Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Deuil d’un pays imaginé

 | 
Marcel Martel

Chapitre un. Le Canada français se découvre : formulation d’un projet de société (1867-1937)

Texte intégral

1L’expression « canadienne-française » prend divers sens dans la seconde moitié du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle. D’abord, elle se réfère à une identité qui est reconnue par les élites définitrices nationales et qui doit être préservée afin de marquer sa différence par rapport à celle des autres, c’est-à-dire des communautés nationales différentes des Canadiens français, qui se partagent le pays né en 1867. Cette identité se rattache à une pensée nationaliste susceptible de protéger les droits des Canadiens français, quel que soit le lieu d’établissement de ces derniers au Canada. Pour préserver cette identité et diffuser cette pensée nationaliste, les instruments de l’action collective sont les différentes institutions qui voient le jour dans les diverses communautés, soit au Québec, soit à l’extérieur du foyer national.

2Ces trois aspects du projet du Canada français se développent graduellement, souvent à la suite de crises qui affectent les relations entre les deux principales communautés linguistiques du pays. Lorsqu’en 1937 les dirigeants des communautés francophones du continent sont convoqués à Québec, marquant ainsi une continuité historique avec des rassemblements similaires survenus notamment en 1880 et 1912, ils chercheront à consolider le réseau institutionnel national en s’appuyant sur le Comité permanent de la survivance française en Amérique, qui en 1952, devient le Conseil de la vie française en Amérique.

Le projet du Canada français et la mise en place d’un réseau institutionnel national (1867-1926)

3Durant les négociations qui ont précédé la sanction, en 1867, de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, les hommes politiques francophones du Canada se sont appliqués à obtenir des protections constitutionnelles relatives à la langue française, au régime de droit civil et au système confessionnel d’éducation pour la future province de Québec. Quant à leurs compatriotes canadiens-français des autres colonies britanniques, ils n’osèrent toutefois pas intervenir, de peur d’être accusés d’ingérence dans les affaires des futures provinces et, surtout, afin d’éviter que l’éducation ne devienne de compétence fédérale. Par conséquent, ils jugèrent suffisantes les garanties contenues dans l’article 93 relatif au régime scolaire confessionnel pour les minorités et l’article 133 reconnaissant l’usage des deux langues devant les tribunaux, le parlement fédéral et celui de la province de Québec. Dans ses lettres à sa famille, Hector Langevin, délégué du Canada à la conférence de Londres de 1866, dit espérer que les futures provinces s’inspireront, dans leurs actions vis-à-vis de leurs communautés minoritaires, de l’exemple du Canada-Est qui traite avec « justice la minorité protestante » (Désilets, 1969 : 160-162).

4Alors que les hommes politiques s’occupaient d’établir un nouveau cadre constitutionnel pour les colonies de l’Amérique du Nord, l’émigration des Canadiens français de la province de Québec vers les États-Unis, en particulier vers les centres industriels des États de la Nouvelle-Angleterre, inquiétait davantage. Les transformations de la structure économique et la conversion à la production laitière provoquèrent l’exode de centaines de milliers de personnes. Cet exode constituait une véritable hémorragie nationale, selon certains guides d’opinion. Malgré leur opposition à cet exode, les élites décidèrent d’encadrer ce mouvement de population pour préserver les composantes de l’identité canadienne-française en territoire américain (voir Roby, 1990).

  • 1 Extraits de la lettre de Mgr Taché à Mgr Laflèche, 4 avril 1872, reproduite dans Tessier, 1958 : 2 (...)

5La migration canadienne-française vers les États-Unis suscita des espoirs chez l’évêque de Saint-Boniface, Mgr Alexandre-Antonin Taché, et son successeur à partir de 1894, Mgr Louis-Philippe-Adélard Langevin. Ces derniers nourrissaient de grands desseins au sujet du peuplement des territoires du Nord-Ouest, acquis par le Canada en 1870. Les deux évêques espéraient pouvoir diriger une partie du flux migratoire vers les plaines de l’Ouest, dont une bonne partie est encore inoccupée, pour y renforcer la communauté française qui s’y était établie bien avant la Conquête de la Nouvelle-France, en 1760, pour y faire le commerce des fourrures. Il fallait toutefois faire vite, comme le rappelle Mgr Taché à Louis-François Laflèche, ancien missionnaire dans l’Ouest canadien devenu évêque de Trois-Rivières : « Si nous n’avons point d’émigration catholique nous sommes perdus à tout jamais. Le flot ontarien va nous déborder de toute part1. » En 1885, la population française, à l’exclusion des Métis, était déjà de 3 000 personnes dans les Territoires du du Nord-Ouest et d’environ 7 000 dans la province du Manitoba (Lapointe, 1986 : 46).

6Mgr Taché comptait bénéficier de l’appui de l’épiscopat de la province de Québec. En octobre 1871, les évêques de la province de Québec envoient une lettre circulaire au clergé. Dans ce document, les évêques déplorent l’émigration des Canadiens français aux États-Unis et demandent au clergé de « trouver des moyens d’attacher ces gens à leur terre canadienne », notamment en encourageant ceux qui songent à partir à aller s’établir au Manitoba (Painchaud, 1986 : 87-88).

  • 2 Extraits de la lettre de Mgr Taché à Laflèche, 23janvier 1880, reproduite dans Tessier, 1958 : 247

7En dépit de cette lettre, les évêques de la province de Québec ne participèrent pas activement à la campagne en vue de l’établissement des Canadiens français dans l’Ouest. À vrai dire, l’épiscopat ainsi que les politiciens et les journalistes ne partageaient pas le point de vue de Mgr Taché ; ils craignaient qu’en encourageant trop l’établissement des francophones dans l’Ouest, le poids démographique de la province de Québec et, par conséquent, son pouvoir politique dans la Confédération ne diminuent (Lalonde, 1983 : 83). Les efforts de l’évêque de Saint-Boniface connurent un succès mitigé (Painchaud, 1986). Mgr Taché fit part de sa déception à son ami, Mgr Laflèche : « Je regrette de le dire ; on n’y a pas songé assez dans le Bas-Canada, et lorsqu’on pouvait fortifier tous les droits de la province de Québec par l’établissement d’une province-sœur, au Manitoba, on a laissé cette dernière se peupler d’un élément hostile2. » D’ailleurs, les données du recensement décennal de 1921 révèlent que la population d’origine française dans les Prairies ne représente plus que 5,8 % de la population totale (Allaire, 1993b : 349).

8Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Canadiens français se sont établis en masse dans le reste du continent nord-américain. Bien que la majorité opta pour les États-Unis, des Canadiens français prirent la route de l’Ouest, allant se fixer soit dans la vallée de l’Outaouais, dans le nord de l’Ontario ou encore dans les Prairies. Certains furent encouragés à aller s’établir dans cette dernière région par des prêtres-colonisateurs tels que le père Albert Lacombe ou l’abbé Pierre Gravel, ou par des agents de recrutement qui parcouraient les villes américaines en vue d’inciter les Canadiens français à revenir au Canada. D’autres émigrèrent pour des motifs personnels qui, dans bien des cas, n’ont rien à voir avec les projets de consolidation de l’élément français dans le reste du pays. L’espoir d’améliorer ses conditions d’existence ou le goût de l’aventure sont deux des raisons qui amenèrent les Canadiens français à élire domicile en Ontario ou dans les Prairies. Comme le révèle l’étude de Gaffield sur l’émigration des Canadiens français dans l’Est ontarien, plus précisément dans le comté de Prescott, il s’agit de familles, souvent de jeunes couples avec ou sans enfants (Gaffield, 1993).

9La présence de ces Canadiens français dans les différentes parties du Canada justifie la mise en place d’institutions vouées à la sauvegarde de l’identité. Dans la définition qu’elles proposent de l’identité du Canadien français, les élites définitrices de ces milieux, tant sur le plan provincial que sur le plan national, font ressortir des traits culturels particuliers comme la langue française et la foi catholique. Ces traits culturels, qui différencient les Canadiens français des autres communautés, sont associés à un modèle de société basé sur l’agriculture.

10À la fin du XIXe siècle, les élites définitrices du Canada anglais considèrent que le pays a la mission de sauver l’Empire britannique (Berger, 1970). Les élites définitrices du Canada français estiment, pour leur part, que les Canadiens français ont une mission providentielle, celle de défendre et de répandre le catholicisme sur le continent nord-américain. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le discours de l’abbé Louis-François Laflèche devant les membres de la Société Saint-Jean-Baptiste d’Ottawa, au lendemain de la Saint-Jean-Baptiste, le 25 juin 1866 : « [Nos pères] vinrent ici, d’après l’intention des Rois de France, non pour s’y enrichir et y faire des conquêtes, mais comme des missionnaires pour y établir le royaume de Dieu. » La mission des Canadiens français, selon lui, « consiste à travailler à la propagation de la vérité, et à l’expansion du royaume de Dieu sur ce continent » (cité dans Savaète, 1914 : 61-62).

11L’identité, telle qu’elle est définie par les élites définitrices des milieux minoritaires canadiens-français diffère sur de nombreux points de celle qui est discernée par les élites de la province de Québec. Au premier rang vient la prise de conscience de la condition de minoritaire, du moins lorsque les luttes pour le respect des droits sont entravées par les frontières entre les provinces. Les batailles en faveur de l’enseignement catholique en français deviennent un révélateur de la condition de minoritaire des communautés francophones établies à l’extérieur du Québec. Ainsi, les dirigeants des groupes canadiens-français du Manitoba, et plus tard, ceux de l’Ontario prennent conscience de la précarité de leur situation. Ces conflits scolaires deviennent souvent, comme c’est le cas pour la collectivité canadienne-française de l’Ontario avec le Règlement XVII, un mythe fondateur de l’expérience historique du groupe et de son enracinement dans le milieu. Lorsque les dirigeants des communautés francophones en milieu minoritaire comparent leur situation juridique avec celle de leurs compatriotes de la province de Québec, ils constatent que les Canadiens français du Québec jouissent d’une certaine sécurité culturelle tandis qu’eux-mêmes doivent lutter pour préserver leurs institutions et surtout obtenir des écoles françaises.

12Le discours sur l’identité qui est répandu par les élites définitrices des milieux canadiens-français à l’extérieur du Québec comporte la définition d’un territoire qui correspond à celui du Canada, patrie des Canadiens français. Par conséquent, le pouvoir fédéral est leur gouvernement national. Le Parlement fédéral demeure l’institution qui permet le plus à l’élément français de défendre ses droits et de les étendre puisque les quelques représentants de l’extérieur de la province de Québec comptent sur le nombre très important de députés et de sénateurs provenant de cette province. Si cette députation agit en ce sens, elle peut exercer une pression sur les dirigeants politiques. Ce projet divise toutefois l’élite de la province de Québec, partagée entre son allégeance envers le gouvernement de la province de Québec et celle envers le gouvernement d’Ottawa. Cependant, dans la province de Québec, les Sociétés Saint-Jean-Baptiste et certains membres du clergé, entre autres, considèrent que le Canada est la patrie des Canadiens français (Allaire, 1993a).

13Cette prise de conscience de la différence, qui résulte des expériences historiques particulières de chacune des communautés canadiennes-françaises, explique l’introduction par les élites définitrices, de nouvelles appellations rendant compte davantage de l’évolution de la collectivité. Les leaders ontariens appellent le groupe social auquel ils appartiennent le groupe canadien-français de l’Ontario ou le groupe franco-ontarien (Gaffield, 1993). Toutefois, ces dirigeants emploient indifféremment ces expressions et le terme franco-ontarien n’a pas encore l’importance qu’il revêtira dans les années 1960, à l’époque des changements structuraux. En Saskatchewan, les participants au congrès de fondation de leur association provinciale, en 1912, ont retenu l’appellation la plus englobante, celle de franco-canadien, laquelle tient compte de la diversité du peuplement francophone de cette province (Lapointe, 1986 : 211). Comme ce fut le cas pour l’Alberta et le Manitoba, des Européens francophones, dont plusieurs étaient des Belges, sont venus s’établir dans l’Ouest, en partie grâce à l’action de missionnaires-colonisateurs ou d’agents du gouvernement ayant séjourné en Europe. Ces missionnaires et agents tentent de diriger le faible courant migratoire des pays francophones européens (Painchaud, 1986 ; Lapointe, 1986).

14Dans une certaine mesure, les élites définitrices de la province de Québec reconnaissent l’existence de ces différences. Elles n’hésitent pas à regarder ces communautés canadiennes-françaises en milieu minoritaire comme des modèles, des sources d’inspiration dans la lutte pour la survivance des Canadiens français, pour la sauvegarde de leur langue et de leur foi. Déplorant la complaisance de leurs compatriotes du Québec, les chefs qui considèrent le Québec comme la « province mère de la nation » insistent sur les périls qui menacent la collectivité. Comme le fait observer Mgr Camille Roy, président du deuxième Congrès de la langue française qui a lieu en 1937, au cours de sa tournée de promotion de cet événement, « c’est auprès des minorités françaises du Canada et des États-Unis, que l’on [sent] battre avec le plus d’émoi le sang de la race » (Roy, 1938 : 8). Ces groupes formeraient même les avant-postes du Canada français. Si l’un de ces avant-postes disparaissait, la survie du Canada français serait irrémédiablement compromise, ainsi que celle du château fort qui, dans la vision défensive de la survivance du fait français, désigne le Québec (voir Henri Bourassa, « Notre Devoir », Le Devoir, 21 décembre 1914 ; Bourassa, 1915).

15La stratégie de la sauvegarde de l’identité repose sur l’établissement d’un réseau institutionnel plus ou moins complexe. L’importance et la densité du réseau témoignent de la richesse du milieu francophone, de l’appui de l’Église catholique et des dirigeants canadiens-français. Ainsi donc le degré de complétude institutionnelle varie grandement d’une communauté canadienne-française à l’autre (Breton, 1964).

16La base du réseau institutionnel à édifier est sans conteste la famille. Lorsqu’un nombre suffisant de familles canadiennes-françaises occupe un espace géographique déterminé, la paroisse et l’école deviennent viables, et ces dernières constituent des « bastions de la survivance française ». Cette base donne lieu à la création d’organismes de défense et de développement des communautés. Ces organismes peuvent recruter leurs membres dans la paroisse, comme les Sociétés Saint-Jean-Baptiste, ou dans les milieux de travail, comme les associations des enseignants bilingues.

17Chacune des communautés canadiennes-françaises, à l’extérieur du Québec, met sur pied une association provinciale destinée à défendre les intérêts de la communauté. L’association provinciale est le porte-parole de la collectivité auprès du gouvernement provincial ou du gouvernement fédéral et des organismes du Québec. Les circonstances historiques de la naissance de ces associations sont propres à chacune. Souvent, une crise dans le domaine scolaire devient l’événement catalyseur, comme c’est le cas de l’Association d’éducation des Canadiens français du Manitoba (AECFM), en 1916 (Lalonde, 1983 : 91). D’autres associations ont pour rôle de mobiliser les ressources humaines et financières lors des conflits entre la majorité anglophone et la minorité francophone. L’ACFEO, créée en 1910, se consacre à la lutte en vue de l’abolition du Règlement XVII. La plupart de ces associations assument des responsabilités particulières dans le domaine de l’éducation. L’Association catholique franco-canadienne de la Saskatchewan (ACFCS) et l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), créée en 1926, s’occupent du recrutement d’enseignants bilingues, administrent les examens de français et proposent les programmes d’enseignement en français, soit de la langue, soit de la religion à l’école primaire. Ces programmes ont plus ou moins de succès, car, dans bien des cas, il est impossible d’enseigner plus d’une heure de français par jour (Mahé, 1994).

18Certains organismes du réseau institutionnel travaillent dans d’autres secteurs de la vie sociale. C’est le cas, par exemple, des sociétés mutuelles et des caisses populaires. Ainsi, le fondateur des caisses populaires, Alphonse Desjardins, donne à l’extérieur du Québec des conférences sur son projet de caisse populaire. Sténographe français à la Chambre des communes de 1892 à 1917, Desjardins aide à la création de caisses populaires en Ontario. Devant les délégués du congrès de l’ACFEO de 1912, il rappelle que la caisse populaire est « un puissant moyen d’assurer la conservation de la foi, de la langue et des traditions » (Poulin, 1990 : 157). Plusieurs autres caisses sont établies dans les collectivités canadiennes-françaises.

19De nombreuses communautés, souvent à l’instigation des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée, appuient la fondation d’hebdomadaires et de quotidiens. Parmi les plus importants, mentionnons le quotidien Le Droit, d’Ottawa, La Survivance en Alberta, La Liberté du Manitoba et Le Patriote de l’Ouest de la Saskatchewan.

20Les événements politiques qui secouent l’Ouest canadien ont un retentissement sans précédent dans la province de Québec. La fin tragique du second soulèvement des Métis, puis le procès et la pendaison de Louis Riel, en 1885, attirent l’attention des Canadiens français sur le sort de leurs compatriotes métis. La lutte pour la survivance du fait français compte un nouveau martyr en la personne de Louis Riel. Lors de l’assemblée au Champ de Mars à Montréal, le 22 novembre 1885, le chef du Parti libéral provincial, Honoré Mercier déclare : « Riel, notre frère, est mort [...]. En tuant Riel, sir John n’a pas seulement frappé notre race au cœur mais il a surtout frappé la cause de la justice et de l’humanité [...] » (Rumilly, 1975b, 1 : 281).

21Cinq ans plus tard, le Premier ministre du Manitoba, le libéral Thomas Greenway, fait adopter deux lois inconciliables avec les principes de la constitution de la province. La première abolit le français comme langue officielle de la province. La seconde nuit aux intérêts des Franco-catholiques puisque le gouvernement cesse de subventionner les écoles confessionnelles au profit d’un système scolaire public. La signature de l’entente Greenway-Laurier, en 1897, met un terme à cette querelle scolaire.

22Cette dernière crise, qui met en péril les droits des Canadiens français, oblige l’élite de la province de Québec à s’interroger sur les véritables intentions des signataires de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (Silver, 1982). La querelle scolaire manitobaine met en évidence la précarité des droits des Canadiens français. Le mécanisme d’intervention du pouvoir fédéral prévu à l’article 93 de la Constitution est mis à l’épreuve au cours de cette crise. Les élites définitrices constatent que l’action du gouvernement fédéral est dictée par la majorité anglo-saxonne. Lorsque le gouvernement conservateur a décidé d’introduire sa loi réparatrice à la Chambre des communes, en 1896, il était alors à la fin de son mandat. Ce projet de loi étant devenu un enjeu électoral, les conservateurs perdent le pouvoir, en dépit de l’appui des évêques du Québec et de l’invitation de Mgr Laflèche à voter pour les candidats conservateurs (Crunican, 1974).

23Henri Bourassa, homme politique et fondateur du quotidien Le Devoir, propose alors un nouveau cadre interprétatif des intentions des Pères de la Confédération. Selon l’interprétation de Bourassa, la Confédération n’est pas seulement un pacte entre colonies, comme on l’a pensé jusque-là, mais aussi un pacte entre les nations canadienne-française et canadienne-anglaise. Par conséquent, les deux nations possèdent les mêmes droits, quel que soit le lieu de résidence de ses constituantes (Bourassa, 1902 ; voir Cook, 1969).

24En 1905, les défenseurs des droits des Canadiens français ont une nouvelle fois l’occasion de constater la tiédeur des politiciens fédéraux au cours des discussions portant sur les droits scolaires des minorités catholiques dans les constitutions des nouvelles provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan. Malgré sa volonté de rétablir les droits des catholiques, le Premier ministre Wilfrid Laurier doit reculer devant l’agitation suscitée par la presse anglophone et les tensions à l’intérieur de son cabinet à la suite de la démission de son ministre de l’Intérieur, Clifford Sifton (Bélanger, 1986).

25Les tensions dans les relations entre les deux principales communautés linguistiques du pays redoublent à la suite de la promulgation, en 1912, du Règlement XVII limitant l’usage du français comme langue d’enseignement dans les deux premières années du primaire en Ontario. Ce nouveau conflit dans le domaine scolaire amène la mobilisation de l’ACFEO, des évêques canadiens-français, des journaux francophones de la province de Québec et des hommes politiques, en particulier de Henri Bourassa. Il contribue à envenimer les relations entre Canadiens français et Canadiens anglais lors de la crise de la conscription de 1917 (Savard, 1993). L’affaire est déférée au Comité judiciaire du Conseil privé de Londres, qui statue, le 2 novembre 1916, que l’article 93 garantit uniquement le droit à recevoir l’instruction selon sa foi religieuse et non dans sa langue maternelle (Choquette, 1980). Le jugement déçoit donc l’attente de l’élite canadienne-française ontarienne qui croyait jusque-là que le droit à l’enseignement catholique en français était protégé par l’acte fondateur du Canada. L’ACFEO comprend alors que, pour régler le conflit, il faut négocier avec le gouvernement provincial.

26En 1927, la conclusion du conflit scolaire en Ontario s’avère riche en enseignements pour les Canadiens français, et notamment pour ceux de l’Ontario. Le conflit a montré que la protection des droits des Canadiens français en milieu minoritaire dépend du bon vouloir de la majorité, étant donné l’absence de protection constitutionnelle suffisante en matière de droits linguistiques. Il faut donc défendre la thèse des deux nations avancée par Henri Bourassa, laquelle est susceptible de modifier le comportement des anglophones à l’égard des Canadiens français. Cette interprétation des intentions des Pères de la Confédération représente une véritable planche de salut pour les Canadiens français, en particulier pour ceux qui étaient minoritaires dans leur milieu, car elle fournit des principes d’action pour la poursuite de la lutte. L’affirmation de l’existence de deux peuples fondateurs devient un élément de la pensée nationaliste canadienne-française, puisque les droits des citoyens des deux peuples devaient être protégés également, peu importe le lieu de leur établissement au Canada.

27Les moyens privilégiés de promotion de ce credo nationaliste sont les diverses associations provinciales des milieux minoritaires et les associations nationalistes du Québec qui constituent les instruments de l’action collective canadienne-française. Faute d’un État distinct pour l’ensemble des Canadiens français, l’action nationale s’effectue par l’intermédiaire des institutions qui demeurent sous l’autorité de la nation. Le réseau institutionnel constitue donc cette base de pouvoir des élites définitrices. Puisque les sièges épiscopaux à l’extérieur du Québec font l’objet de vives disputes entre les groupes catholiques, notamment les Irlandais (Choquette, 1984 ; Laliberté, 1983 ; Lapointe 1986), le réseau institutionnel fait l’objet d’une attention spéciale. Pour accroître la force de ce réseau, il faut mettre sur pied des organismes nationaux. Ce réseau vise d’abord à raffermir les liens entre les groupes francophones, puis à coordonner les actions collectives pour la défense et la promotion des droits de l’une des deux nations fondatrices du pays. L’Ontario français joue un rôle de premier plan dans la réalisation de cet objectif.

28Le premier des organismes nationaux, l’Ordre de Jacques-Cartier, est fondé à la fin de la bataille contre le Règlement XVII, en 1926, à l’initiative du curé François-Xavier Barrette et de fonctionnaires fédéraux de la capitale nationale. Il reçoit ses lettres patentes du Secrétariat d’État du Canada, en octobre 1927, avec la dénomination de « Les Commandeurs de l’Ordre de Jacques-Cartier » (Laliberté, 1983 : 38). Confrontés à la lassitude populaire après quinze ans de lutte contre la politique scolaire gouvernementale, les dirigeants du réseau institutionnel ontarien créent un organisme dont la population ignore l’action mais qui veille au bien-être de celle-ci. L’action collective quitte ainsi la sphère publique au profit de l’arrière-scène du pouvoir (Choquette, 1987 : 262).

29Cet ordre répond aux désirs des dirigeants de l’Ontario français : après s’être frottés aux autres groupes ethniques dans leurs luttes nationales, ceux-ci avaient conclu à la nécessité d’établir une institution coordonnatrice des forces vives de la nation. La Patente, autre appellation de l’Ordre, poursuit de multiples objectifs. Elle offre un milieu de réflexion aux dirigeants des secteurs vitaux du Canada français, à l’abri des regards indiscrets. Cette réflexion doit aboutir à une unité de pensée et d’action afin de promouvoir les droits de la nation canadienne-française ainsi que son développement (Choquette, 1987 : 234). Cet outil se compare à celui que les autres groupes ethniques possèdent, notamment les Irlandais catholiques, et dont l’Ordre soupçonne l’existence. Les loges secrètes expliquent, selon les chefs ontariens, le succès des orangistes dans les affaires scolaires ou encore les difficultés des Canadiens français à obtenir leur juste part des emplois dans la fonction publique fédérale. Les fondateurs de l’Ordre ont la certitude de réussir là où les mouvements de mobilisation populaire ont échoué. Ils multiplient les actions des institutions canadiennes-françaises en enrichissant le réseau d’un organisme destiné à coordonner leurs efforts (Laliberté, 1983 : 40-42).

30La force de l’Ordre de Jacques-Cartier réside dans son caractère secret garanti par une sélection minutieuse de ses membres. Il faut être sélectionné par l’Ordre pour en devenir membre, ce qui permet de contrôler la croissance des cellules locales au Canada.

  • 3 Document sur l’extériorisation et le noyautage soumis au 10e congrès général de l’OJC, 26 et 27 av (...)

On entre dans les sociétés extérieures, mais on est admis dans l’Ordre. Ailleurs, la porte est en principe ouverte ; chez nous, elle est en principe fermée. Dans les autres sociétés, il faut une raison grave pour être refusé ; dans l’Ordre, il faut des motifs sérieux pour se voir appeler. [...] Et à son admission, le membre prend des engagements que l’on ne trouve pas dans les sociétés ouvertes : discrétion absolue, discipline rigoureuse, initiative audacieuse, désintéressement spontané3.

31La plupart des leaders du réseau institutionnel canadien-français œuvrent à des degrés divers au sein de l’Ordre. Comme l’observe Choquette, « les listes de membres de l’Ordre apparaissent comme un Who’s Who des dirigeants du Canada français de l’époque » (Choquette, 1987 : 241). Tous ne sont toutefois pas recrutés. Certaines personnes actives dans la lutte pour l’établissement d’une radio française dans l’Ouest canadien, telles que Adrien Pouliot, n’appartiennent pas à l’Ordre, ce qui ne les empêche pas de jouer un rôle de premier plan.

32En dépit du désir initial d’œuvrer dans l’ombre, afin d’accroître l’efficacité des campagnes d’action et leurs effets auprès des détenteurs d’un pouvoir politique en créant une impression de mobilisation générale, certains membres rompent le secret concernant les activités de l’Ordre. Les dénonciations atteignent un point culminant avec la publication d’un ouvrage de l’un de ses anciens membres, Roger Cyr, en 1964 (Laliberté, 1983 : 19-31 ; Cyr, 1964).

33Pour faire connaître sa doctrine, l’Ordre privilégie deux moyens. Il distribue aux membres la revue L’Émerillon et des lettres circulaires, celles-ci servant à diffuser ses mots d’ordre. Il fait agir, auprès des institutions du Canada français, ses membres qui font partie de la direction des organisations provinciales. C’est ce que la Patente appelle la « technique du noyautage ». Celle-ci permet de lancer ou de soutenir des campagnes d’action par l’intermédiaire d’associations connues du public. A cette fin, l’Ordre entretient des relations privilégiées avec quelques groupes. Les diverses associations provinciales sont ses exécutantes dans les milieux francophones minoritaires. À l’échelle nationale, la Fédération des Sociétés Saint-Jean-Baptiste du Québec (FSSJBQ) ou le Conseil lui servent de couverture.

Le deuxième Congrès de la langue française et la fondation du Conseil de la vie française en Amérique

34Le Conseil de la vie française en Amérique est institué à la fin du deuxième Congrès de la langue française tenu à Québec, du 27 juin au 1er juillet 1937. Ce rassemblement des élites francophones du continent nord-américain marque une continuité historique avec des congrès similaires, dont celui de 1912 tenu aussi à Québec, et fournit l’occasion de dresser un bilan de l’état de la nation.

35Les penseurs du Congrès s’appliquent à susciter un mouvement de ferveur patriotique au sein de la population canadienne-française. Un travail de propagande prépare le terrain à une campagne nationale de financement de ce congrès. Sur le plan de l’organisation, les instigateurs du projet créent un comité d’honneur formé de personnalités politiques et religieuses du Canada français, comme le cardinal Jean-Marie Rodrigue Villeneuve, archevêque de Québec, le ministre canadien de la Justice, Ernest Lapointe, et le Premier ministre Maurice Duplessis. La logistique est confiée aux membres du comité organisateur de l’événement, présidé par le recteur de l’Université Laval, Mgr Camille Roy, qui regroupe surtout des représentants de la ville de Québec (Deuxième Congrès..., 1938a : 19-21).

36Outre qu’il se charge de former un comité d’honneur groupant des personnalités en vue du milieu, le comité régional s’occupe de la publicité. Pour l’aider dans cette tâche, le comité organisateur incite les comités régionaux, présents dans les principaux milieux francophones du continent, à créer des comités paroissiaux afin de multiplier les canaux de communication pour rejoindre la population. L’effort de propagande vise deux cibles : la population et les jeunes. Le comité compte rejoindre la population grâce à des soirées au cours desquelles sont données des conférences sur la nation canadienne-française. Il sensibilise les élèves, second groupe captif, par l’intermédiaire du système scolaire. La campagne d’éducation patriotique, dont le succès dépend de la participation des enseignants, accentue, aux dires des organisateurs, « les traits de notre histoire qui suscitent l’émotion et l’enthousiasme, traits empruntés non seulement à la période héroïque, mais encore et surtout à la période moderne, qu’ont illustrée tant de luttes soutenues pour la conservation de notre langue, de notre foi et de nos mœurs » (Deuxième Congrès..., 1938a : 29).

  • 4 Lettre d’Alphonse de La Rochelle à Antonio Langlais, secrétaire général du deuxième Congrès de la (...)

37Les résultats de la levée de fonds révèlent que la campagne de sensibilisation auprès de la population a eu un succès relatif. Près de 50 % des revenus du Congrès proviennent de la souscription, laquelle totalise 36 085,66 $. Toutefois, les résultats de la souscription montrent qu’il existe des failles dans la logistique dans certaines régions. Une bonne partie de la somme provient de la région de Québec, qui fournit 31,4 % du total de la collecte. Le reste de la province ne verse que 27,6 %, et la région de Montréal vient loin derrière avec seulement 4 294,02 $, soit 11,9 % de la somme totale. À Montréal, la mobilisation des Sociétés Saint-Jean-Baptiste pour recueillir des fonds auprès de la population pour les œuvres de charité canadiennes-françaises, en avril, exige que l’on reporte la collecte en mai4. L’Ontario et la Nouvelle-Angleterre devancent même la région montréalaise en donnant chacune plus de 5 000 $. Avec le don de 15 000 $ de la province de Québec, un autre de 5 000 $ de la ville de Québec ainsi que les revenus générés par le Congrès, qui représentent 24 % des revenus totaux du Congrès, le financement atteint la somme de 74 251 $ (Deuxième Congrès..., 19383 : 489).

38L’étude des délibérations du deuxième Congrès permet d’avoir un aperçu de la façon dont l’élite canadienne-française voit le monde. Plus de 8 000 inscrits, dont certains viennent de France et d’Haïti, prennent part à cette réunion nationale. La discussion des problèmes nationaux par les congressistes et les mesures adoptées pour les résoudre contrastent avec un futur rassemblement national, celui des États généraux du Canada français, qui se tiendra beaucoup plus tard, dans les années 1960.

39Le premier type d’activités du Congrès fournit à l’élite une tribune pour rappeler ses devoirs à la population. On y trouve les thèmes de prédilection des propagandistes des idéologies ultramontaine et agriculturiste.

40L’union de la foi et de la langue fait l’objet de plusieurs conférences. Elle suscite l’admiration de Louis Bertrand, de l’Académie française, qui n’hésite pas à présenter les Canadiens français comme un modèle pour les Français, lesquels ont accepté le divorce de la foi et de la langue. « J’ai souvent répété que la France serait sauvée par ses colonies, restées plus saines, plus énergiques que la métropole. Et j’entends ce salut dans tous ses sens, — salut matériel, salut moral. Puisse votre exemple nous être salutaire ! » (Deuxième Congrès..., 1938a : 210). Ces propos suscitent une mise au point de la part du recteur de l’Université de Montréal, Mgr Olivier Maurault. La province de Québec n’est nullement une colonie. Comme membre de la famille française, elle est « une province française, au même titre que la Normandie, l’Anjou ou l’Ile-de-France, l’allégeance politique mise à part » (Deuxième Congrès..., 1938a : 212).

41Les conférenciers insistent durant les séances publiques, notamment celle tenue au Cotisée de Québec le 27 juin 1937, sur le rôle de guide que doit exercer l’élite laïque, mais surtout sur l’œuvre salutaire de l’Église dans la société. Dans son discours, Henri Ledoux, président de l’Union Saint Jean-Baptiste d’Amérique, attribue le miracle de la survivance franco-américaine à l’encadrement de l’Église (Deuxième Congrès..., 1938a : 157-159). L’évêque de Nicolet et doyen de l’épiscopat canadien, Hermann Brunault, ajoute que l’histoire canadienne est en fait « une belle page de l’histoire de l’Église universelle » (Deuxième Congrès..., 1938a : 161). Le lendemain, le cardinal Villeneuve définit davantage la fonction du pouvoir religieux dans la société. Le développement de la nation, selon le cardinal, se ferait selon un plan divin. Par conséquent, il incombe à l’Église de conduire la nation « vers les hauteurs dont tant de nations se sont détournées, vous gardant des périls de l’heure, et vous sauvant, avec votre concours, en même temps que de l’apostasie religieuse, de la ruine nationale aussi » (Deuxième Congrès..., 1938a : 189).

42La présence des dirigeants des groupes minoritaires à la tribune prouve à la population que le Canada français déborde les frontières de la province de Québec. Le juge Constantineau, de la Cour de comté de l’Ontario, affirme que les « groupements canadiens-français de l’Ontario forment de solides anneaux dans cette chaîne d’avant-postes de la pensée et de la culture françaises, qui s’étend de la province de Québec jusqu’aux lointaines prairies de l’Ouest » (Deuxième Congrès..., 19383 : 221). Le 29 juin, Mgr Émile Yelle, archevêque coadjuteur de Saint-Boniface, attire l’attention de son auditoire sur les menaces qui pèsent sur le réseau institutionnel de l’Ouest canadien. En dépit de l’abandon de la langue et de la foi par un certain nombre de Canadiens français qui est attesté par le recensement canadien de 1931, ce prélat conserve l’espoir : « Nous comptons pour résister à cette influence dangereuse sur l’esprit catholique que nous travaillons à intensifier, sur nos organisations paroissiales, sur des relations plus intimes et plus fréquentes avec la province de Québec. » Les progrès technologiques alimentent son optimisme : bientôt la radio diffusera des émissions en français, l’avion permettra d’acheminer plus rapidement les journaux de la province de Québec vers les milieux minoritaires. Il y a toutefois péril en la demeure. Le séparatisme latent dans la province de Québec laisse présager un avenir assez sombre pour les groupes francophones hors Québec. Si les Canadiens français de la province de Québec ne peuvent lutter même s’ils forment la majorité dans leur province, quel est alors l’avenir des minorités dans les autres provinces (Deuxième Congrès..., 1938a : 237, 238) ?

  • 5 Dans ses mémoires, le chanoine Groulx nie que son discours ait une couleur indépendantiste. L’État (...)

43Un des orateurs vedettes, l’abbé Lionel Groulx, administre un traitement de choc dans sa conférence au Colisée de Québec, le 29 juin 1937. Il se dit pessimiste en raison du grand nombre de reculs et de défaites depuis 1867. La nation a rompu avec son histoire, elle refuse de suivre sa vocation paysanne et demande l’aide d’Ottawa, plutôt que de Québec, pour résoudre ses problèmes. Comble de malheur, la province de Québec manifeste rarement sa solidarité avec ses avant-postes ; seuls l’Église et le réseau institutionnel continuent d’entretenir des rapports avec les francophones du continent. Selon l’historien Groulx, un sérieux coup de barre doit être donné pour arrêter le processus d’asservissement national. Il invite les Canadiens français à renouer avec le passé et il préconise une véritable politique de promotion de l’agriculture et de colonisation pour reconstituer la base rurale. L’établissement d’un État catholique et français en Amérique, « pôle dynamique pour toute l’Amérique française », faciliterait à coup sûr l’exécution de ce programme (Deuxième Congrès..., 1938a : 310)5. En encourageant la solidarité entre les Canadiens français, l’abbé Groulx rejoint les vues des chefs du Canada français assemblés à Québec.

44Le second type d’activités du Congrès revêt une allure plus intimiste : les chefs de l’Amérique française discutent des problèmes nationaux dans les séances d’étude. Les conférences alimentent la discussion et certaines d’entre elles laissent transparaître les inquiétudes et les craintes de leurs auteurs quant à l’avenir de la nation. Les délibérations en assemblée générale, le 30juin et le 1er juillet, se terminent par l’adoption de 46 vœux.

45Prenant en compte les propos alarmistes sur la situation lamentable de la langue française, un des fondements de l’identité, les congressistes adoptent certaines mesures qui reprennent plusieurs suggestions des conférenciers. De nombreux vœux insistent sur le rôle déterminant du chef comme éveilleur des consciences face aux dangers qui menacent la langue française. Dix des 46 vœux engagent les autorités dans le domaine de l’éducation ou de la vie sociale à travailler à l’amélioration de la qualité de la langue. Pour seconder leurs efforts, les congressistes recommandent la création d’un « Office de la langue française au Canada pour l’examen et la correction des enseignes, des affiches ou des circulaires » (Deuxième Congrès..., 19383 : 453). La mise sur pied d’un tel office pourrait être confiée au futur Conseil (Deuxième Congrès..., 19383 : 462).

46Un second groupe de vœux a pour objet de faire prendre conscience à la population de l’importance d’accomplir des gestes susceptibles d’aider à la survivance du fait français sur l’ensemble du continent. Ébranlés par le sombre tableau que les conférenciers ont dressé de la vie culturelle, les congressistes adoptent des vœux qui demandent à la population de contribuer à l’épanouissement de la culture canadienne-française en soutenant les divers médias : écoute de la radio, lecture de revues, de livres et de journaux. La population canadienne-française doit également exiger que le français employé dans la publicité et les émissions radiophoniques soit exemplaire (Deuxième Congrès..., 19383 : 452-462).

47Les mémoires portant sur l’économie déplorent la sous-représentation des Canadiens français dans ce domaine. Victor Barbeau explique cet état de fait par la domination des valeurs anglo-saxonnes et américaines dans les affaires (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 63-69). D’autres s’attachent à dépeindre la misère humaine dans les villes. Esdras Minville et Albert Rioux, sous-ministre de l’Agriculture de la province de Québec, prônent tous deux le retour à la terre afin de rétablir l’équilibre entre la population urbaine et la population rurale (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 137-142 ; 1938b, 1 : 198-203). Minville, dans son plaidoyer en faveur du redressement économique, vante les mérites du corporatisme préconisé par l’Église (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 141). D’autres congressistes proposent des solutions tout à fait différentes. Ainsi Beaudry Leman estime que le système d’éducation doit former plus d’entrepreneurs capables de diriger des grandes entreprises employant des Canadiens français (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 74).

48Les congressistes évitent de se prononcer sur les remèdes à apporter aux maux économiques de la nation et confient au futur Conseil le soin d’organiser un congrès économique (Deuxième Congrès..., 19383 : 461-462). Ils renouvellent néanmoins leur foi dans le corporatisme, prélude à la « restauration sociale et à [la] reconquête économique » (Deuxième Congrès..., 19383 : 456). Bien qu’ils aient fait ressortir les faiblesses du système d’éducation, les congressistes ne sont pas pressés d’y remédier. Au contraire, ils rappellent l’importance de la culture générale chez l’étudiant, notamment chez celui qui poursuit des études dans le domaine économique (Deuxième Congrès..., 1938a : 457-458). Dans les vœux, un sujet est complètement passé sous silence : la colonisation. L’assemblée générale préfère encourager la création d’écoles d’arts domestiques et la vente de « produits fabriqués à la maison » pour permettre aux gens « de gagner leur vie à la campagne » (Deuxième Congrès..., 1938a : 458).

49Rendez-vous de l’Amérique française, les séances de travail fournissent aux dirigeants des groupes minoritaires l’occasion de faire connaître leurs problèmes. Dans le domaine scolaire, il faudrait régler le problème de la formation des enseignants. Pour remédier à l’insuffisance des effectifs dans les milieux minoritaires, la solution réside peut-être, selon le père Arthur Joyal de l’ACFEO, dans la mise à contribution d’enseignants religieux de la province de Québec (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 162-167). Dans leur résolution, les participants privilégient une solution durable. Ils incitent les provinces anglaises à établir au moins une école bilingue de pédagogie et à augmenter le nombre des établissements scolaires bilingues (Deuxième Congrès..., 1938a : 457).

50L’assimilation menace toujours les Canadiens français. Elle devient pernicieuse puisque la radio, les journaux et les magazines anglais envahissent les foyers canadiens-français. La multiplication des mariages mixtes avec des catholiques anglais ou des personnes d’autres confessions religieuses risque d’affaiblir la nation. Les parents et l’Église doivent par conséquent décourager les mariages mixtes (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 152-161 ; Deuxième Congrès..., 1938a : 456).

51Les exhortations d’ordre général revêtent un caractère particulier en ce qui concerne les mesures visant à empêcher la disparition d’éléments fondamentaux de la survivance. L’intensification de la ferveur religieuse repose, selon les congressistes, sur la dévotion à saint Jean-Baptiste, patron des Canadiens français, dans la prière en famille (Deuxième Congrès..., 1938a : 463). Il faut aussi exercer un contrôle bienveillant sur certains groupes particulièrement influençables. Les associations donnent un encadrement aux jeunes gens, et les congressistes sont persuadés qu’elles les encouragent à accomplir leurs devoirs. L’assemblée générale invite les femmes à former des associations féminines, à œuvrer au sein de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et à remplir leurs devoirs patriotiques, notamment en luttant contre l’idéologie communiste et en défendant le français et la foi catholique dans la famille et la société (Deuxième Congrès..., 1938a : 458-461, 464).

52Comme on craint l’action de l’État, c’est au réseau institutionnel qu’est confiée la tâche d’assurer la survivance. Cependant, à cause des faibles ressources financières et humaines de ce réseau, les congressistes sont prêts à accepter la contribution de l’État à condition que l’action de celui-ci soit rigoureusement contrôlée. En ce qui concerne le communisme, présenté comme un danger pour la société par le père Gustave Sauvé, les gouvernements doivent prendre les mesures nécessaires pour en limiter la propagation en attendant une amélioration des conditions économiques (Deuxième Congrès..., 1938b, 3 : 147-151 ; Deuxième Congrès..., 1938a : 456). Félix Desrochers et Georges-Henri Dagneau insistent sur la nécessité d’investir dans les bibliothèques publiques pour rendre les livres plus accessibles. Dans ce domaine, le Québec fait figure de parent pauvre avec ses 26 bibliothèques publiques, dont neuf seulement sont françaises, en comparaison des 460 dénombrées en Ontario dans le relevé biennal des bibliothèques du Canada en 1935 (Deuxième Congrès..., 1938b, 1 : 332, 333 ; 1938, 3 : 433-446). Par conséquent, il faut multiplier le nombre de bibliothèques publiques. Le Département de l’instruction publique est la cible des critiques des participants qui l’invitent à aider les bibliothèques scolaires des écoles primaires (Deuxième Congrès..., 1938a : 452, 461).

53Le respect des garanties constitutionnelles, du moins selon le cadre d’interprétation des nations fondatrices, reste indiscutablement le domaine de prédilection de l’interventionnisme étatique. Selon un avocat néo-brunswickois, Benoît Michaud, les conflits entre les deux nations sont dus à l’interprétation restrictive que les gouvernements provinciaux font de l’article 133 de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. Il affirme même que cet article garantirait l’égalité des deux nations et le bilinguisme dans toutes les provinces (Deuxième Congrès..., 1938b, 2 : 94-102). Il faudrait profiter d’une réforme constitutionnelle, selon l’avocat albertain Paul-E. Poirier, pour protéger davantage les droits de la nation canadienne-française. Le Québec serait alors l’allié des groupes minoritaires, car, par leurs seuls moyens, ces derniers ne pourraient les obtenir. Dans l’éventualité de modifications à l’acte confédératif, Poirier suggère à la province de Québec d’échanger ses concessions de pouvoirs économiques contre une « reconnaissance officielle de la langue française dans chacune des provinces » (Deuxième Congrès..., 1938b, 2 : 128). Dans ses résolutions, le Congrès opte pour la défense de la thèse de la dualité nationale, unique garande de la survivance :

Considérant que la langue française a, par le dévouement de nos découvreurs et pionniers, acquis droit de cité dans toute l’étendue de notre pays ; Considérant que les minorités françaises de l’Amérique du Nord ont droit à la liberté de l’enseignement de leur langue ;
Le Deuxième Congrès de la Langue française au Canada émet le vœu :
Que les droits de la langue française soient reconnus dans toute l’étendue du Canada et que le droit des minorités de langue française à la conservation de leur langue par l’enseignement soit reconnu et respecté dans toute l’Amérique du Nord. (Deuxième Congrès..., 1938a : 455)

  • 6 Le Comité permanent du deuxième Congrès de la langue française au Canada change de nom à quatre re (...)

54En attendant que ce projet se réalise, les chefs devront concentrer leurs efforts sur le réseau institutionnel, cet instrument de l’action collective. Pour raffermir le leadership qui a tendance à s’affaiblir lorsqu’il s’exerce dans l’isolement, il faut que la solidarité entre les Canadiens français, et surtout entre leurs dirigeants, s’exprime par l’intermédiaire d’organismes nationaux et qu’elle se matérialise par l’adoption d’une doctrine nationale commune (Deuxième Congrès..., 1938a : 458, 463). Les artisans de la survivance, présents à la dernière séance de l’assemblée générale du 1er juillet 1937, souscrivent à la proposition de fonder le Comité permanent du deuxième Congrès de la langue française au Canada6.

Notes

1 Extraits de la lettre de Mgr Taché à Mgr Laflèche, 4 avril 1872, reproduite dans Tessier, 1958 : 246.

2 Extraits de la lettre de Mgr Taché à Laflèche, 23janvier 1880, reproduite dans Tessier, 1958 : 247.

3 Document sur l’extériorisation et le noyautage soumis au 10e congrès général de l’OJC, 26 et 27 avril 1958, p. 1, CRCCF, fonds Edgar Tissot, P237/1/10. Les passages en italique sont soulignés dans le document d’origine.

4 Lettre d’Alphonse de La Rochelle à Antonio Langlais, secrétaire général du deuxième Congrès de la langue française, 21 avril 1937, AVQ, fonds CVF, P 52 D 3-3.

5 Dans ses mémoires, le chanoine Groulx nie que son discours ait une couleur indépendantiste. L’État français signifie « un Québec aussi souverain que possible, dans la ligne de ses institutions constitutionnelles, et gouverné pour les fins qu’il avait revendiquées en 1867 » (Groulx, 1972 : 343).

6 Le Comité permanent du deuxième Congrès de la langue française au Canada change de nom à quatre reprises. Sa dénomination, choisie lors du deuxième Congrès, est remplacée par celle de « Comité permanent des Congrès de la langue française en Amérique », quelques mois plus tard. Il devient ensuite « Comité permanent de la Survivance française en Amérique », en septembre 1939, puis il prend son nom actuel, « Conseil de la vie française en Amérique », lors du troisième Congrès de la langue française, en 1952.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540