Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre de l’INCO

 | 
Donald Dennie

Chapitre 3. La propriété et la production

Texte intégral

« La terre ça nous donnait de la fierté, un sens des valeurs parce qu’il fallait travailler pour. Avoir une ferme à nous aut’ c’était important de dire – ben – on demeure là. Et puis chez nous ça c’était pas un loyer, c’était pas quelque chose de temporaire. On avait besoin du sens de la stabilité. C’était ben important pour nous autres la stabilité. On n’a jamais eu cette expérience d’être obligé de s’décrocher d’une place, de s’déchirer d’une place et puis s’en aller à une autre. Alors la stabilité pour nous c’était ben important, ben fort. C’est la terre qui nous le donnait. »
Un répondant de Rayside

1Les premiers habitants de Rayside, Balfour et Chelmsford ont laissé leur pays natal, l’Outaouais québécois et ontarien, pour tenter de reproduire dans le Nord-Est ontarien un mode de vie qui leur était familier, mais qu’il était de plus en plus difficile de maintenir dans leur coin de pays. Pour eux, la pierre angulaire de ce mode de production, c’était une propriété suffisamment grande pour leur permettre d’établir une ferme, de produire les biens nécessaires à la vie et de garantir la survie et la reproduction de leur famille.

  • 1 Cette loi a pour titre An Act Respecting Free Grants and Homesteads to Actual Settlers on Public L (...)

2Ce lopin de terre, qui permettait de répondre à leurs besoins et à leurs aspirations, les habitants le trouvaient dans la Vallée, près des mines de nickel. Pour en obtenir un, il leur fallait se conformer aux dispositions de la loi ontarienne concernant la colonisation des districts de Nipissing et d’Algoma1. Cette loi avait été adoptée dans le cadre d’une politique de colonisation des terres du nord de l’Ontario instaurée par le gouvernement ontarien. Ce dernier voulait assurer la colonisation des terres en réalisant des travaux d’infrastructure essentiels tels que l’arpentage des terrains, la délimitation des cantons, la construction de routes et de voies ferrées.

  • 2 Joseph Schull, L’Ontario depuis 1867 (traduit de l’anglais par Louise Filteau et Denis G. Gauvin), (...)

De plus, le gouvernement pouvait s’enorgueillir en 1896 d’avoir construit 4 567 milles de chemins de colonisation et 82 339 pieds de ponts à un coût de 2 500 000 $. Dans la vaste bande de terres au nord, qui s’étendait du district d’Algoma jusqu’au haut Outaouais en passant par le district de Muskoka, on avait créé 107 cantons réservés aux concessions gratuites ; 25 000 personnes occupaient environ 3 millions d’acres2.

3Cette loi stipulait entre autres que celui qui faisait une demande pour l’obtention d’un terrain devait déclarer sous serment qu’il avait 18 ans et qu’il n’avait pas reçu d’autres propriétés en vertu de cette loi. Dans sa déclaration sous serment, le demandeur devait assurer que le terrain était propre à l’agriculture et à la colonisation. La loi interdisait surtout au demandeur de couper les pins sur la propriété sauf pour construire et chauffer la demeure familiale et enclore son terrain. Les arbres sur le terrain ne devenaient la propriété du requérant qu’après le défrichage ou l’obtention de la lettre patente. Cette lettre constituait le demandeur propriétaire légal. Pour obtenir les titres de propriété, le requérant devait remplir plusieurs conditions définies à la section 8 de la loi.

No patent shall issue for any land located under this Act or under said regulations until the expiration of five years from the date of such location nor until the locatee or those claiming under him or some of them have performed the following settlement duties, that is to say : have cleared and have under cultivation at least fifteen acres of the said land (whereof at least two acres shall be cleared and cultivated annually during the five years next after the date of the location, to be computed from such date) and have built a house thereon fit for habitation at least sixteen feet by twenty feet, and have actually and continuously resided upon and cultivated the said land for the term of five years next succeeding the date of such location, and from thence up to the issue of the patent except that the locatee shall be allowed one month from the date of the location to enter upon and occupy the land, and that absence from the said land for in all not more than six months during any one year (to be computed from the date of the location) shall not be held to be a cessation of such residence, provided such land be cultivated as aforesaid.

4Après avoir satisfait à ces conditions et obtenu la lettre patente par laquelle il obtenait gratuitement la terre, le propriétaire ne pouvait vendre ou hypothéquer sa propriété pendant une période de vingt ans.

  • 3 Sur les théories et les recherches les plus importantes portant sur le peuplement et la colonisati (...)
  • 4 Voir entre autres Lionel Séguin, op. cit., et Chelmsford, op. cit.

5Il est impossible de déterminer si les sociétés de colonisation ont joué un rôle dans l’établissement des colons dans la région de Sudbury3. On ne trouve aucun témoignage ni document indiquant que des curés ou des agents ont encouragé cet établissement. Les interviews ainsi que divers documents4 laissent croire au contraire qu’il s’agissait bien d’une migration non planifiée, décidée par un membre de la famille qui incitait les autres à s’établir dans ce nouveau pays.

  • 5 Voir à ce sujet Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contempo (...)

6Il est évident toutefois qu’à cette époque le mouvement de colonisation était très fort, et il a sans doute eu un effet d’entraînement. En plus des efforts du gouvernement ontarien, des sociétés de colonisation étaient actives au Québec5.

7Les premières familles se sont établies le long de la voie ferrée du Canadien Pacifique, dans les villages de Chelmsford et de Rayside ou dans les rangs. Ils ressemblaient donc à l’habitant typique décrit par Léon Gérin :

  • 6 Léon Gérin, « La famille canadienne-française, sa force, ses faiblesses. Le paysan de Saint-Irénée (...)

Représentez-vous une simple juxtaposition de familles semblables à celles que nous venons d’observer : à peu près toutes engagées dans la culture du sol et s’y maintenant chacune par le travail en commun de ses membres, ne recourant que dans des cas exceptionnels à la main-d’œuvre salariée ; complétant les ressources extraites du sol par la simple récolte de productions spontanées de la terre ou des eaux, ou par l’exercice de diverses industries domestiques ou de divers métiers accessoires. Ces familles seront toutes égales ou du moins, elles ne seront pas hiérarchisées. Ce que chaque famille ne saurait exécuter ou produire par l’effort concerté de ses membres, elle se l’assurera autant que possible avec le concours bénévole de ses voisins, à charge de revanche6.

8La colonisation, c’est-à-dire le défrichement pour satisfaire aux exigences du Homestead Act, a pris une vingtaine d’années. En effet, la plupart des premiers titres de propriété datent de 1908.

9En 1901, le recensement nominatif révèle que, dans le canton de Rayside, les habitants se sont établis dans tous les rangs, surtout dans les six premiers lots. Dans le canton de Balfour, ils sont établis principalement dans les concessions 1, 3 et 4, c’est-à-dire autour du village de Chelmsford qui occupe les lots 2 des concessions 3 et 4. Les lots dans les concessions 5 et 6 sont pour la plupart vides. En 1921 toutefois, les habitants occupent des lots dans toutes les concessions du canton de Balfour. Dès les débuts de la colonisation, le canton de Rayside témoigne d’une vocation plus agricole que celui de Balfour.

TABLEAU 10. Structure de la propriété foncière, cantons de Balfour et de Rayside (1901)

TABLEAU 10. Structure de la propriété foncière, cantons de Balfour et de Rayside (1901)

Source : Recensement nominatif, Statistique Canada, 1901

10En général, dans les deux cantons, la superficie des propriétés varie entre 50 et 200 acres.

11Malheureusement, seuls les registres des rôles d’évaluation de la propriété foncière de Balfour et de Chelmsford existent encore, ce qui empêche d’établir une comparaison entre les campagnes de Rayside et de Balfour. Il est possible toutefois d’examiner l’évolution de la structure de la propriété foncière dans le canton de Balfour de 1911 à 1940.

12A partir de 1901 (voir le tableau 10), la structure de la propriété foncière dans Balfour demeure relativement la même : la majorité des terres ont de 50 à 200 acres, la moyenne étant de 80 et de 160 acres. Toutefois, le nombre et le pourcentage de propriétés de 200 acres et moins ont tendance à augmenter. Ainsi, en 1901, 76 % des propriétés avaient 200 acres et moins ; en 1940, ce pourcentage atteint 90. De même, alors que, en 1901, 22 % des propriétés avaient 300 acres ou plus, celles-ci ne comptent plus que pour 6 % du total en 1940. Il y a diminution de la grandeur des propriétés, ce qui entraîne une augmentation de leur nombre : de 55 en 1901, on passe à 301 en 1940.

TABLEAU 11. Structure de la propriété foncière, Balfour (1911-1940)

TABLEAU 11. Structure de la propriété foncière, Balfour (1911-1940)

Source : Rôles d’évaluation, canton de Balfour, 1911-1940

TABLEAU 12. Nombre d’acres et valeur de l’évaluation foncière, canton de Balfour (1911-1940)

TABLEAU 12. Nombre d’acres et valeur de l’évaluation foncière, canton de Balfour (1911-1940)

Source : Rôles d’évaluation, canton de Balfour, 1911, 1921,1931 et 1940

13Le tableau 12 montre que le nombre d’acres soumis à l’évaluation foncière augmente graduellement entre 1911 et 1940. Au cours de cette période, la proportion de la valeur attribuée à la propriété et aux édifices est relativement constante. En 1940, l’évaluation globale baisse, sans doute à cause de la Grande Dépression.

14Dans l’ensemble, ces tableaux montrent une augmentation du nombre de propriétaires et du nombre d’acres soumis à l’évaluation foncière entre 1901 et 1940. Ils révèlent aussi une augmentation du nombre de propriétés ayant moins de 200 acres, ce qui s’explique par le partage des terres entre les fils des cultivateurs.

L’acquisition et la transmission

15L’examen des enregistrements des titres de propriété dans les cantons de Balfour et de Rayside fournit des renseignements intéressants sur les méthodes d’acquisition et de transmission des propriétés et sur les moyens de financement.

16Les bureaux d’enregistrement des titres constituent donc une source importante pour l’étude de la propriété foncière. Les cadastres livrent des données sur les détenteurs de titres, l’année, les modes de transmission des propriétés (don, vente, succession, saisie par suite de taxes impayées, etc.), la valeur marchande des terrains et des immeubles, les principaux prêteurs, les obligations pesant sur les propriétés et la date de mise à effet de ces obligations.

17Pour mener l’analyse, il fallait d’abord transcrire tous les enregistrements survenus entre 1893 (la date du premier enregistrement) et 1970, année où s’arrête notre étude. Nous avons étudié plus de 7 000 enregistrements.

18Les données du bureau d’enregistrement immobilier du district de Sudbury montrent que le nombre de propriétés enregistrées avant 1900, donc pendant la période de colonisation de Rayside et Balfour, est très restreint. C’est pourquoi nous avons choisi de grouper ces enregistrements dans une période qui va jusqu’à 1909. Par la suite, nous avons établi une périodicité d’une décennie, allant jusqu’en 1970. Le tableau 13 montre la distribution de ces enregistrements jusqu’en 1940.

19Au cours des cinquante premières années de Rayside et Balfour, 39 % des propriétés (2 828 sur 7 196) ont été enregistrées à la suite d’une transaction quelconque ; plus de 60 % des transactions ont eu lieu au cours des trente années suivantes, soit entre 1940 et 1970. Les transactions enregistrées au cours de cette première période ont eu lieu principalement au cours des années 1910-1919 et 1920-1939. C’est pendant la Grande Dépression, c’est-à-dire entre 1930 et 1939, que le nombre d’enregistrements de transactions de propriétés foncières a été le moins élevé.

TABLEAU 13. Fréquence des enregistrements des titres de propriété dans les cantons de Balfour et de Rayside (1890-1940)

TABLEAU 13. Fréquence des enregistrements des titres de propriété dans les cantons de Balfour et de Rayside (1890-1940)

Source : Bureau d’enregistrement immobilier, district de Sudbury

20L’examen des modes d’acquisition ou de transmission des propriétés selon les décennies est fort intéressant. Les enregistrements ne donnaient pas toujours des indications sur les modes d’acquisition ou de transmission. Ainsi, 1 928 des 2 828 enregistrements contenaient des précisions utiles.

21La majorité des propriétés ont été acquises par la vente sauf dans la période de colonisation, de 1883 à 1909, lorsque les habitants se sont procuré leurs terres par voie de lettre patente, une fois les exigences du Homestead Act satisfaites. Pendant cette période, 69 % des acquisitions de propriétés ont eu lieu par lettre patente. Après cette période, ce mode d’acquisition perd nettement de son importance. Bien que la vente soit le mode préféré après 1910, le don prend également de l’importance. Nous avons classé parmi les dons toute propriété cédée au prix de 5 $ ou moins. Cette somme symbolique peut varier selon les coutumes des familles, coutumes que nous n’avons pu définir avec précision. Généralement la pratique veut que, dans les cantons de Rayside et de Balfour, les propriétés considérées comme étant offertes en don avaient une valeur de 1 $ ou 2 $. Parfois le prix indiqué était de 10 $ ou de 50 $, une somme alors bien inférieure à la moyenne des prix dans l’immobilier.

22Le don acquiert de l’importance après 1910, à mesure que les premières générations d’habitants lèguent les terres à leurs fils. Selon le recensement nominatif de 1891, la moyenne d’âge chez les pères de famille était de 37,5, et chez les mères de 32,7. Ainsi, à partir de 1910, les premiers habitants ont près de 60 ans et commencent ainsi à faire donation de leurs terres à leurs fils. À leur mort, ils lèguent leurs terres à leurs femmes qui en font souvent un don à un fils. En 1901, la moyenne d’âge des hommes mariés est montée à 40,1 et celle des femmes est de 35,1. Ces habitants sont donc prêts, dans les années 1920, à transmettre leurs propriétés par testament ou par donation.

23Le don se fait donc de diverses façons, mais toujours à un fils, soit le plus jeune, soit le plus vieux. Un répondant de Balfour affirme que, dans la famille, « ce n’était pas dit comme tel lequel des fils hériterait de la ferme. Mais j’pense que le vieux dicton était que le dernier des fils ou qui que ce soit, c’est un dicton qui disait le poteau d’famille en héritait. Le poteau de famille, ça c’était celui qui continuerait la relève. » Selon un répondant d’Azilda, c’était « celui qui était le plus habitué à la ferme ». Un septuagénaire de Rayside rapporte :

Y a un de mes frères qui a acheté la terre de mon père éventuellement. Disons qu’il l’a achetée, mais ça a été en partie donné à prix réduit, à un prix qu’on donnerait à ses enfants. [Celui qui l’a achetée] c’est parce que c’est lui qui a montré le plus d’intérêt dans la ferme, alors ça été un arrangement très familial. Y a montré l’intérêt, pis mon père à un moment donné a dit : « ben si tu la veux la terre ça va être à toi » parce que mon aut’frère avait déjà acheté une terre qui était voisine. Pis mes aut’frères, y en a qui travaillaient à la mine et deux autres étaient aux études. Alors c’est lui qui était le plus apte à prendre la terre.

  • * Les tableaux suivants qui portent sur la propriété comprennent, au-dessous des chiffres absolus de (...)

TABLEAU 14. Modes d’acquisition et/ou de transmission des propriétés foncières, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)*

TABLEAU 14. Modes d’acquisition et/ou de transmission des propriétés foncières, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)*

Source : Bureau d’enregistrement immobilier, District de Sudbury

24Enfin un autre déclare : « T’es élevé su la terre, tu voulais continuer. Les fermes s’en allaient aux garçons pis comme ça ça continuait, c’était pas comme aujourd’hui. Chez nous, la terre est allée à mon frère le plus vieux. Moi je m’suis acheté une ferme pas loin une fois qu’on a été mariés. »

25Le don acquiert aussi de l’importance pour les compagnies minières à la fin des années 1920, surtout pour Treadwell Yukon et Ontario Pyrites. La première fait en effet plusieurs dons de propriétés à la seconde, qui est son successeur.

26Au cours de la Grande Dépression, le nombre de propriétés qui sont cédées en raison d’une incapacité de payer les impôts fonciers augmente en flèche. Plus des deux tiers des propriétés cédées pour cette raison le sont au cours des années 1930-1939. Un nombre considérable de dons s’expliquent sans doute par l’âge des parents ou par la crise économique. Au cours de cette même décennie, le nombre de ventes de propriétés est beaucoup moins élevé qu’au cours des deux décennies précédentes.

27Comme la vente est de loin le mode de transmission de la propriété le plus courant, il n’est donc pas surprenant de constater que l’hypothèque constitue le principal type d’obligation ayant rapport à la propriété. Les enregistrements révèlent l’existence d’autres modes importants, telles l’assistance agricole, la sûreté ou la servitude et, enfin, la caution, c’est-à-dire la garantie d’achat fournie par un agent quelconque. Après l’hypothèque, c’est cette dernière qui est le mode le plus utilisé.

28L’hypothèque est largement, à toutes les époques, le type d’obligation le plus souvent contracté sur la propriété. Elle occupera encore plus de place au cours des années 1950 et 1960, comme on le verra au chapitre 5.

29Témoin de la décroissance graduelle du mode de la petite production indépendante et agricole, l’assistance agricole, assurée par des organismes gouvernementaux tels que le Agricultural Development Board, voit son importance diminuer à partir de la Grande Dépression. Environ 98 % de toutes les garanties sous forme de semences ont été fournies à des propriétaires fonciers avant 1930.

30Les sûretés ou les servitudes jouent aussi un certain rôle, spécialement pendant les périodes très fortes de ventes de propriétés, telles que les décennies 1910 et 1920.

  • 7 Voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 ».

31La caution demeure un mode d’obligation de premier plan. Elle a été utilisée par certains spéculateurs fonciers ou des compagnies minières pour chercher à acquérir un terrain. Ce mode d’obligation a surtout été employé de 1910 à 1929, à l’époque où l’exploitation des mines dans la région de Sudbury7 et dans les cantons de Rayside et de Balfour était à son apogée. Près de la moitié de toutes les cautions fournies au cours de cette période l’ont été par seize individus ou personnes morales. Les noms suivants ressortent : Boericke, Bradley, British Colonial Coal Mines, Chubb, Gibson Mining Ventures, Lemieux, Ontario Anthracite ou Pyrite, Sudbury Central Mines and Basin/Sudbury Dowling Mines/Consolidated Sudbury Basin Mines, Treadwell Yukon Mines et Young. Dans ce club sélect, on trouve des joueurs dont la fortune et les engagements diffèrent. Ce qui importe avant tout, c’est de savoir qui sont les principaux fournisseurs de cautions. Ce sont principalement des compagnies minières ou des agents qui leur étaient intimement liés (Mulholland, Gibson, Boericke, Bradley, Young).

  • * Les tableaux suivants qui portent sur la propriété comprennent, au-dessous des chiffres absolus, d (...)

TABLEAU 15. Types d’obligations sur les propriétés, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)*

TABLEAU 15. Types d’obligations sur les propriétés, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)*

Source : Bureau d’enregistrement immobilier, District de Sudbury

32Qui étaient les agents obligataires ? En général, au cours de cette période, ce sont pour la plupart des personnes ayant un lien de parenté avec la famille du propriétaire. Les établissements bancaires, les organismes gouvernementaux et les compagnies minières sont des agents importants, mais beaucoup moins que les individus. Le tableau 16 résume ces tendances.

33Les établissements bancaires, dont deux en particulier, la Canadian Permanent Mortgage et la Brockville Loans and Savings ont joué un rôle important dans la fondation des cantons de Rayside et Balfour. Ces établissements sont en effet surreprésentés dans le marché obligataire au cours de la période qui précède 1910, par rapport à l’ensemble des autres catégories d’agents, soit 38,9 % par rapport à 23,0 %. Au cours de cette période, les organismes gouvernementaux occupent aussi une place importante. Fait surprenant, on constate que, pour la même période finissant en 1910, les prêts agricoles sont supérieurs à l’activité des organismes gouvernementaux, alors que les prêts hypothécaires sont inférieurs à l’activité des établissements bancaires. Ce phénomène, en apparence contradictoire, s’explique, selon nous, de la façon suivante. Les entreprises financières comme la Brockville Loans and Savings procuraient du financement garanti par le gouvernement à certains propriétaires en vertu du Short Form Mortgage Act (SFMA). Ces garanties de prêts étaient majoritairement fournies pour des fins agricoles.

34L’activité des organismes gouvernementaux se maintient ainsi au cours des deux premières périodes, soit avant 1910 et de 1910 à 1919. Durant cette dernière décennie, ces organismes sont très actifs : ils ont réalisé 42 % des transactions obligataires et plus des trois quarts entre 1890 et 1920. Bien qu’en forte diminution au cours des années 1920-1929, les transactions obligataires demeurent néanmoins surreprésentées par rapport à l’ensemble des transactions pendant la même période.

35Les vendeurs de propriétés sont actifs aussi dans le marché obligataire, surtout au cours des années 1910. En tout, ils ont contracté le dixième des obligations.

36Les individus autres que les vendeurs sont les plus importants, ce qui témoigne du caractère personnel du marché des prêts et obligations. On ne remarque pas de concentration de capital foncier, du moins en ce qui concerne les prêteurs individuels. Les prêteurs les plus actifs sont le notaire J.-A. Lemieux, de Sudbury, et sa veuve, Marie-Léa Lemieux, qui détiennent quinze obligations ; Gédéon et Raoul Bonin, de Rayside, qui en détiennent vingt ; les Charette (Joseph, Emile et Alphonse), qui en ont huit. Certains individus, comme Philip Bradley, ingénieur consultant pour la firme Treadwell Yukon, se portent garants de plusieurs transactions réalisées par la compagnie minière Treadwell Yukon. En général toutefois, ce sont des prêteurs individuels qui s’aventurent dans ce marché à une ou deux reprises. Tout cela est représentatif de l’ensemble de la formation sociale fondée sur la petite production individuelle et familiale, sur les petits propriétaires de leurs moyens de production. Évidemment, le fait de pouvoir bénéficier d’un terrain gratuit en vertu du Homestead Act n’oblige pas à recourir à des prêteurs.

TABLEAU 16. Types d’agents obligataires, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)

TABLEAU 16. Types d’agents obligataires, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)

* Les tableaux suivants qui portent sur la propriété comprennent, au-dessous des chiffres absolus deux rangées de pourcentages. La première se lit horizontalement, l’une par rapport à l’autre ; les pourcentages illustrent la répartition, dans chaque catégorie d’années, des types d’agents obligataires. La seconde rangée se lit verticalement ; elle illustre la répartition, sur l’ensemble de la période étudiée, des différents types d’agents obligataires. Ces deux séries de pourcentages permettent aussi de déterminer leurs rapports, à savoir si un pourcentage est sur-ou sous-représenté par rapport à un autre.
Source : Bureau d’enregistrement, District de Sudbury

37Ainsi que nous l’avons vu précédemment, l’activité des compagnies minières dans le marché obligataire, surtout dans le domaine des cautions, est fort importante au cours de la décennie 1920-1929. Le tableau précédent indique une surreprésentation pour cette période : alors qu’en 1920-1929 l’ensemble du marché obligataire constituait 32 % du total, les obligations contractées par les compagnies minières se situaient à 42 %.

38Cette activité témoigne d’une tendance qui s’amorce dans les années 1930 : les entreprises minières, les organismes gouvernementaux et les établissements scolaires possèdent de plus en plus de titres de propriété. Alors qu’avant 1910 ils possèdent seulement 2 % des titres, comparativement à 98 % pour les individus, cette proportion, en 1930-1930, est de 24 % pour les institutions et de 76 % pour les individus. Cette croissance est surtout significative après 1929.

Les rapports de propriété

39L’étude de la propriété foncière permet de comprendre l’organisation d’une communauté parce que la propriété détermine le genre de relations qui peuvent exister entre des personnes et des groupes de personnes par rapport à un objet. L’ensemble de droits qui sont liés à la possession de la propriété foncière reflète le rapport de forces entre ces personnes ou ces groupes de personnes.

Property is one of the most basic, yet least-developed, concepts for the understanding of class. It incorporates a series of relationships characterizing different relations of production. The various forms of property (such as personal, communal, cooperative and corporate property or common, state and private property) each designate specific relations between people and objects. They also designate, more importantly, relations between people and understandings about the rights of individuals to the use or benefit of things.

Property is a set of rights that determine relationships among and between people and things.

  • 8 Wallace Clement, « Class and Property Relations : An Exploration of the Rights of Property and the (...)

Property is a social creation (jure humano) that orders and maintains specific relations between people. It is not, as it is used in an everyday sense, what is owned (or an object) but the rights attached to ownership ; specifically it is the right to control the use or benefit to which ownership is put8.

40Entre autres, l’analyse de la propriété foncière permet de déceler la structure d’égalités et d’inégalités par le biais des détenteurs de la propriété, de l’accumulation de la propriété et du capital foncier ; elle permet de reconnaître les modes de transmission mis en place pour assurer la survie des familles et de la parenté et, sur un plan plus général, donne des indications sur la transition entre modes de production. Dans une formation sociale fondée sur la petite production agricole indépendante, la propriété foncière est particulièrement importante.

  • 9 Marc St-Hilaire, « La structuration foncière en milieu de colonisation agro-forestière : Saint-Ful (...)

En effet, parce qu’elle constitue le principal moyen d’existence, la terre façonne fortement les rapports sociaux, ceux qui la possèdent étant nettement favorisés par rapport à ceux qui en sont démunis9.

41L’examen de la propriété foncière dans les cantons de Rayside et de Balfour révèle que les propriétaires sont relativement égaux, tout au moins dans la campagne, au cours de la période étudiée. La plupart des propriétaires sont installés sur un lopin de terre dont la superficie varie en général de 80 à 160 acres. Certains propriétaires ont une terre de 80 acres, d’autres de 320 et même plus, mais en général il s’agit de petits propriétaires indépendants, produisant avant tout pour subvenir aux besoins de la famille.

42Mais par-delà cette apparente égalité, d’autres éléments ressortent de l’étude de la propriété foncière.

43En premier lieu, la propriété appartient à des chefs de famille ou à des hommes célibataires. Les documents du Bureau d’enregistrement et les rôles d’évaluation montrent à l’évidence que c’est l’homme qui possède légalement le titre de propriété. Ainsi, le Homestead Act, en vertu duquel les propriétés étaient concédées gratuitement moyennant certaines provisions, mentionne uniquement l’homme comme bénéficiaire de cette cession. L’analyse de la transmission des propriétés montre que 86 % des titres sont enregistrés, entre 1890 et 1940, au nom de l’homme. L’homme et la femme sont copropriétaires seulement dans 1 % des cas alors que 13 % des titres sont possédés par la femme. Il faut préciser cependant que les noms de Marie-Léa Lemieux et des filles de la famille Biais de Chelmsford sont présents dans plus de la moitié des enregistrements de transmissions par vente à une femme seule. La femme obtient le titre de propriété le plus souvent par testament ou par don. Dans le cas de la donation testamentaire, la femme transfère ensuite la propriété à l’un de ses fils. Il faut aussi mentionner que, dans le cas des lettres patentes, 97 % des titres sont transmis à des hommes seuls au cours de cette période ; on trouve des femmes seules dans 3 % de ce genre de transmissions et toujours dans la ville de Chelmsford. (Il est probable qu’il y a eu alors décès de l’homme entre la date de la demande d’une concession et celle de l’émission de la lettre patente.) Ces documents du Bureau d’enregistrement indiquent que le titre de la propriété obtenu sous forme de lettre patente était remis à un homme. De plus, du moins au cours de cette période, la plupart des transferts de propriétés se faisaient entre hommes. Le nom de l’épouse n’apparaît que dans les cas de donation testamentaire.

44Les recensements nominatifs constituent un indice additionnel de la domination de l’homme dans ce domaine. L’homme y figure comme « chef », et la femme comme épouse. Il en est de même dans les rôles d’évaluation où l’homme apparaît comme le possesseur du titre de propriété.

45Ainsi, légalement, l’homme est en grande partie le possesseur du titre de propriété. Selon un répondant de Balfour, mais habitant aujourd’hui Chelmsford, « ch’pourra pas vous dire exactement si c’était mon père parce que je n’ai jamais regardé au contrat pour savoir si c’était enregistré aux deux noms, mon père et ma mère. Mais une chose que j’sais c’était pas commun dans ces temps-là [que la propriété soit enregistrée aux deux noms] ; ça commencé par après ça enregistré en double. Alors j’pense que ça dû appartenir jus’à mon père. »

46Un autre répondant est plus catégorique : « C’est juste mon père qui était propriétaire. » Les autres n’ont pas répondu à cette question ou ils ne savaient pas, mais, en général, lorsqu’ils parlaient de la terre, ils l’associaient toujours au père.

47Il est un autre domaine où la propriété reflète une certaine inégalité, c’est celui des propriétaires et des locataires. Les recensements nominatifs indiquent que la proportion de propriétaires est fort élevée ; en 1891, on compte 92 % de propriétaires et 8 % de locataires. En 1901, cette proportion est quasiment inchangée. Pour la plupart, les locataires se trouvent à Chelmsford et logent à l’hôtel du village. À la campagne, soit à Balfour et à Rayside, les locataires sont principalement des employés agricoles qui sont hébergés dans la demeure du propriétaire.

48Les rôles d’évaluation de Balfour et de Chelmsford de 1940 révèlent que si la proportion est pratiquement inchangée dans le canton de Balfour (98 % de propriétaires et 2 % de locataires), la situation est différente à Chelmsford puisqu’on y trouve 64 % de propriétaires et 36 % de locataires.

49Enfin, la différence entre les établissements et les individus constitue un autre indice d’inégalités ou, du moins, d’une concentration du capital. Ainsi que nous l’avons vu, la proportion des titres de propriété demeure constamment plus élevée chez les individus jusque dans les années 1930, puis il y a ensuite un léger changement qui ira en s’accentuant dans les décennies suivantes.

50Ces rapports de propriété sont importants puisqu’ils déterminent en grande partie les rapports de production, c’est-à-dire les rapports qui définissent les structures de la vie quotidienne axées, au cours de cette période, sur la terre.

La production

51Pendant toute la période que nous étudions, la vie quotidienne des habitants et de leurs familles est axée sur la production des moyens et des biens de subsistance, sur la reproduction de leur vie quotidienne. Les premiers colons ont déboisé leur terre pour se procurer le bois nécessaire à la construction de leur maison, la plupart du temps une charpente de 24 sur 16 pieds, et d’un abri pour leurs animaux, en premier Heu pour les chevaux, la force motrice, et les vaches. Le bois coupé servait aussi à chauffer l’habitation.

52Il fallait aussi produire la nourriture nécessaire pour l’entretien des membres de la famille et des animaux. D’où la nécessité de défricher la terre, de la préparer pour la culture des légumes, des céréales et des plantes fourragères, de se nourrir de manière à être capable de reproduire la force de travail, de confectionner et de réparer les vêtements pour les membres de la famille, de fabriquer des produits domestiques tels que le savon.

53En somme, le travail quotidien, du lever au coucher, devait produire les éléments nécessaires à la subsistance.

Il n’est pas question d’acheter du savon : on le fait. Tous les printemps, on sort l’énorme chaudron de fonte et on l’installe au fond de la cour. On le suspend sur de grosses perches. On y vide la graisse ramassée depuis l’automne à cet affet.

On prépare la laine pour tricoter les bas, les sous-vêtements, les draps et les chandails. Le mouton est tondu, la laine est lavée, cardée et filée. Les hommes tannent la peau des animaux, la taillent pour en faire des chaussures imperméables et aux semelles dures comme le bois.

  • 10 Chelmsford, op. cit., p. 47.

Les planches pour la construction sont varlopées à la main sous la remise. Les chevilles de bois, qui remplacent souvent les clous pour la construction des meubles et des maisons, sont effilées à la main pendant l’hiver alors que l’ouvrage de la ferme ne presse pas. Tous les enfants contribuent à la confection de tout ce qu’on utilise et de tout ce que l’on mange. On ne pense pas à acheter dans les magasins la gelée aux fraises ou aux framboises toute préparée. De mai à octobre, toute la famille cueille les fruits et les légumes, puis la cuisine devient une manufacture où on met en conserve tous ces produits alimentaires dans des boîtes, des flacons ou des bouteilles10.

54Au centre de cette production se trouvait la terre, la raison d’être de la vie familiale et même de toute la formation sociale. La production dépendait certes de la qualité du sol.

  • 11 Roger Bélanger, Région agricole Sudbury-Nipissing, Sudbury, Société historique du Nouvel-Ontario, (...)

Les dépôts glaciaires ont constitué un fond de glaise toujours humide, recouvert d’une mince couche de sable et d’argile légère. Les terrains, dans ces conditions-là, développent une végétation très rapide et très abondante. La culture est aussi favorisée par le climat11.

  • 12 Report of the Commission of Crown Lands, Sessional Papers 1885, p. 52-53.
  • 13 Report of the Commissionner of Crown Lands, Sessional Papers, vol. XVII, 1885, p. 53-54.

55Les arpenteurs du gouvernement provincial avaient aussi noté que le sol était propre à l’agriculure, mais pas sur tout le territoire. En général, la partie sud des deux cantons avait un sol fertile. Dans le canton de Rayside, l’arpenteur Isaac L. Bowman avait noté dans un rapport que les lots de la concession n° 1 avaient un sol très riche alors que ceux de la concession n° 6 et une grande partie de ceux de la concession n° 5 n’étaient pas propres à la culture12. Dans le canton de Balfour, la moitié des lots étaient cultivables. L’arpenteur Joseph De Gurse avait relevé que le territoire au nord de la concession n° 3 était rocailleux, mais que, plus au sud, le long de la voie ferrée du Canadien Pacifique, le sol était généralement d’argile ou de terre sablonneuse13.

56Joseph De Gurse avait noté que le sol des deux cantons pouvait produire toutes sortes de récoltes à condition qu’il y ait suffisamment de bétail pour fertiliser le sol. Étant donné le type de sol et la pente générale du terrain dans la Vallée irriguée par les rivières Vermillion et Whitson, le drainage était relativement bon. Toutefois,

  • 14 H. B. Roy, Rapport d’agronome, RG, G-5-1, p. 50.

Though there are many open ditches, creeks and rivers running all through the country, the natural drainage of the land does not meet the demand for economical agricultural purposes. For the land in the large platoes (sic) is very easily flooded and the water remains on the surface of the land for a very long time thus keeping the soil cold and late. Where the land is rolling, the hollows are always wet, consequently the cultivation of the hills is retarded by the hollows. The summer season naturally being short, a good drainage system would hasten and lengthen the season under these conditions for at least one week’s time14.

TABLEAU 17. Production agricole, Chelmsford et Cartier (1891)

Produit

Nombre d’acres

Nombre de boisseaux

Blé d’automne

20

147

Blé de printemps

20

45

Orge

16

236

Avoine

235

2 783

Pomme de terre

15

1 213

Navet et autres racines

2

156

Foin

5

10

Source : Recensement du Canada, 1891.

TABLEAU 18. Production agricole, Rayside et Balfour (1911-1941)

TABLEAU 18. Production agricole, Rayside et Balfour (1911-1941)

Source : Recensement du Canada, 1911-1941. (Les recensements de 1931 et 1941 ne donnent pas le nombre de boisseaux ou de tonnes.)

57Les tuiles de drainage ont été introduites en 1920-1921 dans la région du lac Nipissing où le sol était beaucoup plus fertile. En ce qui concerne Rayside et Balfour, l’agronome rapporte en 1931-1932 que le drainage constitue toujours un problème.

  • 15 Ibid, 1931-1932, p. 4.

Practically all soils of the District require drainage. The high cost of underdrainage prohibits any great area from being tiled but more surface drainage should be practiced15

58Les habitants ont cultivé principalement des céréales et des plantes fourragères, mais ils se sont vite mis à la culture de la pomme de terre, que favorisaient le sol sablonneux et le climat de la Vallée.

59En 1891, le recensement fédéral rapportait une activité agricole minimale dans les cantons de Rayside et de Balfour.

60Entre 1900 et 1940, cette production agricole augmente et se diversifie considérablement, comme l’illustre le tableau 18.

  • 16 Voir Rapport d’agronome, RG 16 Series G-5-1,1924-1925, p. 7.

61Les tableaux 17 et 18 montrent la place importante qu’occupe, dans les récoltes, la nourriture des animaux. Mais ils révèlent aussi l’importance qu’a prise au cours des années la culture de la pomme de terre, culture pour laquelle est renommée la Vallée. Dès 1924-1925, l’agronome notait dans son rapport que le sol de la Vallée, spécialement celui des cantons de Rayside et de Blezard, était particulièrement bon pour la culture de la pomme de terre16.

62Les cultivateurs de Rayside et de Balfour ont adopté la méthode de l’assolement vers la fin des années 1930 :

  • 17 Roger Bélanger, op. cit., p. 25.

En général, le cycle des cultures est une période de quatre années : la première année, on cultive les céréales ; les deux suivantes, du foin et la quatrième année on laisse la terre en pâturage. Cette méthode de rotation, en usage depuis 1920, a produit des résultats merveilleux17.

63En plus de l’agriculture, les habitants s’adonnent aussi à l’élevage des animaux, tant pour l’entretien de la famille que pour la vente de la viande et des produits laitiers.

64Le tableau 19 donne des précisions sur la quantité et le genre d’animaux élevés sur les fermes de Rayside et de Balfour entre 1891 et 1941.

65La production comprend donc l’élevage. Les chevaux constituent jusque dans les années 1940 la force motrice principale sur les fermes, les tracteurs ne commençant à apparaître qu’après la Deuxième Guerre mondiale.

  • ** Les recensements de 1901,1911 et 1921 ont été omis car ils ne renferment aucune donnée sur les can (...)

TABLEAU 19. Principaux animaux et produits, Rayside et Balfour (1891-1941)**

TABLEAU 19. Principaux animaux et produits, Rayside et Balfour (1891-1941)**

* Données inexistantes.
Source : Recensements du Canada, 1891-1941

66Les répondants et répondantes parlent de « tsimes » de chevaux. « On avait à peu près sept-huit vaches pis une tsime de chevaux », affirme un répondant.

67« Des chevaux ! » s’exclame un autre comme si ça lui rappelait d’heureux souvenirs. « On avait trois chevaux. Il en avait deux qui étaient une “tsime” pis l’autre c’était pour la selle. Tous les outils et toute la machinerie de la terre étaient tirés par des chevaux. On n’avait pas de tracteur, seulement dans les dernières années. Mon père s’est acheté un tracteur mais ça a été trop dur. Alors il s’est débarrassé de ce tracteur. »

68D’autres indiquent que les chevaux servaient à la coupe du bois sur la terre ou dans les chantiers.

69Selon des agronomes et d’autres observateurs, les animaux étaient de piètre qualité :

  • 18 Roger Bélanger, op. cit., p. 30.

L’état du cheptel est médiocre. La raison en est simple. Sur l’ensemble des bovins, il n’y avait, en 1941, que 715 bêtes de marque enregistrée, soit une proportion de 3.5 % [...] Il s’agit en général d’animaux bâtards, dégénérés et souvent consanguins. Comment, dans de telles conditions attendre un produit de qualité, soit pour le rendement du lait, soit pour celui de la viande18 ?

70Cette évaluation est corroborée par le rapport de l’agronome en 1917-1918 :

  • 19 H. B. Roy, Rapport d’agronome, RG, 5-G-1, 1917-1918, p. 35.

As a class the cattle of the District are of poor quality, being small, immature and underfed. A common practice is to let small immature scrub bulls run loose with the herd. This coupled with poor feeding, especially during the winter months, results in herds of low producing power. The heifers calve when yet too young, and the calves are of week [sic] constitution. In addition to this they do not receive proper care, many calves getting no milk of any kind after the second or third week. Such calves are bound to develop into unprofitable animals19.

  • 20 Voir Rapport d’agronome, RG 16 Series, G-5-1, p. 5.

71Pour remédier à la situation, les agronomes avaient créé des associations vouées à l’amélioration du cheptel. Ils ont aussi obtenu du gouvernement provincial des crédits pour l’achat de bœufs pur-sang afin d’améliorer la qualité. Mais, en 1935-1936, le rapport constate encore la pauvre qualité du bétail20.

72L’industrie du lait a occupé une place importante au cours de la période étudiée. On le voit par le nombre de vaches laitières. Les habitants produisaient le lait d’abord pour la consommation domestique et, accessoirement, pour la vente aux commerçants de Chelmsford, aux autres fermiers et aux laiteries de la région.

On a été dans l’lait aussi loin que je peux m’en rappeler, affirme un fermier de la concession n° 1 de Balfour. On le vendait partout ; à Sudbury, y avait la City Dairy, la Crown Dairy et la Coop Dairy. Ensuite y avait la Copper Cliff Dairy et la Levack Dairy et pis les cultivateurs en envoyaient sur le train à l’ouest d’ici, à Chapleau.

73Cet autre se rappelle que « quand on avait le lait, on avait not’ paye à tous les quinze jours. Tandis qu’autrement, ben, ta paye était rien qu’à l’automne [après les récoltes]. »

74La production du lait était dirigée vers les fromageries et les beurreries de la région. En 1914-1915, l’agronome recense neuf laiteries dans le district, dont quatre sont aussi des beurreries (une à Chelmsford) et cinq des fromageries (une à Chelmsford). Quant à la qualité des fabriques de beurre et de fromage, l’agronome note qu’elles sont vieilles et vouées à la faillite. La plupart sont des industries familiales ; la fabrique est installée sur un côté de la maison alors que la famille habite de l’autre côté. En 1917-1918,22 établissements du genre fonctionnent dans le district, dont quatre à Rayside et à Balfour. L’agronome note encore la piètre qualité de ces établissements.

75Si l’on se fie à leurs rapports, les agronomes du district ont été fort engagés dans la promotion et l’amélioration de l’agriculture. Ils ont dépensé beaucoup d’énergie, de temps et d’argent pour enseigner aux habitants des méthodes innovatrices.

  • 21 Ibid., 1915-1916, p. 6.

76En collaboration avec les habitants, ils ont établi des compétitions en tout genre, surtout dans la culture de la pomme de terre ; ils ont organisé des démonstrations de la culture de la pomme de terre en sol léger et en sol pesant ; ils participent aux foires d’automne et aux foires scolaires où les enfants apportent et font juger leurs animaux ou leurs légumes : « Thefeeding hog forprofit competition was taken up with more apparent interest than the acre of potatoes competition for more of the boys completed the work21. »

77Outre qu’ils donnent des cours tous les ans sur divers sujets, ils s’occupent de créer et d’animer diverses associations dont celles pour l’amélioration du bétail et des graines de semence.

  • 22 Les rapports d’agronome décrivent les origines, les objectifs et l’évolution de cette ferme modèle (...)
  • 23 Voir le rapport d’agronome, RG 16 Series, 5-G-l, 1925-1926, p. 10.

78En 1923, le gouvernement établit une ferme modèle à Blezard Valley pour desservir les agriculteurs de la Vallée et du district22. Deux ans plus tard, il achète une ferme à Rayside, propriété de l’entrepreneur canadien-français de Sudbury, J.-A. Laberge, pour montrer aux fermiers les méthodes de production de graines de semence de grande qualité23.

79Leurs rapports annuels constituent une source importante de renseignements sur la nature de l’activité agricole non seulement dans Rayside et Balfour, mais aussi dans l’ensemble du district.

Le souffre

80Au cours de cette période, l’agriculture représentait donc une forme de production dont dépendait la survie de la famille. Elle constituait aussi une forme de production menacée constamment par la nature contre laquelle il était difficile de se protéger. Les habitants de la Vallée et de la région de Sudbury étaient aux prises non seulement avec la nature mais aussi avec un fléau engendré par l’homme : le souffre.

81Le souffre émanait des champs de frittage de la Canadian Copper exploités depuis 1886 à Copper Cliff. Depuis ses débuts, la Canadian Copper avait établi des fonderies à ciel ouvert ; il s’agissait en fin de compte d’immenses brasiers contrôlés sur lesquels on entassait les métaux sortis des puits de mines pour les fondre avant le raffinage. Ces brasiers dégageaient des nuages de souffre qui planaient sur la région de Sudbury au gré des vents. Assez fréquemment, les nuages s’abattaient sur les champs de la Vallée environnante, occasionnant ainsi des dommages considérables aux récoltes.

82Un répondant de Rayside, entre autres, se rappelle que les cultivateurs parvenaient à sauver leurs récoltes, « mais [que] des fois ça dépendait de la température et aussi de la mine Inco qui brûlait pas mal dans leurs premières années. La fumée s’étendait pis ça brûlait les récoltes. »

  • 24 Pour un excellent résumé de ces événements, voir l’article de Matt Bray, « The Province of Ontario (...)

83Le problème était déjà suffisamment sérieux en 1906 pour que le shérif local commence à répondre aux plaintes des fermiers. De 1909 à 1914, il dut agir comme arbitre et dédommager les cultivateurs des pertes subies. Les deux parties en cause, à savoir la Canadian Copper et les cultivateurs, semblent avoir été satisfaits des décisions prises par le shérif24.

84La Première Guerre mondiale amena une augmentation considérable de la production de nickel à la Canadian Copper et la Mond et, par conséquent, les nuages de souffre devinrent plus fréquents et plus nuisibles. Le shérif fut débordé par le nombre de plaintes. Les cultivateurs eurent d’abord recours aux tribunaux, mais les décisions rendues ne réglèrent pas le problème. La Canadian Copper transporta son champ de frittage dans le canton voisin d’O’donnell, au nord-ouest de Copper Cliff, plus éloigné des terres agricoles.

85La compagnie obtint des cultivateurs, en échange d’une certaine somme, des servitudes ou des droits d’usage qui lui permettaient de continuer à produire ces nuages de souffre au-dessus des terres sans crainte des représailles. Mais plusieurs cultivateurs ne voulurent pas aliéner ce droit, estimant que le montant versé par la compagnie pour une servitude perpétuelle ne les dédommageait pas suffisamment. La compagnie continua donc d’être l’objet de nombreuses plaintes. Le gouvernement de l’époque adopta une mesure temporaire qui consistait à retirer du marché les terrains de la Couronne devenus vacants. Cette mesure provoqua aussi des protestations de la part des cultivateurs, qui se voyaient ainsi empêchés d’acheter des terres.

86Le nouveau gouvernement progressiste, arrivé au pouvoir en 1919 et dirigé par les Fermiers unis de l’Ontario, trouva une première solution permanente. Il adopta une loi instituant le poste d’arbitre des plaintes qui avait pour objet de faire l’évaluation des dommages causés par l’émission des nuages de souffre. La loi, amendée par le gouvernement conservateur élu en 1923, spécifiait que la décision de l’arbitre était finale et sans appel. En vertu de cette loi, les cultivateurs dont les récoltes étaient affectées par le souffre devaient soumettre leurs plaintes et leur demande de dédommagement dans les sept jours suivant l’incident. Le gouvernement obligeait les compagnies productrices de nickel (à l’époque, l’International Nickel Company of Canada, issue de la fusion en 1916 de la Canadian Copper et de la Mond, et, à partir de 1928, la Falconbridge) à verser une somme annuelle de 5 000 $ ; cette somme devait couvrir la totalité des dédommagements et la rémunération de l’arbitre. Cette loi s’avéra efficace et demeura en vigueur jusqu’en 1970, année où l’INCO construisit une cheminée colossale d’une hauteur de 400 mètres.

La forêt

  • 25 Pour un historique de ces opérations forestières, voir Ontario Department of Lands and Forests, A (...)

87La prédominance, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, de l’agriculture dans la Vallée et de l’activité minière dans l’ensemble de la région de Sudbury depuis la fin du XIXe siècle fait souvent oublier que l’industrie principale dans la région et le district de Sudbury de 1880 à 1930 a été celle de la forêt. Plusieurs entrepreneurs forestiers avaient déjà commencé à prendre possession de terrains et à couper du bois avant l’arrivée du Canadien Pacifique au début des années 1880. Des opérations forestières avaient en effet commencé dans le district dans les années 1870, surtout après 1872, époque où le gouvernement provincial vendit un très grand nombre de concessions forestières dans la région au nord de la baie Georgienne entre Parry Sound et Sault-Ste-Marie25. La province organisa une autre vente de concessions forestières dans le district en 1885, ce qui indique qu’il y eut peu d’activités forestières avant cette date à cause du manque de marchés et surtout à cause de la difficulté à transporter le bois jusqu’à la baie Georgienne et au lac Huron et même aux moulins du Michigan.

88La construction du Canadien Pacifique ainsi que l’épuisement des ressources forestières dans l’Est ont contribué à accroître l’exploitation forestière dans la région et le district de Sudbury à partir des années 1880 et 1890.

  • 26 Guy Gaudreau, « Le développement des activités forestières en Ontario (1885-1900) : une prise de v (...)

[On observe] un phénomène majeur dans l’industrie forestière : le déplacement incessant de son centre de gravité vers l’ouest. La vallée outaouaise domine au milieu du XIXe siècle, puis perd progressivement de l’importance. Ce phénomène, qui avait déjà été observé par H. V. Nelles, n’est pas unique à l’Ontario. Il a été observé également au Québec et conservait la même orientation : toujours plus à l’ouest. Cela signifie qu’au Québec, c’est la vallée outaouaise qui, en termes relatifs, devient progressivement le centre des activités forestières québécoises et ce, jusqu’en 1890. L’inverse se produit en Ontario26.

89En effet, dès 1885-1886, les récoltes de matière ligneuse deviennent moins abondantes dans la région d’Ottawa que dans l’Ouest. À partir des années 1890, les activités forestières prennent une très grande importance dans la région à mesure que les entrepreneurs approvisionnent le marché canadien et américain en pins équarris et en bois de sciage. Le Canadien Pacifique a contribué au développement de ces activités en construisant une voie ferrée qui facilitait le transport et en faisant grand usage des produits forestiers dans ses installations. Les entreprises minières n’ont pas été en reste en raison de leur grande consommation de bois de tout genre.

  • 27 Report of the Commissioner of Crown Lands of the Province of Ontario for the Year 1884, Sessional (...)

90L’arrivée des entreprises forestières, tant canadiennes qu’américaines, dans le district de Sudbury et les cantons de Rayside et de Balfour a entraîné la construction de scieries, de moulins et, bien sûr, de camps de bûcherons. Déjà, en 1884, l’arpenteur Joseph De Gurse note ce qui suit dans son rapport : « On lot number twelve in the fourth concession there is a splendid mill site in close proximity to the crossing of the Canada Pacific Railway27. »

91D’autres moulins à scie ont été construits sur les bords de la rivière Whitson. La compagnie forestière Morgan Lumber en avait érigé un au nord-ouest de Chelmsford en 1885. En 1886, Phineas et Patrick Coyne avaient bâti un moulin hydraulique sur les bords de la Whitson, un peu à l’est du village de Chelmsford (lot n° 11, concession 4), qui fut acheté, à la fin du XIXe siècle, par Adélard Chénier.

  • 28 Ibid., p. 53.
  • 29 Ibid., p. 54.

92Le district de Sudbury connaît une activité forestière relativement fébrile à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, et les cantons de Rayside et de Balfour sont également actifs. Les géologues-arpenteurs du gouvernement provincial avaient noté dans leur rapport la présence d’essences d’une certaine valeur. Dans le canton de Rayside, Isaac Bowman avait remarqué : « There is a good deal of valuable timber in the township, consisting chiefly of pine, cedar and tamarac28. » Dans le canton de Balfour, De Gruse avait rapporté qu’au nord et à l’ouest de la concession n° 3 : « this part of the township is well timbered with balsam, spruce, tamarac, cedar, birch, poplar, and in a fewplaces goodpine ; notably in the sixth concession and adjacent to the Vermillion River29. » Il avait aussi noté que, dans la section sud du canton, où se trouvaient les meilleures terres agricoles, un incendie avait détruit presque toute la végétation forestière, mais que des peupliers, des bouleaux, des sapins et des tamaracs avaient commencé à repousser.

93Les données sur la coupe de bois dans ces deux cantons ne sont disponibles qu’à partir de la saison 1901-1902. Il est donc impossible de mesurer l’importance de l’industrie forestière dans ces cantons à la fin du XIXe siècle. Dans les premières années du XXe siècle toutefois, la coupe du bois de sciage est importante. Cette coupe s’arrête en 1909-1910 et fait place à la coupe du bois de pâte, laquelle dure jusqu’en 1930-1931. Après cette période, les registres (timber registers) dans lesquels les agents de la Couronne notaient la nature et la quantité ainsi que les noms des compagnies et des sous-traitants n’indiquent aucune coupe dans ces deux cantons.

94Voilà, à peu près, l’historique de la coupe du bois dans la région de Sudbury. On note une activité intense jusqu’au début de la Première Guerre mondiale ; par la suite, l’industrie se déplace principalement vers le nord et l’ouest du district. Au cours des deux premières décennies, les diverses compagnies sont très productives dans les cantons au nord-est de Rayside et Balfour, c’est-à-dire ceux de Capreol, Norman, Hanmer et Blezard. Elles sont actives aussi dans les cantons de Morgan et de Lumsden, juste au nord de Rayside et Balfour, ainsi qu’au sud dans Creighton et à l’ouest dans Levack, Dowling et Cartier.

  • 30 Voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 148-151.

95Les compagnies les plus actives sont la Spanish River Pulp and Paper, dont le président, W. J. Bell30, est le personnage le plus influent de la ville de Sudbury, la Morgan Lumber, la Larchwood Lumber, la Canadian Copper (qui doit s’approvisionner en bois pour ses opérations minières), James McCreary, McKenzie et Mann, Acme Timber et D. H. Haight (qui deviendra la Haight & Dickson).

96Le tableau 20 résume les données sur la coupe de bois dans les cantons de Balfour et de Rayside.

97Ce tableau montre bien la transition qui s’effectue dans la nature de la coupe du bois. Le bois de sciage, c’est-à-dire le pin rouge et le pin blanc, étant épuisé, les entreprises passent à partir de 1907-1908 au bois de pâte, dont la production commence dans le nord de l’Ontario.

98Pendant deux ans, les habitants des deux cantons, mais principalement de Rayside, vendent du bois de chauffage à la Canadian Copper qui l’utilise pour ses champs de frittage. Jusqu’à un certain point, les habitants contribuent eux-mêmes, bien que modestement, au problème des émissions de souffre.

99De 1907 à 1911, les entreprises font des traverses avec le bois coupé dans Rayside et Balfour ainsi que dans tous les cantons environnants. La demande est forte, car on est dans une période intense de construction de voies ferrées dans la région de Sudbury. En 1908, la Canadian Northern, dirigée par William Mackenzie et Donald Mann, avait construit une voie ferrée entre Parry Sound et Coniston, à l’est de Sudbury, et cette voie en joignait une autre que Mackenzie et Mann avaient établie depuis Sellwood au nord de Capreol. (Mackenzie et Mann étaient propriétaires d’une mine d’acier à Sellwood et comptaient construire une voie ferrée de Sellwood jusqu’à la baie Georgienne pour le transport de leur minerai.) En 1908, le Canadien National construisit une ligne d’embranchement jusqu’au cœur de la ville de Sudbury. Enfin, en 1912, la compagnie avait construit une autre ligne entre Montréal et Port Arthur.

  • 31 Pour avoir plus de détails sur cette construction, consulter Gaétan Gervais, « Le réseau ferroviai (...)

100Deux autres voies ferrées, celles de la National Transcontinental et de la Timiskaming and Northern Ontario Railway, avaient été construites avant la Première Guerre mondiale plus au nord. Cette période de construction intense prit fin en 191431.

101Les compagnies forestières ont aussi fabriqué des poteaux de téléphone (892 en 1904-1905, 59 en 1909-1910 et 520 en 1910-1911) ainsi que des piquets de huit pieds (6 900 en 1903-1904 et 4 863 en 1910-1911). Dans l’ensemble toutefois, l’industrie forestière dans les cantons de Rayside et Balfour s’est concentrée dans le bois de sciage et le bois de pâte.

TABLEAU 20. Récoltes de matière ligneuse sur les terres des cantons de Balfour et de Rayside (1901-1931)

TABLEAU 20. Récoltes de matière ligneuse sur les terres des cantons de Balfour et de Rayside (1901-1931)

Source : Sudbury Timber Books, 1901-1971, APO, MS 1983, RG1-44 Sudbury, Reel No. 1

102La coupe a eu lieu principalement dans le canton de Balfour : 90 % de la production forestière des entreprises et des particuliers provenaient de Balfour. Au cours de la première décennie du XXe siècle, soit pendant la période de la coupe du bois de sciage, toute la production vient de Balfour, car c’est là qu’on trouve le pin ; et 83 % de la coupe du pin a eu lieu dans les concessions 5 et 6. Ce fait n’est guère surprenant, car les données au sujet des propriétés indiquent que ces deux concessions n’ont commencé à être habitées qu’à partir des années 1920.

103Entre 1910 et 1919, 86 % de la coupe se fait dans le canton de Balfour et est plus ou moins répartie également entre les concessions : 30 % dans la concession n° 6 ; 21 % dans la concession 4 ; 19 % dans la concession 2 ; 13 % dans la concession 1 ; 10 % dans la concession 3 et 7 % dans la concession 5.

104De 1920 à 1931, 90 % de la coupe a lieu dans le canton de Balfour, principalement dans les concessions 1, 2 et 3.

105Si la production forestière se concentre dans le canton de Balfour, en revanche, le canton voisin de Rayside affiche une production agricole toujours plus élevée que ce dernier.

106Parmi les coupeurs de bois qui sont recensés, on retrouve des sous-traitants des compagnies, des contremaîtres ou de simples habitants qui font la coupe sur leurs terres pour ensuite vendre le bois aux compagnies. En effet, en confrontant les noms des coupeurs qui sont inscrits sous chacun des noms des compagnies aux noms des propriétaires indiqués dans les cadastres, il est possible de déterminer quelle est l’occupation principale de ces coupeurs. Ainsi, si le coupeur est également propriétaire du terrain sur lequel a lieu la coupe, on conclut qu’il est cultivateur. Si ce n’est pas le cas, alors il est sous-traitant ou contremaître. Parfois, un jobbeur coupe du bois sur son propre terrain, mais il en coupe aussi sur des terres dont il n’est pas propriétaire.

107L’analyse donne les résultats suivants. De 1901 à 1909, les deux tiers des coupeurs sont des sous-traitants. Mais, de 1910 à 1931, à l’époque de la coupe du bois de chauffage et du bois de pâte, les trois quarts d’entre eux sont des cultivateurs qui vendent leur bois aux compagnies, principalement à la Spanish. La coupe du pin nécessite sans doute des effectifs plus nombreux, et l’on fait donc appel à des sous-traitants. La coupe du bois de chauffage et du bois de pâte est probablement moins exigeante, et le cultivateur et ses fils peuvent suffire à la tâche.

108Dans la liste des sous-traitants figurent des noms qui reviennent fréquemment non seulement dans les cantons de Balfour et de Rayside, mais aussi dans les cantons avoisinants, surtout ceux de Morgan, Lumsden et Dowling. Il s’agit de David Ménard, Daniel Eaton, Honoré Lalonde, M. Viau, les frères Jollie (John, F. et Timothy), Aldéric Leclair, J.-B. Turcotte, James Byrnes, Louis Gratton, A. Biais, A. Laroche, J. M. Guse, J. Saint-Onge, Joe Hotte, M. Mooney, Arthur Oldenburg, Fortunat Pilon, les frères Brosseau et Neault. La plupart travaillent pour une compagnie (la Spanish, la Morgan, la Larchwood) ou l’entrepreneur James McCreary. Certains, comme Dan Eaton, David Ménard, Aldéric Leclair, les frères Neault, J. Saint-Onge et les Lalonde font de la coupe pour deux entreprises, dans la plupart des cas pour la Spanish et la Morgan.

109Les fermiers vendent leur bois pendant plusieurs années. Il va sans dire qu’eux-mêmes et leurs fils ont, la plupart du temps, travaillé, par exemple, comme bûcherons ou cuisiniers dans les camps d’hiver entourant les cantons de Rayside et de Balfour.

TABLEAU 21. Récoltes de matière ligneuse sur les terres du canton de Morgan (1901-1910)

TABLEAU 21. Récoltes de matière ligneuse sur les terres du canton de Morgan (1901-1910)

Source : Sudbury Timber Books, 1901-1971, APO, RG1-44

110Comparativement aux autres cantons de la région de Sudbury, ceux de Balfour et de Rayside ne sont pas des grands producteurs de bois. Dans le canton de Morgan, par exemple, touchant au nord à celui de Balfour, le volume de la coupe est environ dix fois plus élevé, du moins de 1901 à 1910. Après 1910, les possibilités de coupe dans Morgan sont presque nulles. Le tableau 21 résume la récolte de matière ligneuse dans ce canton qui n’est presque pas habité à cause de son sol rocailleux.

111Ce tableau montre que la récolte dans les cantons de Rayside et de Balfour était relativement minime. Toutefois, alors que tous les autres cantons ont produit passablement de bois de pâte à partir de 1907, le canton de Morgan s’est limité au bois de sciage.

112La forêt a donc été une source de bénéfices pour plusieurs habitants qui ont agi comme sous-traitants ou contremaîtres de compagnies canadiennes ou américaines, ou qui ont vendu du bois de chauffage ou du bois de pâte à diverses compagnies.

113Mais les ressources de la forêt étaient épuisées à la fin des années 1920 et même avant. Les habitants ont exploité une autre ressource, celle de l’industrie minière qui, elle aussi, encerclait les terres des deux cantons.

L’activité minière

  • 32 Pour avoir une idée de l’emplacement et de l’historique de ces diverses entreprises minières, on p (...)

114Depuis leur arrivée dans la Vallée et plus particulièrement dans les cantons de Rayside et de Balfour, les habitants canadiens-français n’ont pu échapper à l’attraction des mines de nickel. Depuis 1886, différentes compagnies avaient tenté de faire fortune en exploitant les gisements miniers du bassin de Sudbury. Ces mines, les habitants pouvaient les trouver tout autour d’eux, mais surtout à l’est, au sud-est et au sud-ouest dans les cantons de McKim, Blezard, Garson, Snider, Creighton. Elles étaient nombreuses aussi au nord-ouest, à Onaping et Levack, et même au nord, dans les cantons de Morgan et Foy. Bien que la Canadian Copper et l’International Nickel qui l’a suivie aient été les plus importantes et les plus proches de Rayside et Balfour, d’autres sociétés, pour la plupart américaines, ont laissé leur marque sur le territoire du bassin32.

115Ces mines ont influé directement ou indirectement sur la vie quotidienne des habitants et sur l’évolution de la communauté. Le cas des émissions de souffre en témoigne.

116À cause de leurs caractéristiques géographiques, les deux cantons ne favorisent pas l’exploitation minière à une grande échelle. Toutefois, l’activité minière a connu certains soubresauts, surtout dans le canton de Balfour, lesquels ont eu des effets directs sur un certain nombre d’habitants.

  • 33 Voir les rapports des géologues insérés dans les rapports annuels du ministère ontarien des Mines, (...)

117À la fin du XIXe siècle, des géologues du gouvernement de l’Ontario ont exploré les bords de la rivière Vermillion, surtout vers l’est, près de l’endroit où elle se jette dans le lac Wahnapitei, et dans les cantons de Capreol et de Hanmer, pour trouver le lieu de provenance de pépites d’or que l’on y avait trouvées. Ces recherches n’ont pas été suivies d’une ruée, car les géologues n’ont pas trouvé beaucoup d’or33.

118Dès 1903, un prospecteur français, Joseph Ollier, avait découvert dans le canton de Creighton, près de la partie sud du canton de Balfour, un dépôt de minerai d’argent, de plomb, de cuivre, de zinc et de platine. Il prit possession de ces terrains et tenta en vain d’exploiter le gisement.

119Ce n’est que dans les années 1920, alors que la région de Sudbury connaît une activité minière des plus fébriles, qu’un entrepreneur minier, Joseph Errington (qui a donné son nom à la rue principale de Chelmsford), décide d’exploiter ce gisement.

  • 34 Sudbury Star, March 14, 1928, p. 4.

It is about two years ago since the new era for Sudbury actually dawned. This was when Joseph Errington and his associates recognized in the lead-copper-zinc deposits of Chelmsford a form of commercial ore which had been treated successfully elsewhere and set to work to provide capital for its development34.

  • 35 Sur ce sujet, voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 307-341.

120C’est dans ces années que les principales sociétés minières de la région, l’International Nickel et la Mond, fusionnent et créent ainsi un gigantesque monopole. La nouvelle compagnie commence à développer le complexe Frood au nord-ouest de Sudbury et construit une fonderie et un moulin à Sudbury. Une nouvelle compagnie, la Falconbridge, entre en scène et exploite les gisements de nickel au nord-est de Sudbury35.

121Il n’est donc guère étonnant que le gisement découvert par Joseph Oilier fasse l’objet de nouvelles spéculations.

  • 36 Chelmsford, op. cit., p. 140.

Joseph Errington, connaissant bien la région de Chelmsford, convainc la Treadwell-Yukon, compagnie minière de San Francisco, à tenter fortune dans les parages de la rivière Whitson et de la rivière et du lac Vermilion. Il acquiert lui-même les intérêts dans ce projet et la compagnie le désigne comme bras droit et son gérant. En 1924 il persuade Alphonse Ollier à vendre ses intérêts à la compagnie pour la somme de 57 000 $36.

122Pour rentabiliser l’entreprise et damer le pion aux sociétés rivales, la Treadwell-Yukon doit acheter les terres agricoles des environs. Pour ce faire, Errington a recours aux services d’Elzéar Charette, un marchand canadien-français de Chelmsford. Ce dernier connaît bien les habitants et il peut leur parler dans leur langue, ce qu’Errington ne peut faire.

  • 37 Ibid. Voir aussi Lionel Séguin, Historique de la paroisse de Chelmsford, op. cit., p. 90. L’auteur (...)

Ainsi, entre 1925 et 1928, des dizaines et des dizaines d’options minières sont signées par Elzéar Charette et par de bons fermiers et résidents de la région de Chelmsford [...] Ces terrains forestiers ou agricoles sont vendus pour des montants allant de 5 000 $ à 55 000 $, soit pour droit de surface seulement, soit pour droit du fonds minier seulement, soit pour le terrain entier37.

  • 38 Bien que les compagnies minières aient commencé à s’approvisionner en hydro-électricité dès la fin (...)

123La compagnie dirigée par Errington commence dès 1926 à construire les installations nécessaires pour loger 300 hommes ainsi qu’un aqueduc qui conduit l’eau de la Vermillion dans les mines, au moulin et dans les bâtiments. Elle érige des lignes électriques sur douze milles pour pouvoir bénéficier de l’énergie électrique38.

  • 39 Depuis le début des opérations minières dans la région de Sudbury, les compagnies avaient l’habitu (...)
  • 40 Ontario Department of Mines, Annual Report, 1928, p. 159.

124En 1927, la Treadwell-Yukon a déjà construit un village39 (qu’on appelait Platinum ou Bradley) pour ses employés et creusé deux puits miniers. Dans le puits n° 1, la compagnie compte extraire du minerai (or, argent cuivre, zinc, plomb) et le vendre 17 $ la tonne. Dans le puits n° 2, elle compte extraire du minerai valant 9,81 $ la tonne. Dans le puits n° 3, non encore creusé, le minerai aura une valeur de 20,30 $ la tonne40. Au cours de 1927, elle a entrepris la construction d’un moulin pour la production de concentrés de zinc, de cuivre et de plomb, dont la capacité sera éventuellement de 300 tonnes par jour.

  • 41 Ontario Department of Mines, Annual Report, 1929, p. 83.

125L’année suivante, la Treadwell-Yukon continue de creuser les puits nos 1 et 2 et commence le creusage du puits n° 3. Le moulin produit au cours de l’année 32 092 tonnes de concentrés, mais toutefois la compagnie affirme, dans son rapport annuel de 1928 : « recovery of the metallic content of the ore was low and some of the concentrate was not marketable41. »

  • 42 Le conseil du canton de Balfour avait autorisé le Canadien Pacifique à construire cette ligne, car (...)
  • 43 Voir Ontario Department of Mines, Annual Reports, 1929, p. 83-85 ; 1930, p. 79-81 ; 1931, p. 64-65 (...)

126Les deux années qui suivent sont fructueuses pour la compagnie. En 1930, son puits n° 2 atteint le niveau de 1 500 pieds, le Canadien Pacifique établit un embranchement de six milles depuis la station de Chelmsford jusqu’à la propriété de la mine42. La Treadwell-Yukon construit des voies ferrées qui relient son moulin à l’embranchement et ses trois puits au moulin. En 1929, la production du moulin est de 89 227 tonnes et, en 1930, de 64 859 tonnes. Elle embauche 244 hommes, dont 155 sous terre en 1929, et seulement 141 en 1930. Elle n’apporte aucune amélioration à ses installations de surface au cours de ces deux années. En 1931, la compagnie n’a plus que 44 employés, la Crise ayant sévèrement affecté sa production et sa mise en marché. Elle cesse ses opérations en 193143.

127À la même époque, Joseph Errington lance une autre compagnie, la Sudbury Basin Mines, incorporée en 1927, qui achète 5 000 acres autour du lac Vermillion, près de l’entreprise dont il est toujours le directeur. La Sudbury Basin se limite à des explorations de surface et à du forage. Son activité principale consiste à acheter et à détenir des actions d’autres compagnies minières dont la Falconbridge. La Sudbury Basin n’est active sur le terrain qu’en 1928 et 1929.

  • 44 Ontario Department of Mines, Annual Report, 1928, Part 1, p. 83.

128En 1925, une compagnie nouvellement établie, la British Colonial Coal Mines, commence ses opérations sur le lot 10, concession n° 1 de Balfour. En 1927, le ministère des Mines rapporte que ses opérations ont été de nature sporadique ; la compagnie installe une usine destinée à produire de la vapeur et creuse un puits de 270 pieds. « Nothing else was done44 » La compagnie met fin à ses opérations en 1927.

  • 45 Frank Dennie, prospecteur de Sudbury et de Hanmer, a découvert le gisement minier et exploité la m (...)

129Une autre entreprise minière, beaucoup plus petite que la Treadwell-Yukon, eut aussi un impact sur les habitants de Balfour pendant une période de cinq ans, soit entre 1926 et 1931. Il s’agit de la Sudbury Offset, appelée « Mine à Dennie45 », une mine de nickel et de cuivre située à environ 25 kilomètres au nord de Chelmsford, dans le canton de Foy.

  • 46 Chelmsford, of. cit., p. 143.

130Cette mine commença d’être exploitée en 1927 et cessa de fonctionner elle aussi à cause de la Crise. Bien que seulement une quarantaine d’hommes y eussent travaillé, la plupart provenant de la région de Chelmsford46, la mine fut importante car la seule route d’accès partait de Chelmsford. Tout le minerai extrait de cette mine était transporté sur cette route jusqu’à la station ferroviaire de Chelmsford où les wagons du Canadien Pacifique l’acheminaient à la fonderie de Copper Cliff. En 1932, elle fut vendue et rebaptisée Nickel Offset. Elle reprit ses opérations dans les années 1940.

131Donc la présence des mines eut une influence considérable sur les habitants de Rayside et Balfour. Les mines situées sur ou près de son territoire, soit la Treadwell-Yukon, la Sudbury Basin, la British Colonial Coal et la Sudbury Offset, eurent des effets plus irréguliers que les entreprises de l’INCO. Mais l’impact fut ressenti à plusieurs niveaux. Plusieurs habitants profitèrent des offres d’achat pour vendre leurs terres. Les habitants disent encore aujourd’hui que la mine Errington a joué un rôle de premier plan dans leur vie.

  • 47 Chelmsford, op. cit., p. 141.

Parmi ces vendeurs plusieurs quittent leurs terres pour aller s’établir au village de Chelmsford, d’autres dans la ville de Sudbury. Certains placent leurs fils au Collège du Sacré-Cœur de Sudbury, leurs filles, au Couvent de Sturgeon Falls, de Sudbury, d’Haileybury ou d’Ottawa. D’autres manifestent leur reconnaissance, pour leur vente providentielle en faisant cadeau à la paroisse, en 1926, de magnifiques statues du Sacré-Cœur, de la Sainte-Vierge et de saint Joseph... L’abbé Stéphane Côté hérite du bureau de chêne de Joseph Errington, qui a trouvé en notre ami un grand ami47.

132Ces mines furent aussi une source de profit pour les marchands de Chelmsford, car c’est auprès d’eux que les entreprises sont allées s’approvisionner. Les cultivateurs en profitent aussi, car ils y vendent des produits agricoles et forestiers. Enfin, plusieurs habitants et fils d’habitants y trouvent des emplois saisonniers ou permanents comme journaliers, mineurs, menuisiers, cuisiniers.

Une aire de commerce

133Au centre de cette production agricole, forestière et minière se dessine depuis les débuts de la colonisation une aire où s’établissent des commerces, des établissements de services, des artisans. Il s’agit du village, puis de la ville de Chelmsford.

134En 1891, le village compte déjà un hôtel qui héberge les journaliers, ceux du Canadien Pacifique comme ceux des chantiers forestiers. On y trouve un magasin général, un bureau de poste et de télégraphe ainsi qu’une scierie. C’est donc le début modeste d’une aire commerciale qui dessert les campagnes environnantes.

  • 48 Ces données sont extraites des recensements nominatifs de 1891 et 1901.

135Cette aire s’agrandit en 1901. On recense alors un agent du Canadien Pacifique, trois propriétaires d’hôtel, neuf marchands et plusieurs genres d’artisans : deux forgerons, un beurrier, un boucher, quatre tailleurs, six menuisiers, un bijoutier, un cordonnier, un peintre. Un médecin habite le village, ainsi qu’un entrepreneur et un lumberman. Dans le village de Rayside (qui deviendra Azilda) habitent un forgeron, un hôtelier, un agent forestier, un ingénieur et un agent de station du Canadien Pacifique. Dans les deux villages se concentrent de nombreux journaliers, dont certains logent dans les hôtels48.

136Les rôles d’évaluation de Chelmsford de 1940 montrent que la ville s’est enrichie d’un coiffeur, d’un boulanger, d’un électricien, d’un garagiste, d’un mécanicien et d’un notaire. Le nombre de marchands – six – n’est guère plus élevé qu’en 1901.

137Il est évident que la ville de Chelmsford et le village d’Azilda constituent de petits centres commerciaux qui desservent les cultivateurs des campagnes environnantes. Jusqu’à un certain point, les commerçants et les artisans font le pont entre une formation sociale axée sur la petite production indépendante et la formation sociale capitaliste qui est en pleine croissance dans la ville de Sudbury, quelques kilomètres à l’est.

138Le marchand Elzéar Charette, qui sert d’intermédiaire entre l’entrepreneur minier Joseph Errington et les propriétaires de terrains, illustre ce rôle de liaison entre les deux formations sociales.

139Cette aire témoigne, sur un autre plan, du développement de ce type de formation sociale, car, dans la ville de Chelmsford, la division des terres s’amorce beaucoup plus rapidement qu’à la campagne. Les rôles d’évaluation de 1915 indiquent que la propriété foncière est encore presque totalement constituée de terres mesurables en acres, mais, à partir de 1938 (malheureusement, les rôles d’évaluation pour les années 1915 à 1938 ont été perdus ou détruits), les terres sont déjà divisées en lots.

  • 49 Chelmsford, op. cit., p. 47.

[En 1938,] les anciennes terres sont converties en de nouveaux développements où nous voyons s’aligner, le long des rues nouvellement tranchées, de belles maisons très propres : une vraie richesse pour notre ville et il faut dire que ça provient des mines49.

140Les rôles suggèrent que la structure sociale diffère de celle du canton de Balfour, une structure sociale qui est déjà propre au capitalisme.

141En premier lieu, on trouve une concentration de la propriété relativement plus forte à Chelmsford que dans la campagne, où la propriété est distribuée plus ou moins également entre de nombreux petits propriétaires. Il est vrai qu’à la campagne certains ont des propriétés qui ont une plus grande valeur que d’autres, mais le phénomène de la concentration de plusieurs propriétés dans les mains d’un seul individu est beaucoup moins visible qu’à Chelmsford.

142En 1938 déjà, certains marchands de Chelmsford et de Sudbury sont propriétaires de plusieurs lots. Deux frères domiciliés à Chelmsford possèdent à eux seuls 14 propriétés. Deux autres frères, marchands à Sudbury, en ont cinq. Ainsi les six marchands inscrits sur les rôles ont 21 propriétés. Un autre individu, dont l’occupation est celle de gentleman, possède à lui seul six propriétés.

143La différence entre la campagne et la ville apparaît mieux lorsqu’on examine la structure occupationnelle de 1891 à 1940.

144Au début de la colonisation, la structure occupationnelle est très simple et dominée par les cultivateurs, les journaliers et les cheminots. Il est impossible de savoir pour qui les journaliers travaillaient ; il s’agissait sans doute de travailleurs de la forêt ou des chemins de fer. En 1901, la structure occupationnelle est légèrement plus diversifiée, comme le montre le tableau 23.

145Le tableau témoigne de la diversité relative qui s’est introduite dans la structure des occupations, surtout à Chelmsford. Les cultivateurs dominent encore et largement ; le nombre de journaliers a augmenté considérablement. Ces derniers sont principalement des fils de cultivateurs ou des membres de la famille, surtout des frères, qui habitent chez les cultivateurs. Encore une fois, il est impossible de déterminer pour quel type d’entreprises travaillent ces hommes. À Chelmsford, le nombre de marchands et d’artisans s’est accru.

146Il est malheureusement impossible de définir la structure occupationnelle de ces cantons, de Chelmsford et d’Azilda entre 1901 et 1940, car les recensements décennaux ne détaillent pas les données pour des agglomérations aussi petites. Les rôles d’évaluation toutefois permettent de définir cette structure, mais seulement en 1940 et uniquement pour le canton de Balfour et la ville de Chelmsford.

147Les occupations n’ont pas beaucoup changé entre 1901 et 1940. Le nombre de cultivateurs dans la campagne de Balfour est encore relativement élevé.

  • * Chelmsford comprend à la fois le village de Chelmsford et les cantons de Balfour et de Rayside.

TABLEAU 22. Occupations, Chelmsford (1891)*

TABLEAU 22. Occupations, Chelmsford (1891)*

Source : Recensement nominatif, Statistique Canada, 1891

148On peut présumer que la structure occupationnelle de la campagne de Rayside est sensiblement la même.

  • 50 Pour une analyse de la structure occupationnelle selon les propriétaires et les locataires, on pou (...)

149À Chelmsford, on note la disparition de certains artisans et l’arrivée de nouveaux métiers, comme ceux d’électricien, de mécanicien et de garagiste. De plus, le nombre de mineurs a beaucoup augmenté, comparativement à 190150.

150Les recensements et les rôles d’évaluation sont silencieux quant au travail des femmes. Dans les recensements nominatifs, les femmes sont des épouses alors que, dans les rôles d’évaluation, elles sont des ménagères.

TABLEAU 23. Occupations, Balfour, Chelmsford, Azilda et Rayside (1901)

TABLEAU 23. Occupations, Balfour, Chelmsford, Azilda et Rayside (1901)

* Le mot lumberman n’est pas traduisible en français. Il désigne une personne qui peut être sous-traitant ou propriétaire d’une compagnie ou encore un agent qui sert d’intermédiaire entre les coupeurs et les compagnies

TABLEAU 24. Occupations, Balfour et Chelmsford (1940)

TABLEAU 24. Occupations, Balfour et Chelmsford (1940)

* Le mot gentleman est lui aussi difficile à traduire. Il désigne soit des rentiers, soit des cultivateurs à la retraite qui habitent maintenant la ville.
Source : Rôles d’évaluation, Balfour et Chelmsford, 1940

  • 51 Ce concept est emprunté à Gérard Bouchard et Régis Thibault, « Inertie et mutations dans l’agricul (...)

151Les recensements et les rôles d’évaluation laissent croire que les campagnes sont peuplées seulement de cultivateurs, mais les témoignages recueillis auprès des répondants et répondantes nous amènent à conclure à une pluriactivité51. Les habitants étaient nettement plus que des cultivateurs. Ils travaillaient aussi dans l’industrie forestière comme bûcherons ou comme sous-traitants pour d’importants entrepreneurs forestiers. Certains vendaient aussi le bois coupé sur leur terre à ces entrepreneurs ou à des individus comme bois de pâte ou de chauffage.

152Les agriculteurs vendent aussi du foin, des pommes de terre et d’autres légumes aux compagnies de chemin de fer ou forestières ou aux marchés locaux. Ils vendent aussi leur crème et leur lait, soit de porte à porte dans la région, soit aux laiteries, aux beurreries et aux fromageries.

  • 52 Paul de la Riva, « Les ouvriers mineurs canadiens-français de l’International Nickel Company (INCO (...)

153Certains cultivateurs et plusieurs fils de cultivateurs font aussi des stages de travail dans les mines des environs. Une étude récente a montré que la main d’œuvre masculine canadienne-française des mines était changeante52.

154Il est donc évident que, pour survivre, les cultivateurs ont dû exercer plusieurs métiers.

L’auto-suffisance et le marché

155Il est évident qu’au cours de cette période, sans doute plus à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle qu’en 1940, la terre était ce autour de quoi gravitaient ces familles d’habitants. La terre leur assurait une certaine autosuffisance.

On avait quelques animaux, on avait des vaches pour subvenir à tous les besoins de la famille, affirme un répondant. La crème, le lait, le beurre, on avait tout ça chez nous ; on avait tous les légumes, on avait la viande parce que mon père faisait la boucherie à tous les automnes, à tous les printemps, alors on avait assez pour vivre sur la terre.

156Un autre répondant, originaire de Balfour, souligne qu’« on peut dire qu’y a certains fermiers qui ont vécu strictement avec les fermes mais j’vous garantis que ça demandé une planification pas mal différente parce que le revenu était pas mensuel, y était saisonnier ».

157Pour assurer leur subsistance, la grande majorité des habitants ont dû assez tôt vendre les produits qu’ils avaient en trop ainsi que leur force de travail. À partir du début du XXe siècle, ils peuvent tirer un revenu de la vente sur le marché local du surplus de foin, de bois, de pommes de terre et d’autres légumes, de produits laitiers et de viande. « J’pense que tout l’monde cultivait pas mal ce qu’y avait de besoin pour eux autres mêmes ; ensuite le surplus, y l’vendait », affirme cet ancien cultivateur.

158Ce marché pour leurs produits, les habitants le trouvent non seulement auprès de marchands locaux – qui ne sont pas très nombreux –, mais aussi auprès des beurreries, des fromageries et des laiteries environnantes, et des bouchers de Sudbury. Certains font aussi du colportage. Un répondant se rappelle ce colportage :

Mon père allait coss qu’on appelle « peddler » ; y allait de porte en porte offrir ses légumes aux gens de la ville. Y allait aussi à Copper Cliff où y avait ben des gens d’la compagnie par exemple [l’Inco] ; c’étaient des gens qui recevaient des gros salaires. Mon père y avait ce qu’on appelle des pratiques dans c’temps là, des clients. Je m’souviens que mon père disait ben : « j’va aller peddler au Moulin-à Fleur [quartier ouvrier canadien-français de Sudbury] » ; alors y allait de porte en porte et pis quand y revenait y avait pu d’patates, y avait pu d’œufs, y avait pu de légumes, y avait tout, y avait tout vendu.

159Les répondants et les répondantes disent tous que les pères de famille devaient être polyvalents pour pouvoir entretenir leur famille. Faisons une place ici à certains de leurs témoignages.

Mon père était fermier, rappelle un septuagénaire de Chelmsford. On vivait avec la terre. On faisait not’pain, le beurre, on avait not’crème, on avait tout. Pis ensuite y a commencé à vendre d’la viande, y était boucher. Y allait vendre d’la viande comme à Levack, pis à Cartier. Y a fait ça pendant des années. Y charriait le lait aussi ; y l’ramassait su les fermiers pis y allait le mener – comment ce que t’appelles ça – à une dairy.

Ben mon père était un homme qui avait commencé très jeune avec mon grand-père, rappelle un répondant d’Azilda. Mon grand-père travaillait beaucoup ; y avait défriché sa terre, y a même eu un chantier à un moment donné, un p’tit chantier. Et pis y ont appris, à cause des besoins, qu’il fallait se déprendre eux-mêmes ; alors y apprenaient à faire tout ce qui avait besoin de faire. Alors c’est comme ça que mon père a appris le métier de menuisier à force d’aider à mon grand-père à bâtir des bâtiments de ferme. Pis aussi tout l’monde allait travailler dans la mine dans c’moment là soit pour une longue durée soit pour une courte. C’était un travail qui était disponible pour tout l’monde qui avait deux bons bras.

160Un autre se rappelle que « oui, y avait toujours des marchands de cours qui vendaient des légumes, des patates. Y avait aussi le bois qui s’vendait, c’est-à-dire le bois de chauffage et ça s’vendait local ; même que des compagnies comme le CPR achetaient moyennement d’bois. Je m’rappelle assez spécialement d’une année on avait beaucoup, trois cents cordes de bois, ça s’est vendu tout’ local à Chelmsford su les marchands, les propriétaires, les hôteliers. Y avait toujours un marché pour ça. » Son père était cultivateur et travaillait aussi à la construction de routes pour le compte de la municipalité.

161Un ancien cultivateur, aujourd’hui résidant d’Azilda, se souvient surtout de la vente de la viande :

On avait beaucoup de cochons et pis on vendait des cochons. Y avait un boucher au Moulin-à-Fleur qui venait acheter nos cochons et des vaches. Tout le monde allait au marché de Sudbury les samedis et emportait leurs produits pour les vendre. Nous autres on avait jamais eu besoin d’aller au marché parce qu’on vendait, surtout ma mère, nos produits ici et là, on connaissait l’monde. On vendait des œufs, du beurre, et puis du lait en grosses canisses à Palm Dairy. Alors le produit on en vendait. Le surplus on le vendait.

162Une répondante affirme que la ferme de ses parents produisait beaucoup de pommes de terre. « On récoltait deux, trois mille poches de patates. On faisait aussi des grands jardins et c’est nous aut’ les filles qu’on prenait soin de tout ça. » Son mari ajoute : « On paquetait les patates en dix livres, vingt livres, cinquante livres, après ça on vendait des œufs au village. » « Pis de la belle crème à part ça, » dit son épouse. « Ah oui ! conclut le mari, tous les samedis on vendait des œufs, des patates, des légumes, de la crème. »

163Un autre, enfin, raconte comment son grand-père et son père utilisaient une « tsime » de chevaux pour aller couper le bois et le rapporter à la ferme. Les chevaux étaient attelés à une « machine qui sciait son bois. Pis avec sa tsime, y partait pis y s’en allait en ville pour vendre le bois, le bois de poêle qu’on appelle. L’hiver y faisait son bois pis y allait le vendre, y a fait quelque piasses comme ça. Pis y a fait l’élevage des moutons et pis des animaux à bœuf mais y avait spécialisé dans les vaches à lait. Et pis c’est lui qui a été le premier homme à fournir Chelmsford de lait en bouteille. »

164Les répondants et répondantes ont souvent mentionné le marché de Sudbury. À partir de 1914, les cultivateurs de la région ont accès à ce marché, situé rue Borgia et créé par le conseil municipal afin de permettre aux cultivateurs d’écouler leurs produits. Le marché fut ouvert à la suite d’une recommandation de la Chambre de commerce de Sudbury adressée au conseil municipal à l’époque où l’émission de souffre était devenue un problème politique épineux.

  • 53 Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 212-213.

During the sulphur fumes dispute, Board of Trade attempted on numerous occasions to have the government assist the farmers affected by smoke damage. Obviously caught in a cross-fire between the mining companies and the farmers, the Board of Trade struggled to avoid blaming the companies while lobbying the government to assist the farmers53.

165Ce ne sont évidemment pas tous les cultivateurs de la région qui, du moins au début, ont pu bénéficier de ce marché.

  • 54 Rapport d’agronome, 1914-1915, APO, G-5-1, p. 34.

Although the farmers’ market represents rather a thriving business, it only affects the farmers who are close to town. The farmer who is far away and obliged to handle his produce in bulk is the one who suffers. He must either sell his produce at a low price, and take merchandise in exchange, or sell it himself to some one willing to give a fairly respectable price54.

166L’agronome considère que le fermier de la région a de sérieux problèmes de mise en marché, étant donné les frais de transport et l’éloignement des marchés de Toronto et de Montréal :

  • 55 Ibid., p. 35.

167Creamery butter made in this district sells for 23 to 25 cents per pound. Toronto offers 25 to 28 cents per pound after it has been shipped two hundred and eighty miles. Market prices are good, but the marketing system is seriously lacking55.

168L’un des principaux obstacles à la mise en marché des produits agricoles était l’absence de routes et, surtout, de routes carrossables. La Chambre de commerce de Sudbury s’est efforcée, au début du XXe siècle, d’amener le gouvernement provincial à construire des routes non seulement entre Sudbury et Toronto, mais aussi entre les villages de la région et Sudbury. Les habitants de Rayside et de Balfour ont aussi exercé des pressions en ce sens. En 1914, le curé Côté se rend avec une délégation de cultivateurs à une réunion de la Chambre de commerce pour demander de meilleures routes.

169En partie à cause du manque de bonnes routes, du moins jusqu’après la Deuxième Guerre mondiale, les habitants de Rayside et de Balfour écouleront toujours leur stock sur le marché local. Ils y sont forcés aussi à cause d’autres facteurs.

170La vente des pommes de terre aux grossistes et aux marchands de la région est limitée parce que les cultivateurs ne se sont pas préoccupés de semer des variétés standard.

In some sections, particularly Blezard Valley, potatoes are a very important crop, some farmers harvesting as high as 1500 bushels per year. Although a considerable quantity of potatoes are harvested annually throughout the district, there has as yet been no attempt made at growing standard varieties, and the great majority of farmers do not know what variety they are growing. Due to this cause and to the fact that no proper system of grading is followed many farmers have serious difficulty in marketing their crop advantageously.

  • 56 Rapport d’agronome, 1917-1918, p. 10, APO, RG16, G-5-1. L’examen des éditions du Sudbury Star de l (...)

The wholesale produce houses in this town are loath to handle the locally grown tubers preferring to import their requirements in carload lots from Nova Scotia, New Brunswick and Manitoba56.

  • 57 Ibid., 1937-1938, p. 1.

171Cette situation ne commencera à être corrigée qu’en 1936-1937, lorsque les fermiers classifieront leurs pommes de terre. « Many farmers in the Blezard Valley area graded their potatoes last year and found a ready market for their produce. This I feel to be the nucleus that will lead to the grading of all the potatoes in that area57. » Un an plus tard, l’agronome note que, à cause de cette classification et de la qualité des pommes de terre, les marchands locaux ont importé très peu de pommes de terre du Nouveau-Brunswick. De plus, les cultivateurs ont pu commencer à exporter une partie de leurs produits.

172Les marchés locaux ne sont pas régulièrement approvisionnés en produits de la terre à cause des effets nocifs du souffre sur les récoltes. Le marché de la viande est moins précaire, mais la mauvaise qualité du cheptel limite la demande non seulement pour la viande, mais aussi pour les produits laitiers.

173Au cours de cette période, le jeu de l’offre et de la demande a amené les habitants à produire, pour la vente sur le marché, principalement du foin et des pommes de terre. Ils ont également vendu des légumes de jardin, des produits laitiers, de la viande de bœuf et de porc. À partir des années 1930, ils produisent de plus en plus de la viande de volaille. Enfin, après 1937, ils vendent des petits fruits tels que les fraises et les framboises, ainsi que des bleuets, à la culture desquels le sol assez acide de la Vallée se prête très bien.

174La demande pour ces différents produits a varié considérablement. Elle a été passablement élevée dans les années où les sociétés minières et forestières ainsi que les sociétés de chemin de fer ont été en forte expansion ou très productives. Ainsi, pendant les années de construction du chemin de fer du Canadien National, pendant les années de récoltes abondantes de bois et d’intense production minière avant la Première Guerre mondiale dans la région de Sudbury, les produits des habitants ont été très en demande.

  • 58 Rapport d’agronome, 1914-1915, p. 34, APO, RG16 G-5-1.

More produce is sold in this district than that which is produced at the present time. The lumber companies alone spend $2,569.00 on produce. Certain mining companies pay an annual wage of $1,474,192.99. There is a population of seven thousand one hundred in the town of Sudbury and there are several villages in the surrounding country varying in population from one hundred to three thousand58.

175La demande pour les produits a baissé au début des années 1920, car les compagnies minières de la région ont dû cesser leurs opérations pendant quelques années. De 1926 à 1930, l’expansion des sociétés minières a entraîné une forte hausse de la demande.

Increased mining and construction activity in Sudbury and vicinity has opened up a very lucrative market to local farmers for all classes of farm products.

  • 59 Rapport d’agronome, 1928-1929, p. 11, APO, RG16, G-5-1.

Potatoes, one of the most important cash crops, are bringing a good price as well as beef, mutton, pork, eggs and dairy products59.

176La Crise a provoqué, en général, l’effondrement du marché des produits agricoles. En 1933-1934, le prix du lait est tellement bas que les fermiers commencent à vendre leurs vaches pour la viande. Ainsi que le note l’agronome, les habitants n’ont pas assez d’engrais naturel l’année d’après pour fertiliser convenablement leurs champs. En 1934-1935, il note :

  • 60 Ibid., 1934-1935, p. 1.

The decreased purchasing power of the urban centres lead to a falling off in the demand for agricultural produce. The economic law of price finding based on supply and demand was in evidence and the farmer received very discouraging prices for his commodities. Dairy products, one of the main stays of the district, were low, and hay was selling at $18.00 a ton. The outcome was the sale of both cattle and hay, an unfortunate occurrence for rapid avance of agriculture in the district60.

  • 61 Ibid., 1939-1940, p. 1.

177En 1937-1938, l’agronome rapporte que, à cause des marchés déprimés, la situation économique des cultivateurs est à ce point précaire qu’ils sont obligés de vendre leur cheptel. En 1939-1940, il note : « Never before did so many farmers call for the purpose of discussing personal farm problems. More letters were received dealing with farm problems and many farmers phoned the office long distance for hurried information61. »

178Les habitants sont donc aux prises avec des fluctuations de l’offre et de la demande pour leurs produits agricoles. Le mauvais temps est un autre facteur qui compte pour beaucoup. Selon les rapports de l’agronome, les habitants ont connu de très mauvaises saisons en 1925, 1926,1927 et 1928 à cause du mauvais temps. La saison 1928-1929 a été bonne à tous égards. Les deux saisons suivantes ont été très mauvaises, mais, en 1932-1933 et en 1933-1934, le beau temps a permis d’avoir de bonnes récoltes. À partir de 1935, la dépression économique n’a pas épargné les cultivateurs.

179La Crise a sans doute amené une baisse de la demande pour les produits agricoles sur les marchés locaux. Ainsi que l’a dit une répondante, pendant la Crise, « le monde y ont eu de la misère ». Mais, un autre répondant a vécu différemment cette période :

La grosse crise, elle a duré cinq ans, de 1930 à 1935. Beaucoup de monde pâtissait de manger, il en avait pas. Alors sur la terre on ne pâtissait pas, on en avait en plein, même on en donnait à ceux qui n’en avaient pas. Mon père lui il était bon quand il voyait une personne souffrir il faisait tout pour l’aider. Il a été mené une poche de fleur de 100 livres à un voisin.

180En somme, la production agricole des habitants de Rayside et de Balfour était presque toute consommée par la famille. Les revenus générés par la vente du surplus sur les marchés locaux servaient à assurer la subsistance.

181Un répondant établit une différence entre le salaire et le revenu :

Quand on dit un salaire, ça serait difficile de dire que mon père avait un salaire ; euh, j’pense qu’il avait des revenus mais pour dire un salaire comme un emploi dans une industrie, non ; mais on pourrait dire que oui le revenu mensuel était très important pour que la famille soit capable de survivre.

182Par-delà les données concernant la production, il est nécessaire d’examiner les forces et les rapports de production qui déterminent en grande partie la nature et l’évolution de la formation sociale et du mode de production qui sous-tend celle-ci.

Les rapports de production

  • 62 La ville de Sudbury avait toutefois été électrifiée au début du siècle par la Wahnapitei Power Com (...)

183La ferme moderne, équipée de machines en tout genre, de camions et de tracteurs, alimentée à l’électricité, est apparue après la Deuxième Guerre. À l’époque dont nous parlons, c’était un phénomène presque inconnu, tout au moins dans les cantons de Rayside et de Balfour. Avant 1940, le tracteur n’y avait pas encore fait son apparition. L’électricité n’a commencé à alimenter les fermes de la Vallée qu’en 194762. Les forces matérielles de production consistaient essentiellement en chevaux que l’on utilisait pour les labours, les récoltes et les coupes de bois.

184Le deuxième élément de ces forces de production était la force de travail des membres de la famille, donc des rapports de production familiale. Comme Marx l’a noté, ces rapports de production sont aussi des forces de production :

  • 63 Karl Marx, L’idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1982, p. 88.

Il s’ensuit qu’un mode de production ou un stade industriel déterminés sont constamment liés à un mode de coopération ou à un stade social déterminés, et que ce mode de coopération est lui-même une force productive63.

185De plus, dans l’Avant-propos de la Critique de l’économie politique, Marx note aussi :

  • 64 Karl Marx, « La critique de l’économie politique », dans Œuvres. Economie I, Paris, Bibliothèque d (...)

Dans la production sociale de leur existence, les hommes nouent des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté ; ces rapports de production correspondent à un degré donné du développement de leurs forces productives matérielles64.

186Les rapports de production familiale correspondent à un niveau relativement peu développé des forces matérielles de production. C’est l’ensemble de la famille qui produisait du matin au soir, d’où la nécessité d’avoir des familles relativement nombreuses. Cette force de travail familiale constituait un ensemble de forces matérielles et de rapports sociaux qu’exigeait le niveau de production nécessaire à la reproduction de la famille.

187Il y avait certes une division de travail entre les femmes et les hommes. Les épouses et les filles s’occupaient de la maison, de la nourriture, de la confection et de l’entretien des vêtements, donc de la reproduction de la force de travail. Elles étaient aussi chargées de faire le « train » et de récolter les légumes et les fruits de jardin. Les hommes travaillaient à l’extérieur pour préparer et cultiver les champs, pour effectuer les récoltes des plantes fourragères, des céréales, des légumes et des petits fruits. Ils construisaient et entretenaient les bâtiments de ferme et s’occupaient des animaux. Ils travaillaient dans les bois faisant partie de leur terre ou dans les chantiers environnants et parfois dans les mines ; la mise en marché des produits de la ferme était aussi de leur responsabilité. Enfin, comme nous le verrons dans le chapitre suivant, ils accomplissaient des travaux divers pour les conseils de Chelmsford et des cantons.

188Les répondants et les répondantes ont insisté sur le fait que les cultivateurs devaient être polyvalents et ils ont encore plus mis en évidence la division du travail au sein de la famille.

189Selon deux répondantes,

les gars y ont jamais fait rien dans la maison. Non. Maman croyait pas là-dedans. C’était elle pis la plus vieille. Pis moi j’allais aider mon père à l’écurie. J’étais la troisième mais les plus vieilles aidaient toujours à la maison. Elles s’occupaient de l’ordinaire et pis le ménage, on faisait l’ménage. Mais les gars travaillaient pas dans la maison. Non, les mères y croyaient pas à ça. À tous les lundis matins, on avait tout été à la messe dans not’ linge de dimanche, pis le lundi c’était de brosser les habits, pis presser ça. Les lundis matins, c’était un devoir, tout serrer les habits, le linge de dimanche pis les chaussures.

190Les hommes ne démentissent pas ces propos. L’un d’entre eux affirme :

C’est quelque chose qui s’est évolué par nature plutôt que par direction. On avait des tâches à remplir, que ce soit les filles ou les garçons. Naturellement les filles avaient des tâches à remplir principalement dans la maison mais les mois d’été où qu’y avait beaucoup de travail dehors, les filles travaillaient dehors. Les garçons, on avait des tâches aussi parce qu’on avait beaucoup de travail à faire entre les heures d’école y compris les fins de semaine. Pourquoi les filles dans la maison et pas les gars ? Eh ben c’était la façon de faire... et peut-être l’habileté et les intérêts. J’peux pas dire qu’on faisait rien comme garçon, on en faisait mais, euh, c’était la p’tite partie.

191Un autre cultivateur se rappelle que

c’est les filles qui travaillaient dans la « cookerie ». Mais les filles ont aussi, ont fait la traite des vaches, soigné les animaux, comme les poules. Ensuite pour aller au village, surtout dans ce temps-là c’était avec les chevaux, c’étaient la mère et les filles assez souvent. Les hommes eux délivraient aussi loin que j’me rappelle.

192Pour un autre,

c’est ma mère qui faisait toute dans la maison. Les gars y travaillaient pas dans la maison dans c’temps-là. Les filles restaient à la maison et aidaient à ma mère. Y en a qui sont allées travailler en dehors ; y travaillaient dans les maisons privées pour, dans c’temps là, c’était dix piasses par mois.

193Pour certains, c’était un partage :

Tout le monde se partageait les tâches parce que, sur la ferme, tout l’monde avait sa tâche à faire. Comme on avait une grande ferme et ben à c’moment-là on faisait le travail ensemble et pis ça durait pas tellement longtemps. C’était pas si pénible que ça parce qu’on se partageait ça comme j’dis.

194En apparence, ce type de rapports de production est fondé sur une forme de coproduction entre hommes et femmes. C’est vrai jusqu’à un certain point. Hommes et femmes – époux, épouse et enfants – produisaient ensemble. Mais cette notion de coproduction néglige l’aspect fondamental de la propriété. Car, au cours de cette période, c’est l’homme qui possède en général le titre de propriété, donc la propriété des moyens de production. Cet aspect légal donnait à l’homme une certaine suprématie dans les rapports de production. Il pouvait, entre autres, exiger que la femme s’occupe de tous les aspects de la reproduction de la force de travail liés au travail domestique.

La rigidité de la division sexuelle du travail ne signifie pas que mari et épouse vaquent isolément chacun de leur côté, à leurs occupations respectives. Elle détermine plutôt deux grands groupes distincts de producteurs : celui des femmes, collaborant aux activités qui leur incombent, et celui des hommes, qui travaillent collectivement aux champs.

  • 65 Diane Bélisle et Yolande Pinard, « De l’ouvrage des femmes québécoises », dans Louise Vandelac et (...)

De fait, l’économie rurale s’appuie largement sur le double travail agricole et domestique des femmes. Celles-ci jardinent, cuisinent, boulangent, font boucherie et charcuterie, en plus de cultiver le lin, tondre le mouton, filer, tisser, coudre et broder, puis laver et repasser. Elles entretiennent et soignent enfants, maison et animaux [...]65.

195Il est évident que, dans la vie de tous les jours, dans les rapports entre l’homme et la femme, entre le père et les enfants et entre la mère et les enfants, la situation a pu être fort variable et que, dans certains cas, la femme a pu dominer. C’était sans doute le cas lorsque l’homme travaillait dans les chantiers l’hiver. Mais il reste que, légalement, à cause du fait qu’il possédait la propriété, l’homme déterminait en partie la nature des rapports de production.

196Il est aussi plus juste de dire que, dans cette formation sociale, on retrouvait des rapports de production à la fois familiaux et patriarcaux. Le père détenait en principe l’autorité dans la famille alors que le curé avait la haute main sur la paroisse.

197Entre les propriétaires des moyens de production, les rapports étaient en principe égaux car les terres possédées par eux avaient à peu près toutes la même superficie. Cette réalité a sans doute contribué à faire naître un esprit de coopération.

198Dès 1914, l’agronome avait noté l’importance des mouvements coopératifs chez les habitants du district :

  • 66 Rapport d’agronome, 1914-1915, p. 37, ibid.

The necessity of co-operation in the selling and buying farm produce has been keenly felt in this district, and as a result of this feeling several co-operative associations, and stores have been organized. Some of these associations have been able to stand, while others have fallen. There are, however, certain associations which are thriving and give very valuable assistant66.

  • 67 Rapport d’agronome, 1938-1939, p. 18, op. cit.

199L’une de ces coopératives qui a réussi est la Société coopérative de Verner dont l’agronome retrace les origines. À Chelmsford, la première coopérative agricole a été le Syndicat agricole de Chelmsford, fondé en 1923, et dont l’objectif était le battage et le nettoyage des graines de semence. En 1938-1939, l’agronome rapporte l’établissement de la Chelmsford Agricultural and Cooperative Society, laquelle compte 30 membres et a pour but de permettre aux fermiers d’acheter et de vendre des produits de façon coopérative67. Les rapports subséquents ne font malheureusement aucune mention de ces deux coopératives ; il est donc impossible de savoir ce qu’elles sont devenues. Notons enfin que ces coopératives avaient toutes rapport avec le domaine de la distribution et de l’échange.

200Les habitants de Rayside et de Balfour ont vécu un autre type de rapports de production à mesure qu’ils ont travaillé dans les industries forestière, minière et ferroviaire. Il s’agit des rapports de production capitaliste au sein desquels ils se trouvent, jusqu’à un certain point, privés de la propriété de leurs moyens de production, sauf évidemment pour certaines compétences et leur force de travail.

201Cette affirmation d’ordre général doit toutefois être nuancée. Dans l’industrie forestière, plusieurs ont travaillé à titre de sous-traitants ou de vendeurs (ou fils de vendeurs) du bois de leur propre terre. Certains ont vécu cette expérience comme salariés, mais souvent la présence d’autres membres de la famille ou de la parenté pouvait mitiger l’expérience de ce nouveau type de rapport. Il faut souligner que la structure de ces rapports de production n’était pas très complexe au début du XXe siècle. Lorsque l’homme de chantier était embauché pour une saison dans un camp de bûcherons, il était un peu laissé à lui-même, car le contremaître devait s’occuper de 50 à 125 travailleurs. Les innovations technologiques étaient plutôt rares, du moins jusque dans les années 1930, époque où les compagnies ont commencé à introduire des tracteurs dans leurs opérations de coupe de bois. Les méthodes de coupe sont restés à peu près inchangés depuis le XIXe siècle. Les innovations ont été plus rapides dans les moulins et les usines de pâte de papier.

  • 68 Ian Radforth, Bush Workers and Bosses. Logging in Northern Ontario 1900-1980, Toronto, University (...)

Within the Ontario forest industry of the early twentieth century, the secondary manufacturing sector was far more technologically advanced than the primary sector which, woods officials frequently complained, remained in a primitive state68.

202Les rapports de production dans la forêt variaient grandement selon les compagnies et la taille des chantiers.

  • 69 Voir à ce sujet Frederick W. Taylor, Organisation du travail et économie des enteprises (textes ch (...)
  • 70 Sur ce sujet, on pourra consulter Wallace Clement, Hardrock Mining, op. cit., et Donald Dennie, «  (...)

203L’industrie minière, par contre, a adopté une structure de rapports de production de plus en plus influencée par le taylorisme69, surtout après 1900, au moment où les forces productives des compagnies alimentées par l’énergie hydro-électrique et dotées d’une main d’œuvre plus abondante se sont accrues. La structure de supervision, entre autres, est aussi devenue plus complexe, surtout après 1928. Par contre, le rapport de production capitaliste, selon lequel le mineur ne pouvait être propriétaire des moyens de production, avait été établi dans l’industrie minière de la région dès le début70.

204Dans la ville de Chelmsford, à la différence des villages voisins, les rapports de production capitalistes avaient déjà été introduits si l’on en juge par le nombre croissant de petits salariés – journaliers, commis – et de locataires. Encore une fois, il convient de nuancer cette affirmation, car souvent le salarié était un membre de la famille du propriétaire. L’expérience du salariat ou du prolétariat était sans doute atténuée par cette réalité.

205Il semble évident toutefois que si les rapports de production étaient en général de type familial et patriarcal, plusieurs habitants et fils d’habitants ont commencé à être intégrés à des rapports de type capitaliste à la suite du va-et-vient que l’on peut remarquer entre la ferme et les autres activités de production.

  • 71 Gérard Bouchard et Régis Thibeault, « Inertie et mutations dans l’agriculture du Saguenay... », op (...)

Ainsi la pluri-activité, à la fois sur et hors la ferme, assurait tant bien que mal une sorte d’indépendance – toute relative – de la famille et lui fournissait les moyens nécessaires à son projet de reproduction. On ne peut donc pas parler ici d’une intégration au marché selon le modèle classique ; mais on ne peut parler non plus d’autosubsistance puisqu’en pratique les rapports ou contacts avec le marché étaient nombreux71.

  • 72 Karl Marx, « Matériaux pour l’« économie », dans Œuvres. Economie II, Paris, Bibliothèque de la Pl (...)

206La notion de domination ou de subordination formelle introduite par Marx72 traduit de façon plus précise les rapports qui se nouaient graduellement entre la formation sociale des cantons de Rayside et Balfour et la formation sociale de la ville de Sudbury, qui évoluait déjà plus rapidement vers un mode de production capitaliste.

Notes

1 Cette loi a pour titre An Act Respecting Free Grants and Homesteads to Actual Settlers on Public Lands, chapitre 24, Revised Statutes of Ontario, 1877.

2 Joseph Schull, L’Ontario depuis 1867 (traduit de l’anglais par Louise Filteau et Denis G. Gauvin), Toronto, Ontario Historical Studies Series, McClelland and Stewart, 1987, p. 64.

3 Sur les théories et les recherches les plus importantes portant sur le peuplement et la colonisation au Québec et dans le nord de l’Ontario, voir l’excellent article de Martine Tremblay, « Peuplement et colonisation du Québec et du nord de l’Ontario : connaissances actuelles et perspectives de recherches », dans Revue du Nouvel-Ontario, n° 12, p. 43-64. Pour un aperçu du rôle de ces sociétés dans le Grand Nord, et plus spécialement dans la région de Moonbeam, voir Michel D’Amours, Moonbeam, 1913-1945. La colonisation, la vie économique et sociale, Sudbury, La Société historique du NouvelOntario, Documents historiques n° 71,1980.

4 Voir entre autres Lionel Séguin, op. cit., et Chelmsford, op. cit.

5 Voir à ce sujet Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la Confédération à la crise (1867-1929), op. cit., p. 137-145.

6 Léon Gérin, « La famille canadienne-française, sa force, ses faiblesses. Le paysan de Saint-Irénée, hier et aujourd’hui », dans Marcel Rioux et Yves Martin (études choisies et présentées par), La société canadienne-française, Montréal, Hurtubise HMH, 1971, p. 61. Voir aussi, dans le même recueil, le texte de Pierre Deffontaines, « Le rang, type de peuplement rural du Canada français », p. 19-32.

7 Voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 ».

8 Wallace Clement, « Class and Property Relations : An Exploration of the Rights of Property and the Obligations of Labour », dans Clement, Class, Power and Property. Essays on Canadian Society, Toronto, Methuen, 1983, p. 210-212. On aura profit à consulter C. B. Macpherson, Property : Mainstream and Critical Positions, Toronto, University of Toronto Press, 1978.

9 Marc St-Hilaire, « La structuration foncière en milieu de colonisation agro-forestière : Saint-Fulgence, 1852-1898 », dans Saguenayensia, vol. 27, n° 4, p. 138.

10 Chelmsford, op. cit., p. 47.

11 Roger Bélanger, Région agricole Sudbury-Nipissing, Sudbury, Société historique du Nouvel-Ontario, Documents historiques n° 18,1949, p. 32.

12 Report of the Commission of Crown Lands, Sessional Papers 1885, p. 52-53.

13 Report of the Commissionner of Crown Lands, Sessional Papers, vol. XVII, 1885, p. 53-54.

14 H. B. Roy, Rapport d’agronome, RG, G-5-1, p. 50.

15 Ibid, 1931-1932, p. 4.

16 Voir Rapport d’agronome, RG 16 Series G-5-1,1924-1925, p. 7.

17 Roger Bélanger, op. cit., p. 25.

18 Roger Bélanger, op. cit., p. 30.

19 H. B. Roy, Rapport d’agronome, RG, 5-G-1, 1917-1918, p. 35.

20 Voir Rapport d’agronome, RG 16 Series, G-5-1, p. 5.

21 Ibid., 1915-1916, p. 6.

22 Les rapports d’agronome décrivent les origines, les objectifs et l’évolution de cette ferme modèle. On pourra consulter les rapports d’agronome des années 1923-1924 à 1928-1929.

23 Voir le rapport d’agronome, RG 16 Series, 5-G-l, 1925-1926, p. 10.

24 Pour un excellent résumé de ces événements, voir l’article de Matt Bray, « The Province of Ontario and the Problem of Sulphur Fumes Emissions in the Sudbury District. An Historical Perspective », dans Revue de l’Université Laurentienne, vol. XVI (2), 1984, p. 81-90.

25 Pour un historique de ces opérations forestières, voir Ontario Department of Lands and Forests, A History of Sudbury Forest District, Toronto, District History Series, No. 21,1967, et Gwenda Hallsworth, « A Good Paying Business : Lumbering on the North Shore of Lake Huron, 1850-1910, with Particular Reference to the Sudbury District », thèse de maîtrise, Sudbury, Département d’histoire, Université Laurentienne, 1983.

26 Guy Gaudreau, « Le développement des activités forestières en Ontario (1885-1900) : une prise de vue quantitative », Revue du Nouvel-Ontario, n° 12, 1990, p. 70.

27 Report of the Commissioner of Crown Lands of the Province of Ontario for the Year 1884, Sessional Papers (No. 30), 48 Victoria, 1885, p. 54.

28 Ibid., p. 53.

29 Ibid., p. 54.

30 Voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 148-151.

31 Pour avoir plus de détails sur cette construction, consulter Gaétan Gervais, « Le réseau ferroviaire du Nord-Est de l’Ontario, 1881-1931 », Revue de l’Université Laurentienne, vol. XIII, n° 2, février 1981, p. 35-63 ; T. D. Regehr, The Canadian Northern Railway : Pioneer Road to the Northern Prairies 1895-1918, Toronto, Macmillan/MacLean Hunter Press, 1978 ; G. R. Stevens, Canadian National Railways. Volume 2 : Towards the Inevitable. 1896-1922, Toronto, Clarke, Irwin & Company, 1962 ; Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 139-148. Il est intéressant de noter que les entrepreneurs Mackenzie et Mann avaient aussi tenté de construire un système de tramways dans la ville de Sudbury au début duXXe siècle ; les hommes politiques locaux s’y étaient opposés. D’autres voies ferrées avaient aussi été construites au sud et à l’ouest de Rayside et Balfour, dont le Manitoulin & North Shore qui joignait la ville de Sudbury à Espanola et à l’île Manitoulin.

32 Pour avoir une idée de l’emplacement et de l’historique de ces diverses entreprises minières, on pourra consulter les travaux suivants : Joseph Boldt, Jr., The Winning of Nickel, Toronto, Longmans, 1967 ; Wallace Clement, Hardrock Mining. Industrial Relations and Technological Changes at INCO, Toronto, McClelland and Stewart, 1981 ; John Deverell, Falconbridge : Portrait of a Canadian Mining Multinational, Toronto, James Lorimer, 1975 ; Charles Dorian, The First 75 Years. A Headline History of Sudbury, Canada, Ilfracombe (Devon, G.-B.), Arthur Stockwell, 1958 ; Inco Research Library, History of Nickel Extraction From Sudbury Ores, 1846-1956, Copper Cliff, The International Nickel Company of Canada, 1956 ; D. M. LeBourdais, Sudbury Basin. The Story of Nickel, Toronto, The Ryerson Press, 1953 ; O. W. Main, The Canadian Nickel Industry : A Study in Market Control and Public Policy, Toronto, University of Toronto Press, 1955 ; Frédéric Romanet du Caillaud, Les mines de nickel de la région de Sudbury, Sudbury, Société historique du Nouvel-Ontario, Documents historiques n° 38, 1960 ; John F. Thompson et Norman Beasley, For the Years to Come : A Story of International Nickel of Canada, New York, G. P. Putnam’s Sons, 1960 ; Robert Stephenson et al., A Guide to the Golden Age : Mining in Sudbury 1886-1977, Sudbury, Department of History, Laurentian University, 1979.

33 Voir les rapports des géologues insérés dans les rapports annuels du ministère ontarien des Mines, vol. VII, 1897, p. 256-259, et vol. XI, 1901, p. 151-160.

34 Sudbury Star, March 14, 1928, p. 4.

35 Sur ce sujet, voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 307-341.

36 Chelmsford, op. cit., p. 140.

37 Ibid. Voir aussi Lionel Séguin, Historique de la paroisse de Chelmsford, op. cit., p. 90. L’auteur cite les noms des propriétaires qui ont vendu leurs terrains ainsi que les sommes obtenues.

38 Bien que les compagnies minières aient commencé à s’approvisionner en hydro-électricité dès la fin du XIXe siècle en érigeant des digues sur la rivière Spanish à l’ouest de Sudbury et en bâtissant leur propre système, la Commission hydro-électrique de l’Ontario ne commença à distribuer l’électricité dans la région de Sudbury qu’en 1929. Voir à ce sujet Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 316-319. Le conseil du canton de Rayside approuve la construction de cette ligne hydro-électrique, ce qui laisse supposer que la source d’approvisionnement était la Wahnapitei Power Co. installée à l’est de Sudbury. Voir le Conseil du canton de Rayside, By Law n° 327, le 10 mars 1927.

39 Depuis le début des opérations minières dans la région de Sudbury, les compagnies avaient l’habitude de construire des villages et même des villes pour loger les tra vailleurs. Sur ce sujet, on pourra lire Gilbert Stelter, « The Origins of a Company Town : Sudbury in the Nineteenth Century », Revue de l’Université Laurentienne, 3, février 1971, p. 3-37 ; Gilbert Stelter, « Community Development in Toronto’s Commercial Empire. The Industrial Towns of the Nickel Belt 1883-1931 », Revue de l’Université Laurentienne, vol. VI, n° 3, 1974, p. 3-54 ; Eileen Goltz, « Genesis and Growth of a Company Town. Copper Cliff 1886-1920 », thèse de maîtrise, Sudbury, Département d’histoire, Université Laurentienne, 1983.

40 Ontario Department of Mines, Annual Report, 1928, p. 159.

41 Ontario Department of Mines, Annual Report, 1929, p. 83.

42 Le conseil du canton de Balfour avait autorisé le Canadien Pacifique à construire cette ligne, car celle-ci devait traverser une bonne partie du territoire du canton. Ce règlement se lit comme suit : « The Municipal Council of the Township of Balfour enacts as follows : That the Municipality of the Township of Balfour hereby consents to let the Canadian Pacific Ry Co build a railroad ligne through a fart of the Townshif as proposed by the said Canadian Pacific Ry Co and to have grade crossings between Concessions 3 and 4 and along up to and between Concessions 2 and 3 and 1 and 2 and lots 2 and 3 on Concession one, on lots 1,2 and 3 to the Treadwell Yukon Cos property. » Voir le Conseil de canton de Balfour, By Law n° 111, le 27 juin 1929.

43 Voir Ontario Department of Mines, Annual Reports, 1929, p. 83-85 ; 1930, p. 79-81 ; 1931, p. 64-65 ; Chelmsford, of. cit., p. 139-142 et Lionel Séguin, op. cit., p. 88-91.

44 Ontario Department of Mines, Annual Report, 1928, Part 1, p. 83.

45 Frank Dennie, prospecteur de Sudbury et de Hanmer, a découvert le gisement minier et exploité la mine pour les propriétires de Toronto. Voir Lionel Séguin, op. cit., p. 91-96. L’auteur écrit Frank Denis mais il s’agit bel et bien de Frank Dennie.

46 Chelmsford, of. cit., p. 143.

47 Chelmsford, op. cit., p. 141.

48 Ces données sont extraites des recensements nominatifs de 1891 et 1901.

49 Chelmsford, op. cit., p. 47.

50 Pour une analyse de la structure occupationnelle selon les propriétaires et les locataires, on pourra lire Donald Dennie, « La propriété foncière à Chelmsford et dans le canton de Balfour, 1911-1968 », Revue du Nouvel-Ontario, n° 15, 1993, p. 50-78.

51 Ce concept est emprunté à Gérard Bouchard et Régis Thibault, « Inertie et mutations dans l’agriculture du Saguenay : évolution des productions et des rendements (1852-1971) », Saguenayensia, vol. 31, n° 4, p. 11.

52 Paul de la Riva, « Les ouvriers mineurs canadiens-français de l’International Nickel Company (INCO) 1886 à 1930 », thèse de maîtrise, Sudbury, Département d’histoire, Université Laurentienne, 1995.

53 Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 212-213.

54 Rapport d’agronome, 1914-1915, APO, G-5-1, p. 34.

55 Ibid., p. 35.

56 Rapport d’agronome, 1917-1918, p. 10, APO, RG16, G-5-1. L’examen des éditions du Sudbury Star de l’époque révèle que les marchands de Sudbury annonçaient surtout des pommes de terre du Nouveau-Brunswick bien qu’à l’automne, sans doute à la suite de la récolte locale, ces derniers annoncent aussi à quelques reprises les pommes de terre des fermiers de la Vallée.

57 Ibid., 1937-1938, p. 1.

58 Rapport d’agronome, 1914-1915, p. 34, APO, RG16 G-5-1.

59 Rapport d’agronome, 1928-1929, p. 11, APO, RG16, G-5-1.

60 Ibid., 1934-1935, p. 1.

61 Ibid., 1939-1940, p. 1.

62 La ville de Sudbury avait toutefois été électrifiée au début du siècle par la Wahnapitei Power Company. Les compagnies minières avaient aussi érigé des barrages pour produire de l’énergie hydro-électrique. Voir Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 162-167.

63 Karl Marx, L’idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1982, p. 88.

64 Karl Marx, « La critique de l’économie politique », dans Œuvres. Economie I, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1965, p. 272.

65 Diane Bélisle et Yolande Pinard, « De l’ouvrage des femmes québécoises », dans Louise Vandelac et al., Du travail et de l’amour. Les dessous de la production domestique, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1985, p. 101-102.

66 Rapport d’agronome, 1914-1915, p. 37, ibid.

67 Rapport d’agronome, 1938-1939, p. 18, op. cit.

68 Ian Radforth, Bush Workers and Bosses. Logging in Northern Ontario 1900-1980, Toronto, University of Toronto Press, 1987, p. 25.

69 Voir à ce sujet Frederick W. Taylor, Organisation du travail et économie des enteprises (textes choisis et présentés par François Vatin), Paris, Éditions d’Organisation, 1990.

70 Sur ce sujet, on pourra consulter Wallace Clement, Hardrock Mining, op. cit., et Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 66-130,167-180, 326-337.

71 Gérard Bouchard et Régis Thibeault, « Inertie et mutations dans l’agriculture du Saguenay... », op. cit., p. 11.

72 Karl Marx, « Matériaux pour l’« économie », dans Œuvres. Economie II, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1968, p, 365-382. Certains auteurs marxistes, surtout de l’école articulationniste, emploient le schéma de subordination formelle et réelle pour expliquer la transition d’un mode de petite production indépendante au mode de production capitaliste. Normand Séguin a écrit dans cette veine au sujet de l’agriculture québécoise : « Compte tenu de la faible implantation du capitalisme agraire, l’histoire de l’agriculture du Québec contemporain se présente avant tout comme l’histoire d’un processus d’articulation de forme de production non spécifiquement capitaliste au mode de production capitaliste. Cela nous oblige donc à étudier le processus de soumission qu’implique cette articulation et les rapports de subordination et de domination qui en découlent nécessairement. » Normand Séguin, Agriculture et colonisation au Québec. Aspects historiques, Montréal, Boréal Express, 1980, p. 189.

Notes de fin

* Les tableaux suivants qui portent sur la propriété comprennent, au-dessous des chiffres absolus deux rangées de pourcentages. La première se lit horizontalement, l’une par rapport à l’autre ; les pourcentages illustrent la répartition, dans chaque catégorie d’années, des modes d’acquisition et/ou de transmission. La seconde rangée se lit verticalement ; elle illustre la répartition, sur l’ensemble de la période étudiée, des différents types de modes d’acquisition et/ou de transmission. Ces deux séries de pourcentages permettent aussi de déterminer leurs rapports, à savoir si un pourcentage est sur-ou sous-représenté par rapport à un autre.

* Les tableaux suivants qui portent sur la propriété comprennent, au-dessous des chiffres absolus, deux rangées de pourcentages. La première se lit horizontalement, l’une par rapport à l’autre ; les pourcentages illustrent la répartition, dans chaque catégorie d’années, des types d’obligations sur les propriétés. La seconde rangée se lit verticalement ; elle illustre la répartition, sur l’ensemble de la période étudiée, des différents types d’obligations sur les propriétés. Ces deux séries de pourcentages permettent aussi de déterminer leurs rapports, à savoir si un pourcentage est sur-ou sous-représenté par rapport à un autre.

** Les recensements de 1901,1911 et 1921 ont été omis car ils ne renferment aucune donnée sur les cantons de Rayside et Balfour. Les données de 1891 concernent Chelmsford et Cartier, Chelmsford comprenant celles des cantons de Balfour et de Rayside.

* Chelmsford comprend à la fois le village de Chelmsford et les cantons de Balfour et de Rayside.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 10. Structure de la propriété foncière, cantons de Balfour et de Rayside (1901)
Légende Source : Recensement nominatif, Statistique Canada, 1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre TABLEAU 11. Structure de la propriété foncière, Balfour (1911-1940)
Légende Source : Rôles d’évaluation, canton de Balfour, 1911-1940
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre TABLEAU 12. Nombre d’acres et valeur de l’évaluation foncière, canton de Balfour (1911-1940)
Légende Source : Rôles d’évaluation, canton de Balfour, 1911, 1921,1931 et 1940
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 13. Fréquence des enregistrements des titres de propriété dans les cantons de Balfour et de Rayside (1890-1940)
Légende Source : Bureau d’enregistrement immobilier, district de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre TABLEAU 14. Modes d’acquisition et/ou de transmission des propriétés foncières, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)*
Légende Source : Bureau d’enregistrement immobilier, District de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre TABLEAU 15. Types d’obligations sur les propriétés, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)*
Légende Source : Bureau d’enregistrement immobilier, District de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre TABLEAU 16. Types d’agents obligataires, cantons de Rayside et de Balfour (1890-1940)
Légende * Les tableaux suivants qui portent sur la propriété comprennent, au-dessous des chiffres absolus deux rangées de pourcentages. La première se lit horizontalement, l’une par rapport à l’autre ; les pourcentages illustrent la répartition, dans chaque catégorie d’années, des types d’agents obligataires. La seconde rangée se lit verticalement ; elle illustre la répartition, sur l’ensemble de la période étudiée, des différents types d’agents obligataires. Ces deux séries de pourcentages permettent aussi de déterminer leurs rapports, à savoir si un pourcentage est sur-ou sous-représenté par rapport à un autre.Source : Bureau d’enregistrement, District de Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre TABLEAU 18. Production agricole, Rayside et Balfour (1911-1941)
Légende Source : Recensement du Canada, 1911-1941. (Les recensements de 1931 et 1941 ne donnent pas le nombre de boisseaux ou de tonnes.)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre TABLEAU 19. Principaux animaux et produits, Rayside et Balfour (1891-1941)**
Légende * Données inexistantes.Source : Recensements du Canada, 1891-1941
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre TABLEAU 20. Récoltes de matière ligneuse sur les terres des cantons de Balfour et de Rayside (1901-1931)
Légende Source : Sudbury Timber Books, 1901-1971, APO, MS 1983, RG1-44 Sudbury, Reel No. 1
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre TABLEAU 21. Récoltes de matière ligneuse sur les terres du canton de Morgan (1901-1910)
Légende Source : Sudbury Timber Books, 1901-1971, APO, RG1-44
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre TABLEAU 22. Occupations, Chelmsford (1891)*
Légende Source : Recensement nominatif, Statistique Canada, 1891
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre TABLEAU 23. Occupations, Balfour, Chelmsford, Azilda et Rayside (1901)
Légende * Le mot lumberman n’est pas traduisible en français. Il désigne une personne qui peut être sous-traitant ou propriétaire d’une compagnie ou encore un agent qui sert d’intermédiaire entre les coupeurs et les compagnies
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre TABLEAU 24. Occupations, Balfour et Chelmsford (1940)
Légende * Le mot gentleman est lui aussi difficile à traduire. Il désigne soit des rentiers, soit des cultivateurs à la retraite qui habitent maintenant la ville.Source : Rôles d’évaluation, Balfour et Chelmsford, 1940
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1309/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable