Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Chapitre sept. Fission culturelle dans le comté de Prescott

Texte intégral

  • 1 N. Ray Hiner, « Domestic Cycles : History of Childhood and Family », dans John Hardin Best, Histor (...)

1Les politiques officielles peuvent-elles changer les mentalités et les comportements ? Les décideurs canadiens, pour ne pas dire les historiens, ont rarement pris cette question en considération. Ils ont plutôt présumé qu’ils pouvaient maîtriser ou apporter des changements parfois par la force mais le plus souvent par des discussions, puis par des lois. L’étude du comté de Prescott nous démontre la sottise d’une telle présomption, du moins en ce qui concerne le problème de l’instruction dans la langue de la minorité au 19e siècle. Cet exemple met l’accent sur l’importance de comprendre les circonstances dans lesquelles les politiques officielles concernant l’instruction peuvent être efficaces, ou ne pas l’être. Comme N. Ray Hiner l’affirmait récemment : « Tout éducateur qui prétend pouvoir complètement diriger l’éducation d’un enfant ne comprend rien aux enfants ni à l’histoire1. »

LA QUESTION LINGUISTIQUE DANS LE COMTÉ DE PRESCOTT

2Les données du recensement de 1901 sont très révélatrices des conséquences de la politique linguistique au 19e siècle. Pour la première fois, il y avait des questions visant à mesurer les connaissances des gens face à la langue française et à la langue anglaise. Le commissaire de ce recensement spécial donna deux raisons pour justifier l’ajout de ces questions :

Dans un pays comme le Canada, peuplé de tant d’éléments étrangers, il est souhaitable de savoir si ces gens sont assimilés et unis, comme peut le démontrer leur apprentissage de l’une ou l’autre des langues officielles. Et comme l’anglais est désormais dans une large mesure la langue du commerce à travers le monde, il est aussi souhaitable de vérifier jusqu’à quel point les citoyens d’origine française sont capables de parler anglais en plus de leur langue maternelle.

3Tout particulièrement, il s’agissait de savoir si oui ou non une personne pouvait parler français et anglais. Les recenseurs avait reçu l’ordre d’accepter les réponses des gens sans se soucier de leur niveau de compétence. C’est pourquoi les résultats du recensement nous montrent les limites supérieures des capacités linguistiques de la population. En d’autres mots, le degré d’assimilation ou d’unification de la population ne parlant pas anglais serait révélé sous le « meilleur » éclairage possible.

Le recensement de 1901

  • 2 Recensement du Canada, 1901, Ottawa, Éditions S. E. Dawson, 1902, viii, xx. Les critiques au sujet (...)

4Dans le comté de Prescott en 1901, les recenseurs ont démontré ce que craignaient tous les éducateurs, politiciens et journalistes de Toronto, et ce que savaient les gens des cantons comme celles d’Alfred et de Caledonia : pour de nombreux francophones, le « pivot » qu’était la langue française n’avait pas été brisé. Selon le recensement, seulement la moitié des francophones du comté âgés de cinq ans et plus parlaient à peine anglais ; une grande partie de la population ne parlait toujours pas anglais, malgré ce qu’on avait espéré de l’assimilation volontaire et des politiques coercitives en matière d’instruction à partir des années 1885. Le recensement de 1901 révèle aussi que la Commission de 1893 s’était trompée en concluant que l’attachement au français avait commencé sérieusement à baisser2.

5Quel effet a eu le contexte ontarien sur l’étendue du bilinguisme auprès des francophones du comté de Prescott ? Très faible, si on compare les données du recensement avec celles du comté d’Argenteuil, au Québec, de l’autre côté de la rivière Outaouais. Dans le comté de Prescott, 55,9 p. cent des francophones pouvaient un peu se débrouiller en anglais et dans le comté d’Argenteuil, la proportion était presque semblable, soit 50,3 p. cent. Dans les deux comtés, les anglophones étaient encore moins portés à être bilingues. (Voir tableau 40.) La similitude entre les comtés d’Argenteuil et d’Alfred laissent entendre que les politiques en matière d’instruction et même l’environnement ontarien n’ont pas en soi déterminé les modèles linguistiques au cours du 19e siècle. Les modèles paraissent davantage liés au contexte social de la vallée de la Basse-Outaouais.

TABLEAU 40. Aptitude pour les langues (sans égard au « niveau de compétence »), dans le comté de Prescott et le comté d’Argenteuil au Québec, 1901

TABLEAU 40. Aptitude pour les langues (sans égard au « niveau de compétence »), dans le comté de Prescott et le comté d’Argenteuil au Québec, 1901

Note : données pour une population de cinq ans et plus. Les chiffres concernant les francophones unilingues et le total des francophones sont des estimations qui présupposent 1) un nombre proportionnel d’anglophones et de francophones et 2) que tous les Canadiens français parlent français et les Canadiens anglais, anglais.
Source : Recensement du Canada, 1901

Le contexte historique

  • 3 Ce n’est que récemment que les chercheurs se sont mis à l’étude des communautés ethniques rurales. (...)

6Dans le comté de Prescott, la stabilité linguistique d’un bon nombre de francophones venait de la convergence des facteurs démographiques, économiques, éducatifs et politiques caractéristiques du 19e siècle. Même si les observateurs concentraient à l’époque leur attention sur la nouveauté de la colonisation ou sur le dirigisme de l’Église catholique, l’histoire du comté révèle l’importance de comprendre, à présent, le contexte social de la question linguistique. L’élément fondamental de ce contexte, c’est l’établissement de communautés anglophones et francophones très distinctes bien avant le moment du conflit sur l’instruction dans la langue de la minorité. Pour ces deux groupes, la famille était au cœur de ce processus, depuis les débuts de l’immigration jusqu’aux modèles de colonisation et d’organisation sociale. En ce sens, l’histoire du conflit culturel s’étend bien au-delà des opinions, des attitudes et de l’action des groupes dirigeants3.

  • 4 Bien que les historiens canadiens aient toujours mis l’accent sur l’importance de la famille et de (...)

7En venant dans le comté de Prescott, les colons avaient recours à la famille et à la parenté. Ainsi, tout naturellement, ils maintenaient un attachement culturel dans leur maisonnée. Plusieurs francophones avaient de solides liens de parenté dans les régions voisines du Québec. Aussi, en immigrant, les gens ne se déracinaient pas. De plus, l’immigration des familles et les liens de parenté préparaient les immigrants anglophones et francophones à travailler dans une économie familiale reposant sur l’agriculture et l’industrie du bois d’œuvre. Au milieu du 19e siècle, plusieurs colons fonctionnaient à l’intérieur d’une cellule familiale fondée sur l’interdépendance économique et l’entraide. L’absence de mariages exogames entre anglophones et francophones fournit la base matérielle fondamentale à la survivance de la langue4.

8De même, la famille a été l’institution sociale incontestée du comté de Prescott de 1840 au début des années 1870. La plupart des communautés fonctionnaient avec très peu d’organisation officielle. Chez les francophones, cette caractéristique est nettement illustrée par le faible rôle de l’Église catholique durant ces années-là, une réalité dont les dirigeants provinciaux de l’époque n’avaient pas conscience. Ce n’était pas le dirigisme du clergé qui empêchait les immigrants du Québec de s’assimiler à la vie « canadienne ». La description qui fait des Canadiens français des gens dominés par le clergé ne s’applique pas, au milieu du 19e siècle, aux colons qui changeaient la géographie culturelle du comté de Prescott. C’est plutôt la famille elle-même qui était l’institution socio-économique importante. Par conséquent, la stabilité culturelle s’est implantée tout naturellement durant les années où Egerton Ryerson prévoyait l’assimilation volontaire des immigrants du Québec.

  • 5 Le rôle de l’école commune par rapport au maintien de cultures qui n’étaient pas originaires des î (...)

9Ironiquement, dans certaines régions du comté de Prescott, la présence des écoles en langue française a davantage renforcé l’attachement à la langue, malgré les objectifs assimilateurs officiels de l’école commune. Ces écoles faisaient partie du nouveau système de l’école commune mais elles reflétaient étroitement les besoins des gens de la région et non ceux de la province. Les enfants allaient à l’école seulement quand leurs responsabilités famililales le leur permettaient. Dans les classes, les instituteurs francophones enseignaient en français, à partir de manuels venant du Québec, et quand ils avaient la moindre formation, ils l’avaient acquise au Québec. Cette situation se perpétua même après 1885, alors qu’on abandonna partiellement la politique d’assimilation volontaire au profit de nouveaux règlements plus conformes à l’idéal de l’Ontario. Ainsi, en pratique, les écoles communes n’étaient pas de simples agents d’assimilation ou de normalisation culturelle au 19e siècle. Pour qui les fréquentaient, ces écoles renforçaient les valeurs de la famille et les coutumes, contribuant ainsi à la continuité culturelle de tous les groupes ethniques5.

  • 6 La langue était évidemment très importante dans l’industrie du bois d’œuvre où le travail d’équipe (...)

10Les modèles de colonisation selon les types de sol dans le comté de Prescott ont aussi permis aux immigrants francophones de s’établir dans les années 1840 et 1850 sans vraiment remettre en question les communautés anglophones. Le moment de la colonisation et les considérations sur la topographie ou la pédologie permettaient aux anglophones et aux francophones de vivre dans des régions géographiquement distinctes. Par conséquent, il n’y avait qu’un très faible besoin d’entretenir des liens réciproques soutenus au niveau local. Au début, à cause de la disponibilité des terres et du besoin de s’intégrer à l’industrie du bois de coupe, les familles francophones n’étaient pas directement confrontées au vaste monde anglophone. En ce sens, les francophones n’étaient pas vraiment obligés, au milieu du 19e siècle, de faire face aux aspects négatifs de leur statut de minorité. Les différences linguistiques n’étaient pas importantes quand la famille était au centre de toute activité6.

  • 7 L’absence d’organisation des travailleurs est frappante, surtout au cours des années 1880 alors qu (...)

11L’importance cruciale de ces facteurs, qui ont déterminé la nature des relations culturelles au cours du 19e siècle, devint évidente au début des années 1870, quand le recul de la zone forestière et le manque de terre forcèrent les francophones à se confronter aux limites de la base économique de leur société. Pour de nombreuses familles francophones, il leur était maintenant moins possible de se construire une existence viable à partir du travail des différents membres de la famille. Les jeunes hommes ne pouvaient plus penser à acquérir une terre dans les régions que leurs homologues anglophones avaient ignorées. Plusieurs, contrairement à leurs prédécesseurs au 19e siècle, devinrent prolétaires. La nouvelle génération de francophones — vivant désormais en Ontario plutôt qu’en la Province du Canada — dut reconnaître que sa sécurité et même sa subsistance dépendaient maintenant de sa façon d’en arriver à s’accorder avec le pouvoir d’un groupe linguistique différent. Cette évolution peut aider à comprendre pourquoi il n’y avait pas de mouvement en faveur des syndicats dans le comté de Prescott, comme il commençait à y en avoir dans les années 1880 dans d’autres régions de l’Ontario7. Les mauvaises conditions économiques et le pouvoir de marchands de bois comme les Hamilton Brothers contribuèrent certes à cette situation mais la progression de l’hostilité entre anglophones et francophones fut aussi très importante. Sous la gouverne des journalistes, des politiciens et des autorités religieuses, la crise économique du comté de Prescott fut intégrée à la crise culturelle plus large que vivait le Canada à la fin du 19e siècle et une conscience culturelle émergea alors comme l’expression des frustrations au niveau local et de l’échec. Un aspect important de cette évolution, c’est l’émergence d’une élite francophone locale. À partir des années 1870, la population francophone, formée en majorité de natifs de l’Ontario, était composée de fermiers bien implantés, de marchands locaux et de professionnels. Certains francophones jouissaient désormais d’une situation économique leur permettant d’avoir un leadership public dans le comté de Prescott. Dans le cadre général de leur inquiétude face à l’économie, les francophones étaient capables de formuler leurs propres objectifs.

  • 8 Le recensement des districts de l’Ontario révélait en 1901 que Nipissing était le district où il y (...)

12Au début des années 1880, les conditions d’un conflit culturel dans le comté de Prescott étaient mûres. La colonisation des francophones était devenue imposante et continuait d’augmenter, malgré une émigration constante vers l’extérieur du comté. L’augmentation à la fois de l’immigration et de l’émigration prit une grande importance alors que d’autres régions de l’Ontario assistaient à la colonisation constante des francophones ; au début du siècle, la présence des francophones en Ontario était concentrée dans les régions de l’est et de l’ouest de la province mais au cours des années 1880 et 1890, cette présence s’étendit surtout aux régions du nord en plein développement8. L’augmentation de la présence francophone en Ontario était dérangeante en elle-même mais n’avait rien de vraiment inquiétant pour les anglophones. L’aspect réellement alarmant, c’était l’absence de tout indice d’assimilation. Les demandes continuelles en faveur des écoles en langue française reflétaient un degré de stabilité culturelle qu’on n’avait pas prévu et qui faisait peur à ceux qui considéraient l’Ontario comme le bastion du Canada anglais et, en fait, du nouveau Dominion. En ce sens, il y avait une relation causale indirecte entre l’immigration et la crise au sujet des écoles en langue française. Le problème, ce n’était pas simplement que les francophones immigraient en Ontario, c’est qu’ils ne paraissaient pas s’assimiler bien vite au monde des anglophones.

LE DÉVELOPPEMENT DU CONFLIT CULTUREL

  • 9 Les psychologues sociaux ont depuis longtemps souligné que la présence de barrières au plan de la (...)
  • 10 Lettre de John J. MacLaren au rédacteur en chef du Globe de Toronto, le 15 mars 1889. Cet exemple (...)

13L’expérience du comté de Prescott semble indiquer que la confrontation culturelle, représentée par la controverse linguistique en Ontario, n’était pas simplement une autre bataille de la lutte entre les deux peuples fondateurs du Canada. Les conclusions qui ressortent des chapitres précédents laissent plutôt entendre que l’histoire de l’instruction dans la langue de la minorité au 19e siècle dans le comté de Prescott s’explique beaucoup mieux par l’action réciproque des changements relatifs à la terre et à la famille que par des attitudes culturelles inhérentes à chaque groupe. Le changement social a créé de nouvelles mentalités. Cette évolution eut lieu dans un contexte caractérisé par des barrières au plan de la communication et par l’ignorance interculturelle en général. Comme il n’y avait qu’une petite minorité d’anglophones et environ la moitié des francophones à être à peine bilingues même à la fin du siècle, la langue aida donc les deux groupes à rester séparés l’un de l’autre et a favorisé l’éclosion des rumeurs, des soupçons et des stéréotypes9. En outre, l’expansion de la prise de conscience des francophones a créé de nouvelles barrières psychologiques entre les deux groupes du comté de Prescott et a favorisé l’aliénation culturelle. Même les francophones bilingues dans le comté de Prescott voyaient la langue d’une autre façon à la fin du 19e siècle. En 1889, un observateur écrivait qu’en raison des « fêtes de la Saint-Jean-Baptiste, de l’agitation nationale, de l’énervement au sujet de Riel… plusieurs Canadiens français qui parlaient parfaitement l’anglais, insistaient désormais pour qu’on s’adresse à eux dans leur langue10 ». Dans un tel contexte, l’ignorance interculturelle ne pouvait qu’augmenter.

  • 11 Les relations entre le savoir et les attitudes interculturelles n’ont pas été systématiquement étu (...)

14Identifier les perceptions erronées et l’incompréhension entre anglophones et francophones ne signifie pas, cependant, qu’une meilleure connaissance aurait donné lieu à l’acceptation de l’autre et créé de l’harmonie. Les exemples témoignent davantage d’un conflit marqué issus des préjugés et des attentes causés par deux expériences historiques distinctes. Pourtant même si les anglophones et les francophones avaient compris l’origine de ce conflit comme il faut, il n’est pas dit que les attitudes auraient nécessairement changé. Il est évident que les porte-parole anglophones avaient tendance à percevoir des différences culturelles inexplicables. Notre survol aide à résoudre ce mystère et dénie, comme on le concluait à l’époque, que les Canadiens français étaient simplement mus par des fils et des ressorts différents. Cependant, la connaissance ne conduit pas nécessairement à la tolérance et à la compréhension. Dans le contexte de l’époque, voir de manière adéquate la situation n’aurait peut-être pas fait beaucoup de différence. Le conflit n’était pas seulement le résultat d’une ignorance réciproque mais aussi celui de certaines différences réelles, déterminées par l’histoire11.

  • 12 Au sujet de l’importance d’avoir une perception réaliste des conflits pour expliquer les attitudes (...)

15Ainsi, la crise économique à partir des années 1870 s’est déroulée dans des conditions qui, en elles-mêmes, contribuaient à la formation du conflit culturel. La crise remettait en question à la fois les valeurs et les structures sociales qui s’étaient développées au milieu du siècle ; cela produisit une société anomique caractérisée par l’anxiété culturelle. Le fondement même de cette anxiété éleva le niveau de comportement des anglophones au-delà d’un nationalisme paranoïaque à partir des années 1880. En effet, dans leur lutte pour subsister, les francophones remettaient en question la situation des anglophones dans presque tous les secteurs de l’organisation socio-économique du comté de Prescott. Juste au moment où les débouchés économiques en général diminuaient, les francophones commencèrent à entrer en concurrence avec les fermiers, marchands, journalistes, membres des conseils scolaires, responsables municipaux et dirigeants politiques anglophones. Cette rivalité se passait, à proprement parler, entre individus mais elle se transforma en accrochages entre les deux groupes linguistiques dont chacun avait intrinsèquement une façon différente de voir sa participation à l’avenir du comté de Prescott, de l’Ontario et même du Canada. Ces différentes visions s’excluaient mutuellement : le défi était réel12.

Fission culturelle dans le comté de Prescott

  • 13 Il serait évidemment faux de conclure qu’en raison du conflit culturel à la fin du 19e siècle, tou (...)

16À l’élection de 1883, la situation atteignit une masse critique et la fission culturelle explosa dans le comté de Prescott. Durant ces années de changement, les francophones bombardèrent en effet le noyau anglophone alors instable et ils créèrent une réaction en chaîne de conflits qui aliénèrent énormément les deux groupes. À la fin du 19e siècle, le comté de Prescott se désintégra en particules anglophones et francophones redéfinies13. L’identité franco-ontarienne était née.

  • 14 La discontinuité culturelle et ses relations avec la structure sociale sont devenues un sujet cent (...)

17La métaphore avec la fission nucléaire n’est pas très juste pour décrire ces relations changeantes puisque le comté de Prescott n’était d’aucune façon un système clos au 19e siècle. Les mouvements migratoires, les liens économiques et les attaches culturelles le reliaient au monde extérieur. Mais ce sont précisément ces liens qui ont donné tant de force à la rupture culturelle des années 1880. Au cours de ces années, le comté de Prescott devint une des parties de la désintégration beaucoup plus grande des relations culturelles aux niveaux provincial et national. La masse critique de cette désintégration fut atteinte, au plan national, en 1885 quand Riel fut condamné et pendu et, au plan provincial, à l’élection de 1890. Pour les gens du comté de Prescott, la pendaison de Riel n’était pas un événement isolé et eut une telle importance justement parce que sa portée donnait plus de poids aux tendances qu’ils voyaient déjà apparaître dans leurs propres villages et cantons. De même, le problème linguistique associé à l’élection provinciale de 1890 était un vieux problème dans le comté de Prescott ; pour les communautés locales, la campagne électorale prenait toute sa signification parce qu’elle renforcait le conflit culturel qui leur était familier en ajoutant un élément nouveau. De cette façon, l’histoire de longue durée, dans le comté de Prescott, entrecoupait l’histoire événementielle élargie du Canada de manière à produire la discontinuité culturelle de la fin du 19e siècle14.

  • 15 D. R. Louder et Eric Waddell font une étude comparative de ce phénomène dans Du continent perdu à (...)

18Au cours de ce processus, le besoin des francophones d’avoir des dirigeants efficaces se fit urgent et, plus qu’une simple coïncidence, c’est dans cette conjoncture que l’Église catholique commença à prendre une grande importance dans le comté de Prescott. Du point de vue de la psychologie sociale, cette importance s’appuyait, du moins en partie, sur le désir des Canadiens français d’échapper aux conséquences de leur statut de minorité en Ontario. L’Église fournissait aux francophones diverses raisons traditionnelles de rester liés ; en plus, elle leur offrait la chance de s’identifier, non comme résidents minoritaires en Ontario, mais comme membres de la section francophone de l’Église catholique universelle. Cette motivation s’accentua de plus en plus à la fin des années 1880, ce qui amena une foule d’attaques de la part des journalistes et des politiciens anglophones. Devant ces attaques et devant le fait que les élus francophones n’arrivaient pas à formuler efficacement leur position, plusieurs francophones du comté de Prescott furent attirés par le leadership de l’Église. Cela leur procurait une façon de réagir au défi culturel des anglophones. À travers leurs dirigeants religieux, généralement instruits et mieux articulés, les francophones essayèrent de canaliser leurs sentiments et de lutter pour continuer culturellement à exister. Il est alors compréhensible qu’ils essayèrent d’apporter à l’Église leur soutien financier en dépit de la pression des difficultés économiques et, dans certains cas, en allant même contre leur bon jugement. Ils agissaient ainsi pour se défendre au niveau local et, peut-être, pour montrer au reste de l’Ontario qu’ils avaient l’intention de maintenir leur colonisation établie depuis le milieu du siècle15.

19L’appui des francophones à l’Église n’était cependant pas aveugle ; comme le laisse entendre l’histoire du comté de Prescott, les paroissiens n’étaient pas des moutons qu’on menait de façon arbitraire. Le leadership de l’Église venait plutôt, du moins en partie, de la convergence des intérêts locaux et officiels à certains moments précis de l’histoire. À la fin du 19e siècle, la stratégie particulière qui unissait souvent les intérêts de l’Église à ceux des dirigeants francophones du comté de Prescott, c’était la transformation des écoles publiques de langue française en écoles séparées. Mais il convient de noter que cette transformation révèle aussi jusqu’à quel point les dirigeants locaux étaient prêts et capables de maintenir leur propre intégrité. La hiérarchie de l’Église catholique découvrit ainsi ce que les responsables scolaires étaient en train d’apprendre, à savoir qu’il était plus facile d’énoncer des politiques que de forcer les francophones du comté à agir.

  • 16 G.W. Ross, The School System of Ontario, New York, Éditions D. Appleton, 1896, pp. 67-69.
  • 17 Paul Crunican a analysé les aspects politiques et ecclésiastiques de ce conflit dans Priests and P (...)

20Si on reprend la métaphore sur la fission nucléaire, la création des écoles francophones séparées a distrait les francophones, ce qui produisit un affaiblissement du bombardement du noyau anglophone. Après 1893, la masse des éléments pouvant entrer en fission descendit temporairement sous le point critique dans le comté de Prescott. De même, les résultats de l’élection de 1890 et la méprise au sujet d’une progression incontestable de l’assimilation dans l’est de l’Ontario détendirent la situation au niveau provincial ; cela permit au ministre de l’Éducation de présumer d’un ton suffisant en 1896 que le problème de la langue française dans les écoles de l’Ontario était résolu16. Cette hypothèse ne fut pas immédiatement vérifiée, puisque tous les anglophones canadiens (en fait la nation entière) avaient les yeux tournés vers le Manitoba où des circonstances changeantes avaient déjà engendré un autre défi culturel à l’avenir de la Confédération17. En regardant les autorités tenter de solutionner le problème des écoles au Manitoba, les résidents du comté de Prescott devaient avoir le sentiment de déjà vu. Il ont dû se sentir soulagés de voir que le problème national, ajouté à la fausse opinion provinciale et aux ajustements locaux, détournait, du moins pour un temps, la question de la langue française du cœur de leurs problèmes politiques et éducatifs. Toutefois, la réalité de l’importante stabilité linguistique signifiait que le problème ne mourrait pas.

CONCLUSION

21Il reste encore beaucoup à apprendre sur l’histoire des francophones en Ontario. L’expérience du comté de Prescott démontre combien les recherches sur la langue, l’instruction et l’identifié révèlent des réseaux de relations encore mal compris. Une question fondamentale touche aux façons dont l’identifié franco-ontarienne se développa graduellement, pour finalement être pleinement reconnue et identifiée comme telle en 1960. Notre étude suggère que cette évolution ne doit pas être analysée par rapport au « succès » ou à « l’échec » des individus à se voir eux-mêmes « convenablement » et à agir « correctement ». L’exemple du comté de Prescott souligne plutôt que l’identité ethnique est née d’un processus historique précis dans lequel les individus en arrivèrent à partager leur expérience commune dans leurs efforts à vouloir donner forme à leurs conditions de vie. Les décisions au sujet de la langue vont bien au-delà des intérêts et des ambitions des gens qui avaient le pouvoir. De telles décisions sont finalement liées à la recherche quotidienne de la survie et de la sécurité. Les considérations qui les déterminent proviennent autant des conversations à la maison que des débats publics. En ce sens, l’histoire de l’identité franco-ontarienne fait partie de l’histoire des stratégies familiales, de celles des parents et des enfants qui durent affronter le monde. Ce processus est un thème central du drame culturel de l’histoire du Canada.

Notes

1 N. Ray Hiner, « Domestic Cycles : History of Childhood and Family », dans John Hardin Best, Historical Inquiry in Education : A Research Agenda, Washington, D.C. Éditions American Educational Research Association, 1982, p. 272.

2 Recensement du Canada, 1901, Ottawa, Éditions S. E. Dawson, 1902, viii, xx. Les critiques au sujet de cet ordre bien vague ont mené à des questions différentes lors du recensement suivant. La phraséologie changeait à presque chaque recensement mais le problème demeurait irrésolu.

3 Ce n’est que récemment que les chercheurs se sont mis à l’étude des communautés ethniques rurales. Le travail de Kathleen Neils Conzen a été très important à cet effet. Voir son « Historical Approaches to the Study of Rural Ethnic Communities » dans Frederik C. Luebke, Ethnicity on the Great Plains, Lincoln, Neb. et London, Éditions University of Nebraska Press, 1980, pp. 1-18.

4 Bien que les historiens canadiens aient toujours mis l’accent sur l’importance de la famille et de la parenté chez les Canadiens français, ce n’est que tout récemment qu’ils viennent d’accorder la même attention à ces facteurs chez les Canadiens anglais. Toutefois, plusieurs études soulignent maintenant que la stabilité ethnique a été importante au Canada ainsi qu’aux États-Unis et que la famille et la parenté étaient les instruments de cette stabilité. J’ai remis en question l’historiographie classique canadienne par le biais de l’expérience du comté de Prescott dans « Canadian Families in Cultural Context ; Hypotheses from the Mid-Nineteenth Century », Canadian Historical Association, dans Historical Papers, 1979, pp. 48-70. L’émergence et la vitalité de la revue Canadian Ethnic Studies montrent qu’on accepte davantage la continuité culturelle dans l’histoire du Canada. Voir Polyphony, publié par The Multicultural History Society of Ontario sous la direction de Robert É. Harney. C’est dans cette revue, par exemple, que Pierre Loranger a parlé de l’Union du Canada, la première société d’entraide canadienne-française en Ontario, qui a beaucoup mis l’accent sur le lien entre la sécurité matérielle et la sécurité culturelle ; voir « La revue de l’Union du Canada, 1895-1941 : défenseur de la langue française », dans Polyphony, vol. 2, hiver 1979.

5 Le rôle de l’école commune par rapport au maintien de cultures qui n’étaient pas originaires des îles Britanniques n’a pas du tout été évalué au 19e siècle et n’est pas encore vraiment reconnu par les historiens. Les études révisionnistes au cours des années 1970 se préoccupaient davantage des objectifs assimilateurs des gens comme Egerton Ryerson plutôt que de savoir dans quelle mesure ces objectifs avaient été atteints ; en ce sens, la moitié seulement de l’histoire était dévoilée. L’importance de considérer à la fois les intentions et les réalisations a été suggérée dans l’ouvrage de R. D. Gidney et de D. A. Lawr, « Bureaucracy versus Community ? The Origins of Bureaucratic Procedure in the Upper Canadian Schools », dans Journal of Social History, vol. 13, n° 3, printemps 1980, pp. 438-457, et, des mêmes auteurs, « Who Ran the Schools ? Local Influence on Education Policy in the Nineteenth-Century Ontario », dans Ontario Review, vol. 72, n° 3, septembre 1980, pp. 132-143.

6 La langue était évidemment très importante dans l’industrie du bois d’œuvre où le travail d’équipe était essentiel à la production et à la sécurité des individus. Pour cette raison, les travailleurs tentaient de se regrouper selon la langue qu’ils parlaient. Parfois, ce regroupement n’existait pas. Par exemple, un francophone du Québec dans les années 1930 se rappellait très nettement son expérience des décennies plus tôt, disant : « À 19 ans, je suis allé au chantier avec mon frère. Nous n’étions jamais allés loin de chez nous avant. Au premier camp, nous étions avec un groupe d’Anglais. Nous ne pouvions pas les comprendre, et eux ne pouvaient pas nous comprendre… Si j’avais au moins déjà eu l’expérience des chantiers, cela n’aurait pas été si difficile de comprendre les directives qu’on me donnait en anglais… La deuxième année, nous comprenions un peu l’anglais et c’était mieux. Ce n’était pas le bois qui était difficile, mais la langue. » « The Autobiography of an Habitant » dans Horace Miner, St. Denis ; A French-Canadian Parish, Chicago, Éditions University of Chicago Press, 1939, et Phoenix Edition, 1963, pp. 279-280. F. W. Remiggi a étudié les liens entre la géographie historique et les relations culturelles dans son « Quelques origines spatiales du présent conflit francophone-anglophone au Québec ; exemple de la Basse-Côte-Nord », dans Cahiers de Géographie du Québec, vol. 24, n° 61, avril 1980, pp. 157-166.

7 L’absence d’organisation des travailleurs est frappante, surtout au cours des années 1880 alors que les Chevaliers du Travail attiraient beaucoup de monde ; voir Gregory Kealey et Bryan Palmer, Dreaming of What Might Be : The Knights of Labor in Ontario, New York, Éditions Cambridge University Press, 1982 ; et Fernand Harvey, « Les Chevaliers du Travail, les États-Unis et la société québécoise, 1882-1902 » dans Fernand Harvey, Aspects historiques du mouvement ouvrier au Québec, Montréal, Éditions Boréal Express, 1979. Et Edward McKenna fait l’analyse d’une grève dans l’industrie du bois d’œuvre dans « Unorganized Labour versus Management : The Strike at the Chaudière Lumber Mills, 1891 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 5, n° 10, novembre 1972, pp. 186-211.

8 Le recensement des districts de l’Ontario révélait en 1901 que Nipissing était le district où il y avait la plus forte concentration de Canadiens français. Il y en avait 15 384, soit 42 p. cent de la population totale. Les recherches sur la colonisation des francophones au nord de l’Ontario sont souvent publiées dans la Revue du Nouvel Ontario.

9 Les psychologues sociaux ont depuis longtemps souligné que la présence de barrières au plan de la communication est un élément important qui favorise les préjugés et l’aliénation culturelle. Sur l’interrelation entre les modèles culturels et la structure sociale, voir l’ouvrage classique de Gordon W. Allport, The Nature of Prejudice, Reading, Mass., Éditions Addison-Wesley, 1954, surtout le chap. 14. Bien qu’il y ait peu d’études en psychologie sociale sur les identités culturelles au Canada, on trouvera une approche percutante dans l’ouvrage de W. Peter Archibald, Social Psychology as Political Economy, Toronto, Éditions McGraw-Hill, 1978, pp. 229-247. Voir aussi de Robert C. Gardner et Rudolf Kolin, A Canadian Social Psychology of Ethnic Relations Toronto, Éditions Methuen, 1981 ; et de Allan B. Anderson et de James S. Frideres, Ethnicity in Canada : Theoretical Perspectives, Toronto, Éditions Butterworth, 1981.

10 Lettre de John J. MacLaren au rédacteur en chef du Globe de Toronto, le 15 mars 1889. Cet exemple du comté de Prescott démontre jusqu’à quel point la recherche du respect de soi et de l’estime de soi est un élément dynamique crucial de l’expérience des groupes minoritaires. Pour des références spécifiques à la valeur du français comme langue en Ontario, voir de Loranger « La revue de l’Union du Canada ».
Il y a plusieurs ouvrages relatifs aux parallèles possibles entre l’attitude changeante des franco-ontariens face à la langue à la fin du 19e siècle et l’évolution du Québec depuis les années 1960, dont le livre de Denis Monière, Le Développement des idéologies au Québec, des origines à nos jours, Montréal, Éditions Québec/Amérique, 1977 ; celui de Dale C. Thomson, Quebec Society and Politics : Views from the Inside, Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1976, et enfin de Calvin Veltman, Contemporary Quebec, Montréal, les Presses de l’université du Québec à Montréal, 1982.

11 Les relations entre le savoir et les attitudes interculturelles n’ont pas été systématiquement étudiées mais selon Robert Choquette, il est évident qu’on ne peut tenir l’ignorance mutuelle comme seule responsable des luttes au niveau de la politique et du clergé entre les membres Anglais et Canadiens français influents à la fin du 19e siècle en Ontario ; voir Language and Religion : A History of English-French Conflict in Ontario, Ottawa, Éditions Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1975.

12 Au sujet de l’importance d’avoir une perception réaliste des conflits pour expliquer les attitudes culturelles, voir Patricia Roy, « British Columbia’s Fear of Asians, 1900-1950 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 13, n° 25, mai 1980, pp. 161-172. Roy affirme que le degré de peur devant le « péril jaune » était sans doute « irrationnel » mais que les « Asiatiques faisaient suffisamment et efficacement concurrence aux gens de la Colombie-Britannique dans les domaines de la pêche, de l’agriculture, du marché d’alimentation, dans les classes et sur le champ de bataille pour justifier leur peur profonde d’être incapables de maintenir leur position dominante dans la province », p. 161.

13 Il serait évidemment faux de conclure qu’en raison du conflit culturel à la fin du 19e siècle, toutes les relations amicales entre les Canadiens anglais et les Canadiens français du comté de Prescott ont été rompues. En fait, les échanges routiniers de biens et de services ont continué dans la vie quotidienne. Par exemple, Thomas Tweed Higginson s’est fait couper les cheveux avant les fêtes de Noël de 1900 par François Deslauriers qui lui a fait « du bon travail ». Thomas Tweed Higginson, Diaries of Thomas Tweed Higginson, dans Thomas Boyd Higginson, London, Éditions The Research Publishing Company, 1960, p. 85.

14 La discontinuité culturelle et ses relations avec la structure sociale sont devenues un sujet central de la recherche historique. Pour certains aspects de cette évolution, voir, Patrick H. Hutton, « The History of Mentalities : The New Map of Cultural History », dans History and Theory, vol. 20, n° 3, été 1981, pp. 237-259. Les exemples du conflit culturel au Canada sont nombreux à la fin du 19e siècle et au début du 20e. Plusieurs auteurs ont bien analysé l’histoire politique de ces conflits, dont J. R. Miller, Equal Rights : The Jesuits’ Estates Act Controversy, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1979, p. 297. L’étendue du conflit culturel est suggérée par la série d’articles qu’a regroupés Craig Brown dans Minorities, Schools, and Politics, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1969.

15 D. R. Louder et Eric Waddell font une étude comparative de ce phénomène dans Du continent perdu à l’archipel retrouvé, Québec, Éditions Les Presses de l’Université Laval, 1983.

16 G.W. Ross, The School System of Ontario, New York, Éditions D. Appleton, 1896, pp. 67-69.

17 Paul Crunican a analysé les aspects politiques et ecclésiastiques de ce conflit dans Priests and Politicians : Manitoba Schools and the Election of 1896, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1974.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 40. Aptitude pour les langues (sans égard au « niveau de compétence »), dans le comté de Prescott et le comté d’Argenteuil au Québec, 1901
Légende Note : données pour une population de cinq ans et plus. Les chiffres concernant les francophones unilingues et le total des francophones sont des estimations qui présupposent 1) un nombre proportionnel d’anglophones et de francophones et 2) que tous les Canadiens français parlent français et les Canadiens anglais, anglais.Source : Recensement du Canada, 1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540