Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Deuil d’un pays imaginé

 | 
Marcel Martel

Remerciements

Texte intégral

1Le sujet de ce manuscrit est né du hasard des discussions avec les membres du groupe français d’Amnistie internationale de Toronto. Nous discutions souvent des relations entre le Québec et la francophonie canadienne. Mes interlocuteurs franco-ontariens manifestaient des inquiétudes à propos des conséquences du projet de réforme constitutionnelle, mieux connu sous le nom des accords du lac Meech, sur les droits des francophones en milieu minoritaire. L’attitude du Québec suscitait à ce moment leur curiosité et de nombreuses interrogations. Le Québec a-t-il à cœur de défendre les droits des communautés francophones du reste du pays ? A-t-il déjà manifesté un intérêt quelconque à l’égard de la francophonie canadienne ? Ces questions sont ainsi devenues le point de départ de ma recherche sur les rapports entre le Québec et la francophonie canadienne.

2Le présent ouvrage a bénéficié du soutien de nombreux parents et amis. D’abord, mes remerciements vont à mon comité d’évaluation de thèse et à mon directeur, Ramsay Cook, car avant de devenir un livre, une partie de la recherche avait fait l’objet d’une thèse de doctorat en histoire défendue à l’Université York, en octobre 1994. Je suis aussi très obligé au personnel des nombreux centres d’archives fréquentés au cours des dernières années. Je tiens à signaler le travail remarquable du personnel du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa. Malgré l’exiguïté des lieux, le personnel du Centre a toujours répondu avec empressement à mes nombreuses demandes de consultation de documents. Je remercie également Mme Yolande Grisé pour son appui de tous les instants dans la publication de mon travail.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540