Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Chapitre deux. « Envahisseurs » et « fugitifs » ou familles en mouvement ?

Texte intégral

  • 1 Par exemple, Franklin A. Walker, Catholic Education and Politics in Ontario : A Documentary Study,(...)

1La place à accorder à l’enseignement dans la langue d’une minorité soulève toujours des débats passionnés quand les types de population sont en train de changer. Pour une majorité ou une minorité, le fait de changer de statut a de graves conséquences sur la façon dont les décideurs, les journalistes et le public en général définissent les répercusions de la diversité sur l’éducation. Les historiens ont depuis longtemps reconnu ce fait. Dans le cas de l’Ontario, plusieurs études soulignent qu’au moment de la vive controverse des années 1880, la proportion des francophones augmentait rapidement, surtout dans l’est de la province, ce qui donnait l’impression d’une immigration intense. Selon ces études, cette impression était au cœur des préoccupations des porte-parole anglophones au sujet de l’enseignement en langue française1.

  • 2 Le Mail, Toronto, les 10, 11 et 14 décembre 1886.

2Plusieurs articles du Mail de Toronto, par exemple, ajoutaient des détails pittoresques en décrivant d’une manière générale et non partisane l’invasion des Québécois à la fin du 19e siècle. Les rédacteurs en chef décrivaient le processus de l’immigration selon trois étapes, comme une longue procession de « pèlerins ». Les premiers arrivés étaient « surtout de jeunes hommes » qui « avaient tous une épouse » attendant, au Québec, que le sort de leur mari s’améliore. Quand l’homme réussissait à s’établir, disait-on, il faisait alors « traverser la rivière à sa famille2 ».

  • 3 Ibid., les 15 et 25 décembre 1886.

3Le Mail laissait supposer que l’arrivée de jeunes mariés du Québec renforçait la présence canadienne-française dans les comtés de l’est de la province et même qu’elle empêchait de déterminer avec exactitude les limites éventuelles de l’immigration francophone en Ontario. Ces rédacteurs craignaient que les jeunes Canadiens français, parce qu’ils n’avaient pas charge de famille, ne resteraient qu’un temps dans les comtés de l’est et s’en iraient ensuite au cœur de l’Ontario. De se représenter ainsi ces hommes et ces femmes se dispersant donna à l’exode des Québécois une allure de vagabondage et accentua davantage l’impression que cette nouvelle immigration perturbait la société ontarienne. De plus, soulignait le Mail, en raison de la jeunesse même de ces « envahisseurs », la « famille qui traversait la rivière », c’était toute la parenté. Dans cette perspective, chaque couple d’immigrant se devait d’être suivi de sa famille respective, ce qui ajoutait à la marée migratoire. Aussi, cette troisième étape de l’immigration canadienne-française semblait avoir l’éternel mérite de causer la retraite des anglophones. Les rédacteurs sonnaient l’alarme : « Aucune force connue au monde ne semble pouvoir empêcher la marche rapide et constante des Canadiens français vers l’ouest3. »

  • 4 On trouve les dimensions géographiques de la colonisation dans l’Atlas de l’Ontario français de Ga (...)

4Ce genre de rapports surestimaient grossièrement et de façon sensationnelle les possibilités de la colonisation francophone en Ontario. L’immigration des francophones vers l’Ontario contribua simplement à créer une ceinture bilingue, et même si le nombre de francophones augmenta, passant de 102 743 personnes en 1881 à 158 671 en 1891, il n’y eut jamais de ruée vers l’ouest4. Néanmoins, nous analyserons l’histoire sociale de la question linguistique dans le comté de Prescott à partir de cette impression qu’avaient les gens d’assister à une invasion et des descriptions d’alors expliquant son fonctionnement.

SOURCES DES DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES

5En premier lieu, il importe d’identifier avec précision le moment critique où s’est produit le changement de population. Y avait-il une invasion francophone à la fin du 19e siècle ? Est-ce que les anglophones fuyaient devant cette « ruée vers l’ouest » ? Est-ce que l’immigration des francophones s’apparentait à du vagabondage ? Est-ce que l’immigration successive des familles élargies a donné lieu à un « pèlerinage » francophone presque sans fin ? Ces questions nous amènent par delà un ensemble de tendances, aux niveaux des individus et de la famille.

  • 5 Les recensements manuscrits sont disponibles aux Archives publiques de l’Ontario (Public Archives (...)

6Les recensements du 19e siècle constituent une source particulièrement précieuse pour analyser ces questions5. Ils laissent voir les modèles démographiques dès 1851, quand on recueillit pour la première fois des renseignements sur l’âge, le sexe, le lieu de naissance et (à partir de 1871) l’origine ethnique des individus. En effet, comme chaque personne habitant une maison était inscrite séparément, il est possible de faire des analyses aux niveaux des individus, de la famille et de la maisonnée.

  • 6 A. Gordon Darroch commente de façon très perspicace les études récentes sur la migration dans « Mi (...)

7L’analyse qui suit découle des informations recueillies de 1851 à 1881 dans deux cantons du comté de Prescott, Alfred et Caledonia. Le canton d’Alfred était situé dans une région où les francophones devinrent majoritaires dès les premières années de la colonisation. A l’opposé, le canton voisin de Caledonia attira une importante population anglophone qui demeura assez stable tout au long du 19e siècle, en dépit de l’immigration régulière des francophones. Dans leur ensemble, l’étude de ces deux cantons permet de comparer les modèles de colonisation dans le comté de Prescott. Les renseignements contenus dans les recensements manuscrits permettent d’analyser de façon systématique à la fois la population canadienne-française et celle originaire des îles britanniques. Nous pourrons ainsi dégager le moment précis de l’immigration et sa caractéristique, les niveaux de concentration culturelle, la nature de la persistance de l’immigration ou son caractère provisoire dans certaines communautés. Ces renseignements serviront à vérifier les deux modèles démographiques alors perçus au 19e siècle, celui des « envahisseurs » et celui des « fugitifs »6.

MODÈLE GÉNÉRAL DE COLONISATION

8La colonisation de la vallée de la Basse-Outaouais a commencé bien après celles de la vallée du Saint-Laurent et du centre-sud du Haut-Canada. Cependant, la population avait commencé à augmenter dans les années 1840 et le comté de Prescott y attirait régulièrement des immigrants. De 1841 à 1861, le nombre de résidents augmenta par deux et demi, passant de 6 093 à 15 499. Il y eut ensuite une autre grande période d’accroissement de la population dans les années 1870 puis, de façon étonnante, le taux de croissance diminua beaucoup. Au moment où l’on parlait d’une invasion venant du Québec, l’augmentation de l’immigration dans le comté de Prescott était moindre que dans les années 1820, alors que la colonisation était clairsemée. De 1881 à 1901, la population augmenta seulement de 8,5 p. cent, passant de 22 857 à 27 035. (Voir tableau 2.)

9Autrement dit, le modèle général de l’augmentation de la population était le suivant : au départ une colonisation ancienne suivie d’une augmentation rapide de la population au cours des années 1840, 1850 et 1870 puis, quelques percées au cours des dernières années du siècle. Quelle était la composante culturelle de ce modèle ? Les données révèlent deux courants bien différents et qui ne sont pas du tout ceux que l’on décelait à Toronto. Ces courants sont manifestes lorsqu’on utilise les données des recensements pour former deux catégories : les Canadiens français et les gens originaires des îles Britanniques. Le premier courant est constitué d’une immigration anglophone avant les années 1850, suivie d’une faible immigration de ce groupe par la suite. Le deuxième courant est presque à l’opposé : avant les années 1840, l’immigration francophone était faible mais elle connut ensuite un essor considérable, surtout dans les années 1850 et 1870. C’est donc dans les années 1870 que la composition linguistique de l’est de l’Ontario connaît un grand tournant. À partir de ce moment, les francophones devinrent de plus en plus majoritaires dans le comté de Prescott et en 1901, ils formaient 70,9 p. cent de la population. (Voir tableau 3.)

TABLEAU 2. Augmentation de la population dans le comté de Prescott, de 1824 à 1901

TABLEAU 2. Augmentation de la population dans le comté de Prescott, de 1824 à 1901

Source : Recensement du Canada, 1851-1901 ; les données avant 1851 sont tirées du rapport de 1871

10Cette transformation fait comprendre pourquoi les anglophones de la fin du 19e siècle croyaient qu’il y avait une invasion francophone. En effet, le nombre de francophones et leur importance relative augmentaient. Toutefois, cette croissance n’était pas due à une montée de l’immigration venant du Québec. En réalité, les Canadiens français avaient déjà connu la plus grande augmentation de leur population dans les années 1870. De plus, aucune donnée ne vient appuyer l’impression que les anglophones fuyaient la région. La population originaire des îles britanniques demeurait sensiblement la même, elle ne diminua quelque peu qu’après 1881. Dans les deux dernières décennies du siècle, l’importance numérique relative des francophones dans le comté de Prescott n’augmenta que de 7,1 p. cent.

TABLEAU 3. Composition culturelle de la population du comté de Prescott, de 1871 à 1901

TABLEAU 3. Composition culturelle de la population du comté de Prescott, de 1871 à 1901

Source : Recensement du Canada, 1871-1901

DÉBUTS DE LA COLONISATION ANGLOPHONE

  • 7 Ces exemples, et les suivants, sont extraits des histoires locales qui sont très utiles même si el (...)

11Durant les années de la colonisation anglophone dans le comté de Prescott, les Irlandais formaient le groupe le plus important, suivi des Écossais et, à un moindre degré, des Anglais et des Américains. L’histoire des localités fournit des exemples comme ceux de David Holmes et de Thomas Pattee qui prirent possession d’une terre juste après 1800, près du sentier qui devint plus tard le chemin d’Alfred. James Proudfoot s’établit dans le canton de Caledonia en arrivant d’Écosse en 1831. Humphrey Hughes et sa femme arrivèrent d’Irlande en 1823 et s’établirent sur le versant sud du lac George. À ces pionniers succédèrent en 1830 les Irlandais Thomas et John Brady qui fondèrent Bradyville avec d’autres familles7.

12D’autres anciens colons des cantons comme ceux d’Alfred et de Caledonia venaient du nord des États-Unis ou étaient des descendants des Loyalistes. John Cashion était le fils d’un colon de la Nouvelle-Angleterre venu s’installer en Ontario à la fin du 18e siècle. Cashion arriva à Alfred en 1823, s’y maria et s’y établit en 1837. Parmi les Américains qui émigrèrent dans le comté de Prescott dans les années 1820-1830, il y avait aussi Charles Gates du Massachusetts et son père.

13Il y avait, aussi parmi les premiers colons du comté de Prescott, des gens dont les familles avaient déjà été des pionnières au Québec ou dans des coins plus au sud du Haut-Canada. Duncan McLeod, né et élevé dans le comté de Glengarry, vint s’établir dans la partie sud-ouest de Caledonia. Une autre famille McLeod, aussi de Glengarry, immigra à Caledonia en 1844 et Thomas Lytle s’établit définitivement avec sa famille dans le canton d’Alfred en 1831, après être allé à Cornwall en arrivant d’Irlande.

TABLEAU 4. Lieux de naissance des résidents originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1851

TABLEAU 4. Lieux de naissance des résidents originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1851

a Évaluation à partir d’une population enregistrée de 3 438 Canadiens français.
b Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.
Source : Recensement du Canada, 1851

14En 1851, à la suite de la diversité de l’immigration dans le comté de Prescott, la population originaire des îles Britanniques était d’environ 7 000 résidents. La plupart de ces gens étaient nés en Amérique du Nord britannique mais un nombre considérable venait des îles Britanniques (particulièrement d’Irlande) et des États-Unis. (Voir tableau 4.)

Importance de la famille

15Comme ces exemples semblent l’indiquer, la famille était un élément fondamental dans le processus d’immigration des gens originaires des îles britanniques. L’histoire des localités mentionne souvent comme une caractéristique de l’immigration dans le comté de Prescott le fait que les immigrants étaient de jeunes couples ou des familles ayant plusieurs enfants, ce qui contribua pour beaucoup à l’accroissement de la population au début du 19e siècle.

16L’importance de la famille dans le phénomène de l’immigration paraît s’étendre bien au-delà de la mobilité du couple. Il est très difficile de mesurer avec précision les forces qui présidaient alors à la colonisation, mais les données laissent clairement entendre que l’attachement à la parenté a souvent attiré les colons et a certainement facilité l’immigration dans certaines régions. Cet attachement avait une importance toute particulière dans les premières décennies de la colonisation, quand ceux qui étaient déjà établis encourageaient leurs jeunes frères et sœurs à venir les rejoindre. Par exemple, l’immigration successive de trois frères et de leurs familles donna naissance à une communauté connue sous le nom de rang Smith qui chevauchait la frontière entre Plantagenet Nord et Sud. Plusieurs autres noms de localités dans la région reflètent ainsi la colonisation des lieux à partir d’une même parenté : les rangs James, Holmes, Allen et, comme nous l’avons vu, Bradyville, en sont des exemples.

  • 8 L’arrivée des familles dans le comté de Prescott faisait partie d’un phénomène migratoire dont d’a (...)

17L’importance de l’immigration en provenance des îles Britanniques diminua avec les années mais elle contribua sûrement à fixer la présence anglophone durant la première moitié du 19e siècle8.

  • 9 Pour un résumé de l’histoire de plusieurs communautés du comté de Prescott, voir Brault, Histoire (...)

18Les anglophones s’établirent dans tous les cantons du comté de Prescott et, durant les premières décennies, ils donnèrent naissance à un modèle de résidence de type ethnique en se concentrant dans le centre et le nord-est du comté9. Durant les années 1830, Longueuil était le canton le plus densément peuplé ; c’était une ancienne seigneurie concédée en 1674 au militaire François Provost qui devint plus tard gouverneur de Trois-Rivières. À la suite de nombreux héritages, la terre passa aux mains de Paul-Joseph Le Moyne, chevalier de Longueuil, puis à son fils qui en était alors propriétaire au moment où cette partie du territoire fut intégrée au Haut-Canada. Au 18e siècle, des Canadiens français y établirent quelques colonies, mais ce n’est qu’après 1796 que Longueuil connut son développement le plus important, une fois la seigneurie vendue à Nathaniel Hazard Treadwell, un immigrant américain. Treadwell et son fils obtinrent pour la région le statut de canton, ce qui leur permit d’attirer des colons américains. Longueuil engloba ainsi une communauté anglophone qui resta relativement importante tout le restant du siècle. Ces colons, de concert avec les immigrants arrivés récemment des îles Britanniques, favorisèrent l’essor de Longueuil et fondèrent le village de l’Orignal pour en faire un centre de liaison important dans la région.

Modèles ethniques

  • 10 Pour des détails biographiques sur les Hamilton et les Higginson, voir Byers, The Church on the Hi (...)

19Au début de la colonisation du comté de Prescott, Hawkesbury Est et Ouest formaient deux cantons à forte concentration ethnique. Leurs populations reflétaient avec beaucoup de justesse les proportions des groupes établis sur l’ensemble du territoire de Prescott, soit les Irlandais, les Écossais et les Anglais. Au 19e siècle, cette partie était la mieux développée de toutes les régions du comté et attira, dès les premières années de la colonisation, des immigrants venant des îles Britanniques et des États-Unis. La famille Hamilton, originaire d’Irlande, acheta le moulin de Hawkesbury en 1807, ce qui l’amena à avoir la haute main pendant plusieurs décennies sur l’évolution socioéconomique de toute la vallée de l’Outaouais. Le pouvoir de cette famille n’avait pas son équivalent dans le comté de Prescott, mais au niveau local, d’autres familles réussirent à se bâtir une réputation au tout début de la colonisation. Les quatre frères Higginson et leurs familles, par exemple, attirés par le moulin d’Hawkesbury en 1817 s’établirent dans le comté de Prescott et jouèrent un rôle important durant les années où la région était en pleine organisation, en participant à des activités religieuses, éducatives et politiques10.

  • 11 Pour en connaître davantage sur la migration des Highlanders dans le comté de Glengarry, voir Mari (...)

20L’immigration écossaise était tout particulièrement importante dans le canton de Caledonia, notamment au sud où s’étaient établis la plupart des Highlanders, dont certains venaient du comté de Glengarry. Ainsi, il y eut à Caledonia de nombreux McLeods, McCuaigs, Morrisons et Macdonalds tout au long du siècle11.

  • 12 John S. Bigsby, The Shoe and Canoe, London, 1850, New York, Editions Paladin Press, 1969, pp. 66.

21Même si, à ses débuts, la colonisation se concentra au centre et au nord-est du comté de Prescott, il y avait aussi des communautés anglophones dans les cantons de l’ouest au milieu du 19e siècle. La colonisation irlandaise y devint très importante. Dans un cas en particulier, ce fut non seulement de simples familles mais tout un groupe d’immigrants qui vinrent s’y établirent. John J. Bigby a décrit l’arrivée d’un groupe de 200 Irlandais comprenant des gens « très âgés, d’âge moyen ou des bébés encore au sein » qui avaient campé une nuit près de Pointe Fortune « dans la forêt, sous quelques branchages ou planches de bois, entassés sans ménagement ». Ces immigrants, qui avaient fait presque tout le trajet à pied depuis Montréal, occupèrent une terre qui fut bientôt connue sous le nom de rang des Irlandais dans les cantons de Plantagenet Nord et Sud12. À Plantagenet Sud, il y avait aussi une population d’origine anglaise relativement importante. Même s’il y avait peu d’Écossais dans les cantons de l’ouest, les trois groupes originaires des îles Britanniques étaient malgré tout représentés dans chacun des cantons du comté. (Voir tableau 5.)

Types de confessionnalité

22Les immigrants originaires des îles Britanniques implantèrent diverses confessions religieuses dans le comté de Prescott. Les presbytériens formaient le groupe le plus important, suivis, dans l’ordre, des catholiques, des anglicans et des méthodistes. Les baptistes, quoique peu nombreux, s’implantèrent aussi dans le comté. Au début du siècle, au moment de la colonisation américaine, les congrégationnistes eurent une certaine importance mais elle déclina rapidement par la suite. En 1851, près du tiers de la population anglophone était presbytérienne alors que la proportion des catholiques était un peu moins élevée. Ainsi, en comprenant l’église anglicane, plus des quatre cinquièmes de la population originaire des îles Britanniques pratiquaient l’une de ces religions. (Voir tableau 6.)

TABLEAU 5. Colonisation des gens originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1871

TABLEAU 5. Colonisation des gens originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1871

Source : Recensement du Canada, 1871

23Les renseignements sur les individus contenus dans les recensements manuscrits montrent que ces confessions religieuses étaient l’apanage de groupes anglophones particuliers, même si dans l’ensemble la situation était complexe. Par exemple, l’étude des données du recensement de 1871 révèle treize combinaisons différentes selon la religion et l’origine des immigrants anglophones des cantons d’Alfred et de Caledonia (voir tableau 7). Parmi les Irlandais, il y avait plusieurs catholiques et plusieurs fidèles de l’Église d’Angleterre. Plus des trois quarts de la population écossaise était presbytérienne. Les Anglais, moins nombreux, étaient partagés de façon plus égale entre l’Église d’Angleterre (à peine la majorité) et les religions de confession méthodiste, presbytérienne et catholique. Par conséquent, parmi les anglophones des cantons d’Alfred et de Caledonia, il y avait trois groupes particulièrement importants : les Écossais presbytériens, les Irlandais catholiques et les Irlandais anglicans. En 1871, chacun de ces groupes étaient bien établis et formèrent, avec leurs membres installés dans les autres cantons, l’ossature de la communauté anglophone du comté de Prescott.

TABLEAU 6. Confessionnalités des résidents originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1851

TABLEAU 6. Confessionnalités des résidents originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1851

a Évaluation à partir d’une population catholique globale de 5 336 âmes et d’une population enregistrée de 3 438 Canadiens français.
b Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.
Source : Recensement du Canada, 1871

DÉBUTS DE LA COLONISATION FRANCOPHONE

24Dès la moitié du 19e siècle, l’arrivée des francophones du Québec changea radicalement le caractère culturel de tous les cantons du comté de Prescott. À la fin des années 1830 et durant les années 1840, il y eut une importante immigration à partir des régions situées juste de l’autre côté de la rivière Outaouais, de sorte qu’en quelques décennies, les Canadiens français avaient réduit les anglophones originaires des îles Britanniques au rang d’une minorité à travers presque tout le comté. En 1871, plus de la moitié de la population globale était francophone (voir tableau 3) et dans certains cantons, ce pourcentage était encore plus élevé. À l’instar des colons anglophones, les immigrants francophones se regroupèrent dans certaines régions, créant ainsi un modèle de résidence fondé sur une langue différente. C’est dans les cantons voisins d’Alfred et de Caledonia que l’on trouve le contraste le plus frappant. En 1871, plus des trois quarts des résidents d’Alfred étaient francophones, alors qu’à Caledonia, ils ne formaient qu’un tiers de la population. Dans quelques autres cantons, la répartition de la population subit aussi certaines variations mais pas de façon aussi étonnante. De nombreux francophones s’établirent aussi à Longueuil et à Plantagenet Nord, formant ainsi une importante majorité, alors que peu de colons canadiens-français s’installèrent à Hawkesbury Ouest. Le pourcentage des anglophones et des francophones dans le reste du comté se rapprochait de la répartition globale. (Voir tableau 8.)

TABLEAU 7. Identités ethnique et religieuse des résidents originaires des îles Britanniques, des cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

TABLEAU 7. Identités ethnique et religieuse des résidents originaires des îles Britanniques, des cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

a Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.
Source : recensement manuscrit, 1881

TABLEAU 8. Colonisation des Canadiens français dans le comté de Prescott, 1871

TABLEAU 8. Colonisation des Canadiens français dans le comté de Prescott, 1871

a Les chiffres proviennent d’une liste manuscrite.
Source : Recensement du Canada, 1871

Migration des familles

  • 13 Donald G. Cartwright a attentivement étudié certains éléments de la colonisation des Canadiens fra (...)

25La colonisation des francophones dans le comté de Prescott s’est faite, du moins en partie, selon le même modèle d’immigration que celui des anglophones, c’est-à-dire, par l’arrivée des familles13. Il est possible d’étudier systématiquement ce type d’immigration, en commençant par le recensement manuscrit de 1851 dans lequel on avait noté les enfants nés au Québec, ce qui laisse supposer l’importance de la migration familiale. Il est aussi probable que les familles ayant enregistré leurs enfants nés respectivement au Québec et en Ontario avaient émigré entre le moment de la naissance du plus jeune au Québec et du plus âgé en Ontario.

26Ces renseignements donnent aussi une estimation minimale du nombre de personnes ayant immigré avec des enfants. Les données concernant le lieu de naissance semblent indiquer qu’Aimable Druer, par exemple, immigra avec sa femme et au moins deux enfants au début des années 1840. Il en est de même de la famille Laviolette qui émigra du Bas-Canada avec pas moins de cinq rejetons. En identifiant ainsi les familles, il est possible d’évaluer le nombre de Canadiens français qui semblent avoir émigré avec leur famille. C’est pourquoi j’ai défini comme une « migration familiale confirmée » les familles francophones qui avaient enregistré au moins un enfant né au Québec. Le tableau 9 montre la proportion des migrations familiales confirmées par rapport à l’ensemble de l’immigration dans les cantons d’Alfred, soit plus de la moitié des migrations en 1861 et presque autant en 1851 et 1871.

TABLEAU 9. Estimation de la migration des familles du Québec vers le canton d’Alfred, de 1851 à 1871

TABLEAU 9. Estimation de la migration des familles du Québec vers le canton d’Alfred, de 1851 à 1871

Source : recensement manuscrit, 1851-1871

27Le nombre d’enfants qui ont accompagné leurs parents dans le canton d’Alfred varie énormément entre 1851 et 1871. Au milieu du siècle, la moitié des immigrants avaient un ou deux enfants et seulement 12,5 p. cent des familles comptaient plus de cinq enfants. À l’opposé, les données de 1861 démontrent que près de la moitié (47,5 %) des familles demeurant alors à Alfred avaient quitté le Québec accompagnées d’au moins six enfants. En 1871, la structure migratoire des familles était revenue à celle du milieu du siècle.

  • 14 L’exemple du canton d’Alfred ressemble beaucoup aux constatations qu’avait faites E. Z. Massicotte (...)

28Les variations au niveau de la grosseur des familles ayant quitté le Québec entre 1851 et 1871 sont évidentes si l’on considère le nombre moyen d’enfants par famille au moment de l’immigration. Cette moyenne s’établit en divisant le nombre d’enfants nés au Québec par le nombre de familles immigrantes. Les données du recensement du canton d’Alfred montrent qu’en 1851, les parents émigraient avec en moyenne 3,2 enfants, alors qu’en 1861, cette moyenne augmenta à 5,7 enfants par famille pour finalement s’établir à 3,9 enfants en 1871. Ces résultats donnent à penser que durant les années 1850, le canton d’Alfred attira, non seulement de petites familles mais des familles nombreuses qui avaient dû vivre au Québec au moins une décennie14.

TABLEAU 10. Nombre d’enfants à chacune des migrations familiales dont nous sommes certains, canton d’Alfred, de 1851 à 1871

TABLEAU 10. Nombre d’enfants à chacune des migrations familiales dont nous sommes certains, canton d’Alfred, de 1851 à 1871

Source : recensement manuscrit, 1851-1871

29Ce que j’ai appelé la « migration familiale confirmée » ne représente qu’une faible estimation de ce genre de colonisation. L’imprécision des données concernant l’arrivée d’autres familles ayant à leur tête des parents canadiens-français m’empêche de pousser davantage cette étude. Théoriquement, il y a trois possibilités : 1) ces familles canadiennes-françaises avaient toutes émigré avec des enfants mais ceux-ci avaient quitté la maison (ou étaient morts) avant le recensement suivant ; 2) ces familles étaient formées de jeunes mariés tous arrivés en Ontario sans enfant et 3) ces familles étaient formées de gens qui s’étaient mariés en Ontario avec des immigrants francophones ou des descendants de familles arrivées beaucoup plus tôt. Il ne fait aucun doute que les familles canadiennes-françaises ayant un seul enfant né en Ontario se rangent dans l’une de ces catégories : certaines familles avaient émigré en famille, d’autres étaient formées de jeunes mariés et, enfin, d’autres familles étaient issues de mariages contractés en Ontario.

30Il est impossible de faire une telle évaluation de l’importance de la colonisation familiale chez les anglophones puisque, dès 1851, les parents faisaient habituellement inscrire le nom de Haut-Canada comme lieu de naissance de leurs enfants. Cependant, bien que les immigrants qui arrivèrent à Alfred au milieu du 19e siècle appartenaient à différents groupes culturels, il est évident qu’ils faisaient partie d’une cellule familiale.

Parentés, pensionnaires et résidences multifamiliales

  • 15 La distinction entre la parenté et les pensionnaires sans lien de parenté est inscrite dans les re (...)

31De 1851 à 1871, le nombre de maisonnées où vivaient de la parenté et des pensionnaires (c’est-à-dire des gens qui ne faisaient pas partie de la cellule conjugale) n’était pas considérable, même si on peut déceler un courant évident chez les francophones et les anglophones15. Cette tendance est liée à la croissance des cantons et à l’arrivée postérieure des proches parents. Dans le canton d’Alfred, la proportion des familles canadiennes-françaises hébergeant de la parenté augmenta sensiblement, passant de 9,5 p. cent en 1851 à 12,8 p. cent en 1871. Chez les anglophones, par contre, cette proportion passa de 5,0 p. cent à 14,5 p. cent durant la même période.

  • 16 Gordon Darroch et Michael D. Ornstein donnent des points de vue comparatifs dans « Family Coreside (...)

32Il y avait aussi dans certaines maisonnées du canton d’Alfred des occupants sans aucun lien de parenté ; ce phénomène ne fut pas important après 1851 et se limita presque entièrement aux hommes pour qui le fait d’être en pension faisait partie d’un processus particulier d’immigration. Au milieu du 19e siècle, les jeunes Canadiens français arrivaient souvent seuls et se louaient une chambre tout en se préparant à établir leur propre famille. Ainsi en 1851, 22,1 p. cent des hommes habitant le canton d’Alfred étaient des pensionnaires canadiens-français et de ce groupe, 38,4 p. cent étaient mariés. Même si le nombre d’individus prenant pension fut plutôt faible après 1851, le recensement suivant indique toutefois qu’une grande proportion de maisonnées servaient aussi de résidence temporaire à des familles d’immigrants. À Alfred en 1851, le pourcentage de maisonnées abritant plus d’un ménage était de 9,5 p. cent chez les Canadiens français et de 7,5 p. cent chez les gens originaires des îles Britanniques. À la suite de l’immigration intense des années 1850, la proportion des maisonnées canadiennes-françaises augmenta de 16,5 p. cent en 1861, puis il y eut diminution jusqu’à 3,4 p. cent en 1871. Pour les anglophones, cette proportion était de 15,0 p. cent en 1861 alors qu’en 1871, on ne comptait plus aucune maisonnée multifamiliale16.

Persistance de la colonisation

  • 17 Parmi les exemples récents d’études sur de telles données, citons : Sune Akerman, « Swedish Migrat (...)

33Au cours de la deuxième moitié du 19e siècle, quand l’immigration et la colonisation francophones devinrent importantes dans le comté de Prescott, celles des anglophones étaient très limitées. Cependant, la population anglophone déjà établie fit preuve d’un degré de persistance assez étonnant après 1851. Le nombre de résidents originaires des îles Britanniques qui demeurèrent plusieurs années dans le comté de Prescott se compare avantageusement au nombre enregistré dans les autres communautés rurales à l’époque et dans les communautés francophones du comté de Prescott17.

  • 18 Dans les inventaires agricoles, on inscrivait les lots et les numéros de concession et même si la (...)

34Il est possible d’étudier cette persistance en regroupant les données contenues dans chacun des recensements manuscrits de 1851 à 1881. Malheureusement, on ne peut dégager un modèle complet de ces trois décennies car il est difficile de retracer les femmes d’un recensement à l’autre puisqu’elles changeaient souvent de nom en se mariant. De plus, les seules données fiables permettant de faire un lien entre les noms francophones tels qu’inscrits par les énumérateurs anglophones sont celles des années 1861 et 1871, alors que l’inventaire fournit des informations concernant le lieu de résidence18. L’analyse qui suit étudie le type de fonctionnement des Canadiens français d’après le dénombrement des recensements de 1851 à 1881 et fait un lien plus étroit avec les résidents originaires des îles Britanniques. (Comme ces données ne tiennent pas compte de la mortalité, cela accentue un peu trop le phénomène de l’immigration lequel, nous le verrons, était assez faible.)

35L’exemple du canton d’Alfred semble indiquer qu’il y avait dans le comté de Prescott un mouvement de population et une stabilité complexes. De 1851 à 1881, les colons anglophones d’Alfred firent preuve d’un degré de persistance remarquable. Selon les recensements, des 276 individus qui y vivaient en 1851, 64 p. cent s’y trouvaient encore en 1861, 33 p. cent en 1871 et 20 p. cent en 1881. Cette constance s’appuie sur un contexte démographique ayant pour base la famille. Des 39 maisonnées inscrites en 1851, 30 avaient encore à leur tête le même chef de famille en 1861, et 19 en 1871. Cette stabilité est rehaussée par plusieurs exemples démontrant que le fils héritier remplaçait son père et, par son mariage et ses enfants, il renouvelait l’attachement de sa famille au canton.

36Dans le canton d’Alfred, la persistance des colons francophones était en général moindre que celle des résidents originaires des îles Britanniques, mais le maintien des ménages établis est tout aussi significatif. Des 1041 Canadiens français recensés en 1861, 30 p. cent continuaient à vivre dans le canton en 1871. Cette proportion étonnamment faible s’explique en partie par la forte hausse de l’émigration des familles ou des individus qui étaient en pension en 1861. 77 p. cent des Canadiens français qui prenaient pension dans des familles en 1861 avaient quitté Alfred en 1871. À l’opposé, plus de la moitié (52 %) des ménages établis en 1861 y demeuraient encore dix ans plus tard. Ces données semblent donc indiquer que, malgré le mouvement migratoire, les communautés francophones étaient composées d’un grand nombre de ménages stables.

37Il faut noter, cependant, que l’attraction des immigrants en général pour le canton d’Alfred durait parfois peu de temps. Alors que quelques nouveaux colons seulement s’intégraient au noyau stable des résidents, les autres n’y restaient que le temps d’un recensement. Ce modèle d’immigration est typique des colons anglophones. Des 91 immigrants arrivés à Alfred en 1861, 64 p. cent n’y étaient plus dix ans plus tard. 40 p. cent des gens qui vécurent à Alfred de 1861 à 1871 n’y résidaient plus en 1881. Certains étaient peut-être morts, mais on peut sûrement penser que les autres avaient été plus ou moins en transit, c’est-à-dire les gens pour qui la migration faisait partie de leur mode de vie et qui avaient pensé venir à Alfred quelques années ou quelques semaines. L’autre possibilité, c’est que le canton d’Alfred ne répondait pas aux attentes des immigrants et qu’une partie des colons venus s’y installer reconsidéraient leur choix et déménageaient.

STRUCTURE FAMILIALE

38Les données contenues dans les recensements indiquent que la décision de rester ou pas à un endroit était prise par la famille ou le ménage. En analysant les recensements manuscrits des cantons d’Alfred et de Caledonia, nous pouvons vérifier le statut civil et la grosseur de la famille chez les anglophones et francophones par rapport à un âge précis.

39Évidemment, cette étude n’est possible que si ces familles sont exclusivement anglophones ou francophones et non formées de mariages exogames ; si tel était le cas, cela entraînerait une comparaison culturellement dichotomique non justifiable ici. En fait, presque tous les mariages étaient endogames, c’est-à-dire qu’ils étaient contractés par des gens de même origine ethnique et, surtout, de même religion. Les recensements de 1851, 1861 et 1871 ne montrent pratiquement aucun mariage entre des époux d’origine et de religion différentes. En 1881, il y eut quelques mariages exogames mais dans le canton d’Alfred la plupart des mariages réunissaient des époux appartenant à des collectivités semblables : on retrouve le même phénomène à Caledonia, mais dans une proportion moindre. (Voir tableau 11.)

TABLEAU 11. Modèles des mariages, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

TABLEAU 11. Modèles des mariages, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

Source : recensement manuscrit, 1881

40De ce nombre limité de mariage interethnique, il semble que l’exogamie était plus fréquente entre les membres des diverses communautés anglophones qu’entre anglophones et francophones. Des 61 mariages interethniques enregistrés dans les cantons d’Alfred et de Caledonia en 1881, seulement 31,2 p. cent concernaient des francophones. Étant donné la prédominance numérique des francophones à ce moment-là (75 %), cela révèle combien, au plan démographique, la population était composée de deux solitudes. En réalité les familles étaient soit francophones soit anglophones, ce qui permet de faire une étude comparée de la structure familiale et de l’utiliser comme point de départ pour analyser davantage les modèles de migration et de persistance de 1851 à 1881, modèles établis par rapport aux individus et aux familles.

Fondation et grosseur de la famille

41Les recensements manuscrits, en raison des données sur l’âge et le statut civil, fournissent des informations concernant la fondation des familles. Nous présenterons donc une vision d’ensemble, puisée à même les recensements effectués de 1851 à 1871, puisque le type d’information recueilli durant ces années était similaire. (Comme vous le verrez, le recensement de 1881 comporte des distinctions appréciables au sujet des changements démographiques de l’heure.) Ainsi, à Alfred et à Caledonia, les recensements de 1851 à 1871 montrent que les modèles de mariage chez les anglophones et les francophones se différencient systématiquement. Dans l’ensemble, les hommes et les femmes francophones se mariaient en moyenne plus jeunes que les anglophones. Chez les francophones, la plupart des hommes étaient mariés avant la fin de la vingtaine, alors que les anglophones n’atteignaient cette proportion qu’au début de la trentaine. C’était la même chose pour les femmes, bien qu’en moyenne, elles étaient de deux à trois ans plus jeunes que leur mari.

FIGURE 3. Âge selon la situation de famille, cantons d’Alfred et de Caledonia, de 1851 à 1871 (Pourcentage de gens mariés, déménagement en moyenne à tous les trois ans.)

FIGURE 3. Âge selon la situation de famille, cantons d’Alfred et de Caledonia, de 1851 à 1871 (Pourcentage de gens mariés, déménagement en moyenne à tous les trois ans.)

FIGURE 4. Grosseur moyenne de la famille selon l’âge de la mère, cantons d’Alfred et de Caledonia, de 1851 à 1871

FIGURE 4. Grosseur moyenne de la famille selon l’âge de la mère, cantons d’Alfred et de Caledonia, de 1851 à 1871

42La différence dans le rythme des mariages chez les anglophones et les francophones se reflète directement sur la grosseur moyenne de la famille par rapport aux groupes d’âge. Comme les Canadiennes françaises des cantons d’Alfred et de Caledonia commençaient à procréer à un âge plus jeune que les femmes originaires des îles Britanniques, elles avaient en moyenne un plus grand nombre d’enfants au cours de leur vie. Le modèle démographique s’obtient en divisant le nombre de célibataires par le nombre de familles représentées par des femmes appartenant à chaque groupe d’âge. Cette division donne le nombre moyen d’enfants par famille selon les différentes étapes de la vie d’une mère de famille. Les courbes graphiques sont semblables pour les deux populations, mais la différence au niveau du rythme de fondation des familles montre qu’au même âge, les francophones avaient généralement un enfant de plus que les anglophones. (Voir figure 4.)

TABLEAU 12. Enfants ayant quitté la maison familiale entre 1861 et 1871, canton d’Alfred

TABLEAU 12. Enfants ayant quitté la maison familiale entre 1861 et 1871, canton d’Alfred

Note : ces jeunes gens, ou bien s’établissaient en ménage, ou bien émigraient alors que leurs parents et leurs proches restaient dans le canton.
Source : recensement manuscrit, 1861-1871

Les immigrants de passage et ceux qui persistent

43Il est important de noter les différences d’âge au moment du mariage et, par conséquent, les différences dans la grosseur des familles ; en effet, comme un très grand nombre de fils et de filles, arrivés à l’âge adulte, quittaient la maison et émigraient, cela équilibre le phénomène de persistance chez les colons du canton d’Alfred. Il semble pourtant qu’arrivés à l’âge adulte, les enfants ne quittaient pas la maison tout seuls : ou bien ils étaient de jeunes mariés ou bien ils avaient déjà leur propre famille. Au cours des années 1860, par exemple, la moyenne d’âge des garçons qui quittaient la maison paternelle était de 21 ans chez les anglophones, et de 19 ans chez les francophones ; pour les filles, la moyenne d’âge était de 17,5 ans chez les anglophones et de 16,5 ans chez les francophones. (Voir tableau 12.) Ces différences d’âge s’accordent aux différences générales remarquées pour le rythme des mariages. Il est aussi intéressant de noter que la plupart de ces jeunes adultes quittaient, non seulement la maison, mais aussi leur municipalité. Parmi les garçons originaires des îles Britanniques, seulement le quart d’entre eux s’établirent à Alfred et du côté francophone, la proportion était semblable, soit 23 p. cent.

  • 19 À titre de comparaison, voir David Gagan, « The Indivisibility of Land : A Microanalysis of the Sy (...)

44L’hypothèse selon laquelle l’immigration était le fait de jeunes couples et de familles, plutôt que d’individus, s’appuie sur des données relatives à la fréquence de l’émigration des familles établies. Même si les recensements révèlent que plusieurs familles restèrent à Alfred d’une décennie à l’autre, il y avait quand même un mouvement d’émigration continuel et ces émigrants quittaient généralement le canton avec d’autres membres de la famille. Entre 1861 et 1871, 53 p. cent des anglophones partirent soit avec leurs parents, soit avec leurs enfants et beaucoup d’autres semblent avoir été accompagnés de leurs épouses ou de leur parenté. Chez les francophones, la probabilité des migrations familiales était encore plus grande : 72 p. cent de ceux qui émigrèrent durant cette décennie-là quittèrent Alfred, soit parce qu’ils appartenaient à une cellule familiale, soit parce qu’ils suivaient leurs proches parents19.

45Il est alors évident que les familles dans le comté de Prescott étaient en mouvement. Comme les recensements sous-estiment le roulement de la population et mesurent à peine la migration familiale, nous pouvons sans aucun doute conclure que la mobilité géographique était souvent l’affaire de la parenté immédiate. De plus, la substitution de familles anciennes par des familles plus jeunes est une des caractéristiques de la migration familiale et une composante essentielle du roulement continuel de la population.

46En somme, ces données semblent indiquer qu’à tout moment, la population d’Alfred se composaient à la fois de colons qui restaient et de colons en transit ; il importe donc d’analyser cette population par rapport aux nombreux groupes démographiques qui la composaient. Les recensements du canton d’Alfred semblent indiquer l’importance relative des divers groupes anglophones entre 1851 et 1881. La figure 5 montre les recensements au cours desquels chaque individu était présent. Par exemple, la ligne du haut indique que des 284 anglophones recensés à Alfred en 1851, 100 étaient inscrits à ce recensement mais pas au suivant ; la deuxième ligne montre que 84 individus restèrent jusqu’en 1861 mais pas jusqu’en 1871 et ainsi de suite. (Les flèches orientées en sens inverse indiquent qu’on manque de données au sujet de la présence ou de l’absence des individus les années précédentes.) Les lignes du bas indiquent la présence intermittente des individus au moment des recensements.

47Cette analyse permet d’identifier clairement la composition de la communauté anglophone d’Alfred au début de chaque décennie. Les données de 1861 et de 1871 sont particulièrement précises parce que les recensements des décennies précédente et subséquente étaient aussi disponibles.

FIGURE 5. Persistance et transition des individus de la population originaire des îles Britanniques, canton d’Alfred, de 1851 à 1881

FIGURE 5. Persistance et transition des individus de la population originaire des îles Britanniques, canton d’Alfred, de 1851 à 1881

Sources : recensements manuscrits, 1851-1881

48En 1861, par exemple, la population d’Alfred se divisait en deux groupes : 1) ceux qui y demeuraient depuis 1851 et 2) ceux qui étaient inscrits pour la première fois au recensement, ce qui inclut les jeunes enfants des « résidents qui persistaient » et de « ceux qui venaient d’immigrer » dans le canton. Il est possible d’analyser davantage chacun de ces deux groupes selon la durée de leur résidence. Les « tenaces » qui habitent Alfred depuis 1851 peuvent être divisés en trois catégories : 1) il y a ceux qui n’apparaissent plus au recensement de 1871 ; 2) ceux qui vécurent à Alfred une autre décennie mais pas jusqu’en 1881 et 3) ceux qui demeurèrent dans le comté durant toute cette période et peut-être même après. Quant aux individus dont les noms apparaissent pour la première fois dans le recensement de 1861, il y a aussi les trois mêmes possibilités : 1) il y a ceux qui n’apparaissent pas au recensement de 1871 ; 2) ceux qui sont encore présents en 1871 mais pas en 1881 et 3) ceux qui restèrent au moins jusqu’en 1881.

Modèles de population en général

  • 20 R. S. Schofield a fait la distinction entre la stabilité géographique basée sur la fécondité et la (...)

49En considérant la colonisation et l’émigration dans le canton d’Alfred selon ce modèle démographique particulier, les répercussions en deviennent aussitôt évidentes. La conclusion générale la plus significative, c’est que le nombre d’anglophones s’est maintenu de façon à peu près constante au cours de la deuxième moitié du 19e siècle. La baisse de l’arrivée de nouveaux venus signifie que la population n’augmentait pas grâce à l’immigration ; par ailleurs, l’émigration d’une grande partie des jeunes adultes à l’extérieur du canton prouve que la population qui persistait à y demeurer n’a pas augmenté de façon naturelle. C’est pourquoi, après les premières années de la colonisation, le nombre d’anglophones dans le canton d’Alfred avait atteint un niveau qui n’a pas augmenté, ni diminué de façon significative, durant le restant du siècle. En 1851, la population originaire des îles Britanniques s’élevait à 284 personnes, elle était de 270 en 1901. Nous assistons à ce même phénomène à la grandeur du comté où la population compta régulièrement de 7 000 à 8 000 résidents d’origine britannique. Ce nombre relativement constant n’est pourtant pas le résultat d’une stabilité démographique interne mais plutôt le fruit complexe d’un phénomène de persistance et de transition20.

50La mobilité démographique affecta aussi la population francophone du comté de Prescott mais d’une façon très différente de celle des anglophones. Chez les Canadiens français, l’immigration intense en provenance du Québec au milieu du 19e siècle fit plus que de simplement contrebalancer l’émigration hors du comté, ce qui produisit une forte augmentation. En 1871, il y avait 9 623 Canadiens français dans le comté de Prescott ; en 1881, ils étaient 14 601.

LES DERNIÈRES DÉCENNIES DU SIÈCLE

51L’augmentation démographique rapide de la population francophone s’arrêta brusquement au début des années 1880, à la suite d’un ralentissement très net de l’immigration canadienne-française. Seul un nombre relativement faible de nouveaux arrivants contrebalançait alors l’impact de la mortalité et de l’émigration. Autant le nombre d’anglophones dans le comté de Prescott avait atteint un sommet en 1851, autant l’année 1881 marqua le point culminant du nombre des nouveaux arrivants francophones nés au Québec. Le nombre de francophones passa ensuite de 6 771 à 5 935 de 1881 à 1891, puis tomba à 5 415 en 1901. Ce déclin eut pour effet que, en 1881, la majeure partie de la population francophone du comté de Prescott était composée de gens nés en Ontario et cette tendance se poursuivit année après année. Au début du 20e siècle, près des trois quarts des individus du comté de Prescott qui s’inscrivirent au recensement comme étant d’origine canadienne-française étaient nés en Ontario. (Voir tableau 13.)

TABLEAU 13 Résidents du comté de Prescott nés au Québec, de 1871 à 1901

TABLEAU 13 Résidents du comté de Prescott nés au Québec, de 1871 à 1901

Source : Recensement du Canada, 1871-1901

52Parallèlement, l’émigration hors du comté de Prescott se poursuivit au cours des dernières décennies. Il est possible d’évaluer l’importance de l’exode qui eut lieu de 1881 à 1901 en faisant une projection de la population totale, projection qui suppose qu’il n’y avait ni émigration ni immigration, seulement une croissance naturelle de la population. En appliquant le taux démographique enregistré en 1901 aux deux décennies précédentes, j’ai fait cette évaluation minimale. Celle-ci démontre que la population du comté de Prescott, de 22 857 âmes en 1881, aurait dû augmenter à 28 788 en 1891 et à 36 259 en 1901. Mais en réalité, la population était de 24 173 en 1891 et de seulement 27 035 en 1901. La figure 6 illustre ces données, l’écart entre les deux lignes représentant une évaluation de l’émigration hors du comté. (Comme il y eut quand même un peu d’immigration au cours de cette période, il s’agit ici d’une indication bien prudente de la situation de l’émigration dans les années 1880-1890.) Mais il est certain que le comté de Prescott, après avoir connu des décennies de croissance rapide et intense, devint une région d’immigration non recherchée et ses habitants se virent pousser à chercher d’autres endroits où survivre et vivre en toute sécurité.

FIGURE 6. Augmentation de la population, comté de Prescott, de 1881 à 1901

FIGURE 6. Augmentation de la population, comté de Prescott, de 1881 à 1901

Note : la courbe de l’augmentation naturelle prévue présume que la migration était à un degré zéro net et le taux de fécondité en 1901 de 40,13/1000 habitants et de mortalité de 16,79/1000.
Sources : Recensements du Canada, 1881-1901

53Il n’est pas possible de faire une analyse détaillée des dernières années du 19e siècle dans le comté de Prescott, comme nous l’avons fait pour les décennies de forte croissance de la population, car le dénombrement des recensements manuscrits pour cette période ne sont pas disponibles. Toutefois, le recensement de 1881 démontre qu’il y avait déjà un changement démographique et ce constat concorde avec les tendances générales qui apparaissent dans les recensements de 1891 et de 1901. Dans leur ensemble, ces sources semblent indiquer que dans le comté de Prescott, la fin du 19 siècle est caractérisée par un changement de la structure démographique. Cependant, de solides éléments continuaient à survivre, comme la famille et la structure de la maisonnée.

FIGURE 7. Âge selon la situation de famille, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

FIGURE 7. Âge selon la situation de famille, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

Famille et structure de la maisonnée

54L’échec du comté de Prescott à continuer d’attirer des immigrants après les années 1870 est aussi associé aux changements dans le rythme des naissances et, par conséquent, à la grosseur moyenne des familles. Ces changements affectèrent les anglophones et les francophones de la même façon : par conséquent, les différences qui caractérisaient ces deux groupes depuis des décennies continuèrent d’exister alors que le modèle général changeait. Les jeunes des deux groupes culturels remettaient à plus tard leur mariage. En 1881, la proportion des hommes et des femmes dans la vingtaine qui étaient mariés augmenta lentement et plusieurs personnes alors au début de la trentaine ne s’étaient pas encore mariés. Les francophones continuaient toutefois de se marier plus jeunes que les anglophones mais en 1881, dans aucun des groupes on ne fondait de famille au rythme des années passées. (Voir figure 7.)

55Par conséquent, du fait que les mariages étaient reportés à plus tard, les familles dans la région étaient plus petites que par les années passées. Chez les Canadiens français comme chez les gens originaires des îles Britanniques, le nombre moyen d’enfants par famille diminua par rapport à chaque groupe de femmes âgées de 15 à 49 ans. Les données de 1881 indiquent aussi que les parents essayaient d’éviter les grossesses dans les dernières années de fécondité. Contrairement au temps de la colonisation rapide, alors que des femmes ayant plus de 39 ans continuaient à enfanter, la famille avait maintenant atteint sa grosseur maximale alors que les femmes avaient entre 35 et 39 ans. Puis, la grosseur des familles diminua car le départ des enfants de la maison n’était pas compensé par de nouvelles naissances. Ce modèle, semblable pour les anglophones et les francophones, signifie que dans les familles où les femmes étaient dans la quarantaine, il y avait en moyenne un enfant de moins que durant la période allant de 1851 à 1871. (Voir figure 8.)

56Bien que le rythme des naissances et la grosseur des familles changeaient en 1881, la structure de la maisonnée continuait d’exister selon le modèle des décennies passées. Dans les cantons d’Alfred et de Caledonia, la maisonnée caractéristique était encore composée d’une seule cellule familiale. Les maisons où vivaient plusieurs familles étaient rares : il y en avait seulement 20 sur 518 à Alfred, et 15 sur 283 à Caledonia. La famille était encore composée, en dehors des parents et des enfants, de la parenté habituelle plutôt que de pensionnaires sans aucun lien de parenté. Ce modèle était toutefois moins marqué dans le canton d’Alfred où une immigration continue du Québec se soldait par la présence de jeunes hommes vivant en pension. Cependant, les pensionnaires ne formaient que 3 p. cent de la population. L’importance de la parenté était toutefois plus grande : 44 p. cent de la population totale était composée de membres de la parenté vivant sous le toit d’un chef de famille. Dans le canton de Caledonia, la maisonnée était presque uniquement composée d’une cellule familiale : les pensionnaires sans lien de parenté ne formaient que 1 p. cent de la population et la parenté vivant sous le même toit qu’un chef de famille était de 6,4 p. cent.

57Le modèle de la structure de la maisonnée en 1881 semble indiquer que le changement et la continuité sont deux des caractéristiques du contexte démographique du comté de Prescott à la fin du 19e siècle. L’émigration hors le comté augmenta davantage que l’immigration vers le comté. La fondation et la grosseur des familles subissaient d’importants changements, mais la maisonnée perpétuait le modèle établi de la famille nucléaire. Seule une faible proportion de résidents vivaient en dehors de la famille nucléaire, soit comme parents, soit comme pensionnaires.

FIGURE 8. Grosseur moyenne de la famille selon l’âge de la mère, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

FIGURE 8. Grosseur moyenne de la famille selon l’âge de la mère, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881

58Il y avait encore prépondérance de la maisonnée composée d’une seule famille nucléaire à la fin du siècle ; en fait, l’ensemble des renseignements semblent indiquer qu’il y eut une remarquable continuité tout au cours de la deuxième moitié du 19e siècle. De 1851 à 1901, le nombre de familles dans le comté de Prescott équivalait presque toujours au nombre de maisons habitées. À la fin du siècle, seulement 106 familles n’avaient pas leur propre maison et ce nombre augmenta à 161 familles en 1901, même si le nombre de familles avait triplé dans le comté. (Voir tableau 14.)

59L’intégrité constante de la famille et son importance comme élément démographique sont aussi suggérées par le peu de changement au niveau du ratio des sexes dans le comté de Prescott de 1851 à 1901. Les hommes furent proportionnellement toujours plus nombreux que les femmes et avec le temps, on ne dénote aucun changement apparent. Cette constatation aide à conclure que l’existence des individus tout au long du siècle s’est déroulée dans le contexte prépondérant de la famille.

TABLEAU 14. Ratio famille/maisonnée et ratio homme/femme, comté de Prescott, de 1851 à 1901

TABLEAU 14. Ratio famille/maisonnée et ratio homme/femme, comté de Prescott, de 1851 à 1901

Source : Recensement du Canada, 1851-1901

  • 21 Recensement du Canada, 1901.

60En même temps, par contre, les familles qui restaient dans le comté de Prescott avaient de moins en moins d’enfants à la fin du siècle. Sur 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans, le nombre d’enfants ayant moins de 5 ans diminua, passant de 731 enfants en 1881 à 674 en 1891 et à 648 en 1901. Cette tendance, ajoutée à celle de l’émigration, contribua à diminuer la taille moyenne des maisonnées dans le comté de Prescott. En 1881, il y avait en moyenne 6,10 occupants par habitation ; ce chiffre diminua à 6,04 en 1891 et à 5,75 en 1901. Il faut noter, cependant, que l’augmentation naturelle de la population était encore élevée, avec des taux comparables à ceux que les pays en voie de développement ont aujourd’hui. Le taux de fécondité était de 40,13 naissances par 1 000 habitants, alors que le taux de mortalité était de 16,79, ce qui donne une croissance naturelle annuelle de 2,3 p. cent. Cette situation s’apparentait beaucoup à celle de l’ensemble du Québec mais elle était inhabituelle en Ontario où le taux de fécondité générale, pour la même année, était en moyenne de 23,91 naissances par 1 000 habitants. Les données du comté de Prescott, par comparaison à celles de la vallée de la Basse-Outaouais, sont très différentes de celles du comté de Glengarry (28,46 naissances par 1 000 habitants), mais se rapprochent de celles de Soulanges au Québec (39,89 naissances par 1 000 habitants)21. Il ne fait aucun doute que ce modèle de fécondité a contribué à donner aux anglophones l’impression qu’il y avait une invasion francophone à la fin du 19e siècle. Pourtant, la croissance de la population francophone dans le comté de Prescott était due à des naissances, non à l’immigration. La véritable invasion avait eu lieu avant les années 1880.

CONCLUSION

61Le modèle de colonisation du comté de Prescott a eu de nombreuses répercussions sur les relations socio-culturelles, comme nous le verrons dans le prochain chapitre. La conclusion la plus importante, c’est qu’on peut expliquer la démographie du comté par un cadre d’interprétation simple qui tient compte de la famille et de la parenté. Le comté de Prescott se comprend mieux si on le considère comme un endroit composé de familles bien établies et de familles en mouvement plutôt qu’en le divisant en deux types démographiques différents, les Canadiens français et les résidents originaires des îles Britanniques. Dès le début de la colonisation, chacun des groupes avaient mis en place des stratégies familiales similaires. En ce sens, les renseignements sur le comté de Prescott ne confirment pas du tout l’image du « pionnier se frayant un chemin et se construisant une cabane tout seul... » En effet, l’immigration et la colonisation étaient beaucoup plus qu’une expérience pour jeunes hommes intrépides. Le processus reposait sur une grande interdépendance entre les membres de la famille, y compris les femmes et les enfants. Il est évident que de relocaliser une famille demandait plus d’organisation et plus de planification que s’il s’était agi d’individus et l’exemple du comté de Prescott semble indiquer que pour les colons, l’aide et le support mutuels compensaient cet effort additionnel. Les données semblent également indiquer que même les jeunes adultes se mariaient avant de quitter le comté, ce qui dénote l’importance des relations familiales.

62En résumé, chez les résidents du comté de Prescott au 19e siècle, la mobilité géographique n’était pas une affaire de solitaire. Plutôt que d’essayer de tenter leur chance de façon indépendante, les anglophones et les francophones cherchaient davantage à se munir de toute la sécurité qu’un endroit pouvait leur fournir. Les immigrants comptaient eux aussi sur la famille et sur la parenté élargie pour faciliter leur arrivée dans le comté. Ainsi, les liens avec la parenté étaient importants pour qui désirait s’établir dans les cantons. C’est ainsi que plusieurs familles donnèrent leurs noms à des localités particulières, surtout à l’arrivée des anglophones.

  • 22 Yolande Lavoie a étudié l’émigration du Québec vers les États-Unis du point de vue de la démograph (...)
  • 23 Voir A. N. Lalonde, « L’intelligensia au Québec et la migration des Canadiens français vers l’Oues (...)

63Il faut souligner l’importance de l’immigration familiale chez les francophones, surtout que les observateurs du temps avaient tendance à les considérer comme des vagabonds. Les Canadiens français qui arrivèrent dans le comté de Prescott faisaient partie de l’immense diaspora qui amena près d’un million de Canadiens français à quitter le Québec pour s’établir au Canada anglais et aux États-Unis22. Ce mouvement migratoire préoccupait les dirigeants, non seulement en Ontario, mais aussi au Québec où, du moins au début, des personnalités politiques importantes considéraient les immigrants avec mépris, comme la racaille de la société canadienne-française23. Mais les immigrants qui arrivèrent dans le comté de Prescott n’étaient pas des vagabonds mais des familles. Le comté attira de jeunes mariés, de jeunes couples ayant peu d’enfants et aussi des familles nombreuses qui avaient vécu au Québec au moins une décennie. On peut ainsi dire que la colonisation des cantons comme celles d’Alfred était, dans bien des cas, une décision consciente, délibérée qui exigeait de la part des colons une volonté ferme de s’établir.

64De plus, l’expérience du comté de Prescott révèle que l’immigration des Irlandais, des Écossais, des Américains et des Anglais a donné naissance, dès ses débuts, à une colonisation qui demeura importante tout au long du siècle. La présence anglophone prit une signification toute particulière dans les dernières années du 19e siècle, quand l’immigration francophone relégua ce groupe au rang de minorité. Il serait évidemment faux d’affirmer qu’aucun résident d’origine britannique ne quitta le comté de Prescott à la suite de cette intense immigration du Québec. Il est probable que certains individus quittèrent le comté parce qu’être en minorité était une réalité (ou une appréhension) qui leur était difficilement acceptable. Il est aussi possible que parmi les personnes ayant quitté le comté, certaines contribuèrent à donner l’impression d’une aliénation culturelle à grande échelle (peut-être quelques-unes de ces familles restèrent quelques temps à Toronto). Toutefois, l’image d’un exode issu de l’immigration du Québec est tout simplement irréaliste. En fait, les observateurs n’auraient même pas dû se baser sur des critères idéologiques et tenir cette immigration pour responsable des faibles pertes dont la population originaire des îles Britanniques fit l’expérience pour la première fois à la fin du 19e siècle. Des considérations culturelles ont dû lourdement peser sur les décisions pendant ces décennies mais, comme nous le démontrerons, ce phénomène est entièrement explicable par l’évolution sociale du comté de Prescott.

65La démographie du comté de Prescott soulève aussi des questions face à l’idée généralement admise selon laquelle l’est de l’Ontario était, au 19e siècle, simplement le champ de bataille des Irlandais catholiques et des Canadiens français. Il est vrai que la population anglophone comprenait des Irlandais d’origine catholique mais il y avait aussi des Irlandais protestants, surtout dans des communautés aussi importantes que le village de Hawkesbury. De plus, il y avait dans le comté de Prescott des Écossais et des Anglais d’origine dont certains étaient catholiques. Il en est résulté un mélange ethnique qui n’a son équivalent dans aucune autre collectivité rurale de l’Ontario. Pour cette raison, il importe de considérer la question de l’enseignement par rapport à la population originaire des îles Britanniques, et non seulement par rapport aux Irlandais catholiques.

66En outre, il semble que lorsque les Canadiens français devinrent numériquement majoritaires, la controverse au sujet de la langue d’enseignement ne fut franchement pas un problème pour la minorité. Les francophones étaient dominants dans la plupart des cantons dès 1870 et, au niveau du comté, ils étaient majoritaires. Par ailleurs, à l’échelle de la province, ils demeuraient incontestablement minoritaires. Au plan démographique donc, la situation des francophones était complexe du fait qu’ils avaient des positions majoritaire et minoritaire distinctes selon les différents niveaux administratifs.

67Quelles étaient les conséquences de cette complexité au plan de l’éducation ? Quels effets ont eu ces diverses positions démographiques sur les autorités locales et provinciales ? Ces questions laissent aussi entrevoir la possibilité que les Canadiens français pouvaient différer d’opinion entre eux sur les questions scolaires. Puisque les Canadiens français étaient presque en majorité dans tout le comté de Prescott, interpréter la situation à l’intérieur d’un cadre mettant uniquement l’accent sur le conflit entre anglophones et francophones nous paraît incomplet. Il est évident que les Canadiens français formaient une petite minorité en Ontario et qu’ils devaient par conséquent affronter le pouvoir de la majorité anglophone. Cependant, les données démographiques du comté de Prescott soulignent combien les francophones dirigeaient plusieurs secteurs scolaires en 1880. Quelles étaient les conséquences d’une telle domination numérique ? Y avait-il un consensus sur les buts à atteindre au niveau local ? Cette dernière question est importante parce qu’elle découle de la complexité de la colonisation canadienne-française, de sa persistance et de son émigration. À la fin du 19e siècle, la population canadienne-française se composait de divers types de résidents, des nouveaux arrivants jusqu’aux membres « indigènes » de familles établies depuis longtemps. Une telle diversité laisse supposer que les activités pédagogiques des francophones étaient déterminées par des attitudes et des comportements variés. Une analyse qui ne tiendrait compte que des relations entre les anglophones et les francophones n’a, au plan démographique, aucun sens dans le comté de Prescott.

Notes

1 Par exemple, Franklin A. Walker, Catholic Education and Politics in Ontario : A Documentary Study, Toronto, Éditions Thomas Nelson and Sons, 1964 ; Marilyn Barber, « The Ontario Bilingual Schools Issue ; Sources of Conflict », dans Canadian Historical Review, vol. 47, n° 3, septembre 1966, pp. 227-248 ; Robert Choquette, Language and Religion : A History of English-French Conflict in Ontario, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1975; et Arthur Godbout, Nos écoles franco-ontariennes : Histoire des écoles de langue française dam l’Ontario des origines du système scolaire (1841) jusqu’à nos jours, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1980.

2 Le Mail, Toronto, les 10, 11 et 14 décembre 1886.

3 Ibid., les 15 et 25 décembre 1886.

4 On trouve les dimensions géographiques de la colonisation dans l’Atlas de l’Ontario français de Gaétan Vallières et Marcien Villemure, Montréal et Paris, Éditions Études vivantes, 1981.

5 Les recensements manuscrits sont disponibles aux Archives publiques de l’Ontario (Public Archives of Ontario [PAO]). Ci-dessous, ces recensements sont identifiés par année mais sans citation.

6 A. Gordon Darroch commente de façon très perspicace les études récentes sur la migration dans « Migrants in the Nineteenth Century : Fugitives or Families in Motion ? » dans Journal of Family History, vol. 6, n° 3, automne 1981, pp. 257-277.

7 Ces exemples, et les suivants, sont extraits des histoires locales qui sont très utiles même si elles ne sont pas toujours justes. Les exemples que nous avons utilisés sont conformes à d’autres sources. Les histoires locales utilisées proviennent de : Lucien Brault, Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, L’Orignal, Ontario, 1965 ; C. Thomas, History of the Counties Argenteuil, Québec and Prescott, Ontario, Montréal, Éditions John Lowell and Son, 1896 et Belleville, Ontario, Éditions Mika Publishing, 1981 ; Alan Douglas MacKinnon, The Story of Vankleek Hill and the Surrounding Area, vol. 1, Belleville, Ontario, Éditions Mika Publishing, 1979 ; et William B. Byers, The Church on the Hill, Hawkesbury, Ontario, Éditions Holy Trinity Men’s Club, 1981.

8 L’arrivée des familles dans le comté de Prescott faisait partie d’un phénomène migratoire dont d’autres études locales ont parlé. John Mannion démontre ce phénomène en parlant de la colonisation irlandaise près de Peterborough, au cours des années 1820 et 1830 dans Irish Settlements in Eastern Canada ; A Study of Cultural Transfert and Adaptation, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1974, pp. 42-44 ; Peter Kenneth MacLeod met l’accent sur l’importance de la famille et de la parenté chez les Écossais, dans leur colonisation « coude à coude » du canton de Charlottenburg dans le comté de Glengarry, ainsi que dans d’autres communautés ontariennes, dans « Gualainn Ri Gualainn : A Study of Concentrations of Scottish Seulement in Nineteenth Century Ontario », thèse de maîtrise, Université d’Ottawa, 1972. Parmi les études importantes récentes, citons entre autres : Marianne McLean, « In the New Land a New Glengarry : Migration from the Scottish Highlands to Upper Canada, 1750-1820 », thèse de doctorat, université d’Édimbourg, 1982. L’étude poussée de Bruce S. Elliott retrace la colonisation irlandaise, comme dans son article « Migration and Stability amongst The Tipperary Protestants of the Ottawa Valley » présenté à la Canadian Historical Association, à Ottawa, en 1981. De même, G. Lockwood montre l’importance de l’histoire locale dans « Irish Immigrants and the ‘Critical Years’ in Eastern Ontario : The Case of Montague Township, 1821-1881 » dans D. H. Akenson, Canadian Papers in Rural History, Gananoque, Ontario, Editions Langdale Press, 1984, 4, pp. 153-178. Pour les questions théoriques, voir John Mogey, « Residence, Family, Kinship : Some Recent Research », dans Journal of Family History, vol. 1, n° 1, automne 1976, pp. 95-105; sur l’importance de la parenté lors des débuts de la colonisation d’une communauté à la frontière américaine au 19e siècle, voir Robert E. Bieder, « Kinship as a Factor in Migration », dans Journal of Marriage and the Family, vol. 35, n° 3, août 1973, p. 429-439. Darroch montre l’étendue de la migration des familles en Amérique du Nord dans « Migrants in the Nineteenth Century ». James M. Cameron analyse l’immigration élargie des Écossais dans « Scottish Emigration to Upper Canada, 1815-1855 : A Study of Process » dans W. Peter Adams and Frederick Helleiner (éd.), International Geography, 1972, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1972, vol. 1, pp. 404-406. Donald H. Akenson fait un survol de la documentation classique et apporte un point de vue différent pour comprendre l’immigration irlandaise et la colonisation dans « Ontario : Whatever Happened to the Irish ? » dans Donald PI. Akenson, Canadian Papers in Rural History, Gananoque, Ontario, Editions Langdale Press, 1982, vol. 3, pp. 204-256.

9 Pour un résumé de l’histoire de plusieurs communautés du comté de Prescott, voir Brault, Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, pp. 189-277 ; et The Prescott and Russell Supplement of the Illustrated Atlas of the Dominion of Canada. Toronto, Editions H. Belden, 1881 ; Owen Sound, Ontario, Editions Richardson, Bond and Wright, 1972.

10 Pour des détails biographiques sur les Hamilton et les Higginson, voir Byers, The Church on the Hill.

11 Pour en connaître davantage sur la migration des Highlanders dans le comté de Glengarry, voir Marianne McLean, « Peopling Glengarry County : The Scottish Origins of a Canadian Community » Canadian Historical Association, dans Historical Papers, 1982, pp. 156-171.

12 John S. Bigsby, The Shoe and Canoe, London, 1850, New York, Editions Paladin Press, 1969, pp. 66.

13 Donald G. Cartwright a attentivement étudié certains éléments de la colonisation des Canadiens français dans le comté de Prescott dans « French-Canadian Colonisation in Eastern Ontario to 1910 », thèse de doctorat, University of Western Ontario, 1973 ; voir aussi du même auteur, « Institutions of the Frontier : French Canadian Settlement in Eastern Ontario in the Nineteenth Century », dans Canadian Geographer, vol. 21, n° 1, printemps 1977, pp. 1-21. L’historiographie de l’immigration des Québécois vers la Nouvelle-Angleterre offre une perspective comparative de l’importance de la famille dans le processus migratoire et démontre que les familles apprenaient qu’il y avait des débouchés autant par les membres de la parenté que par les annonces dans les journaux ; par conséquent, ils déménageaient dans des villes précises, comme Lowell, au Massachusetts et Manchester, au New Hampshire. Cette historiographie comprend les études de Ralph D. Viscero, « Immigration of French Canadians to New England, 1840-1900 : A Geographical Analysis », thèse de doctorat, Université du Wisconsin, 1968, et celle plus récente de Frances H. Early, « French-Canadian Beginnings in an American Community : Lowell, Massachusetts, 1868-1886 », thèse de doctorat, Université Concordia, 1980. L’étude la plus importante sur la parenté et la famille chez les Canadiens français établis en Nouvelle-Angleterre a été entreprise par Tamara K. Hareven qui a admirablement démontré l’importance de la famille. Voir Tamara K. Hareven, Family Time and Industrial Time : The Relationship between Family and Work in a New England Industrial Community, Cambridge, Éditions Cambridge University Press, 1982 ; et Tamara K. Hareven et Randolph Langenbach, Amoskeag : Life and Work in an American Town, New York, Éditions Pantheon, 1978.

14 L’exemple du canton d’Alfred ressemble beaucoup aux constatations qu’avait faites E. Z. Massicotte, à l’époque, en étudiant l’émigration des Canadiens français du comté de Champlain au Québec à la fin du 19e siècle. La plupart de ces immigrants s’étaient installés en Nouvelle-Angleterre. Bien que rarement utilisée par les historiens, l’étude de Massicotte est une des rares études empiriques sur la nature de l’émigration canadienne-française au 19e siècle. En étudiant le comté de Champlain pour la période allant de 1880 à 1892, Massicotte découvrit que la grande majorité des Canadiens français qui émigraient faisaient partie des familles établies. Au cours de cette période, 72 p. cent des 1 995 émigrants qui quittèrent le comté de Champlain partirent en groupe de familles, ce qui incluait les enfants. La proportion des hommes qui émigraient seuls n’était que de 10,1 p. cent alors que pour les femmes seules, la proportion est aussi faible que 0,5 p. cent. On peut lire les découvertes de Massicotte dans « L’émigration des Canadiens aux États-Unis mais il y a quarante ans et plus » dans le Bulletin du recherches historiques, vol. 39 et 40, cité par Yolande Lavoie dans L’émigration des Canadiens aux Etats-Unis avant 1930, Montréal, Éditions les Presses de l’Université de Montréal, 1972, p. 59.
Mais nous ne pouvons pas comparer directement les données du canton d’Alfred avec celles de Massicotte parce que nous ne pouvons extraire des recensements que des estimations sur les migrations des familles et des individus.

15 La distinction entre la parenté et les pensionnaires sans lien de parenté est inscrite dans les recensements de 1851 et 1861 mais non après ; pour en connaître davantage sur le sujet, voir l’annexe. Sheva Medjuck a souligné cette différence dans « The Importance of Boarding for the Structure of the Household in the Nineteenth Century », dans Histoire sociale/Social History, vol. 13, n° 25, mai 1980, pp. 207-223.
Depuis le début des années 1970, les analystes ont souligné à maintes reprises l’importance de la famille et de la structure de la maisonnée, surtout dans des études qui ont provoqué de vives réactions : Peter Laslett et Richard Wall, Household and Family in Past Time, Cambridge, Éditions Cambridge University Press, 1972 ; Michael Anderson, Family Structure in Nineteenth Century Lancashire, Cambridge, Éditions Cambridge University Press, 1971 ; et Lutz Berkner, « The Stem Family and the Development Cycle of the Peasant Household : An Eighteenth Century Austrian Example », dans American Historical Review, vol. 77, n° 2, avril 1972, pp. 398-418. Pour une vue d’ensemble des études durant les années 1970, voir Michael Anderson, Approaches to the History of the Western Family 1500-1914, London, Éditions Macmillan, 1980, tout particulièrement les pages 17 à 38. A. Gordon Darroch et Michael D. Ornstein présentent un point de vue canadien dans « The Regional Economy of Family and Household in Nineteenth Century Canada », conférence présentée à la réunion annuelle de l’American Sociological Association, le 6 septembre 1981 ; David Gagan, Hopeful Travellers : Families, Land and Social Change in Mid-Victorian Peel County, Canada West, Toronto, Editions University of Toronto Press, 1981, chap. 4; et Sheva Medjuck, « Family and Household in Nineteenth Century: The Case of Moncton, New Brunswick, 1851-1871 » dans Canadian Journal of Sociology, vol. 4, n° 3, été 1979, pp. 275-286.

16 Gordon Darroch et Michael D. Ornstein donnent des points de vue comparatifs dans « Family Coresidence in Canada in 1871 : Family Life-Cycles, Occupations and Networks of Mutual Aid », Canadian Historical Associations, Historical Papers, 1983, pp. 30-55 ; et Bettina Bradbury, « The Family and Work in an Industrializing City : Montreal in the 1870s », Canadian Historical Associations, Historical Papers, 1979, pp. 71-96. Nous devons rappeler que l’immigration des familles dans le comté de Prescott a sans aucun doute souvent pris d’autre formes que celle de la migration unique d’une famille unie. Par exemple, le chef de famille a pu précéder et préparer l’arrivée des autres membres de la famille.
Le fait d’être en pension a aussi souvent été associé avec le moment de transition psychologique et économique vers l’âge adulte. Ainsi, Modell and Hareven ont trouvé qu’à Boston à la fin du 19e siècle, même si les pensions dans le South End de la ville étaient souvent reliées à la fonction de la région c’est-à-dire comme point d’arrivée de la plupart des nouveaux immigrants, la pension jouait quand même un rôle important dans la vie des gens nés aux Etats-Unis. Ils en concluaient que la pension était un « aspect pratique du fonctionnement du cycle de la vie » et ils laissaient entendre que le tiers ou la moitié de tous les individus inscrits dans leurs données prenaient pension avant de former leur propre maisonnée. Voir John Modell and Tamara Hareven, « Urbanization and the Malleable Household : An Examination of Boarding and Lodging in American Families », dans Journal of Marriage and the Family, vol. 35, n° 30, août 1973, pp. 467-479 et tout particulièrement les pages 471 à 473.
De même, Michael Katz n’explique pas le fait d’être en pension à Hamilton à la moitié du 19e siècle en se référant à l’arrivée d’immigrants irlandais mais il affirme plutôt que pour les adolescents qui prévoyaient se marier, passer quelques années loin de la maison faisait partie de leur cycle de vie. En prenant pension dans une maisonnée qui ne leur était pas familière, ces jeunes hommes et ces jeunes femmes, croyait Katz, avaient la chance de faire l’expérience de l’autonomie et d’ainsi se préparer psychologiquement à fonder leur propre famille. Katz a considéré la possibilité que les pensionnaires aient été seulement « de jeunes immigrants se débrouillant seuls » mais il a rejeté cette explication après avoir estimé que la plupart des familles des pensionnaires habitaient aussi Hamilton. Apparemment, les garçons et les filles quittaient leur famille dès après leur arrivée au Canada. Par conséquent à Hamilton, au milieu du siècle, « la plupart des jeunes gens passaient quelque temps à vivre de façon semi-autonome dans une maisonnée autre que celle de leurs parents ». Cette période se situe après avoir quitté l’école mais avant de se marier. Michael Katz, The People of Hamilton, Canada West : Family and Class in a Mid-Nineteenth Century City, Cambridge, Mass., Éditions Harvard University Press, 1975, pp. 264-265, 290.

17 Parmi les exemples récents d’études sur de telles données, citons : Sune Akerman, « Swedish Migration and Social Mobility : The Tale of Three Cities » dans Social Science History, vol. 1, n° 2, hiver 1977, pp. 178-209 ; et L. Eriksson et J. Rogers, « Rural Labor and Population Change : Social and Demographic Developments in East-Central Sweden during the Nineteenth Century », thèse de doctorat, Université de Uppsala, 1978. Darrell A. Norris analyse un curieux ensemble de données de rencensement annuel dans « Household and transiency in a Loyalist Township : The People of Adolphustown, 1784-1822 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 13, n° 26, novembre 1980, pp. 399-415. Voir aussi Bruce S. Elliott, « The Famous Township of Hull : Image and Aspirations of a Pionneer Quebec Community », dans Histoire sociale/Social History, vol. 12, n° 24, novembre 1979, pp. 339-367. Parmi les importantes études sur la mobilité géographique comme le suggèrent les recensements sur une base de dix ans, citons : David Gagan, « Geographical and Social Mobility in Nineteenth Century Ontario : A Microstudy », dans Canadian Review of Sociology and Anthropology, vol. 13, n° 2, mai 1976, pp. 208-229 ; et Christian Poyez, Raymond Roy et Gérard Bouchard, « La mobilité géographique en milieu rural : Le Saguenay, 1852-1861 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 14, n° 27, mai 1981, pp. 123-155.

18 Dans les inventaires agricoles, on inscrivait les lots et les numéros de concession et même si la documentation est incomplète, cela fournit une source de références très utile pour établir les liens entre 1861 et 1871. Malheureusement, il n’y a pas d’inventaires agricoles pour 1851 et 1881. Pour des renseignements concernant les rapports de liens de parenté faits dans cette étude-ci, voir l’annexe.

19 À titre de comparaison, voir David Gagan, « The Indivisibility of Land : A Microanalysis of the System of Inheritance in Nineteenth-Century Ontario », dans Journal of Economic History, vol. 36, n° 1, mars 1976, pp. 126-141 ; et Gérard Bouchard, « Family Structures and Geographic Mobility at Laterrière, 1851-1935 », Journal of Family History, vol. 2, n° 4, hiver 1977, pp. 250-369. La difficulté physique de l’immigration des familles se traduit dans les célèbres « lois de migration » formulées par E.G. Ravenstein à la fin du 19e siècle. Selon la septième loi, « la plupart des migrants sont des adultes : les familles émigrent rarement à l’extérieur de leur propre pays ». Voir D. B. Grigg, « E. G. Ravenstein and The “Laws of Migration” », dans Journal of Historical Geography, vol. 3, n° 1, janvier 1977, pp. 41-54, 52.

20 R. S. Schofield a fait la distinction entre la stabilité géographique basée sur la fécondité et la moralité et la taille constante de la population basée à la fois sur la migration et le taux de mortalité dans « The Relationship between Demographic Structure and Environment in Pre-Industrial Western Europe » dans W. Conze, Soziale Geschichte der Familie in der Europas, Stuttgart, Éditions Klett, 1977, pp. 147-160 ; et D. S. Smith, « A Homoeostatic Demographic Regime : Patterns in West European Family Reconstitution Studies » dans R. D. Lee, Population Patterns in the Past, New York, Éditions Academic Press, 1977, pp. 19-51. Pour une étude comparative sur la taille de la population et les modèles de migration, voir David Gagan, « Land, Population, and Social Change : The ‘Critical Years’ in Rural Canada West », dans Canadien Historical Review, vol. 59, n° 3, septembre 1978, pp. 293-318. Calvin J. Veltman a étudié la façon dont l’immigration des Canadiens français a changé la géographie culturelle d’une communauté rurale du Québec dans « Demographic Components of the Francisation of Rural Quebec : The Case of Rawdon », American Review of Canadian Studies, vol. 6, n° 2, automne 1976, pp. 22-41.

21 Recensement du Canada, 1901.

22 Yolande Lavoie a étudié l’émigration du Québec vers les États-Unis du point de vue de la démographie dans L’émigration des Canadiens aux États-Unis avant 1930, Montréal, Éditions Les Presses de l’Université de Montréal, 1972. Pour une bibliographie des études sur les Franco-Américains, voir de Gérard J. Brault « État présent des études sur les centres franco-américains de la Nouvelle-Angleterre » dans C. Quintal et A. Vachon, Situation de la recherche sur la franco-américanie, Québec, Le Conseil de la vie française en Amérique, 1980, pp. 9-25. Pour un court résumé de la colonisation canadienne-française à l’extérieur du Québec, voir Raymond Breton et Pierre Savard, The Quebec and Acadian Diaspora in North America, Toronto, Éditions Multicultural History Society of Ontario, 1982. Pour des analyses de la colonisation tardive des francophones dans l’ouest du Canada, voir Robert Painchaud, « The Franco-Canadian Communities in Western Canada since 1945 », dans David Jay Bercuson et Phillip A. Buckner, Eastern and Western Perspectives, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1981, pp. 3-18.

23 Voir A. N. Lalonde, « L’intelligensia au Québec et la migration des Canadiens français vers l’Ouest canadien, 1870-1930 », dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 33, n° 2, septembre 1979, pp. 163-185 ; Robert Painchaud, « French-Canadian Historiography and Franco-Catholic Settlement in Western Canada, 1870-1915 », dans Canadian Historical Review, vol. 59, n° 4, décembre 1978, pp. 447-466 ; et A. I. Silver, The French-Canadian Idea of Confederation, 1864, 1900, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1982.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 2. Augmentation de la population dans le comté de Prescott, de 1824 à 1901
Légende Source : Recensement du Canada, 1851-1901 ; les données avant 1851 sont tirées du rapport de 1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre TABLEAU 3. Composition culturelle de la population du comté de Prescott, de 1871 à 1901
Légende Source : Recensement du Canada, 1871-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 4. Lieux de naissance des résidents originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1851
Légende a Évaluation à partir d’une population enregistrée de 3 438 Canadiens français.b Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.Source : Recensement du Canada, 1851
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre TABLEAU 5. Colonisation des gens originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1871
Légende Source : Recensement du Canada, 1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre TABLEAU 6. Confessionnalités des résidents originaires des îles Britanniques, comté de Prescott, 1851
Légende a Évaluation à partir d’une population catholique globale de 5 336 âmes et d’une population enregistrée de 3 438 Canadiens français.b Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.Source : Recensement du Canada, 1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABLEAU 7. Identités ethnique et religieuse des résidents originaires des îles Britanniques, des cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881
Légende a Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.Source : recensement manuscrit, 1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 8. Colonisation des Canadiens français dans le comté de Prescott, 1871
Légende a Les chiffres proviennent d’une liste manuscrite.Source : Recensement du Canada, 1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre TABLEAU 9. Estimation de la migration des familles du Québec vers le canton d’Alfred, de 1851 à 1871
Légende Source : recensement manuscrit, 1851-1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre TABLEAU 10. Nombre d’enfants à chacune des migrations familiales dont nous sommes certains, canton d’Alfred, de 1851 à 1871
Légende Source : recensement manuscrit, 1851-1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU 11. Modèles des mariages, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881
Légende Source : recensement manuscrit, 1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre FIGURE 3. Âge selon la situation de famille, cantons d’Alfred et de Caledonia, de 1851 à 1871 (Pourcentage de gens mariés, déménagement en moyenne à tous les trois ans.)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre FIGURE 4. Grosseur moyenne de la famille selon l’âge de la mère, cantons d’Alfred et de Caledonia, de 1851 à 1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 12. Enfants ayant quitté la maison familiale entre 1861 et 1871, canton d’Alfred
Légende Note : ces jeunes gens, ou bien s’établissaient en ménage, ou bien émigraient alors que leurs parents et leurs proches restaient dans le canton.Source : recensement manuscrit, 1861-1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre FIGURE 5. Persistance et transition des individus de la population originaire des îles Britanniques, canton d’Alfred, de 1851 à 1881
Légende Sources : recensements manuscrits, 1851-1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre TABLEAU 13 Résidents du comté de Prescott nés au Québec, de 1871 à 1901
Légende Source : Recensement du Canada, 1871-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre FIGURE 6. Augmentation de la population, comté de Prescott, de 1881 à 1901
Légende Note : la courbe de l’augmentation naturelle prévue présume que la migration était à un degré zéro net et le taux de fécondité en 1901 de 40,13/1000 habitants et de mortalité de 16,79/1000.Sources : Recensements du Canada, 1881-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIGURE 7. Âge selon la situation de famille, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre FIGURE 8. Grosseur moyenne de la famille selon l’âge de la mère, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre TABLEAU 14. Ratio famille/maisonnée et ratio homme/femme, comté de Prescott, de 1851 à 1901
Légende Source : Recensement du Canada, 1851-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1330/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable