Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Chapitre cinq. Quatre fantômes et la foule : les politiques du conflit culturel

Texte intégral

  • 1 Au sujet de l’élection provinciale en Ontario en 1890, voir Franklin A. Walker, Catholic Education (...)

1Les études politiques concernant l’instruction dans la langue de la minorité décrivent habituellement les campagnes électorales au cours desquelles la question des écoles a été au centre des débats. Les historiens ont minutieusement rétabli la chronologie des discussions qui ont eu lieu durant l’élection provinciale de 1890 en Ontario et l’élection fédérale de 1896, alors que la question des écoles au Manitoba a attiré l’attention de tout le pays1. Ces études ont de l’importante, mais elles limitent notre compréhension du problème de l’instruction dans la langue de la minorité de trois façons. Premièrement, elles font apparaître le problème de la langue comme un problème épisodique alors que c’est un problème courant de l’évolution de certaines communautés. Les études politiques qui mettent l’accent sur des élections bien précises nient que les périodes d’intenses débats publics s’inscrivent dans le contexte particulier d’une vision à long terme. Les controverses au sujet de la question linguistique lors de certaines campagnes électorales avaient leur propre histoire et leur propre passé qu’un point de vue uniquement centré sur la chronologie d’une élection en particulier ne peut rendre.

2Deuxièmement, les histoires politiques reconnues mettent l’accent sur les discours des dirigeants provinciaux et fédéraux ; elles analysent rarement le débat au niveau de la communauté, présumant ainsi qu’elle a été entraînée dans ce débat sans vraiment trop réagir. Il en découle donc que l’historiographie officielle repose en grande partie sur les déclarations publiques des principaux dirigeants politiques et rédacteurs de journaux importants et, dans une moindre mesure, sur les propos extraits de la correspondance privée ou des journaux personnels. Les dirigeants locaux, même ceux qui vivaient dans les régions où il y avait de sérieux conflits linguistiques, ne font pas partie de l’historiographie sur l’enseignement dans la langue de la minorité.

3Finalement, les études officielles sur les politiques de la question linguistique touchent à peine, sinon jamais, au contexte socioéconomique du débat électoral. Ces études traitent de la campagne électorale et du vote comme s’il s’agissait d’un aspect intellectuel de l’histoire, compréhensible selon ses propres lois. Cette approche isole donc les politiques des autres éléments de la vie quotidienne et ignore ainsi la relation qui existait entre les considérations matérielles et idéologiques des politiciens et des électeurs.

4Un examen poussé des politiques du conflit culturel dans le comté de Prescott au 19e siècle montre clairement l’importance d’analyser en détail la situation au niveau local ; cela permet de mieux comprendre le problème de l’instruction dans la langue de la minorité et d’identifier des acteurs importants dans certaines communautés en particulier. Les données de cette étude semblent indiquer qu’il existait un lien dialectique entre les événements au niveau local et le grand débat aux niveaux provincial et fédéral. De plus, l’expérience des politiciens du comté de Prescott met en évidence l’importance des changements socio-économiques et des décisions électorales sur la nature de ce débat. Il est évident que les changements démographiques et matériels dans le comté de Prescott ont eu un effet sur l’histoire politique de la question linguistique, surtout au milieu des années 1880. À ce moment-là, les politiques sont apparues comme un élément important de la convergence des forces qui allaient engendrer le conflit culturel à la fin du 19e siècle.

5L’argumentation que nous allons maintenant développer s’appuie sur deux types de documents : les journaux locaux (en anglais et en français) et les résultats des élections provinciale et fédérale. Les journaux nous permettent de refaire la chronologie des événements et nous donnent à voir comment les journalistes entrevoyaient l’évolution de ces politiques. Cette documentation écrite ne représente, évidemment, que les points de vue et les priorités de quelques dirigeants locaux (même si les rédacteurs s’exprimaient souvent comme si leurs idées étaient largement partagées). Mais il ne faut surtout pas voir comme une limite le fait que les journaux locaux ne puissent pas être considérés comme « la voix » des gens. En réalité, les journaux du comté de Prescott nous fournissent une façon jusqu’ici inédite d’appréhender ce que vivaient les communautés aux prises avec la controverse linguistique. En effet, une faiblesse importante de l’historiographie officielle, c’est de ne s’appuyer que sur des articles de journaux écrits par des chroniqueurs de Toronto. Comme nous le verrons, les journaux du comté de Prescott offrent des événements politiques un tout autre point de vue.

6Quant aux résultats des élections au niveau local, ils indiquent comment les électeurs du comté de Prescott ont réagi au débat politique. En analysant la liste électorale d’une municipalité, nous pouvons entrevoir pour chaque élection des modèles de comportement différents chez les anglophones et les francophones. De plus, les données électorales nous permettent d’identifier les candidats, non seulement par leur appartenance à un parti politique ou à un groupe linguistique, mais aussi par leur profession et leur position sociale. On peut dès lors relier l’identification de ces candidats aux modèles de votation ainsi qu’au débat politique de campagnes électorales précises.

7Dans l’ensemble, les comptes rendus des journaux et la documentation relative aux élections nous permettent de comprendre globalement les interrelations entre l’expérience des communautés et les événements qui se sont déroulés au-delà de leurs frontières.

LA LUTTE POUR LA DIRECTION DU PARTI CONSERVATEUR

8L’élection provinciale de février 1883 est un moment critique de l’histoire des relations culturelles dans le comté de Prescott. Alors que le jour du scrutin approchait, les observateurs locaux reconnaissaient que la nature de la campagne électorale était bien différente de celle des autres campagnes. En janvier, The News and Ottawa Valley Advocate, de l’Orignal, écrivait dans son éditorial :

  • 2 The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 janvier 1883.

Le comté de Prescott semble être au bord d’une lutte politique et si les signes veulent dire quelque chose, nous pouvons nous préparer à des tiraillements entre les Canadiens français et les anglophones du comté lors de la prochaine élection générale à l’Assemblée législative2.

  • 3 Ibid. L’appui des anglophones et des francophones au Parti conservateur au cours des années 1870 é (...)

9Les luttes lors des conventions de mises en candidature avaient été les « signes » d’une confrontation « nationale » imminente. Traditionnellement, les francophones du comté de Prescott appuyaient le parti conservateur mais, jusqu’à la fin des années 1870, leurs votes étaient plutôt considérés comme « accessoires par rapport à celui des autres nationalités3 ». Cependant, comme la colonisation francophone augmentait, il fallait ajuster en conséquence ces considérations d’ordre politique.

  • 4 Lucien Brault, Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, L’Orignal, Ontario, Éditions Co (...)

10Le changement culturel au niveau des influences électorales affecta directement un nombre assez important d’anglophones conservateurs qui avaient depuis longtemps la haute main sur l’association locale du parti par le biais des conventions de mise en candidature. Ce groupe, utilisant la langue et les règles de procédure pour limiter au minimum la participation des francophones à la sélection des candidats, maintenait ainsi ses positions en dépit de tous les changements dans la circonscription électorale. Alors que la colonisation francophone prenait de l’expansion, la situation de plus en plus précaire des conservateurs anglophones leur inspira des scénarios pleins d’imagination. Ainsi John Hamilton, propriétaire de la scierie de Hawkesbury et fervent supporteur des conservateurs, avait pris depuis la Confédération l’initiative de limiter l’influence des francophones dans le parti. Mais sa combine la plus extraordinaire impliquait le père Antoine Brunet, de Hawkesbury Est. Selon l’entente passée avec ce curé, celui-ci devait voir à ce que les francophones votent pour le candidat anglophone aux élections provinciales ; en retour, Hamilton promettait de faire voter les anglophones en faveur du candidat francophone aux élections fédérales. En théorie, cette division des votes devait servir à éviter que le changement de la géographie culturelle du comté de Prescott ne vienne à bout du parti conservateur. Cependant, Hamilton n’était pas de bonne foi. Il ne moussa pas la candidature d’un francophone aux élections fédérales et s’opposa même activement en 1878 à ce que le francophone déjà nommé ne représente le parti. En passant une entente avec le père Brunet, Hamilton s’efforçait tout simplement d’écarter les francophones du leadership politique au sein du parti conservateur et, par conséquent, du comté4.

Le élections fédérales

  • 5 Pour une analyse de l’étendue du droit de vote au fédéral, voir Norman Ward, The Canadian Hovse of (...)
  • 6 Durant la campagne fédérale de 1878, on avait exprimé certains doutes quant à l’affaiblissement du (...)

11La stratégie pour attribuer un siège au candidat francophone au fédéral et un siège au candidat anglophone au provincial a toutefois eu une importance considérable sur la situation des anglophones du comté de Prescott, surtout après 1874, lorsque la législation fédérale eut aboli les mises en candidature publiques et le vote par scrutin5. Le refus d’Hamilton d’accorder son soutien au candidat conservateur francophone Félix Routhier en 1878 n’a pas affecté le résultat des élections ; de plus, cela révéla la faible influence des électeurs anglophones dans le comté, alors que les Canadiens français obtenaient plus de pouvoir au sein du parti. Même si Hamilton et quelques autres anglophones avaient soutenu la candidature du rival conservateur de langue anglaise, plusieurs anglophones demeurèrent loyaux envers le parti : leurs votes, ajoutés au vote francophone massif, donnèrent la victoire à Routhier. Après cette élection, les principaux partis politiques du comté de Prescott ne proposèrent plus de candidat anglophone aux élections fédérales. À la suite du résultat des élections de 1878, les deux partis se rendent à l’évidence qu’aucune victoire électorale ne peut être obtenue sans le soutien des francophones6. À l’élection fédérale suivante, les libéraux appuyèrent massivement Simon Labrosse, qui obtint aussi quelques votes de conservateurs francophones traîtres à leur parti. Félix Routhier se présenta encore comme candidat conservateur mais il fut défait. Les libéraux l’emportèrent encore aux élections suivantes. (Voir tableau 36.)

TABLEAU 36. Résultats des élections fédérales dans le comté de Prescott, de 1867 à 1896

Candidats

Parti politique

Votes

1867

Albert Hagar

Libéral

1 205

T. Higginson

Conservateur

130

1872

Albert Hagar

Libéral

Par acclamation

1874

Albert Hagar

Libéral

665

Thomas White

Conservateur

659

James Boyd

Conservateur-indépendant

292

1878

Félix Routhier

Conservateur

875

Albert Hagar

Libéral

870

Angus Urquhart

Conservateur-indépendant

661

1882

Simon Labrosse

Libéral

1 322

Félix Routhier

Conservateur

1 021

1887

Simon Labrosse

Libéral

1 414

Félix Routhier

Conservateur

1 223

1891

Isidore Proulx

Libéral

1 269

Félix Routhier

Conservateur

608

E. A. Johnson

Indépendant

532

David D. Bertrand

Indépendant

335

1896

Isidore Proulx

Libéral

1 334

H. Cloran

Patrons-Libéral

996

D. Sabourin

Conservateur

902

Source : Bibliothèque du Parlement, section Information et Références, History of the Federal ElectorialRidings, 1867-1980, vol. 2, Ontario, Ottawa, 1982-83, pp. 628-629

  • 7 Pour une courte biographie de Labrosse et Routhier, voir J. K. Johnson, The Canadian Directory of (...)

12Les élections fédérales au cours des années 1870 et celle de 1882 nous montrent clairement combien les communautés francophones du comté de Prescott avaient mûri. Ces années ont donné naissance à un nouveau groupe de francophones formé de professionnels et de dirigeants économiques dont certains profitèrent de leur situation économique relativement assurée pour se lancer en politique. Simon Labrosse, par exemple, était un commerçant local et le receveur des postes. Avant d’entrer dans l’arène fédérale, il fut conseiller et président du conseil municipal. Il siégea à la Chambre des communes de 1882 à 1891, alors qu’il refusa d’être à nouveau candidat. Quant à Félix Routhier, originaire de Saint-Placide au Québec, il avait une petite manufacture à Vankleek Hill. Comme Labrosse, il utilisa sa situation économique comme base de ses activités politiques au niveau fédéral7.

Les élections provinciales

13Le même courant apparut assez tôt au niveau de la politique provinciale. Les conservateurs anglophones du comté avaient continué de diriger les conventions de mise en candidature dans les années 1870, alors que le parti restait victorieux. Sous la direction de ce groupe, les conservateurs (à la fois anglophones et francophones) avaient défait les libéraux à majorité anglophone durant trois élections consécutives. En 1881, cependant, lors d’une élection partielle à la suite du décès de William Harkin, le parti libéral utilisa une stratégie brillante pour miner l’alliance des conservateurs anglophones et francophones. Il présenta deux candidats : Simon Labrosse, qui divisa le vote des conservateurs francophones et Albert Hagar, un anglophone unilingue qui s’attira le vote habituel de la majorité anglophone. Comme les conservateurs francophones étaient en pleine confusion, le vote anglophone suffit à faire élire Hagar. La stratégie des libéraux avait réussi à contrebalancer les changements culturels au niveau politique dans le comté de Prescott, et il en fut ainsi durant le restant du siècle.

  • 8 The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 janvier 1883. En analysant la liste électorale, les réd (...)

14La liste électorale de 1883 confirme que l’équilibre du pouvoir était vraiment en train de changer dans le comté de Prescott. Les journalistes de The News and Ottawa Valley Advocate informèrent leurs lecteurs que cette liste identifiait trois cantons où les électeurs francophones avaient remporté une nette majorité. De plus, comme les Canadiens français étaient à peine minoritaires ailleurs, ils avaient dans le comté un avantage total de 125 électeurs. Quant aux électeurs anglophones, ils ne détenaient une solide position que dans le canton de Hawkesbury Ouest8. (Voir tableau 38.)

TABLEAU 37 Résultats des élections provinciales dans le comté de Prescott, de 1867 à 1898

Candidat

Parti politique

Votes

1867

James P. Boyd

Libéral

838

T. McGee

Conservateur

816

1871

George Wellesley Hamilton

Conservateur

853

James P. Boyd

Libéral

719

1875

William Harkin

Conservateur

988

R. P. Pattee

Libéral

591

1879

William Harkin

Conservateur

900

J. Ryan

Libéral

622

E.Johnson

Indépendant

232

L. Vanbridges

Indépendant

136

1881

Albert Hagar

Libéral

1 002

S. Labrosse

Libéral

950

T. Lee

Conservateur

119

J. Butterfield

Indépendant

115

1883

Albert Hagar

Libéral

1 292

Alfred F. E. Evanturel

Conservateur

1 260

1886

Alfred F. E. Evanturel

Libéral

1 665

I. H. Molloy

Libéral

1 522

1890

Alfred F. E. Evanturel

Libéral

Par acclamation

1894

Alfred F. E. Evanturel

Libéral

2 038

J. Cross

Conservateur

830

1898

Alfred F. E. Evanturel

Libéral

Par acclamation

Source : Roderick Lewis, A Statistical History of All the Electoral Districts of the Province of Ontario since 1867, Toronto, Baptist Johnson, n.d., pp. 217-218 ; Roderick Lewis, Centennial Edition of A History of Electoral Districts, Legislatures and Ministries of the Province of Ontario, 1867-1968, Toronto, Queen’s Printer, 1969 ; Henry J. Morgan, éd., The Canadian Parliamentary Companion, Montréal, John Lowell, 1974, et J. A. Gemmill, éd., The Canadian Parliamentary Companion, Ottawa, J. Durie, 1891

TABLEAU 38. Électeurs du comté de Prescott à l’élection de 1883

Canton/Village

Electeurs francophones

Electeurs anglophones

Alfred

436

97

Caledonia

164

207

Longueuil

142

62

Hawkesbury Est

324

366

Hawkesbury Ouest

30

327

Plantagenet Nord

342

218

Plantagenet Sud

212

221

L’Orignal

35

48

Village de Hawkesbury

121

135

Total

1 806

1 681

Source : liste des électeurs telle que compilée et présentée dans The News and Ottawa Valley Advocate du 30 janvier 1883

L’ESSOR DE LA PRISE DE CONSCIENCE DES FRANCOPHONES

  • 9 The News and Ottawa Valley Advocate, le 11 mai 1880.

15Cette transition devint particulièrement importante face à l’essor de la prise de conscience des francophones. Au printemps 1880, les Canadiens français commencèrent à mettre leur énergie et leur ardeur dans la création d’associations culturelles. Félix Routhier, le député du comté de Prescott au fédéral, joua un rôle important en entretenant et en organisant cette ferveur. Au début de mai, Routhier prononça un « discours éloquent » pour susciter la création d’une Société Saint-Jean-Baptiste devant une foule de Canadiens français réunis après la messe de l’Ascension, une fête catholique importante9. Sa suggestion eut un succès immédiat et, peu après, Routhier présida une très grande réunion à l’Orignal, où tous les gens du comté avaient été invités à mettre sur pied leur association locale.

  • 10 Lettre de A. Evanturel, en date du 13 mai 1880, au rédacteur en chef, The News and Ottawa Valley A (...)

16Le moment choisi pour cette assemblée à l’Orignal était en partie lié à l’annonce du grand rassemblement de Canadiens français qui devait avoir lieu à Québec ; ce rassemblement avait pour objectifs d’évaluer « la force numérique » de la population canadienne-française dans les différentes régions de l’Amérique du Nord et de « prendre les moyens nécessaires de prévenir ou d’arrêter l’exode regrettable » des francophones vers la Nouvelle-Angleterre. Plus précisément, ce rassemblement devait promouvoir l’immigration des Canadiens français vers « le nord-ouest et vers les trois grandes vallées canadiennes ouvertes à la colonisation : les vallées de l’Outaouais, de la Saint-Maurice et du Saguenay ». Cette annonce aviva les efforts des dirigeants francophones du comté de Prescott à créer leurs propres associations culturelles. L’ordre du jour de la conférence leur donnait la certitude que la situation qu’ils occupaient dans la vallée de l’Outaouais leur accordait une place importante dans le grand dessein du leadership québécois10.

17Au début de juin, il y avait des projets de création de filiales de la Société Saint-Jean-Baptiste dans toutes les paroisses du comté. Leur inauguration officielle avait été fixée au samedi 21 juin, alors qu’une « grande cérémonie » en l’honneur du saint patron devait se tenir à l’Orignal. L’expression de l’affirmation francophone dans le comté de Prescott s’exprima ce jour-là de façon magistrale.

  • 11 The News and Ottawa Valley Advocate, le 11 mai 1880.

Les préparatifs étaient en cours depuis déjà un bon moment pour que nos Français puissent bien fêter le jour de leur fête nationale. Et ce jour indiqué, c’était hier. Samedi, on a érigé deux belles arches [… et] presque chaque maison du village était décorée de drapeaux et autres ornements, ce qui produisait un effet vivant et agréable. Les gens, tôt levés, préparaient leurs étalages et plusieurs salves furent tirées pour commémorer ce jour. Une fanfare de Hull… réveilla de sa musique plusieurs personnes. La procession se forma aux coins de l’Ange Gardien et se mit en marche vers l’église à environ dix heures et demie. À ce moment-là, de nombreuses personnes venant du comté étaient arrivées et les rues avaient un air très vivant. La procession avançait vers l’église avec, en tête, des gendarmes à cheval et les membres importants de la Société… Au moment d’arriver à l’église, une foule dense se pressait dans les portes et entra dans le vaste édifice. La foule était si dense qu’au moins 200 personnes ne purent trouver place à l’intérieur [… Après la messe] la procession se reforma et se dirigea dans un ordre admirable vers Cameron’s Grove où elle se sépara pour manger joyeusement sous les arbres. Après avoir de nouveau écouté la musique de la fanfare, les gens se rassemblèrent près d’une plate-forme érigée pour cette occasion et ils écoutèrent la brève allocution du député, l’Hon. Félix Routhier11.

18À la fin de la fête, la foule applaudit « vigoureusement » et plusieurs organisateurs quittèrent aussitôt les lieux pour participer aux festivités à Québec.

  • 12 Ibid., 11 mai 1880.

19Selon les journaux, les résidents anglophones passèrent peu de commentaires négatifs sur les débuts des activités des francophones. Historiquement, il y avait dans le comté de Prescott un ensemble complexe de sociétés et d’associations anglophones, affiliées à des sous-groupes ethnoreligieux particuliers. The News and Ottawa Valley Advocate soutenait généralement l’élan culturel des Canadiens français, décrivant la création de filiales de la Société Saint-Jean-Baptiste comme une « idée louable12 ». Mais certains anglophones exprimèrent aussitôt de la gêne et, l’année suivante, l’anxiété augmenta.

  • 13 Repris du Plantagenet Plaindealer dans The News and Ottawa Valley Advocate, le 8 juin 1880.

20En mai 1880, le Plantagenet Plaindealer concluait son rapport sur les réunions des associations canadiennes-françaises en souhaitant que « la politique ne se mêle pas à ce grand mouvement national13 ».

21En 1883, cet espoir n’était guère réaliste. La convention de mise en candidature des conservateurs pour l’élection provinciale de février montra clairement que les francophones avaient atteint un nouveau degré d’influence au sein du parti. La convention avait eu lieu dans le canton d’Alfred, au cœur de la colonisation francophone du comté, et Félix Routhier y était venu exhorter sérieusement les gens à se choisir un candidat francophone.

La vision d’Alfred Evanturel

  • 14 On mentionne même rarement Alfred Evanturel dans l’historiographie officielle. (Un bon indice de c (...)

22La disponibilité d’Alfred F. E. Evanturel avait rendu très attirant cet appel de Routhier en faveur d’un candidat francophone. Evanturel, un avocat qui semblait posséder toutes les compétences nécessaires au succès politique, apportait au comté un mélange opportun de formation juridique, de bilinguisme aisé et de conscience culturelle14.

23Evanturel avait cependant un désavantage à surmonter, celui d’être un étranger comme le déclarait son adversaire, une critique qui avait du poids au niveau de la politique locale. Les candidats non résidants, même les politiciens les plus en vue, rencontraient habituellement une réelle résistance dans le comté de Prescott. Par exemple, Henry J. Friel, le propriétaire de Packet, à Ottawa, fut battu à plate couture en 1863 par Thomas Tweed Higginson, un marchand de Hawkesbury. En 1867, Thomas d’Arcy McGee, déjà député de Montréal-Ouest au fédéral, voulut cumuler deux fonctions et tenta de se faire élire dans le comté de Prescott aux élections provinciales mais il fut battu par James Boyd, un négociant en bois de Hawkesbury Ouest. Cependant, la situation d’Evanturel était différente parce qu’il avait déménagé d’Ottawa pour venir s’installer dans le comté deux ans avant de se présenter aux élections et parce qu’il avait acquis la réputation d’être un avocat de l’assistance judiciaire engagé au niveau local. De plus, il disait voir été attiré dans le comté de Prescott par l’identité culturelle de la région. Selon Evanturel, le comté de Prescott était « la partie la plus française de l’Ontario » mais il y manquait des représentants qualifiés dans les services de base de l’organisation sociale, comme le système judiciaire. Par conséquent, des injustices avaient été commises envers « les pauvres justiciables français qui ne comprenaient ni la langue de la Province ni la manière de faire des tribunaux ». Evanturel avait aussi transféré son cabinet juridique dans le comté de Prescott par amour pour la population francophone et dès les deux premières années, il déclarait avoir beaucoup de succès :

  • 15 Alfred Evanturel, Aux Canadiens français du comté de Prescott, dépliant, novembre 1883, L’Orignal, (...)

Aucun Canadien français n’a été depuis traîné devant une cour criminelle sans que je me sois fait un devoir de me placer entre le juge, le jury et lui ; aucun homme n’a été condamné même dans une action civile, sans la satisfaction d’avoir fait comprendre à la cour ses raisons par un interprète qu’on ne pouvait ni intimider ni effrayer15.

24L’activité juridique d’Evanturel s’inscrivait dans sa conviction qu’il fallait protéger la culture, l’affirmer, ce qui l’avait conduit à s’engager dans le comté même lorsqu’il vivait encore à Ottawa. En effet, Evanturel avait été un des orateurs principaux de la très importante fête de la Saint-Jean-Baptiste à l’Orignal en 1880. À ce moment-là, il concluait son discours par un vibrant appel à la survivance culturelle :

  • 16 The News and Ottawa Valley Advocate, le 22 juin 1880.

La nationalité, qui garde si religieusement sa foi et sa confiance sacrées en ses ancêtres, ne peut pas mourir car il est dit que la tombe ne se referme que sur les seules nations qui veulent périr16.

25Au début des années 1880, un des éléments clefs de la vision d’Evanturel, c’était que les Canadiens français en Ontario avaient une identité commune. Même si des expériences historiques bien différentes avaient conduit les francophones à coloniser d’autres régions de l’Ontario, il voyait une similitude à la base de ces groupes. Il était tout particulièrement frappé par l’importante communauté qui habitait le comté d’Essex, à l’ouest du comté de Prescott, et dont la population francophone avait encore augmenté au 19e siècle. En considérant ces deux groupes, il en était arrivé à un concept plutôt tiré par les cheveux pour l’époque :

  • 17 Evanturel « Aux Canadiens français ».

En présence de cet accroissement inattendu de Prescott et d’Essex, aux deux bouts de l’Ontario, je pensais involontairement aux grandes entreprises du jour, au percement des isthmes et à la construction d’un chemin de fer d’une mer à l’autre ; — je me rappelais que dans ces travaux durables et gigantesques l’on débutait aux deux extrémités dans l’espoir de se rencontrer bientôt au milieu, en ne laissant rien d’incomplet en arrière17.

26Cette déclaration de 1883 a été, dans le comté de Prescott, la première prise de position publique à faire la promotion d’un point de vue qui intégrait les divers groupes de colonisation francophone en Ontario. On n’a pas de preuve que ce point de vue ait été largement partagé à ce moment-là. En réalité, les autres rapports d’époque au sujet de l’affirmation culturelle démontrent que les liens se raffermissaient plutôt entre les francophones du comté de Prescott et ceux du Québec. La fête de la Saint-Jean-Baptiste, par exemple, laissait davantage entendre que la Société québécoise étendait ses ramifications dans l’est de l’Ontario, et non qu’elle prenait conscience de ce que signifiait la limite de la rivière Outaouais. Cependant, la vision d’Evanturel d’une identité francophone reliée au fait d’habiter en Ontario vaut d’être mentionnée, vu l’évolution qui suivit. Son expérience du droit lui avait donné une conscience qui bientôt serait partagée par plusieurs dans le comté de Prescott.

L’élection de 1883

  • 18 The News and Ottawa Valley Advocate, le 27 février 1883.

27Il est évident que la vision d’Evanturel mettait à rude épreuve la loyauté des conservateurs anglophones du comté de Prescott. Leurs calculs politiques étaient complexes. Sans l’appui du vote francophone, le parti perdait sûrement ses élections aux mains des libéraux qui attiraient la majeure partie de l’électorat anglophone. Mais sans l’appui d’au moins quelques anglophones, les conservateurs pouvaient aussi bien perdre puisqu’il était reconnu qu’une faible minorité de francophones votait libéral (à cause, disait-on, de pots-de-vin et de pressions émanant parfois des employeurs). A la convention de mise en candidature des conservateurs, on était évidemment au courant de ces possibilités et Routhier, en faisant l’éloge d’Evanturel, tenait compte du bilinguisme du parti. Evanturel prononça des discours en anglais et en français et il fut officiellement choisi candidat par les membres anglophones et francophones du parti18. Pour certains conservateurs anglophones, le fait d’accepter la nomination d’Evanturel constituait une façon de réagir à l’environnement politique changeant dans le comté de Prescott et de sauver ainsi leur propre position. Un journaliste écrivait :

  • 19 Ibid., le 13 février 1883.

L’aile anglophone du parti conservateur dans le comté de Prescott a cherché à obtenir la coopération de l’aile canadienne-française, mais les anglophones étaient dans une trop grande position de faiblesse — « La montagne n’irait pas à Mahomet » alors, Mahomet devrait aller à la montagne19.

28De plus, la candidature d’Evanturel était consolidée par la culpabilité que ressentaient certains anglophones modérés devant la façon dont les électeurs francophones avaient auparavant été traités, tout particulièrement lors des conventions du parti. Dans sa conclusion, The News, qui se déclarait apolitique, écrivait que l’émergence d’un chef conservateur francophone au niveau provincial n’était finalement que justice :

  • 20 Ibid., le 30 janvier 1883.

Nous ne pouvons maintenant blâmer nos amis canadiens-français qui veulent assouvir leur désir de se venger de leurs amis anglophones qui, durant tant d’années, leur ont refusé qu’une personne du comté ne les représente. Puisqu’il y a des préjugés nationaux, il est humain qu’on cherche à user de telles représailles20.

  • 21 Ibid., le g janvier 1883.

29Mais en dépit de cette opinion, la plupart des conservateurs étaient incapables d’accepter qu’Evanturel fasse la promotion du statut des francophones et le parti se scinda radicalement peu après la convention. Comme on l’avait prédit, la campagne électorale de 1883 prit rapidement la forme d’une confrontation culturelle. « Il est évident que la prochaine bataille sera nationale, plutôt que politique21. »

  • 22 Albert Hagar, dont les parents venaient des États-Unis, étaient aussi un responsable d’écoles loca (...)

30Dans cette bataille, les libéraux appuyèrent la candidature d’Albert Hagar, le député sortant qui avait gagné ses élections en 1881 quand le parti libéral avait divisé le vote des conservateurs en présentant aussi un candidat francophone. Hagar était né à Plantagenet en 1827 ; il était un fermier, un marchand et un propriétaire de scierie prospère22. Il commença sa carrière politique au fédéral et fut élu à la Chambre des communes en 1867, 1872 et 1874. Hagar avait perdu ses élections contre Routhier en 1878 mais ces anciennes victoires au fédéral, ainsi que ses succès au provincial, étaient pour les libéraux des indices qu’il avait des chances de remporter ses élections en 1883.

  • 23 The News and Ottawa Valley Advocate, le 13 février 1883.

31 La campagne électorale. La campagne électorale fut courte mais passionnée. Le 13 février la « lutte », comme l’appelait The News, était en cours. « Le premier coup a été tiré. On peut dire que la campagne a vraiment commencé et que les armées des deux côtés rassemblent leurs forces pour la bataille23. » Comme d’habitude, les activités se déroulaient sur le perron de l’église, à la mairie et dans les tavernes. Evanturel était doué comme orateur et à l’aise dans les deux langues, ce qui lui donnait un grand avantage sur Hagar, qui était unilingue et dont la candidature permettait de constater de plus en plus qu’il y avait une scission culturelle dans le comté. Hagar fit un effort bien timide pour s’attirer le vote des libéraux francophones ; il engagea des orateurs francophones qui devaient s’adresser à son auditoire à la fin de ses discours, mais les anglophones les forçaient souvent à se taire, conscients d’avoir la chance d’attirer les conservateurs incapables d’accepter Evanturel.

  • 24 Ibid., le 27 février 1883.

32La possibilité qu’il y ait défection chez les conservateurs anglophones, et son étendue, furent au centre des spéculations sur l’issue de la campagne. Au début, Evanturel semblait avoir l’avantage. Ses chances dépendaient d’un vote francophone massif et de la loyauté d’au moins quelques conservateurs anglophones. La convention avait profondément divisé le parti mais quand la campagne commença, on rapportait des signes de réconciliation. « Les conservateurs anglophones qui, au début, avaient accusé Evanturel de brandir l’appel national ont rapidement redonné leur allégeance au parti et il est évident que M. Hagar n’ira pas chercher autant de votes chez les conservateurs qu’on ne l’avait prédit24. »

  • 25 Ibid., le 7 août 1883.

33 L’élection. Cependant, le 27 février, au jour du scrutin, les formations culturelles s’étaient complètement resserrées et les anciennes prédictions affirmant que cette élection serait une bataille nationale se confirmèrent sans équivoque. Hagar obtint la victoire par une marge de 32 votes, une marge qui reflétait l’équilibre linguistique serré de l’électorat du comté de Prescott. Les électeurs anglophones « en permettant aux préjugés nationaux de triompher » choisirent logiquement le libéral Hagar, écrivait The News, alors que les francophones votaient pour Evanturel25.

  • 26 La participation au vote va d’un faible 67 % dans le canton de Hawkesbury à un pourcentage élevé d (...)
  • 27 Voir, par exemple, le commentaire dans le The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 janvier 1883.

34Le tableau 39 illustre la cohérence de cette division, en regroupant les données de la liste électorale et les résultats des élections. Cette information nous montre comment les gens se sont comportés pour donner la victoire à Hagar. Dans la plupart des localités, il avait obtenu une proportion de votes qui se rapprochait de la proportion des électeurs anglophones. Certaines petites variations de proportions peuvent d’ailleurs s’expliquer par des différences au niveau de la participation au vote chez les anglophones et les francophones, même si en général le taux de participation avait été élevé et qu’il n’y ait aucune preuve que les deux groupes aient agi différemment ce jour-là26. Mais il est certain que le pouvoir des anglophones était moindre qu’il n’y paraissait sur la liste électorale du fait que plusieurs électeurs, qui possédaient assez de propriétés dans plus d’une municipalité, s’étaient inscrits à plusieurs endroits. Cet élément est évident à Hawkesbury Ouest où de nombreux électeurs anglophones étaient inscrits sur la liste électorale, même s’ils vivaient ou votaient ailleurs27.

35Cependant, la proportion des votes en faveur de Hagar se démarquait nettement de la proportion du nombre d’électeurs anglophones dans deux régions du comté. Dans le village de Hawkesbury, il remporta 37 p. cent des suffrages alors que 53 p. cent des électeurs étaient anglophones. Cette situation s’explique par la loyauté de certains conservateurs envers leur parti (comme ceux qui avaient appuyé la candidature d’Evanturel). Le village avait toujours été un bastion du parti conservateur et en dépit de la défection générale des anglophones, il maintenait son allégeance au parti. Cette perte pour les libéraux était toutefois nettement compensée par leur victoire étonnante dans le canton à majorité francophone de Plantagenet Nord où l’unilingue anglais Hagar remporta 60 p. cent des suffrages alors qu’il n’y avait que 39 p. cent d’électeurs anglophones. C’est cette victoire qui permit aux libéraux de remporter les élections dans le comté et il n’est pas surprenant que le canton devint immédiatement le centre d’intérêt.

TABLEAU 39. Comparaison entre la liste électorale et les résultats de l’élection provinciale de 1883 dans le comté de Prescott

TABLEAU 39. Comparaison entre la liste électorale et les résultats de l’élection provinciale de 1883 dans le comté de Prescott

Source : The News and Ottawa Valley Advocate, 30 janvier et 13 mars 1883

  • 28 Ibid., le 13 mars 1883.
  • 29 Ibid., le 31 juillet 1883.
  • 30 Pour une documentation détaillée du contexte de la politique en Ontario, voir Margaret A. Evans, « (...)

36 Le défi judiciaire. On rapporta rapidement des irrégularités. On recompta les votes et les résulats demeurèrent inchangés28. Le parti conservateur organisa alors une pétition contre le retour de Hagar, lancée pour des raisons stratégiques par un anglophone, Alexandre Cunningham, un des membres loyaux du parti et qui avait appuyé la candidature d’Evanturel. L’audience officielle s’ouvrit le 24 juillet 1883 au siège du comté, à l’Orignal. Les témoignages durèrent quatre jours et démontrèrent clairement les raisons du succès d’Hagar dans sa ville natale de Plantagenet Nord. Des témoins déclarèrent sous serment que des amis d’Hagar avaient utilisé deux moyens pour augmenter le vote en faveur du parti libéral : la corruption, comme offrir de la boisson alcoolisée le jour de l’élection ou donner gratuitement du bois de construction venant de la scierie de Hagar. L’autre moyen impliquait le détournement des bulletins de vote, tout particulièrement à la section de vote n° 3 où, l’enquête le révéla, près de la moitié des électeurs « avaient voté ouvertement et pris la plume pour faire des déclarations de toute sorte ». Ce genre de déclaration devait être limité aux électeurs qui ne savaient pas lire, qui étaient physiquement incapables de voter parce qu’aveugle ou manchot. Les documents n’ayant été publiés qu’en anglais, il était facile de les utiliser à mauvais escient, comme l’avait fait W. A. Chamberlain, un ami de longue date de Hagar qui travaillait à la section de vote n° 3. Interrogé, Chamberlain plaida l’incompétence plutôt que la fraude et Hagar le renia consciencieusement comme quelqu’un qui « nuisait au parti et à sa candidature29 ». Les libéraux et les conservateurs savaient cependant que ces manœuvres avaient donné à Hagar sa marge de victoire. En résumant la preuve, les juges durent admettre qu’il y avait eu corruption à Plantagenet Nord, mais comme les libéraux avaient remporté les élections en Ontario, ils décidèrent, non sans surprise, de maintenir le résultat des élections dans le comté30.

  • 31 Voir The News and Ottawa Valley Advocate, le 7 août 1883.

37 Les résultats. Cette décision augmenta l’animosité dans les relations culturelles qui allaient se détériorant dans le comté de Prescott et détermina davantage les dirigeants francophones, comme Evanturel, à mobiliser leur groupe linguistique désormais majoritaire. La compilation de la nouvelle liste électorale en 1883 montre clairement qu’Evanturel avait le temps pour lui. L’avantage des électeurs francophones sur les électeurs anglophones augmenta, passant de 125 votes à 331 sur la liste électorale et cela continua ainsi à chaque année31.

  • 32 Ibid.

38De plus, l’affirmation culturelle des Canadiens français et leur prise de conscience étaient de plus en plus fortes dans le comté de Prescott. L’enquête sur les élections, qui avait admis la corruption mais maintenu le résultat électoral, avait démontré aux Canadiens français qu’ils n’avaient pas encore de véritable influence politique, ni dans le comté, ni au niveau provincial. La séparation entre les anglophones et les francophones du parti conservateur avait aggravé la situation. Le petit groupe de supporteurs anglophones du village de Hawkesbury était particulièrement déçu de la tournure des événements. En mettant de côté leurs propres intérêts culturels afin de rester fidèles au parti, ils avaient escompté que le vote francophone massif, comme l’avait promis Evanturel et tant d’autres, allait conduire le parti conservateur au pouvoir. Les résultats des élections montrèrent que leurs calculs s’appuyaient sur « des prévisions trop optimistes de la force des Canadiens français32 ». Les chefs conservateurs n’avaient pas non plus prévu que la corruption et les manœuvres frauduleuses affaibliraient juste assez le soutien des Canadiens français pour modifier l’équilibre culturel. Cette situation laissa les conservateurs dans une position délicate, sans aucun pouvoir.

LES ÉVÉNEMENTS À L’EXTÉRIEUR DU COMTÉ

Attaques et contre-attaques des journalistes

39En l’espace de deux ans, les conservateurs se retrouvèrent avec encore moins de pouvoir, alors que le modèle culturel de la politique du parti dans le comté de Prescott changea brusquement et de façon spectaculaire, pour des raisons qui s’étendent bien au-delà de circonstances au niveau local. Les électeurs francophones se tournèrent vers le parti libéral, mettant ainsi fin à des décennies d’appui aux conservateurs. Alfred Evanturel lui-même se présenta comme libéral à l’élection provinciale de 1886.

  • 33 Le Mail, Toronto, 6 décembre 1882, 24 novembre 1886 et 14 et 15 décembre 1886. Pour une étude foui (...)

40Ce revirement sérieux commença peu après l’élection de 1883, alors que les journaux de Toronto, par leurs attaques violentes contre la population francophone de l’est de l’Ontario, alimentaient la frustration et l’aliénation des conservateurs anglophones du comté. Ces attaques se poursuivirent durant toute la décennie sous la direction du journal le Mail, le porte-parole des conservateurs. Des rapports d’enquête sur l’est de l’Ontario décrivaient les Canadiens français comme des « étrangers non progressifs » ayant un niveau intellectuel « déplorable » et « des conditions de vie proches de celles des serfs de l’Europe médiévale ». Analphabétisme généralisé, obéissance aveugle à l’Église catholique et modèles irrationnels de reproduction faisaient partie des quelques traits de caractère qui, disait-on, éloignaient la mentalité canadienne-française des normes britanniques. Le Mail, incapable de comprendre ces particularités culturelles, concluait que les Canadiens français étaient gouvernés « par une force dont les fils et les ressorts sont soigneusement cachés à l’observateur ordinaire33 ». D’autres journaux de Toronto ajoutèrent des détails pittoresques en décrivant l’élément social déplorable que les Canadiens français, disaient-ils, introduisaient en Ontario. Le Evening Telegram rapportait que les conditions de vie des Canadiens français étaient celles des ghettos et les journalistes allaient loin dans la calomnie :

  • 34 Le Evening Telegram, Toronto, le 8 juin 1889. Ce passage a été cité par le ministre de l’Éducation (...)

Le voyageur qui se retrouve dans ce trou abandonné de la Providence le soir peut bien pâlir d’angoisse à l’idée de passer une nuit dans n’importe laquelle des maisons délabrées qu’il voit. Si les maisons elles-mêmes ne sont pas assez répugnantes, un coup d’œil sur les habitants le déciderait certainement à gagner le bois pour y trouver logis. Sales, crasseux et les yeux chassieux, ces spécimens ne se rapprochent pas plus de la moyenne des paysans qu’on trouve dans le centre de l’Ontario que les Hottentots sud-africains ne se rapprochent des types éduqués de la civilisation européenne34.

  • 35 Voir Higginson, Diaries, p. 32.
  • 36 The News and Ottawa Valley Advocate, le 9 octobre 1883.
  • 37 Le propriétaire et rédacteur en chef de The Advertiser était Watson Little, qui avait auparavant t (...)
  • 38 The News dut fermer ses portes à cause de la création du The Prescott and Russel Advocate, à L’Ori (...)

41Il y avait dans le comté de Prescott des abonnés à ces journaux de Toronto et certains dirigeants locaux du parti conservateur, comme Thomas Tweed Higginson, recevait le Mail35. De plus, les attaques des journalistes de Toronto avaient, pour les lecteurs du comté de Prescott, beaucoup d’importance parce qu’elles se rapprochaient de la détérioration des relations culturelles dont les journaux locaux commençaient à prendre conscience. The News essaya de maintenir un équilibre dans ses articles mais cet objectif devint de plus en plus impopulaire, surtout après l’élection de 1883. Un lecteur accusa tout simplement le journal d’être trop « frenchy » et annula son abonnement36. Au même moment The Advertiser, l’organe du parti conservateur, profita effrontément de l’occasion pour s’attirer de nouveaux lecteurs en signant des éditoriaux dénonçant la prise de pouvoir des francophones au niveau de la politique locale37. Au milieu des années 1880, les journaux modérés n’attiraient plus beaucoup de gens dans le comté de Prescott et The News ferma ses portes en 188838.

  • 39 La Nation, 12 septembre 1885.

42Les francophones du comté de Prescott réagirent très vite à l’attaque de la presse conservatrice. En septembre 1885, M. F. X. Boileau fonda La Nation, le premier journal en langue française du comté. Son but, c’était l’avancement de « notre religion, de nos droits, la prospérité de notre pays, le bonheur de nos familles, la conservation de notre belle langue française ». Dans son premier numéro, le journal présentait une analyse historique de l’identité canadienne-française en Amérique du Nord. Les Canadiens français étaient considérés comme « une race homogène et tout à fait distincte des autres… ni français… ni anglais, ni autrement européens » ; ils étaient plutôt des nord-américains « pur sang » dont la culture et la tradition s’étaient développées au cours des siècles de colonisation de l’Amérique du Nord. Un Canadien-français avait un attachement historique particulier à ce pays : « Depuis bientôt trois siècles, il naît, vit et meurt sur le sol de ce continent, le labourant, le mettant à contribution pour sa subsistance, le fertilisant de ses sueurs et de son sang39. »

  • 40 Ibid.

43En mettant l’accent sur l’héritage et la tradition des Canadiens français, La Nation réagissait directement à la conclusion des journalistes du The Advertiser et à d’autres journaux qui déclaraient que les Canadiens français n’avaient pas de position légitime pour se définir comme un élément dynamique inhérent à la société nord-américaine. Le journal du comté de Prescott rejetait l’argument selon lequel « être Canadien et parler français sont deux choses irréconciliables ; que le soi-disant Canadien français est ici un étranger ; que sa langue et ses coutumes doivent au plus tôt disparaître de l’Amérique40 ». Dans le même esprit qu’un François-Xavier Garneau répondant à Lord Durham, La Nation affirmait avec ardeur l’intégrité des Canadiens français.

44Il soulignait aussi que les francophones en Ontario ne faisaient pas seulement partie de l’ensemble de la société canadienne-française au Canada. Selon, les rédacteurs,

  • 41 Ibid.

une foule de questions regardent plus spécialement les Canadiens de l’Ontario, et mériteraient d’être traitées davantage. Nous sommes ici dans une position particulière et des intérêts particuliers nous touchent de près. Telles sont les affaires municipales, scolaires et provinciales ; la question des interprètes français dans les districts judiciaires où domine l’élément français et bien d’autres encore41.

  • 42 À noter que cette description de l’identité franco-ontarienne va bien au-delà des critères de la l (...)

45 La Nation faisait ainsi la promotion de l’identité francophone dans le comté de Prescott selon un double point de vue : les francophones, en tant que descendants et membres de la société élargie des Canadiens français originaires du Québec, et les francophones, en tant que résidents minoritaires d’une province de langue anglaise. Ce double point de vue intégrait l’identité des francophones locaux et les distinguait de leurs voisins anglophones et aussi de leurs homologues du Québec, mais cela, il faut le noter, à un bien moindre degré. Il est révélateur que les journalistes affirmaient qu’un francophone du comté ne pouvait considérer le Québec comme sa patrie car, disait-il « sa province est celle où il préfère élire domicile ». Le journal offrait ainsi à ses lecteurs une définition bien nette de l’identité franco-ontarienne, même s’il n’employait pas ce terme42.

  • 43 La Nation, le 10 octobre 1885.

46La déclaration de La Nation sur la signification d’être francophone en Ontario fut publiée le 12 septembre 1885, deux ans après qu’Evanturel eut donné sa propre vision d’une communauté francophone transontarienne. Le 10 octobre 1885, un lecteur prédisait ceci aux rédacteurs « Votre excellent journal va devenir un puissant ressort pour enlever notre nationalité de sa position trop modeste et pour la pousser dans les voies du progrès et de la prospérité43. »

47Cette prédiction s’appuyait sur des éléments solides. La Nation réagissait à la convergence de facteurs déterminants pour la population canadienne-française du comté de Prescott. L’article avait un ton fier et énergique, sans l’ombre de défensive ni d’excuse. En effet, les rédacteurs en chef éprouvaient à l’avance de la joie à l’idée que le comté voisin de Russell allait bientôt devenir presque entièrement francophone. La Nation proclamait que « l’anglosaxon ne peut vivre là où le français domine et commande ».

La pendaison de Louis Riel

  • 44 L’énorme documentation sur Riel comprend des ouvrages de chercheurs de diverses disciplines. Par e (...)
  • 45 La Nation, le 12 septembre 1885.

48L’optimisme des rédacteurs de La Nation face à l’identité des francophones en Ontario fut cependant confrontée à des attitudes anglophones autres que locales et provinciales. À l’automne 1885, la politique et la question de l’identité ne pouvaient pas ne pas être reliées aux événements qui se passaient au loin dans les Prairies. Le numéro inaugural de La Nation publia un article sur la condamnation de Riel à Regina et le journal devint tout naturellement la principale source de renseignements et l’interprète de la situation pour les francophones du comté de Prescott44. Le journal n’était pas surpris de l’issue du procès : « Suivant toutes les apparences, la condamnation à mort de Riel a été chose résolue d’avance45. »

  • 46 Ibid, le 30 octobre 1885.

49 La Nation voyait dans la condamnation de Riel un jugement culturel et ne fit aucunement référence à des aspects d’ordre juridique, politique ou psychologique. Le journal présentait tout simplement Riel comme un défenseur canadien-français devant le pouvoir et les préjugés des anglophones, « un homme odieux, détesté, honni à cause de son origine, de son nom, de la religion professée par sa race ». La véritable raison pour laquelle Riel avait été trouvé coupable se résumait simplement ainsi : « Il ne s’appelait pas Rielson46. »

  • 47 Ibid, le 10 octobre 1885.
  • 48 Ibid, le 22 octobre 1885.

50À la suite du procès de Riel, dans les semaines précédant sa pendaison, La Nation suivait attentivement l’évolution politique et la commentait. Au début, La Nation semblait se résigner à l’approche inévitable de la mort de Riel. Le 10 octobre, le journal rapportait que des effigies de Riel avaient été fabriquées dans les communautés voisines de Kingston et de Brockville. Si la soif de sang de certains anglophones de l’est de l’Ontario ne pouvait attendre les étapes de la procédure judiciaire, les journalistes de La Nation ne voyaient que peu d’espoir pour l’homme qui n’était pas « Rielson47 ». Mais une lueur apparut dans ces épaisses ténèbres. Le journal rapportait que la condamnation de Riel avait été portée en appel auprès du Conseil privé de Londres et le 22 octobre, une rumeur venant de Londres disait que la peine de Riel allait être commuée en emprisonnement à vie48. Cette rumeur s’avéra rapidement fausse mais une autre raison d’espérer surgit. Se pouvait-il que des considérations purement politiques empêchent Riel d’être pendu ?

  • 49 Ibid, le 29 octobre 1885.

Par exemple, est-il dans l’intérêt de tel ou tel parti politique qu’une commission médicale se prononce contre Riel ? Sa mort va-t-elle faire du tort à certaines ambitions particulières, ou va-t-elle avancer les affaires de certains personnages à hautes prétentions49 ?

  • 50 Ibid, le 19 novembre 1885.

51La pendaison de Riel arrêta net toute spéculation. La Nation saisit pleinement l’importance de ce moment traumatisant de l’histoire canadienne. « Le 16 novembre sera désormais une date lugubre, une souillure dans l’histoire du Canada ; elle rappellera à nos descendants des jours mauvais, une époque de fanatisme, une ère de lâcheté et de trahisons50. »

52Les jours suivant la pendaison, des services funèbres en mémoire de Riel furent célébrés à travers le comté de Prescott. Mais les francophones du comté ressentaient bien plus que de la peine. La condamnation de Riel et sa mort ajoutèrent une dimension fédérale aux conflits qui naissaient aux niveaux local et provincial. En novembre 1885, l’unification des divers aspects du conflit culturel leur démontra vraiment, non seulement ce que voulait dire être Canadien français, mais ce que signifiait être Canadien français hors Québec. Colère et amertume explosèrent presque immédiatement. Inspirés peut-être par les descriptions des manifestations publiques qui avaient eu lieu ailleurs, les francophones du comté de Prescott descendirent dans la rue.

  • 51 Ibid, le 3 décembre 1885.

Plantagenet — Le 27 novembre dernier, ce village a été témoin d’une démonstration politico-patriotique toute spontanée. C’était au sujet de la mort de Riel… Un fil de feu fut tendu à la hauteur du toit des maisons, traversant la place publique. Vers les huit heures du soir, une foule de personnes, au milieu d’une profonde obscurité, convergeaient des différentes rues vers notre forum local.
Soudain, des feux s’allument, alimentés par le bitume ou autres matières enflammables [sic] ; à la faveur de la lumière blafarde et sinistre qu’ils répandent, quatre fantômes apparaissent suspendus à la broche de fer et portant de larges inscriptions : c’était les noms de Sir Hector Langevin, Sir A. Caron, J. A. Chapleau, Sir John A.
La foule les condamna à être brûlés, et ils le furent bel et bien51.

  • 52 Ibid, le 15 décembre 1885.

53En brûlant les effigies, les francophones de Plantagenet reproduisaient le genre de manifestations qui s’étaient déroulées dans d’autres communautés francophones au Québec et hors Québec ; toutefois, ce fait ne doit en rien diminuer l’importance de cette initiative populaire dans le comté de Prescott. Cette manifestation n’était pas l’objet d’agents provocateurs. The Advertiser, un journal de l’est de l’Ontario, déclarait que les effigies avaient été transportées par des fauteurs de trouble capables d’exciter la foule. La Nation répliqua tout de suite que les organisateurs de cette démonstration (incluant le fondateur du journal) étaient des gens « respectables » et que brûler des effigies n’était certainement pas le travail de « certains rebelles52 ». En ce sens, il semble que la manifestation ait été une réaction sociale de la part de divers francophones face aux événements des semaines précédentes. Les actes du 27 novembre étaient une réaction, non seulement à la pendaison de Riel mais au fait que les anglophones, dans leurs bastions de l’est de l’Ontario, avaient les jours précédents déjà brûlé Riel en effigie.

54Il ne fait aucun doute que si les événements de Regina ont engendré une telle colère et une telle amertume dans le comté de Prescott, c’est qu’il y avait un parallèle direct entre cette controverse nationale et le contexte local. Dans les villages et les cantons, les gens comprenaient déjà très bien le conflit culturel. Ce qui s’est passé sur le plan politique en 1883 et les événements qui suivirent, préparaient un cadre d’interprétation à la question nationale que posaient la condamnation de Riel et sa pendaison. On reconnaissait déjà dans le comté que les Canadiens français hors Québec étaient dans une situation vulnérable particulière. La gestation de la prise de conscience des Canadiens français mena à la naissance de leur identité comme Franco-Ontariens à l’automne 1885.

UN CONTEXTE POLITIQUE TRANSFORMÉ

  • 53 Ibid, le 19 novembre 1885. Le contexte politique de cette évolution est décrit par Barbara Fraser (...)

55Quelles conséquences ces événements importants ont-ils eues sur la politique des partis dans le comté de Prescott ? D’un côté, cela poussa les francophones vers le parti libéral. La Nation décrivait avec mépris le Conseil des ministres conservateurs du Québec qui avaient accepté la pendaison de Riel, les appelant « le traître Langevin, le bourreau Chapleau et l’ignoble Caron »53. À partir de ce moment, les francophones du comté de Prescott prirent la direction du parti libéral et, avec des dirigeants comme Evanturel, ils gagnèrent pendant vingt ans toutes leurs élections, au fédéral et au provincial. Le parti conservateur n’eut même pas de candidat dans le comté lors des élections provinciales de 1886, 1890 et 1896 et Evanturel, réélu, siégeait à Queen’s Park.

  • 54 La Nation, le 26 novembre 1885.

56D’un autre côté, cependant, les événements de 1885 eurent pour effet que les politiques du parti n’avaient rien à voir avec les préoccupations des francophones dans le comté de Prescott. Quelles preuves avaient les francophones qu’un parti politique quel qu’il soit les représenterait à Toronto ou à Ottawa ? La pendaison de Riel convainquit les responsables de La Nation que les luttes politiques du début des années 1880 étaient révolues. Le 26 novembre 1885, le rédacteur en chef écrivait : « Aujourd’hui, il n’y a plus de conservateurs ni de libéraux ; jamais peut-être depuis 1760 le sentiment populaire n’a été aussi unanime54. » Selon ce point de vue, la corde de Regina avait lié la solidarité des francophones du comté de Prescott. En guise de résultat, la politique électorale avait perdu toute signification.

  • 55 Le débat à l’Assemblée législative se déroula surtout les 8 et 11 mars et le 4 avril 1889. On verr (...)
  • 56 Ibid., le 12 mars 1889.

57En effet, durant les quelques années qui suivirent, Alfred Evanturel fut presque silencieux lors des débats passionnés à l’Assemblée législative sur la langue d’enseignement. Une fois, il posa des questions sur la traduction d’un texte français par les conservateurs et une autre fois, il suggéra que si l’opposition ne comprenait rien au fonctionnement des écoles en langue française, c’est que les conservateurs anglophones étaient linguistiquement incapables d’évaluer le matériel scolaire55. Autrement, Evanturel passa inaperçu. Il n’était même pas présent en chambre le 11 mars 1889 lorsque les conservateurs lancèrent leur dernière offensive pour clore le débat sur l’enseignement en langue française56. Cette réserve reflétait en partie sa position de député d’arrière-banc mais, fait plus important encore, cela démontrait que la direction du parti libéral n’était pas préparée à permettre au francophone de débattre la question linguistique au nom du gouvernement.

  • 57 L’Interprète, le 22 avril 1887. Voir aussi O. Mowat, The Sectarian Issues and the History and Pres (...)

58Mais dans le comté de Prescott, Evanturel ne mâchait pas ses mots. En 1886, il devint rédacteur en chef du nouveau journal francophone, L’interprète, publié dans le canton d’Alfred. Pendant les quelques années qui suivirent, ce journal supplanta La Nation en définissant les points de vue des Franco-Ontariens sur les questions d’ordre local, provincial et national, y compris celle de la langue d’enseignement. Le journal faisait la promotion de « notre langue et nos croyances » et spécifiait que « l’amour de la patrie en un mot, c’est d’enseigner l’histoire nationale dans toutes les écoles, même les plus élémentaires57 ». Mais Evanturel ne participa d’aucune façon significative à l’Assemblée législative.

  • 58 La Nation, le 3 décembre 1885.

59Le traumatisme du conflit culturel, aux niveaux local, provincial et national, et l’impuissance des politiciens francophones du comté contribuèrent à modifier le contexte dans lequel évoluait la question de l’identité et, partant, celle des écoles, et à relier ce contexte à la position de l’Église catholique. Même si les francophones avaient réussi à dominer la vie politique du comté de Prescott dans les années 1880, ces années furent aussi marquées d’attaques politiques concertées contre les francophones qui n’avaient pas de réels moyens de se défendre. Aucun parti politique ne voulait défendre leurs positions, tout spécialement celle qui traitait de l’instruction. Au début de décembre 1885, La Nation avait bien saisi l’ordre du jour politique et son rédacteur en chef écrivait : « Conservateurs et libéraux s’étaient réunis ; il se séparent nationaux [sic]58. »

60La conclusion logique des francophones du comté de Prescott, c’était qu’ils avaient besoin d’une nouvelle forme de leadership. C’est dans ce contexte que l’Église catholique devint un élément déterminant de l’histoire de l’enseignement dans la langue de la minorité dans le comté de Prescott.

61L’expérience de l’Église catholique illustre bien le caractère multidimensionnel de ces communautés francophones. Selon l’opinion de Toronto à l’époque et selon l’historiographie subséquente, les communautés étaient passives et non différenciées. La question était toujours de savoir ce qu’on pouvait faire pour eux, c’est-à-dire pour ce groupe homogène ; personne n’émit l’hypothèse qu’ils pouvaient, du moins en partie, déterminer leurs propres destinées et que celles-ci pouvaient différer les unes des autres. L’analyse de la question des écoles séparées démontre qu’on ignorait cette hypothèse et que les francophones étaient en train de modifier la perception qu’ils avaient d’eux-mêmes.

Notes

1 Au sujet de l’élection provinciale en Ontario en 1890, voir Franklin A. Walker, Catholic Education and Politics in Ontario, Toronto, Éditions Thomas Nelson and Sons, 1964 ; et pour l’élection fédérale de 1896, voir Paul Crunican, Priests and Politicians : Manitoba Schools and the Election of 1896, Toronto, Editions University of Toronto Press, 1974.

2 The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 janvier 1883.

3 Ibid. L’appui des anglophones et des francophones au Parti conservateur au cours des années 1870 était évident à l’automne 1877 quand John A.Macdonald, en faisant la tournée du comté, y fut reçu par des fanfares et des défilés. De grandes foules se réunissaient pour l’entendre et d’autres dirigeants conservateurs s’adressaient aux gens en français et en anglais. Pour un compte rendu d’époque, voir Thomas Tweed Higginson, Diaries of Thomas Tweed Higginson, publié par Thomas Boyd Higginson, London, Éditions The Research Publishings Company, 1960, p. 37. Pour une étude de certains aspects des activités politiques des Canadiens français en Ontario, voir Victor Lapalme, « Les Franco-Ontariens et la politique provinciale », thèse de maîtrise, Université d’Ottawa, 1968.

4 Lucien Brault, Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, L’Orignal, Ontario, Éditions Conseil de Comtés Unis, 1965, pp. 42-43.

5 Pour une analyse de l’étendue du droit de vote au fédéral, voir Norman Ward, The Canadian Hovse of Commons : Representation. Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1950. Gregory S. Kealey traite un peu de la complexité du problème du droit de vote dans Toronto Workers Respond to Industrial Capitalism, 1867-1892, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1980, pp. 367-368.

6 Durant la campagne fédérale de 1878, on avait exprimé certains doutes quant à l’affaiblissement du Parti conservateur dans le comté de Prescott au cours des années 1870. En réaction à ces soupçons, des comités avaient été mis sur pied « pour garder les électeurs dans la bonne voie ». Voir Higginson, Diaries, p. 44.

7 Pour une courte biographie de Labrosse et Routhier, voir J. K. Johnson, The Canadian Directory of Parliament, 1867-1967, Ottawa, Imprimeur de la reine, 1968, pp. 310-311 et 511.

8 The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 janvier 1883. En analysant la liste électorale, les rédacteurs utilisèrent les noms pour identifier les affiliations politiques, admettant toutefois que cette méthode n’était pas toujours juste. Ils s’expliquèrent ainsi : « Il ne fait aucun doute qu’il y a quelques personnes aux noms canadiens-français qui ne voulaient pas être identifiés à cette nationalité, mais d’un autre côté, il y a aussi un grand nombre de gens ayant des noms anglais, irlandais et écossais et qui sont Canadiens français de naissance et de tendance. Dans l’un comme dans l’autre cas, on peut dire que notre calcul arrive à une estimation assez juste du nombre de chaque groupe. »

9 The News and Ottawa Valley Advocate, le 11 mai 1880.

10 Lettre de A. Evanturel, en date du 13 mai 1880, au rédacteur en chef, The News and Ottawa Valley Advocate, le 18 mai 1880.

11 The News and Ottawa Valley Advocate, le 11 mai 1880.

12 Ibid., 11 mai 1880.

13 Repris du Plantagenet Plaindealer dans The News and Ottawa Valley Advocate, le 8 juin 1880.

14 On mentionne même rarement Alfred Evanturel dans l’historiographie officielle. (Un bon indice de cette méconnaissance qui le dessert c’est le fait que son nom soit parfois incorrectement écrit comme « Albert » Evanturel.) Evanturel est né dans la ville de Québec le 31 août 1849. Après avoir fait des études à l’Université Laval et avoir été admis au Barreau en 1871, il déménagea à Ottawa où il pratiqua le droit jusqu’à ce qu’il vienne s’installer dans le comté de Prescott en 1881. Pour un résumé de sa carrière, voir Henry James Morgan, The Canadian Men and Women of the Time : A Hand-Book of Canadian Biography, Toronto, Éditions William Briggs, 1898, pp. 315-316.

15 Alfred Evanturel, Aux Canadiens français du comté de Prescott, dépliant, novembre 1883, L’Orignal, 1.8(2), Archives du diocèse d’Ottawa.

16 The News and Ottawa Valley Advocate, le 22 juin 1880.

17 Evanturel « Aux Canadiens français ».

18 The News and Ottawa Valley Advocate, le 27 février 1883.

19 Ibid., le 13 février 1883.

20 Ibid., le 30 janvier 1883.

21 Ibid., le g janvier 1883.

22 Albert Hagar, dont les parents venaient des États-Unis, étaient aussi un responsable d’écoles locales. On trouvera une courte biographie de Hagar dans Lucien Brault, Histoire des comtés unis, pp. 63-64.

23 The News and Ottawa Valley Advocate, le 13 février 1883.

24 Ibid., le 27 février 1883.

25 Ibid., le 7 août 1883.

26 La participation au vote va d’un faible 67 % dans le canton de Hawkesbury à un pourcentage élevé de 84 % à Plantagenet Nord. Pour l’ensemble du comté de Prescott, 73 % des électeurs inscrits ont voté à l’élection de 1883. (Voir tableau 39).

27 Voir, par exemple, le commentaire dans le The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 janvier 1883.

28 Ibid., le 13 mars 1883.

29 Ibid., le 31 juillet 1883.

30 Pour une documentation détaillée du contexte de la politique en Ontario, voir Margaret A. Evans, « Oliver Mowat and Ontario, 1872-1896 : A Study in Political Success », thèse de doctorat, Université de Toronto, 1967.

31 Voir The News and Ottawa Valley Advocate, le 7 août 1883.

32 Ibid.

33 Le Mail, Toronto, 6 décembre 1882, 24 novembre 1886 et 14 et 15 décembre 1886. Pour une étude fouillée sur l’attaque du journaliste, voir Walker, Catholic Education and Politics.

34 Le Evening Telegram, Toronto, le 8 juin 1889. Ce passage a été cité par le ministre de l’Éducation, G. W. Ross, dans un discours en 188g ; voir G. W. Ross, « The Separate School Question and the French Language in the Public Schools », dans Report of the Speech Delivered on the Occasion of the Annual Demonstration of the Toronto Reform Association, le 29 juin 1889, Toronto, 1889, pp. 14-15.

35 Voir Higginson, Diaries, p. 32.

36 The News and Ottawa Valley Advocate, le 9 octobre 1883.

37 Le propriétaire et rédacteur en chef de The Advertiser était Watson Little, qui avait auparavant travaillé pour le Bytown Gazette puis avait dirigé un journal à Cornwall. Little était un fervent supporteur de John A. Macdonald et The Advertiser faisait constamment la promotion de la politique des conservateurs. Lucien Brault donne certains renseignements sur divers journaux du comté de Prescott dans Histoire des comtés, pp. 163-166.

38 The News dut fermer ses portes à cause de la création du The Prescott and Russel Advocate, à L’Orignal à partir de mai 1888. Le nouveau journal, poussant la cause du Parti libéral du point de vue des anglophones, réussit à attirer les lecteurs anciens du journal The News, qui n’avait paru que quelques mois.

39 La Nation, 12 septembre 1885.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 À noter que cette description de l’identité franco-ontarienne va bien au-delà des critères de la langue et du lieu de résidence. En plus de ces caractéristiques, La Nation mettait l’accent sur l’importance d’appartenir, par les ancêtres, à la population canadienne-française élargie. Cette définition de l’identité franco-ontarienne est devenue très controversée au 20e siècle alors que l’Ontario a commencé à accueillir de nombreux francophones ayant des racines à l’extérieur du Canada. Voir à ce sujet, Danielle Lee-Juneau, « The Franco-Ontarian Collectivity : Material and Symbolic Dimensions of Its Minority Status » dans R. Breton et P. Savard, The Quebec and Acadian Diaspora in North America, Toronto, Editions Multicultural History Society of Ontario, 1982, pp. 167-182 ; Danielle Lee-Juneau et Jean Lapointe, « From French Canadians to Franco-Ontarians and Ontarois : New Boundaries, New Identities », dans Jean Leonard Elliott, Two Nations, Many Cultures : Ethnic Groups in Canada, 2e édition, Scarborough, Ontario, Editions Prentice-Hall Canada, 1983, pp. 173-186 ; et The Canadian Encyclopedia, réf. « Franco-Ontarians ».

43 La Nation, le 10 octobre 1885.

44 L’énorme documentation sur Riel comprend des ouvrages de chercheurs de diverses disciplines. Par exemple, voir Thomas Flanagan, Louis ‘David’ Riel : ‘Prophet of the New World’, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1979.

45 La Nation, le 12 septembre 1885.

46 Ibid, le 30 octobre 1885.

47 Ibid, le 10 octobre 1885.

48 Ibid, le 22 octobre 1885.

49 Ibid, le 29 octobre 1885.

50 Ibid, le 19 novembre 1885.

51 Ibid, le 3 décembre 1885.

52 Ibid, le 15 décembre 1885.

53 Ibid, le 19 novembre 1885. Le contexte politique de cette évolution est décrit par Barbara Fraser dans « The Political Career of Sir Hector Louis Langevin », dans Canadian Historical Review, vol. 42, n° 2, juin 1961, pp. 93-132.

54 La Nation, le 26 novembre 1885.

55 Le débat à l’Assemblée législative se déroula surtout les 8 et 11 mars et le 4 avril 1889. On verra la faible contribution de Evanturel à l’Assemblée législative en consultant le Newspaper Hansard, Ontario, les g mars et 5 avril 1889.

56 Ibid., le 12 mars 1889.

57 L’Interprète, le 22 avril 1887. Voir aussi O. Mowat, The Sectarian Issues and the History and Present Condition of the Public Schools in the French Districts of Ontario, brochure de son discours prononcé à Woodstock, Ontario, le 3 décembre 1889, Toronto, 1890, pp. 13-13, 26-28, et Report of the Speeches Delivered by Hon. Mr. Mowat, Hon. Geo. W. Ross and Mr. Evanturel M.P.P. in the Legislative Assembly, 3 April 1890, Toronto, Imprimeur de la reine, 1890, p. 5.

58 La Nation, le 3 décembre 1885.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 39. Comparaison entre la liste électorale et les résultats de l’élection provinciale de 1883 dans le comté de Prescott
Légende Source : The News and Ottawa Valley Advocate, 30 janvier et 13 mars 1883
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540