Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre de l’INCO

 | 
Donald Dennie

Chapitre 5. La transition

Texte intégral

« Dans c’temps là, pis as’teur. »

1Les répondants et répondantes de Rayside et de Balfour ont compris qu’un changement significatif s’opérait dans leur vie ainsi que dans celle des habitants de la communauté à l’époque de la Deuxième Guerre mondiale.

2Plusieurs éléments du monde de « c’temps là » ont cessé d’exister ou ont été radicalement transformés, que ce soit la famille, la parenté, la communauté, l’agriculture et la ferme, la fonction de la terre, la mécanisation des fermes, les moyens de transport et de communication ou le rôle de la religion et du curé. Les répondants attribuent ces changements à plusieurs facteurs, mais surtout à la prospérité des mines de l’INCO et de la Falconbridge ; le salaire stable et régulier que recevaient les travailleurs des mines, dont plusieurs étaient des cultivateurs ou des fils de cultivateurs de Rayside et Balfour, rendait possible un nouveau mode de vie.

3Plusieurs affirment que, « dans ce temps là, c’était pas de même » en parlant de la réalité qu’ils vivent et observent aujourd’hui. « Comme je dis, dans c’temps là, c’était une belle vie, nous affirme une veuve de plus de 70 ans. Une vie tranquille ; on manquait pas de ce qu’on ne connaissait pas : pas de télévision, pas de radio. Le monde y était moins “magané” par toutes ces choses-là. » Plusieurs répondants, anciens cultivateurs ou bûcherons, soulignent que la vie de travail était beaucoup plus dure « dans c’temps là », mais combien plus satisfaisante. « Le travail aujourd’hui est ben plus easy que dans c’temps-là, mais on était plus content de ce qu’on faisait », nous dit un répondant de Rayside.

4« La ferme ne pouvait plus, aurait pas été capable de donner un niveau de vie tel que les gens voyaient autour, ce que les autres avaient, donc, à ce moment-là, ça a changé », affirme un résidant de Chelmsford.

5Ce ne sont là que quelques exemples de ce que les répondants et les répondantes ont affirmé en général. Ils ont défini de façon plus précise les changements qu’ils ont vus et vécus dans certains domaines plus particuliers. Mais, dans l’ensemble, ils ont tous souligné la transition significative qui s’était effectuée dans le mode de vie qu’ils avaient connu au cours de leur enfance et qui avait été celui de leurs parents et grands-parents.

6Bien sûr, la transition ne s’est pas faite du jour au lendemain. Elle se préparait depuis longtemps à plusieurs égards. Jusqu’à un certain point, la formation sociale décrite et analysée au cours des quatre premiers chapitres constituait déjà une sorte de transition entre les vestiges d’un mode de production de type féodal et un mode capitaliste.

7Selon Godelier, la transition entre deux modes de production ou deux formations sociales s’opère à plusieurs niveaux à la fois micro-et macro-sociologiques.

  • 1 Maurice Godelier, « L’objet et les enjeux », dans Maurice Godelier (dir.), Transitions et subordin (...)

Importante également est l’idée qu’un processus de transition est un phénomène à la fois micro- et macro- sociologique, qu’il est fait d’une multitude de naissances spontanées, de développements locaux dont beaucoup sont éphémères mais qui s’additionnent peu à peu et dont les effets convergent sous forme de structures globales nouvelles qui entreront en conflit avec la reproduction des structures globales du système dominant1.

8La transition au sein de cette formation sociale, on l’observe dans le domaine de la gouvernance civile et religieuse.

I- LA GOUVERNANCE

9Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les édiles s’occupent à peu près des mêmes affaires que leurs ancêtres : les chemins surtout, les cours d’eau et les fossés, les clôtures, le bien-être des animaux, la circulation des voitures, le fonctionnement du conseil.

10Toutefois on remarque, surtout dans le milieu urbain de Chelmsford, que la question de l’assistance ou du bien-être social, qui avait fait surface au cours de la Grande Dépression, subsiste et même prend plus d’ampleur. Ainsi, le conseil de Chelmsford est obligé de continuer d’affecter une partie de son budget annuel à cette question. Dans les campagnes, la situation semble moins importante, mais, à partir des années 1950, les trois conseils se voient obligés d’allouer une partie de leur budget annuel à l’aide aux familles et aux individus.

11Dans les décennies précédentes, les conseils n’avaient que très peu dépensé pour ce qu’on appelait à l’époque la charité. Toutefois, au cours des années 1931-1940, et surtout à partir de 1935, les édiles ont été forcés de consacrer une part appréciable de leur budget à l’assistance sociale. Le conseil de Chelmsford, par exemple, a dû destiner 45 % de son budget pendant cette décennie à l’aide aux personnes nécessiteuses. Le conseil de Rayside y a consacré 14 % du budget, et celui de Balfour 5 %. C’est donc dire que la Grande Dépression a provoqué une rupture, une sorte de crise dans les affaires municipales, et les conseils ont dû faire appel aux gouvernements fédéral et provincial.

12Le fait que les conseils aient dû venir en aide aux personnes démunies, surtout dans les milieux urbains de Chelmsford et ensuite d’Azilda, indique que de plus en plus d’individus et de familles ne pouvaient plus pourvoir à leurs propres besoins. C’est un indice que la forme des rapports de production a commencé à changer, du moins pour un certain nombre de personnes. Il s’agit sans aucun doute de travailleurs qui n’ont pas les ressources de ceux et celles qui vivent sur la ferme. Plus encore, la permanence de cette assistance sociale indique qu’une partie de la population est privée des appuis traditionnels de la famille et de la terre. Dans cette conjoncture, l’administration municipale commence à assumer un rôle important dans ce domaine.

13Cette question de l’assistance sociale montre aussi qu’il commence à y avoir, dans la formation sociale de la petite production, une surpopulation relative que les moyens de production et les institutions sociales ne peuvent intégrer. C’est en partie cette surpopulation qui permet au capital de donner plus d’expansion à la classe ouvrière, de recruter les éléments de la classe laborieuse parmi les cultivateurs forcés d’abandonner leurs terres parce qu’ils n’y trouvent plus leurs moyens d’existence, parmi les artisans déplacés par les manufactures et les industries ou encore parmi les travailleurs réduits au chômage par suite des changements technologiques.

L’aqueduc et les égouts

14La question de l’assistance sociale est l’un des premiers indices que la formation sociale évolue vers ce que d’aucuns appellent la modernité. L’autre indice, c’est la nécessité d’assurer des services d’aqueduc et d’égouts pour une population qui s’accroît et s’urbanise.

15En effet, à compter de la fin des années 1940, les édiles se voient obligés de dépenser beaucoup de leur temps et de l’argent des contribuables pour la construction, l’agrandissement et l’entretien du système d’aqueduc et d’égouts. Un ancien maire du canton de Balfour nous a affirmé à ce sujet :

Quand on recule dans les années de mon père, les préoccupations de c’temps-là, c’étaient certainement la transportation, les chemins, essayer de s’bâtir des chemins, entretenir des chemins alors même que les ressources étaient très minimes. Mais d’autres priorités sont venues avec les développements urbains. Donc les priorités se sont branchées assez fort sur les services municipaux comme l’eau, les égouts, les déchets. Ça tout été des choses qui ont commencé à prendre de l’importance, qui ont commencé à être traitées avec intérêt dans les années 60 et c’est quelque chose qui continue à se produire.

  • 2 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, les 27 janvier et 8 septembre 1947 ainsi que l (...)

16En 1947, la ville de Chelmsford est la première à discuter d’un système d’aqueduc, et le conseil alloue une somme d’argent pour la préparation de plans pour la construction d’un tel système2.

  • 3 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 3 mars 1947.

17Cette année est importante pour Chelmsford et aussi pour Rayside et Balfour, car, à la suite de demandes répétées et avec beaucoup de retard, l’électricité leur parvient. Les édiles ont jugé cet événement d’une importance telle qu’ils ont organisé une célébration municipale pour le marquer3.

  • 4 Chelmsford, op. cit., p. 151.

Le 8 novembre 1947, on célèbre l’événement au sous-sol de l’église, où le Premier ministre de la province, M. George Drew, l’invité d’honneur, presse le bouton qui, enfin, apporte l’électricité à Chelmsford. La belle lumière resplendit dans la salle du banquet. Lionel Séguin, curé et soixante-cinq personnes jouissent d’un repas succulent [...] Et ce soir là, madame Julie-Anne Dumais éteint son fanal pour la dernière fois4.

  • 5 Rapport d’agronome du district de Sudbury, 1947-1948, p. 16, APO, RG 16, Series, G-5-1.

18L’agronome du district souligne aussi l’importance de cet événement dans son rapport annuel : « A new era opened for the people living in these townships (Capreol, Hanmer, Blezard, Rayside, Balfour). The long awaited advent of electric power will mean everything from electric pumps and feed mixers in the farmer’s barns to washing machines, electric stoves and refrigerators for the farmers’wives5. » L’électricité permettra de mécaniser les fermes et les maisons et de développer la société de consommation. Elle est installée à une époque où les rapports sociaux de production commencent à se transformer.

19Le système d’aqueduc est construit en 1951 dans la ville de Chelmsford, et l’augmentation constante de la population oblige le conseil à l’étendre en 1952, 1953, 1954 et 1961.

  • 6 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 19 janvier 1961.
  • 7 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, les 19 février et 20 août 1963, les 25 février, 2 (...)
  • 8 Ibid., le 18 novembre 1968 ainsi que les By Laws 68-31 à 68-38.

20En 1961, le développement du village d’Azilda amène les édiles de Rayside à discuter de la construction d’un système d’aqueduc et d’égouts en 19616. Ils en discutent régulièrement au cours des années suivantes7. Ce n’est qu’en 1968 que la question est réglée avec le gouvernement provincial et surtout la Ontario Water Resources Commission et que Rayside peut procéder à la construction de ce système8.

  • 9 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 12 juin 1956 : « A sewage system is now a n (...)
  • 10 Conseil de Chelmsford, By Law n° 546, adopté le 11 novembre 1954.

21La question des égouts était devenue une « nécessité9 » dès 1956. Les contribuables en avaient approuvé la construction lors d’un référendum en novembre 195410. La construction a débuté en juillet 1956, et le système a dû être agrandi à plusieurs reprises au cours des années suivantes pour répondre aux besoins croissants de la ville.

22Un tel système d’aqueduc et d’égouts à Chelmsford et à Azilda est le résultat du développement de subdivisions dans ces deux milieux en voie d’urbanisation. À Rayside, le conseil commence à en discuter dès 1947 et l’approuve la même année ; il en va de même pour Chelmsford en 1953 et pour Balfour en 1954.

  • 11 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 12 juin 1956 ; Conseil de Balfour, By Law n (...)

23De plus, les conseils sont obligés de prendre des mesures pour assurer la collecte et la gestion des ordures ménagères11.

  • 12 Conseil de Rayside, By Law n° 61-6, le 24 janvier 1961.
  • 13 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 5 octobre 1967.

24Les conseils accordent aussi de plus en plus d’attention à deux nouveaux domaines : la protection des personnes et des propriétés et les loisirs. En effet, les conseils des trois municipalités organisent des services de police et des services des incendies pour protéger les propriétés et les personnes. À Rayside, le conseil ouvre un poste de police en 196112. À Chelmsford, la police locale avait augmenté son personnel depuis les années 1950 et s’était hiérarchisée. À cause des coûts sans cesse croissants qu’entraîne le maintien d’un service de police, on décide de s’en remettre à la Sûreté provinciale de l’Ontario en 196713.

25Quant aux services des incendies, les trois conseils augmentent les effectifs et le matériel afin de mieux protéger les propriétés de leurs citoyens. La part sans cesse croissante du budget annuel des conseils allouée à la protection contre les incendies est un indice de l’importance que celle-ci revêt dans la vie quotidienne de ces trois municipalités. Alors qu’avant 1940, le pourcentage du budget qui y était affecté était négligeable, il augmente considérablement, surtout à partir des années 1951-1960.

  • 14 Conseil de Chelmsford, By Law n° 62-10, le 19 avril 1962, et Conseil de Rayside, By Law n° 61-20, (...)
  • 15 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 12 novembre 1962.
  • 16 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 3 mai 1965.
  • 17 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 1er mars 1967 et By Law n° 67-3.
  • 18 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 7 septembre 1970.

26Dans les années 1960, les conseils de Chelmsford et de Rayside se lancent dans le domaine des loisirs organisés. En plus d’établir des comités municipaux de loisirs organisés14, ils s’engagent dans la construction d’arénas. À Chelmsford, on discute officiellement du projet d’aréna pour la première fois à une réunion du conseil en 196215 tandis qu’à Rayside on attend en 196516. L’aréna de Chelmsford est construit à la suite d’un plébiscite qui a lieu au printemps de 196717. À Rayside, et plus précisément à Azilda, l’aréna est construit en 1969, mais doit être reconstruit un an plus tard à la suite de l’effondrement du toit18.

27C’est donc un ensemble de nouvelles obligations que doivent remplir les édiles des trois municipalités, surtout après 1950, du fait de l’accroissement de la population et de la transition que connaît la formation sociale. Le tableau 30 illustre les pourcentages des budgets qui sont alloués aux diverses activités des conseils.

TABLEAU 30. Distribution des dépenses, en pourcentage, des conseils de Rayside et de Balfour (1941-1970) et de Chelmsford (1941-1968)

TABLEAU 30. Distribution des dépenses, en pourcentage, des conseils de Rayside et de Balfour (1941-1970) et de Chelmsford (1941-1968)

* 1 = Administration ; 2 = Travaux publics ; 3 = Protection (pompiers et police) ; 4 = Éducation ; 5 = Assistance sociale ; 6 = Santé publique ; 7 = Loisirs organisés.
Sources : Conseils de Rayside, Balfour et Chelmsford, Treasurer’s Returns, Ministère des Affaires municipales, APO, RG-142, TB 43, TB 566, TB 1493, TB 1287, TB 1857

Les conseils

28Il va sans dire que ces nouvelles obligations amènent des changements dans le fonctionnement et la structure des conseils municipaux. Le nombre des réunions des conseils, surtout de Rayside et de Chelmsford, augmente considérablement à partir des années 1950. Elles ont lieu ordinairement une fois par mois avant 1940 et, par la suite, se tiennent deux fois, trois fois par mois. À Rayside par exemple, les réunions ont lieu trois fois par mois entre 1959 et 1963.

29Le personnel engagé par les conseils augmente et surtout se hiérarchise. On retrouve, dans les années 1960, des chefs et/ou des surintendants de départements, des contremaîtres, des secrétaires, le tout régi par des conditions de travail. Non seulement le personnel est plus nombreux, mais il est maintenant engagé sur une base permanente, alors qu’avant 1940 il était embauché pour un travail précis ou sur une base saisonnière.

  • 19 Il est fort probable que ce changement est survenu à la suite d’une directive du ministère des Aff (...)

30De plus, les conseils engagent des entrepreneurs ou des professionnels sur une base contractuelle. Ainsi, de nombreux règlements municipaux sont adoptés pour approuver des relations contractuelles avec des compagnies de construction ou de fournisseurs, ainsi qu’avec des comptables agréés ou des avocats. Par exemple, le vérificateur des comptes des municipalités qui était, avant 1940, un résidant de la communauté (souvent il s’agissait d’un ancien greffier ou trésorier) est, après la Deuxième Guerre mondiale, membre d’une firme de comptables agréés19.

31On se rend compte aussi que les rapports qu’entretiennent les conseils avec les entrepreneurs en construction changent de nature. Avant 1940, la construction de chemins, de rues, de trottoirs était effectuée par des individus. À partir de 1950 surtout, les travaux sont confiés à des compagnies locales, régionales ou provinciales, ce qui indique qu’il s’est créé une petite bourgeoisie locale (par exemple, Bélanger Construction, Berthiaume Fuels, A. E. Vaillancourt Motors), qui désormais est en mesure de fournir des produits et des services aux conseils.

32Les conseils s’attachent à instituer tout un ensemble de nouveaux règlements sur la circulation automobile, la construction des bâtiments, la subdivision des terrains, l’émission de permis et de licences à des entrepreneurs et à des commerçants, le fonctionnement des commerces ouverts depuis peu dans les diverses municipalités.

  • 20 Pour une histoire de ce local, on pourra consulter John B. Lang, « A Lion in a Den of Daniels. A H (...)

33Les délibérations et les décisions des conseils laissent entrevoir que les rapports de production au sein de la formation sociale sont en voie de changer. Ainsi en 1958, lors de la première grève des travailleurs et des mineurs de l’INCO affiliés au local 598 du syndicat Mine Mill and Smelter Workers20, le conseil de Chelmsford adopte la résolution suivante :

  • 21 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 30 septembre 19585.

That a letter be sent to the Honorable Minister of Labour Mr Michael Starr and the Right Honorable Prime Minister of Canada, Mr John Diefenbaker, requesting their intervention in the Labour-Management dispute between the Mine Mill and Smelter Workers Union Local No 598 and the International Nickel Company of Canada Limited in the Sudbury District21.

34Cinq ans plus tard, lors d’un second conflit entre les travailleurs et les compagnies minières, le conseil de Rayside adopte une autre résolution :

  • 22 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 18 juin 1963. Lors de ce conflit, les travaill (...)

That Rayside council contact all the surrounding municipalities to join them in preparing a brief to be sent to Inco and Falconbridge regarding the labour dispute at the present time. The surrounding municipalities have to give the service to Inco and Falconbridge employees which are very disturbed22.

  • 23 Ibid., le 12 avril 1966.

35Les employés des deux conseils ont demandé la syndicalisation au cours des années 1960. À Rayside, ils l’ont fait en 1966 avec l’aide et même l’encouragement du conseil. Ainsi ce dernier adopte la résolution suivante : « That we inform public work employees that this Council will deal with any request of the employees to apply for union certification23. »

  • 24 La demande de certification de la cellule 902 en faveur de sept employés du Conseil est approuvée (...)
  • 25 Ibid., le 10 mai et le 12 juillet. Pour un aperçu de l’histoire de cette cellule syndicale qui reg (...)

36Les employés se sont effectivement syndiqués un mois plus tard24, et le conseil crée un comité chargé de négocier une entente collective de travail. Cette entente est signée en juillet lorsque le conseil approuve un contrat avec la Sudbury and District General Workers’ Union, cellule 902 du Mine Mill25.

  • 26 Voir Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 4 novembre 1965. Voir aussi Ontario La (...)
  • 27 Ibid., le 11 novembre 1965.
  • 28 Conseil de Chelmsford, By Law n° 65-32, le 7 janvier 1966. La section 89 du Labour Relations Act, (...)

37Quant aux employés de la municipalité de Chelmsford, la cellule 902 a fait une demande de certification auprès de la Commission des relations du travail de l’Ontario en novembre 196526. La Commission a ratifié la requête au nom de sept travailleurs et le conseil en a immédiatement appelé de la décision27. Enfin, le conseil adopte une résolution et un règlement municipal qui lui permet de contourner la loi sur les relations de travail28.

  • 29 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 12 avril 1966.

38À la même époque, le conseil de Rayside s’est aussi porté à la défense des concierges de l’école secondaire Chelmsford Valley District High School. Lors d’une réunion, les membres du conseil se sont dits inquiets du sort réservé aux concierges à la suite de la décision de l’école d’accorder le contrat pour l’entretien de l’édifice à une compagnie. Les membres ont demandé la tenue d’une réunion pour débattre cette question29. Cette position du conseil avait été défendue par le conseiller Gilles Pelland, lequel sera par la suite maire de Rayside et de la ville de Rayside-Balfour.

39Lors de la même réunion, M. Pelland a réclamé la démission de deux membres du conseil de l’école en raison de leur attitude face au congédiement des concierges.

40Cet incident n’est aucunement mentionné dans les procès-verbaux des réunions des deux autres conseils.

41C’est donc une attitude fort différente que prennent les conseils de Chelmsford et de Rayside, et cela est sans doute dû au fait que ce dernier compte plusieurs mineurs.

La régionalisation

42À partir des années 1950, les préoccupations des édiles prennent une orientation plus régionale qui va entraîner une redistribution des pouvoirs. Les élus se rendent compte que les questions qu’ils ont à régler et les solutions qu’ils doivent envisager excèdent de plus en plus leurs attributions. Ces questions concernent soit l’ensemble de la région de Sudbury, soit, le plus souvent, les municipalités situées à proximité de la Vallée.

  • 30 Voir en particulier la réunion du conseil de Rayside du 7 juillet 1959.
  • 31 Voir Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 30 octobre 1962 ; Conseil de Chelmsford, (...)

43La question des routes, par exemple, ne concerne plus uniquement les conseils. Les municipalités ont de plus en plus de difficulté à entretenir les routes qui relient Rayside et Balfour aux autres municipalités de la Vallée, soit Blezard Valley, Val Caron, Hanmer et Capreol, ou à la ville de Sudbury. C’est pourquoi le conseil de Rayside, en particulier, se demande, en 195930, s’il ne faut pas envisager des solutions régionales plutôt que strictement locales. Bien sûr, les membres des conseils se rendent à Queen’s Park pour demander au gouvernement de construire des routes sur leur territoire. Au début des années 1960 particulièrement, ils organisent un lobby pour que la province construise une route entre Sudbury et Timmins31. La route construite par la suite traverse, ainsi qu’on l’avait souhaité, les territoires d’Azilda et de Chelmsford. (Le fait que les délégués de la région à Queen’s Park étaient Rhéal Bélisle, ancien maire et greffier de Rayside, et Gaston Demers, ancien greffier de Chelmsford, n’a sans doute pas nui à la cause des conseils.)

  • 32 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, les 18 juillet 1958,12 septembre 1960, 15 nove (...)

44Au cours des années 1950 également, les conseils de Chelmsford d’abord et de Rayside ensuite commencent à être préoccupés par la question de la planification, sans doute à cause du développement de subdivisions sur leur territoire et de l’augmentation de la population. Ils établissent par conséquent des comités de planification et de développement des plans officiels. Mais, conscients du fait que la planification doit avoir une vision plus globale, Chelmsford, Rayside et Balfour adhèrent à un conseil de planification de la Vallée, le Chelmsford and Blezard Valley Planning Board, qui deviendra le Nickel Basin Planning Board32.

45À cet effet le conseil de Rayside adopte la résolution suivante :

  • 33 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 21 juillet 1964.

That Council endorse the principle that the entire Chelmsford and Blezard Valley planning area be covered by official plans and that official plans be implemented by zoning by-laws33.

46Graduellement, les municipalités de Chelmsford, Rayside et Balfour prennent part à des entreprises régionales. Dès 1950, les trois conseils participent à la construction et au financement d’un foyer pour personnes âgées, le Manoir des Pionniers de Sudbury. En plus du conseil de planification, ils sont actifs dans les organismes suivants : la Whitson Valley Conservation Authority, l’Unité sanitaire du district de Sudbury, le Sudbury District Welfare Administration Board, la Sudbury Area Emergency Measures Organization. Ils signent de plus une entente avec les municipalités environnantes qui leur garantit une meilleure protection contre les incendies, pour les cas où un incendie exigerait l’intervention de plusieurs équipes de pompiers.

47Les divers conseils sont aussi membres de plusieurs organismes municipaux, telles l’Association des municipalités de Sudbury et du district, la Fédération des municipalités du nord de l’Ontario, l’Association des municipalités minières du nord de l’Ontario.

  • 34 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 9 avril 1962 et By Law n° 62-18.
  • 35 Conseil de Balfour, By Law n° 65-11.

48L’administration des écoles prend aussi une envergure régionale. Jusqu’alors, chaque école était gérée par son propre conseil scolaire. En 1962, le conseil de Chelmsford crée un nouveau conseil scolaire (Township School Area) qui regroupe un nombre de petits conseils d’école publique34. Le conseil de Balfour fait de même en 196535. En 1966, la Commission scolaire des écoles publiques de Sudbury vient regrouper tous les conseils des écoles publiques. Puis la Commission des écoles séparées et catholiques romaines du district de Sudbury est créée en 1968. Dès lors, les écoles publiques et les écoles séparées ne relèvent plus des conseils municipaux.

  • 36 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 16 juin 1954.
  • 37 Les procès-verbaux du conseil de Chelmsford font état d’additions en 1957, 1960, 1961,1964 et 1968
  • 38 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 18 avril 1961.
  • 39 Ibid., le 28 avril 1961.

49En plus de ces écoles élémentaires, les conseils étaient aussi responsables de l’enseignement au niveau secondaire. En 1954, la Chelmsford Valley District High School avait été établie à Chelmsford36. Cette école desservait les municipalités environnantes. Au cours des années, elle a été agrandie à plusieurs reprises37. Les conseils des municipalités voisines devaient participer au financement de l’agrandissement et de l’entretien. En 1961, le conseil de Rayside décide de ne plus participer aux frais de l’agrandissement et de créer son propre conseil scolaire secondaire38. Mais, quelques jours après avoir pris cette décision, il accepte l’agrandissement de la Chelmsford Valley District High School, mais prévient que si une nouvelle école secondaire devient nécessaire dans la région, « Azilda area should be considered39 ». Le fait que le gouvernement provincial a accepté d’assumer les frais occasionnés par l’agrandissement explique sans doute la volte-face.

  • 40 Les écoles secondaires publiques de langue française ont été établies en Ontario en 1968 à la suit (...)

50Le conseil de Rayside a toutefois réitéré sa position en 1963. Ce fait a sans doute contribué à la décision de construire une école secondaire de langue française à Rayside, laquelle a ouvert ses portes en 197040.

51Les trois conseils allouent une grande partie de leur budget, entre 1941 et 1972, à l’éducation. C’est ce chapitre ainsi que celui des travaux publics qui forment le gros de leurs dépenses et pour lesquels ils perçoivent une bonne partie de leurs impôts. (Voir le tableau 31, p. 185.) La tendance à la régionalisation est de plus en plus marquée sur le territoire. À partir des années 1960, les divers conseils tentent d’annexer les territoires de cantons environnants, et ce pour des raisons diverses, mais surtout parce que la gouvernance civile commence à déborder les limites des cantons.

  • 41 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 2 mai 1961.
  • 42 Ibid., le 8 janvier 1963.
  • 43 Ibid., By Law n° 68-25.

52Ainsi à partir de 1961, le conseil de Rayside entreprend des démarches auprès de la Commission des affaires municipales de l’Ontario pour annexer la concession 6 du canton de Snider afin de pouvoir contrôler la source de pollution du lac Whitewater. Selon le conseil, le fait que les propriétaires de terrains sur la concession 6 peuvent construire sans permis et donc sans contrôle leur permet aussi de jeter leurs ordures dans le lac, ce qui a pour effet de polluer le lac qui alimente en eau les résidants d’Azilda, plus au nord41. Le conseil réitère sa demande en 196342. Il parvient à annexer une partie des cantons de Snider au sud et de Lumsden au nord en 196843.

  • 44 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 13 février 1961.
  • 45 Ibid., By Law n° 63-30.
  • 46 Ibid., les 27 janvier et 28 juin 1965.
  • 47 Ibid., By Laws nos 65-19 et 65-27, le 28 juin 1965.

53Pour sa part, le conseil de Chelmsford fait part de son intention, en 1961, d’annexer une partie du canton de Balfour, soit les lots 1 et 2 de la concession 3 et le lot 1 de la concession 4, pour répondre aux besoins engendrés par l’augmentation de la population de la ville44. Il entame les procédures en 196345 et les renouvelle en 196546 ; la demande est finalement acceptée par la Commission des affaires municipales47.

  • 48 Conseil de Balfour, By Law n° 68-12, le 8 mai 1968.
  • 49 Ibid., n° 68-17, le 23 mai 1968.
  • 50 Ibid., n° 68-18, le 23 mai 1968.

54En 1968, les conseils de Chelmsford et de Balfour tentent tous les deux d’annexer l’autre. Cette histoire commence en mai 1968 lorsque le conseil de Balfour adopte un règlement municipal par lequel il est autorisé à demander à la Commission des affaires municipales de fusionner la ville de Chelmsford et les cantons non organisés de Morgan (au nord) et de Creighton (au sud)48. Deux semaines plus tard, le conseil annule ce règlement49, mais en adopte un autre qui demande l’annexion à Balfour de la ville de Chelmsford et de tous les cantons de Morgan et de Creighton50.

55La Ville de Chelmsford réagit en demandant l’annexion du canton de Balfour. Son conseil va même plus loin et adopte la résolution suivante :

Whereas the Town of Chelmsford has made application to annex the Township of Balfour and the unorganized townships of Morgan and Creighton ;

And whereas the Ontario Municipal Board has suggested that the Township be included as part of the ionisation ;

  • 51 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 16 septembre 1968.

Now therefore the Town of Chelmsford requests that the unorganized townships of Lumsden and Snider be made part of this application and be heard by the OMB at the October 22nd meeting51.

56Finalement, la Commission décide d’annexer la ville de Chelmsford et le canton de Balfour. À la fin de 1968, ces deux territoires n’ont plus qu’un seul conseil composé d’un maire et de six conseillers.

57Au cours de cette période, des pressions plus fortes en faveur de la régionalisation s’exerçaient non seulement à Rayside, Balfour et Chelmsford, mais aussi dans l’ensemble de la région de Sudbury. Plusieurs voulaient un gouvernement régional qui regrouperait les diverses municipalités qui composaient le Sudbury métropolitain.

58Dès 1969, le conseil de Rayside commence à exprimer des réserves à l’égard de cette nouvelle formule de gouvernement local. En effet, le 4 février 1969, le conseil adopte la résolution suivante :

  • 52 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 4 février 1969.

That we approach the other intended municipalities suggested in the regional government and ask them if they would co-operate with Rayside Township in petitioning the Ontario Government on getting a definite explanation as to how the regional government will function and that if the government does not comply with our request that we register a motion that we disapprove of regional government52.

59L’initiative de Rayside n’a sans doute pas été fructueuse puisque le conseil revient à la charge en 1970 en adoptant cette résolution :

  • 53 Ibid., le 25 juin 1968.

That we request the Sudbury and District Municipal Association to refuse any form of Regional Government until the Minister of Municipal Affairs presents a report on the economics of the Regional Government53.

  • 54 Ibid., les 13 mai 1971 et 9 mars 1972.
  • 55 Il réunit les municipalités suivantes : Rayside-Balfour, Vallée Est (autrefois Hanmer, Val Caron e (...)

60Cette stratégie n’est sans doute pas acceptée par l’Association, car, en juillet, le conseil de Rayside menace de s’en retirer à cause du peu d’intérêt manifesté par l’Association. Il réitère son opposition au gouvernement régional à deux autres reprises54, mais en vain, car le gouvernement régional est instauré en 197355, ce qui a pour conséquence de fusionner les conseils de Rayside et de Balfour en une seule municipalité, Rayside-Balfour. Le maire de Rayside, Gilles Pelland, est élu maire de la nouvelle municipalité et il le restera jusqu’à sa retraite en 1988.

Résumé

  • 56 C’est là l’une des caractéristiques d’une société plus « moderne ». Depuis longtemps, plusieurs so (...)

61Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la gouvernance civile est devenue beaucoup plus complexe. Les conseils ont dû s’occuper de domaines complètement nouveaux ou tout au moins transformés, soit l’assistance sociale, l’aqueduc et les égouts, la collecte et la gestion des ordures ménagères, les routes, le morcellement du territoire en subdivisions et en terrains domiciliaires, la planification, la protection des personnes et des propriétés, les loisirs organisés. Les édiles répondent ainsi à des besoins nouveaux et ils le font, pour ainsi dire, de façon « rationnelle », bureaucratique, contractuelle56.

62Alors que ces domaines s’ajoutaient ou se transformaient, ils prenaient aussi une ampleur régionale qui dépassait les limites du territoire municipal, fut-ce d’une ville ou d’un canton. Ce qui a occasionné une redéfinition des limites et des juridictions des conseils vers une forme plus régionale.

63Cette « modernisation » de la gouvernance civile a aussi entraîné une augmentation considérable des revenus et des dépenses des gouvernements locaux de Chelmsford, Rayside et Balfour. Ainsi, les budgets annuels des conseils sont passés d’environ 15 000 $, en 1941, à près de un million de dollars dans le cas de Rayside et à plus d’un million dans celui de Balfour. La chose publique s’est manifestement transformée.

La gouvernance religieuse

64Nous avons déjà vu que les organisations religieuses formaient, avec les organisations civiles, un « gouvernement de la communauté ». Peu à peu, au cours de cette période de transition, ces organisations se transforment ou bien cessent d’exister.

  • 57 Chelmsford, op. cit., p. 124.

65Les Dames de Sainte-Anne deviennent, en 1967, la Fédération des femmes chrétiennes. Les Enfants de Marie, « n’ayant pas réussi à attirer la nouvelle génération, devront cesser toute activité vers les années 195057 ».

66La Ligue du Sacré-Cœur cesse d’exister en 1960 et l’Action catholique de la jeunesse canadienne-française met fin à ses activités au cours de la même période. La Jeunesse agricole catholique, fondée en 1940, ne fonctionnera que pendant trois ans.

67D’autres organisations, plus séculières, naissent au cours des années 1960, dont le Club 50 pour les personnes âgées de 45 ans et plus et le club Lions. Après 1972, plusieurs autres organismes, voués à des objectifs plus contemporains, sont établis pour répondre à des besoins nouveaux. Mentionnons le Service familial, le centre culturel, les Alcooliques anonymes, l’Association des handicapés.

68Parce que le visage de la communauté change peu à peu, les organisations religieuses et paroissiales qui jouaient un rôle important dans la vie des gens se transforment aussi. Elles cèdent la place à des associations nouvelles qui n’ont aucun lien officiel avec l’Église catholique. Comme nous le verrons un peu plus loin, l’Église catholique, ou tout au moins la paroisse, cesse de plus en plus son engagement dans la communauté pour se replier sur des objectifs plus liturgiques. Les comités paroissiaux reflètent cette nouvelle réalité ainsi que celle de la participation plus active des laïcs.

II- LA PRODUCTION ET LA PROPRIÉTÉ

69À plusieurs égards, les nouveaux défis qu’ont eu à relever les édiles depuis la Deuxième Guerre mondiale – l’assistance sociale, l’éducation, le développement urbain, la régionalisation – découlent des investissements massifs du grand capital minier international. Ce qui explique la transition qu’a vécue cette formation sociale, c’est, en fin de compte, l’accumulation du capital des grandes entreprises minières, principalement l’International Nickel Company of Canada.

70Le gigantesque développement des forces productives au sein de ces entreprises à partir de la Deuxième Guerre mondiale ainsi que les nouveaux rapports de production qui sont à la fois la cause et l’effet de la syndicalisation des travailleurs miniers ont créé des exigences nouvelles dans les domaines du logement, des services urbains, du transport. Ils ont aussi contribué à l’établissement d’un marché du travail, de l’alimentation, de la propriété foncière ; ils ont certes favorisé le développement, dans une formation sociale comme Rayside et Balfour, d’une petite bourgeoisie locale de commerçants, d’agents d’immeubles et de courtiers d’assurances, de petits entrepreneurs de construction ou de services. Dans la ville de Sudbury, déjà plus avancée dans la transition vers un mode de production capitaliste, l’accumulation du capital par les entreprises minières a certes contribué à l’élargissement non seulement des cadres de la petite bourgeoisie locale, mais aussi de ceux de la bourgeoisie provinciale et nationale, propriétaire des commerces en alimentation, des institutions financières, des entreprises en construction.

  • 58 Maurice Godelier, op. cit., p. 31-32.

Avec la grande industrie, la manière capitaliste de produire a pu conquérir, bouleverser ou éliminer peu à peu les anciennes branches de la production industrielle et agricole, et elle en a créé de nouvelles en même temps qu’elle opérait une révolution dans les moyens de transports. Dès lors s’intensifient les relations contradictoires entre zones industrielles et zones rurales. Sous la concurrence des produits industriels, l’artisanat domestique des familles paysannes et l’artisanat rural villageois s’effondrent et, pour la première fois dans l’histoire, l’agriculture se met à exister séparée des industries qui lui sont nécessaires. Un double mouvement contradictoire se développe : d’une part, la forme capitaliste de production détruit ou décompose sous sa concurrence les formes anciennes de production en rendant caduques leurs bases matérielles ou [...] elle les reproduit sur une base matérielle qu’elle fournit elle-même et les place par là et par la domination qu’elle exerce sur toute production marchande, sous sa dépendance58.

71Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les statistiques sur la production de nickel et de cuivre de 1941 à 1971 et sur la main d’œuvre embauchée par les compagnies minières. Les guerres aidant (Deuxième Guerre mondiale, guerre de Corée, guerre du Vietnam), l’INCO et la Falconbridge ont produit deux fois plus de minerais pendant ces trente années qu’ils n’en avaient produit depuis le début des activités minières dans la région de Sudbury en 1886. La valeur des minerais pendant cette période a été sept fois plus grande.

72La production de UNCO et de la Falconbridge a varié pendant cette période en fonction de la demande et aussi à cause des grèves. Le nombre de travailleurs était fort élevé comme le démontre le tableau 32.

TABLEAU 31. Valeur et montant de la production (en livres) du nickel et du cuivre dans la région de Sudbury

Année

Livres

Valeur ($)

1886-1945

4 433 007 404

1 036 463 346

1946

192 132 195

45 386 533

1947

237256 892

70 780 556

1948

263 257 078

87 409 043

1949

257 379 216

99 351 785

1950

247 317 867

112 292 202

1951

275 806 272

151 217 865

1952

281 117 072

151 666 687

1953

287 385 777

160 491 126

1954

316 019 050

176 556 296

1955

322 322 355

198 489 258

1956

335 152 371

208 099 454

1957

354 792 843

243 518 138

1958

254 286 784

177 168 918

1959

347 929 183

240 053 265

1960

403 300 283

277 924 234

1961

392 435 773

295 423 149

1962

333 163 344

274219 955

1963

298 178 570

246 252 488

1964

324 187 190

267 764 039

1965

382 566 712

316 332 366

1966

320 428 750

269 461 584

1967

380 117 521

352 238 885

1968

407 493 447

405 168 184

1969

293 561 275

329 076 314

1970

448 509 011

608 428 298

1971

431 506 689

583 946 348

Total

12 820 610 924

7 385 180 316

Source : Ontario Ministry of Natural Resources, Statistical Report on the Mineral Industry of Ontario, vol. IV, 1971, p. 29

TABLEAU 32. Nombre de mineurs, par période de cinq ans, dans la région de Sudbury (1941-1971)

TABLEAU 32. Nombre de mineurs, par période de cinq ans, dans la région de Sudbury (1941-1971)

* Ontario Department of Mines, Annual Report, 1941, 1946, 1951, 1956, 1961, 1966, 1971.
**Bureau fédéral de la statistique, Recensement du Canada, vol. VII, 1941 ; vol. IV, 1951 ; Catalogue 95-529, Bulletin CT-14,1961 ; Statistique Canada, Catalogue 94-703, vol. III, partie I (Bulletin 3.1-3), 1971

73Le tableau 32 montre l’ampleur de la main d’œuvre masculine à l’INCO et à la Falconbridge. C’est l’INCO qui est de loin l’entreprise la plus importante, car elle embauche, en moyenne, dix fois plus de mineurs que la Falconbridge. Pendant cette période, le nickel et le cuivre extraits par ces deux compagnies représentent près de 90 % de la production mondiale.

74La main d’œuvre minière représente un pourcentage important de la force de travail active dans la région de Sudbury. Environ 40 % de la population active masculine âgée de 14 ans et plus travaille dans les mines entre 1941 et 1971.

  • 59 Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 323. Voir aussi John Thompson et Norman Beasley (...)
  • 60 Voir Donald Dennie, ibid., p. 384-388.

75La Deuxième Guerre mondiale a suscité une forte demande pour ces métaux. De 1933 à 1944, la production de nickel et de cuivre a été en hausse constante (de 1,7 million de tonnes en 1893 à 13,1 millions de tonnes en 1944). Pour répondre à cette l’effort de guerre, le gouvernement canadien avait exigé de UNCO et de la Falconbridge qu’elles agrandissent leurs installations et qu’elles augmentent leur production59. La main-d’œuvre requise pour la production du minerai était gérée par le National Selective Service Board. À cause de la demande accrue pour la main-d’œuvre dans les mines, l’INCO commença à embaucher des travailleuses en 1943. En tout, plus de 600 femmes ont été embauchées par l’INCO. La demande était tellement forte que le nombre de femmes inscrites pour le travail en période de guerre était plus élevé à Sudbury qu’ailleurs au Canada60.

  • 61 Rapport de l’agronome du district de Sudbury, 1945-1945, p. 26, APO, RG 16, Series G-5-1.

76Il va sans dire que plusieurs cultivateurs et fils de cultivateurs de Rayside et de Balfour sont allés travailler dans les mines pendant la guerre et qu’ils ont continué à y travailler après 1945. L’agronome du district le note d’ailleurs à quelques reprises dans son rapport annuel. En 1944-1945, par exemple, il écrit ce qui suit au sujet des fils de cultivateurs qui sont appelés à travailler dans les mines dans le cadre du National Selective Service : « In a number of cases, farmers’ sons working on temporary permits last season for the International Nickel Company were allowed to remain in this Company’s employ, if they wished to do so, and if it could be established that their services were not required either on their own or their father’s farm61. »

77Les répondants ont beaucoup insisté sur l’importance de ce phénomène dans leur communauté :

78« Nous autres-là, quand les frères ont commencé à travailler en dehors, c’est quand l’INCO est rentré », affirme cette veuve de Chelmsford. Pour la plupart des répondants, « l’INCO est rentré », c’est-à-dire a commencé à embaucher des hommes de la région, dans les années 1940. « Bon, ben là, y voulaient se faire de l’argent, c’était ben important, poursuit-elle. En 1939-1940, à peu près. Moi je m’suis mariée en quarante et mon mari venait juste de commencer à l’INCO. Sais-tu que c’est à c’temps là que les fermiers y ont abandonné leurs fermes pour s’en aller travailler aux mines. Pis y en a qui ont gardé les deux [la ferme et la mine]. »

79Pour elle, « la mine a fait ben du dommage, fait du dommage aux habitants. Parce que les habitants là, y recevaient de l’argent de l’INCO, ça allait ben mieux ça. Ah oui, pis, là, ça tout changé. »

80Un résidant d’Azilda se souvient que « durant la guerre on était forcé de travailler dans les industries des mines. Alors on n’avait pas de vacances, on n’avait rien. Il fallait qu’on travaille les dimanches ; il n’avait pas d’arrêt, on ne pouvait pas avoir de journée off. Alors il avait beaucoup de monde qui n’aimait ça et puis une fois la guerre finie, ils se sont dits : on va essayer d’autre chose. » C’est ce que ce répondant a fait, mais, par la suite, il est retourné travailler à l’INCO. « J’ai essayé toute sorte de choses pour voir s’il avait quelque chose de meilleur que l’INCO. Et puis, alors j’ai trouvé que je ne faisais pas autant d’argent alors j’ai retourné à l’INCO. J’ai travaillé quarante-trois ans pour l’INCO. »

81Plusieurs ont mentionné que les salaires de l’INCO étaient très bons et, de plus, que c’était un emploi garanti à partir de l’âge de 18 ans.

82Un répondant affirme que les fils de cultivateurs ont commencé à aller dans les mines parce que

c’était pour l’argent, parce que les cultivateurs ne font pas d’argent, il faut aimer ça. Il n’y a pas d’argent dans ça. Pendant la Dépression, poursuit-il, ceux qui travaillaient à l’INCO, ils avaient cinq jours par semaine. Pis pendant la guerre, les femmes et les filles ont travaillé dans les mines. Ils ont même construit des « change houses » pour elles. Et pis ils ont continué ça tout le long de la guerre. Moi-même j’ai travaillé dans le temps de la guerre dans le « smelter » de Copper Cliff. Il en avait 500 [femmes] qui travaillaient là.

83Un autre se souvient aussi que c’est dans les années quarante que l’INCO et la Falconbridge sont « rentrés en grand ».

  • 62 Karl Marx a écrit à ce sujet : « Elle [la période manufacturière] donne ainsi lieu à la formation (...)

Et puis dans les années cinquante et encore plus fort dans les années soixante, très peu de jeunes personnes se sont procurées des fermes. Y en a qui ont hérité des fermes des parents mais encore c’est devenu une industrie secondaire62. La ferme pouvait pas donner un niveau de vie tel que les gens voyaient autour d’eux. Pour certains qui étaient dans les produits laitiers, on comprend que ça c’est sept jours par semaine. Donc à moins d’avoir des gens pour remplacer, t’es pris là sept jours par semaine ; y a beaucoup de gens qui, euh, n’étaient pas capables ou ben voulaient pu faire ça.

Dans la région de Sudbury, c’était comme normal, naturel qu’on travaille dans les mines. Le salaire était bon et une personne peut presque dire là qu’à moins d’une malchance, euh, y pouvait travailler sa vie là. C’est ce qui s’est passé.

84Pour un autre, « ben la mine c’était plus payant. Pis y travaillaient moins fort. À mine, y faisaient rien que leur huit heures pis c’est tout tandis que su la terre ben c’était ah dix, quinze heures par jours. » Quant à l’époque où s’est fait le passage de la ferme à la mine, le même interlocuteur se souvient que « ça commencé dans les années quarante, alors que le monde laissait les fermes pour s’en aller travailler en dehors dans les mines. Un moment donné, dans c’temps-là, personne voulait rester su la terre ; ça payait pas assez. »

85Les répondants décrivent une communauté rurale et agricole qui se transforme à mesure que les cultivateurs et leurs fils délaissent la ferme au profit des mines.

86Ce changement apparaît en pleine lumière à la lecture des statistiques sur la production et la structure des occupations dans Rayside et Balfour.

87La production agricole atteint un sommet dans Rayside et Balfour dans les années 1950 : 13 470 acres de terre sont alors cultivés, principalement en avoine, en foin, en orge et en pommes de terre. En 1961, le nombre d’acres en culture est descendu à 6 132. En 1971, il n’y a plus que 3 886 acres en culture, soit une baisse de 71 % en vingt ans.

TABLEAU 33. Nombre d’acres et type de production agricole, cantons de Rayside et de Balfour (1941-1971)

TABLEAU 33. Nombre d’acres et type de production agricole, cantons de Rayside et de Balfour (1941-1971)

Source : Statistique Canada, 1941, 1951,1961, 1971

  • 63 Rapport d’agronome du district de Sudbury, 1946-1947, p. 1, APO, RG 16, Series G-5-1.
  • 64 Ibid., p. 10.

88Les rapports des agronomes des années 1940 et 1950 décrivent les efforts pour améliorer la mise en marché des produits agricoles du district et surtout celui de la pomme de terre. Ils notent la mécanisation de la production laitière et de la récolte des pommes de terre : « Approximately 60 % of the fluid milk shippers have installed milking machines and are well satisfied with them63. » « Assistance was given farmers and clubs in the purchasing of machinery and equipment required for production64. »

89Il n’est donc pas étonnant que le nombre d’animaux baisse aussi comme le démontre le tableau 34.

TABLEAU 34. Nombre d’animaux, Rayside et Balfour (1941-1971)

TABLEAU 34. Nombre d’animaux, Rayside et Balfour (1941-1971)

Source : Statistique Canada, Recensements du Canada, 1941, 1951, 1961, 1971

  • 65 Ibid., 1943-1944, p. 5
  • 66 Rapport de l’agronome du district de Sudbury, 1953-1954, p. 2, APO, RG 16, Series G-5-1

90La baisse du nombre des animaux apparaît nettement dans les statistiques de 1951 dans toutes les catégories sauf la volaille. La baisse du nombre de chevaux s’explique par l’arrivée des tracteurs sur les fermes dans les années 1940, un phénomène que note régulièrement l’agronome du district à partir de 1941-1942. L’achat de tracteurs se poursuit à un rythme soutenu de sorte que, dans son rapport de 1943-1944, l’agronome note : « Several tractors were purchased lately and the most of these will be doing custom work. Many farmers hire tractors to do the heavy work and use a team for general activities. The demand for horses in lumber camps has also diminished as tractors are proving more satisfactory65. » La baisse du nombre de bovins et de porcs est due à la modernisation du marché laitier et de la viande, comme on le verra plus loin. Le nombre de volailles baisse de plus de la moitié de 1951 à 1961. L’agronome du district note dans son rapport de 1953-1954 : « Poultry flocks declined considerably during the past year. There is a lack of interest in this type of production as small-farmers claim they can make more money working in the mines66. »

91Entre 1941 et 1951 donc, les habitants de Rayside et de Balfour délaissent les fermes pour les mines et pour d’autres types d’emplois. Les propos des répondants rapportés plus haut expliquent en partie cette situation : la ferme ne procurait pas des revenus aussi réguliers et aussi élevés que ceux des mines. L’agronome du district confirme cette situation. Il note en 1951-1952 :

Industrial development was high last year. Briefly ; the KVP Company of Espanola opened a new parchment plant, INCO spent several millions on expansion and opening new mines, CIL is building a new plant to recover sulphur at Copper Cliff, the Dominion Department of Transport is constructing a defence project at Hanmer, extension work is being done on district roads, and the Trans Canada Highway is being constructed. In addition 1952 will see the reopening of the Treadwell Yukon Mine at Chelmsford and Falconbridge Nickel has announced that they will build a refinery costing several millions. All this development has created a demand for help with the result that a very large percentage of our farmers are working and earning high salaries.

  • 67 Ibid., 1954-1955, p. 1.

A large number of farmers are working for INCO and KVP Company. The majority are living on their farms with the most of the work being done by their families. In most cases agricultural production on these farms has been greatly reduced67.

  • 68 Oiva W. Saarinen, A Geographical Basis, op. cit., p. 11-12.

92Cette expansion industrielle, en particulier celle des mines, a une influence considérable sur le marché du travail. En 1966, le géographe Oiva W. Saarinen affirme, à la suite d’un sondage : « The sphere of employment of the Company was found to be as follows : to the north, as far as Cartier and Capreol ; to the west, as far as Nairn ; to the south, as far as Burwash and to the east as far as Hagar68. » Une fois intégrés dans la société de consommation, les cultivateurs, en restant sur leurs terres, ne pouvaient plus être assurés d’avoir un niveau de vie comparable à celui qu’il était maintenant possible d’obtenir dans les villes et les villages des environs.

93De plus l’agriculture commençait à exiger un niveau de spécialisation et de mécanisation que peu de cultivateurs pouvaient se permettre compte tenu des investissements que cela exigeait. Comme nous l’a expliqué un des répondants : « Y fallait que t’ailles trop gros et pi trop de dépenses » pour pouvoir survivre comme agriculteur avec un niveau de vie relativement égal à celui des voisins.

  • 69 Ces données sont calculées à partir des statistiques de Statistique Canada.

94Cette diminution de l’activité agricole se reflète, il va sans dire, dans le nombre de gens qui demeurent sur les fermes. Ainsi en 1941, 78 % de la population de Balfour et 85 % de celle de Rayside demeuraient sur une ferme. En 1971, 2 % de la population de Balfour et 5 % de celle de Rayside demeuraient sur une ferme69. La transition s’est effectuée entre 1941 et 1961 principalement, comme l’indique le tableau 35.

95Un dernier indice de la diminution de l’activité agricole est le nombre de réunions auquel participe l’agronome du district au cours d’une année. Alors que, dans les années 1940, il notait dans ses rapports annuels une dizaine de réunions dans la région de Balfour et de Rayside, en 1959-1960, il rien note qu’une.

96Dans le domaine de la production domestique, il s’effectue aussi une transition importante. Les femmes des deux premières générations de Rayside et Balfour avaient pratiqué, en grande partie, un artisanat domestique. Les vêtements des membres de la famille et les produits nécessaires à l’entretien de la maison étaient fabriqués à la maison.

TABLEAU 35. Nombre de personnes vivant sur les fermes, cantons de Rayside et de Balfour (1941-1971)

TABLEAU 35. Nombre de personnes vivant sur les fermes, cantons de Rayside et de Balfour (1941-1971)

Source : Statistique Canada, 1941, 1951, 1961, 1971

Elle lavait le linge au moyen d’une cuve d’eau, d’une planche à laver et d’un savon domestique qu’elle faisait elle-même avec le suif de bœuf. Elle boulangeait deux fois par semaine, pétrissant une dizaine de pains à la fois. Elle faisait son beurre et le gardait salé dans des pots de grès. Les conserves de fruits et de légumes étaient préparées dans des pots de verre stérilisés et ensuite cuits à la vapeur.

  • 70 Gabrielle Denis-Landry, « Julia Millette-Denis », dans Pionnières de chez nous, Sudbury, Société h (...)

Pendant la saison froide, les femmes du rang se rencontraient, piquant ensemble des couvre-pieds et s’échangeant des recettes70.

97Ce compte rendu décrit bien le genre de production domestique effectuée par les femmes de la Vallée jusqu’à la Crise. Mais, à partir de la génération des répondantes, la consommation a remplacé la production artisanale. À mesure que les hommes pouvaient compter sur un salaire régulier, que le marché des aliments et des autres produits ménagers s’est développé, que les moyens de transport se sont améliorés et que l’électricité a permis la mécanisation de la production domestique, l’artisanat a peu à peu disparu.

Les occupations

98Ces changements dans la production ont eu des répercussions sur la structure des occupations des hommes et des femmes de Rayside et de Balfour.

99Puisque Statistique Canada ne recommande pas de comparer la structure d’occupations de 1971 avec celle des années précédentes (la nature des occupations ayant trop changé, nous avons jugé prudent de présenter ces structures pour chacune des années même au risque d’alourdir le texte.

TABLEAU 36. Structure d’occupation, Balfour (1956 et 1968) et Chelmsford (1956 et 1967)

TABLEAU 36. Structure d’occupation, Balfour (1956 et 1968) et Chelmsford (1956 et 1967)

Source : Rôles d’évaluation, Balfour, 1956 et 1968 ; Chelmsford, 1956 et 1967. On pourra aussi consulter Donald Dennie, « La propriété foncière à Chelmsford et dans le canton de Balfour », op. cit

100Ces tableaux font ressortir deux phénomènes : d’abord le changement dans la structure des occupations entre cette période et la précédente, ensuite l’entrée des femmes sur le marché du travail.

101Jusqu’en 1940, la très grande majorité des occupations des hommes dans les cantons de Balfour et de Rayside étaient liées à l’agriculture. Les occupations des hommes de la ville de Chelmsford annonçaient en quelque sorte la transformation qui s’est opérée dans la campagne. On y retrouvait en effet des mineurs, des journaliers, des travailleurs de métier ainsi que des commerçants et des membres des professions libérales. À partir de 1941 et surtout de 1951, la structure des occupations est encore axée sur le secteur primaire ; mais, au lieu d’exercer une activité agricole, les hommes sont travailleurs miniers, soit sous terre ou à la surface comme journaliers ou travailleurs de métier.

TABLEAU 37. Structure d’occupation des hommes, Chelmsford et Rayside (1961)

TABLEAU 37. Structure d’occupation des hommes, Chelmsford et Rayside (1961)

Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1961

TABLEAU 38. Structure d’occupation des femmes, Chelmsford et Rayside (1961)

TABLEAU 38. Structure d’occupation des femmes, Chelmsford et Rayside (1961)

Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1961

TABLEAU 39. Structure d’occupation des hommes, Balfour et Rayside (1971)

TABLEAU 39. Structure d’occupation des hommes, Balfour et Rayside (1971)

Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1971

102Les femmes avaient travaillé quelque peu à l’extérieur du foyer avant 1940, comme enseignantes ou comme domestiques. Pendant la guerre, certaines d’entre elles avaient travaillé à la mine, dans des usines de matériel de guerre, dans des magasins ou des restaurants. Après la guerre, elles sont de plus en plus nombreuses à travailler à l’extérieur ; elles sont présentes dans l’enseignement, dans les services de santé, dans le domaine tertiaire, où elles occupent des postes de secrétaire, de vendeuse, de serveuse.

103De nouvelles perspectives de carrière s’ouvrent donc pour les jeunes nés pendant ou après la Deuxième Guerre. Leurs parents et leurs grands-parents se trouvaient devant un choix qui était fort limité par les réalités de la formation sociale dans laquelle ils vivaient. Comme l’ont souligné plusieurs des répondants, les jeunes gens, à leur époque, allaient à l’école primaire jusqu’à la huitième année ou à l’âge de seize ans et ensuite ils travaillaient sur la ferme ou dans les chantiers. Certains ont pu choisir de devenir mineur, menuisier ou journalier.

TABLEAU 40. Structure d’occupation des femmes, Balfour et Rayside (1971)

TABLEAU 40. Structure d’occupation des femmes, Balfour et Rayside (1971)

Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1971

104Pour les enfants de ces répondants, toutefois, nés dans les années 1940, les choix étaient plus variés. Certains ont opté pour la mine, car les salaires y étaient élevés, mais d’autres ont choisi des professions qui étaient alors inhabituelles.

105Pour les filles des répondants, les choix étaient plus nombreux puisqu’elles pouvaient, en principe, choisir un travail à l’extérieur du foyer bien que les possibilités fussent assez limitées.

106L’ouverture de la Chelmsford Valley District High School, de l’Université de Sudbury en 1957 et de l’Université Laurentienne en 1960 a permis à plusieurs enfants des répondants d’acquérir les connaissances et les capacités nécessaires pour prendre un métier qui les éloignent de la ferme et de l’activité agricole. L’ouverture de ces institutions reflète aussi le fait que les jeunes avaient la possibilité de quitter la ferme.

107Au-delà des occupations et de la façon dont elles sont structurées après la Deuxième Guerre mondiale, il est nécessaire de voir qu’une nouvelle réalité apparaît, celle des classes sociales. Dans le mode de la petite production indépendante, cette structure était relativement simple. Dans les campagnes, les petits producteurs étaient plus ou moins égaux entre eux ; dans la ville de Chelmsford commençait à poindre l’ombre d’une structure de classes sociales issue du mode de production capitaliste.

  • 71 Le concept de classe sociale a une histoire longue et complexe dans les sciences sociales. Deux gr (...)

108Dans les années 1950, la structure de classes est déjà établie dans Rayside et Balfour71. Les fils de cultivateurs deviennent massivement des travailleurs, c’est-à-dire des membres de la classe ouvrière qui, privés de la propriété réelle de leurs moyens de production, sont obligés de vendre leur force de travail pour vivre. Certains d’entre eux possèdent encore une terre et ont donc la possibilité tout au moins théorique de produire leurs moyens de subsistance. Mais pour des raisons que nous préciserons bientôt, cette propriété ne permet plus de pourvoir à l’entretien d’une famille. Aussi les jeunes gens vendent-ils leur force de travail en échange d’un salaire.

109Lorsque Marx a fait l’analyse de la genèse du mode de production capitaliste, il avait élaboré la loi de l’accumulation primitive selon laquelle

  • 72 Karl Marx, OEuvres. Economie I, op. cit., p. 1169. Marx écrit aussi : « La première condition de l (...)

au fond du système capitaliste, il y a donc la séparation radicale du producteur d’avec les moyens de production. Cette séparation se reproduit sur une échelle progressive, dès que le système capitaliste s’est une fois établi ; mais comme celle-là forme la base de celui-ci, il ne saurait s’établir sans elle. Pour qu’il vienne au monde, il faut donc que, partiellement au moins, les moyens de production aient déjà été arrachés sans phrase aux producteurs, qui les employaient à réaliser leur propre travail, et qu’ils se trouvent déjà détenus par des producteurs marchands, qui eux les emploient à spéculer sur le travail d’autrui. Le mouvement historique qui fait divorcer le travail d’avec ses conditions extérieures, voilà donc le fin mot de l’accumulation appelée « primitive » parce qu’elle appartient à l’âge préhistorique du monde bourgeois72.

110La dépossession des moyens de production se fait de façons diverses ; à Rayside et Balfour, elle s’inscrit dans le processus de soumission formelle de l’agriculture au capital. Le résultat de cette dépossession est la création d’une structure de classes caractéristique du mode de production capitaliste. Il est évident qu’aussi longtemps que les habitants peuvent garder leurs terres et en vivre, ils peuvent éviter la prolétarisation. Dès qu’ils perdent leurs terres, ils n’ont d’autre choix que de s’intégrer à la structure de classes de la formation sociale capitaliste, la plupart comme ouvriers.

111Cette structure de classes comprend aussi les capitalistes, lesquels commandent les moyens de production et la force de travail de trois travailleurs ou plus ; la petite bourgeoisie traditionnelle des commerçants et des cultivateurs, qui commandent les moyens de production, mais non la force de travail des membres de leur famille et de un ou deux travailleurs ; la nouvelle petite bourgeoisie, un concept élaboré par Poulantzas pour désigner les gérants et les fonctionnaires qui commandent la force de travail des autres, mais qui n’ont pas la propriété des moyens de production.

112Selon ce schéma, on peut dresser le portrait suivant des classes sociales à Rayside et Balfour. Parce qu’il a été impossible de savoir combien de travailleurs ont été embauchés par les divers propriétaires du capital, il a fallu combiner la classe capitaliste et la petite bourgeoisie traditionnelle.

113Le fait d’inclure les fermiers dans la classe capitaliste/petite bourgeoisie traditionnelle gonfle évidemment les rangs de cette classe à Balfour en 1956. Ils ont été inclus dans cette classe parce que, dans les années 1950, ils ne peuvent plus être considérés comme de petits producteurs parcellaires ou indépendants. Le capitalisme a commencé à dominer le domaine de l’agriculture à un point tel que les fermiers doivent dorénavant être inclus dans cette classe sociale. Les enseignants et les enseignantes ainsi que les gérants ont été inclus dans la nouvelle petite bourgeoisie. On remarque cependant qu’en 1968 la plupart des fermiers sont devenus membres de la classe ouvrière.

TABLEAU 41. Structure des classes sociales, Balfour et Chelmsford

TABLEAU 41. Structure des classes sociales, Balfour et Chelmsford

TABLEAU 42. Structure des classes sociales, Chelmsford et Rayside (1961), Balfour et Rayside (1971)

TABLEAU 42. Structure des classes sociales, Chelmsford et Rayside (1961), Balfour et Rayside (1971)
  • 73 Sur ce sujet, voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit.

114On se rend compte que la classe ouvrière constitue la classe sociale la plus importante, numériquement, dans cette structure. Elle est beaucoup plus importante à ce chapitre que dans la ville de Sudbury où les rangs de la classe capitaliste et de la petite bourgeoisie traditionnelle sont beaucoup plus considérables à la fois numériquement et proportionnellement73.

115Dans Rayside et Balfour, cette structure des classes sociales s’est développée graduellement après la Deuxième Guerre mondiale. Elle n’est pas nécessairement devenue partie intégrante de la conscience ou de la culture des résidants de Rayside et de Balfour, comme en témoigne cette répondante qui parle de la grève à l’INCO en 1958 :

[Quand] a commencé l’époque des grèves, euh, on n’avait, moi j’avais jamais entendu parler de ça une grève avant 1958. J’avais jamais entendu parler de ça une grève. Ben, on entendait parler que ça se passait ailleurs, mais on savait pas vraiment ce que c’était parce qu’on n’avait jamais vécu cette expérience-là. Moi je l’avais pas vécue et pis là quand on a vécu notre première grève, parce que mon mari était mineur dans c’temps-là, on a commencé à réfléchir coss qui arriverait si fallait que la grève dure trois, quatre ans. Alors on s’posait la question pis ça nous faisait réfléchir à c’point de vue-là.

116Cette nouvelle structure de classes a aussi des répercussions sur le plan de l’administration municipale, comme on l’a vu avec la syndicalisation des employés municipaux de Rayside et de Balfour ainsi que la situation des concierges à l’école secondaire.

117Ainsi la nouvelle structure de classes devient évidente par la présence du syndicat Mine Mill à Chelmsford. La cellule 598 du Mine Mill construit un édifice qui est inauguré le 7 septembre 1960 pour marquer la fête du Travail.

  • 74 Chelmsford, op. cit., p. 289.

118« Ce nouvel édifice de 125 000 $ comprend une grande salle pour banquets, des bureaux, une cuisine et plusieurs autres salles qui répondent aux différents programmes récréatifs74. » La classe capitaliste et la petite bourgeoise, outre qu’elles sont bien représentées aux conseils municipaux de Chelmsford et de Rayside, principalement à la mairie, fondent la Chambre de commerce de la Vallée (Blezard, Rayside, Balfour et Dowling) dès 1948.

  • 75 La plupart des caisses populaires en Ontario français ont été établies à la suite d’un mot d’ordre (...)

119La Caisse populaire de Chelmsford est réouverte le 11 avril 194475. Elle jouera un rôle fort important dans la transition des formes de propriété, comme nous le verrons plus loin. Il est difficile d’associer cette institution financière à l’une ou l’autre des classes sociales, car elle joue aussi un rôle sur le plan national. Ainsi que nous l’avons mentionné précédemment, la coopérative constitue une forme de résistance à la domination du capital. Mais la caisse populaire a, de façon inattendue, grandement aidé à introduire le mode de production capitaliste dans Rayside et Balfour.

Le marché

120Le passage au mode de production capitaliste est à la fois l’effet et la cause de l’avènement et du développement du marché. Tout d’abord, le marché du travail se développe à Rayside et Balfour ainsi que dans l’ensemble de la région de Sudbury. Il existait, bien sûr, avant 1940, même depuis la fin du XIXe siècle lorsque les industries des mines et de la forêt se sont établies dans la région. Les habitants de Rayside et de Balfour s’étaient toujours insérés de façon inégale et sporadique dans ce marché. Comme on l’a vu dans le chapitre 3, ils vendaient pour un temps leur force de travail aux capitalistes propriétaires des compagnies forestières ou minières afin de combler le manque à gagner. Mais après la Crise et le début de la Deuxième Guerre mondiale, ils s’intègrent au marché du travail de façon permanente. La demande de main-d’œuvre à l’INCO assure aux cultivateurs un débouché stable et permanent pour la vente de leur force de travail. De plus, comme les tableaux précédents l’ont montré, les femmes commencent à s’intégrer à ce marché.

121Pourquoi cet abandon des fermes et cette entrée massive sur le marché du travail ? Bien sûr, la demande est un facteur important. Mais il faut aussi noter que les campagnes de Rayside et de Balfour avaient atteint un point de saturation, c’est-à-dire que les terrains disponibles pour l’agriculture n’étaient plus assez nombreux pour accommoder tous les fils de cultivateurs. Les fils de cultivateurs ne disposaient plus de terre assez étendue pour obtenir une production susceptible de satisfaire le marché urbain qui se développait dans le sillon de l’industrie minière.

  • 76 Le rapport de l’agronome du district de Sudbury, 1955-1956, p. 1, APO, RG-16, Series G-5-1.

122L’agronome du district de Sudbury avait noté dans son rapport de 1955-1956 : « Industrial expansion continued in 1955 and will continue for several years to come. The building of new townsites is providing excellent markets for farmers76. »

123Le marché exigeait que la ferme se mécanise et s’industrialise, un peu à l’image de l’industrie minière, afin de répondre aux exigences des marchands et du marché d’alimentation urbain. Ce dernier était de plus en contrôlé par les chaînes d’alimentation qui s’étaient établies dans la région de Sudbury après 1928. Celles-ci cherchaient un approvisionnement régulier de produits agro-alimentaires afin de desservir un marché sans cesse croissant. Pour ce faire, les cultivateurs devaient accroître leur production, donc agrandir leurs terres et acquérir de la machinerie. Comme l’a dit un répondant déjà cité : « Il fallait qu’ils deviennent gros. »

124Certains cultivateurs qui se sont spécialisés dans la culture de la pomme de terre, du foin et dans l’industrie laitière ont réussi à s’intégrer à ce marché, à se soumettre aux règles du capitalisme marchand. Mais pour la plupart, les conditions matérielles ne le permettaient pas et ils n’ont pas eu d’autre choix que de vendre leur force de travail. Ainsi l’accaparement complet des terres par le capitalisme a pris une vingtaine d’années et s’est fait par le jeu du marché.

125La croissance du marché de l’alimentation accompagne la « commodification » de la production domestique.

126Cette transition se reflète aussi dans la propriété foncière, qui elle aussi change de forme et de vocation.

La propriété

127Le tableau 33 montre que le nombre d’acres cultivés dans Rayside et Balfour avaient diminué. Les rôles d’évaluation sont également éloquents à cet égard. Jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, la terre servait principalement à la culture de l’avoine, du foin et d’autres céréales et à la pomme de terre. Après la Guerre, la terre devient davantage un terrain sur lequel on construit des maisons unifamiliales. Le tableau 43 témoigne de ce changement dans l’usage de la terre dans le canton de Balfour. (Il faut se rappeler que les rôles d’évaluation du canton de Rayside n’existent plus ou tout au moins ne sont pas disponibles.)

128Pour les fins de l’analyse, les terres de Balfour ont été classées en neuf catégories afin de démontrer l’évolution de leur distribution de 1911 à 1968. Le tableau 43 démontre assez nettement que la distribution des terres selon leur superficie demeure assez constante jusqu’en 1940, c’est-à-dire que les terres moyennes de 50 à 200 acres sont les plus nombreuses. Après 1940, la distribution commence à changer : le nombre de petites propriétés augmente de façon substantielle, surtout en 1968, afin d’accommoder un plus grand nombre de propriétaires. Ce tableau confirme donc la tendance déjà notée suivant laquelle le nombre d’acres servant à la culture baisse continuellement. En 1968, plusieurs terres ont été divisées en petits lopins pour permettre la construction de maisons unifamiliales. La division s’amorce après la Crise et se poursuit à un rythme de plus en plus rapide après la guerre. Cette division des terres, accompagnée du changement dans la structure des occupations, répond à la saturation démographique qui s’est manifestée dans les années 1940.

TABLEAU 43. Structure de la propriété foncière, Balfour (1911-1968)

TABLEAU 43. Structure de la propriété foncière, Balfour (1911-1968)

Source : Rôles d’évaluation, Canton de Balfour, 1911-1968

129Au début du siècle comme avant la Deuxième Guerre mondiale, la plupart des terres sont divisées en portions de 80,160 et 320 acres. Le nombre de terres ainsi divisées augmente jusqu’en 1931 et diminue ensuite pour permettre la division en de plus petites unités. Le nombre des grandes terres de 320 acres est en diminution constante à partir de 1940.

TABLEAU 44. Nombre et pourcentage de terres divisées en parts de 80,160 et 320 acres, canton de Balfour (1911-1968)

TABLEAU 44. Nombre et pourcentage de terres divisées en parts de 80,160 et 320 acres, canton de Balfour (1911-1968)

Sources : Rôles d’évaluation, Canton de Balfour, 1911-1968

130Il est possible d’utiliser un autre indice pour démontrer le changement dans l’usage de la terre après la Deuxième Guerre mondiale. Pour arriver au total de l’évaluation, les rôles distinguent entre la valeur des propriétés et la valeur des bâtiments qui y sont érigés. Cette distinction permet de voir que la transition dans l’usage de la terre dans le canton de Balfour se fait dans les années 1950. Le tableau 45 reproduit les chiffres des rôles d’évaluation de 1916 à 1968. Dans la première moitié du siècle, la valeur de la propriété foncière a toujours été plus importante que celle des bâtiments, mais après 1950, le rapport s’inverse.

  • 77 Les rapports antérieurs à l’année 1945 ne donnaient pas le même type d’information de sorte qu’il (...)

131Les rapports annuels des greffiers de Rayside, Balfour et Chelmsford remis au ministère des Affaires municipales montrent aussi la transition dans la fonction de la terre de 1945 à 197177.

132Le tableau 46 montre de façon éloquente que la ferme perd de plus en plus de son importance dans Rayside et Balfour. Le secteur résidentiel et le secteur professionnel et commercial deviennent les sources principales de l’impôt foncier.

TABLEAU 45. Valeur des propriétés et des bâtiments et total de l’évaluation foncière, Balfour (1916-1968)

TABLEAU 45. Valeur des propriétés et des bâtiments et total de l’évaluation foncière, Balfour (1916-1968)

Source : Rôles d’évaluation, Canton de Balfour, 1911-1968

TABLEAU 46. Valeur et pourcentage de l’évaluation foncière, Rayside, Balfour et Chelmsford (1945-1971)

TABLEAU 46. Valeur et pourcentage de l’évaluation foncière, Rayside, Balfour et Chelmsford (1945-1971)

Source : Clerk’s General Returns, Rayside et Balfour, 1945-1971, Ministère des Affaires municipales, APO, RG-142, TB 43, TB 566, TB 1287, TB 1493, TB 1857, TB 1860, TB 1871, TB 1879

133L’usage de la terre change donc parallèlement à la transition de la formation sociale.

  • 78 Maurice Godelier, op. cit., p. 34. Un peu dans le même sens, les auteurs de Chelmsford (op. cit., (...)

La terre est devenue dans ce rapport de production une réalité seulement matérielle et économique et sa propriété s’est dépouillée de tous les attributs politiques et idéologiques qui faisaient la substance des formes précises de la terre78.

134Dans la période de l’après-guerre, le nombre de propriétaires absents, soit des compagnies minières ou des propriétaires originaires de Sudbury, augmente. De plus on retrouve aussi, principalement à Chelmsford, une concentration de la propriété relativement plus forte. Cette concentration est plus marquée à Chelmsford que dans la campagne de Balfour où, excepté pour les propriétés acquises par les compagnies minières à partir des années 1960, la propriété est distribuée plus ou moins également entre de nombreux petits propriétaires. Le phénomène de la concentration des propriétés dans les mains d’un seul individu est beaucoup plus prononcé à Chelmsford.

135En 1938, certains marchands de Chelmsford et de Sudbury sont propriétaires de plusieurs lots. Deux frères d’une même famille de Chelmsford possèdent à eux seuls quatorze propriétés. Deux autres marchands et frères de Sudbury en ont cinq. Ainsi les six marchands inscrits sur les rôles possèdent 21 propriétés. Un autre individu, inscrit comme « gentleman », détient six propriétés.

136En 1956, le phénomène de la concentration s’est quelque peu répandu. Le marchand qui avait six propriétés en 1938 et qui est à la retraite en 1958 en possède maintenant 14. Son frère en a encore six. Deux entrepreneurs en construction et un vendeur en ont cinq chacun, un mineur en a trois, et un homme à la retraite six.

137La concentration des propriétés s’accroît en 1967. En plus d’une dizaine d’individus qui possèdent plus de 10 propriétés, ce sont surtout des entreprises telles que Chelmsford Development, Nickel Belt Lease Holds, Norite Builders, Wembley Construction et Wabi Iron Works qui ont acquis des centaines de propriétés. Cette concentration s’explique par le développement urbain sans précédent que connaît la ville de Chelmsford depuis 1950. Il n’est pas surprenant, dans une telle conjoncture, que des individus et des compagnies se soient livrés à une certaine forme de spéculation foncière en achetant de nombreuses propriétés. C’est un comportement qui ne s’observait pas dans l’autre type de formation sociale.

138Il est donc évident que la terre à Chelmsford et à Azilda a un usage qui diffère grandement de celui que l’on peut voir dans le canton de Balfour, du moins jusque dans les années 1950.

L’acquisition et la transmission

139L’analyse des données du cadastre du district de Sudbury révèle que la majorité des transactions immobilières dans Rayside et Balfour ont lieu après 1940, ce qui témoigne encore une fois d’un nouvel usage de la propriété foncière. En effet, 64,5 % des transactions ont lieu dans la période 1940-1970. Comme l’indique le tableau 47, ces transactions se sont faites principalement durant les années 1950, époque où les terres agricoles avoisinant les centres urbains de Chelmsford et d’Azilda sont converties en terrains domiciliaires.

  • 79 Karl Marx, « Économie et philosophie. Manuscrits parisiens », dans Œuvres. Economie II, op. cit., (...)

Sitôt jetée dans la concurrence, elle [la terre] en subit les lois, comme toute autre marchandise qui y est toujours soumise. Elle devient instable, diminue et augmente, passe de l’un à l’autre, et nulle loi ne peut plus la retenir entre des mains prédestinées. La conséquence immédiate en est l’éparpillement entre de nombreuses mains79.

140Au cours de cette période, la vente demeure toujours le mode de transmission et d’acquisition le plus fréquent, plus de 60 % des transmissions de propriété foncière étant faites de cette façon.

141Le don conserve son importance surtout dans les années 1950-1959, à l’époque où les propriétés sont morcelées. Il s’agit vraisemblablement d’un mode de transmission qui permet d’établir les jeunes ménages issus des familles de cultivateurs, dont les fils s’intègrent à la classe ouvrière.

142Le phénomène du don s’apparente étrangement par son importance au phénomène de la transmission par succession qui domine l’ensemble des modes de transmission après 1960. L’importance des transmissions de propriétés par voie de succession est alors fortement marquée : environ 62 % des transmissions de propriétés par succession ont eu lieu durant les années 1950 et 1960. Le vieillissement des agriculteurs explique en partie ce phénomène. En 1950, Rayside et Balfour en sont à leur troisième génération d’habitants depuis l’arrivée des pionniers dans les années 1880-1890.

TABLEAU 47. Mode de transmission et d’acquisition des propriétés, Rayside et Balfour (1940-1970)

TABLEAU 47. Mode de transmission et d’acquisition des propriétés, Rayside et Balfour (1940-1970)

Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury

143Enfin la lettre patente, un mode de transmission qui était privilégié avant 1910, n’est plus utilisée après 1940.

144Les obligations contractées sur la propriété témoignent de la transformation dans la vocation sociale des terres, comme le montre le tableau 48.

145L’hypothèque est largement le principal droit sur la propriété avant et après 1940. Son rôle devient prépondérant durant les années 1950 et 1960. Dans la période 1950-1959, l’hypothèque représente plus de 70 % de toutes les obligations et 82 % après 1960. Quarante pour cent de tous les prêts hypothécaires sont contractés au cours de ces décennies. Ce pourcentage élevé témoigne du boom immobilier qu’ont connu les cantons de Rayside et de Balfour à partir des années 1950 et d’un changement de vocation de la pro priété foncière. C’est également un indice de l’importance que prend le capital désormais plus disponible, mais aussi davantage l’instrument des échanges immobiliers.

TABLEAU 48. Types d’obligations sur les propriétés, Rayside et Balfour (1940-1970)

TABLEAU 48. Types d’obligations sur les propriétés, Rayside et Balfour (1940-1970)

Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury

146Ce qui illustre encore plus le passage de la production agricole à une urbanisation grandissante, c’est le déclin dramatique de l’assistance agricole. La tendance était déjà à la baisse pendant la Crise et elle se confirme après 1940.

147Quant aux sûretés et aux servitudes, liées à la propriété, elles suivent de près les tendances du marché immobilier et augmentent au cours des années 1950 alors qu’on remarque une nette surreprésentation par rapport à la moyenne des transactions obligataires. La comparaison révèle en effet que, durant cette période, proportionnellement plus de sûretés et de servitudes ont été contractées par rapport à l’ensemble des obligations ayant eu cours, soit 33 % comparativement à 24 %. Ce fait suggère l’importance des servitudes qui permettent l’établissement d’un réseau de services publics (routes, aqueduc), nécessaire dans une agglomération urbaine.

148La caution, qui avait été souvent utilisée au cours des décennies 1910 et 1920 lorsque les industries minières ont connu une expansion, compte pour le quart des obligations émises au cours de la période 1940-1970. Elle est relativement plus présente au cours des années 1940 alors que les compagnies minières sont encore très actives.

149Lorsqu’on analyse les types d’agents obligataires, on remarque que les institutions financières et surtout la Caisse populaire fondée vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale occupent de plus en plus le devant de la scène. Le rôle accru de la Caisse, surtout au cours des années d’expansion, montre à la fois la conséquence inattendue de l’implantation de ce genre d’établissement financier dans la transition vers un mode de production capitaliste ainsi que le lien qui s’est vite établi entre la population et cette institution nationaliste. Par rapport à l’ensemble des activités obligataires au cours des décennies 1940 et 1950, soit respectivement 12,4 % et 27,1 % de toutes les obligations depuis 1890, les activités liant un propriétaire à sa caisse représentent près du double, c’est-à-dire respectivement 24,6 % et 59,4 %. On note particulièrement une baisse du nombre des obligations contractées auprès des banques et des individus autres que les vendeurs au cours des années 1950. La relation obligataire personnelle passe, pour ainsi dire, des individus à la caisse populaire. Peu à peu, les banques et la caisse populaire se partagent le marché du prêt hypothécaire.

150Les vendeurs de la propriété et les prêteurs sont encore présents, mais ces derniers le deviennent beaucoup moins après 1960. Les obligations contractées auprès du vendeur deviennent proportionnellement plus nombreuses à partir de 1950, ce qui témoigne sans doute du fractionnement des terres et, par conséquent, de l’accumulation d’un capital foncier par les propriétaires de grands terrains.

TABLEAU 49. Agents obligataires, Rayside et Balfour (1940-1970)

TABLEAU 49. Agents obligataires, Rayside et Balfour (1940-1970)

Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury

151Les organismes gouvernementaux perdent leur rôle dans ce domaine, du fait du déclin de l’assistance agricole. Par contre, les mines sont toujours actives dans le domaine des cautions, principalement après 1960.

152Le tableau 50 montre que les institutions, surtout minières mais aussi gouvernementales, acquièrent de plus en plus de propriétés. Le fait que les institutions sont de plus en représentées au chapitre de la possession de titres de propriété est en grande partie le résultat d’expropriations massives de terrains, entre 1943 et 1945, pour permettre l’établissement d’un réseau routier et la construction d’écoles. Le réseau routier continue de se développer durant la décennie suivante.

153De 1950 à 1959, l’INCO achète bon nombre de terrains, des droits miniers sous-terrains et d’autres droits de passage pour pouvoir continuer, entre autres, à émettre de la fumée de souffre. D’autres compagnies minières, telles Ontario Pyrites, Giant Yellowknife, Consolidated Sudbury Basin Mines, sont aussi actives dans ce domaine. On assiste aussi à l’achat de nombreuses parcelles de terrain par des compagnies de services publics, comme Bell et Hydro Ontario.

TABLEAU 50. Détention des titres de propriété, Rayside et Balfour (1940-1970)

TABLEAU 50. Détention des titres de propriété, Rayside et Balfour (1940-1970)

Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury

154En somme, après 1940, le terrain change de vocation. Il sert de moins en moins à l’activité agricole et de plus en plus à l’établissement de demeures unifamiliales ainsi qu’à la construction de services publics, tels des routes, des aqueducs et des lignes de transmission électrique. Le terrain n’est plus le soutien et l’objet de survivance de la famille et encore moins d’une formation sociale et devient graduellement l’objet d’une certaine accumulation de capital et de l’établissement de demeures unifamiliales.

Les rapports de propriété et de production

155Les changements notés dans la propriété se reflètent aussi dans le domaine des rapports qui se nouent à partir de la propriété foncière.

156On remarque tout d’abord que les possesseurs de propriétés familiales sont de plus en plus l’homme et la femme. Au niveau formel et légal tout au moins, la femme devient de plus en plus propriétaire et copropriétaire.

157Ce changement permet, entre autres, l’élection de Melvina Labine comme mairesse de Rayside au début des années 1960. Jusqu’à un certain point, il est permis d’affirmer qu’elle constitue le symbole de cette transformation dans les rapports de propriété entre hommes et femmes. Il faut noter toutefois qu’elle est la seule femme élue à l’un des trois conseils municipaux au cours de toute cette période.

158L’importance croissante des institutions comme possesseurs ou comme agents obligataires de titres de propriété indique de plus la force que prennent les entreprises par rapport aux individus dans ce nouveau type de formation sociale fondé sur l’accumulation du capital. De plus en plus, les entreprises privées dans les domaines des mines, de la construction immobilière, de la spéculation foncière, de la finance et les organismes publics comme les conseils municipaux, les conseils scolaires, les ministères provinciaux et fédéraux se portent acquéreurs de propriétés dans Rayside et Balfour. Par conséquent, la part majoritaire détenue par les individus dans le mode de la petite production parcellaire s’amenuise graduellement.

159Un autre indice de ce changement dans les rapports de propriété est le nombre de propriétaires et de locataires. Dans les agglomérations urbaines surtout, la proportion de locataires augmente considérablement. Ainsi à Chelmsford, les rôles d’évaluation révèlent que la proportion de locataires atteint 58 % en 1968, comparativement à 39 % en 1956. En 1938, à la fin de la Crise, il y avait 52 % de locataires à Chelmsford. À mesure que les rangs de la classe ouvrière grossissent et que la situation économique devient difficile, le nombre de locataires augmente.

160Ce changement dans les rapports de propriété accompagne celui qui se dessine dans les rapports de production.

161En principe, les rapports de production patriarcaux qui réglaient le travail sur la ferme, y compris la production domestique, sont remplacés par des rapports capitalistes dans lesquels le travailleur vend sa force de travail au propriétaire du capital en échange d’un salaire. Ce rapport implique, dans le travail quotidien, une surveillance et une direction de la part du patron ou de ses adjoints, ce qui n’était pas le cas sur la ferme. Il implique aussi que le produit du travail n’est plus la propriété du producteur direct, ce qui n’était certes pas le cas pour le petit producteur indépendant. Les cultivateurs et les fils de cultivateurs ont vécu cette transition comme une libération de l’incertitude financière que créait la petite production indépendante. Les propos des répondants et des répondantes qui ont été rapportés précédemment en sont un témoignage éloquent. C’est là le vécu conscient. Mais sur le plan structural, il reste que le salaire représente aussi la perte de l’indépendance, la perte de la propriété du produit du travail.

  • 80 Pat et Hugh Armstrong, Double Ghetto : Canadian Women and Their Work, Toronto, McClelland and Stew (...)

162En ce qui a trait aux rapports de production domestique, l’homme domine toujours. Le fait qu’il est le principal sinon l’unique gagne-pain lui assure le droit de refuser des tâches qu’impose la reproduction domestique. L’homme ne s’occupe pas de l’entretien ménager et n’élève pas les enfants. Lorsque la femme a un travail salarié, le salaire qu’elle reçoit est moindre que celui de l’homme ; et en plus de son travail à l’extérieur du foyer, elle doit assumer presque seule l’entretien de la maison et l’éducation des enfants80.

163La distinction entre le public et le privé qui marquait la formation sociale précédente est toujours en vigueur. Les documents liés à la vie des conseils municipaux, des conseils scolaires, en somme à la vie politique et publique, sont remplis de noms d’hommes. Les seules femmes mentionnées sont celles qui sont actives dans les organismes paroissiaux ou de charité.

  • 81 Voir à ce sujet Michael Mann, « A Crisis in Stratification theory ? », dans Rosemary Crompton et M (...)

164Il est donc juste de conclure que l’ère patriarcale de la petite production indépendante subit un changement au niveau formel et légal dans la formation sociale capitaliste. Les femmes peuvent acquérir une propriété et avoir un travail rémunéré, mais les hommes continuent de dominer. On pourrait donc qualifier les rapports de propriété et de production, ainsi que la structure de domination, dans cette formation sociale, de « néo-patriarcaux »81.

But what exactly is patriarchal about neo-patriarchy ? What conditions warrant the continued use of the language of patriarchy to describe contemporary social relations between the sexes ? The concept of neo-patriarchy implies both a break with the past and the reconstitution of male authority in a new form. It implies, by way of negation, that some features of traditional patriarchy are no longer operative. With the advent of industrial capitalism, the walls dividing the private from the public sphere were breached.

  • 82 Wallace Clement et John Myles, Relations of Ruling. Class and Gender in Postindustrial Societies, (...)

But the concept of neo-patriarchy also implies a link between past and present that warrants the continued use of the term « patriarchy » to describe contemporary gender relations. In the domestic sphere, a sufficient condition for retaining the language of patriarchy to describe relations among household members would be the exclusive, or almost exclusive, exercise of executive power over household resources by a senior male. The residues of traditional patriarchy are also evident in domestic practices that privilege men’s participation in public life over that of their female partners82.

165La transition dans les rapports de production domestique que l’on connaît dans les sociétés postindustrielles ne fait qu’apparaître timidement dans la formation sociale capitaliste qui s’amorce à Rayside-Balfour.

166Ce « néo-patriarcat » signifie donc que la femme acquiert un statut différent. Il faut noter que le fait de commencer à vendre sa force de travail l’insère dans la sphère publique. Mais elle y occupe encore une place restreinte qui l’oblige à exécuter des tâches semblables à celles de la sphère privée et familiale qui comporte un salaire modeste. Elle commence aussi à avoir la possibilité d’occuper une place au sein de la sphère politique comme le démontre l’exemple de la mairesse Melvina Labine.

167Ce qu’on remarque dans cette nouvelle formation sociale, c’est que la femme, sans atteindre le même niveau que l’homme, occupe une place plus importante que dans la formation sociale précédente. Un indice de cette transition se retrouve dans le nom que prend la femme par le mariage, nom qui est toujours celui de son mari. Toutefois, dans cette formation sociale, on ne rencontre plus de cas où la femme perd complètement son identité. Dans la nouvelle formation sociale, la femme garde tout au moins son prénom. C’est là un indice mineur, il faut bien en convenir, mais il s’agit tout de même d’un changement à noter.

168La nouvelle formation sociale qui est apparue à Rayside et Balfour après 1940 se distingue aussi par un accroissement de la domination rationnelle et légale déjà notée au chapitre 3.

169On a souligné plus haut la rationalisation croissante des opérations des conseils à compter des années 1950, surtout de Chelmsford et de Rayside. Cette domination s’exprime par l’appropriation d’un surproduit, qui est celui de l’impôt foncier. À partir de 1940, le taux de ce surproduit augmente sans cesse comme le montre le tableau 51.

170Dans les trois municipalités, les impôts fonciers sont de trois à cinq fois plus élevés. La plus grosse augmentation a eu lieu à Chelmsford à cause des travaux publics (aqueduc et égouts) et des frais de gestion des écoles. Pour avoir une idée plus précise de l’ampleur de ce surproduit que s’approprie l’État, il aurait fallu calculer les impôts des gouvernements provincial et fédéral, mais cela aurait débordé le cadre de cette étude.

171En dernière instance, l’augmentation de ce surproduit est le résultat de la domination réelle du capital qui se subordonne la plupart des dimensions de la vie des résidants et des communautés.

172Cette forme de soumission a Heu avec la naissance de la grande industrie et du machinisme concomitant qui transforment et subordonnent toutes les formes de production antérieures et toutes les anciennes branches de la production artisanale, industrielle et agricole.

  • 83 Karl Marx, « Subordination formelle et réelle du travail au capital », dans Œuvres. Économie II, P (...)

Avec elle [la soumission réelle], une révolution totale et sans cesse renouvelée s’accomplit dans le mode de production lui-même, dans la productivité du travail et dans les rapports entre le capitaliste et le travailleur. On voit apparaître dans le processus du travail tous les changements que nous avons analysés plus haut. Les forces productives du travail social se développent sur une grande échelle, en même temps que la science et la technique sont appliquées à la production immédiate. D’une part, se constituant désormais dans sa spécificité, le mode de production capitaliste crée un nouveau type de production matérielle ; d’autre part, cette transformation matérielle constitue la base du développement du système capitaliste, dont la forme adéquate correspond par conséquent à un niveau déterminé de l’accroissement des forces productives du travail83.

TABLEAU 51. Impôt foncier per capita dans les cantons de Balfour et Rayside et dans la ville de Chelmsford (1945-1970)

TABLEAU 51. Impôt foncier per capita dans les cantons de Balfour et Rayside et dans la ville de Chelmsford (1945-1970)

Source : Treasurer’s et Clerk’s Returns, Rayside, Balfour et Chelmsford, op. cit., 1945-1970

173Cette soumission réelle signifie, pour l’ensemble de la formation sociale, que tous ses aspects – tout au moins ses aspects principaux – sont dorénavant réglés par la logique du capital et de la grande industrie. Dans Rayside-Balfour, la grande industrie minière détermine certes les autres « branches » de la société. Elle détermine le fonctionnement de la branche financière depuis l’implantation des banques au début du siècle et même des caisses populaires depuis la Deuxième Guerre mondiale. En ce qui a trait à la branche commerciale, elle la détermine par le biais de la grandeur et du volume du marché, depuis l’établissement des chaînes de magasins alimentaires et de vêtements. Sur le plan agricole, les lois du marché alimentaire veulent que la production dans ce domaine se fasse sur une échelle beaucoup plus grande, nécessitant une spécialisation et une mécanisation qu’a permises l’électrification de la région en 1947. En ce qui a trait à la production domestique, sa « commodification » depuis les années 1940 est un gage de sa soumission à la logique du capital et au marché des produits ménagers. En somme, dans presque tous les domaines, la soumission réelle au capital est un fait incontournable. Ce qui ne signifie pas que certains domaines n’ont pas conservé des éléments traditionnels de l’ancienne formation sociale ou qu’ils n’ont pas survécu, comme le patriarcat, en se transformant.

174Il est possible d’entrevoir à la fois cette transition et cette conservation, dans les domaines de la famille et de la parenté, lesquels sont des aspects importants de la population de Rayside et de Balfour.

III- LA POPULATION

175De 1890 à 1940, la population de Rayside et de Balfour (y compris celle de Chelmsford) est demeurée relativement stable, l’augmentation se faisant de façon naturelle. Cette population était composée d’un vaste réseau de familles et de parenté qui en constituait le substrat matériel et social ; ce réseau était formé, pour sa part, d’un ensemble de petits producteurs agricoles indépendants ou parcellaires, tous plus ou moins égaux. L’exception à ce portrait démographique se trouvait dans la ville de Chelmsford où existait en germe une structure de classes sociales, soit une petite bourgeoisie commerciale, quelques artisans et quelques membres de la classe ouvrière.

176C’est ce germe qui s’est développé après 1940 et qui a remplacé la structure sociale de petits producteurs. En effet, ce qui caractérise la population de Rayside et de Balfour après la Deuxième Guerre mondiale, c’est cette éclosion de la classe ouvrière dont les membres vendent leur force de travail aux propriétaires du grand capital minier. Il y a aussi, dans les milieux urbains de Chelmsford et d’Azilda, une petite bourgeoisie ainsi qu’une bourgeoisie d’entrepreneurs en construction, de commerçants, de professionnels bien que cette classe ne soit pas très importante numériquement.

177Ainsi que nous l’avons déjà dit, cette structure de classes n’a pas nécessairement été intégrée à la conscience des résidants de Rayside et de Balfour, mais elle a été tout de même un élément essentiel dans leur vie quotidienne, que ce soit au travail ou à la maison.

178Cette structure de classes est apparue en premier lieu dans les milieux urbains. Les travailleurs ont établi leur famille dans les nouveaux secteurs résidentiels et les commerçants, les entrepreneurs et les membres des professions libérales y ont ouvert des bureaux et des boutiques.

179En plus de cette structure de classes, une autre caractéristique de cette population est son aspect urbain. Autant la formation sociale de petits producteurs indépendants était rurale, autant la nouvelle formation sociale capitaliste est marquée par l’urbanisation. Ce sont d’ailleurs ces deux phénomènes – structure de classes et surtout émergence de la classe ouvrière ainsi que l’urbanisation – qui sous-tendent la croissance assez remarquable de la population de Rayside et de Balfour.

180Le tableau 52 montre bien cette expansion de la population après 1940.

181De 1901 à 1941, la population totale de Rayside, Balfour et Chelmsford n’avait augmenté que de la moitié, soit de 1 750 à 2 614. La croissance la plus marquée, 25 %, avait eu lieu de 1921 à 1931, dans une décennie de prospérité. Toutefois, entre 1941 et 1971, le taux de croissance a été de 491 %. La décennie de 1951 à 1961 a connu une augmentation de 182 %, ce qui explique le nombre élevé de transmissions des propriétés foncières ainsi que l’importance des travaux publics.

182Cette croissance de la population a lieu en très grande partie dans les milieux urbains de Chelmsford et d’Azilda, comme l’indique le tableau 52. En effet, en 1961 déjà 59 % de la population habitait ces deux villes ; en 1971, près des trois quarts, soit 73 %, y étaient établis. Cette croissance de la population urbaine a comme corollaire la diminution de la population rurale et, encore plus, de la population rurale habitant une ferme.

TABLEAU 52. Population de Rayside, Balfour, Chelmsford et Azilda (1941-1971)

TABLEAU 52. Population de Rayside, Balfour, Chelmsford et Azilda (1941-1971)

* Cette statistique doit être incluse dans celle de la population de Balfour, car le canton de Balfour et la ville de Chelmsford ont été fusionnés en 1968.
**Ces statistiques sont aussi incluses dans celles de la population de Rayside. Source : Recensements du Canada, 1941,1951, 1961,1971

CARTE 5. Cantons de Rayside et de Balfour, communautés urbaines de Chelmsford et d’Azilda (1957)

CARTE 5. Cantons de Rayside et de Balfour, communautés urbaines de Chelmsford et d’Azilda (1957)

Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury

CARTE 6. Cantons de Rayside et de Balfour, communautés urbaines de Chelmsford et d’Azilda (1971)

CARTE 6. Cantons de Rayside et de Balfour, communautés urbaines de Chelmsford et d’Azilda (1971)

Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury

183La relation de la ville à la campagne s’est transformée. Dans la formation sociale de la petite production, la ville de Chelmsford agissait comme le centre commercial qui dépendait de la campagne pour sa survie. Dans la formation sociale capitaliste qui s’établit à Chelmsford et à Azilda, la ville ne dépend plus de la campagne ; elle vit d’abord des salaires des ouvriers et, de plus, elle est intégrée au circuit de la circulation capitaliste. Il cesse d’y avoir une relation étroite entre campagne et ville.

184Il va sans dire que ces changements sur le plan de la population donnent une coloration différente au sentiment d’appartenance qu’avaient autrefois les résidants de ces deux cantons. On a vu, au chapitre 2, comment les répondants définissaient ce sentiment. Rayside et Balfour étaient pour eux une grande famille où tout le monde se connaissait.

185À la suite de l’urbanisation, les répondants et les répondantes affirment avoir perdu ce sentiment d’appartenance : « Moi j’trouve que dans ces années là, quand on était jeune, y avait plus d’amour, d’amitié qu’aujourd’hui, affirme une septuagénaire de Chelmsford. Parce qu’il y a beaucoup d’étrangers aujourd’hui, c’est ça qui fait la différence. »

186Ce résidant d’Azilda constate que l’un des plus gros changements survenus depuis sa jeunesse est que « le village a bien grossi. Avant je connaissais le nom de toutes les personnes ici. Maintenant j’en connais pas le tiers. » Un autre affirme : « Autrefois, tu pouvais aller partout dans le village et tu connaissais tout le monde. Aujourd’hui là, j’en connais pas beaucoup. » Un résidant de Chelmsford est du même avis :

Ah ben oui, dans ces temps-là, on connaissait, dans les premiers temps, on connaissait tout le monde. Aujourd’hui ben on en connaît moins parce que les différentes familles qui « mouvent » d’en dehors à ici. Moi j’ai été conseiller dans la ville ici et je connaissais tout le monde. Asteur, ben y en a beaucoup, beaucoup que j’connais pas. Ensuite les jeunes y poussent et s’en vont à Sudbury ou plus loin.

187Pour certains, la diminution du sentiment d’appartenance s’explique par l’arrivée de nombreuses familles de l’extérieur dont le père a été embauché dans les mines. Ces familles étaient souvent canadiennes-françaises, mais elles étaient aussi canadiennes-anglaises ou d’une autre nationalité. Ainsi en 1931, 83 % des habitants de Balfour, 88 % des habitants de Rayside et 94 % des habitants de Chelmsford étaient de langue française. En 1961, 57 % des résidants de Balfour, 70 % de ceux de Rayside et 80 % de ceux de Chelmsford étaient canadiens-français. En 1971, les chiffres sont de 69 % à Balfour (y compris Chelmsford) et de 67 % à Rayside. C’est donc dire que seulement les deux tiers des résidants de Rayside et Balfour sont de langue française en 1971 alors qu’au début du siècle ils formaient plus de 90 % de la population.

188Ce n’est pas seulement la proportion des divers groupes ethniques qui a changé. C’est aussi le vaste réseau familial sur lequel s’était érigée la formation sociale de petits producteurs indépendants qui s’est effrité. Les répondants et répondantes affirment que la parenté est encore importante, mais que le substrat matériel d’entraide et d’échange n’existe plus. Les réunions de famille, à l’occasion des Fêtes, ont maintenant lieu dans des salles publiques, même dans des arénas afin d’accommoder le grand nombre de personnes. Mais l’atmosphère des réunions familiales n’est plus la même. L’entraide qui facilitait autrefois la vie dans les rangs n’est maintenant ni spontanée ni régulière.

189Ce réseau familial a été perturbé par l’arrivée de plusieurs nouvelles familles au cours de l’après-guerre. Au cours de la colonisation, l’arrivée des nouvelles familles s’effectuait dans le cadre du réseau familial. À compter de 1950, les nouveaux habitants proviennent du Québec ou d’autres régions de l’Ontario. Les registres paroissiaux confirment cette immigration nouvelle au cours des années 1950.

La famille et la transition démographique

190Au cours des années 1940, suivant une tendance amorcée après la Première Guerre mondiale, les couples viennent en très grande majorité de Chelmsford, de Blezard Valley, de Hanmer et de Sudbury. En effet, 54 % des maris et 70 % des femmes sont nés à Chelmsford pendant cette période.

191À partir des années 1950, la situation change. Moins de la moitié des maris (43 %) et un peu plus de la moitié des femmes (58 %) proviennent de Chelmsford. Durant cette décennie, des habitants du Nipissing, de New Liskeard, de Matachewan et des villes minières de Timmins et de Kirkland Lake viennent peu à peu s’établir à Chelmsford. Certains même viennent du Québec.

192Au cours des années 1960, la migration s’accentue. Les époux et les épouses proviennent maintenant du Nord-Ouest québécois (Abitibi et Témiscamingue), du Nouveau-Brunswick et d’autres régions du Québec. Plusieurs viennent de Sudbury et du Nipissing.

193Cette immigration est encore plus marquée pour les époux et les épouses de la nouvelle paroisse Sainte-Agnès-d’Azilda. De 1954 à 1960, la majorité des nouveaux mariés proviennent de Chelmsford bien qu’un pourcentage important vienne de Sudbury, de la région environnante et du Nipissing. De 1961 à 1970, la majorité des époux de Sainte-Agnès sont originaires de Sudbury et plus particulièrement du quartier du Moulin-à-fleur. Bon nombre d’entre eux proviennent du Nipissing et du nord de l’Ontario.

194Au début du siècle, les époux venaient surtout de l’Outaouais québécois et ontarien. Après la Deuxième Guerre mondiale, cette région ne constitue plus une source importante de migration vers Rayside et Balfour. Ce sont surtout les régions du Nipissing, de Sudbury, du Témiscamingue ontarien et québécois ainsi que de l’Abitibi et du nord de l’Ontario qui fournissent le plus gros contingent. Une forte proportion des nouveaux mariés viennent de Rayside et de Balfour. Après 1950, la survie de la paroisse ne dépend plus de ses propres habitants, contrairement à la période de l’entre-deux-guerres. Les époux et les épouses qui ont été les pionniers sont venus s’établir à Rayside et Balfour pour reproduire la formation sociale de petits producteurs indépendants, alors que les nouveaux mariés de l’après Deuxième Guerre y viennent s’établir principalement à cause de l’abondance des terrains, des maisons unifamiliales et des emplois à l’INCO. Les nouvelles familles ne s’adonnent plus à une production agricole qui assure leur auto-subsistance ; ce sont majoritairement des familles ouvrières qui se reproduisent à partir du salaire, pour la plupart, du père et du travail domestique de la mère. La famille productrice s’est transformée en famille consommatrice.

TABLEAU 53. Origine des époux et des épouses des paroisses de Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1960)

TABLEAU 53. Origine des époux et des épouses des paroisses de Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1960)

Source : Registres de mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda

195Les répondants et répondantes ont donc raison d’affirmer que la communauté qu’ils avaient connue dans leur jeunesse leur est devenue en partie étrangère. Non seulement la proportion de Canadiens français catholiques baisse avec l’arrivée de familles et d’individus de langue anglaise et de religion autre que catholique, mais aussi la population de langue française prend une nouvelle coloration à la suite de l’installation de nouvelles familles venant de l’extérieur de Rayside et de Balfour.

196Les mouvements saisonniers des nouveaux mariages changent légèrement de 1941 à 1970, comparativement à la période de 1901 à 1940.

197Les chiffres du tableau 54 montrent que les mariages sont encore réglés par les temps liturgiques de l’Église catholique : très peu de mariages ont lieu pendant la période du carême. En général, les nouveaux mariés évitent l’hiver et optent pour le printemps et l’été. Au cours de la période précédente, soit de 1901 à 1940, les nouveaux époux se mariaient rarement pendant le carême, mais davantage l’hiver. Les mois de mai et d’août étaient assez peu prisés sans doute parce que ces deux mois correspondaient aux travaux des champs en mai et à la récolte en août. Après la Deuxième Guerre mondiale, à mesure que les habitants abandonnent les terres, ces deux mois deviennent en tout point semblables aux mois de juin, juillet et septembre.

198Le taux de nuptialité baisse en 1941 et 1951, comparativement à la période précédente, mais accuse une légère remontée en 1971. (Voir le tableau 55.) Les nouvelles familles qui s’établissent après la Deuxième Guerre mondiale ne sont pas aussi grandes que celles du début du siècle. Les familles comptent en moyenne 4,6 personnes dans les années 1950 et 1960, comparativement à une moyenne de près de six personnes pendant la période 1900-1940. Cette baisse s’observe aussi dans l’ensemble du Canada et de l’Ontario. Elle correspond aussi à l’évolution du taux de natalité. Comme l’indique le tableau 58, ce taux avait été ramené de 74 pour mille en 1901 à 51 pour mille

TABLEAU 54. Mouvements saisonniers des mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)

TABLEAU 54. Mouvements saisonniers des mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)

Source : Registres de mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda

199Les mouvements saisonniers des naissances et des conceptions correspondantes ne changent pas beaucoup entre 1941 et 1970, comparativement à la période précédente. Le mois de mars (conception en juin) est toujours le mois où les naissances sont le plus nombreuses ; mais le mois de septembre (conception en décembre) est aussi productif. En général, les fluctuations sont moins marquées de 1941 à 1970, comme l’illustrent les figures 7 et 8.

TABLEAU 55. Mouvements saisonniers des naissances et des conceptions, paroisses Saint-Toseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)

TABLEAU 55. Mouvements saisonniers des naissances et des conceptions, paroisses Saint-Toseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)

Source : Registres de baptêmes, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda

200Tout comme le taux de natalité, celui de la mortalité baisse aussi de 1941 à 1970 (voir le tableau 56). Cette baisse s’est amorcée en 1911 et s’est toujours maintenue depuis. La baisse du taux de mortalité infantile est surtout remarquable : le taux baisse considérablement entre 1931 et 1941 et continue de le faire jusqu’en 1971. Ce taux se compare avantageusement à celui de l’Ontario alors qu’au cours de la période précédente il était beaucoup plus élevé.

201Enfin, les mouvements saisonniers des décès à Rayside et à Balfour varient moins qu’au cours de la période précédente. Alors qu’autrefois les habitants mouraient plus fréquemment entre le mois d’août et le mois de février, les Canadiens français catholiques de Rayside et Balfour ont tendance à décéder davantage entre mai et août entre 1941 et 1970.

202Les taux de natalité et de mortalité générale et de mortalité infantile indiquent assez nettement qu’une transition s’effectue sur le plan démographique. À partir des années 1950, le régime démographique de Rayside et Balfour diffère de ce qu’il était avant la Deuxième Guerre mondiale.

  • 84 Pour un résumé et une analyse de ces débats, on pourra consulter Jean-Claude Chesnais, La transiti (...)
  • 85 Ibid., p. 6.

203Cette notion de transition démographique, que certains érigent en théorie alors que d’autres n’y voient que description84, est surtout utilisée depuis un demi-siècle pour décrire le phénomène de la relation inverse remarquée au sein de plusieurs populations entre l’industrialisation et la fécondité. C’est-àdire que plus une population donnée connaît, subit, vit l’industrialisation ou est soumise au capitalisme industriel, plus ses taux de mortalité, puis, par la suite, de natalité ou de fécondité diminuent. Plus spécifiquement, les premiers démographes à remarquer ce phénomène expliquent « en termes plus ou moins généraux, pourquoi une société qui passe de son état de quasi-stagnation millénaire à la croissance économique moderne enregistre un recul de sa mortalité puis, par la suite, un recul de sa fécondité85 ».

TABLEAU 56. Taux de mortalité infantile par décennie, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès, et Ontario (1941-1970)

Décennie

Taux pour mille habitants
Paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès

Ontario

1941-1950

40

39

1951-1960

17

20

1961-1970

20

2

Sources : Registres de sépultures, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnèsd’Azilda ; Report on Births, Marriages and Deaths, Ontario, 1941-1970

TABLEAU 57. Mouvements saisonniers des décès, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)

TABLEAU 57. Mouvements saisonniers des décès, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)

Source : Registres de sépultures, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda

FIGURE 7. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)

FIGURE 7. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)

FIGURE 8. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, Ontario (1941-1970)

FIGURE 8. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, Ontario (1941-1970)

FIGURE 9. Mouvement saisonnier des mariages, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)

FIGURE 9. Mouvement saisonnier des mariages, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)

FIGURE 10. Mouvement saisonnier des mariages, Ontario (1941-1970)

FIGURE 10. Mouvement saisonnier des mariages, Ontario (1941-1970)

FIGURE 11. Mouvement saisonnier des décès, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)

FIGURE 11. Mouvement saisonnier des décès, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)

FIGURE 12. Mouvement saisonnier des décès, Ontario (1941-1970)

FIGURE 12. Mouvement saisonnier des décès, Ontario (1941-1970)

204Comme le note Chesnais :

Dans ces textes, on peut distinguer deux aspects, l’un purement descriptif, l’autre explicatif, qui, d’un auteur à l’autre, sont loin d’occuper la même place (certains se bornent au seul constat, d’où le qualitatif d’empirisme et la réticence fréquente à reconnaître le statut de théorie à la nouvelle vision présentée).

  • 86 Ibid., p. 6-7.

Le constat : la transition démographique consiste en une succession logique de phases historiques que traverse toute population au cours du processus d’accès à la modernité. Selon que la présentation est détaillée ou non, les auteurs distinguent trois à cinq stades successifs. Avec trois, il s’agit de la distinction élémentaire entre stade prétransitionnel (équilibre ancien : forte mortalité, forte fécondité), stade transitionnel (déstabilisation) et stade post-transitionnel (équilibre moderne : basse mortalité, basse fécondité). Autrement dit, ce premier aspect est relatif à la dynamique interne des populations : il concerne l’influence de la mortalité sur la fécondité86.

205La baisse de la mortalité est moins difficile à expliquer que celle de la fécondité. On attribue la diminution du taux de mortalité à un ensemble de facteurs tels que les découvertes médicales, les progrès de l’hygiène publique, l’amélioration du niveau de vie, bien que l’on ne s’accorde pas sur l’importance de chacun de ces facteurs.

  • 87 Chesnais se réfère à A. Guillard et A. Geissler qui ont remarqué le phénomène de la transition dès (...)
  • 88 Ibid., p. 7-8.

Pour l’évolution de la fécondité, qui mobilise prioritairement l’attention des auteurs, les facteurs apparaissent plus nombreux et plus complexes. Toutefois, chez nos deux grands précurseurs87, le recul de la fécondité est considéré comme une réponse, un ajustement à des modifications structurelles de l’économie et de la société. Cette influence prépondérante du développement socio-économique dans la transition a, par la suite, souvent été mise en cause et le primat de l’économie parfois stigmatisé. Devant l’inaptitude des indicateurs socio-économiques classiques à rendre compte de la diversité des expériences démographiques enregistrées en Europe, des théories sociétales à fondement culturel ou anthropologique lui ont alors été opposées88.

206La baisse de la fécondité doit aussi s’expliquer par la logique du mode de production. De même que la fécondité élevée dans un mode de petite production indépendante s’explique par la nécessité d’avoir des forces productives et par la domination patriarcale, de même la baisse s’explique en partie par la logique différente du mode de production capitaliste. Dans celui-ci, les forces productives sont plus mécanisées, ce qui ménage les forces humaines. Les parents n’étant aucunement maîtres de ces forces productives, le besoin d’avoir un grand nombre d’enfants s’estompe. De plus, la valeur des enfants est plus monnayable car elle est davantage liée au salaire gagné par les parents. Enfin, la femme a de plus en plus la libre disposition de ses fonctions reproductives et, par conséquent, la domination de l’homme dans ce domaine n’est plus aussi forte que dans le mode de la petite production indépendante.

TABLEAU 58. Mouvement naturel de la population canadienne-française et catholique de Rayside-Balfour (1901-1971)

TABLEAU 58. Mouvement naturel de la population canadienne-française et catholique de Rayside-Balfour (1901-1971)

Sources : Recensement du Canada, 1901-1971 ; Registres des baptêmes, mariages et sépultures, Paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda, 1896-1971

  • 89 Ibid., p. 10.

207Les critiques à l’égard de la théorie de la transition démographique sont nombreuses et parfois acerbes. On lui reproche son incapacité à prédire l’évolution à l’égard de tel ou tel pays. De plus ses faiblesses, affirme Chesnais, sont dues au fait que la théorie est muette sur le rôle régulateur joué par les migrations extérieures. Or « celles-ci interfèrent, de manière évidente, dans l’interaction entre mortalité et fécondité ; elle est, en outre, très discrète sur le jeu de la nuptialité et sur les mécanismes de diffusion des changements démographiques de pays en pays89 ».

208La notion de transition démographique s’applique davantage à une population de plusieurs milliers de personnes. Les études dans ce domaine portent plutôt sur des ensembles plus vastes. Cette notion est utilisée dans le cadre de ce travail comme moyen de décrire la transition qui s’effectue effectivement au sein de la population canadienne-française catholique de Rayside et de Balfour. La figure 13 et le tableau 58 présentent le mouvement naturel de la population canadienne-française et catholique ainsi que les mouvements des taux bruts de natalité, de mortalité générale, de mortalité infantile et de croissance naturelle au sein de cette population, de 1901 à 1971.

FIGURE 13. Mouvement naturel de la population de Rayside et de Balfour (1901-1971)

FIGURE 13. Mouvement naturel de la population de Rayside et de Balfour (1901-1971)

209On remarque en premier lieu une baisse du taux de mortalité générale à partir de 1911 et de mortalité infantile à partir de 1921. La mortalité continue à baisser jusqu’en 1961, puis fait une légère remontée. Le taux de mortalité infantile commence à baisser de façon marquée en 1951.

210En ce qui a trait à la natalité, le taux baisse aussi en 191,1 mais demeure relativement constant jusqu’en 1961. Dans les années 1960, le taux de natalité amorce une baisse de sorte qu’en 1971 il se compare aux taux des pays dits développés ou industrialisés.

  • 90 Ibid., p. 33.

211La croissance naturelle demeure relativement stable jusqu’en 1951, puis elle augmente avant de baisser suivant le même mouvement que le taux de natalité. Les courbes de ces différents taux ressemblent en quelque sorte à ceux que présente Chesnais, de façon idéale, pour illustrer le phénomène de la transition démographique90.

212En somme, les mouvements des taux bruts démontrent que la population canadienne-française de Rayside et de Balfour connaît une transition démographique après la Deuxième Guerre mondiale, une transition qui suit une période d’équilibre entre 1911 et 1941 marquée par une mortalité et une natalité relativement fortes. Cette transition présente les caractères suivants : 1) une baisse de la mortalité qui commence en 1911 et s’accentue dans les années 1930 ; 2) un taux de natalité qui demeure relativement stable entre 1911 et 1960 et qui chute par la suite pour atteindre un niveau comparable à celui des pays industrialisés ; 3) un taux de mortalité infantile qui est stable entre 1901 et 1951, avec une légère hausse en 1911, et qui chute à compter de 1951 ; et 3) une période de forte migration de l’extérieur, laquelle vient, d’une part, interférer dans l’interaction entre mortalité et natalité et, d’autre part, amoindrir le sens d’appartenance à la communauté provenant de la structure des réseaux de familles et de parenté qui existait depuis les débuts de la colonisation. Cette transition démographique témoigne du passage de la petite production indépendante à la production capitaliste, d’un monde traditionnel à un monde moderne.

213Il n’est donc pas surprenant que cette transition influence aussi la structure et la fonction de la forme dominante de la formation sociale traditionnelle, soit la paroisse.

IV- LA PAROISSE

214Symbole et âme de la communauté dans la formation sociale de la petite production indépendante, la paroisse devient marginale dans une formation sociale capitaliste. Elle perd ses fonctions de principale légitimatrice de l’ensemble de la formation sociale pour devenir l’agente responsable des rites religieux liés aux divers passages de la vie individuelle. Ce changement de rôle de la paroisse ne peut être autre puisque cette dernière perd en grande partie son substrat matériel et social qui lui assurait la primauté.

215Cette transition, on la remarque d’abord dans le rôle du curé. Autrefois acteur principal dans l’ensemble de la formation sociale, il devient, à compter des années 1960 surtout, l’un des leaders parmi d’autres qui assument la direction de la communauté.

Cette influence [qu’avait autrefois le curé]), affirme un ancien maire du canton de Balfour, « au fur et à mesure que d’autres curés sont venus ou peut-être parce que la mentalité des gens a changé ou peut-être parce que les curés n’avaient plus les mêmes valeurs personnelles, ça l’a diminué beaucoup. Ça l’a frappé une partie très basse dans les années soixante, soixante-dix. Aujourd’hui le curé est peut-être la p’tite partie des influences. J’pense que la chrétienté a connu une certaine évolution et ça dans toutes les religions. La même chose, je crois, s’est passé à Chelmsford. J’pourrais pas dire que le curé, je pourrais pas dire que le curé c’est lui qui mène tout.

216Voilà certes une déclaration qui choquerait le curé Côté. Mais elle reflète tout de même la réalité qui se dessine dans cette nouvelle formation sociale.

J’pense qu’aujourd’hui les enfants perçoivent le curé comme le personnage qui administre les sacrements, affirme ce répondant d’Azilda. Tandis que nous aut’, c’était plus proche que ça, c’était, euh, c’était le personnage que tu rencontrais tous les dimanches, durant la semaine, que tu allais consulter de temps à autre et c’était, euh, c’était quand même quelqu’un de très respectable et tout l’monde le respectait. Alors, euh, de nos jours, ben, on va rencontrer des gens qui connaissent même pas le curé, pas nécessairement qu’ils ne l’aiment pas, mais ils ne le connaissent pas parce que pour eux c’est quelque chose en dehors de leur vie personnelle.

217Un sondage réalisé auprès des catholiques de la paroisse Saint-Joseph confirme en général cette attitude des jeunes envers le prêtre (voir tableau 59). Ce sondage cherchait, entre autres, à connaître les attitudes des répondants et des répondantes à l’égard du prêtre. Il demandait quel statut on accordait au prêtre.

218Ce tableau montre assez nettement que les personnes de plus de 35 ans accordent un statut élevé au prêtre paroissial. Les plus jeunes sont parfois moins respectueux à son égard.

219Le rôle prépondérant que jouait autrefois le curé comme intermédiaire et porte-parole de la communauté auprès des gouvernements, des membres de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie de Sudbury s’efface dans la nouvelle formation sociale. Après le départ du curé Côté, on rencontre rarement le nom du curé dans les documents publics. Dans les années 1950 et 1960, on lui demande de bénir les nouveaux conseils municipaux lors de leurs réunions inaugurales en janvier. Sa fonction devient donc plus cerémoniale, plus liée à la liturgie, mais non rattachée à la récréation et au leadership de la communauté.

TABLEAU 59. Statut accordé au prêtre par les paroissiens de Saint-Joseph (1972)

TABLEAU 59. Statut accordé au prêtre par les paroissiens de Saint-Joseph (1972)
  • 91 On pourra aussi consulter Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique du secteur français (...)

Source : Donald Dennie, « Les catholiques francophones de Chelmsford », Sudbury, texte polycopié disponible à la bibliothèque de l’Université de Sudbury, octobre 1972, p. 2991. Ce sondage a été mené auprès d’un échantillon de 350 personnes

220Le changement que connaît le rôle de la femme dans la nouvelle formation sociale a aussi un certain impact sur la fonction du curé comme représentant traditionnel de la domination masculine. Non pas que cette dernière n’existe plus, mais ses symboles et ses représentants ont changé. Et le curé n’assure plus à lui seul, comme il le faisait dans la formation sociale de la petite production indépendante, l’image et l’incarnation symboliques et réelles de la domination de l’homme. Celle-ci est plus diffuse dans ses manifestations et ses représentations. Ce sont les leaders politiques, les pères de famille salariés qui assument, en plus du curé, cette fonction de représentant de la domination patriarcale. Ces nouvelles réalités, soit le rapport différent de la femme à la propriété foncière, à la chose publique, ainsi que la diffusion du pouvoir disons laïc chez un plus grand nombre de rôles masculins, ont réussi à miner l’influence du curé dans ce domaine.

  • 92 Chelmsford 1883-1983, op. cit., p. 129.

221L’autorité laïque dans la chose publique se reflète aussi sur le plan de la paroisse, tout au moins symboliquement. Car à compter des années 1960, à la suite du Concile Vatican II, les paroisses sont désormais dirigées en principe par un conseil paroissial formé d’hommes et de femmes : « En décembre 1962, le Conseil paroissial, aujourd’hui appelé Conseil de pastorale, naît à la suggestion de Vatican II qui désire la participation des fidèles au renouvellement spirituel de l’Église92. »

222Ce conseil s’occupe à ses débuts des loisirs pour les jeunes, du financement de la paroisse et de l’éducation et de la visite des familles. Il évoluera au cours des années pour répondre aux nouveaux besoins de la paroisse.

223L’établissement de ce conseil paroissial illustre le changement qui s’est produit dans la gouvernance religieuse de la communauté au cours des années 1940 et 1950. Les organismes religieux qui assuraient une partie du gouvernement de la communauté dans la formation sociale de la petite production indépendante disparaissent ou se transforment. Ce sont les organismes laïcs qui assument de plus en plus la fonction de gouvernance.

  • 93 Ibid., p. 130.

224En général, la paroisse se replie de plus en plus sur la liturgie. Signe de ce repli, la paroisse Saint-Joseph établit l’Association des comités de liturgie engagée, laquelle est un mouvement pour les jeunes de 15 ans et plus et dont les « objectifs sont le ressourcement liturgique, la formation liturgique et l’engagement93 ».

225Ce repli de la paroisse sur la liturgie s’est amorcé au cours des années 1960. En 1973, nous écrivions ce qui suit :

  • 94 Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique du secteur français du diocèse du Sault Ste-Ma (...)

On a remarqué, au cours de ce congrès et au cours d’autres réunions, un repli progressif vers les formes liturgiques. Tout comme le contexte a amené une privatisation de la religion, ainsi les participants à ces réunions et congrès de « définition de la situation » véhiculent une conception de l’Église diocésaine sur elle-même, sur ses formes liturgiques94.

  • 95 Fernan Carrière, « La métamorphose de la communauté franco-ontarienne », dans Cornelius J. Jaenen (...)

226Un autre analyste de la réalité franco-ontarienne écrit : « Ils [les prêtres] sont devenus des commis au self-service des cérémonies religieuses essentielles : baptêmes et mariages95. » En plus de la liturgie, l’Église s’est aussi repliée sur la question de la famille à cette époque.

  • 96 Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique... », op. cit., p. 56.

On assiste de plus à une « privatisation » de la religion et de l’Église. En effet, cette dernière, ne pouvant plus informer et influencer l’ensemble de la vie sociétale franco-ontarienne, doit se limiter à n’en influencer que certains secteurs, dont la famille96.

227Cette redéfinition de la communauté paroissiale signifie, à plusieurs égards, la fin ou tout au moins l’amenuisement du rôle politico-social qu’elle avait assumée dans la formation sociale traditionnelle. L’établissement d’écoles secondaires publiques de langue française dès 1968, la disparition d’organisations nationalistes telles que l’Ordre de Jacques-Cartier et surtout la naissance d’organismes laïcs sont le reflet et la cause de cette transition. Il faut voir dans cette redéfinition le résultat d’une transition dans les assises matérielles et sociales que lui assurait l’ensemble de la formation sociale de la petite production indépendante.

228De plus, l’établissement d’une deuxième paroisse dans Rayside en 1953, à savoir la paroisse Sainte-Agnès à Azilda, contribue aussi à la scission de la communauté de Rayside et de Balfour. Autrefois représentante de l’ensemble de la communauté, la paroisse Saint-Joseph acquiert ainsi une concurrente pour l’appropriation du surproduit qu’est la dîme.

229Il n’existe pas de données sur la dîme puisque les curés ne tenaient pas régulièrement de registre sur le sujet, du moins pas avant les années 1960. On remarque toutefois que les grands travaux collectifs et gratuits pour la construction ou la rénovation des édifices religieux qui avaient lieu au début du siècle n’ont plus lieu ou tout au moins ne sont plus mentionnés dans les documents. Ainsi, il est permis de conclure que le surproduit que l’église s’appropriait à ce chapitre n’existe plus. Seule demeure la dîme.

230Les changements dans les assises matérielles et sociales de la formation sociale, plus spécifiquement l’urbanisation et la croissance de la population, contribuent donc à l’établissement d’une deuxième paroisse et, par conséquent, à l’effritement des bases de la communauté paroissiale originelle et de l’autorité du curé.

  • 97 Conseil de Balfour, Clerk’s General Returns, 1972, Ministère des Affaires municipales, APO, RG 19- (...)
  • 98 Conseil de Rayside, Clerk’s General Returns, 1972, Ministère des Affaires municipales, APO, RG 19- (...)

231Si autrefois, les édifices religieux dominaient par leur architecture et surtout leur valeur monétaire l’ensemble des bâtiments de la communauté, en 1972, ils ont perdu cette distinction. En effet, les maisons unifamiliales et les autres bâtiments publics et privés construits au cours du boom des années 1950 ont contribué à augmenter de façon significative la valeur immobilière dans les deux cantons et la ville de Chelmsford. En effet, la valeur des édifices religieux dans le canton de Balfour, en 1972, s’élève à 165 520 $, soit 2,5 % de la valeur globale de l’évaluation foncière97. À Rayside, cette valeur s’élève à 65 920 $, soit 1,6 % de la valeur globale des immeubles et des propriétés98. Sur le plan matériel donc, les édifices qui autrefois symbolisaient et dominaient l’ensemble de la communauté ne constituent plus qu’une partie infime de la valeur créée par les activités de construction depuis la Deuxième Guerre mondiale. Cette réalité ne peut qu’avoir un effet sur la valeur symbolique qu’ont ces édifices dans la conscience et l’imaginaire des résidants de la communauté.

232Il faut aussi mentionner que les assises sociales de la famille se sont modifiées depuis la Deuxième Guerre mondiale. De plus, le sens de l’individualisme qui marque la formation sociale capitaliste sape aussi les bases de l’identité collective et communautaire sur lesquelles s’était érigée la paroisse dans la formation sociale de la petite production indépendante.

  • 99 Robert Choquette, « L’Église de l’Ontario français », op. cit., p. 221.

233Ces changements à l’intérieur de la communauté paroissiale de Rayside et Balfour sont le reflet d’une transition qu’a aussi connue l’Eglise de l’Ontario français, une transition que Robert Choquette situe en 1947 : « Le congrès mariai international qui eut lieu à Ottawa du 18 au 22 juin 1947 fut à la fois le plus grand geste d’éclat et le chant du cygne de cette Église franco-ontarienne d’antan99. » Il poursuit :

  • 100 Ibid., p. 222.

La nouvelle Église postconciliaire allait naviguer pendant une décennie (1965-1975) dans le désert de la confusion bruyante et du silence incertain. Un monde s’était éteint, illustré par la fin de l’Action catholique, la fin des commandeurs de l’Ordre de Jacques Cartier, et la désaffection du clergé qui devenait une débandade [...] Les Franco-Ontariens ne semblent pas abandonner leur Église avec la même furie que plusieurs Québécois. La baisse dans la pratique religieuse est pourtant manifeste après 1965100.

234Dans la paroisse Saint-Joseph, la fréquence de la pratique religieuse telle qu’elle est mesurée par l’assistance à la messe dominicale varie de façon significative selon les groupes d’âge.

235Le sondage réalisé auprès des paroissiens de Saint-Joseph en 1972 a révélé une séparation assez nette entre les répondants et les répondantes de moins de 35 ans et ceux de plus de 35 ans, surtout ceux âgés de 50 ans et plus. Pour les plus jeunes, les diverses composantes des attitudes et du comportement religieux envers l’Église étaient beaucoup moins importantes que chez les plus âgés. Ce qui nous avait fait dire à l’époque :

TABLEAU 60. Assistance à la messe dominicale (samedi soir inclusivement), chez les paroissiens de Saint-Joseph (1972)

TABLEAU 60. Assistance à la messe dominicale (samedi soir inclusivement), chez les paroissiens de Saint-Joseph (1972)

Source : Donald Dennie, « Les catholiques francophones de Chelmsford », op. cit., p. 21

  • 101 Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique... », op. cit., p. 61-62. Denis Pion affirme u (...)

En analysant les résultats, on se retrouve littéralement devant deux mondes sociaux et culturels assez différents. Pour les plus de 35 ans, l’Église constitue encore une institution à laquelle on se réfère pour y puiser les valeurs et les normes nécessaires à l’orientation de la vie. Pour les moins de 35 ans, l’Eglise n’est qu’une institution parmi d’autres envers laquelle on agit de façon sélective, c’est-à-dire qu’on n’y obéit plus automatiquement, on ne s’y réfère plus aussi totalement et automatiquement pour orienter son comportement. On se réserve plutôt le droit de choisir pour soi-même le mode de comportement envers l’Église [....] le Moi-individu devient plus important que la communauté pour les moins de 35 ans101.

  • 102 Voir entre autres sur ce sujet James O’Connor, Accumulation Crisis, New York, Blackwell, 1984, p. (...)

236L’ère de l’individualisme, caractéristique de la société capitaliste102, se dessine nettement chez les moins de 35 ans, surtout chez ceux et celles qui sont nés après la Deuxième Guerre mondiale. Il est donc évident que, dans ce contexte, l’Église catholique, et par conséquent la communauté, n’a plus la même valeur qu’autrefois. Le fait de ne pas pouvoir comparer ces attitudes avec celles d’une période précédente, d’avant 1940, restreint quelque peu la valeur comparative de ces données. Toutefois, il est possible d’affirmer que, dans les années 1970, l’importance de l’Église catholique n’est plus aussi grande que jadis, surtout pour les moins de 35 ans.

237On peut conclure avec Robert Choquette :

  • 103 Robert Choquette, « L’Église de l’Ontario français... », op. cit., p. 226.

Aujourd’hui l’Eglise de l’Ontario français semble avoir réussi à surmonter les pires avatars de la crise récente. Elle s’est redéfinie et réorientée. Elle abandonne le monopole de la cause scolaire qu’elle avait gardé pendant près d’un siècle ; elle abandonne les chapelles secrètes comme moyen d’infléchir le courant des choses ; surtout elle abandonne le rôle de « puissance » politico-sociale, se rendant compte que l’évangile l’interdit, car le gage d’un véritable pouvoir sur les consciences est la pauvreté et le service103.

238La situation qui règne au Québec est la même. Fernand Dumont écrit ce qui suit en ce qui a trait à l’Église québécoise :

  • 104 Fernand Dumont, Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal, 1993, p. 334.

Et l’Église ? Après avoir fait office pendant un siècle de véritable organisme politique et d’instance de régulation des moeurs, elle a subi en quelques décennies la désaffection d’une grande partie de la population. L’allégeance religieuse est passée de la scène publique à la vie privée, avec des engagements moins visibles mais peut-être plus authentiques dans beaucoup de secteurs de la vie communautaire. Cette Église reprend racine d’une toute [sic] autre manière que celle qui fit autrefois sa puissance104.

239La paroisse, jadis forme dominante au sein d’une formation sociale de petite production indépendante ou parcellaire, assume désormais un rôle plus marginal dans la nouvelle formation sociale capitaliste. Elle ne symbolise plus l’ensemble de la communauté car le substrat matériel et social qui lui assurait cette prédominance s’est effondré. Elle a dû céder sa place à une autre forme dominante qui s’est érigée graduellement à l’ombre de l’INCO depuis le début du siècle, soit la marchandise : marchandise de la force de travail, marchandise des produits agricoles et ménagers. C’est à partir de cette forme que l’analyse de la nouvelle formation sociale que l’on retrouve dans Rayside-Balfour doit dorénavant procéder.

Notes

1 Maurice Godelier, « L’objet et les enjeux », dans Maurice Godelier (dir.), Transitions et subordinations au capitalisme, op. cit., p. 36-37.

2 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, les 27 janvier et 8 septembre 1947 ainsi que le By Law n° 474 A du 1er avril 1948.

3 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 3 mars 1947.

4 Chelmsford, op. cit., p. 151.

5 Rapport d’agronome du district de Sudbury, 1947-1948, p. 16, APO, RG 16, Series, G-5-1.

6 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 19 janvier 1961.

7 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, les 19 février et 20 août 1963, les 25 février, 26 mai et 3 septembre 1964.

8 Ibid., le 18 novembre 1968 ainsi que les By Laws 68-31 à 68-38.

9 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 12 juin 1956 : « A sewage system is now a necessity on sanitary grounds and for the interest of the public in general. »

10 Conseil de Chelmsford, By Law n° 546, adopté le 11 novembre 1954.

11 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 12 juin 1956 ; Conseil de Balfour, By Law n° 59-2, le 23 février, 1959 ; Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 13 mars 1962.

12 Conseil de Rayside, By Law n° 61-6, le 24 janvier 1961.

13 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 5 octobre 1967.

14 Conseil de Chelmsford, By Law n° 62-10, le 19 avril 1962, et Conseil de Rayside, By Law n° 61-20, le 4 avril 1961.

15 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 12 novembre 1962.

16 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 3 mai 1965.

17 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 1er mars 1967 et By Law n° 67-3.

18 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 7 septembre 1970.

19 Il est fort probable que ce changement est survenu à la suite d’une directive du ministère des Affaires municipales, car les rapports financiers que doivent soumettre les trésoriers deviennent plus complexes après 1945.

20 Pour une histoire de ce local, on pourra consulter John B. Lang, « A Lion in a Den of Daniels. A History of the International Union of Mine Mill and Smelter Workers in Sudbury 1942-1962 », thèse de maîtrise, Guelph, University of Guelph, 1970 ; Mike Solski et John Smaller, Mine Mill. The History of the International Union of Mine, Mill and Smelter Workers in Canada Since 1895, Ottawa, Steel Rail Publishing, 1984.

21 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 30 septembre 19585.

22 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 18 juin 1963. Lors de ce conflit, les travailleurs de l’INCO étaient affiliés au local 6500 des Métallos unis de l’Amérique.

23 Ibid., le 12 avril 1966.

24 La demande de certification de la cellule 902 en faveur de sept employés du Conseil est approuvée par la Commission des relations de travail de l’Ontario en juin 1966. Voir à ce sujet Ontario Labour Board Reports, June 1966, p. 151, article 11807-66-R. La Commission précise en accordant la certification : « All employees of the respondent at Rayside, save and except foremen, persons above foreman and office staff. »

25 Ibid., le 10 mai et le 12 juillet. Pour un aperçu de l’histoire de cette cellule syndicale qui regroupait des travailleurs de services de la région de Sudbury, on pourra consulter Donald Dennie, « Le local 902 du Mine Mill : les dix premières années (1949-1959) du syndicat des travailleurs de la ville et du district de Sudbury », dans Mercedes Steedman, Peter Suschnigg et Dieter K. Buse (dir.), Hard Lessons. The Mine Mill in the Canadian Labour Movement, Toronto, Dundurn Press, 1995, p. 50-67.

26 Voir Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 4 novembre 1965. Voir aussi Ontario Labour Relations Board Monthly Report, November 1965, p. 514, article 10993-65-R qui se lit comme suit : « All employees of the respondent at Chelmsford, save and except foremen, persons above foreman and office staff. »

27 Ibid., le 11 novembre 1965.

28 Conseil de Chelmsford, By Law n° 65-32, le 7 janvier 1966. La section 89 du Labour Relations Act, Revised Statutes of Ontario 1960, chapitre 202, spécifie ce qui suit : « A municipality as defined in the Department of Municipal Affairs Act may declare that this Acre does not apply to it in its relations with its employees or any of these. »

29 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 12 avril 1966.

30 Voir en particulier la réunion du conseil de Rayside du 7 juillet 1959.

31 Voir Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 30 octobre 1962 ; Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, les 19 juin et 9 septembre 1963.

32 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, les 18 juillet 1958,12 septembre 1960, 15 novembre 1960 et 19 novembre 1964 ; Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, les 21 juillet et 24 novembre 1964, ainsi que By Law n° 480, le 21 juillet 1964 et le 23 février 1965.

33 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 21 juillet 1964.

34 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 9 avril 1962 et By Law n° 62-18.

35 Conseil de Balfour, By Law n° 65-11.

36 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 16 juin 1954.

37 Les procès-verbaux du conseil de Chelmsford font état d’additions en 1957, 1960, 1961,1964 et 1968.

38 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 18 avril 1961.

39 Ibid., le 28 avril 1961.

40 Les écoles secondaires publiques de langue française ont été établies en Ontario en 1968 à la suite de l’adoption des lois 140 et 141 par l’Assemblée législative. Le premier ministre John Robarts avait annoncé la décision de son gouvernement de permettre ces écoles en août 1967.

41 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 2 mai 1961.

42 Ibid., le 8 janvier 1963.

43 Ibid., By Law n° 68-25.

44 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 13 février 1961.

45 Ibid., By Law n° 63-30.

46 Ibid., les 27 janvier et 28 juin 1965.

47 Ibid., By Laws nos 65-19 et 65-27, le 28 juin 1965.

48 Conseil de Balfour, By Law n° 68-12, le 8 mai 1968.

49 Ibid., n° 68-17, le 23 mai 1968.

50 Ibid., n° 68-18, le 23 mai 1968.

51 Conseil de Chelmsford, procès-verbaux des réunions, le 16 septembre 1968.

52 Conseil de Rayside, procès-verbaux des réunions, le 4 février 1969.

53 Ibid., le 25 juin 1968.

54 Ibid., les 13 mai 1971 et 9 mars 1972.

55 Il réunit les municipalités suivantes : Rayside-Balfour, Vallée Est (autrefois Hanmer, Val Caron et Blezard Valley), Walden, Onaping Falls, Nickel Centre, Capreol et Sudbury. Sur l’établissement du gouvernement régional et les pressions pour la régionalisation, on pourra lire un bref historique dans la publication suivante : Ontario Department of Municipal Affairs, Sudbury. Local Government Reform Proposals, Toronto, Ministère des Affaires municipales, March 1971.

56 C’est là l’une des caractéristiques d’une société plus « moderne ». Depuis longtemps, plusieurs sociologues ont noté cet aspect rationnel et légal. Mentionnons Max Weber, Économie et société, op. cit.

57 Chelmsford, op. cit., p. 124.

58 Maurice Godelier, op. cit., p. 31-32.

59 Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 323. Voir aussi John Thompson et Norman Beasley, For the Years to Come. A Story of International Nickel of Canada, op. cit.

60 Voir Donald Dennie, ibid., p. 384-388.

61 Rapport de l’agronome du district de Sudbury, 1945-1945, p. 26, APO, RG 16, Series G-5-1.

62 Karl Marx a écrit à ce sujet : « Elle [la période manufacturière] donne ainsi lieu à la formation d’une nouvelle classe de laboureurs pour lesquels la culture du sol devient l’accessoire, et le travail industriel, dont l’ouvrage se vend aux manufactures, soit directement, soit par l’intermédiaire du commerçant, l’occupation principale. » Karl Marx, « Le capital », Œuvres. Economie I, op. cit., p. 1209.

63 Rapport d’agronome du district de Sudbury, 1946-1947, p. 1, APO, RG 16, Series G-5-1.

64 Ibid., p. 10.

65 Ibid., 1943-1944, p. 5

66 Rapport de l’agronome du district de Sudbury, 1953-1954, p. 2, APO, RG 16, Series G-5-1

67 Ibid., 1954-1955, p. 1.

68 Oiva W. Saarinen, A Geographical Basis, op. cit., p. 11-12.

69 Ces données sont calculées à partir des statistiques de Statistique Canada.

70 Gabrielle Denis-Landry, « Julia Millette-Denis », dans Pionnières de chez nous, Sudbury, Société historique du Nouvel-Ontario, Documents historiques nos 76 et 77, 1982, p. 69-70.

71 Le concept de classe sociale a une histoire longue et complexe dans les sciences sociales. Deux grandes écoles théoriques, l’une issue de Max Weber et l’autre de Karl Marx, ont monopolisé en grande partie les débats à ce sujet. Ce travail opte pour l’approche de Marx et plus particulièrement pour une définition qui s’inspire des travaux de Nicos Poulantzas, Classes in Contemporary Capitalism, Londres, New Left Books, 1975 ; Erik O. Wright, The Debate on Classes, Londres, Verso, 1989, et Classes, Londres, Verso, 1985 ; Wallace Clement, Class, Power and Property, op. cit. ; Wallace Clement et John Myles, Relations of Ruling. Class and Gender in Postindustrial Societies, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1994. Les différentes classes, selon ces définitions, sont les suivantes : la classe capitaliste (celle qui embauche et commande la force de travail de trois personnes et plus), la nouvelle petite bourgeoisie (principalement les gérants et fonctionnaires), la petite bourgeoisie traditionnelle (celle qui embauche et commande la force de travail de deux travailleurs ou moins y compris la leur et celle des membres de leur famille) et la classe ouvrière.
Le schéma suivant tiré du livre de Clement et Myles, p. 16, résume ces catégories. (Notre traduction).
Image

72 Karl Marx, OEuvres. Economie I, op. cit., p. 1169. Marx écrit aussi : « La première condition de la production capitaliste, c’est que la propriété du sol soit déjà arrachée d’entre les mains de la masse » (ibid., p. 1228).

73 Sur ce sujet, voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit.

74 Chelmsford, op. cit., p. 289.

75 La plupart des caisses populaires en Ontario français ont été établies à la suite d’un mot d’ordre lancé par l’Ordre de Jacques-Cartier.

76 Le rapport de l’agronome du district de Sudbury, 1955-1956, p. 1, APO, RG-16, Series G-5-1.

77 Les rapports antérieurs à l’année 1945 ne donnaient pas le même type d’information de sorte qu’il est impossible de remonter plus loin dans le passé pour voir l’évolution.

78 Maurice Godelier, op. cit., p. 34. Un peu dans le même sens, les auteurs de Chelmsford (op. cit., p. 61) affirment qu’après la Deuxième Guerre mondiale on abandonne graduellement les terres et grâce aux salaires on construit « de belles maisons dans de nouveaux développements » découpés à partir des terrains agricoles.

79 Karl Marx, « Économie et philosophie. Manuscrits parisiens », dans Œuvres. Economie II, op. cit., p. 54.

80 Pat et Hugh Armstrong, Double Ghetto : Canadian Women and Their Work, Toronto, McClelland and Stewart, 1978.

81 Voir à ce sujet Michael Mann, « A Crisis in Stratification theory ? », dans Rosemary Crompton et Michael Mann (dir.), Gender and Stratification, Cambridge, Polity Press, 1986, p. 40-56.

82 Wallace Clement et John Myles, Relations of Ruling. Class and Gender in Postindustrial Societies, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1994, p. 126-127.

83 Karl Marx, « Subordination formelle et réelle du travail au capital », dans Œuvres. Économie II, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, p. 379.

84 Pour un résumé et une analyse de ces débats, on pourra consulter Jean-Claude Chesnais, La transition démographique. Etapes, formes, implications économiques. Etude de séries temporelles (1720-1984) relatives à 67 pays, Paris, Institut national d’études démographiques, Travaux et documents, Cahier n° 113, Presses universitaires de France, 1986.

85 Ibid., p. 6.

86 Ibid., p. 6-7.

87 Chesnais se réfère à A. Guillard et A. Geissler qui ont remarqué le phénomène de la transition dès 1885.

88 Ibid., p. 7-8.

89 Ibid., p. 10.

90 Ibid., p. 33.

91 On pourra aussi consulter Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique du secteur français du diocèse du Sault Ste-Marie », Sudbury, texte polycopié déposé à la bibliothèque de l’Université de Sudbury, printemps 1973, p. 63.

92 Chelmsford 1883-1983, op. cit., p. 129.

93 Ibid., p. 130.

94 Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique du secteur français du diocèse du Sault Ste-Marie », op. cit., p. 70.

95 Fernan Carrière, « La métamorphose de la communauté franco-ontarienne », dans Cornelius J. Jaenen (dir.), Les Franco-Ontariens, op. cit., p. 313.

96 Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique... », op. cit., p. 56.

97 Conseil de Balfour, Clerk’s General Returns, 1972, Ministère des Affaires municipales, APO, RG 19-142, RC 26.

98 Conseil de Rayside, Clerk’s General Returns, 1972, Ministère des Affaires municipales, APO, RG 19-142, RC 26.

99 Robert Choquette, « L’Église de l’Ontario français », op. cit., p. 221.

100 Ibid., p. 222.

101 Donald Dennie, « L’évolution sociale et idéologique... », op. cit., p. 61-62. Denis Pion affirme un peu dans le même sens que, dès les années 1960, la famille et la paroisse perdent leur rôle comme pôles d’identité pour l’individu dans la communauté : « La société traditionnelle a été remplacée par une société pluraliste où l’individu est soumis à une gamme de choix et tout un réseau de médiations. Voir Denis Pion, « Croyance et incroyance chez les Franco-Ontariens : bilan de la dernière décennie », Ottawa, Bulletin du CRCCF, 1983.

102 Voir entre autres sur ce sujet James O’Connor, Accumulation Crisis, New York, Blackwell, 1984, p. 13-23 ; André Vachet, L’idéologie libérale : l’individu et sa propriété, Paris, Anthropos, 1970 ; C. B. Macpherson, The Political Theory of Possessive Individualism : Hobbes to Locke, Oxford, Clarendon, 1964.

103 Robert Choquette, « L’Église de l’Ontario français... », op. cit., p. 226.

104 Fernand Dumont, Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal, 1993, p. 334.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 30. Distribution des dépenses, en pourcentage, des conseils de Rayside et de Balfour (1941-1970) et de Chelmsford (1941-1968)
Légende * 1 = Administration ; 2 = Travaux publics ; 3 = Protection (pompiers et police) ; 4 = Éducation ; 5 = Assistance sociale ; 6 = Santé publique ; 7 = Loisirs organisés.Sources : Conseils de Rayside, Balfour et Chelmsford, Treasurer’s Returns, Ministère des Affaires municipales, APO, RG-142, TB 43, TB 566, TB 1493, TB 1287, TB 1857
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU 32. Nombre de mineurs, par période de cinq ans, dans la région de Sudbury (1941-1971)
Légende * Ontario Department of Mines, Annual Report, 1941, 1946, 1951, 1956, 1961, 1966, 1971.**Bureau fédéral de la statistique, Recensement du Canada, vol. VII, 1941 ; vol. IV, 1951 ; Catalogue 95-529, Bulletin CT-14,1961 ; Statistique Canada, Catalogue 94-703, vol. III, partie I (Bulletin 3.1-3), 1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre TABLEAU 33. Nombre d’acres et type de production agricole, cantons de Rayside et de Balfour (1941-1971)
Légende Source : Statistique Canada, 1941, 1951,1961, 1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre TABLEAU 34. Nombre d’animaux, Rayside et Balfour (1941-1971)
Légende Source : Statistique Canada, Recensements du Canada, 1941, 1951, 1961, 1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre TABLEAU 35. Nombre de personnes vivant sur les fermes, cantons de Rayside et de Balfour (1941-1971)
Légende Source : Statistique Canada, 1941, 1951, 1961, 1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre TABLEAU 36. Structure d’occupation, Balfour (1956 et 1968) et Chelmsford (1956 et 1967)
Légende Source : Rôles d’évaluation, Balfour, 1956 et 1968 ; Chelmsford, 1956 et 1967. On pourra aussi consulter Donald Dennie, « La propriété foncière à Chelmsford et dans le canton de Balfour », op. cit
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 37. Structure d’occupation des hommes, Chelmsford et Rayside (1961)
Légende Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1961
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU 38. Structure d’occupation des femmes, Chelmsford et Rayside (1961)
Légende Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1961
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre TABLEAU 39. Structure d’occupation des hommes, Balfour et Rayside (1971)
Légende Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU 40. Structure d’occupation des femmes, Balfour et Rayside (1971)
Légende Source : Statistique Canada, Recensement fédéral, 1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre TABLEAU 41. Structure des classes sociales, Balfour et Chelmsford
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABLEAU 42. Structure des classes sociales, Chelmsford et Rayside (1961), Balfour et Rayside (1971)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre TABLEAU 43. Structure de la propriété foncière, Balfour (1911-1968)
Légende Source : Rôles d’évaluation, Canton de Balfour, 1911-1968
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre TABLEAU 44. Nombre et pourcentage de terres divisées en parts de 80,160 et 320 acres, canton de Balfour (1911-1968)
Légende Sources : Rôles d’évaluation, Canton de Balfour, 1911-1968
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre TABLEAU 45. Valeur des propriétés et des bâtiments et total de l’évaluation foncière, Balfour (1916-1968)
Légende Source : Rôles d’évaluation, Canton de Balfour, 1911-1968
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre TABLEAU 46. Valeur et pourcentage de l’évaluation foncière, Rayside, Balfour et Chelmsford (1945-1971)
Légende Source : Clerk’s General Returns, Rayside et Balfour, 1945-1971, Ministère des Affaires municipales, APO, RG-142, TB 43, TB 566, TB 1287, TB 1493, TB 1857, TB 1860, TB 1871, TB 1879
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre TABLEAU 47. Mode de transmission et d’acquisition des propriétés, Rayside et Balfour (1940-1970)
Légende Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU 48. Types d’obligations sur les propriétés, Rayside et Balfour (1940-1970)
Légende Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre TABLEAU 49. Agents obligataires, Rayside et Balfour (1940-1970)
Légende Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre TABLEAU 50. Détention des titres de propriété, Rayside et Balfour (1940-1970)
Légende Source : Bureau d’enregistrement des titres, district de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU 51. Impôt foncier per capita dans les cantons de Balfour et Rayside et dans la ville de Chelmsford (1945-1970)
Légende Source : Treasurer’s et Clerk’s Returns, Rayside, Balfour et Chelmsford, op. cit., 1945-1970
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre TABLEAU 52. Population de Rayside, Balfour, Chelmsford et Azilda (1941-1971)
Légende * Cette statistique doit être incluse dans celle de la population de Balfour, car le canton de Balfour et la ville de Chelmsford ont été fusionnés en 1968.**Ces statistiques sont aussi incluses dans celles de la population de Rayside. Source : Recensements du Canada, 1941,1951, 1961,1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre CARTE 5. Cantons de Rayside et de Balfour, communautés urbaines de Chelmsford et d’Azilda (1957)
Légende Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre CARTE 6. Cantons de Rayside et de Balfour, communautés urbaines de Chelmsford et d’Azilda (1971)
Légende Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre TABLEAU 53. Origine des époux et des épouses des paroisses de Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1960)
Légende Source : Registres de mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU 54. Mouvements saisonniers des mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)
Légende Source : Registres de mariages, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre TABLEAU 55. Mouvements saisonniers des naissances et des conceptions, paroisses Saint-Toseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)
Légende Source : Registres de baptêmes, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre TABLEAU 57. Mouvements saisonniers des décès, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda (1941-1970)
Légende Source : Registres de sépultures, paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre FIGURE 7. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre FIGURE 8. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, Ontario (1941-1970)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre FIGURE 9. Mouvement saisonnier des mariages, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre FIGURE 10. Mouvement saisonnier des mariages, Ontario (1941-1970)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre FIGURE 11. Mouvement saisonnier des décès, paroisses Saint-Joseph et Sainte-Agnès (1941-1970)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre FIGURE 12. Mouvement saisonnier des décès, Ontario (1941-1970)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 58. Mouvement naturel de la population canadienne-française et catholique de Rayside-Balfour (1901-1971)
Légende Sources : Recensement du Canada, 1901-1971 ; Registres des baptêmes, mariages et sépultures, Paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et Sainte-Agnès-d’Azilda, 1896-1971
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre FIGURE 13. Mouvement naturel de la population de Rayside et de Balfour (1901-1971)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 59. Statut accordé au prêtre par les paroissiens de Saint-Joseph (1972)
Légende Source : Donald Dennie, « Les catholiques francophones de Chelmsford », Sudbury, texte polycopié disponible à la bibliothèque de l’Université de Sudbury, octobre 1972, p. 2991. Ce sondage a été mené auprès d’un échantillon de 350 personnes
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre TABLEAU 60. Assistance à la messe dominicale (samedi soir inclusivement), chez les paroissiens de Saint-Joseph (1972)
Légende Source : Donald Dennie, « Les catholiques francophones de Chelmsford », op. cit., p. 21
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1311/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540