Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Annexe

Texte intégral

1Cette étude s’appuie sur une série de fichiers informatisés que j’ai créés à partir de renseignements fournis dans les recensements manuscrits des cantons d’Alfred et de Caledonia pour les années 1851 à 1881. Ces quatre recensements offraient des renseignements personnels alors que seuls les recensements de 1861 et 1871 contenaient des informations sur l’agriculture.

2J’ai monté huit fichiers composés de dossiers individuels sur chaque résident d’Alfred et de Caledonia au moment de chaque recensement. Chaque dossier individuel comprend 9 données personnelles variables et 13 données variables relatives à la famille et à la maisonnée :

  1. Nom
  2. Situation de famille
  3. Sexe
  4. Emploi
  5. Lieu de naissance
  6. Religion
  7. Origine
  8. Âge
  9. Va à l’école ?
  10. Catégorie familiale
  11. Catégorie de la maisonnée
  12. Emploi du chef de famille
  13. Origine de l’homme chef de famille
  14. Origine de la femme à la tête de la famille
  15. Religion de l’homme chef de famille
  16. Religion de la femme à la tête de la famille
  17. Nombre total de fils dans la famille
  18. Nombre total de filles dans la famille
  19. Nombre total d’enfants dans la famille
  20. Propriétaire de la terre ou locataire ?
  21. Nombre d’acres possédés
  22. Nombre d’acres en culture

3La codification des variables personnelles (numéros 1 à 9) est la même que celle utilisée par les recenseurs, à l’exception des items « origine », qui ne figure pas dans les recensements de 1851 et 1861, et « situation de famille » qui n’apparaît dans aucun recensement. Pour désigner un lieu d’origine en 1851 et 1861, j’ai limité les possibilités aux gens originaires des îles Britanniques et aux Canadiens français et j’ai considéré le nom de famille, le prénom, la religion et le lieu de naissance de chaque résident ainsi que des membres de sa famille (à lui ou à elle) s’ils étaient présents. J’ai commencé par identifier comme originaires des îles Britanniques tous les résidents qui possédaient au moins une de ces trois caractéristiques :

  1. Pas de religion catholique ;
  2. Lieu de naissance à l’extérieur de l’Amérique du Nord ;
  3. Lieu de naissance d’un parent, d’un enfant, d’un frère ou d’une sœur à l’extérieur de l’Amérique du Nord.

4Ceux qui n’avaient aucune de ces caractéristiques étaient classés en tant qu’originaires des îles Britanniques ou en tant que Canadiens français selon mon jugement, en me basant sur leurs prénoms et leur nom de famille et les prénoms des autres membres de la famille. J’ai testé la justesse de mon jugement et de mon hypothèse générale en procédant au même type d’identification pour le recensement de 1871. Sur un des inventaires manuscrits d’Alfred et de Caledonia qui n’indiquait pas l’origine, j’ai attribué une origine à chaque résident à partir des critères ci-haut mentionnés. Une fois le travail terminé, j’ai comparé les données que j’avais attribuées à celles qui avaient été enregistrées par le recenseur. Ma désignation du lieu d’origine différait de celle du recenseur dans seulement 7 cas.

5Quant à la situation de famille, j’ai eu plus de facilité à l’attribuer grâce aux recenseurs du 19e siècle qui avaient l’habitude d’enregistrer les membres de la famille en suivant cet ordre :

  1. Chef de famille
  2. Épouse
  3. Enfants
  4. Parents
  5. Domestiques
  6. Pensionnaires
  • 1 Michael J. Doucet, « Discriminant Analysis and the Delineation of Household Structure : Towards a (...)

6Les recenseurs faisaient une distiction entre les domestiques et les pensionnaires en les classant selon leur travail. On pouvait facilement distinguer les pensionnaires des membres de la parenté dans les recensements de 1851 et de 1861, grâce à la désignation « membre de la famille — pas membre de la famille ». Mais les recensements de 1871 et de 1881 n’incluaient plus cette donnée ; alors, pour différencier les pensionnaires des autres membres de la famille, j’ai suivi le raisonnement général suggéré par Michael Doucet1. Cependant, j’ai traité l’appellation « parenté » de façon très prudente et il ne me fait aucun doute que plusieurs individus que j’ai inscrits sous la rubrique « pensionnaires » étaient sans doute apparentés à la famille, surtout aux femmes mariées de la maisonnée.

  • 2 Il existe une abondante documentation au sujet de l’établissement des rapports de liens de parenté (...)
  • 3 Pour un exemple de cette stratégie, voir Michael B. Kratz, The People of Hamilton, Canada, West : (...)

7J’ai établi à la main les rapports de liens de parenté entre les recensements de la municipalité d’Alfred en m’aidant des listes informatisées et, pour les années 1861 et 1871, des plans montrant les résidences telles qu’elles étaient enregistrées dans les inventaires du recensement agricole. Comme toujours dans cette science, il était difficile d’établir les rapports de liens de parenté en raison de l’irrégularité de l’orthographe des noms2. La solution habituelle à ce genre de difficultés, c’est déliminer les voyelles et de normaliser les consonnes de sorte que le rendu phonétique des mêmes noms puisse être traité comme étant identique3. Cette méthode est utile mais ne répond pas entièrement au problème de la municipalité d’Alfred, puisque les inventaires contiennent des noms canadiens-français écrits par des recenseurs anglophones dont la compréhension du français dépassait souvent et de beaucoup leur capacité d’écrire les noms, surtout en 1851 et 1861 ; par exemple, on écrivait souvent François « Fraswa ». Les recenseurs prenaient souvent des libertés envers leurs homologues culturels ; ainsi, un recenseur écrivit « Christmas » au lieu de « Noël ». Les rapports compilés à la main et l’utilisation des informations relatives aux résidences dans les inventaires de 1861 et 1871 m’ont aidé à surmonter ces difficultés et m’ont permis de faire des liens au sujet des Canadiens français enregistrés dans ces deux recensements. Les liens concernant les gens originaires des îles Britanniques ont été faits pour toute la période.

  • 4 Le travail de Gérard Bouchard sur le Saguenay a été tout particulièrement important pour l’avancem (...)

8En général, la méthode qui s’est avérée la plus utile a été celle de tenter d’établir des liens entre les individus par le biais des références constantes à leurs familles et au contexte de la maisonnée. En premier, j’ai essayé de faire un lien entre les maisonnées et les familles plutôt qu’entre les individus ou les couples mariés. Cette approche me permettait d’ajouter plusieurs autres données variables pouvant elles-mêmes être utilisées pour faire d’autres liens4. Par exemple, il était possible de renforcer ou d’affaiblir un lien entre deux parents en se référant au nom et à l’âge de leurs enfants. Une fois ces liens établis, le champ des possibilités relatives aux autres données des registres était grandement réduit, ce qui accentuait la justesse des rapports déjà complétés. Tout au long de cette recherche, ma grande connaissance des fichiers m’a été très utile. Il est évident que des dossiers volumineux ne peuvent pas être traités de cette façon, mais il ne me fait aucun doute que l’évaluation du roulement de la population est toujours directement relié aux méthodes établissant des rapports de parenté.

9En plus des données comprises dans les recensements, j’ai aussi utilisé la documentation encore existante des registres d’emploi des Hamilton Brothers pour créer un dossier couvrant les années 1856 et 1857. Chaque dossier comprend des données variables sur le travail à la scierie ou aux chantiers, dont les salaires et la durée de l’emploi. Il ne m’était toutefois pas possible d’utiliser ce dossier pour établir des liens avec d’autres registres, puisque le nom des gens étaient la seule variable identifiable dans les registres d’emploi.

10J’ai créé le fichier Hamilton Brothers et celui du recensement de 1881 à l’université de Victoria, sur un ordinateur IBM. Les fichiers des recensements de 1851, 1861 et 1871 ont été créés sur un PDP-9 et un PDP-10 à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario. Cependant, l’analyse des données a toujours été faite avec le logiciel « Statistical Package for the Social Sciences ».

Notes

1 Michael J. Doucet, « Discriminant Analysis and the Delineation of Household Structure : Towards a Solution to the Boarder/Relative Problem in the 1871 Canadian Census », dans Historical Methods Newletter, vol. 10, n° 4, automne 1977, pp. 149-157.

2 Il existe une abondante documentation au sujet de l’établissement des rapports de liens de parenté. Voir E. A. Wrigley, Identifying People in the Past, London, Éditions Edward Arnold, 1973 ; Ian Winchester, « The Linkage of Historical Records by Man and Computer : Techniques and Problems », dans Journal of Interdisciplinary History, vol. 1, n° 1, automne 1970, pp. 107-124, et « Priorities for Record Linkage : A Theoretical and Practical Checklist », dans Jerome M. Clubb and Erwin K. Scheuch, Historical Social Research : The Use of Historical and Process-Produced Data, Stuttgard, Éditions Klett-Cotta, 1980, pp. 414-430 ; Jacques Legaré, André La Rose et Raymond Roy, « Reconstitution de la population canadienne au XVIIe : méthodes et bilan d’une recherche », dans Recherches sociographiques, vol. 14, n° 3, septembre-décembre 1973, pp. 383-400 ; et Gérard Bouchard et Patrick Brard, « Le programme de reconstitution automatique des familles saguenayennes : données de base et résultats provisoires », dans Histoire sociale / Social History, vol. 12, n° 23, mai 1979, pp. 170-185.

3 Pour un exemple de cette stratégie, voir Michael B. Kratz, The People of Hamilton, Canada, West : Family and Class in a Mid-Nineteenth Century City, Cambridge, Mass, Éditions Harvard, 1975, annexe 3. David Gagan, qui a utilisé le même système qu’Ian Winchester pour son projet sur Hamilton, rapporte des problèmes particuliers dus aux surnoms des Écossais qu’on rendait de façon complètement « ahurissante » dans le comté de Peel ; voir Hopeful Travellers : Families, Land and Social Change in Mid-Victorian Peel County, Canada West, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1981, pp. 178-179, n° 39. Voir aussi Douglas Sprague et Donald Frye, « Manitoba’s Red River Settlement : Manuscript Sources for Economic and Demographic History », dans Archivaria, n° 9, hiver 1979-1980, pp. 179-193.

4 Le travail de Gérard Bouchard sur le Saguenay a été tout particulièrement important pour l’avancement de la recherche sur les rapports de liens de parenté ; voir Raymond Roy, Christian Pouyez et François Martin, « Le jumelage des données nominatives dans les recensements : problèmes et méthodes », dans Histoire sociale / Social History, vol. 13, n° 25, mai 1980, pp. 173-193 ; et Gérard Bouchard et Christian Pouyez, « Name Variations and Computerized Record Linkage », dans Historical Methods, vol. 13, n° 2, printemps 1980, pp. 119-125. Voir aussi les problèmes soulevés par Myron P. Gutmann, « The Future of Record Linkage » dans Journal of Family History, vol. 21, n° 2, été 1977, pp. 151-158.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540