui ont droit à deux sièges chacune. La Colombie-Britannique attend jusqu’au milieu des années 1950 pour qu’un des siens fasse partie de ce comité national38. Cinq sièges sont alloués aux compatriotes des États-Unis. Les francophones de la Louisiane ont droit à un siège, tout comme ceux des régions du centre et de l’ouest des États-Unis, qui sont représentés jusqu’au décès de Mgr Victor Primeau, en 1957-En réalité, la voix de la francophonie américaine se fait entendre par le truchement des trois membres, augmentés à cinq à la session de 1944, des organismes franco-américains de la Nouvelle-Angleterre. La province de Québec n’est pas en reste avec ses neuf représentants. Cinq d’entre eux, jusqu’en 1948, sont obligatoirement des membres de la Société du Parler français au Canada, organisme à l’origine du deuxième Congrès de la langue française (Gosselin, 1967 : 9).

42L’assemblée générale annuelle des membres du Conseil, appelée « session », constitue l’instance de décision. Elle siège toujours à huis clos et délègue son pouvoir administratif à un exécutif, appelé « bureau », composé de 11 membres. Un président d’honneur s’y ajoute au début des années 1940. L’exécutif se réunit au moins une fois par mois. Le pouvoir décisionnel appartient à quelques membres, la plupart siégeant à l’exécutif. Cependant, la session examine la gestion des directeurs. De plus, le bureau entretient une correspondance avec ses membres durant toute l’année.

TABLEAU 2.2. Résultats de la souscription pour Radio-Ouest française, 27 juin 1946

Résultats

1 - Province de Québec

Région de Montréal

Diocèse de Montréal

75 229,70 $

Diocèse de Saint-Hyacinthe

14 065,80 $

Diocèse de Joliette

7 000,00 $

Diocèse de Valleyfield

8 040,00 $

Diocèse de Saint-Jean

7 912,63 $

Diocèse de Sherbrooke

5 284,41 $

Diocèse de Mont-Laurier

2 092,67 $

Diocèse d’Amos

1 090,73 $

Région de Québec

Diocèse de Québec

34 098,44 $

Diocèse de Trois-Rivières

15 289,00 $

Diocèse de Nicolet

8 346,34 $

Diocèse de Rimouski

7 502,00 $

Diocèse de Chicoutimi

3 505,00 $

Diocèse du Golfe Saint-Laurent

1 261,18 $

Diocèse de Gaspé

1 238,09 $

Divers et intérêts

771,91$

TOTAL

192 727,90 $

2 - Province de l’Ontario

Diocèse d’Ottawa

12 160,16 $

Diocèse de Timmins

2 016,25 $

Diocèse Sault-Sainte-Marie et Sudbury

916,16 $

Diocèse de Hearst

500,00 $

Divers

278,00 $

TOTAL

15 870,57$

3 - Nouvelle-Angleterre

1 974,25 $

4 - Acadie

1 682,25 $

TOTAL GÉNÉRAL

212 254,97 $

Frais généraux de la souscription

10 428,51 $

Source : Procès-verbal de la 89e réunion du bureau du Conseil, 27 juin 1946, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5

  • 39 Procès-verbal de la 22e session du Conseil, du 26 au 28 septembre 1958, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

43On accède au Conseil de deux façons. L’article 5 des statuts et règlements accorde aux associations d’éducation, qui font office d’associations provinciales, le droit de nommer leurs représentants. Dans la majorité des cas, ces associations désignent des directeurs du réseau institutionnel provincial. Les États-Unis, les Maritimes et la province de Québec échappent à cette règle. Le Conseil choisit les représentants des Etats-Unis et des Maritimes en consultant les sociétés nationales qui y opèrent. Quant à la province de Québec, les envoyés des organismes membres doivent être acceptés par le Conseil, à l’exception de la Société du Parler français du Canada qui les désigne elle-même. La seconde voie d’accès est constituée par le fait que le Conseil a le pouvoir de choisir un membre qu’il juge dévoué à la défense et à l’avancement des droits des Canadiens français lequel n’est pas nécessairement actif dans un organisme (Comité permanent de la survivance française en Amérique, 1940 : 14-15). Ce droit permet de recruter des hommes de valeur. Le Conseil s’en prévaut dès 1938 pour admettre les recteurs des universités Laval, de Montréal et d’Ottawa. Comme leur participation aux sessions est très irrégulière, le Conseil abolit leur représentation en 1958. Dorénavant, les recteurs sont membres d’honneur39.

  • 40 Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)
  • 41 Lettre de l’abbé Gosselin à Roger Charbonneau, secrétaire de l’ACFEO, 4 juin 1954, AVQ, fonds CVF, (...)

44Dans les années 1950, l’exécutif du Conseil tente de limiter l’accès à cet aréopage de connaisseurs de la question canadienne-française. Son attitude s’explique, tout d’abord, par la volonté de mettre un terme à l’absentéisme aux sessions. Pour remédier au mal, l’exécutif enlève à ses membres le droit de recourir à des substituts40. En 1955, le Conseil autorise la destitution d’un membre s’il manque deux sessions de suite sans raison valable. L’offensive la plus controversée concerne l’abolition du droit des associations provinciales de nommer leurs représentants. D’une part, le Conseil cherche à contrôler la représentation associative sur laquelle il n’a pas de droit de veto. Certaines associations jouissent d’une entière liberté dans la nomination de leurs délégués. D’autre part, comme il désire admettre des individus qui chemineront pendant plusieurs années avec le reste des membres, l’exécutif envisage de restreindre le renouvellement de l’effectif41. Amorcé en 1951, le débat ne prend fin qu’en 1955 avec l’adoption de modifications aux statuts et règlements. La composition du Conseil reste la même puisque les associations nationales conservent leur pouvoir de désignation, ce qui représente une concession à ces dernières. Par contre, l’exécutif et les membres exercent un droit de regard sur la nomination des nouveaux membres. Dorénavant, l’exécutif reçoit les candidatures et les soumet avec ses recommandations à l’approbation de la session. Pour qu’un candidat soit élu, il doit obtenir les deux tiers des voix des membres présents à la session (Conseil de la vie française en Amérique, 1957 : 297).

  • 42 Appendice à l’ordre du jour de la 97e réunion, procès-verbal de la réunion du Conseil, 16 avril 19 (...)

45Au début des années 1960, le Conseil est parvenu à réglementer entièrement l’admission dans ses rangs. Tout candidat doit recevoir l’approbation de ses collègues, exerçant ainsi un contrôle semblable à celui de la Patente. En écartant les individus indésirables, le Conseil peut ainsi conserver son rôle et assurer le maintien de ses principes. En sélectionnant de façon aussi rigoureuse, le Conseil se protège contre les contestations internes et s’assure une existence relativement paisible. Comme le précise son secrétaire, le Conseil n’est nullement démocratique, tout au contraire : « il est essentiel au secret et à la gravité de ses délibérations qu’il demeure une assemblée relativement peu nombreuse, se renouvelant le moins souvent possible. Une collaboration de longue date rend plus facile la compréhension mutuelle et le travail en équipe »42.

46Les règlements du Conseil limitent le nombre de membres à 50, mais celui-ci est, en moyenne, de 40. Cent deux personnes, dont les noms figurent à l’Annexe, ont été appelées à devenir membres du Conseil, entre 1937 et 1967, pour une période plus ou moins longue. Nous avons exclu de notre étude 14 personnes qui ont été admises au début des années 1960 en raison du fait que nous ignorons ce qu’elles sont devenues au sein du Conseil. Il est possible de faire un premier tri dans cette liste en fonction du nombre d’années de présence au Conseil. Une première catégorie réunit un contingent de 38 membres faisant partie du Conseil depuis au moins 11 ans. De ces 38 personnes, 34 y sont depuis plus de 15 ans. Ces individus ont en commun une passion pour la cause de la survivance ou occupent un poste de responsabilité qui a des incidences sur les groupes francophones. À l’autre extrémité de l’échelle, nous rencontrons ceux que nous définissons comme des « gens de passage », c’est-à-dire des gens qui ont été membres du Conseil durant moins de quatre ans. Ils sont au nombre de 30. Des raisons personnelles, leurs occupations professionnelles ou encore la distance géographique les empêchent d’occuper leur siège pendant une longue période de temps. Font partie de cette catégorie l’abbé Lionel Groulx, Orner Héroux et Louis-Philippe Roy. Entre ces deux groupes, il y a 34 personnes qui ont été membres du Conseil pendant une durée de 5 à 10 ans. Cette catégorie comprend des représentants du réseau institutionnel et des individus associés au Conseil, les recteurs des universités par exemple, en raison des responsabilités qu’ils assument dans la société.

47Si l’on examine le membership sur une base régionale, on constate la présence de personnalités influentes, qui, pour la plupart, ont fait partie de l’exécutif du Conseil pendant plusieurs années. Pour le public, ces gens personnifient le Conseil.

  • 43 Procès-verbal de la 157e réunion du bureau du Conseil, 27 septembre 1954, CRCCF, fonds CVF, microf (...)

48La ville de Québec compte de nombreux envoyés notamment l’abbé Paul-Emile Gosselin, devenu prélat domestique, en 1955, qui est l’âme de cet organisme. Secrétaire du Conseil depuis sa fondation jusqu’à sa retraite à la fin des années 1970, il assure la liaison entre le Conseil et le réseau institutionnel canadien-français. La trésorerie est toujours confiée à des résidants de Québec et elle ne semble pas user ceux qui s’en occupent, car quatre personnes seulement en tout en ont été chargées. Le premier, l’avocat Antonio Langlais a été trésorier de 1937 à 1942. Le notaire Henri Boisvert assume la relève jusqu’en 1955. Membre du Conseil depuis sa fondation jusqu’en 1962, il est également membre de la SSJBQ et de la Société canadienne d’établissement rural. Le docteur Jean-Thomas Michaud lui succède en 1955. Il entre au Conseil comme assistant au trésorier dans l’organisation de la campagne de souscription pour les œuvres acadiennes en 195543. À son décès en 1959, c’est l’avocat Yves Bernier, admis au Conseil en 1950, qui devient trésorier.

49Le dernier représentant de la ville de Québec que nous jugeons bon de mentionner est Adrien Pouliot, professeur de mathématiques et doyen de la faculté des sciences de l’Université Laval, de 1940 à 1956. En 1939, Pouliot devient gouverneur de la Société Radio-Canada, à la place de son ami, Mgr Alexandre Vachon. Il remplit son poste sans interruption, accédant même à la vice-présidence du bureau des gouverneurs en 1956. Pouliot assure la présidence de cet organisme de façon intérimaire en 1958. En janvier 1939, il devient l’un des cinq représentants de la Société du Parler français du Canada au Conseil. Huit mois plus tard, il accède à l’exécutif du Conseil, puis à la présidence de 1940 à 1945, succédant ainsi au premier président, Mgr Camille Roy. Sa nomination au bureau des gouverneurs de Radio-Canada, en juin 1939, semble expliquer sa rapide ascension (D. Ouellet, 1986 : 147 ; Vien, 1977 : 31)

50La représentation de la région montréalaise provoque des frictions entre le Conseil et la SSJBM dans les années 1940. La querelle débute lorsque la SSJBM propose Athanase Fréchette comme successeur à Roger Duhamel. Le Conseil rejette cette candidature, car, dans un mémoire remis à l’été de 1941 au délégué apostolique et aux évêques francophones, Fréchette s’est opposé à la nomination d’un évêque auxiliaire d’origine irlandaise dans le diocèse de Montréal (Rumilly, 1975a : 506-509, 543-545). De 1945 à 1950, la SSJBM n’a donc aucun représentant.

51Le Conseil n’est pas le seul organisme à éprouver des difficultés dans la région montréalaise. La direction de l’Ordre, installée à Ottawa, a des relations tumultueuses avec ses cellules montréalaises. Ces querelles débordent le cadre du simple conflit de personnalité et portent plutôt sur les orientations idéologiques de l’Ordre et sur son contrôle politique. En dépit de l’expulsion de membres montréalais dans les premières années d’existence de l’Ordre, la lutte pour la direction politique et idéologique atteint son apogée au début des années 1960. Elle explique en partie la dissolution de la Patente en 1965 (Laliberté, 1983 : 45-47, 62, 106-113).

  • 44 Le procès-verbal de la 126e réunion du bureau du Conseil, tenue le 11 avril 1951, indique que les (...)

52Pour éviter tous ces obstacles, le Conseil décide de choisir lui-même les candidats. En 1950, le jésuite Albert Plante, directeur de la revue Relations, devient membre, tout comme Fréchette, le représentant de la SSJBM. Un an plus tard, sur la proposition du bureau, la session approuve la candidature de Paul Gouin, fondateur de l’Action libérale nationale au milieu des années 1930. Les directeurs jugent la présence de Gouin essentielle. Cet ancien homme politique, devenu conseiller technique auprès du gouvernement de la province de Québec et chargé spécialement de la conservation et du développement du patrimoine de la province, lutte pour la « refrancisation » de l’aspect visuel de la province44. Gouin exerce la présidence du Conseil, de 1955 à 1961, et celle du Congrès de la refrancisation, en 1957.

53Les groupes minoritaires sont essentiellement représentés par Ernest Desormeaux, enseignant qui a été secrétaire à la Commission de l’assurance-chômage, de 1940 à 1962. Il préside aux destinées de l’ACFEO de 1944 à 1953 et est l’un des fondateurs de l’ACELF, en 1947. Sa relation de longue durée avec le Conseil débute en 1945. Desormeaux succède au père Joyal, membre fondateur et représentant de l’Ontario au Conseil, qui a été contraint de quitter les fonctions qu’il occupait au sein du réseau institutionnel ontarien à cause de sa mauvaise santé. Il occupe le poste de président du Conseil de 1947 à 1949. Le Conseil recourt également aux services de Jean-Jacques Tremblay pour se renseigner sur les besoins de l’Ontario. Ce membre de l’Ordre de Jacques-Cartier entre au Conseil en 1946, comme envoyé de l’Union des mutuelles-vie française d’Amérique. Il siège à l’exécutif dans les années 1960 et démissionne en 1967.

54Les délégués des Prairies se succèdent assez rapidement au Conseil. Malgré cela, cette région compte sur le docteur Léon-Omer Beauchemin, membre du Conseil de 1937 à 1957, et vice-président de l’exécutif de 1942 à 1946, pour la défense de ses intérêts. Né au Québec, Beauchemin exerce la médecine à Calgary. Il préside l’ACFA de 1934 à 1946 et s’occupe activement du dossier du poste de radio à Edmonton. Un second acteur de poids est Raymond Denis, ancien dirigeant de l’ACFCS, établi à Montréal en 1934. Il entre au Conseil en 1944, pour une période de 21 ans, et fait partie de l’exécutif de 1945 à 1949, sans y occuper cependant de responsabilités officielles.

55Contrairement à la région précédente, la représentation des Maritimes subit peu de bouleversement. Henri Blanchard fait valoir les intérêts de l’Île-du-Prince-Édouard, Alphonse Comeau ceux de la Nouvelle-Ecosse, Calixte Savoie et le docteur Georges Dumont ceux du Nouveau-Brunswick. Dumont est même membre de l’exécutif pendant 12 ans, assumant la présidence de 1953 à 1955. Devenu député à la suite des élections provinciales de 1960 au Nouveau-Brunswick, il résigne ses fonctions dans l’exécutif. Ces quatre personnes sont membres du Conseil pendant près de 20 ans.

56La voix de la Franco-Américanie se fait entendre au Conseil surtout par le truchement de l’abbé Adrien Verrette, qui exerce son ministère au New Hampshire. Né à Manchester, dans le New Hampshire, il devient membre et directeur du Conseil en 1938 et y demeure sans interruption. Il préside le Conseil de 1949 à 1953, notamment au moment du troisième Congrès de la langue française en 1952. Le dominicain Thomas-Marie Landry, né à New Bedford, dans le Massachusetts, entre au Conseil en 1949 et il en occupe la présidence de 1961 à 1965. D’autres personnes, comme Fernand Despins et Adolphe Robert, informent leurs collègues des préoccupations des francophones de la Nouvelle-Angleterre. Despins et Robert sont membres du Conseil pendant 21 et 20 ans respectivement. Thomas-Joseph Arceneaux, professeur d’agronomie à la Southwestern University, expose les problèmes des Louisianais francophones. Sa présence relève davantage du caractère symbolique, car la distance l’empêche de participer régulièrement aux séances du Conseil. Elle conforte néanmoins le Conseil dans sa volonté d’être le porte-parole de tous les groupements francophones nord-américains. Pour contourner cet obstacle, le frère Antoine Bernard, professeur d’histoire à l’Université de Montréal, représente les Acadiens à l’exécutif du Conseil, de 1942 à 1953. Il demeure membre jusqu’en 1958.

57L’analyse selon l’occupation de 101 des 116 membres du Conseil, entre 1937 et 1967, révèle la forte présence de l’élite cléricale et des professions libérales qui dominent le réseau institutionnel canadien-français. Les trois quarts des membres exercent un ministère religieux, travaillent dans le domaine de l’éducation, pratiquent le droit ou la médecine. Pas moins de 28 % des membres font partie du clergé. Si nous retranchons les recteurs de ce groupe, soit dix de ces 28 personnes, le pourcentage descend à 18 %. Si nous additionnons les 20 personnes exerçant des professions légales, les 15 praticiens de la santé et les 16 travaillant dans le secteur de l’éducation, dans lesquels nous incluons les trois surintendants de l’Instruction publique, nous obtenons un total de 51 membres. Ce chiffre représente 50 % de l’échantillon. Dans le groupe des 22 membres restants, signalons la présence de cinq journalistes alors que le milieu des affaires ne compte que trois représentants.

  • 45 Lettre de Marie-Paul Bédard, secrétaire du comité féminin de Québec, au secrétaire du Conseil, 20 (...)
  • 46 Mémoire sur la question de l’admission des dames dans le Comité permanent, par l’abbé Paul-Emile G (...)

58Ce cercle est exclusivement masculin. Dès le lendemain de la fondation du Conseil, des femmes sollicitent leur admission dans cet aréopage de connaisseurs de la question canadienne-française45. Dans un rapport portant sur la question des femmes, l’abbé Gosselin affirme que leur admission comporte de nombreux inconvénients. En premier lieu, il estime que, étant par nature peu discrètes, les femmes risqueraient de violer le secret entourant les délibérations du Conseil. Ensuite, leur admission, même limitée à quelques-unes, risquerait d’entraîner une bataille en vue de l’obtention d’un nombre égal des représentants des deux sexes, ce qui alourdirait le processus décisionnel et augmenterait les frais d’opération de l’organisme encore peu solide financièrement. Cette misogynie reflète la mentalité de l’époque, exacerbée par la démarche des femmes de la province de Québec pour l’obtention du droit de vote aux élections provinciales. Enfin, la constitution du Conseil fournit des arguments juridiques. Les femmes ne disposent pas d’association représentative de leur sexe à l’échelle nationale et dans les milieux minoritaires puisque la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste n’est présente que dans la province de Québec46.

  • 47 Procès-verbal de la 3e session du Conseil, les 30 septembre et 1er octobre 1939, CRCCF, fonds CVF, (...)
  • 48 Les sections féminines de Québec et de Montréal pressent le Conseil de leur ouvrir ses portes. Pro (...)
  • 49 Procès-verbal de la 28e réunion du bureau du Conseil, 13 septembre 1940, CRCCF, fonds CVF, microfi (...)
  • 50 Procès-verbal de la 4e session du Conseil, les 28 et 29 septembre 1940, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

59Sans doute en vue de contenter les plus militantes, la session accepte le projet de création d’un comité féminin auxiliaire de dix membres47. Cette concession ne satisfait aucunement les femmes de la province de Québec qui veulent être admises comme membres à part entière48. Leur demande est acceptée après un certain temps par l’exécutif, mais elle est rejetée par les membres49. Le refus de ces derniers met un terme aux revendications des femmes et entraîne la disparition des sections féminines de Québec et de Montréal50. Seule celle de Sherbrooke reste active jusqu’en 1950. Le Conseil déroge une seule fois à son principe avec l’admission de Reine Malouin, de Québec, auteure de nombreux essais, poèmes et romans. Son travail au secrétariat du troisième Congrès de la langue française ouvre la voie à son admission en 1953. Elle devient directrice de l’exécutif, mais n’occupe aucun poste de responsabilité.

60Le Conseil demeure une tête dépourvue de corps militant inféodé. La réussite de ses campagnes est due à la coopération et au dynamisme de ses comités régionaux, formés des associations provinciales en milieu minoritaire et des Sociétés Saint-Jean-Baptiste de la province de Québec. Quant au financement du Conseil, il est assuré grâce à plusieurs sources éprouvées.

Les sources de financement du Conseil : avoir les moyens de ses actions

61Le financement des activités du Conseil cause de sérieux maux de tête aux premiers dirigeants. Comme l’illustre la figure 2.1, les quatre premières années, à l’exception de la troisième, se terminent par un déficit des opérations. Au début, le surplus de 22 439,45 $ du Congrès de 1937 constitue tout l’avoir du Conseil (Deuxième Congrès..., 1938a : 490). Que faire pour l’augmenter ?

  • 51 Procès-verbal de la 1re réunion du Conseil, 2 février 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine (...)
  • 52 Procès-verbal de la 23e réunion du bureau du Conseil, 16 février 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)

62Dès la réunion initiale du bureau du Conseil, le 2 février 1938, les directeurs créent une commission des ressources pour examiner les finances. Afin de l’aider dans sa réflexion, les directeurs lui suggèrent de sonder les gouvernements de la province de Québec et de la France. Pour accroître les chances de succès du Conseil auprès du gouvernement de la province de Québec, le chanoine Cyrille Gagnon propose d’ajouter, à la liste des vœux du Congrès de 1937, l’établissement d’un service de la propagande française par le gouvernement de la province dans le but d’aider les groupes français du continent nord-américain51. En janvier 1940, l’exécutif presse le Premier ministre Adélard Godbout de subventionner le Conseil puisque son gouvernement ne donnait pas suite au vœu exprimé52.

  • 53 Lettre de l’abbé Gosselin au père Arthur Joyal, 1er mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 25-1. Procès-v (...)

63En juin 1943, le Premier ministre répond favorablement au Conseil en versant 2 500 $, soit la moitié de la somme demandée par le Conseil53. Près de la moitié de cette somme correspond en fait au don du gouvernement à la campagne d’aide pour l’Acadie. Durant les années suivantes, le gouvernement appuie le Conseil tant dans l’organisation des congrès de la langue française que dans son fonctionnement interne. Bien que le Conseil souhaite des subventions plus importantes, le gouvernement accorde 3 000 $ de 1943 à 1948, puis 5 000 $ jusqu’au milieu des années 1950. L’aide gouvernementale atteint 6 000 $ entre 1956 à 1960, puis cesse dans les années 1960. Pour sa part, le gouvernement français donne périodiquement quelques centaines de dollars.

  • 54 Procès-verbal de la 17e réunion du bureau du Conseil, 18 août 1939. La 3e session du Conseil entér (...)
  • 55 Rapport du secrétariat du Conseil pour l’année 1942-1943 à la 7e session annuelle du Conseil, CRCC (...)

64Une seconde source de revenus provient des sociétés mutuelles canadiennes-françaises et franco-américaines. En juillet 1939, le Conseil et les Sociétés mutuelles s’entendent sur une formule de coopération : chaque société mutuelle participante verse une contribution annuelle de 125 $ et obtient le droit de désigner un représentant au Conseil. Pour sa part, le Conseil entame, en 1940, l’organisation d’une semaine annuelle de promotion de la mutualité catholique française dans les écoles et la société54. Pour décharger le secrétariat de ce travail, le Conseil crée un comité des mutuelles responsable de l’organisation de la semaine annuelle de la mutualité à partir de 1942. Ce comité s’acquitte de cette tâche jusqu’en 194755. L’apport financier de ces sociétés est quelque peu marginal. Leur contribution n’offre pas de potentiel de croissance exponentielle à moins de hausser les quotes-parts. Le Conseil ne cherchera guère à hausser ce revenu au cours des années suivantes, car il caresse d’autres projets.

FIGURE 2.1. Évolution financière du Conseil (1939-1970)

FIGURE 2.1. Évolution financière du Conseil (1939-1970)

Source : Etats financiers du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187

  • 56 Procès-verbal de la 2e session du Conseil, les 17 et 18 octobre 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)
  • 57 Procès-verbal de la 10e réunion du bureau du Conseil, 16 novembre 1938, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)
  • 58 Procès-verbal de la 14e réunion du bureau du Conseil, 15 mars 1939, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60 (...)
  • 59 Rapport de l’activité du bureau et du secrétariat des mois d’octobre 1938 à octobre 1939, soumis à (...)

65Depuis sa fondation, le Conseil désire bénéficier d’un revenu qui lui donne une visibilité dans le milieu, une tribune pour parfaire l’éducation patriotique de la population et, bien entendu, qui le met à l’abri des soucis financiers. La formule gagnante requiert le partage des tâches de sollicitation entre plusieurs personnes, car le secrétariat du Conseil ne peut assurer seul la mise en place des mécanismes de souscription permanente. Pour donner suite à une suggestion de ses membres56, l’exécutif fonde la Société des amis du comité permanent destinée aux collèges classiques. Moyennant une somme minime, le Conseil envoie aux membres de la Société de l’information sur ses activités et celles des groupes français du continent57. Étant donné la mauvaise situation financière — d’octobre 1938 au 15 mars 1939, les dépenses totalisent 2 000 $ et les recettes atteignent seulement 300 $ — il faut accroître les entrées d’argent. Le Conseil élargit le bassin de recrutement de la fondation en sollicitant toutes les personnes qui s’intéressent à ses activités. À titre d’essai, le Conseil envoie un dépliant aux souscripteurs du Congrès de 193758. Les débuts de la fondation sont prometteurs puisque celle-ci compte 2 000 membres six mois seulement après sa mise sur pied59.

  • 60 Procès-verbal de la 2e session du Conseil, 17 et 18 octobre 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, (...)
  • 61 Procès-verbaux des 43e et 44e réunions du bureau du Conseil, les 21 novembre et 19 décembre 1941, (...)

66Malgré la fondation de cette société, le salut financier du Conseil repose sur la perception annuelle du sou scolaire, appelé le sou de la Survivance, donné par les élèves des écoles primaires canadiennes-françaises et franco-américaines, à partir de 193860. Le bon rendement du sou de la Survivance, illustré par les figures 2.2 et 2.3, s’explique par le fait que le Conseil sait maintenant comment faire pour augmenter le nombre de solliciteurs. Grâce à l’intervention du surintendant de l’Instruction publique, Cyrille Delâge, qui est aussi un membre fondateur du Conseil, le Conseil confie la perception aux inspecteurs scolaires. Pour maintenir les relations avec le Département, le Conseil réserve un de ses sièges au surintendant de l’Instruction publique. Victor Doré succède à Cyrille Delâge, en 1940. Omer-Jules Desaulniers remplace Doré en 1949 (Gosselin, 1967 : 22)61.

FIGURE 2.2. Principales sources de revenus du Conseil (1941-1955)

FIGURE 2.2. Principales sources de revenus du Conseil (1941-1955)

FIGURE 2.3. Principales sources de revenus du Conseil (1956-1970)

FIGURE 2.3. Principales sources de revenus du Conseil (1956-1970)

Source : États financiers du Conseil. AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187

  • 62 Procès-verbal de la 93e réunion du bureau du Conseil, 7 novembre 1946, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)
  • 63 La contribution de l’ACFEO devient facultative. Procès-verbal de l’exécutif de l’ACFEO, 17 avril 1 (...)

67L’adhésion volontaire des inspecteurs scolaires et des associations provinciales crée des difficultés pour la collecte du sou. Les membres du Conseil déplorent que les écoles primaires de Montréal ne soient pas sollicitées. À de nombreuses reprises, des membres du Conseil rencontrent le président de la Commission des écoles catholiques de cette ville, mais celui-ci reste sur ses positions. De guerre lasse, pour remplacer le sou de la Survivance, le Conseil accepte que cette commission scolaire achète son calendrier62. Quant aux associations provinciales, le Conseil semble s’en remettre à leur générosité. L’attitude attentiste des dirigeants du réseau institutionnel à l’égard de la province de Québec, qui consiste à espérer l’aide de celle-ci au lieu de lui en apporter, finit par prédominer, comme en témoigne le comportement de l’ACFEO63.

  • 64 Procès-verbal de la 142e réunion du bureau du Conseil, 21 janvier 1953, CRCCF, fonds CVF, microfil (...)

68Le succès remarquable du sou de la Survivance, comme le démontre la figure 2.3, s’explique par la participation de l’ACELF. Fondé en 1947, cet organisme cherche des fonds pour se renflouer. D’abord réticent, le bureau du Conseil accède à la requête de l’ACELF lui demandant de partager les sommes recueillies à l’occasion de la perception du sou64.

69La collecte du sou de la Survivance a pour objectif essentiel de contribuer à l’éducation patriotique. Le Conseil a avant tout « le souci de mettre [les] enfants en face d’une fraternité humaine et spirituelle, d’une œuvre nationale susceptible de préparer leur esprit en vue d’une relève pour les années à venir » (Malouin, 1957 : 269). Cette œuvre d’éducation a le mérite de s’adresser à des esprits facilement éducables, en leur présentant les divers aspects du projet du Canada français.

70Cette éducation a des effets qui laissent cependant songeur. La quête de la Sainte-Enfance, destinée à aider les enfants chinois, séduit davantage l’imagination des écoliers que celle visant à venir en aide à leurs compatriotes des autres provinces. Alors que, de 1947 à 1949, les recettes de la quête de la Sainte-Enfance atteignent 200 000 $ chaque année, celles du sou de la Survivance ne totalisent qu’environ 25 000 $ (Larocque, 1987 : 8). Par ailleurs, les doutes quant à la vitalité du fait français à l’extérieur du Québec, qui gagnent en popularité dans les années 1960, attestent d’un échec relatif de cette éducation.

71Dès 1939, le Conseil avait déjà envisagé de vendre un calendrier patriotique pour améliorer sa situation financière et, à la fin de 1940, il décide de mettre son projet à exécution. Le calendrier constitue un instrument d’éducation nationale et de présentation des référents idéologiques du projet du Canada français destiné aux étudiants et à la population. Le Conseil distribuera son calendrier jusqu’en 1964.

  • 65 Procès-verbal de la 30e réunion du bureau du Conseil, 25 octobre 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)

72La vente du calendrier se révèle plus problématique. Malgré le dynamisme de quelques membres et comités régionaux, le Conseil ne réussit pas à vendre les 15 000 calendriers imprimés chaque année. Comme dans le cas du sou de la Survivance, l’intervention du département de l’Instruction publique est capitale. Dès 1940, le surintendant annonce à ses collègues du Conseil l’achat de 4 000 exemplaires du calendrier de 194165. Au cours des années 1940, les 4 000 calendriers représentent 27 % du total. Dans les années 1950, le Département achète plus du tiers des calendriers. Les ventes du calendrier au Département représentent 45 % de toutes les ventes, en 1962, et 48 % de celles de 1964. Ces achats massifs appuient la propagande du Conseil qui précède la collecte du sou de la Survivance. Par contre, la dépendance de plus en plus grande à l’égard de ce client place le Conseil dans une posidon de vulnérabilité, surtout dans les années 1960. La volonté d’innovation et de rattrapage des retards accumulés dans les domaines socio-économiques, qui anime le gouvernement dirigé par Jean Lesage, amène à rompre avec tout ce qui évoque un passé jugé ténébreux. Le Conseil devient une des victimes de cette manière de voir. Ainsi, les fonctionnaires du ministère de l’Education, créé en 1964, refusent d’acheter ses calendriers pour les distribuer dans les écoles québécoises.

73Les relations du Conseil avec son second client en importance se déroulent de façon similaire. En 1946, le Conseil convainc le ministère de la Colonisation d’acheter son calendrier pour le diffuser dans les sociétés de colonisation. De 1947 à 1959, ce ministère achète environ 20 % des calendriers. La réorganisation des structures gouvernementales dans les années 1960 et l’absence d’intérêt à l’égard de la colonisation entraînent la perte de ce marché pour le Conseil.

  • 66 Etats financiers du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187. Procès-verbaux de la 134e réun (...)

74Sur le plan financier, le calendrier représente un apport modeste jusqu’en 1952. Comme le révèle l’analyse des états financiers du Conseil, l’impression du calendrier est maintenue en dépit des pertes subies de 1953 à 1964, à l’exception des années 1956 et 1959. Malgré un bilan périodique préoccupant, les membres poursuivent l’impression du calendrier en raison de son utilité pour la propagande et de l’excellente santé financière du Conseil66. Comme le département de l’Instruction publique et le ministère de la Colonisation continuent d’acheter, ils ne jugent pas nécessaire de remettre en question l’existence du calendrier. Ces deux clients achètent plus de 50 % des calendriers dans la décennie 1950, ce qui fait oublier le faible écoulement dans le public. Incapable de remplacer ces clients, le Conseil est obligé d’abandonner le calendrier en 1964.

  • 67 Procès-verbal de la 8e session du Conseil, du 11 au 13 octobre 1944, CRCCF, fonds CVF, microfilm 6 (...)
  • 68 Procès-verbal de la 21e session du Conseil, du 24 au 27 octobre 1957, CRCCF, fonds CVF, microfilm (...)

75Les intérêts générés par les placements du Conseil représentent le dernier poste budgétaire d’importance. En novembre 1942, les directeurs créent le fonds Jean-Talon, une entité administrative destinée à recueillir des dons. Sa mise sur pied répond au besoin de posséder un outil pour organiser des souscriptions en faveur du Conseil, mais aussi à la volonté de se libérer des tracas financiers. Les campagnes de levée de fonds n’enrichiront jamais ce fonds, car les directeurs évitent de les lancer de peur de nuire à celles qui sont organisées pour venir en aide aux groupes minoritaires canadiens-français67. En fait, les surplus annuels d’opération du Conseil, surtout celui de 52 000 $ réalisé au terme du troisième Congrès de la langue française, et les dons privés sont déposés dans ce fonds. En 1957, le Conseil compte réunir une somme de près d’un million de dollars68. Il n’y parvient pas, mais son fonds se chiffre à près de 200 000 $ dans les années 1960, ce qui amoindrit les effets de la crise financière qui affecte alors plusieurs associations provinciales du milieu minoritaire.

***

76Avec une situation financière saine, le Conseil jouit d’une base solide. La présence des dirigeants des microcosmes provinciaux et des États américains rend la coordination de l’action possible. Le Conseil matérialise ainsi la volonté de solidarité qui est à la base de son existence. À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il devient l’un des instruments de l’action collective servant à défendre l’identité, à éduquer la population et à sensibiliser les hommes politiques, les groupes de pression et les alliés potentiels du Canada anglais aux revendications fondamentales du Canada français, soit le fait que le Canada est le résultat d’un pacte entre deux nations. Il donne ainsi un visage au projet du Canada français.

Notes

1 Procès-verbal de la 29e réunion du Conseil, 30 septembre 1940, CRCCF, fonds CVF. microfilm 60, bobine 5.

2 Réunion du comité exécutif de l’ACFEO, 19 mai 1942, CRCCF, fonds ACFEO, C2/279/2.

3 Article de Guy O’Bornsawin, « 30 p’tites minutes avec Florian Carrière. La Patente ou l’Ordre de Jacques Cartier », deuxième partie. Le Journal de Cornwall, 3 mars 1978, A 12, CRCCF, dossier documentaire sur l’Ordre de Jacques-Cartier.

4 Lettre du secrétaire de l’Ordre au secrétaire du Conseil régional n° 3, Québec, 5 mai 1942, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 60, chemise CR 3 (Québec) Correspondance avec CX, juillet 1940 au 28 décembre 1942.

5 La lettre du g avril 1942 d’Edgar Tissot à l’abbé Gosselin débute ainsi : «J’imaginegine que le [Conseil] ne prend pas d’attitude sur la réponse à donner [au plébiscite], » ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 38, chemise Comité permanent de la survivance.

6 Lettre de l’abbé Gosselin, secrétaire du Conseil, à Jules Castonguay, directeur du Bureau du recensement, 8 octobre 1940. Dans sa lettre du 6 novembre 1940, Castonguay assure l’abbé Gosselin qu’il y remédiera. AVQ, fonds CVF, P52 D 7-5.

7 Lettre de l’abbé Gosselin, secrétaire du Conseil, au Premier ministre Mackenzie King, 2 février 1940, ANC, fonds Mackenzie King, microfilm C4569, Page 243989.

8 Résolution du Conseil adoptée à sa réunion spéciale du 14 février 1941 à Québec et envoyée le 28 février 1941 au Premier ministre Mackenzie King, AVQ, fonds CVF, P52 D 29-7. Dans sa réplique du 10 mars 1941 à Adrien Pouliot, président du Conseil, King juge que la présence d’Ernest Lapointe et Charles Gavan Power suffit pour représenter les Canadiens français dans le comité de guerre du cabinet. ANC, fonds Mackenzie King, microfilm C 4867, page 265009.

9 Lettre de Gosselin à Orner Héroux, rédacteur en chef du Devoir, 13 octobre 1942, AVQ, fonds CVF, P 52 D 30-8.

10 Dans sa lettre du 5 mars 1942 à Jules Castonguay, registraire en chef du Canada, l’abbé Gosselin demande l’impression bilingue des bulletins de vote pour le plébiscite. Réagissant à la lettre de Castonguay du 6 mars, l’abbé Gosselin déplore, dans sa lettre du 31 mars, la décision du gouvernement d’imprimer des bulletins en français et en anglais. Craignant que certains Canadiens français ne soient ainsi oubliés, il demande que les bulletins de vote soient bilingues. Dans sa lettre du 3 avril 1942, le directeur des élections, Jules Castonguay, l’informe que cette procédure est conforme à la décision du Parlement fédéral. AVQ, fonds CVF, P 52 D 7-g.

11 Procès-verbal de la 54e réunion du bureau du Conseil, les 20 et 21 novembre 1942, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Le 5 mars 1943,Mgr Robichaud envoie la lettre demandée par le Conseil. AVQ, fonds CVF, P52 D 7-10.

12 Rencontre entre les dirigeants de la SSJBM et Mgr Robichaud, 25 mai 1943. Document relatant les deux rencontres entre la SSJBM et Mgr Robichaud, ANQM, fonds SSJBM, P 82, boîte 116, dossier 1727.

13 Rencontre du 4juin 1943 réunissant Mgr Robichaud, Athanase Fréchette, Orner Héroux, Arthur Laurendeau, Anatole Vanier, François-Albert Angers, Arthur Tremblay et Alphonse de La Rochelle. Document relatant les deux rencontres entre la SSJBM et Mgr Robichaud, ANQM, fonds SSJBM, P 82, boîte 116, dossier 1727.

14 Dans ses mémoires, Raymond Denis précise que son ami, Jacques Melanson, le presse de s’occuper de la souscription (Denis, 1972a : 147-152). Lettre du frère Antoine Bernard à l’abbé Gosselin, 26 juin 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D9-5.

15 Lettre de Louis Charbonneau, président de la FSSJBO, à l’abbé Gosselin, 26 octobre 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 9-7.

16 Conférence de Mgr Norbert Robichaud au dîner de la SSJBQ, 26 mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 9-9.

17 Allocution d’Onésime Gagnon, le 21 mai 1943 ; Causerie de Cyrille-F. Delâge sur les ondes du poste CBV, 29 mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 9-9.

18 Causerie de Denis sur les ondes de Radio-Canada, le 6 mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D g-9. Roger Duhamel évoque cette possibilité dans sa causerie sur les ondes de Radio-Canada, le 6 avril 1943. ANQM, fonds SSJBM, P 82, boîte 116, dossier 1727.

19 Communiqué du Comité de la survivance pour une presse acadienne, rédigé par l’abbé Gosselin, 27 février 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 10-7.

20 Procès-verbal de la 4e réunion du bureau du Conseil, 11 mai 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

21 Mémoire aux gouverneurs de la Société Radio-Canada, 17 mai 1937, signé par Laurent Roy, président général, et l’abbé Maurice Baudoux, secrétaire général de l’ACFCS, 4 pages, AVQ, fonds CVF, P52 D 11-11.

22 Le rapport sur le nombre d’émissions bilingues et françaises transmises par le poste de Watrous, dans la semaine du 3 au 9 février 1940, indique qu’il n’y a que deux heures d’émissions bilingues sur un nombre total de 115 heures de diffusion hebdomadaire. AVQ, fonds CVF, P52 D 11-3. Lettre de l’abbé Baudoux à Gladstone Murray, Société Radio-Canada, 19 mars 1940, AVQ, fonds CVF, P52 D 11-11.

23 Lettres de l’abbé Baudoux à l’abbé Gosselin, 12 février, 27 mars et 13 avril 1940, AVQ, fonds CVF, P52 D 11-8.

24 Lettre des associations nationales de l’Ouest aux sociétés patriotiques, 8 mai 1940, signée par l’abbé Baudoux, AVQ, fonds CVF, P52 D 11-1.

25 Lettre de J.-H. Daignault de l’AECFM à l’abbé Baudoux, 14 décembre 1940. AVQ, fonds CVF, P 52 D 11-8.

26 Lettre d’Augustin Frigon, directeur général adjoint, à l’abbé Baudoux, 29 août 1941, AVQ, fonds CVF, P52 D 11-8. Denis rapporte que le vice-président du bureau des gouverneurs, René Morin, refuse toute contribution financière de Radio-Canada au cours d’une conversation téléphonique, en juin 1943 (Denis, 1972b : 179).

27 Lettre de l’abbé Baudoux à Pouliot, 24 juin 1943, AUL, fonds AdrienPouliot, cote 168, chemise 2.

28 Procès-verbal de la 7e session du Conseil, du 22 au 24 septembre 1943, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

29 Demande reçue par les gouverneurs à leur réunion de janvier 1944. Minutes of the 33rd Meeting of the Board of Governors, ANC, fonds Radio-Canada, RG 41, vol. 626, chemise 33rd Meeting, Board of Governors, January 1944.

30 Rapport du voyage de l’abbé Maurice Baudoux dans l’Est, du 2 au 25 février 1944, AVQ, fonds CVF, P52 D 12-4.

31 L’abbé Antoine d’Eschambault informe Pouliot qu’il a rencontré le maire MacLean, en compagnie de Mgr Cabana, de Saint-Boniface. MacLean a promis d’informer René Morin du retrait de sa demande pour favoriser celle de Radio-Ouest française. Lettre de l’abbé d’Eschambault à Pouliot, 13 mars 1944, AVQ, fonds CVF, P52 D 29-10.

32 En février 1944, le responsable de la radio au ministère des Transports, J.W. Bain, indique qu’une demande de quatre permis fait par un seul organisme risque d’être rejetée par les gouverneurs. Rapport du voyage de l’abbé Maurice Baudoux dans l’Est, du 2 au 25 février 1944, AVQ, fonds CVF, P52 D 12-4.

33 Les mémoires contiennent des lettres d’appui de personnalités canadiennes-françaises et canadiennes-anglaises. ANC, fonds Radio-Canada, RG41, vol. 627, chemise 35th Meeting, Board of Governors, March 27, 1944. Pour le compte rendu de cette rencontre, nous avons utilisé le rapport d’une réunion à laquelle prenaient part Henri Boisvert, les abbés Baudoux, d’Eschambault, Gosselin et le docteur Charles Houde du poste CHNC de New Carlisle, le 29 mars 1944. Radio-Canada ne fait pas encore de comptes rendus de ce genre de rencontre. AVQ, fonds CVF, P52 D 12-5.

34 Information for the Board of Governors in connection with the Report of the Technical Committee, 35th meeting, Board of Governors, 27 mars 1944, p. 7-8. ANC, fonds Radio-Canada, RG 41, vol. 627, chemise 35th Meeting, Board of Governors, March 27, 1944.

35 Procès-verbal de la 71e réunion du bureau du Conseil, 31 mai 1944, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Pouliot demande au cardinal Villeneuve de faire pression sur Duplessis pour qu’il appuie la motion. Il informe les gouverneurs de la motion adoptée par l’Assemblée législative. Lettre de Pouliotà l’abbé d’Eschambault, 16 mai 1944, AVQ, fonds CVF, Pg2 D 12-5.

36 Minutes of the 36th Meeting of the Board of Governors, May 7-8, 1944, ANC, fonds Radio-Canada, RG41, vol. 627, chemise 36th Meeting, Board of Governors, May 7-8, 1944. Lors d’une conversation téléphonique, Pouliot avise Denis qu’il est impossible d’obtenir plus d’un permis. Denis rapporte à Pouliot les propos du cardinal Villeneuve et Mgr Charbonneau. Ceux-ci sont catégoriques : il faut accepter, car cette décision crée un précédent (Denis, 1972b : 185-186). Letter from Mary Sutherland to Donald Manson, Chief Executive Assistant, March 22, 1944, Information for the Board of Governors in connection with the Report of the Technical Committee, 35th Meeting, Board of Governors, March 27th 1944, p. 8-g. ANC, fonds Radio-Canada, RG41, vol. 627, chemise 35th Meeting, Board of Governors, March 27, 1944.

37 Lettres de l’abbé Baudoux aux abbés d’Eschambault et Gosselin, au père Breton, à Beauchemin, Denis et Margerie, 23 mai 1944, AVQ, fonds CVF, P52 D 29-7.

38 Le Conseil lie la désignation du représentant de la Colombie-Britannique au regroupement des Canadiens français de cette province au sein d’un organisme provincial. Procès-verbal de la 3e session du Conseil, les 30 septembre et 1er octobre 1939, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

39 Procès-verbal de la 22e session du Conseil, du 26 au 28 septembre 1958, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

40 Procès-verbal de la 15e session du Conseil, du 13 au 16 septembre 1951, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

41 Lettre de l’abbé Gosselin à Roger Charbonneau, secrétaire de l’ACFEO, 4 juin 1954, AVQ, fonds CVF, P52 D 25-2.

42 Appendice à l’ordre du jour de la 97e réunion, procès-verbal de la réunion du Conseil, 16 avril 1947, AVQ, fonds CVF, procès-verbaux du Conseil, vol. 6, 21 mai 1946 aux 3 et 4 novembre 1947.

43 Procès-verbal de la 157e réunion du bureau du Conseil, 27 septembre 1954, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

44 Le procès-verbal de la 126e réunion du bureau du Conseil, tenue le 11 avril 1951, indique que les membres approuvent la venue de Paul Gouin. CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

45 Lettre de Marie-Paul Bédard, secrétaire du comité féminin de Québec, au secrétaire du Conseil, 20 mars 1939, AVQ, fonds CVF, P 52 D 7.

46 Mémoire sur la question de l’admission des dames dans le Comité permanent, par l’abbé Paul-Emile Gosselin, 13 septembre 1939, 2 pages, AVQ, fonds CVF, P 52 D 7-1.

47 Procès-verbal de la 3e session du Conseil, les 30 septembre et 1er octobre 1939, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

48 Les sections féminines de Québec et de Montréal pressent le Conseil de leur ouvrir ses portes. Procès-verbal de la 24e réunion du bureau du Conseil, 15 mars 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Le procès-verbal de la 27e réunion du bureau du Conseil du 7 juin 1940 indique que les sections de Québec, de Montréal et de Sherbrooke renouvellent leur appel pour l’admission des femmes. CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

49 Procès-verbal de la 28e réunion du bureau du Conseil, 13 septembre 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

50 Procès-verbal de la 4e session du Conseil, les 28 et 29 septembre 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

51 Procès-verbal de la 1re réunion du Conseil, 2 février 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

52 Procès-verbal de la 23e réunion du bureau du Conseil, 16 février 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

53 Lettre de l’abbé Gosselin au père Arthur Joyal, 1er mai 1943, AVQ, fonds CVF, P52 D 25-1. Procès-verbal de la 62e réunion du bureau du Conseil, 17 juin 1943, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

54 Procès-verbal de la 17e réunion du bureau du Conseil, 18 août 1939. La 3e session du Conseil entérine le tout, les 30 septembre et 1er octobre 1939. CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

55 Rapport du secrétariat du Conseil pour l’année 1942-1943 à la 7e session annuelle du Conseil, CRCCF, fonds ACFEO, C2/238/3. Les six premières sociétés adhérentes sont l’Alliance nationale, les Artisans canadiens-français, l’Association canado-américaine, la Société l’Assomption, l’Union Saint-Joseph du Canada et l’Union Saint-Joseph de Drummondville.

56 Procès-verbal de la 2e session du Conseil, les 17 et 18 octobre 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

57 Procès-verbal de la 10e réunion du bureau du Conseil, 16 novembre 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

58 Procès-verbal de la 14e réunion du bureau du Conseil, 15 mars 1939, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

59 Rapport de l’activité du bureau et du secrétariat des mois d’octobre 1938 à octobre 1939, soumis à la 3e session du Conseil, septembre 1939, CRCCF, fonds ACFEO, C2/237/4.

60 Procès-verbal de la 2e session du Conseil, 17 et 18 octobre 1938, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

61 Procès-verbaux des 43e et 44e réunions du bureau du Conseil, les 21 novembre et 19 décembre 1941, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

62 Procès-verbal de la 93e réunion du bureau du Conseil, 7 novembre 1946, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

63 La contribution de l’ACFEO devient facultative. Procès-verbal de l’exécutif de l’ACFEO, 17 avril 1956, CRCCF, fonds ACFEO, C2/280/2. Procès-verbal de la 14e session du Conseil, du 23 au 26 septembre 1950, AUL, fonds Adrien-Pouliot, cote 168, chemise 833-A Conseil de la vie française, Procès-verbaux.

64 Procès-verbal de la 142e réunion du bureau du Conseil, 21 janvier 1953, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. En vertu de l’entente, l’ACELF reçoit 5 000$, et le Conseil 15 000 $. Les deux organismes se partagent l’excédent des recettes de plus de 20 000 $. Procès-verbal de la 158e réunion du bureau du Conseil, 20 octobre 1954, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

65 Procès-verbal de la 30e réunion du bureau du Conseil, 25 octobre 1940, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. La compilation des ventes du calendrier se base sur le dépouillement des procès-verbaux des réunions du bureau du Conseil, de 1941 à 1964. CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobines 5 et 6.

66 Etats financiers du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187. Procès-verbaux de la 134e réunion du bureau du Conseil, 14 février 1952, et de la 17e session, du 12 au 15 septembre 1953, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

67 Procès-verbal de la 8e session du Conseil, du 11 au 13 octobre 1944, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

68 Procès-verbal de la 21e session du Conseil, du 24 au 27 octobre 1957, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

Table des illustrations

Titre FIGURE 2.1. Évolution financière du Conseil (1939-1970)
Légende Source : Etats financiers du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre FIGURE 2.2. Principales sources de revenus du Conseil (1941-1955)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIGURE 2.3. Principales sources de revenus du Conseil (1956-1970)
Légende Source : États financiers du Conseil. AVQ, fonds CVF, P 52, contenant 19187
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540