Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre de l’INCO

 | 
Donald Dennie

Chapitre 2. La population

Texte intégral

« Les gens étaient ben proches ; c’était une grosse, grosse famille. »
Répondant de Rayside

1Les premiers habitants arrivent dans la région de Chelmsford et de Rayside en 1883 et 1884. Ils arrivent habituellement seuls ou en famille, certains sont employés par le Canadien Pacifique, d’autres suivent l’industrie forestière qui se déplace vers l’ouest, d’autres encore sont attirés par les emplois dans l’industrie minière. La majorité d’entre eux viennent s’établir sur des terres agricoles à la suite de la construction de la voie ferrée et de la gare du Canadien Pacifique à Chelmsford.

  • 1 Voir à ce sujet Chad Gaffield, Aux origines de l’identitéfranco-ontarienne, Ottawa, Les Presses de (...)

2Pour la plupart, ils sont originaires de l’Outaouais québécois et ontarien, d’une région où l’industrie forestière commence à s’essouffler1 et où les terres sont toutes occupées. Les Ontariens proviennent surtout des comtés de Prescott et de Russell, plus précisément des communautés de L’Orignal, Alfred, Plantagenet, Embrun, Curran, Wendover, Lefebvre, Lancaster, Clarence Creek et, plus à l’ouest, de Pembroke et Arnprior. Les Canadiens français du Québec laissent Saint-André-Avelin, Papineauville, Thurso, Hull, Fournierville, Montebello et Buckingham.

  • 2 Selon les répondants et répondantes interviewés.

3Les nouveaux arrivants s’établissent en « grappes de parenté » – frères, sœurs, beaux-frères, belles-soeurs, cousins, cousines – dans les rangs qui commencent à être défrichés ou dans le village de Chelmsford. La majorité d’entre eux portent des noms bien canadiens-français : Beaudry, Bélanger, Biais, Bonin, Castonguay, Charbonneau, Chevrier, Dubois, Giroux, Joly, Laberge, Laframboise, Lalonde, Langis, Larocque, Lavallée, Lefebvre, Lepage, Leroux, Mainville, Marcotte, Methé, Montpellier, Pilon, Poulin, Provost, Ranger, Rhéaume, Robillard, Rouleau, Sauvé, Saint-Onge, Simard, Thibault, Trottier, Vachon, Vaillancourt. Quelques-uns ont des noms anglais et irlandais, comme Coyne, Tyne, Bradley, mais leur langue maternelle ou parlée est le français2. Ceux qui arrivent dès les débuts de la colonisation doivent défricher les terres afin de pouvoir établir une famille.

  • 3 Lionel Séguin, op. cit., p. 17-18.

Ils s’avancèrent avec la construction du C.P.R. jusqu’à Matawin et de là bifurquèrent sur North Bay et Sudbury, enfin, ils vinrent se poser ici. D’autres, « lumber jacks » par atavisme, s’arrêtèrent dans nos grandes forêts, pour couper des poteaux télégraphiques, et équarrir des dormants de chemin de fer (pour la Fraser Lumber Co.). Ces rudes travailleurs formaient une petite population déambulante qui, sans doute désenchantés de leur vie nomade, fascinés par une perspective de se fixer comme bons habitants, comme éclaireurs d’un contingent de pionniers, formèrent l’embryon de notre population rurale. Attirés par la glèbe, comme le furent leurs pères du Québec, ils devinrent colons-défricheurs. Les uns après les autres ils prirent des « lots » à titre de « squatters ». La seule forme légale, après avoir fait leur choix du terrain, était d’enlever une bande d’écorce à un bouleau et d’y mettre son nom. Ils se construisirent ensuite un « shack de log », clôturèrent un enclos, prirent la hache et se firent des éclaircis dans la forêt, ensuite ils mirent le feu au bois résineux et de ces champs, arrosés de leurs sueurs nos braves pionniers créèrent notre plantureuse Vallée3.

  • 4 Le canton de Balfour a été arpenté en mai 1884 et celui de Rayside en juillet 1884. Voir Sessional (...)
  • 5 Cette loi est intitulée An Act Respecting Free Grants and Homesteads to Actual Settlers on Public L (...)

4Cette description, quoique un peu romantique, correspond aux récits qu’ont fait les parents et les grands-parents des répondants et répondantes de Rayside et Balfour. Ces premiers habitants sont arrivés après que l’arpentage des deux cantons a été complété4. Ils ont repéré les poteaux des arpenteurs et ont pris possession de leurs terrains, tout cela en conformité avec le Homestead Act5.

  • 6 On trouve deux graphies du nom de cette rivière dans les documents, soit Vermilion et Vermillion. C (...)

Mon père est arrivé avec le CPR, nous raconte un fermier de Balfour, quand le CPR montait au Canada. Hum, il n’avait pas de station de train, il avait juste le train. Quand lui et son père sont arrivés, c’était toute en bois, pis, comment tu appelles ça, c’était une « swamp ». Le gouvernement n’avait pas d’ingénieur pour les chemins ni pour les terres. Quand il est venu s’installer ci, le gouvernement avait mis juste un poteau. Je ne sais pas si c’était au nord ou au sud de la terre, le poteau [...] Quand ils sont arrivés, mon père et mon grand-père, ils ont passé l’hiver au lac Vermillion6 ; ils s’étaient amenés de la farine, euh, puis du sucre.

5Un répondant raconte que ses parents et grands-parents, pionniers d’Azilda, sont venus dans la région pour défricher la terre : « Mes parents, y sont venus avec leurs parents. Ils venaient pour défricher la terre. »

6Un couple septuagénaire de Chelmsford rapporte que les parents du mari, originaires de L’Orignal, sont venus à Chelmsford parce que « dans ce boute-là, c’était pas si riche qu’icitte. Icitte, ben y avait les mines qui étaient commencées, s’fait qui sont venus par icitte. Mon père y a travaillé pour le CPR une escousse, ensuite y a travaillé pour madame [...] su la terre. C’tait tout d’la famille qui travaillait parce qu’on était sa terre. »

  • 7 Voir Gilberte Proulx, Familles pionnières. Leur odyssée. Leur enracinement, Sudbury, Société histor (...)

7La plupart des répondants disent que les arrivants s’installaient avec leur famille, ce qui correspond à la manière d’agir d’autres habitants canadiens-français qui sont allés s’établir dans le nord de l’Ontario7.

  • 8 Roger Bernard, Le travail et l’espoir. Migrations, développement économique et mobilité sociale Qué (...)

Plusieurs avaient l’impression que la migration s’imposait, qu’il ne pouvait pas en être autrement. Ainsi, le déplacement est perçu comme la seule réponse à des situations économiques contraignantes. Ils doivent s’accommoder des conditions de vie qu’ils trouvent à l’arrivée. La conjoncture de prise de décision, du déplacement et de l’établissement favorise l’intégration du migrant. La migration se déroule dans un réseau social et familial qui amortit les contretemps : la moitié des migrants qui habitent Hearst suivent ou rejoignent un membre de la famille8.

  • 9 Ibid., p. 202.

Le migrant trouve donc dans son milieu un réseau familial complet et stable9.

8Dans le premier recensement fédéral, en 1891, huit ans après l’arrivée des premiers habitants, on dénombre une population de 755 personnes à Chelmsford et à Cartier, une petite municipalité à l’ouest de Balfour. On recense 532 personnes d’origine française et 223 d’origine autre, soit des Allemands, des Irlandais, des Anglais, des Écossais et des Finlandais. Cette population est très majoritairement catholique ; on compte en effet 611 catholiques, 72 méthodistes, 28 anglicans, 21 presbytériens, 11 luthériens. On dénombre en tout 151 familles comptant, en moyenne, cinq personnes.

9À la différence du recensement officiel, le recensement nominatif permet de distinguer entre Chelmsford et Cartier. Selon ce recensement nominatif, la population de 755 personnes se partage ainsi : Chelmsford, 577 ; Cartier, 128 ; et le canton de Snider au sud de Rayside, 50. (Il est impossible de savoir pourquoi les 50 habitants de Snider, lequel comprend le village de Copper Cliff, site du futur complexe de l’INCO, ont été ajoutés à la population de Chelmsford et Cartier.) Dans Chelmsford, le recensement nominatif dénombre 517 Canadiens français, 22 Allemands, 20 Irlandais, 8 Anglais, un Écossais et un Finlandais. En ce qui concerne la religion, 542 des 577 habitants sont catholiques, 27 sont méthodistes et 4 anglicans. Les deux recensements ne font aucunement mention de la population du canton de Balfour ; il se peut qu’elle ait été ajoutée à celle de Chelmsford. Ils ne mentionnent pas non plus la population de Rayside. Dès les débuts, donc, la population est très fortement canadienne-française et catholique.

10En 1901, la population atteint 1 750 personnes, dont 820 dans Rayside et 930 dans Balfour et Chelmsford, réparties dans 146 familles dans Rayside et 162 dans Balfour et Chelmsford.

11En ce qui a trait à l’origine, les personnes d’origine française sont au nombre de 585 dans Balfour et Chelmsford et de 741 dans Rayside. On dénombre dans Balfour et Chelmsford 191 Irlandais, 69 Écossais, 46 Allemands et 14 Anglais. Dans Balfour et Chelmsford, 735 personnes se disent catholiques, et 195 protestantes (méthodistes, presbytériens, anglicans). Dans Rayside, 803 personnes sont catholiques.

12Le recensement nominatif de 1901 de Balfour, Chelmsford et Rayside correspond assez étroitement aux statistiques publiées dans le volume 1 du recensement fédéral.

13Ces deux premiers recensements font donc voir le caractère fortement canadien-français et catholique de Balfour et Rayside et révèlent la présence d’un assez fort contingent de personnes d’origine irlandaise, anglaise et allemande. Le tiers de ces personnes se retrouvent dans le canton de Balfour, et les deux tiers dans le village de Chelmsford.

14En 1911, un an après l’érection de Chelmsford en ville, le recensement fédéral fait la distinction entre Chelmsford et Balfour. Toutefois il ajoute la population du canton de Morgan, au nord, à celle de Balfour ainsi que la population du canton de Lumsden, également au nord, à celle de Rayside. Selon les répondants, ces deux cantons de Lumsden et Morgan n’ont jamais eu une population très nombreuse. Ainsi, selon ce recensement, on retrouve 550 personnes à Chelmsford, 557 dans Balfour et Morgan et 865 dans Rayside et Lumsden. Dans Balfour et Morgan, 422 personnes sont d’origine française, 50 d’origine irlandaise, 24 d’origine anglaise, 31 d’origine écossaise et 26 d’origine allemande. À Chelmsford, 462 personnes sont canadiennes-françaises, 64 irlandaises, 12 allemandes, 8 écossaises et 2 anglaises. Dans les cantons de Rayside et Lumsden, on retrouve 896 personnes d’origine française, 33 d’origine irlandaise, 4 d’origine écossaise et 5 d’origine anglaise. En ce qui a trait aux dénominations religieuses, Balfour et Morgan comptent 435 catholiques, 45 méthodistes et 50 presbytériens. Chelmsford a une population de 531 catholiques alors que Rayside et Lumsden en comptent 932.

15Le premier à être réalisé depuis la Première Guerre mondiale, le recensement fédéral de 1921 révèle un exode important de la population irlandaise, anglaise, écossaise et allemande. Ainsi, on compte 952 habitants dans Rayside, dont 905 sont d’origine française. On trouve un petit nombre de Finlandais (15) et d’Irlandais (11). Dans Balfour, le recensement dénombre 534 personnes et dans Chelmsford, 561. Dans Balfour et Chelmsford, 1 037 des 1 095 habitants sont d’origine française, ce qui constitue un changement assez important par rapport aux deux premiers recensements du siècle. En ce qui a trait aux dénominations religieuses, 915 personnes sont catholiques dans Rayside, tandis que, dans Balfour et à Chelmsford, 1 064 sont catholiques.

16Au début de la Crise, en 1931, Rayside compte 1 067 habitants, Balfour, 798 et Chelmsford, 725, pour un total de 2 550. La très grande majorité d’entre eux se disent d’origine française : 944 dans Rayside, 632 dans Balfour et 684 à Chelmsford. Quant à la religion, 684 sont catholiques dans Balfour, 981 dans Rayside et 719 à Chelmsford.

  • 10 L’Église unie a été fondée en 1925 à la suite de la fusion des Églises presbytérienne, méthodiste e (...)

17Enfin, en 1941, on dénombre 962 personnes dans Rayside, 747 dans Balfour et 905 à Chelmsford. Alors que la population a légèrement baissé dans les deux cantons, elle a augmenté sensiblement dans la ville de Chelmsford. Dans Balfour, 590 personnes sont d’origine française, 88 d’origine anglaise, 34 d’origine polonaise et 25 d’origine ukrainienne ; dans Rayside, 887 se disent d’origine française, 37 d’origine finlandaise, 8 d’origine irlandaise, 6 d’origine écossaise et 4 d’origine anglaise. À Chelmsford, 792 personnes sont canadiennes-françaises, 37 anglaises, 37 irlandaises et 14 écossaises. En ce qui concerne la religion, on trouve 629 catholiques, 67 membres de l’Église unie10, 16 anglicans ; dans Rayside, 903 catholiques et 36 luthériens. À Chelmsford, 844 personnes se disent catholiques, 32 membres de l’Église unie et 16 anglicans.

18Les tableaux 1 et 2 résument les données des recensements de 1901 à 1941.

TABLEAU 1. Population de Balfour, Chelmsford et Rayside (1891-1941)

TABLEAU 1. Population de Balfour, Chelmsford et Rayside (1891-1941)

* Ce total peut comprendre la population de Chelmsford et du canton de Balfour. Il est tiré du recensement nominatif de 1891.
** Ce total comprend la population de Chelmsford et de Balfour.
Source : Recensements du Canada, 1891 à 1941

  • 11 Voir à ce sujet Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 154-162.

19Le tableau 1 montre une augmentation très légère de la population au cours des 40 premières années du XXe siècle. En effet, la population n’a augmenté que de 866 personnes ou 49 % au cours de cette période. Cette croissance est due à l’immigration qui a duré jusqu’au début des années 1920 (voir le tableau 4, p. 72) et à une croissance naturelle stable. L’augmentation est constante dans le secteur urbain de Chelmsford alors que, dans le secteur rural et agricole, la croissance varie. La croissance est marquée en 1931, surtout à cause de l’activité minière dans le canton de Balfour et dans les cantons environnants à la fin des années 192011.

20Cette population est presque complètement d’origine française et de religion catholique comme le montre le tableau 2.

  • 1 Les pourcentages ont été arrondis.

TABLEAU 2. Population de Balfour, Chelmsford et Rayside selon l’origine ethnique et la religion (1891-1941)1

TABLEAU 2. Population de Balfour, Chelmsford et Rayside selon l’origine ethnique et la religion (1891-1941)1

Source : Recensements du Canada, 1891 à 1941

  • 12 Au sujet des Finlandais dans la région de Subdury, on pourra consulter, entre autres, Lennard Charl (...)

21Ce tableau montre que la population est très fortement canadienne-française et catholique. On remarque que, au début du siècle, des habitants d’origine irlandaise et allemande sont présents, principalement dans le canton de Balfour et à Chelmsford. Mais, après la première décennie du XXe siècle, cette présence est beaucoup moins prononcée, de sorte que la communauté est presque complètement française. Dans le canton de Rayside, on trouve depuis les débuts un certain nombre de familles finlandaises concentrées surtout aux limites sud-est du canton, près du canton de Snider. Ces Finlandais étaient surtout des agriculteurs mais aussi des mineurs12. Dans le canton de Balfour, les familles allemandes étaient elles aussi concentrées dans des terres aux limites ouest, près du canton de Dowling. Les Irlandais demeuraient à la fois dans les rangs et à Chelmsford.

CARTE 2. Canton de Rayside, 1901

CARTE 2. Canton de Rayside, 1901

Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury

CARTE 3. Canton de Balfour, 1901

CARTE 3. Canton de Balfour, 1901

Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury

CARTE 4. Chelmsford, 1901

CARTE 4. Chelmsford, 1901

Dressé par Léo. L. Lavière, Département de géographie, Université Laurentienne Sudbury

22Les deux tableaux montrent que la communauté est très fortement canadienne-française et de religion catholique. C’est en quelque sorte la première constatation de ces données démographiques. La présence de familles d’une autre origine n’a pas affecté la physionomie française de la communauté. C’est du moins ce qu’affirment la plupart des répondants et répondantes.

J’pourrais pas dire qui en avait pas [des familles d’une autre origine], raconte ce natif de Balfour et aujourd’hui résidant de Chelmsford. Mais une chose qu’il faut comprendre quand on parle de Rayside-Balfour, centré autour de Chelmsford ; y avait aussi le centre de Dowling, ça c’est à l’ouest. Les centres ethniques, y en avait très peu à Chelmsford mais y avait quelques familles ukrainiennes sur les frontières ouest de la municipalité de Balfour ainsi qu’à la frontière est de Dowling. Quelques Ukrainiens, quelques Finlandais. Disons que les relations à tous les niveaux, y étaient assez bonnes.

23Le fils d’un pionnier de Rayside se rappelle la présence de familles finlandaises : « Il y avait beaucoup de Finlandais ici et puis une famille d’Ukrainiens. Mais ça nous dérangeait pas parce que nous autres on parlait en français. On savait pas l’anglais. »

24Les cartes 2, 3 et 4 donnent un aperçu des terres sur lesquelles étaient établis les habitants en 1901 dans les cantons de Rayside et de Balfour ainsi que des terrains qu’ils occupaient dans le village de Chelmsford. Elles montrent aussi que les membres de la parenté s’installaient les uns près des autres, surtout dans les cantons.

La parenté

25Cette communauté, à première vue de langue française et de religion catholique, reposait sur un ensemble de réseaux de parenté regroupés en grappes sur le territoire. Ainsi, dans le canton de Balfour, les Daoust habitent les lots 1 et 2 dans la concession 1 ; les Bélanger habitent le lot 1 de la concession 3 ; les Mainville le lot 7 de la concession 3. Les Vaillancourt sont établis dans la concession 3 tandis que les Brosseau sont concentrés dans la concession 1 (lots 10 et 12). La famille des Bradley habite le lot 7, concessions 1 et 2. Les Montpellier se concentrent dans la concession 6 et dans la concession 1 du canton voisin de Morgan. On retrouve les Lacelle sur le lot 4, concession 4, et les Sanscartier sur le lot 2, concession 5. À Chelmsford, se regroupent les Biais ainsi que les Vaillancourt et les Bélanger bien que certains membres de ces familles soient propriétaires de terres dans les cantons de Balfour et de Rayside. Les rôles d’évaluation de Chelmsford indiquent qu’en 1940 certains pionniers de Balfour se retirent à la ville.

26À Azilda, on trouve les Bélanger, les Landry et les Barbeau tandis qu’à Rayside se concentrent les Rouleau (lot 2, concession 2) d’où provient la dénomination de montée Rouleau. Des Bonin (lot 2, concession 4) viendra ainsi le nom de Boninville. Les Trottier se trouvent dans la concession 6, les Methé sur le lot 6, concession 5 ; les Chartrand sur le lot 1, concession 5 ; les Biais sur le lot 11, concession 4, et le lot 7, concession 5.

27En comparant les noms de famille du canton de Balfour figurant dans le recensement nominatif de 1901 à ceux contenus dans les rôles d’évaluation de 1921 et 1940, on remarque que 47 % des familles de 1901 sont encore dans le canton en 1921 et que 61 % des familles de 1921 y sont encore en 1940.

28En 1891 et 1901, selon les recensements nominatifs, plus de la moitié des familles formait un vaste réseau de parenté.

29S’ils n’étaient pas groupés ensemble, les membres de la parenté se trouvaient relativement près les uns des autres. « Si on parle dans un rayon de quatre milles, affirme un résidant de Chelmsford, même pas quat’ milles, disons autour de Chelmsford et ainsi d’suite, presque toute la famille proche restait là ; la famille des deux côtés, le côté d’ma mère et de mon père et ma mère, à part que deux, deux d’mes oncles qui restaient à Sudbury. »

30Cette répondante d’Azilda se rappelle aussi que la parenté demeurait près de chez elle. « Nous autes, on demeurait tout dans les environs de Sudbury et pis de Chelmsford ; du côté d’ma mère c’était surtout dans les environs de Chelmsford et du côté d’mon père, c’était surtout Sudbury. » Ces réseaux de parenté constituaient un réseau d’entraide, comme le soulignent certains des répondants :

Y s’entraidaient, s’entraidaient entre eux autres, rappelle un septuagénaire. Y s’entraidaient à se sauver la vie. Y achetaient des machineries à deux ou trois habitants ensemble. L’un s’en servait pis après ça l’autre le traînait su’ sa terre et s’en servait pis l’autre pareil. C’était, en anglais y appelle ça « survival of the fittest ». C’était, fallait qu’ton cerveau marche, pis que tu t’tiennes ami à tout l’monde parce que tu savais pas quand t’en aurais besoin toé aussi, tsé.

31Pour certains, la parenté et même la communauté, c’était une famille, comme le rappelle ce résidant de Rayside :

Dans l’vieux temps, les gens étaient ben proches parce que c’était une grosse, grosse famille. Quand il arrivait quelque chose dans une place, tout l’monde allait pour aider. Parce que c’était dur essayer de vivre dans le malheur. Fallait que tu aies de l’aide. Si quelqu’un brûlait l’hiver, la première chose au printemps fallait qui ait une place pour bâtir une maison [...] avec l’aide de chacun. Y en a qui donnait leur bois s’y en avait de « spare » dans la cour ; y l’passait à un autre. Puis y avait pas de piasse au boute.

32Plusieurs répondants et répondantes associent la parenté aux fêtes religieuses et aux dimanches.

La parenté, c’était toute à deux, trois milles, raconte un homme de Chelmsford. Les fêtes, ça durait deux semaines, trois semaines. Ca s’passait toute dans les maisons, les parents avec les enfants, pas dans des salles comme aujourd’hui.

33Pour cet autre résidant de Chelmsford, « les dimanches comme après la messe, tout l’monde se rassemblait ; les dimanches, y allaient icitte, y allaient là pi ça s’visitait ».

34Un couple né dans le canton de Balfour se souvient :

Quant’on parle de parenté, quant’on parle des liens de parenté, on parle des oncles, des tantes, des cousins, des cousines, c’était très important dans notre âge. C’était important parce que c’étaient nos communications là d’en dehors qu’on pourrait dire, surtout nous les jeunes et, et même les parents. C’était qués’ment religieux c’t’affaire là de s’rencontrer autour des fêtes, les familles. Euh, des repas, des gros repas, ça commençait euh, disons à Noël pis ça s’finissait aux Rois. C’était de s’rencontrer les parents, les enfants, la parenté, à différentes places. Pis au cours de l’année, y avait plusieurs visites qui s’faisaient les dimanches, euh, entre les familles ; on allait passer une bonne partie d’la journée avec la parenté.

35Ainsi, pour ces répondants et répondantes, la parenté avait une importance considérable ; elle était pour ainsi dire leur monde de référence. Il en résultait donc que, souvent, ils connaissaient tout le monde dans le village et dans la campagne. Parenté, communauté, entraide, communications, visites, réunions, fêtes : ces termes sont presque des synonymes pour eux.

36Il faut ajouter à ces termes celui de paroisse et de religion, car la parenté, pour ces répondants, était associée à des fêtes religieuses : Noël, le jour de l’An, les Rois, Pâques, les dimanches.

Les familles : un portrait démographique

37Les familles étaient presque toutes de type nucléaire, c’est-à-dire qu’elles étaient constituées des parents et des enfants vivant ensemble. Les recensements nominatifs révèlent que très peu de familles comprenaient des personnes autres que les parents et les enfants. En 1891, on compte sept familles canadiennes-françaises, sur un total de 94, qu’on pourrait considérer comme étendues : elles ont, en plus des parents et des enfants, un ou deux membres de la famille d’origine du père ou de la mère, soit un parent, une soeur ou un frère. Deux familles ont un pensionnaire.

38En 1901, sept des 111 familles canadiennes-françaises de Balfour et de Chelmsford ont des membres de la parenté qui demeurent avec elles ; quatre autres familles ont un ou deux pensionnaires. À Rayside, huit des 127 familles canadiennes-françaises ont des membres de la parenté avec elles ; deux ont des pensionnaires et deux autres ont des employés. Il faut aussi noter que, dans un petit nombre de familles, on voit la mention de fille ou fils adoptés.

39Par contre, le fait que les membres de la parenté sont aussi près indique que, si les familles étaient bien nucléaires, elles constituaient tout de même un réseau familial d’entraide ; elles étaient donc jusqu’à un certain point un réseau familial étendu dont les unités étaient composées de cellules nucléaires.

40En moyenne, ces familles comptaient cinq membres. En 1891, la moyenne était de 5,3 membres par famille (le mode est 5 et la médiane 5,4). En 1901, la moyenne est la même à Balfour et Chelmsford, soit 5,3 (le mode est 4 et la médiane 6,3). À Rayside, la moyenne est légèrement plus élevée, soit 5,9 (le mode est 2 et la médiane, 7,6) En 1911, la moyenne est 5,4.

41Malheureusement, les recensements ultérieurs de 1921,1931 et 1941 ne permettent pas de calculer la moyenne des personnes par famille dans des communautés aussi petites que Rayside et Balfour.

42On trouve certes des grandes familles. Ainsi, en 1891, on dénombre quatre familles de huit membres, sept de neuf membres, deux de dix, de onze et de douze chacune. En 1901, dans Balfour et Chelmsford, il y a onze familles de huit membres, huit familles de neuf membres, trois de dix membres et deux de onze. On recense aussi de nombreuses familles de deux, trois et quatre membres seulement, surtout parmi les plus jeunes ou les plus vieilles. Rayside compte plus de familles nombreuses ; ainsi il y a deux familles de quatorze membres, deux de treize, quatre de douze, cinq de onze, sept de dix, douze de neuf et onze de huit. Mais on note aussi la présence de 22 familles de deux membres et onze de trois membres.

43La différence dans la taille des familles entre la campagne et les villages de Rayside (Azilda) et de Chelmsford n’est pas très prononcée. Ainsi, dans Balfour, la moyenne est de 5,5 ; à Chelmsford de 5,3 ; à Rayside de 6,0 et à Azilda de 5,1. Pour l’ensemble, la moyenne est de 5,5.

  • 13 Michel Fleury et Louis Henry, Des registres paroissiaux à l’histoire de la population. Manuel de dé (...)

44Pour obtenir un portrait démographique plus complet des familles de Rayside et Balfour, nous avons procédé à une étude de démographie historique fondée sur la reconstitution des familles de la paroisse Saint-Joseph-de-Chelmsford. Pour ce faire, la méthode Fleury-Henry13 a été utilisée.

La démographie historique

45À ses débuts, dans les années 1940, et pendant les quelques années qui ont suivi, les recherches en démographie historique se sont limitées à l’époque de l’Ancien Régime, époque où il existait peu de statistiques démographiques.

  • 14 Louis Henry, Démographie. Analyse et modèles, Paris, Larousse, 1972, p. 18.

Au sens large, la démographie historique est celle de toutes les populations du passé, proche ou lointain, sur lesquelles on n’a aucune information statistique ou une information insuffisante14.

46Depuis quelques années toutefois, en France et ailleurs, les recherches se sont étendues aux XIXe et XXe siècles. Elles utilisent, outre les registres paroissiaux, les statistiques démographiques publiées par les organismes gouvernementaux comme Statistique Canada.

  • 15 Voir Ronald D. Lee, Population Patterns in the Past, New York, Academic Press, 1977.

47Deux modèles ont été développés en démographie historique15. Le premier est celui de la reconstitution des familles fondée sur l’analyse des registres paroissiaux. Il livre surtout une analyse du comportement démographique de la population étudiée. Le second étudie la population du passé en la situant dans un contexte économique et social plus vaste et en utilisant des sources plus diverses que les registres paroissiaux. Au Canada français par exemple, les études de Henripin et de Charbonneau utilisent le premier modèle alors que celles de l’équipe de Bouchard emploient le second.

48Dans notre étude, c’est le second modèle qui a été utilisé. Dans l’ensemble, la méthode Fleury-Henry a été suivie le plus fidèlement possible. Cette méthode comprend essentiellement trois étapes : 1) le dépouillement des registres ; 2) l’exploitation sommaire des relevés ; et 3) la reconstitution des familles.

49Le dépouillement des registres de la paroisse Saint-Joseph a nécessité la transcription manuelle et la photocopie des registres des baptêmes, des mariages et des sépultures.

50Les renseignements contenus dans ces registres ne sont pas toujours consistants. L’inconsistance la plus sérieuse en ce qui a trait à l’analyse démographique est certes l’omission des âges des époux entre 1896 et 1960. Dans certains cas, ces âges ont pu être précisés grâce aux recensements nominatifs de 1891 et 1901 et aux registres des sépultures. Lorsque l’âge de certains époux n’a pu être déterminé, il a fallu abandonner les fiches de familles.

51L’exploitation sommaire des registres consiste à tirer une série de relevés et à faire une simple distribution de fréquences selon certaines variables, notamment l’âge, le sexe et l’année ou la décennie. Henry énumère les relevés suivants : 1) naissances, conceptions, mariages et décès par année civile ; 2) mouvement saisonnier des conceptions, mariages et décès ; 3) fréquence des naissances illégitimes ; 4) fréquence des enfants trouvés (s’il y a lieu) ; 5) fréquence des premiers mariages et remariages ; 6) âge au mariage ; 7) mortalité infantile ; 8) âge et état matrimonial des décédés ; 9) fréquence des signatures, caractère des signatures ; 10) noms et prénoms ; 11) professions.

52Puisque certains de ces renseignements ont été omis dans les registres, il a été impossible d’en faire l’analyse. En plus de l’âge des époux déjà mentionné, ces registres n’indiquent pas toujours les professions, les causes de décès, l’état matrimonial des défunts, le lieu et la date du premier mariage et du remariage.

53L’étape de la reconstitution des familles, qui comporte le calcul des taux de fécondité, l’espacement des naissances et la grandeur des familles, est sans doute la plus importante.

  • 16 Michel Fleury et Louis Henry, op. cit., p. 67.

Le principe de la reconstitution des familles est le suivant : rassembler dans la mesure du possible les fiches ou relevés de baptême, de mariage et de décès de chacun des époux ; les reporter sur la partie des fiches de famille destinée à recevoir les renseignements relatifs au mari et à la femme ; chercher les fiches ou relevés de baptême, mariage s’il y a lieu, les renseignements qu’ils contiennent dans la partie destinée aux enfants16.

54Puisque le mariage est le point de départ de la famille, une fiche de famille est établie pour chaque mariage célébré dans les paroisses. La variation dans les prénoms a été la principale difficulté dans cette étape de la reconstitution des familles. Les curés inscrivaient parfois différents prénoms pour les époux ou les épouses dans les divers registres. Ainsi l’époux qui s’appelait Rodolphe au mariage devenait Joseph dans le registre de baptême. Lorsqu’il n’y avait pas de variation simultanée dans le prénom ou le nom de l’épouse, il était facile de conclure qu’il s’agissait du même époux. En général, l’orthographe des noms subit très peu de variations.

55L’un des principaux problèmes de la démographie historique et de la reconstitution des familles est celui de la représentativité des familles complètes. Les familles complètes sont celles où l’âge des deux époux ou d’au moins un des époux est connu au mariage et à la suite du décès de l’un des deux. Puisque seules ces familles complètes peuvent servir pour effectuer le calcul des taux, il faut tenir compte du fait qu’elles ne sont peut-être pas les plus représentatives de l’ensemble d’une population d’une paroisse.

56Ainsi, dans la paroisse Saint-Joseph-de-Chelmsford, les 744 fiches de familles ont donné 160 familles complètes de 1896 à 1940, c’est-à-dire 22 % de toutes les familles formées durant cette période. Malgré ce fait, la méthode ainsi que les registres se sont révélés suffisamment fiables pour que l’on puisse effectuer les calculs et les comparaisons qui suivent.

Les mouvements saisonniers

57L’analyse des registres paroissiaux permet de dégager des mouvements saisonniers en ce qui a trait aux baptêmes, aux mariages et aux décès. Elle permet de déterminer à quelle période de l’année les paroissiens se marient, ont des enfants et meurent. Par-delà les actes individuels qu’ils représentent, il est possible de dégager par l’analyse des mouvements saisonniers des tendances qui servent à décrire les traits culturels, les habitudes et les représentations collectives d’un groupe ou d’une communauté. Chaque baptême, chaque mariage et chaque décès est au départ un acte individuel, mais ils sont tout de même dictés par le milieu social et culturel.

  • 17 Michel Fleury et Louis Henry, op. cit., p. 104.

58Ces mouvements saisonniers, présentés sous forme de graphique, sont représentés par un indice calculé selon la méthode Fleury-Henry17. Les mouvements saisonniers des paroissiens de Saint-Joseph sont comparés à ceux de la population de l’Ontario pour une période déterminée.

I) Les baptêmes

59L’analyse des mouvements saisonniers des baptêmes permet également de décrire le mouvement des conceptions.

  • 18 Pierre Guillaume et Jean-Paul Poussou, Démographie historique, Paris, Colin, 1970, p. 167.

Moheau écrivait déjà en 1778 : « Le temps de la naissance est moins intéressant à rechercher que celui de la conception, principe de fécondité dont l’accouchement n’est que la suite nécessaire. » Il avait en outre reconnu les deux grands traits essentiels de ce mouvement saisonnier : « Le mois de juin est celui où le plus grand nombre de femmes commencent à acquérir des droits au titre d’être mère ; et le mois de septembre est celui qui en donne le moins. » Il ajoutait que c’était là chose naturelle puisque le printemps est une période où une sève générale se répand et s’insinue dans tous les corps18.

60À Saint-Joseph, le mois de mars demeure le mois où le nombre de baptêmes est le plus élevé. Le mois de conception correspondant est juin. Les mois de juin et de septembre, d’août et de novembre présentent des hausses assez significatives comme si les travaux agricoles de l’été étaient suivis d’une période importante de conception. La hausse de novembre s’explique peut-être par le départ imminent des hommes pour les chantiers. Par contre, le mois de janvier est le mois le moins productif.

61Le mouvement saisonnier pour l’Ontario ressemble beaucoup à celui de la paroisse Saint-Joseph.

II) Les mariages

62Les mouvements saisonniers des mariages à Saint-Joseph se distinguent par une baisse au début de l’année, une hausse au printemps et un sommet en juillet, une baisse en août et une reprise en septembre, puis une autre baisse en automne. Le temps du carême explique évidemment le nombre peu élevé de mariages en février et en mars. La baisse relative du mois d’août s’explique sans doute par le fait qu’il correspond au temps des récoltes.

63En Ontario, la baisse est également marquée pendant les mois d’hiver alors que les mois de juin et de septembre sont fort populaires.

TABLEAU 3. Indices des mouvements saisonniers des mariages, des baptêmes et des décès, paroisse Saint-Joseph-de-Chelmsford (1901-1940)

TABLEAU 3. Indices des mouvements saisonniers des mariages, des baptêmes et des décès, paroisse Saint-Joseph-de-Chelmsford (1901-1940)

Sources : Registres des mariages, des baptêmes et des sépultures, paroisse Saint-Joseph-de Chelmsford, 1901-1940

FIGURE 1. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

FIGURE 1. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

FIGURE 2. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, Ontario (1901-1940)

FIGURE 2. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, Ontario (1901-1940)

FIGURE 3. Mouvement saisonnier des mariages, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

FIGURE 3. Mouvement saisonnier des mariages, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

FIGURE 4. Mouvement saisonnier des mariages, Ontario (1901-1940)

FIGURE 4. Mouvement saisonnier des mariages, Ontario (1901-1940)

FIGURE 5. Mouvement saisonnier des décès, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

FIGURE 5. Mouvement saisonnier des décès, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

FIGURE 6. Mouvement saisonnier des décès, Ontario (1901-1940)

FIGURE 6. Mouvement saisonnier des décès, Ontario (1901-1940)

III) Les décès

64Les mouvements saisonniers des décès révèlent une baisse de janvier à mars, une remontée en avril, une nouvelle baisse en mai et juin, puis une hausse à partir de juillet et un sommet en septembre. À Saint-Joseph, la hausse en septembre est significative. Les mouvements des décès de Saint-Joseph sont très différents de ceux de l’Ontario ; ils correspondent en général aux mouvements saisonniers des décès de l’Ancien Régime.

Les lieux de provenance des époux

65La migration a créé la paroisse Saint-Joseph de toutes pièces. D’où sont venus ces premiers habitants catholiques et francophones ? Combien de temps a duré cette période d’immigration ? Les registres de mariages permettent de répondre à ces questions. Les données contenues dans le tableau 4 ont été groupées selon un code composé de quinze catégories.

66La paroisse a été largement tributaire de l’Outaouais ontarien et québécois sur le plan de l’immigration, et c’est de l’Outaouais québécois que provient le plus grand contingent de pionniers. En effet, le quart des époux et le cinquième des épouses de Saint-Joseph sont nés dans l’Outaouais québécois. Les diverses régions de l’est de l’Ontario ont fourni environ les mêmes pourcentages d’époux et d’épouses.

67Les épouses ont tendance à venir en plus grand nombre des environs. À partir des années 1911-1920, les épouses viennent principalement de la région immédiate, c’est-à-dire de Chelmsford et de Sudbury. La migration des hommes, par contre, dure jusque dans les années 1920. À compter des années 1920, la paroisse Saint-Joseph se reproduit presque sans apport de l’extérieur.

68Le mouvement migratoire ayant le Québec et l’Outaouais comme point de départ s’arrête donc à compter des années 1920. La migration vers le nord de l’Ontario s’inscrit dans un mouvement migratoire plus vaste de la population québécoise et canadienne. Entre 1840 et 1930, près d’un million de Québécois et au moins deux millions et demi de Canadiens ont émigré vers les États-Unis. Des milliers de Québécois ont émigré vers l’Ontario et l’ouest du Canada.

  • 19 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec. De la Confédération à (...)

L’émigration vers les autres provinces se dirige surtout vers l’Ontario où se développent des communautés canadiennes-françaises dans quelques comtés du sud-ouest et dans l’est près de la frontière Québec-Ontario. Lorsque les Québécois émigrent vers le nord de l’Ontario, le curé Labelle, missionnaire toujours prêt à s’enflammer, se prend à rêver avec quelques autres d’un Royaume du Nord majoritairement français qui relierait le nord du Québec à Winnipeg19.

  • 20 Chad Gaffield, « Boom and Bust... », op. cit., p. 182.

69La migration de l’Est ontarien est due en grande partie à l’épuisement des ressources forestières à la fin des années 187020. Gaffield a montré que les Canadiens français de Prescott, moins sédentaires à l’époque que les Canadiens anglais, ont tendance à émigrer. Il est possible que certains d’entre eux aient suivi l’industrie forestière vers le nord, le long de l’Outaouais, ou qu’ils aient trouvé des emplois dans le Canadien Pacifique et des terres dans Rayside-Balfour qui leur permettaient de reproduire le mode de vie qu’ils avaient connu dans l’Outaouais.

TABLEAU 4. Lieux d’origine (baptême) des époux, paroisse Saint-Joseph (1896-1940)

TABLEAU 4. Lieux d’origine (baptême) des époux, paroisse Saint-Joseph (1896-1940)

Source : Registres de mariages, paroisse Saint-Joseph

  • 21 Voir Gilberte Proulx, op. cit.

70Comme le Québec en général, l’Outaouais québécois et ontarien se trouvait dans une situation économique qui favorisait, à la fin du XIXe siècle, une émigration vers le nord-ouest. D’ailleurs les témoignages de familles pionnières de la région et de la ville de Sudbury confirment cette hypothèse21. Les liens de parenté ont certes joué un rôle important dans la migration des Canadiens français vers la région de Sudbury.

La fécondité

  • 22 Jacques Henripin, Tendances et facteurs de la fécondité au Canada, Ottawa, Bureau fédéral de la sta (...)

71Comme le nombre de naissances illégitimes n’a pu être calculé, il ne peut être question ici que de naissances légitimes. Celles-ci se mesurent en rapportant le nombre de naissances au nombre de femmes mariées. Pour mesurer la fécondité légitime, la démographie historique distingue entre fécondité par âge au mariage et fécondité par durée de mariage. Seule la fécondité par âge au mariage et par groupe d’âges est présentée ici. « Le taux de fécondité est obtenu en divisant le nombre total de naissances appartenant aux âges [...] du groupe considéré par le nombre total d’années de vie conjugale passées dans ce groupe d’âges22. »

72Pour obtenir ces taux de fécondité, il faut calculer l’âge des épouses, la durée de la vie conjugale et le nombre de naissances par groupe d’âges.

TABLEAU 5. Taux de fécondité légitime par groupe d’âges, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

TABLEAU 5. Taux de fécondité légitime par groupe d’âges, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)

Source : Registres des mariages et des baptêmes, paroisse Saint-Joseph

  • 23 Voir Donald Dennie, « Le comportement démographique de deux paroisses canadiennes-françaises de la (...)

73Ces tableaux révèlent un taux de fécondité élevé à Saint-Joseph. Il est en effet plus que le double du taux de la paroisse Sainte-Anne de Sudbury23. Il y a donc une différence significative entre ces deux communautés, l’une étant rurale-agricole, l’autre urbaine. Il est intéressant de comparer ces deux taux à ceux de l’Ontario, du Québec et du Canada pour les 40 premières années du XIXe siècle.

TABLEAU 6. Comparaison des taux globaux de fécondité légitime, Canada, Québec, Ontario, paroisse Sainte-Anne, paroisse Saint-Joseph (1901-1941)

TABLEAU 6. Comparaison des taux globaux de fécondité légitime, Canada, Québec, Ontario, paroisse Sainte-Anne, paroisse Saint-Joseph (1901-1941)

Sources : Jacques Henripin, Tendances et facteurs de la fécondité au Canada, Ottawa, Bureau fédéral de la statistique, 1968, p. 57 ; Registres des paroisses Sainte-Anne et Saint-Joseph

74Le taux de Sainte-Anne est à peu près le même que celui de l’Ontario alors que celui de Saint-Joseph est comparable à celui du Québec. Il est évident que le milieu rural et agricole de Rayside-Balfour, avec ses familles nombreuses et sa fécondité élevée, est typique de la société canadienne-française traditionnelle.

  • 24 Sur ce sujet, on pourra consulter Mary O’Brien, The Politics of Reproduction, Londres, Routledge an (...)

75Cette fécondité élevée s’explique en partie par la logique du mode de la petite production indépendante. Avant l’époque de la mécanisation et de l’industrialisation, les forces productives étaient constituées principalement par l’énergie humaine. Il était donc nécessaire que les familles aient un nombre élevé d’enfants qui constituaient des éléments essentiels de ces forces productives. En outre, du fait de la domination patriarcale au sein de ce mode de production, la reproduction dépendait en grande partie de l’homme24.

  • 25 Jacques Henripin, Tendances et facteurs..., p. 68.
  • 26 Charles Tilly (dir.), Historical Studies of Changing Fertility, Princeton, Princeton University Pre (...)

76Il faut noter par contre que le taux de fécondité légitime est à la baisse entre 1901 et 1940, étant ramené de 0,380 à 0,259. Cette baisse s’amorce en 1931. Ce phénomène qui a été observé dans plusieurs sociétés, surtout occidentales, au cours du XXe siècle a débuté vers 187525. Les tentatives d’explication sont nombreuses : « The problem is that we have too many explanations which are individually plausible in general terms, which contradict each other to some degree and which fail to fit some significant part of the facts26. »

L’espacement des naissances

77Le tableau 7 montre les intervalles existant entre le moment du mariage et celui du premier accouchement (intervalle protogénésique) selon les décennies.

TABLEAU 7. Variations des intervalles protogénésiques, par décennies, paroisse Saint-Joseph (1901-1941)

TABLEAU 7. Variations des intervalles protogénésiques, par décennies, paroisse Saint-Joseph (1901-1941)

Source : Registres des baptêmes et des mariages, paroisse Saint-Joseph

78Ce tableau permet de voir que le cinquième des naissances sont précédées de conceptions prénuptiales ; qu’environ le tiers ont lieu entre neuf et douze mois après le mariage et que la moitié surviennent un an après le mariage. La proportion des conceptions prénuptiales ainsi que les naissances un an après le mariage augmentent de façon régulière entre 1911 et 1940.

La mortalité

  • 27 Voir Judah Matras, Population and Societies, Englewood Cliffs (N. J.), Prentice-Hall, 1974.
  • 28 Voir Hubert Charbonneau et André Larose, op. cit.

79De nombreux facteurs sur lesquels l’individu a peu ou pas d’influence déterminent la mortalité : guerres, famines, épidémies, âge, hérédité, conditions d’hygiène, occupation, sexe. Ces facteurs varient selon les époques et les sociétés. En général, avant le XVIIIe siècle, les taux de mortalité étaient très élevés27, à cause principalement des grandes crises28. Au cours du XVIIIe siècle et surtout du XIXe siècle, principalement dans les sociétés occidentales, les taux de mortalité ont baissé de façon considérable.

80Les taux de mortalité pour Saint-Joseph ont d’abord été ventilés selon les âges.

TABLEAU 8. Mortalité selon les groupes d’âges, paroisse Saint-Joseph (1896-1940)

Groupe d’âges

( %)

Moins de 1 an

40,3

1-4

12,7

5-9

4,6

10-19

4,3

20-39

8,9

40-59

7,8

60-79

10,8

80-99

4,7

Inconnu

9,0

Total

100,0

Source : Registres des sépultures, paroisses Sainte-Anne et Saint-Joseph

81Il est à noter que plus de la moitié des individus décédés au cours de cette période sont âgés de neuf ans et moins. Toutefois, lorsque ces données sont ventilées selon les décennies, on remarque que la proportion de personnes décédées à neuf ans ou moins baisse considérablement.

82C’est la mortalité infantile qu’il est intéressant d’analyser. Pour en calculer le taux, nous avons utilisé la méthode d’Henry.

83En démographie historique, on travaille rarement sur une année isolée ; on prend presque toujours plusieurs années, cinq, ou, le plus souvent, dix.

  • 29 Michel Fleury et Louis Henry, op. cit., p. 119-120.

84Exemple : Décennie 1750-1759
Enfants décédés ayant moins d’un an : 285
Naissances : 1250
Taux de mortalité infantile29 : 285/1250 = 228 pour 1 000

85Ainsi les taux de mortalité infantile ont été calculés en divisant les décès à moins d’un an par le nombre de naissances (moins les morts-nés). Les taux par décennie sont présentés dans le tableau 9 et sont comparés à ceux de l’Ontario.

TABLEAU 9. Taux de mortalité infantile, par décennie, paroisse Saint-Joseph et Ontario (1901-1940)

TABLEAU 9. Taux de mortalité infantile, par décennie, paroisse Saint-Joseph et Ontario (1901-1940)

Source : Registres des sépultures, paroisse Saint-Joseph ; Report on Births, Marriages and Deaths, Ontario, 1891-1940

  • 30 Les taux de mortalité infantile de la paroisse Sainte-Anne sont les suivants : 1901-1910 :175 ; 191 (...)
  • 31 Donald Dennie, « Le comportement démographique... », op. cit., p. 34.

86On note une différence significative entre Saint-Joseph et l’Ontario. Sauf pour la décennie 1911-1920, les taux de Saint-Joseph sont relativement plus élevés. Les taux de Saint-Joseph sont toutefois plus bas que ceux de la paroisse Sainte-Anne30, en grande partie parce que le taux de fécondité y est beaucoup plus élevé. Cette différence laisse supposer que le milieu rural et agricole de Rayside-Balfour présente certains traits particuliers qui expliquent le fait que la mortalité infantile est relativement basse. Par contre, il se peut aussi que le milieu urbain de Sudbury explique la mortalité infantile beaucoup plus élevée que la normale. Si on compare les taux de ces paroisses à celui de l’Ontario, on se rend compte qu’ils sont plus élevés que la moyenne ontarienne31. On remarque une baisse assez nette du taux de mortalité infantile à RaysideBalfour à partir de 1911, mais ce taux se stabilise, tandis qu’il continue à descendre en Ontario.

Conclusion

87La population de Rayside et de Balfour augmente lentement jusqu’en 1940. La croissance est plus marquée et plus constante dans le village et la ville de Chelmsford, mais, dans l’ensemble, la croissance est lente et naturelle.

88Cette population se distingue par le fait qu’elle est très majoritairement catholique et canadienne-française. Au cours de cette période, environ 90 % des habitants déclarent être de religion catholique et d’origine canadienne-française. L’analyse des registres paroissiaux révèle qu’une proportion importante des familles provient de l’Outaouais, de la partie québécoise comme de la partie ontarienne. Cette migration en provenance de l’Outaouais et d’autres régions du Québec a créé de toutes pièces la paroisse Saint-Joseph. Elle se poursuit pendant un quart de siècle, jusque dans les années 1910 pour les femmes et jusque dans les années 1920 pour les hommes. Après 1920, la communauté et la paroisse se reproduisent d’elles-mêmes.

89Un autre trait caractéristique est la communauté de parenté et de familles. En effet, l’analyse des recensements nominatifs et des rôles d’évaluation ainsi que les souvenirs des répondants et répondantes montrent que la communauté ressemble à une grande famille, qu’elle est constituée de grappes de parenté. Ces soeurs et frères, enfants et parents, cousins et cousines, tantes et oncles vivent sinon les uns à côté des autres, sur les mêmes lots et dans les mêmes concessions, du moins à une distance de quelques kilomètres les uns des autres. Ils constituent un vaste réseau d’entraide et de communication dont les membres célèbrent les fêtes ensemble. Rappelons que, selon Durkheim, la parenté est fondée sur un ensemble de devoirs d’assistance, laquelle constitue la société ou la communauté qui est à la base de la religion.

90La famille se reproduit évidemment en grande partie dans le même milieu physique, à savoir la campagne, le village ou la toile. L’analyse des recensements nominatifs et des rôles d’évaluation montre que les familles sont sédentaires.

91Les familles sont en général de type nucléaire, c’est-à-dire qu’elles sont formées uniquement des parents et des enfants. On trouve très peu de membres de la famille étendue vivant aussi dans la maison. Le fait que les membres de la parenté, de la famille étendue, demeurent tout près démontre que la famille nucléaire se situe dans un contexte plus global.

92En moyenne, les familles canadiennes-françaises sont composées, entre 1891 et 1911, de cinq personnes. Ces familles ont un taux de fécondité très élevé ainsi qu’un taux de mortalité stable mais relativement élevé.

93En somme, la population de Rayside et Balfour, de 1890 à 1940, connaît une croissance lente. Elle est constituée d’un vaste réseau de parenté qui se reproduit en grande partie sur la base d’une économie rurale et agricole, sur la base d’un mode de petite production dont le fondement est la terre.

Notes

1 Voir à ce sujet Chad Gaffield, Aux origines de l’identitéfranco-ontarienne, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1993 ; Chad Gaffield, « Boom and Bust : The Demography and Economy of the Lower Ottawa Valley in the Nineteenth Century », Historical Papers, Canadian Historical Association, 1982, p. 172-195.

2 Selon les répondants et répondantes interviewés.

3 Lionel Séguin, op. cit., p. 17-18.

4 Le canton de Balfour a été arpenté en mai 1884 et celui de Rayside en juillet 1884. Voir Sessional Papers, Assemblée législative de l’Ontario, vol. XVII, 1885, p. 52-54.

5 Cette loi est intitulée An Act Respecting Free Grants and Homesteads to Actual Settlers on Public Lands, chapitre 24, Revised Statutes of Ontario, 1877.

6 On trouve deux graphies du nom de cette rivière dans les documents, soit Vermilion et Vermillion. C’est cette dernière qui sera utilisée ici.

7 Voir Gilberte Proulx, Familles pionnières. Leur odyssée. Leur enracinement, Sudbury, Société historique du Nouvel-Ontario, Documents historiques n° 5,1944.

8 Roger Bernard, Le travail et l’espoir. Migrations, développement économique et mobilité sociale Québec/Ontario 1900-1985, Hearst, Éditions du Nordir, 1991, p. 197.

9 Ibid., p. 202.

10 L’Église unie a été fondée en 1925 à la suite de la fusion des Églises presbytérienne, méthodiste et congrégationnaliste. À ce sujet, on pourra consulter John Webster Grant, The Canadian Experience of Church Union, Richmond (Virginie), John Knox Press, Ecumenical Studies in History No. 8,1967.

11 Voir à ce sujet Donald Dennie, « Sudbury 1883-1946 », op. cit., p. 154-162.

12 Au sujet des Finlandais dans la région de Subdury, on pourra consulter, entre autres, Lennard Charles Sillanpaa, » A Political and Social History of Canadians of Finnish Descent in the District of Sudbury », thèse de maîtrise, Helsinki, 1973 ; Martha Isobel Allen, « A Survey of Finnish Cultural, Economic and Political Development in Sudbury », thèse de maîtrise, Department of History, University of Western Ontario, 1954 ; O. W. Saarinen, « Finns in Northeastern Ontario With Special Reference to the Sudbury Area », Revue de l’Université Laurentienne, vol. XV, n° 1, 1981, p. 41-54 ; Vapaus, Finns in the Nickel Basin, Sudbury, 1937 (le journal Vapaus était un quotidien finlandais de gauche qui a été publié à Sudbury pendant plus de cinquante ans ; à ce sujet, voir Donald Dennie, « Sudbury, 1883-1946 », op. cit., p. 272-281). On peut aussi consulter la revenue Polyphony, Fall 1981, vol. 3, No. 2. Tout le numéro est consacré aux Finlandais du nord de l’Ontario.

13 Michel Fleury et Louis Henry, Des registres paroissiaux à l’histoire de la population. Manuel de dépouillement et d’exploitation de l’état civil ancien, Paris, I.N.E.D., 1956. Pour un bref historique de la démographie historique, on pourra consulter Donald Dennie, « Le comportement démographique de deux paroisses canadiennes-françaises de la région de Sudbury », Revue du Nouvel-Ontario, n° 16,1994, p. 9-29.

14 Louis Henry, Démographie. Analyse et modèles, Paris, Larousse, 1972, p. 18.

15 Voir Ronald D. Lee, Population Patterns in the Past, New York, Academic Press, 1977.

16 Michel Fleury et Louis Henry, op. cit., p. 67.

17 Michel Fleury et Louis Henry, op. cit., p. 104.

18 Pierre Guillaume et Jean-Paul Poussou, Démographie historique, Paris, Colin, 1970, p. 167.

19 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec. De la Confédération à la crise, op. cit., p. 45. En ce qui a trait à la colonisation du nord de l’Ontario, voir les travaux de Roger Bernard, Le travail et l’espoir. Migrations, développement économique et mobilité sociale Québec Ontario, 1900-1945, Hearst, Editions Le Nordir, 1991 ; Roger Bernard, « Peuplement du Nord de l’Ontario », Revue du Nouvel-Ontario n° 12, 1990, p. 15-40 ; voir aussi Martine Tremblay, « Peuplement et colonisation du Québec et du Nord de l’Ontario n° 12, 1990, p.43-63.

20 Chad Gaffield, « Boom and Bust... », op. cit., p. 182.

21 Voir Gilberte Proulx, op. cit.

22 Jacques Henripin, Tendances et facteurs de la fécondité au Canada, Ottawa, Bureau fédéral de la statistique, 1968, p. 58.

23 Voir Donald Dennie, « Le comportement démographique de deux paroisses canadiennes-françaises de la région de Sudbury », p. 31.

24 Sur ce sujet, on pourra consulter Mary O’Brien, The Politics of Reproduction, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1980.

25 Jacques Henripin, Tendances et facteurs..., p. 68.

26 Charles Tilly (dir.), Historical Studies of Changing Fertility, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 4.

27 Voir Judah Matras, Population and Societies, Englewood Cliffs (N. J.), Prentice-Hall, 1974.

28 Voir Hubert Charbonneau et André Larose, op. cit.

29 Michel Fleury et Louis Henry, op. cit., p. 119-120.

30 Les taux de mortalité infantile de la paroisse Sainte-Anne sont les suivants : 1901-1910 :175 ; 1911-1920 : 180 ; 1921-1930 : 136 ; et 1931-1940 :120.

31 Donald Dennie, « Le comportement démographique... », op. cit., p. 34.

Notes de fin

1 Les pourcentages ont été arrondis.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Population de Balfour, Chelmsford et Rayside (1891-1941)
Légende * Ce total peut comprendre la population de Chelmsford et du canton de Balfour. Il est tiré du recensement nominatif de 1891.** Ce total comprend la population de Chelmsford et de Balfour.Source : Recensements du Canada, 1891 à 1941
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 2. Population de Balfour, Chelmsford et Rayside selon l’origine ethnique et la religion (1891-1941)1
Légende Source : Recensements du Canada, 1891 à 1941
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre CARTE 2. Canton de Rayside, 1901
Légende Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre CARTE 3. Canton de Balfour, 1901
Légende Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre CARTE 4. Chelmsford, 1901
Légende Dressé par Léo. L. Lavière, Département de géographie, Université Laurentienne Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre TABLEAU 3. Indices des mouvements saisonniers des mariages, des baptêmes et des décès, paroisse Saint-Joseph-de-Chelmsford (1901-1940)
Légende Sources : Registres des mariages, des baptêmes et des sépultures, paroisse Saint-Joseph-de Chelmsford, 1901-1940
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre FIGURE 1. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre FIGURE 2. Mouvement saisonnier des naissances et des conceptions, Ontario (1901-1940)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIGURE 3. Mouvement saisonnier des mariages, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIGURE 4. Mouvement saisonnier des mariages, Ontario (1901-1940)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIGURE 5. Mouvement saisonnier des décès, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIGURE 6. Mouvement saisonnier des décès, Ontario (1901-1940)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre TABLEAU 4. Lieux d’origine (baptême) des époux, paroisse Saint-Joseph (1896-1940)
Légende Source : Registres de mariages, paroisse Saint-Joseph
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 5. Taux de fécondité légitime par groupe d’âges, paroisse Saint-Joseph (1901-1940)
Légende Source : Registres des mariages et des baptêmes, paroisse Saint-Joseph
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 6. Comparaison des taux globaux de fécondité légitime, Canada, Québec, Ontario, paroisse Sainte-Anne, paroisse Saint-Joseph (1901-1941)
Légende Sources : Jacques Henripin, Tendances et facteurs de la fécondité au Canada, Ottawa, Bureau fédéral de la statistique, 1968, p. 57 ; Registres des paroisses Sainte-Anne et Saint-Joseph
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre TABLEAU 7. Variations des intervalles protogénésiques, par décennies, paroisse Saint-Joseph (1901-1941)
Légende Source : Registres des baptêmes et des mariages, paroisse Saint-Joseph
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 9. Taux de mortalité infantile, par décennie, paroisse Saint-Joseph et Ontario (1901-1940)
Légende Source : Registres des sépultures, paroisse Saint-Joseph ; Report on Births, Marriages and Deaths, Ontario, 1891-1940
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1308/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540