Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Chapitre six. Paroissiens, Église catholique et écoles séparées

Texte intégral

1En 1971, Jean-Pierre Wallot résuma les conclusions de la recherche historique sur les relations des Canadiens français avec l’Église catholique. Wallot y voyait deux interprétations assez contradictoires de la manière de considérer les Canadiens français. Ils étaient :

  • 1 Jean-Pierre Wallot, « Religion and French-Canadian Mores in the Early Nineteenth Century », dans C (...)

dévots, obéissants, campagnards, vivants dans la crainte de Dieu, retranchés derrière la paroisse et la vie familiale, dotés de la noble vision d’imprégner le matérialisme des anglo-saxons de valeurs spirituelles ; ou bien [ils étaient] des gens traditionnels, à demi féodaux, dominés par le clergé et arriérés, imperméables aux changements et fermés au monde extérieur depuis deux siècles, jusqu’à ce que l’acceptation à contrecœur de l’industrialisation ne libère « la révolution tranquille »1.

2Ces interprétations, même si elles offrent des images différentes des Canadiens français, ont en commun l’hypothèse de l’éternelle domination de l’Église catholique. Le pouvoir du clergé, qu’il soit noble mission ou semi-féodalisme oppressant, paraissait une constante historique.

  • 2 Pour une vue d’ensemble du changement de la position de l’Église, voir Nive Voisine, Histoire de l (...)
  • 3 Wallot, « Religion and French-Canadian Mores », p. 90. En réécrivant l’histoire de l’influence de (...)

3Depuis le début des années 1970, plusieurs études ont grandement redéfini l’étendue du pouvoir de l’Église catholique, en tant que force contraignante, au Canada français. Ces études démontrent que cette influence suivait un mouvement de va-et-vient (de flux et de reflux) selon la convergence de plusieurs facteurs, dont les ambitions et les ressources personnelles de certains responsables cléricaux en particulier, les conditions socio-économiques, le contexte politique et les façons de voir de la population. Il nous semble maintenant que l’autorité de l’Église fonctionnait dans un cadre social plus large, selon une organisation reposant sur une hiérarchie émanant à la fois du sommet vers la base et de la base vers le sommet2. Par exemple, Jean Pierre Wallot a souligné la faiblesse de l’Église catholique à la fin du 18e et au début du 19e siècle. Durant ces décennies, le ratio prêtres/fidèles avait énormément diminué ; déjà en 1760, 75 paroisses n’avaient pas de prêtres permanents. Dans le contexte de la restructuration socio-économique de l’époque, le clergé n’avait donc « pas beaucoup d’influence ni de pouvoir, sauf dans les questions strictes concernant les dogmes et la foi3 ».

  • 4 Susan Mann Trofimenkoff, The Dream of Nation : A Social and Intellectual History of Quebec, Toront (...)
  • 5 Parmi les ouvrages récents, citons Micheline Dumont-Johnson, « Les communautés religieuses et la c (...)
  • 6 Parmi les ouvrages récents, voir Serge Gagnon et René Hardy, L’Église et le village au Québec, 185 (...)
  • 7 Louis-Philippe Audet, Histoire du conseil de l’Instruction publique de la province de Québec, 1856 (...)

4Mais au 19e siècle, des décennies plus tard, alors que s’amorçait la controverse au sujet de l’enseignement en langue française, la position de l’Église catholique au Canada français avait changé du tout au tout. Une étude récente a démontré qu’au déclin de l’autorité cléricale au début au 19e siècle a succédé une montée de son pouvoir surtout après 1850. Susan Mann Trofimenkoff a analysé le dernier quart du 19e siècle au Québec par rapport à « l’offensive du clergé » alors qu’André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert ont décrit « le triomphe de l’Église catholique4 » Ces chercheurs ont fait la synthèse de plusieurs études traitant de la réorganisation institutionnelle de l’Église alors qu’augmentaient rapidement les communautés religieuses d’hommes et de femmes5. Selon eux, les autorités du clergé avaient alors réussi à mieux s’entendre avec les dirigeants politiques et économiques au sujet des buts à atteindre et de la division du pouvoir. Après le milieu du siècle, l’Église catholique occupait une « position privilégiée » au Canada français. Le rôle directeur du clergé fit alors partie inhérente d’une influence sociale beaucoup plus vaste qui s’étendait tout particulièrement aux écoles6. Après 1875, quand le gouvernement du Québec eut aboli le ministère de l’Éducation, le système scolaire public fut directement assujetti au pouvoir des évêques catholiques qui pouvaient tout diriger à partir d’une nouvelle structure administrative7. Au Québec, le « triomphe » de l’Église catholique s’étendit alors jusque dans les classes. Les écoles devinrent un élément majeur de l’organisation de la paroisse.

  • 8 Donald H. Akenson relie Cullen au contexte canadien dans « Mass Schooling in Ontario : The Irish a (...)
  • 9 Pour un exemple des liens entre le Québec et l’Irlande, voir Roberto Perin « Troppo Ardenti Sacerd (...)
  • 10 En 1891, il y avait 2 284 non-francophones parmi les 18 534 catholiques du comté de Prescott, Rece (...)

5À partir du milieu du 19e siècle, la renaissance de l’Église catholique ne fut pas limitée à la société canadienne-française. Elle fut plutôt liée à ce qui se déroulait partout où l’idéologie ultramontaine gagnait du terrain. Cette idéologie mettait l’accent sur le caractère hiérarchique de l’Église catholique dont l’autorité descendait du pape vers chacun des évêques (au détriment des dirigeants nationaux) et prônait la suprématie de la religion sur l’État dans toutes les sphères de la vie, tout spécialement l’instruction. Les historiens irlandais parlent de cette période comme de la « révolution de la dévotion »et la font coïncider avec le retour de Rome de Paul Cullen, qui devint archevêque d’Armagh en 1849 et de Dublin en 18528. Cullen fut le fer de lance de la réorganisation ultramontaine de l’Église catholique et ses méthodes ressemblaient beaucoup à celles de ses homologues francophones du Québec9. Il est important de mentionner ces faits pour deux raisons. Premièrement, ils détruisent l’image classique de l’unicité de la religion des francophones au Canada, surtout à la fin du 19e siècle. Deuxièmement, l’exemple de l’Irlande est directement relié à l’expérience du comté de Prescott. Après 1850, l’importance des catholiques anglophones du comté, dont la plupart avaient des ancêtres irlandais, diminua rapidement ; cependant, ils formaient encore une minorité assez importante puisqu’ils représentaient 12,3 p. cent de tous les catholiques du comté en 189110.

6Contrairement à plusieurs autres régions, il n’y avait pas de conflit ouvert entre les catholiques anglophones et francophones au sujet des écoles séparées. Les controverses locales nous révèlent plutôt une série de désaccords souvent issus de différends entre les dirigeants des communautés et les autorités supérieures. En général, ces controverses originaient de l’influence grandissante de la religion officielle sur tous les catholiques à la fin du 19e siècle.

7Certains événements qui se sont déroulés à l’extérieur du comté de Prescott aident à situer le cadre à l’intérieur duquel les curés et les paroissiens durent affronter des conditions changeantes. La question des écoles montre clairement les ambitions de certains individus, dans le comté et à l’extérieur du comté. Le comté de Prescott, situé en Ontario, était relié à l’Église catholique du Québec par le biais du diocèse d’Ottawa, ce qui obligea ses résidents à faire face à des décisions compliquées, surtout au cours des années 1880. Ces décisions étaient rendues encore plus difficiles du fait qu’il y avait deux identités rivales en jeu. Il est évident que l’Église catholique n’était pas en position d’aider directement à la formation de l’identité franco-ontarienne alors toute récente. Les autorités religieuses reconnaissaient l’importance de la langue française mais ils la voyaient surtout comme un obstacle au protestantisme des anglophones. De même, ils reconnaissaient qu’il y avait un contexte provincial différent, mais ils encourageaient tout naturellement une forme d’identité qui n’avait aucune frontière géographique réelle. Même si les paroisses et les diocèses était nettement différenciés, on les voyait comme les simples unités administratives d’une communauté globale, sans lieu fixe. Ce point de vue était bien différent de celui des politiciens et des éducateurs en Ontario pour qui la rivière Outaouais constituait une véritable barrière pleine de significations. Les résidents du comté de Prescott étaient ainsi déchirés à la fois par des ambitions et des opinions opposées qui leur étaient propres ou leur venaient d’autorités à l’extérieur du comté.

8Pour étudier ce phénomène, nous évaluerons d’abord la structure globale et le statut de l’Église catholique au niveau paroissial, avant de nous arrêter à la question de l’enseignement. D’après les renseignements extraits des certificats de baptême, des rapports de la paroisse et de la correspondance d’époque, il semble que la question de l’enseignement dans langue de la minorité soit dépendante non seulement des événements dans le comté de Prescott mais de la position changeante de l’Église catholique à l’extérieur du comté.

L’ESSOR DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE DANS LE COMTÉ DE PRESCOTT

Les débuts de la colonisation

  • 11 Pour une bonne information sur le diocèse d’Ottawa, voir Robert Choquette, L’Église catholique dan (...)
  • 12 Alexis de Barbezieux, Histoire de la province ecclésiastique d’Ottawa et de colonisation dans la v (...)

9Jusqu’en 1847, l’Église catholique du comté de Prescott était sous la juridiction administrative de Kingston et sous la responsabilité du curé de Montebello, sur la rive nord de la rivière Outaouais. L’arrivée régulière de catholiques irlandais et canadiens-français, qui étendaient leur colonisation dans tout l’est de la province, mena à l’établissement du diocèse d’Ottawa dirigé par Mgr l’évêque Joseph-Eugène-Bruno Guigues11. Mgr Guigues dirigea le diocèse de 1848 à 1874, soit durant la période où l’Église catholique commença à s’établir lentement mais sûrement dans la vallée de l’Outaouais. Mgr Guigues était un ultramontain notoire qui avait beaucoup d’ambition pour son diocèse. Toutefois, une série de facteurs empêchèrent que s’implante une présence institutionnelle marquée durant son mandat. Un de ses problèmes était qu’il devait continuellement se battre pour que son diocèse suive le rythme croissant de l’immigration catholique. Pour résoudre ce problème, il faisait donc venir d’Europe de jeunes hommes qu’il ordonnait prêtres avant de les envoyer desservir la vallée de l’Outaouais. Sur les 39 prêtres qu’il consacra, les deux tiers étaient nés en France ou en Irlande12.

  • 13 Lettre de Mgr l’évêque Guigues cité dans Barbezieux, Histoire, tome 1, p. 316.

10Ces curés affrontaient constamment des conditions environnementales difficiles pour maintenir le contact avec leurs nombreux paroissiens. Ils défiaient les mêmes routes en mauvais état, le même mauvais temps, les mêmes voyages périlleux l’hiver en forêt que les colons. Les difficultés de se déplacer par voie terrestre encourageaient les voyageurs à prendre le bateau quand et où c’était possible. Le canot était le moyen de transport le plus rapide et le plus accessible ; il était aussi le plus populaire parce qu’il permettait de naviguer sur les nombreux affluents de la rivière Outaouais. Mais il y avait beaucoup de rapides, comme dans la rivière Outaouais et ses affluents, et seuls les plus habiles pouvaient voyager en canot sur de longues distances sans être emportés dans les tourbillons ou s’écraser sur les rochers affilés. C’est pourquoi, les prêtres qui avaient la chance de pouvoir voyager par bateau, n’était pas nécessairement en sécurité. En 1848, l’évêque Guigues mettait ses curés en garde, leur disant : « Toutes les années [la rivière] engloutit plusieurs d’entre vous dans ses eaux13. »

  • 14 Antonio Mandeville, Histoire de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste de l’Orignal, Ottawa, 1936, p. (...)
  • 15 Barbezieux, Histoire, tome 1, p. 298.

11Plusieurs de ces prêtres immigrants faisaient aussi face à une difficulté encore plus grande du fait de ne pas être bilingues. Les autorités religieuses francophones étaient particulièrement préoccupées de l’insuccès des prêtres irlandais catholiques dans les paroisses à forte concentration de francophones. Par exemple, en 1860, le père O’Malley, qui « savait peu le français » et vivait dans une communauté majoritairement francophone du comté de Prescott était incapable d’obtenir de ses paroissiens de l’aide financière14. Pour résoudre ce problème, on décida d’assigner aux paroisses multilingues seulement des curés récemment ordonnés prêtres, « pour leur permettre d’apprendre… pendant que leur mémoire avait encore de la souplesse15 ».

  • 16 Comme l’a cité G. S. Martineau, « La Survivance française dans les comtés de Prescott et Russell » (...)
  • 17 Mandeville, Histoire, p. 96.
  • 18 Barbezieux, Histoire, tome 1, pp. 327-328.

12La colonisation catholique dans le comté de Prescott était trop nouvelle pour pouvoir aider financièrement l’Église catholique au milieu du 19e siècle. Comme les immigrants concentraient leur énergie à s’établir et à tirer profit de la terre et de l’industrie forestière, il ne restait que peu d’argent pour la quête. Mgr Guigues essaya de rendre la colonisation dans la vallée de l’Outaouais plus facile en fondant, en 1849, une association pour les immigrants du Québec ; cette association leur « frayait les voies en leur fournissant les renseignements nécessaires, en sollicitant du gouvernement l’ouverture de routes et l’arpentage des terrains16 ». Mais cette association était petite et inefficace à l’époque et les colons ne devaient compter que sur leurs propres moyens. Le montant de la quête, à l’Orignal à la fin des années 1840, suffisait seulement à payer « les cierges, le vin de messe et le lavage du linge de l’Église ». Quand un nouveau curé arriva à l’Orignal au printemps 1846, il ne trouva « rien… dans le coffre-fort » et on lui présenta immédiatement plusieurs « comptes non payés17 ». Après s’être débattu pendant plusieurs années, il demanda à être remplacé, alléguant qu’après « être allé à pied, à travers bois », visiter divers sites de colonisation francophone, il n’avait reçu que « la somme dérisoire de cinq louis » au cours des neuf mois précédents18.

  • 19 Lucien Brault, Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, L’Orignal, Éditions Conseil des (...)
  • 20 Barbezieux, Histoire, tome 1, pp. 256-34.

13Demander à être relevé de ses fonctions était chose habituelle et le renouvellement continuel des prêtres reflétaient les conditions de vie difficiles dans le comté de Prescott. Le père McDonagh desservit l’Orignal seulement deux ans, alors que le père Cannon n’y resta que six mois. À la fin des années 1840, le père Alexandre MacDonell y demeura quatre mois avant de demander une autre affectation, à cause des conditions de vie intolérables. Son remplaçant ne fut pas non plus satisfait19. Dans d’autres paroisses, le renouvellement des prêtres était encore plus rapide. Dans le canton de Plantagenet, il y eut huit prêtres différents en moins de 10 ans. Mgr Guigues se souvenait que durant son mandat, les curés nouvellement affectés « venaient me faire connaître leur détermination bien arrêtée de m’abandonner » après être restés seulement quelques jours en fonction20.

Augmentation de la présence du clergé

  • 21 Recensement du Canada, 1851, 1891.
  • 22 Louis-Edmond Hamelin, « Évolution numérique séculaire du clergé catholique dans le Québec », dans (...)

14Avec le temps, plusieurs éléments contribuèrent à renforcer de façon significative la présence de l’Église catholique dans le comté de Prescott. En 1850, le comté n’avait que deux presbytères mais en 1896, il y avait 14 paroisses. Le nombre de prêtres augmenta beaucoup après 1850. En 1851, chaque curé s’attendait à desservir une population d’environ 2 714 catholiques et en 1891, c’était la moitié moins21. Ces chiffres ne se comparent pas très avantageusement avec le modèle général du Québec où on atteignait en 1880 le ratio d’un prêtre par 500 catholiques22. Cependant, le taux de croissance de la présence du clergé dans le comté de Prescott était semblable à celui du Québec ; pour les deux endroits, le ratio curé/paroissiens s’améliora de près de 100 p. cent, de 1851 à 1891. Cette similitude est d’autant plus frappante que le leadership du clergé s’implanta plus tard dans les régions rurales de l’est de l’Ontario et que ces régions étaient plutôt à l’écart.

  • 23 C. Thomas, History of the Counties of Argenteuil, Quebec and Prescott, Ontario, Montréal, Éditions (...)

15L’amélioration des routes au milieu du siècle contribua aussi à soutenir la position de l’église catholique dans le comté de Prescott. En 1870, les prêtres pouvaient voyager sur de meilleures routes et dans des voitures plus robustes que celles d’il y a deux ou trois décennies, et les laïcs pouvaient plus facilement se rendre à l’église. Les colons s’étant établis, on améliora les édifices réservés au culte, malgré les difficultés économiques. Les paroisses commencèrent à s’organiser autour d’édifices en pierre imposants plutôt qu’autour des modestes chapelles en bois du milieu du siècle. En 1878, les paroissiens de Saint-Paul à Plantagenet remplacèrent leur église en bois par un édifice en pierre et, l’année suivante, ils y ajoutèrent un presbytère. D’autres cantons firent de même. En 1890, le père Bérubé surveilla la rénovation et l’agrandissement de l’église de l’Orignal, au coût de 11 000 $. En 1895, on célébra une messe pontificale à l’église Saint-Thomas pour bénir le nouveau « presbytère en belles briques ». À Vankleek Hill, l’église catholique fut agrandie et rénovée à la fin des années 1890 afin d’avoir une « apparence très imposante » ; de plus, la paroisse s’enorgueillissait d’avoir « un presbytère spacieux également en pierre, dont le style architectural, ainsi que les terrains l’entourant, étaient sources d’attrait23 ». Pareille expansion se retrouvait un peu partout, y compris dans les régions du Saguenay ouvertes à la colonisation. Le comté de Prescott faisait vraiment partie de ce que les historiens irlandais ont appellé « la révolution de la dévotion » dans la deuxième moitié du 19e siècle.

L’augmentation de l’attachement à l’Église catholique

  • 24 L’attention du clergé à ce genre de préoccupation a été étudiée par Pierre Savard dans « La vie du (...)
  • 25 Allan Greer, Peasant, Lord, and Merchant : Rural Society in Three Quebec Parishes, 1740-1840, Toro (...)

16La structure institutionnelle de l’Église catholique contribuait à son degré d’importance dans la vie des résidents du comté de Prescott et le reflétait. À la fin du 19e siècle, les paroissiens furent de plus en plus en contact constant avec les curés. Les certificats de baptême nous offrent d’ailleurs une façon d’évaluer systématiquement ce courant. Il est possible en utilisant ces registres de voir dans quelle mesure les parents suivaient les directives de l’Église et faisaient baptiser leurs enfants peu après leur naissance ou la journée même de préférence. L’Église insistait sur ce point, parce qu’elle croyait que les portes du ciel étaient pour l’éternité fermées aux enfants qui mouraient sans avoir été lavés de leurs péchés par le sacrement du baptême. Il fallait alors par conséquent porter une grande attention au baptême, vu le taux élevé de mortalité infantile ; le délai même le plus court passait pour un risque inexcusable aux yeux des croyants24. Une étude portant sur certaines paroisses du Québec montre que le baptême était généralement célébré le jour même de la naissance de l’enfant là où l’Église était bien implantée. Dans la région rurale de Sorel, par exemple, près de la moitié des baptêmes enregistrés entre 1740 et 1779 ont eu lieu le jour de la naissance de l’enfant et 95,1 p. cent des baptêmes dans les trois jours suivant l’accouchement25. Nous pouvons par conséquent présumer que dans le comté de Prescott au 19e siècle, les parents catholiques pratiquants qui pouvaient avoir facilement recours au prêtre, devaient faire baptiser leur enfant le plus tôt possible. Une comparaison entre les dates des naissances et celles des baptêmes à différentes époques devraient ainsi fournir un indice sur les changements concernant les rapports des curés avec leurs paroissiens.

17La figure 12 a été fait à partir des certificats de baptême de l’église Saint-Paul de Plantagenet, qui desservait aussi la partie sud du canton d’Alfred jusqu’en 1871, et à partir des registres de la nouvelle paroisse Saint-Victor-d’Alfred, depuis sa création en 1871. Dans l’ensemble, ces registres nous fournissent les coordonnées qui reflètent les différents types d’organisation paroissiale. Les registres de Saint-Paul nous donnent des exemples de la relation des prêtres avec leurs paroissiens dans une région où, au tout début, il n’y avait pas de curé en permanence. Quant aux registres de l’église Saint-Victor, ils fournissent des renseignements sur les conséquences qu’a eues la fondation d’une nouvelle paroisse dans une région précise. À partir de cinq moments précis dans le temps, en commençant par l’année de fondation de la chapelle de Plantagenet en 1839, nous obtenons une perspective d’ensemble.

FIGURE 12. Intervalle entre la naissance des enfants et leur baptême, paroisses Saint-Victor-d’Alfred et Saint-Paul, de 1839 à 1885

FIGURE 12. Intervalle entre la naissance des enfants et leur baptême, paroisses Saint-Victor-d’Alfred et Saint-Paul, de 1839 à 1885

Âge des autres personnes ayant été baptisés (années)
1839–1840 : 3, 6, 20, 26, 35, 45, 72, 90
1851 : 2, 2, 20, 26
1860 : 5, 21

  • 26 Les registres de la paroisse Saint-Victor sont toujours au presbytère du village d’Alfred et les r (...)

18En 1839 et 1840, les baptêmes à la chapelle Saint-Paul étaient célébrés par un prêtre itinérant, le plus souvent celui qui résidait à l’Orignal et qui venait toutes les trois ou quatre semaines. Il n’est donc pas étonnant qu’aucun baptême n’eut lieu le jour même de la naissance d’un enfant, que 2 p. cent des baptêmes furent célébrés le lendemain et que seulement 59 p. cent des baptêmes le soient dans le mois qui suivit la naissance. En assignant un prêtre en permanence en 1849, la situation s’améliora. En 1851, on n’avait pas encore atteint l’idéal de célébrer le baptême le jour même de la naissance mais 20 p. cent des baptêmes avaient été célébrés la journée suivant l’accouchement et 70 p. cent dans le mois qui suivait26.

19L’extraordinaire flot d’immigration dans le comté de Prescott au cours des années 1850 a durement éprouvé les moyens de l’église Saint-Paul qui continuait d’être responsable du canton de Plantagenet et d’une grande partie de celle d’Alfred. On note pourtant en 1860 une faible amélioration de l’intervalle entre le moment de la naissance et celui du baptême, mais aucune tendance importante rétroactivement.

20En 1871, la paroisse Saint-Victor était fondée dans le canton d’Alfred, permettant ainsi à la région d’avoir son propre prêtre en permanence. La présence accrue du clergé se refléta aussitôt dans l’intervalle compris entre le jour de la naissance et la date du baptême. En 1871 et en 1872, 12 p. cent de nouveau-nés furent baptisés le jour de leur naissance et un gros 93 p. cent des enfants l’étaient dans le premier mois suivant leur naissance. En 1885, la situation s’était encore améliorée et 30 p. cent des baptêmes furent célébrés le jour de la naissance des bébés et tous les autres enfants reçurent le sacrement alors qu’ils n’avaient pas plus de deux semaines. Il est évident que pour le canton d’Alfred, le fait d’avoir un curé en permanence amena l’Église plus près des colons catholiques. Dans les années 1880, l’Église était bien implantée dans la vie des résidents du comté de Prescott.

LA CRÉATION DES ÉCOLES SÉPARÉES AU MILIEU DU SIÈCLE

21Dans le comté de Prescott au 19e siècle, les relations des membres du clergé avec leurs fidèles étaient régies par la structure et l’importance de la présence de l’Église catholique au niveau local. Mais quelle qualité avaient ces relations ? Comment les curés agissaient-ils envers les paroissiens ? Et comment les paroissiens voyaient-ils les autorités ecclésiastiques de l’extérieur de la région ? Ces questions sont au cœur du problème de l’enseignement dans la langue d’une minorité dans le comté de Prescott. La qualité de la relation entre l’Église et ses fidèles a beaucoup contribué à donner à l’instruction ses caractéristiques. La position relativement faible de l’Église au milieu du siècle et par la suite l’augmentation rapide de son pouvoir, surtout à partir des années 1870, sont directement reliées à l’histoire de l’enseignement dans le comté.

  • 27 Rapport annuel de Humphrey Hughes, canton d’Alfred, 1861, annexe, p. 159 ; rapport annuel de John (...)

22La question fondamentale touche aux changements d’opinions sur les écoles séparées. Au cours des années 1850-1860, seulement quelques écoles du comté de Prescott faisaient partie du système séparé. Les responsables scolaires rapportaient généralement que la question des écoles séparées, qui occupait la première place dans les débats des dirigeants et des éducateurs de la province à ce moment-là, n’avait pas d’importance dans la plupart des cantons du comté. Cette situation est d’autant plus surprenante que la création officielle des sections scolaires rassemblait parfois différents groupes religieux dans un même bassin de population. Le rapport du canton d’Alfred en 1861 mentionnait que « même si cinq des sections scolaires se composaient d’une population mixte, on ne disait jamais rien au sujet des écoles séparées ». De même, les écoles du canton voisin de Plantagenet Nord avaient toutes été établies selon « le principe non sectaire de l’école gratuite » dans les années 1850, et les résidents du canton de Caledonia étaient eux aussi considérés comme « des adversaires du système séparé27 ». Même si la grande majorité des écoles publiques du comté étaient anglophones, quelques-unes étaient francophones. Il est donc assez remarquable de constater que les questions relatives à la religion et à la langue d’enseignement n’étaient pas interreliées à cette époque au niveau local.

  • 28 Les titres des manuels scolaires utilisés dans toutes les écoles du comté de Prescott ont été insc (...)

23Pourquoi la question des écoles séparées n’avait-elle pas une grande importance dans le comté de Prescott au milieu du siècle, alors qu’elle en avait dans d’autres régions ? La réponse à cette question comprend plusieurs éléments. La faiblesse relative de l’Église catholique, en tant qu’institution, et la priorité généralement faible accordée à l’instruction par les colons n’ont pas suscité beaucoup d’initiatives visant à faire progresser l’instruction et encore moins à faire construire des écoles séparées, ce qui demandait du temps, de l’énergie et des dépenses supplémentaires. De plus, la géographie culturelle de la colonisation n’a pas créé une grande diversité au sein des populations mixtes au cours des années 1850-1860. Les classes était assez homogènes par rapport à la langue et à la religion puisque des considérations, telles que le moment de la colonisation et le choix d’un type de sol, tendaient à séparer les groupes culturels. De plus, dans les sections scolaires qui forçaient les enfants de différentes langue et religion à être ensemble, le groupe qui réussissait à administrer l’école la faisait fonctionner à son image ; les enfants des autres groupes culturels fréquentaient alors d’autres écoles, ou n’y allaient pas du tout. C’est seulement dans quelques sections que les membres du conseil scolaire engagèrent deux instituteurs pour satisfaire aux demandes qui étaient à l’opposé les unes des autres. Aussi, conséquence des modèles de colonisation, il y avait une grande diversité d’écoles publiques dans le comté de Prescott et chacune se différenciait par rapport à la communauté qui en avait la responsabilité. Les rapports scolaires manuscrits des années 1850 et 1860 montrent que les écoles en langue française, dont celles du système public, donnaient un enseignement religieux et utilisaient des manuels produits au Québec par l’Église catholique28. Dans ce contexte, la question des écoles séparées n’était pas une préoccupation centrale dans le comté de Prescott, comme elle l’était pour les dirigeants de l’Église catholique et les éducateurs de la province.

L’initiative du père Brunet

  • 29 Rapport annuel du surintendant des écoles communes pour le canton de Hawkesbury Est, 1870, RG2, F- (...)

24Au cours du 19e siècle toutefois, les responsables de l’Église catholique dans la vallée de l’Outaouais continuèrent de plus en plus énergiquement à créer des écoles séparées ; c’était, pour eux, un élément clé de l’organisation de la paroisse. Il n’est donc pas étonnant que les curés en soient venus à jouer un rôle éducatif important, non seulement dans les écoles confessionnelles mais aussi dans celles du système public. À titre d’exemple, nous pourrions parler de l’engagement du père Antoine Brunet, ce curé extrêmement dynamique du canton de Hawkesbury Est en 1855. Son activité, qu’il poursuivit ensuite dans le comté de Prescott jusqu’au début des années 1870, témoigne de ce qui va se passer des décennies plus tard et démontre les conséquences que pouvait avoir une éducation bien dirigée sur la population francophone du comté de Prescott. Sous sa gouverne, Hawkesbury Est commença à avoir un nombre disproportionné d’écoles en langue française — 6 sur 13 en 1870 — même si le recensement de 1871 révélait que les francophones de ce canton comptaient pour 23 p. cent de la population totale du comté. Fait encore plus significatif, cinq des six écoles en langue française faisaient partie du système séparé en 187029.

  • 30 Voir, par exemple, le père Brunet, curé du canton de Hawkesbury Est à E. Ryerson, le 29 novembre 1 (...)
  • 31 Thomas O. Steele, inspecteur des écoles, à Ryerson, le 15 mars 1871, RG 2, F-3-B, PAO.

25Il est évident que l’initiative du père Brunet a énormément contribué à la création d’écoles séparées dans le canton, comme elle a contribué au progrès général de l’instruction dans le comté. Durant son mandat comme curé, il devint un des plus ardents défenseurs de l’enseignement en langue française et il correspondit avec Egerton Ryerson au sujet du fonctionnement des écoles françaises au sein du nouveau système scolaire30. Brunet réussit aussi à obtenir des postes qui lui donnaient de l’autorité au sein de l’administration scolaire locale et qu’il utilisa pour faire la promotion de ce qu’il considérait comme les intérêts des francophones du comté de Prescott. En faisant du lobbying auprès du Conseil de l’Instruction publique du comté, il réussit à se faire décerner le titre « d’inspecteur spécial des écoles séparées ». Dès sa nomination, il refusa de coopérer avec les autorités administratives supérieures. Le 15 mars 1871, le surintendant local rapportait à Ryerson que le père Brunet avait ramassé tous les rapports des membres des conseils scolaires et qu’il « refusait de les transmettre » pour qu’ils soient officiellement vérifiés, « même si on lui avait bien expliqué la situation ». Le surintendant se plaignait auprès de Ryerson « qu’il avait attendu jusqu’à maintenant, mais en vain, en espérant qu’après avoir obtenu conseils, il [le père Brunet] aurait vu folie de sa conduite31 ».

  • 32 Minutes of the Board of Examiners for the Counties of Prescott and Russell, 1871-1897, RG 2, H-3, (...)

26Le père Brunet était aussi un membre très actif de la Commission d’examen au début des années 1870. À la première réunion, sur les six propositions, il en proposa quatre et en appuya une autre. À la réunion suivante, sur les cinq propositions, il en proposa trois et en appuya deux. Brunet utilisa la Commission pour faire des pressions sur les autorités de Toronto afin d’obtenir des mesures pratiques devant faciliter l’enseignement en langue française dans le comté de Prescott ; il voyait aussi à l’élaboration des examens pour les candidats francophones32. Son activité entraîna une augmentation rapide de la fondation d’écoles séparées en langue française, surtout au cours des années 1870, quand la réunion de toutes sortes d’éléments permit de promouvoir la participation des francophones à l’instruction.

La langue d’enseignement

  • 33 Brunet à Ryerson, le 29 novembre 1871, dans Regulations and Correspondence, p. 38.

27Un élément particulièrement important de la promotion scolaire que faisait le père Brunet, c’était le lien qu’il établissait entre la question de la langue et la création des écoles séparées. Au cours du 19 siècle, les dirigeants francophones locaux en vinrent de plus en plus à considérer la création d’une école séparée comme le moyen de régler les querelles entourant la question linguistique dans certaines sections scolaires. Cette stratégie fut utilisée dès 1867, à l’Orignal, quand des résidents francophones fondèrent leur propre école « uniquement pour que leur langue soit enseignée33 ». Les résidants avaient réagi au refus des membres du conseil scolaire d’engager un instituteur francophone.

28Cependant, créer des écoles séparées était un processus complexe qui demandait la participation des familles, des curés, des responsables scolaires locaux et aussi, ce qui est très significatif, celle des autorités religieuses et politiques supérieures. Un examen poussé de ce processus, à partir de l’exemple du canton d’Alfred, nous permet de mieux comprendre les considérations complexes qui déterminaient les attitudes et les façons de voir l’instruction dans la langue de la minorité. Il est aussi important de noter que la nature même des relations entre les paroissiens et les autorités cléricales font voir les changements démographiques, économiques, éducatifs et politiques qui ont influencé l’esprit et le comportement des francophones du comté de Prescott à la fin du 19e siècle.

La controverse de Horse Creek

  • 34 On trouvera un résumé chronologique de la controverse de Horse Creek dans « Mémoire sur les écoles (...)

29Des raisons purement matérielles, pour résoudre une querelle entre francophones, sont à l’origine de la création de la première école séparée du canton d’Alfred. La controverse de Horse Creek commença au début des années 1870, au sujet de l’école publique n° 7 située dans la partie sud du canton34. Cette région était au centre de la colonisation francophone au milieu du 19e siècle et les manuels utilisés dans les classes étaient en langue française. Avec le temps cependant, les francophones s’établirent de plus en plus loin de l’école et les parents commencèrent à réclamer la création d’une autre école pour répondre aux besoins des nouveaux sites de colonisation. On proposa de diviser la section n° 7 en deux secteurs, celui de l’est et celui de l’ouest, et de construire une école au milieu de chaque secteur. L’école actuelle, située au centre de la région, serait alors fermée.

  • 35 Ibid.

30Évidemment, les parents habitant les secteurs est et ouest appuyaient fermement ce projet et ils firent parvenir aux responsables scolaires des pétitions en faveur de la construction des deux écoles. Mais comme on pouvait s’y attendre, les parents qui habitaient au centre s’opposèrent immédiatement au projet. Ces francophones faisaient partie des familles anciennes de la région ; ils étaient « plus riches et plus influents » que ceux qui signaient la pétition et ils s’opposaient à la fermeture de leur école. Avec la redivision de la section scolaire, leurs enfants étaient désormais obligés d’aller à l’école à l’est ou à l’ouest ; c’était, disaient « les gros casques du rang » une punition injustifiée35. Leur opposition empêcha la création de nouvelles écoles pendant plusieurs années ; cependant, devant l’expansion régulière de la colonisation, les partisans de la redivision scolaire finirent par obtenir l’accord des autorités. C’est ainsi que l’école publique n° 14 ouvrit ses portes dans le secteur est du canton.

  • 36 L. A. Lavoie à Duhamel, le 19 février 1877, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AA (...)
  • 37 Gareau, « Mémoire ».

31Les parents qui voulaient conserver l’école n° 7 n’acceptèrent pas cette décision. Plutôt que de se résigner, ils entamèrent aussitôt des démarches officielles pour que leur école devienne une institution séparée. Le curé de la paroisse approuvait sans enthousiasme leur projet mais ne voulait pas en prendre la direction. Le père Lavoie de Saint-Victor-d’Alfred ne voyait aucun avantage pratique à ce que l’école devienne officiellement séparée puisqu’elle était déjà entièrement catholique. De plus, il était préoccupé, et avec raison, de la discorde parmi ses paroissiens36. Ce projet permettait aux enfants « des gros casques du rang » de rester ensemble et donnait à leur école l’assurance de demeurer financièrement solide. En agissant ainsi, les opposants à la redivision scolaire enlevèrent à l’école n° 14 tout attrait, alors que ses promoteurs avaient escompté l’appui des familles importantes de la région. Devant le refus des familles à l’aise de participer au projet, plusieurs familles qui avaient financièrement aidé à construire l’école n° 14 envoyèrent quand même leurs enfants à l’école n° 7, « afin de payer moins cher ». De cette façon, la division de la section scolaire était neutralisée. La nouvelle école publique continua pourtant de fonctionner mais, faute d’avoir une grande clientèle, cette école ne fit « que végéter37 ».

  • 38 Revised Statutes of Ontario, 1887, Toronto, Imprimeur de la reine et Warwick and Sons, 1887, tome (...)

32La coexistence d’une école publique et d’une école séparée à Horse Creek offrait certains avantages aux parents financièrement démunis, à cause d’une lacune dans l’administration de ce double système. Cette lacune se rapportait aux articles 40 et 47 de la loi sur l’école séparée. L’article 47 stipulait que le parent qui voulait transférer son enfant d’une école séparée à une école publique devait donner un avis officiel avant le deuxième mercredi de janvier de chaque année. Et l’article 40 stipulait que les parents devaient fournir un avis officiel avant le 1er mars s’ils voulaient transférer leur enfant d’une école publique à une école séparée38. Dans l’ensemble, ces deux articles retardaient le dénombrement des partisans des écoles respectives. Les parents, qui envoyaient leurs enfants dans une école séparée mais qui avaient aussi accès à l’école publique, pouvaient tirer profit de cette situation. Il s’agissait d’agir au bon moment. Avant le deuxième mercredi de janvier, ils pouvaient se faire rayer de la liste des écoles séparées en envoyant leur avis officiel déclarant qu’ils voulaient figurer dans la liste des écoles publiques. Puis, avant le 1er mars, ils pouvaient « changer d’idée » et se raviser, en déclarant vouloir intégrer le système séparé. Par conséquent, leurs noms pouvaient ne pas apparaître dans aucune liste, ni celle des écoles séparées, ni celle des écoles publiques, cette année-là.

  • 39 Gareau, « Mémoire ».

33Vu la crise économique à partir des années 1870, ce genre de considérations matérielles étaient éminemment importantes pour certains résidents du comté de Prescott. Ceux qui habitaient à Horse Creek et qui voulaient envoyer leurs enfants à l’école malgré une situation financière difficile changeaient périodiquement leur inscription officielle afin d’éviter de payer la taxe scolaire. Lorsque cette information se répandit, on créa d’autres écoles séparées pour compléter le système public. Ce comportement confondait le receveur des taxes du canton d’Alfred qui se lamentait, disant : « Tout est bouleversé… Faire la carte des écoles du cantons d’Alfred serait vraiment baroque. Jamais pareil gerrymander n’a été imaginé. C’est le chaos39. »

LA CRÉATION DES ÉCOLES SÉPARÉES QUELQUES ANNÉES PLUS TARD

  • 40 Voir G. W. Ross, « The Separate School Question and the French Language in the Public Schools », d (...)

34Au début des années 1880, plusieurs dirigeants francophones appuyaient la création des écoles séparées, comme l’avait fait le père Brunet et certains parents, dont ceux de Horse Creek. Il n’est donc pas étonnant que les éducateurs anglophones de la province aient été consternés en voyant augmenter le nombre d’écoles séparées. George Ross, le ministre de l’Éducation, reconnaissait que cette situation avait de graves conséquences sur les objectifs de son ministère. Ross craignait que les écoles séparées ne rendent plus difficile l’assimilation des différents groupes culturels par le biais de l’instruction. Selon Ross, avec la mainmise du clergé francophone sur les institutions d’enseignement, il serait de moins en moins possible d’intégrer les Canadiens français à la société ontarienne. Ross croyait que c’était seulement par un système d’éducation uniforme que les francophones allaient être attirés vers les normes britanniques et qu’ils ne pouvaient simplement pas être abandonnés aux écoles séparées. A la fin des années 1880, Ross en était donc arrivé à la conviction, comme nous l’avons vu au chapitre un, que la politique de la tolérance linguistique devait être maintenue dans son ensemble, de façon à attirer les francophones vers le système scolaire public40.

  • 41 Parfois, Evanturel agissait à titre de représentant de groupes locaux et discutait avec les respon (...)

35Toutefois, pendant ce temps, les dirigeants francophones du comté de Prescott vantaient de plus en plus les écoles séparées, voyant leur création comme le moyen pour les francophones d’améliorer leurs chances de s’instruire et de pouvoir ainsi maintenir leur position dans la communauté, ou peut-être la rehausser. Selon eux, la question des écoles séparées était directement reliée aux règlements de 1885 concernant la langue anglaise. Parmi les promoteurs de l’école séparée, il y avait des dirigeants laïcs comme le politicien Alfred Evanturel et l’inspecteur scolaire adjoint A. Dufort, qui avait été nommé à ce poste pour voir à ce que les règlements sur la langue anglaise soient respectés dans les écoles41. Mais c’est l’Église catholique qui dirigeait vraiment le mouvement en faveur des écoles séparées dans le comté de Prescott. Ce leadership était assumé par quelques curés, cependant, vu les changements du contexte dans lequel se déroulaient les relations culturelles, Mgr l’archevêque d’Ottawa, Joseph-Thomas Duhamel fut amené à intervenir avec énergie.

36Mgr Duhamel était un ultramontain dévoué qui se rendit souvent à Rome au cours de son mandat au diocèse d’Ottawa. Successeur de Mgr Guigues, il était un homme extrêmement intransigeant, il ne fit aucun compromis tout au long de son mandat qui dura de 1874 à 1909, l’année de sa mort.

  • 42 Mandements et circulaires Duhamel, 2, pp. 93-95, comme l’a cité Choquette dans L’Église catholique (...)

37Pour Mgr Duhamel, les enfants catholiques ne devaient fréquenter que les écoles catholiques. Ce point de vue avait aussi été celui de Mgr Guigues mais Mgr Duhamel en fit une nécessité absolue. À partir du milieu des années 1870, il donnait constamment à ses prêtres l’ordre de rappeler aux parents « leur strict devoir d’établir, de soutenir les écoles catholiques et d’y envoyer ceux que Dieu leur a confié et qui sont plus les enfants de Dieu qu’ils ne sont les leurs42 ».

La controverse de l’Orignal

  • 43 Bérubé à Duhamel, le 2 mars 1880, L’Orignal, Saint-Jean-Baptiste, I.4F.1, AAO.
  • 44 On trouvera cette description et le texte suivant sur la controverse dans J. McMillan et d’autres, (...)

38L’engagement particulier de l’archevêché dans la question scolaire du comté de Prescott commença après que Mgr Duhamel eut reçu une lettre du père Octave Bérubé de Saint-Jean-Baptiste de l’Orignal43 en mars 1890, au sujet du statut des écoles de sa paroisse. Le père Bérubé commença sa lettre en racontant avec fierté qu’une controverse au sujet de la langue dans une des écoles de l’Orignal avait finalement été réglée. Cette controverse avait débuté en 1886, alors que les contribuables francophones avaient réussi à avoir beaucoup d’influence dans l’administration de l’école n° 1 de l’Orignal. Ce conseil avait eu la responsabilité de faire construire une imposante école en 1877, au coût de 7 500 $. L’édifice avait deux étages, un grand hall, quatre classes et une aile à l’arrière réservée à une école secondaire dirigée par ses propres membres du conseil scolaire44. Jusqu’en 1886, à l’école primaire, un maître d’école protestant et son assistant enseignaient à deux classes d’élèves anglophones alors qu’un assistant francophone enseignait à une classe de francophones. Les membres du conseil scolaire francophones mirent fin à cet arrangement. Lors de sa première réunion, le conseil annonça que les instituteurs anglophones seraient démis de leur fonction et, en dépit des protestations et d’une pétition des parents anglophones, le conseil engagea deux instituteurs francophones pour enseigner à tous les niveaux de l’élémentaire.

39La transformation de l’école publique n° 1, passant d’une école bilingue sous la direction des anglophones, à une école unilingue française sous la direction des francophones, reflétait beaucoup plus que de simples changements dans la composition culturelle du village. L’augmentation du nombre d’élèves francophones ne nécessitait pas la fermeture des classes en langue anglaise, comme l’expliquèrent 48 contribuables anglophones dans une lettre à George Ross, lui demandant d’intervenir en leur nom. Ils se plaignaient de ce que les deux nouveaux instituteurs n’utilisaient que la moitié de l’édifice principal et que le programme « ne répondait désormais plus aux règles et règlements et aux lois concernant l’école publique dans la province ». Ces contribuables rapportaient que le catéchisme faisait partie du programme régulier et que les élèves passaient beaucoup de temps « à observer les rites et les cérémonies de l’Église catholique ». Mais ces plaintes, soulignaient-ils, étaient secondaires par rapport au problème de savoir lequel des deux groupes avait des droits sur l’édifice. Les anglophones expliquaient à Ross qu’ils avaient tout de suite créé une école privée après le limogeage de leurs instituteurs et qu’ils planifiaient d’en faire une école protestante séparée. Ils avaient espéré pouvoir temporairement occuper les deux classes vides de l’école élémentaire mais les membres du conseil scolaire leur refusèrent « le droit de préemption ». Les parents se tournèrent alors vers les membres du conseil scolaire de l’école secondaire, qui étaient anglophones, et obtinrent la permission d’utiliser une classe.

40Mais ce succès fut de courte durée. Quand les anglophones demandèrent officiellement l’autorisation de créer une école protestante séparée, les membres du conseil scolaire francophones réagirent rapidement et votèrent une résolution leur interdisant d’occuper une partie de l’école, y compris dans l’aile réservée au cours secondaire. La résolution était claire : les francophones avaient l’intention d’assumer la direction entière de l’école, forçant ainsi les anglophones à défrayer les coûts d’une autre école ailleurs. Tentant d’empêcher cette mainmise des francophones sur l’école, les anglophones suppliaient Ross de faire enquête sur « l’administration et les conditions » de l’école publique n° 1 et de leur garantir que la moitié des classes de l’école élémentaire soit allouée à leur école protestante séparée.

  • 45 Ce témoignage laisse entendre que l’école ne se conformait pas aux directives provinciales. La Com (...)

41La lettre de l’Orignal donnait au ministre des raisons de se préoccuper du statut culturel de l’instruction dans le comté de Prescott mais le ministre ne pouvait pas faire grand-chose pour la minorité anglophone. Cependant, les plaintes des contribuables auraient été justifiées dans la mesure où l’enseignement de la religion se faisait durant les heures régulières de classe et si l’anglais n’y était pas enseigné conformément aux règlements de 188545. Mais Ross n’avait toujours aucun moyen de faire appliquer ces règlements. Et de toute façon, le problème le plus important était celui de l’édifice même et Ross n’avait aucun pouvoir d’intervention. Les francophones avaient pris légalement la direction du conseil de l’école publique et les membres du conseil scolaire agissaient à l’intérieur des limites de leurs droits, faisant fonctionner l’école et engageant les instituteurs de leur choix. Les anglophones découvraient ainsi une situation qui était familière aux francophones dans plusieurs régions du comté, à savoir que les membres du conseil scolaire une fois élus dirigeaient le plus souvent les écoles locales au détriment des groupes minoritaires.

  • 46 Bérubé à Duhamel, le 10 avril 1890, L’Orignal, Saint-Jean-Baptiste, I.4F.1, AAO.

42Dans sa lettre de 1890 à Mgr Duhamel, le père Bérubé lui rapportait que les anglophones avaient finalement cessé de revendiquer l’école principale et qu’ils s’étaient installés dans un autre édifice. Bérubé se montrait très satisfait de cette solution, même si elle lui semblait seulement temporaire. L’école devait ensuite passer au système séparé, disait Bérubé dont la stratégie s’appuyait sur des considérations purement matérielles. L’école, en demeurant au sein du secteur public jusqu’à l’éviction des anglophones, permettait aux francophones de posséder un édifice complètement neuf et de profiter financièrement des deux groupes linguistiques. Le plan du père Bérubé, c’était de laisser l’école dans le système public jusqu’à ce que la dette de sa construction soit payée, puis d’en faire une école séparée « tout en conservant notre belle école ». De cette façon, les francophones pouvaient bénéficier des ressources financières des contribuables anglophones tout en faisant la promotion de leur propre langue et de leur propre religion46.

La controverse au sujet de l’école n° 4

  • 47 Ibid.

43Dans sa lettre, le père Bérubé était obligé d’admettre que la solution au conflit de l’Orignal avait coïncidé avec l’émergence d’une autre controverse à la limite ouest de la paroisse. Les supporteurs francophones de l’école n° 4, celle que fréquentaient les enfants des paroisses de Saint-Victor-d’Alfred et de Saint-Jean-Baptiste, étaient divisés sur la question de savoir si l’école devait faire partie du système public ou du système séparé. À la fin des années 1880, un groupe de familles francophones avait décidé de fonder une école séparée et avait été obligé de déménager dans un autre édifice parce que l’école était dirigée par un petit nombre d’anglophones protestants qui avaient le droit de maintenir l’école comme ils l’entendaient. Cependant, la nécessité de relocaliser l’école avait découragé une minorité assez importante de francophones ; ainsi, des 24 familles habitant dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, neuf continuaient d’envoyer leurs enfants à l’école publique. Bérubé expliquait que ces « récalcitrants » recevaient l’appui de certains francophones de la paroisse voisine de Saint-Victor-d’Alfred qui avaient eux-mêmes le choix d’envoyer leurs enfants à l’école publique n° 4 ou à une autre école séparée plus ancienne. Or sans l’unité des francophones, la nouvelle école aurait de la difficulté à fonctionner, étant obligée de se battre pour payer tous les frais. Bérubé savait que la solution au problème était de créer une école unique, mais il se sentait incapable de résoudre ce dilemme : « Que faire Monseigneur, je vous le demande47 ».

44Tout d’abord, Mgr Duhamel écrivit à Bérubé pour obtenir plus de renseignements, notamment au sujet des procédures légales devant mener à l’établissement des écoles séparées dans le comté de Prescott. Le curé lui fournit tous les détails, le 10 avril 1890, soulignant la procédure qui avait satisfait les autorités provinciales responsables de l’instruction lors de la création antérieure d’autres écoles séparées. Il avoua aussi qu’il était en accord avec le groupe qui voulait fonder une école séparée mais qu’il se sentait incapable de persuader les autres francophones de s’unir au groupe et de garantir ainsi le financement de l’école. Bérubé ajoutait :

Ceux qui se sont mis en école séparée dans cette section sont trop faibles pour soutenir une école séparée catholique, cependant ils sont bien décidés à faire de grands sacrifices pour faire fonctionner leur école catholique pour jusqu’au mois de janvier prochain.

  • 48 Bérubé à Duhamel, le 10 avril 1890, L’Orignal, Saint-Jean-Baptiste, I.4F.z, AAO.

45Bérubé, après avoir décrit la situation de ce groupe de francophones, alla au-delà de sa première requête. Il suggéra à l’archevêque Duhamel l’idée que son intervention directe permettrait de résoudre facilement le problème. Le curé en était arrivé à croire qu’aucune solution n’était possible « sans que vous, Monseigneur, y mettiez la main48 ».

  • 49 Report of Commissioners on Schools in the Counties of Prescott and Russell in Which the French Lan (...)

46 L’intervention de l’archevêque. Mgr Duhamel réagit immédiatement. En 1890, il fit la tournée du comté de Prescott et ordonna directement à tous les parents catholiques d’envoyer leurs enfants à l’école séparée, ou d’en créer une si nécessaire. Cette tournée arrivait à point nommé, à la fin de la Commission de 1889 sur les écoles de langue française dans la province. Comme la commission n’avait enquêté que sur les écoles du système public, les francophones étaient préoccupés de l’avenir de ces écoles, non de celui des écoles séparées, et ils craignaient « de perdre leurs privilèges49 ». Cette anxiété fut amplement entretenue lors de la campagne électorale de l’élection provinciale de 1890. Les conservateurs, en exigeant qu’on enseigne uniquement en anglais, et la position ambiguë des libéraux à ce sujet, ne laissaient présager rien de bon pour l’avenir des écoles de langue française dans le comté de Prescott. Dans ce contexte, l’ordre de créer des écoles séparées ne tombait pas dans des oreilles de sourds. La Commission de 1889, en ne s’intéressant qu’aux écoles publiques, démontrait que les autorités provinciales se souciaient peu des écoles séparées ; par conséquent, sans le vouloir, la commission amena les francophones à considérer les écoles séparées comme le refuge les mettant à l’abri des attaques des politiciens et des examens minutieux de la province.

  • 50 Ibid., pp. 23-23.

47La convergence des intérêts externes avec ceux du comté donna naissance à un mouvement très fort en faveur de la création des écoles séparées. Entre 1889 et 1893, treize écoles de langue française passèrent du système public au système séparé dans le comté de Prescott. Le changement le plus important s’opéra dans le canton d’Alfred où sept écoles délaissèrent le système public. (Une de ces écoles était l’école n° 14, mettant ainsi fin à la controverse de Horse Creek qui traînait en longueur50.)

48La promotion de l’école séparée n’était pas efficace dans toutes les sections du comté de Prescott. Pour diverses raisons, plusieurs groupes de parents francophones voulaient continuer d’appuyer l’école publique. Alors Mgr Duhamel déclara qu’il ne tolérerait pas de divergences d’opinion et que les sacrements seraient même refusés à qui n’appuyerait pas le système séparé. Cette réponse simple et décisive aurait pu être bien accueillie si l’image qu’on avait des Canadiens français, comme étant des gens passifs et soumis, avait représenté la réalité. Mais le père Bérubé savait bien que tel n’était pas le cas et pourtant, ni lui ni l’archevêque n’avait prévu que les querelles continueraient.

  • 51 Syndics de la section n° 4, Longueuil à Duhamel, 1892, Alfred, I.4B (documents particuliers) (écol (...)

49 La réaction des résidents. La première réaction des communautés locales fut d’accepter la directive de l’archevêché. Dans la paroisse de Saint-Jean-Baptiste, les membres du conseil scolaire francophones de l’école n° 14 plièrent sous les pressions du diocèse. « Nous sommes près [sic] à abandonner tous [sic] les prétentions de notre école commune aux syndics de l’école séparée de notre section [pour] qu’il n’y ait qu’une seule école séparée centrale dans la section. » En acceptant de se joindre à leurs homologues des écoles séparées, les membres du conseil scolaire soulignaient qu’ils agissaient ainsi contre leurs propres intérêts, puisque l’école séparée était endettée pour plusieurs centaines de dollars alors que leur école avait un surplus de 100 $. Cependant, ils étaient prêts à soutenir la politique de l’archevêque51.

50Les parents de Saint-Victor-d’Alfred étaient moins persuadés qu’il fallait obéir à la directive officielle, même s’ils hésitaient à affronter personnellement l’autorité de l’Église. Dans une lettre anonyme, ils expliquèrent à Mgr Duhamel pouquoi ils refusaient de suivre ses ordres. Ces paroissiens, qui continuaient d’appuyer l’école publique n° 4, admettaient que de changer pour une école séparée serait un chose souhaitable dans des conditions idéales, mais que dans leur situation financière actuelle, ils n’étaient pas « assez forts ». De plus, expliquaient-ils, l’école publique venait d’être réparée au coût de 250 $ ; s’ils se désengageaient en faveur de l’école séparée, cette dépense bénéficierait seulement aux enfants protestants anglophones. Ils reconnaissaient aussi que la population du comté vieillissait et que l’immigration du Québec déclinait :

Il y a moins besoin de deux écoles, à présent, que voilà dix ans passés parce que dans ce temps-là, il y avait beaucoup plus d’enfants qu’à présent ; il y en a plusieurs qui ont fini d’élever leurs familles et qui n’ont plus d’enfants à envoyer à l’école.

  • 52 Lettre anonyme de quelques Canadiens français de la paroisse Saint-Victor-d’Alfred à Duhamel, le 5 (...)

51Les parents qui n’avaient pas d’enfants d’âge scolaire passaient pour les plus grands partisans des deux écoles puisqu’ils n’étaient pas préoccupés de la compétence de l’instituteur. Pour que l’école séparée soit rentable financièrement, ces parents étaient prêts à engager un instituteur « à bas prix qui menacerait l’éducation de [leurs] enfants ». L’argument financier prenait le pas sur les conséquences de l’instruction. Ces parents anonymes soulignèrent dans leur lettre que la politique de l’archevêque ne reflétait pas la complexité de ces considérations pratiques. Ils déclarèrent à Mgr Duhamel qu’ils espéraient « faire [leurs] Pâques comme par le passé » mais ils ne laissaient pas entendre qu’ils changeraient de décision même si on leur refusait les sacrements. Ils affirmèrent plutôt que « ce serait bien dur de se faire refuser les sacrements » juste parce qu’ils refusaient de fermer une école vieille de 50 ans pour favoriser un école ouverte depuis 5 ans52.

  • 53 « Liste des dissidents », L’Orignal, I.4F (documents particuliers) (écoles : 1890-1921), AAO.
  • 54 François Lombard à Duhamel, le 13 mars 1892, Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877- (...)
  • 55 Ces rapports sont ainsi classés : Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO, (...)

52Il ne fait aucun doute que l’anonymat de la lettre permettait aux parents de s’opposer fermement à la politique diocésaine. Mais l’archevêque en identifia rapidement les auteurs. En écrivant au curé, il obtint la « liste des dissidents » qui comprenait les noms de dix chefs de famille qui s’opposaient à l’école séparée dans la section n° 453. De plus, Mgr Duhamel fit une enquête au sujet du déclin de la fréquentation scolaire dont la lettre anonyme avait parlé. Le père François Lombard de la paroisse Saint-Victor lui répondit qu’étant donné la localisation de l’école entre les deux paroisses, il devrait y avoir suffisamment d’élèves54. (En fait, les registres de la paroisse du début des années 1880 montrent que cette école séparée était la plus petite des écoles des paroisses de Saint-Victor et de Saint-Jean-Baptiste et que sa situation financière restait précaire alors que l’opposition tenait fermement son bout55.)

  • 56 Xavier Gauthier à Duhamel, le 3 mars 1893, ibid.

53Le 22 février 1893, les dissidents réaffirmèrent leur position, dans une lettre adressée à l’archevêque Duhamel par Xavier Gauthier, un contribuable et un administrateur de la section n° 4. Gauthier expliqua de nouveau la situation financière mais cette fois-ci, il fit clairement la distinction au plan juridique, entre les écoles publiques et les écoles séparées. Il expliqua que les catholiques francophones dirigeaient l’école publique n° 4 et que celle-ci était située dans une région où il n’y avait pas de résidents protestants. Mais la région qui formait le bassin de contribuables comprenait des propriétés appartenant à des protestants qui n’y résidaient pas ; par conséquent, l’école publique revevait par année à environ 60 $ de plus que ce que les résidents catholiques payaient en taxe. Gauthier ne voyait pas pourquoi on devait remettre ce montant supplémentaire, simplement pour avoir une école séparée. Il affirma aussi que l’école n° 4 était « l’une des meilleures écoles catholiques du comté » et que, en tant que parents, ni lui ni les résidents qui partageaient son opinion n’étaient prêts à sacrifier l’instruction de leurs enfants pour la simple raison d’étendre le réseau du système séparé. Gauthier termina sa lettre en disant que ceux qui appuyaient l’école publique méritaient de recevoir les sacrements, puisqu’ils versaient régulièrement de l’argent au fonds paroissial lors des quêtes à l’église. Cependant, par cette affirmation, Gauthier informait inconsciemment l’archevêque que les dissidents avaient reçu les sacrements, en dépit de l’ordre du diocèse, durant le temps de Pâques. Il demanda « la faveur d’être admis encore cette année au banquet eucharistique » indiquant par le fait même que le père Lombard s’était rallié à l’opposition locale qui défiait la politique de l’archevêque56.

  • 57 François Lombard à Duhamel, le 3 mars 1893, ibid.

54 La réaction des curés. Une semaine plus tard, le père Lombard, abandonnant tout espoir de régler lui-même le problème, écrivit à Mgr Duhamel. Il prétendait que toutes les solutions avaient été envisagées et que la solution entière était maintenant entre les mains de l’archevêque « Votre Grandeur, le seul juge autorisé57 ». La question des écoles séparées démontrait clairement les tensions sous-jacentes qui animaient les relations entre les dirigeants laïcs et les curés du comté de Prescott. À la fin des années 1880, cette relation s’appuyait sur une grande collaboration, d’où l’augmentation rapide du nombre d’écoles séparées. Mais dans certains cas, les intérêts particuliers des dirigeants laïcs ne coïncidaient pas avec le point de vue général du diocèse. Les curés se trouvaient ainsi parfois dans une situation difficile malgré l’autorité officielle qu’ils détenaient. Le père Lombard, en admettant son échec, et Xavier Gauthier, en dévoilant par inadvertance que les dissidents avaient continué de recevoir les sacrements, contribuèrent à miner la position du curé vis-à-vis l’archevêque.

  • 58 François Lombard à Duhamel, le 25 septembre 1893, ibid.
  • 59 Par exemple, Lombard à Alexis Huitouburgh, le 26 septembre 1893,ibid.

55Les mois suivants, Mgr Duhamel réaffirma sa politique de punir ceux qui appuyaient l’école publique mais l’application de cette directive faisait problème. Le 23 septembre 1893, il menaça d’affecter Lombard à une autre paroisse, l’accusant de désobéir aux ordres du diocèse. Immédiatement, Lombard nia cette accusation, affirmant qu’il avait refusé de donner les sacrements aux « chefs de famille » francophones de l’école publique n° 458. Mais le curé savait qu’il était dans une position difficile, coincé entre les ordres impérieux du diocèse et les besoins de ses paroissiens. En plus de protester de son innocence, il se mit à écrire frénétiquement aux curés des paroisses avoisinantes, pour leur demander qu’ils l’aident à conserver son poste59. Mais Lombard savait bien qu’il n’y avait qu’une solution : convaincre les dissidents d’envoyer leurs enfants à l’école séparée. Mais comment y parvenir sans semer la confusion complète dans toute la paroisse ?

  • 60 Bérubé à Duhamel, le 10 avril 1890, L’Orignal, St-Jean-Baptiste, I.4F. (documents particuliers) (é (...)

56Le père Bérubé, de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, ne chercha pas à atténuer la situation fâcheuse dans laquelle se trouvait le père Lombard ; au contraire, il essaya, à ses dépens, de tirer profit de la situation pour se faire valoir auprès de l’archevêque comme un curé efficace. Il se vantait que les membres des conseils scolaires de sa paroisse avaient accepté depuis longtemps l’école séparée et il jubilait en quelque sorte de ce que Lombard était incapable de s’imposer aux résidents de Saint-Victor. Le 3 février 1894, Bérubé écrivit à Mgr Duhamel que Lombard perdait du terrain, au lieu d’en gagner. En commérant, il lui rapporta que plusieurs familles avaient délaissé l’école séparée au profit de l’école publique, laissant ainsi l’école séparée « plus faible que jamais ». En prétendant qu’il ne lui était pas toujours facile de faire la promotion de la politique diocésaine, il montrait son ressentiment face à l’apparente hésitation de Lombard à vouloir contraindre ses paroissiens à obéir : « On croit que le curé de l’Orignal est un peu trop ardent pour les écoles tandis que le curé d’Alfred ne tient pas du tout à s’en occuper60. »

  • 61 Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.
  • 62 Télégrammes entre Lombard et Duhamel, février 1894, Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles  (...)

57En écrivant à Mgr Duhamel, le curé Bérubé était, et c’est peu dire, retors. Les registres de la paroisse montraient que l’école séparée n° 4 était toujours petite mais pas que sa fréquentation diminuait61. Pas plus qu’on ne pouvait accuser le père Lombard d’être inactif. Durant l’année 1894, il tenta fébrilement à plusieurs reprises d’intégrer l’école publique au système séparé de façon à réunir tous les enfants francophones. Comme le 1er mars 1894 approchait, c’est-à-dire la date limite pour demander officiellement à s’intégrer au système séparé, Lombard et Duhamel s’échangèrent des télégrammes62. Les dissidents s’étaient-ils rangés ? Les documents étaient-ils prêts ? Est-ce qu’on allait donner l’avis officiel ?

  • 63 Reçus de 51,26 $ (28 décembre 1896) et de 90 $ (30 décembre 1896) de Mgr Duhamel pour payer la det (...)

58La date limite passa et l’école fonctionnait toujours à l’intérieur du système public. La force de la communauté dissidente avait été inébranlable. Alors, au cours des années qui suivirent, le diocèse aida de ses subventions l’école séparée n° 4, toujours aux prises avec des difficultés financières. Par exemple, en 1896, l’archevêque envoya 141,26 $ pour couvrir la dette de l’école63.

Conclusions au sujet des controverses

  • 64 Report of Commissioners (1893), p. 32 ; et plus tard « Rapport sur les écoles de la paroisse Saint (...)

59La ténacité des francophones de Saint-Victor d’Alfred démontre que les intérêts locaux pouvaient en quelque sorte mettre au défi le pouvoir hiérarchique de l’Église. Les directives officielles n’étaient pas toujours passivement suivies. Malgré la force coercitive de leurs armes, comme le refus d’accorder les sacrements, les autorités ecclésiastiques ne pouvaient pas toujours ignorer les points de vue des dirigeants laïcs du comté de Prescott. Les militants francophones de Saint-Victor avait certainement été remarquables mais ils ne furent pas les seuls à s’opposer à la promotion des écoles séparées. Les dirigeants francophones qui avaient réussi à prendre la direction de l’imposante école publique de l’Orignal, réagirent de la même façon. Même si au début le père Bérubé avait prédit que cette école deviendrait une école séparée dès que les anglophones protestants auraient quitté l’édifice, il n’en fut rien et l’école continua à faire partie du système public64. En effet, en partant, les anglophones ôtaient aux francophones tous motifs de délaisser le système public. Cette évolution démontrait combien la position des francophones était forte, surtout parce que George Ross n’était pas intervenu directement lors des demandes d’arbitrage des anglophones.

60Globalement, le système séparé offrait des possibilités d’isolement, ce qui attira beaucoup les francophones après 1885. Mais il importe de souligner les exemples de la résistance des francophones parce que cela dément les affirmations selon lesquelles l’immigration des francophones du Québec avait amené une population de moutons dans l’est de l’Ontario. Ces exemples montrent également qu’il y avait une foule de facteurs qui déterminaient les actions et le comportement de certains groupes de francophones dans le comté. Les Canadiens français ne formaient pas un groupe monolithique, surtout pas après les années 1870. Les différentes façons de penser et de se comporter reflétaient la diversité des conditions familiales et celles des individus. Le comportement et les actions « des gros casques du rang » de Horse Creek s’inscrivent dans la logique des modèles de l’histoire socio-économique du comté de Prescott. Les familles mieux implantées étaient davantage aptes et prêtes à assumer les coûts additionnels d’une école séparée. Ces familles étaient non seulement plus riches mais aussi plus intéressées par l’instruction et leurs enfants allaient à l’école régulièrement et plus longtemps que les autres enfants. Il n’est donc pas étonnant que la question des écoles séparées ait mis au jour les différences d’opinions des divers groupes francophones.

61Il importe toutefois de noter que les opinions et les comportements complexes des francophones à l’égard des écoles séparées ressemblaient beaucoup à ceux des anglophones catholiques. En 1898, des anglophones écrivirent à Mgr Duhamel une lettre remarquablement semblable à celle que les francophones avaient écrite auparavant. Ces contribuables, rattachés aux sections nos 1 et 5, une région de colonisation irlandaise dans le canton d’Alfred, écrivirent à Mgr Duhamel pour lui dire qu’ils s’opposaient aux pressions du diocèse de créer des écoles séparées. Ils expliquèrent que le tiers des contribuables qui défrayaient les coûts de l’école publique était des protestants, alors qu’une seule famille protestante envoyait ses enfants à cette école. De plus, disaient-ils, « nos frères séparés n’interviennent jamais dans les affaires de notre école et nous donnent l’entière et complète liberté de gérer et de faire fonctionner l’école dans le plus grand intérêt de la religion catholique ». Le manque de raison pour quitter le système public s’ajoutait aux motivations sérieuses de conserver l’école telle quelle. L’édifice et le terrain qui l’entourait avaient beaucoup de valeur et, soulignaient-ils, « transformer immédiatement l’école en une école séparée entraînerait d’importantes pertes financières et créerait des difficultés innombrables ».

  • 65 Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO. Les anglophones qui ont écrit cet (...)

62À l’instar des francophones qui avaient pris la défense de leur école publique n° 4, ces catholiques anglophones ne voyaient pas pourquoi ils devaient affaiblir leur position financière juste pour obtenir un statut officiel d’école séparée ; ils demeurèrent intransigeants et l’école continua à faire partie du système public65.

  • 66 L’expérience de l’instruction catholique aux États-Unis fournit une perspective historique compara (...)

63L’insistance du clergé auprès des Irlandais catholiques des sections 1 et 5 pour qu’ils créent une école séparée démontre que les motivations de l’Église allaient bien au-delà de la menace croissante que les Canadiens français faisaient planer sur l’instruction publique. Pour les dirigeants religieux, la création des écoles séparées faisait partie de la réorganisation et du renforcement du pouvoir de l’Église au 19e siècle. Cet essor n’avait pas pour but précis de donner consistance à l’identité franco-ontarienne et, en réalité, il n’était pas dépendant de ce qu’on percevait comme une menace à la stabilité linguistique66. Mais en même temps, l’exemple du comté de Prescott nous montre que, pour les dirigeants francophones laïcs, la question des écoles séparées était directement reliée à la langue d’enseignement. Les porte-parole de la communauté ne mentionnaient jamais que la création des écoles séparées était un élément nécessaire et essentiel à l’amélioration et à la réorganisation de la paroisse. Pour eux, ces écoles étaient tout d’abord une façon de se mettre à l’abri de l’ingérence provinciale d’éducateurs ayant conscience du problème linguistique.

64En ce sens, toutes sortes de motivations ont présidé à la transformation des écoles publiques en écoles séparées dans le comté de Prescott. Mgr Duhamel cherchait avant tout à améliorer et à élargir la structure de la paroisse, alors que certains dirigeants laïcs voyaient la poursuite de l’enseignement en français dans les écoles comme une fin en soi. De la symbiose de ces deux objectifs de nombreuses écoles séparées furent créées à la fin du 19e siècle dans le comté de Prescott.

  • 67 Voir Séguin, La conquête du sol, chap. 9. Voir aussi René Hardy et Jean Roy, « Encadrement social (...)
  • 68 Séguin, La conquête du sol, chap, 9, et Gagnon et Hardy, L’Église et le village.

65La capacité des dirigeants laïcs locaux de défendre leurs intérêts face aux autorités de l’Église catholique apparaît inhabituelle dans le contexte général de l’époque. Des études sur les paroisses du Québec, dont celles des régions de colonisation au nord, révèlent le très grand pouvoir socio-économique de plusieurs curés67. Des historiens ont souligné que les paroissiens n’étaient pas entièrement soumis au pouvoir du clergé et qu’il y a parfois eu des conflits au niveau local. Il n’y a cependant aucune preuve d’un mouvement de résistance populaire et surtout pas dans les paroisses où les curés réussissaient à collaborer avec les dirigeants de la communauté. Les différences entre ces études et l’exemple du comté de Prescott témoignent du degré de pouvoir qu’avait le clergé. Le pouvoir de l’Église catholique se raffermissait rapidement dans le comté de Prescott, mais il était loin d’être aussi solide que dans les paroisses du Québec, comme à Hébertville au Saguenay68. Dans l’ensemble, le ratio prêtre/fidèles demeura bien loin de la moyenne du Québec à la fin du 19e siècle. On baptisait les nouveau-nés à une date de plus en plus proche de celle de leur naissance, mais les délais restaient bien supérieurs à ceux du Québec, même par rapport aux délais enregistrés dans le comté rural de Sorel au 18e siècle. Il est possible d’en conclure que, de l’avis même de la hiérarchie de l’Église catholique, le comté de Prescott était vraiment plus marginal pour eux que pour les éducateurs anglophones de Toronto. Ainsi, le pouvoir clérical ne pouvait pas y être totalement arbitraire. L’activité de la paroisse dépendait, du moins en partie, de la convergence impartiale des intérêts locaux et diocésains.

LES ÉCOLES SÉPARÉES : LES RÉSULTATS À LA FIN DU 19e SIÈCLE

  • 69 Rapports des inspecteurs des écoles séparées catholiques, ministère de l’Éducation de l’Ontario, R (...)

66Qu’est-ce que la création des écoles séparées à donné au plan de l’instruction ? Est-ce que les francophones du comté de Prescott étaient effectivement à l’abri des conséquences négatives de l’enseignement dans la langue de la minorité ? Ont-ils réussi à se libérer, même temporairement, de George Ross et du Mail ? Ces questions touchent directement au cœur de la situation des écoles séparées dans le comté de Prescott. Pour répondre à ces questions, les sources historiques les plus pertinentes sont les rapports des inspecteurs sur les écoles séparées catholiques69. Mais ces rapports ont leur faiblesse, du fait que ces inspecteurs étaient anglophones et qu’ils représentaient le système scolaire provincial. En dépit du statut officiel des écoles séparées en Ontario, ces inspecteurs avaient tendance à critiquer sans raison les écoles, surtout dans leurs commentaires explicatifs. Mais ces témoignages sont importants, parce que les rapports manuscrits de ces inspecteurs fournissent une information globale sur chacune des écoles. Les données offrent des renseignements sur l’inscription, la fréquentation scolaire, la langue enseignée, les niveaux de compétence, l’état des écoles, la qualité du matériel pédagogique et l’évaluation générale de l’inspecteur. Il en ressort une description très large des écoles au fil des ans. Utilisés avec précaution, ces rapports peuvent au moins suggérer quel a été l’impact de la création des écoles séparées dans le comté de Prescott.

  • 70 Hawkesbury Est, n° 2, et Alfred, n° 3, décembre 1883, ibid.

67Les rapports des inspecteurs de l’époque ne sont pas ambigus et décrivent les écoles séparées, au cours des années 1880 et 1890, comme étant de pauvre qualité dans le comté de Prescott. Ces rapports montrent que la plupart des écoles durant les années 1880 étaient encore de petites constructions en bois rond équipées de vieux pupitres et ayant peu de fournitures scolaires. L’école séparée n° 2, à la Chute-au-Blondeau dans le canton de Hawkesbury Est était « à peine suffisamment grande pour 25 » enfants même s’il y en avait 80 d’inscrits. L’école avait « seulement quatre tables longues servant de pupitres » et un « tout petit » tableau. D’autres écoles étaient aussi petites et même si certaines avaient des cartes géographiques, « l’équipement matériel » spécifique à l’enseignement était considéré comme « déficient »70.

  • 71 Hawkesbury Est, n° 7, juin 1890 ; et n° 4, décembre 1883, ibid., et Alfred, n° 3, décembre 1883, i (...)

68En général, les inspecteurs louaient le travail des instituteurs du comté de Prescott qui essayaient de faire de leur mieux, mais ils reconnaissaient qu’ils n’arrivaient pas à surmonter les difficultés qui leur permettraient d’offrir une instruction de qualité. Les écoles séparées étaient en majorité francophones ; mais à cause des pressions officielles auprès de tous les catholiques en faveur de l’école séparée, il y avait quelques classes mixtes composées habituellement de Canadiens français et de descendants d’Irlandais. Les instituteurs étaient rarement préparés à enseigner dans de telles circonstances, étant donné surtout le nombre d’élèves dans les classes. Un inspecteur rapporta avec sympathie qu’à l’école séparée n° 7, dans le canton d’Hawkesbury Ouest, « étant donné le grand nombre d’élèves et la double nature du travail — anglais et français — cette école se tirait d’affaire… Mais la vérité brutale… l’école ne peut carrément pas donner de résultats satisfaisants. » À l’école n° 4 de Hawkesbury Est, l’inspecteur remarqua que « les enfants francophones et anglophones avaient besoin de faire des exercices. Les deux langues sont enseignées mais aucune avec beaucoup de succès ». À l’école n° 3 du canton d’Alfred, « on a trop tenté de choses et trop peu ont été réalisées »71.

  • 72 Longueuil, n° 7, juin 1890, et Plantagenet Sud, juin 1890, ibid.

69Les problèmes de l’enseignement dans les classes mixtes n’étaient cependant pas très répandus, puisque la proportion d’anglophones catholiques dans le comté de Prescott était assez petite, surtout à la fin du 19e siècle. Après 1885, le défi pédagogique le plus important, c’était qu’on enseigne au moins un peu d’anglais dans toutes les écoles de l’Ontario. Selon les rapports des inspecteurs, cette exigence était souvent ignorée et même là où les enseignants francophones tentaient d’enseigner un peu d’anglais, les résultats n’étaient pas intéressants. Le rapport de 1890 concernant l’école séparée n° 7 dans le canton de Longueuil mentionnait qu’on venait tout juste de « commencer » à y enseigner l’anglais alors qu’à l’école n° 7 du canton de Plantagenet Sud, on était « en général assez compétent » sauf en ce qui concerne « l’enseignement de l’anglais qui était assez arriéré »72. La difficulté de trouver suffisamment d’enseignants francophones même unilingues donnait peu d’espoir de pouvoir engager des instituteurs bilingues qualifiés.

70Ces exemples laissent entendre que, à la fin du 19e siècle, le surpeuplement des écoles en bois rond, le manque d’équipement des classes, la compétence des enseignants et les problèmes de la langue ont contribué à créer un enseignement de piètre qualité chez les francophones du comté de Prescott, même à l’intérieur du système des écoles séparées. Il est possible que les inspecteurs aient exagéré la situation, mais il n’y a aucune preuve dans les rapports que les écoles séparées aient été mieux qu’à peine viables. De plus, ces sources indiquent que les mauvaises conditions de l’enseignement à l’élémentaire affectaient non seulement les élèves francophones, quand ils étaient jeunes, mais aussi qu’elles minaient leur chance de pouvoir poursuivre des études classiques plus tard. Le fait que l’anglais n’était pas efficacement enseigné à l’élémentaire empêchait souvent les enfants d’aller à l’école secondaire alors uniquement anglaise dans le comté de Prescott. En raison du climat économique de l’époque, seuls quelques parents francophones avaient les moyens financiers d’envoyer leurs enfants ailleurs, dans une école de langue française. Mais dans tous les cas, la piètre qualité de l’instruction ne pouvait pas pré parer les élèves francophones à poursuivre d’autres études, même dans leur propre langue.

71Dans l’ensemble, par conséquent, la situation des francophones était loin d’égaler l’expérience des autres citoyens en matière de l’instruction.

72Les données scolaires révèlent les limites étroites à l’intérieur desquelles les francophones pouvaient diriger leur propre destinée, au plan de l’instruction dans le comté de Prescott. La stratégie de la création d’écoles séparées ne pouvait surmonter les conditions locales dans une province où le dualisme ne faisait simplement pas partie de la pensée intellectuelle dominante.

Notes

1 Jean-Pierre Wallot, « Religion and French-Canadian Mores in the Early Nineteenth Century », dans Canadian Historical Review, vol. 52, n° 1, mars 1971, pp. 51-93.

2 Pour une vue d’ensemble du changement de la position de l’Église, voir Nive Voisine, Histoire de l’Église catholique au Québec, 1608-1970, Montréal, Éditions Fides, 1971. Voir aussi Pierre Savard, Aspects du catholicisme canadien-français au XIXe siècle, Montréal, Éditions Fides, 1980.

3 Wallot, « Religion and French-Canadian Mores », p. 90. En réécrivant l’histoire de l’influence de l’Église catholique auprès des francophones, plusieurs chercheurs démontrent les aspects « normaux » de cette histoire plutôt que son caractère unique comme le présentaient les études plus anciennes. Wallot, par exemple, conclut que pour les francophones du début du 19e siècle, « la qualité de leur vie religieuse… était tout à fait normale pour une société formée de fermiers et d’ouvriers agricoles qui avaient quelque influence et un peu d’instruction dans un moment de restructuration économique et de changement social », p. 15.

4 Susan Mann Trofimenkoff, The Dream of Nation : A Social and Intellectual History of Quebec, Toronto, Éditions Gage, 1983, chap. 8 ; et Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Quebec : A History, 1867-1929, traduction de Robert Chodos, Toronto, Éditions James Lorimer, 1983, pp. 198-204.

5 Parmi les ouvrages récents, citons Micheline Dumont-Johnson, « Les communautés religieuses et la condition féminine », dans Recherches sociographiques, vol. 19, janvier-avril 1978, pp. 79-102 ; Marta Danylewycz, « Changing Relationships : Nuns and Feminists in Montreal, 1890-1925 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 14, n° 28, novembre 1981, pp. 413-434 ; et l’essai de Bernard Denault et Benoît Lévesque, Éléments pour une sociologie des communautés religieuses au Québec, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1975.

6 Parmi les ouvrages récents, voir Serge Gagnon et René Hardy, L’Église et le village au Québec, 1850-1930, Montréal, Éditions Leméac, 1979 ; et Normand Séguin, La conquête du sol au 19e siècle, Sillery, Québec Éditions Boréal Express, 1977, chap. 9.

7 Louis-Philippe Audet, Histoire du conseil de l’Instruction publique de la province de Québec, 1856-1964, Montréal, Éditions Leméac, 1964.

8 Donald H. Akenson relie Cullen au contexte canadien dans « Mass Schooling in Ontario : The Irish and ‘English Canadian’ Popular Culture » dans Being Had : Historians, Evidence and the Irish in North America, Port Credit, Ontario, Éditions P. D. Meany, 1985, pp. 143-187.

9 Pour un exemple des liens entre le Québec et l’Irlande, voir Roberto Perin « Troppo Ardenti Sacerdoti : The Conroy Mission Revisited », dans Canadian Historical Review, vol. 61, n° 3, septembre 1980, pp. 283-304. Pour d’autres informations, voir Jay P. Dolan, Catholic Revivalism : The American Experience (1830-1900), Notre-Dame, Indiana, Éditions University of Notre-Dame Press, 1978.

10 En 1891, il y avait 2 284 non-francophones parmi les 18 534 catholiques du comté de Prescott, Recensement du Canada, 1891.

11 Pour une bonne information sur le diocèse d’Ottawa, voir Robert Choquette, L’Église catholique dans l’Ontario français du dix-neuvième siècle, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1984 ; Donald G. Cartwright, « Institutions on the Frontier : French-Canadian Settlement in Eastern Ontario in the Nineteenth Century », dans The Canadian Geographer, vol. 21, n° 1, printemps 1977, pp. 1-21, et du même auteur, « Ecclesiatical Territorial Organisation and Institutional Conflict in Eastern and Northern Ontario, 1840 to 1910 », Canadian Historical Association, dans Historical Papers, 1978, pp. 176-199. Voir aussi Nive Voisine et Jean Hamelin, Les ultramontains canadiens-français, Montréal, Éditions Boréal Express, 1985.

12 Alexis de Barbezieux, Histoire de la province ecclésiastique d’Ottawa et de colonisation dans la vallée de l’Ottawa, Ottawa, 1897, tome 1, pp. 299-305. Au milieu du 19e siècle, les Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée formaient un ordre religieux très important dans la vallée de l’Outaouais. Pour en connaître davantage sur leurs activités, voir Gaston Carrière, « Les Oblats dans la vallée de l’Outaouais, 1841-1861 », dans La Société Canadienne d’Histoire de l’Église Catholique, Rapport (1954-1955), pp. 25-58. Et du même auteur, pour une information plus complète, Histoire documentaire de la Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée dans l’Est du Canada, 12 vol., Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1957-1975.

13 Lettre de Mgr l’évêque Guigues cité dans Barbezieux, Histoire, tome 1, p. 316.

14 Antonio Mandeville, Histoire de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste de l’Orignal, Ottawa, 1936, p. 96.

15 Barbezieux, Histoire, tome 1, p. 298.

16 Comme l’a cité G. S. Martineau, « La Survivance française dans les comtés de Prescott et Russell », thèse de maîtrise, Université McGill, 1947, p. 60. René Hardy a étudié le rôle du curé dans « L’Activité du curé de Notre-Dame de Québec : un aperçu de l’influence du clergé au milieu du XIXe siècle », dans Histoire sociale/Social History, vol. 3, n° 6, novembre 1970. pp. 5-32.

17 Mandeville, Histoire, p. 96.

18 Barbezieux, Histoire, tome 1, pp. 327-328.

19 Lucien Brault, Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, L’Orignal, Éditions Conseil des Comtés Unis, 1965, p. 173.

20 Barbezieux, Histoire, tome 1, pp. 256-34.

21 Recensement du Canada, 1851, 1891.

22 Louis-Edmond Hamelin, « Évolution numérique séculaire du clergé catholique dans le Québec », dans Recherches sociographiques, vol. 2, n° 2, avril-juin 1961, pp. 189-242.

23 C. Thomas, History of the Counties of Argenteuil, Quebec and Prescott, Ontario, Montréal, Éditions John Lovell and Son, 1896, pp. 574, 632. Voir aussi Brault, Histoire des comtés unis, p. 273.

24 L’attention du clergé à ce genre de préoccupation a été étudiée par Pierre Savard dans « La vie du clergé québécois au XIXe siècle », dans Recherches sociographiques, vol. 8, n° 3, septembre-décembre 1967, pp. 259-273.

25 Allan Greer, Peasant, Lord, and Merchant : Rural Society in Three Quebec Parishes, 1740-1840, Toronto, Editions University of Toronto Press, 1985, p. 113.

26 Les registres de la paroisse Saint-Victor sont toujours au presbytère du village d’Alfred et les registres de Saint-Paul sont à Curran.

27 Rapport annuel de Humphrey Hughes, canton d’Alfred, 1861, annexe, p. 159 ; rapport annuel de John Lawless, canton de Plantagenet Nord, 1858, annexe, p. 6 ; rapport annuel de Isaac Kendall, canton de Caledonia, 1858, annexe, p. 6. Pour des détails bibliographiques sur les rapports annuels, voir le chapitre 1, note 39.

28 Les titres des manuels scolaires utilisés dans toutes les écoles du comté de Prescott ont été inscrits dans les rapports annuels des surintendants locaux des écoles communes et sont disponibles pour la période allant de 1850-1870 au RG2, F-3B, PAO. James K. Love affirme que le ministère de l’Éducation du Canada-Ouest voyait la normalisation des manuels scolaires comme une importante contribution à l’anti-américanisme et à la stabilité socio-culturelle au milieu du 19e siècle ; voir « Cultural Survival and Social Control : The Development of a Curriculum for Upper Canada’s Common Schools in 1846 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 15, n° 32, novembre 1982, pp. 357-382. Bruce Curtis a utilisé une documentation semblable (mais de façon plus systématique) pour remettre en question cette affirmation et il laisse entendre que les livres ont joué un rôle assez novateur en étant sous le contrôle de l’État ; voir « School Books and the Myth of Curricular Republicanism : The State and the Curriculum in Canada West, 1820-1850 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 16, n° 32, novembre 1983, pp. 305-319.
Pour connaître les antécédents des Recueils de textes nationaux irlandais recommandés, voir D. H. Akenson, The Irish Education Experiment, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1970. Louis-Philippe Audet trace une vue d’ensemble des progrès de l’instruction au Québec dans « Education in Canada East and Quebec, 1840-1875 » dans J. D. Wilson, R. M. Stamp et L.-P. Audet, Canadian Education : A History, Scarborough Ontario, Éditions Prentice Hall, 1970, pp. 167-189.

29 Rapport annuel du surintendant des écoles communes pour le canton de Hawkesbury Est, 1870, RG2, F-3-B, PAO.

30 Voir, par exemple, le père Brunet, curé du canton de Hawkesbury Est à E. Ryerson, le 29 novembre 1871, dans Regulations and Correspondence Relating to French and German Schools in the Province of Ontario, Toronto, Éditions Warwick and Sons, 1889, p. 38.

31 Thomas O. Steele, inspecteur des écoles, à Ryerson, le 15 mars 1871, RG 2, F-3-B, PAO.

32 Minutes of the Board of Examiners for the Counties of Prescott and Russell, 1871-1897, RG 2, H-3, vol. 35, PAO.

33 Brunet à Ryerson, le 29 novembre 1871, dans Regulations and Correspondence, p. 38.

34 On trouvera un résumé chronologique de la controverse de Horse Creek dans « Mémoire sur les écoles séparées d’Alfred » préparé par Médéric Gareau pour O. Routhier, vicaire général d’Ottawa, Alfred, I.4B, 29, Archives du diocèse d’Ottawa (Archives of the Archdiocese of Ottawa [AAO]).

35 Ibid.

36 L. A. Lavoie à Duhamel, le 19 février 1877, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.

37 Gareau, « Mémoire ».

38 Revised Statutes of Ontario, 1887, Toronto, Imprimeur de la reine et Warwick and Sons, 1887, tome 2, pp. 2483-2484.

39 Gareau, « Mémoire ».

40 Voir G. W. Ross, « The Separate School Question and the French Language in the Public Schools », dans Report of the Speech Delivered on the Occasion of the Annual Demonstration of the Toronto Reform Association, le 29 juin 1889, Toronto, 1889. J. R. Miller a décrit un climat intellectuel pertinent dans « Anti-Catholic Thought in Victorian Canada », dans Canadian Historical Review, vol. 66, n° 4, décembre 1985, pp. 474-494.

41 Parfois, Evanturel agissait à titre de représentant de groupes locaux et discutait avec les responsables de l’instruction. Pendant la controverse de Horse Creek, par exemple, il présenta une pétition à Ross lui demandant que la création de l’école séparée dans la section n° 7 soit officiellement acceptée, même si la procédure officielle n’avait pas été suivie ; voir Gareau, « Mémoire ». Apparemment, Dufort aurait utilisé la promotion de l’école séparée comme un moyen de réconcilier sa propre conscience de Canadien français avec sa situation officielle qui l’amenait à devoir faire respecter les règles et les règlements provinciaux en matière d’instruction ; voir, par exemple, la lettre anonyme envoyée à Mgr. Duhamel, le 5 mars 1879, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.

42 Mandements et circulaires Duhamel, 2, pp. 93-95, comme l’a cité Choquette dans L’Église catholique, p. 309.

43 Bérubé à Duhamel, le 2 mars 1880, L’Orignal, Saint-Jean-Baptiste, I.4F.1, AAO.

44 On trouvera cette description et le texte suivant sur la controverse dans J. McMillan et d’autres, à Geo. W. Ross, 1er décembre 1886, RG 2, série O, boîte 6, Registres sur l’éducation, PAO.

45 Ce témoignage laisse entendre que l’école ne se conformait pas aux directives provinciales. La Commission de 1889 sur les écoles en langue française rapportait qu’il n’y avait pas d’enseignement religieux et qu’on y enseignait l’anglais le temps obligatoire. Cependant, les rapports de la paroisse indiquent que l’école donnait la demi-heure permise d’enseignement religieux après les heures normales de classe. Voir « Report of the Commission on French Language Public Schools in Ontario, 1889 » dans Regulations and Correspondence ; et « Rapport sur les écoles de la Paroisse St. Jean-Baptiste, L’Orignal, Ontario, le 13 juillet 1891 », L’Orignal, I.4F (documents particuliers) (écoles : 1890-1921), AAO.

46 Bérubé à Duhamel, le 10 avril 1890, L’Orignal, Saint-Jean-Baptiste, I.4F.1, AAO.

47 Ibid.

48 Bérubé à Duhamel, le 10 avril 1890, L’Orignal, Saint-Jean-Baptiste, I.4F.z, AAO.

49 Report of Commissioners on Schools in the Counties of Prescott and Russell in Which the French Language Is Taught, Toronto, Editions Warwick and Sons, 1893, p. 17.

50 Ibid., pp. 23-23.

51 Syndics de la section n° 4, Longueuil à Duhamel, 1892, Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.

52 Lettre anonyme de quelques Canadiens français de la paroisse Saint-Victor-d’Alfred à Duhamel, le 5 mars 1892, ibid.

53 « Liste des dissidents », L’Orignal, I.4F (documents particuliers) (écoles : 1890-1921), AAO.

54 François Lombard à Duhamel, le 13 mars 1892, Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.

55 Ces rapports sont ainsi classés : Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO, et L’Orignal, I.4F (documents particuliers) (écoles : 1890-192 1), AAO.

56 Xavier Gauthier à Duhamel, le 3 mars 1893, ibid.

57 François Lombard à Duhamel, le 3 mars 1893, ibid.

58 François Lombard à Duhamel, le 25 septembre 1893, ibid.

59 Par exemple, Lombard à Alexis Huitouburgh, le 26 septembre 1893,ibid.

60 Bérubé à Duhamel, le 10 avril 1890, L’Orignal, St-Jean-Baptiste, I.4F. (documents particuliers) (écoles : 1890-1921), AAO.

61 Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.

62 Télégrammes entre Lombard et Duhamel, février 1894, Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO.

63 Reçus de 51,26 $ (28 décembre 1896) et de 90 $ (30 décembre 1896) de Mgr Duhamel pour payer la dette de l’école séparée n° 4, ibid.

64 Report of Commissioners (1893), p. 32 ; et plus tard « Rapport sur les écoles de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, L’Orignal, 1898 », L’Orignal, St. Jean-Baptiste, I.4F. (documents particuliers) (écoles : 1890-1921), AAO.

65 Alfred, I.4B (documents particuliers) (écoles : 1877-1949), AAO. Les anglophones qui ont écrit cette lettre représentaient le cœur de la colonisation irlandaise arrivée à Alfred au cours des années 1830-1840. John McCusker et d’autres à l’archevêque d’Ottawa, 1898.

66 L’expérience de l’instruction catholique aux États-Unis fournit une perspective historique comparative. À la fin du 19e siècle, les écoles paroissiales en langue française augmentaient rapidement en Nouvelle-Angleterre. En même temps, augmentaient aussi les écoles paroissiales pour les Irlandais et les Allemands ; alors que dans les régions où il y avait des Allemands on mettait sur pied des programmes bilingues, la langue d’instruction n’était pas un problème dans plusieurs des écoles. Ainsi, la formation des écoles catholiques ne dépendait pas uniquement de la menace que les groupes minoritaires semblaient ressentir.
Un aperçu de l’ensemble de l’expérience américaine est donné dans Harvard Encyclopedia of American Ethnic Groups, Cambridge, Mass, Éditions Les Presses de l’Université Harvard, 1980, réf. : « éducation ». Pour une étude d’un cas révélateur, voir David A. Gerber, « Language Maintenance, Ethnic Group Formation, and Public Schools : Changing Patterns of German Concern, Buffalo, 1837-1874 », dans Journal of American Ethnic History, vol. 4, n° 1, automne 1984, pp. 31-61. Voir aussi Murray W. Nicolson, « Irish Catholic Education in Victorian Toronto : An Ethnic Response to Urban Conformity », dans Histoire sociale/Social History, vol. 17, n° 34, novembre 1984, pp. 287-306.

67 Voir Séguin, La conquête du sol, chap. 9. Voir aussi René Hardy et Jean Roy, « Encadrement social et mutation de la culture religieuse en Mauricie », dans Questions de culture, vol. 5, 1983, pp. 61-78 ; et Benoît Lacroix et Jean Simard, Religion populaire : religion de clerc ?, Québec, Éditions Institut québécois de recherche sur la culture 1984.

68 Séguin, La conquête du sol, chap, 9, et Gagnon et Hardy, L’Église et le village.

69 Rapports des inspecteurs des écoles séparées catholiques, ministère de l’Éducation de l’Ontario, RG2, F-3-F, PAO.

70 Hawkesbury Est, n° 2, et Alfred, n° 3, décembre 1883, ibid.

71 Hawkesbury Est, n° 7, juin 1890 ; et n° 4, décembre 1883, ibid., et Alfred, n° 3, décembre 1883, ibid.

72 Longueuil, n° 7, juin 1890, et Plantagenet Sud, juin 1890, ibid.

Table des illustrations

Titre FIGURE 12. Intervalle entre la naissance des enfants et leur baptême, paroisses Saint-Victor-d’Alfred et Saint-Paul, de 1839 à 1885
Légende Âge des autres personnes ayant été baptisés (années)1839–1840 : 3, 6, 20, 26, 35, 45, 72, 901851 : 2, 2, 20, 261860 : 5, 21
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540