Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Préface

Texte intégral

1Le drame central de l’histoire canadienne, ce qui distingue le Canada de tous les autres pays occidentaux, c’est la manière dont ses deux peuples fondateurs se sont combattus, ont coopéré, sont restés séparés, pour ensuite se réunir et pour créer, chemin faisant, un État politique. Généralement, les spécialistes considèrent ce drame historique comme l’aventure intellectuelle d’un petit nombre de dirigeants d’origine urbaine. Cependant, les acteurs de l’histoire canadienne, c’est aussi tout le reste de la population dont la plus grande partie vivait, jusqu’à tout récemment, dans les villages et les régions de colonisation rurales. Comment les pensées et les comportements de ces individus historiquement anonymes se rattachent-ils aux données officielles sur le passé canadien ? Sans doute, comme c’est le cas pour la plupart des questions historiques, ne le saurons-nous jamais tout à fait. Et même les protagonistes d’alors n’étaient peut-être pas conscients de cette réalité. Il faut, toutefois, étudier cette question, car elle plonge au cœur de l’histoire canadienne.

  • 1 Cette abondante documentation inclut des travaux anciens, comme celui de C.B. Sissons, Bilingual S (...)

2Le drame de notre passé ne se résume pas à une série d’événements isolés ; ce fut plutôt l’histoire d’hommes et de femmes continuellement aux prises avec leurs propres situations changeantes. Parmi les aspects les plus litigieux de leur réalité, il y avait l’enseignement des francophones hors-Québec. Dès l’établissement du système scolaire public au Canada, vers le milieu du 19e siècle, des controverses ont éclaté dans toutes les provinces où les francophones constituaient des minorités substantielles. Ces controverses sont au cœur de l’abondante documentation qui traite de la langue d’enseignement comme d’une lutte d’idées et d’ambitions opposant des politiciens, des évêques et divers dirigeants sociaux1.

3À l’opposé, ce livre tente d’examiner la question linguistique par rapport à l’histoire sociale et à l’identité culturelle d’une région particulière. Plus précisément, les chapitres qui suivent concernent le comté de Prescott qui a été le centre de la controverse sur la langue d’enseignement en Ontario vers la fin du 19e siècle. À partir de 1850, le comté de Prescott a été le point de jonction géographique des Canadas anglais et français, la boucle de la ceinture bilingue. Dans les années 1880, toute l’attention de la province s’est tournée vers ce comté, après que l’immigration en provenance du Québec eut transformé la région, d’une zone frontière où vivait une population anglophone clairsemée, en un secteur à majorité francophone. Après 1885, la controverse s’intensifia alors que le gouvernement de l’Ontario adoptait une série de mesures destinées à restreindre l’utilisation du français dans les écoles de la province.

  • 2 Le texte du Règlement 17 fait partie de l’Appendice VI de l’ouvrage de George M. Weir, The Separat (...)
  • 3 L’historiographie traitant de la controverse au sujet de la langue française en Ontario comprend l (...)

4La version historiquement reconnue sur la question de la langue d’enseignement en Ontario met l’accent sur les premières années du 20e siècle, tout particulièrement, sur les circonstances entourant la diffusion du Règlement 17, en 1912. Cette circulaire officielle fut distribuée dans toutes les écoles publiques et dans les écoles catholiques séparées de la province pour les informer que le français, comme langue d’enseignement, « ne devait pas être utilisé au-delà de la première année2 ». Selon les historiens, les origines du Règlement 17 remonteraient aux années 1880, quand d’importants politiciens anglophones et rédacteurs de journaux en vinrent à croire que l’immigration francophone en Ontario mettait en péril l’équilibre culturel de la Confédération. Ces porte-parole prétendaient qu’une « invasion » menaçait alors l’hégémonie des anglophones en Ontario et estimaient qu’il fallait contrer ce danger au moyen de politiques destinées à renforcer le caractère culturel du système scolaire public. Les historiens mentionnent même que l’aliénation, causée par des événements tels que la pendaison de Louis Riel ou la Loi sur les biens des Jésuites, peut expliquer la crédibilité grandissante que les anglophones accordaient à ce discours vers la fin du 19e siècle3.

5L’étude qui suit se propose de réinterpréter de trois façons les origines de la controverse sur la langue d’enseignement en Ontario. Premièrement, en présentant des preuves démontrant que les méthodes coercitives en matière de langue sont directement rattachées à l’histoire de l’éducation dans l’est de l’Ontario, et tout particulièrement dans le comté de Prescott. Cette analyse met l’accent sur l’interaction, pendant toute la seconde moitié du 19e siècle, entre le développement scolaire local et la politique sur la langue officielle. Les nouvelles politiques linguistiques de 1885 et des années subséquentes ne sont pas que le résultat d’un regain nataliste anglo-saxon et protestant. Ce sont plutôt les conditions locales dans le comté de Prescott qui ont déterminé la politique provinciale en matière d’éducation ; selon des perspectives à la fois provinciales et locales, une continuité logique justifiait les changements politiques du siècle dernier.

6Deuxièmement, notre étude analyse l’importance des changements démographiques et économiques locaux par rapport à l’histoire de l’enseignement dans la langue des minorités en Ontario. Au-delà de la controverse sur la langue se profilaient des modèles complexes de population et des tendances économiques qui ont engendré un contexte matériel changeant par rapport aux conditions de l’instruction. On ne saurait, à proprement parler, décrire ce contexte comme une « invasion ». En fait, ce qui s’est produit dans le comté de Prescott laisse entrevoir, pour l’histoire des établissements francophones dans l’est de l’Ontario, une chronologie et une expérience assez différentes. Par ailleurs, cette histoire est directement liée à la question scolaire et aux problèmes de la langue d’enseignement.

  • 4 Danielle Juteau-Lee, « The Franco-Ontarian Collectivity : Material and Symbolic Dimensions of Its (...)

7Enfin, la révision des politiques officielles et l’analyse de l’histoire sociale du comté de Prescott permettent de découvrir le troisième élément essentiel pour réinterpréter la question linguistique : soit la naissance, dans les années 1880, de l’identité franco-ontarienne. (Les preuves que nous avons de l’émergence de cette identité dans le comté de Prescott ne diminuent en rien la valeur des travaux des spécialistes qui ont montré que l’appellation « Franco-Ontarien » n’était pas utilisée avant les années 1960. En effet, l’exemple du comté de Prescott porte à conclure que les mots « Canadiens français de l’Ontario » ont été constamment utilisés tout au long du 19e siècle4). On peut considérer les décennies précédant 1880 comme une période de gestation menant à la naissance d’une situation non déterminée ni entièrement formée, mais porteuse des germes nécessaires à son futur développement. Dans les années 1880, les francophones du comté de Prescott ont formulé une définition de leur identité à la fois enracinée dans le passé et issue de circonstances contemporaines. Leurs paroles et leurs actions laissent supposer que la controverse sur la langue d’enseignement reflétait une conjoncture aux ramifications provinciales et nationales.

8Considérés ensemble, ces éléments réinterprètent la controverse sur la langue d’enseignement en permettant d’analyser l’interaction des groupes culturels dans un contexte de changement social. Cette analyse s’appuie sur une recherche récente portant sur la nature et la signification historique de la culture, de l’ethnicité et de l’identité d’un groupe donné, recherche particulièrement importante à deux égards.

  • 5 A. Gordon Darroch et Michael D. Ornstein, « Ethnicity and Occupational Structures in Canada in 187 (...)
  • 6 Frank Lewis et Marvin McInnis, « The Efficiency of the French-Canadian Farmer in Nineteenth Centur (...)
  • 7 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la C (...)

9Tout d’abord, les spécialistes ont démontré que, souvent, les études systématiques ne confirmaient pas les présuppositions concernant la relation qui existe entre certains groupes et certaines expériences historiques. Par exemple, Gordon Darroch et Michael Ornstein ont utilisé un échantillon national d’un recensement manuscrit de 1871 pour mettre en doute le modèle traditionnel des rapports entre ethnicité et structures occupationnelles au Canada. Au niveau national, ils ont découvert que « la stucture occupationnelle de la population catholique francophone ressemblait étroitement à celle de la nation dans son ensemble ». Darroch et Ornstein établissent que ce surprenant modèle de 1871 comporte d’importantes différences régionales qui devraient, à leur avis, faire l’objet d’études sectorielles5. De même, Frank Lewis et Marvin McInnis utilisent le recensement de district de 1851 pour comparer l’efficacité des cultivateurs anglophones et francophones au Québec. Ils concluent également que les images traditionnelles sont sans fondement et qu’au niveau de la productivité, il n’y a pas de différences essentielles entre les cultivateurs anglophones et francophones6. Leur recherche a été élaborée à partir de l’histoire repensée du Québec dont la synthèse, à propos de la deuxième moitié du 19e siècle, a été efficacement réalisée par Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert dans Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise (I867-I929)7.

  • 8 Par exemple, Robert Armstrong a déjà remis en question la recherche de Lewis et McInnis dans « The (...)
  • 9 Durant les vingt dernières années, un vif débat a entouré l’application, aux données historiques, (...)

10De tels ouvrages ne sont toutefois pas concluants, mais ils ouvrent, à l’évidence, de nouvelles voies à la recherche8. Les historiens canadiens doivent être très circonspects lorsqu’ils considèrent toute idée reçue au sujet des expériences historiques de groupes tels que les Canadiens français au 19e siècle. De même, les spécialistes doivent analyser de façon critique les observations et les affirmations des écrivains de l’époque dont les points de vue ont servi de base aux recherches historiques traditionnelles. À cette fin, les sources d’information produites de façon régulière, comme les manuscrits de recensement, sont particulièrement précieuses. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de traiter ces données empiriquement, mais on peut s’en servir comme indicateurs des tendances et des modèles comportementaux9, comme nous l’avons fait, par exemple, avec les recensements allant de 1851 à 1881 pour deux cantons du comté de Prescott. Ces informations s’ajoutent à un ensemble de sources documentaires locales, elles ouvrent une perspective critique sur les façons de voir et les préjugés des gens au 19e siècle.

  • 10 On trouve une discussion sérieuse dans Howard Palmer, « Canadian Immigration and Ethnic History in (...)
  • 11 William Petersen, « Concepts of Ethnicity », dans Stephan Thernstrom (éd.) Harvard Encyclopedia of (...)

11Cette étude s’appuie également sur certaines recherches récentes qui démontrent que la culture, l’ethnicité et l’identité ne sont pas des catégories statiques mais des processus dynamiques s’élaborant dans des contextes historiques changeants. Dans ces recherches, les idées et les actions d’un groupe particulier d’individus ne sont pas considérées comme des caractéristiques immuables transcendant le temps et le lieu. Au contraire, on y présente la façon de penser des individus, leur comportement et leurs points de vue comme des interactions entre leurs expériences passées et les circonstances contemporaines10. Les historiens commencent à peine à s’intéresser à ces interactions et, par conséquent, ils continuent de faire des généralisations non vérifiées et non historiques, même dans les travaux les plus spécialisés. Par exemple, l’imposante Harvard Encyclopedia of American Ethnic Groups utilise les Canadiens français pour illustrer le cas peu commun d’une ethnicité « nettement » définie. Pour ce faire, trois « classements se chevauchent », soit une résidence « surtout » au Québec ; une religion catholique « plutôt que protestante, contrairement à la plupart des autres Canadiens » et une concentration historique « au niveau des pauvres et des moyens pauvres, contrairement aux employés et aux professionnels anglophones du Québec11 ». Le maintien d’aussi fausses et désuètes généralités devrait inciter les spécialistes à poursuivre des recherches qui pourraient contribuer à mieux définir et à mieux comprendre les groupes dont les membres partagent une expérience historique commune mais qui en viennent à se voir, ou à être perçus, comme distincts.

12C’est dans ce sens que l’étude qui suit a été élaborée, en comparant directement les écrits des autorités et des divers dirigeants sociaux au 19e siècle en Ontario avec les opinions et l’expérience réelles des résidents du comté de Prescott. Notre étude débute par une analyse de l’attitude des autorités face à l’enseignement scolaire de langue française, ce qui fournit une base générale à l’étude détaillée de la chronologie, des caractéristiques démographiques de la colonisation, ainsi que de la structure économique et du rôle de l’enseignement dans l’organisation sociale du comté de Prescott. Ensuite, nous analysons les changements au niveau des relations culturelles au cours des années 1880 en regard des politiques locales et de l’histoire des écoles catholiques séparées.

13Ma conclusion la plus importante, c’est que le comportement, les attitudes et les perceptions des anglophones et des francophones doivent être étudiés dans le contexte de leur situation matérielle. Surtout, il importe d’analyser la question linguistique en la considérant comme faisant partie d’une évolution sociale plus vaste des communautés particulières.

14Ma recherche a été rendue possible grâce à l’aide et aux techniques d’ordinateurs de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario et de l’université de Victoria. Je remercie Ian Winchester pour m’avoir, le premier, présenté au Canadian Social History Project, et pour m’avoir habilement guidé par de subtiles critiques depuis notre première rencontre en 1974. Je suis également reconnaissant envers David Levine pour ses conseils amicaux et éclairés et envers Alison Prentice pour son aide précieuse et judicieuse. Pour ce qui est de ma recherche, je dois beaucoup à Michael Katz dont les idées m’ont stimulé et dont le soutien critique m’a toujours encouragé. Je re-remercie également Susan Houston, Robert Harney, Raymond Mougeon, Donald Cartwright, John Willis, Marvin Lazeron, Brian Young, Stan Mealing, Harvey Graff, Normand Séguin, Marvin McInnis et Peter Baskerville pour les critiques précieuses qu’ils ont apporté sur certaines parties de mes premières versions. Je remercie également Don Akenson pour son encouragement soutenu et Leonore d’Anjou, pour son aide importante. Je doute que ce livre satisfasse pleinement les excellents étudiants que j’ai eu la chance de connaître mais sans leur enthousiasme, le résultat eut été encore moins satisfaisant.

15Les membres de la Société historique du comté de Prescott, particulièrement James Donaldson et William Byers, ont été très généreux et m’ont beaucoup encouragé à faire cette étude. Je remercie aussi tous ceux qui m’ont facilité l’accès aux archives de Saint-Victor-d’Alfred, de l’archidiocèse d’Ottawa, de la Thomas Fisher Rare Book Library, ainsi qu’aux Archives provinciales d’Ontario et aux Archives publiques du Canada.

16Des extraits des chapitres 2, 3 et 4 ont déjà été publiés dans « Canadian Families in Cultural Context », Canadian Historical Association Historical Papers (1979), « Boom and Bust », Canadian Historical Association Historical Papers (1982) ; et « Schooling, the Economy, and Rural Society », dans Childhood and Family in Canadian History, sous la direction de Joy Parr, Toronto, McClelland and Stewart, 1982. Je suis reconnaissant envers les éditeurs pour m’avoir accordé la permission de reprendre ces textes.

17Et pour terminer par le plus important, merci, Pam, d’être toi.

Notes

1 Cette abondante documentation inclut des travaux anciens, comme celui de C.B. Sissons, Bilingual Schools in Canada, London, Éditions J.M. Dent and Sons, 1917 et des études plus récentes, comme celle de Paul Crunican, Priests and Politicians : Manitoba Schools and the Election of 1896, Toronto, Editions Toronto University Press, 1974.

2 Le texte du Règlement 17 fait partie de l’Appendice VI de l’ouvrage de George M. Weir, The Separate School Question in Canada, Toronto, Éditions The Ryerson Press, 1934, pp. 186-189.

3 L’historiographie traitant de la controverse au sujet de la langue française en Ontario comprend les ouvrages de Franklin A. Walker, Catholic Education and Politics in Upper Canada, Toronto, Éditions J.M. Dent and Sons, 1955, vol. 1 et Catholic Education and Politics in Ontario, Toronto, Éditions Thomas Nelson and Sons, 1964 ; et les travaux de Lionel Groulx, Les écoles des minorités, vol. 12 de L’enseignement français au Canada, Montréal, Éditions Librairie Granger Frères, 1933 ; Marilyn Barber, « The Ontario Bilingual Schools Issue : Sources of Conflict », dans Canadian Historical Review, vol. 47, n° 3, septembre 1966, pp. 227-248 ; Margaret Prang, « Clerics, Politicians, and the Bilingual Schools Issue in Ontario, 1910-1929 », dans Canadian Historical Review, vol. 41, n° 4, décembre 1960, pp. 281-307 ; Peter Oliver, « The Resolution of the Ontario Bilingual Schools Crisis, 1919-1929 » dans Journal of Canadian Studies, vol. 7, n° 1, février 1972 ; Robert Choquette, Language and Religion : A History of English-French Conflict in Ontario, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1975 ; et Arthur Godbout, Nos écoles franco-ontariennes : Histoire des écoles de langue française dans l’Ontario des origines du système scolaire (1841) jusqu’à nos jours, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1980.

4 Danielle Juteau-Lee, « The Franco-Ontarian Collectivity : Material and Symbolic Dimensions of Its Minority Status » dans R. Breton and P. Savard (éd.), The Quebec and Acadian Diaspora in North America, Toronto, Editions Multicultural History Society of Ontario, 1982, pp. 167-182 et Danielle Juteau-Lee et Jean Lapointe, « From French Canadians to Franco-Ontarians and Ontarois : New Boundaries, New Identities », dans Jean Leonard Elliott, Txoo Nations, Many Cultures : Ethnic Groups in Canada, 2e édition, Scarborough, Ontario, Editions Prentice-Hall Canada, 1983, pp. 173-186.

5 A. Gordon Darroch et Michael D. Ornstein, « Ethnicity and Occupational Structures in Canada in 1871 : The Vertical Mosaic in Historical Perspective », dans Canadian Historical Review, vol. 61, n° 3, septembre 1980. Voir aussi des mêmes auteurs, « Ethnicity and Class, Transitions over a Decade : Ontario, 1861-1871 », dans Historical Papers, 1884, Canadian Historical Association, pp. 111-137.

6 Frank Lewis et Marvin McInnis, « The Efficiency of the French-Canadian Farmer in Nineteenth Century », dans Journal of Economic History, vol. 40, n° 3, septembre 1980, pp. 497-514. Voir aussi R. Marvin McInnis, « A Reconsideration of the State of Agriculture in Lower Canada in the First Half of the Nineteenth Century », dans Donald H. Akenson, Canadian Papers in Rural History, Gananoque, Ontario, Editions Langdale Press, 1982, vol. 3, pp. 9-49.

7 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise (I867-I929), Montréal, Éditions Boréal Express, 1979.

8 Par exemple, Robert Armstrong a déjà remis en question la recherche de Lewis et McInnis dans « The Efficiency of Quebec Farmers in 1851 » dans Histoire sociale/Social History, vol. 17, n° 33, mai 1984, pp. 149-163.

9 Durant les vingt dernières années, un vif débat a entouré l’application, aux données historiques, de statistiques inventées par d’autres disciplines à partir de données non historiques. Au delà d’une entente au sujet de la valeur de l’analyse systématique, il n’y a pas encore consensus à ce sujet. Pour saisir l’état du débat actuel, voir Statistics, Epistemology and History : Part I, édition spéciale de Historical Methods, vol. 17, n° 3, été 1984, et tout particulièrement l’article de Ian Winchester, « History, Scientific History, and Physics », pp. 95-106.

10 On trouve une discussion sérieuse dans Howard Palmer, « Canadian Immigration and Ethnic History in the 1970s et 1980s », dans Journal of Canadian Studies, vol. 17, n° 1, printemps 1982, pp. 35-50 ; Roberto Perin, « Clio as an Ethnic : The Third Force in Canadian Historiography », dans Canadian Historical Review, vol. 64, n° 4, décembre 1983, pp. 441-67 ; John Higham, « Current Trends in the Study of Ethnicity in the United States », dans Journal of American Ethnic History, vol. 2, n° 1, automne 1982, pp. 5-15 ; Olivier Zunz, « The Synthesis of Social Change : Reflections on American Social History », dans Olivier Zunz (éd.) Reliving the Past : The Worlds of Social History, Chapel Hill and London, Editions Les Presses de l’université de North Carolina, 1985, pp. 53-114.

11 William Petersen, « Concepts of Ethnicity », dans Stephan Thernstrom (éd.) Harvard Encyclopedia of American Ethnic Groups, Cambridge, Mass., Editions Harvard University Press, 1980, 236 p.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540