Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre de l’INCO

 | 
Donald Dennie

Introduction

Texte intégral

1La compagnie International Nickel (INCO), issue de la Canadian Copper en 1886, a pesé d’un grand poids sur l’activité de production de la région de Sudbury. Elle a amené de nombreuses familles canadiennes-françaises de l’Outaouais ontarien et québécois à s’établir dans la région dès la fin du XIXe siècle. Ces familles pionnières se sont installées très tôt dans la ville même de Sudbury ainsi que dans la Vallée, en périphérie, où bon nombre ont trouvé un sol propice à l’agriculture, propre à leur assurer le même mode de vie qu’à leurs ancêtres québécois et ontariens. En se fixant dans les cantons de Rayside et de Balfour comme dans ceux de Blezard et Hanmer, les habitants se sont établis à l’ombre de l’INCO, de ses cheminées d’abord et aussi des possibilités que celle-ci offrait sur le marché du travail et des débouchés qu’elle permettait aux produits tant agricoles que forestiers.

2Un demi-siècle après le début de la colonisation, les enfants et les petits-enfants des pionniers ont abandonné, en grande partie, les fermes et le métier d’agriculteur pour prendre un autre mode de vie déterminé plus directement par cette compagnie minière devenue géante.

3C’est cette transition vécue par ces générations d’individus et de familles canadiennes-françaises enracinées dans les cantons de Rayside et de Balfour que ce livre veut analyser.

4Pourquoi avoir choisi d’écrire un livre sur cette partie de l’histoire de la communauté canadienne-française de la région de Sudbury ?

  • 1 Voir Marcel Rioux et Yves Martin (études choisies et présentées par), La société canadienne-frança (...)

5L’idée de traiter ce sujet m’est venue il y a déjà plusieurs années. J’ai eu l’idée du projet en lisant des textes sur l’évolution de la société canadienne-française qui tentaient d’analyser le phénomène du changement ou de la transition de cette société. Certains se penchaient davantage sur le passage d’une société rurale et agricole à une société moderne, urbaine et industrielle1. Ce sont aussi des observations et des expériences personnelles qui ont fait germer en moi cette idée. Ces expériences personnelles remontent à l’époque où j’ai vu mes grands-parents maternels, Napoléon et Odile Belcourt, abandonner leur terre, dans le canton de Rayside, la léguer à leur fils cadet pour venir s’établir en ville, à Sudbury. J’ai aussi vu mes grands-parents paternels, Frank et Émérance Dennie, s’efforcer de vivre de la terre, dans le village de Hanmer. C’était une terre qui satisfaisait aux nécessités élémentaires de la vie pendant que mon grand-père tentait d’exploiter une mine, la Nickel Offset au nord de Chelmsford, puis s’aventurait dans l’hôtellerie à Sudbury ou dans la prospection minière.

  • 2 Voir Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France, 1968,2e éd (...)

6Il y a donc eu, dans ma famille comme dans de nombreuses familles canadiennes-françaises, un lien avec la terre et la ferme qui est demeuré inscrit dans la mémoire collective2 du groupe familial, bien que les enfants et les petits-enfants soient devenus pour la plupart des citadins, vaquant à des occupations sans relation directe avec le monde agricole. Ce lien s’est brisé et la rupture est bien plus que matérielle, elle représente plus que la perte d’un contact avec le sol, les produits du sol, les bâtiments de la ferme, les animaux et la machinerie qui nous fascinait tant lorsque nous étions jeunes. C’est aussi une rupture culturelle, la perte d’un monde de sentiments, d’émotions, d’idées et de valeurs qui accompagnait ce mode de production. L’installation en ville marquait cette rupture. Mais c’était aussi plus profond. Ce changement s’inscrivait dans ce que Pierre Bourdieu appelle l’habitus, c’est-à-dire dans des

  • 3 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 88-89.

systèmes de dispositions durables et transposables, stuctures structurées prédisposées à fonctionner comme structures structurantes, c’est-à-dire en tant que principes générateurs et organisateurs de pratiques et de représentations qui peuvent être objectivement adaptées à leur but sans supposer la visée consciente de fins et la maîtrise expresse des opérations nécessaires pour les atteindre, objectivement « réglées » et « régulières » sans être en rien le produit de l’obéissance à des règles, et, étant tout cela, collectivement orchestrées sans être le produit de l’action organisatrice d’un chef d’orchestre3.

  • 4 Ibid, p. 91.

Produit de l’histoire, l’habitus produit des pratiques, individuelles et collectives, donc de l’histoire, conformément aux schèmes engendrés par l’histoire ; il assure la présence active des expériences passées qui, déposées en chaque organisme sous la forme de schèmes de perception, de pensée et d’action, tendent, plus sûrement que toutes les règles formelles et toutes les normes explicites, à garantir la conformité des pratiques et leur constance à travers le temps4.

7Perturbé par des changements dus à des forces qui excèdent celles de l’individu, cet habitus cherche à se reproduire, puis à s’adapter, dans un environnement nouveau. Dans ce processus de mutation et d’adaptation se produisent certes des comportements et des sentiments d’anomie et même d’aliénation qui peuvent s’exprimer de plusieurs façons. Ces comportements et ces sentiments, je les ai notés chez mes grands-parents, chez mes parents et beaux-parents qui ont, eux aussi, vécu cette transition. Je pouvais aussi les observer chez moi à mesure que le monde dit traditionnel, avec les valeurs, les rites et l’organisation paroissiale de l’Église catholique, disparaissait.

8J’ai donc puisé dans ces observations et dans ces souvenirs d’adolescence, ressentant le besoin d’étudier, de comprendre ce phénomène de la transition.

Le choix d’une communauté

9Mais pourquoi avoir choisi Rayside-Balfour comme objet d’étude ? En partie parce que mes grands-parents maternels ont défriché et habité pendant quelques décennies une terre située dans la concession 5. En outre, parce que j’ai vécu mes années de jeunesse dans le village de Blezard Valley, à quelques kilomètres plus à l’est. C’est dans cette vallée que plusieurs des premières familles pionnières canadiennes-françaises de la région se sont établies pour y reproduire un mode de vie ancestral qui a exercé pendant longtemps sur moi une puissante attraction.

10Cette vallée est située au centre d’une formation géologique appelée le bassin de Sudbury. Orientée selon un axe sud-ouest – nord-est, cette formation est longue d’environ 60 kilomètres et large de quelque 25 kilomètres.

  • 5 Alfred E. Marlow, Report on the Origin, Geological Relations and Composition of the Nickel and Cop (...)

The general character of the country may, perhaps, be best described as that of an uneven or undulatory rock plain, with a gentle slope towards the south and southwest. In detail the surface of the plain is far from uniform, consisting of a rapid succession of more or less parallel and disconnected rocky ridges with a prevailing northeast and southwest trend, the intervening valleys being usually occupied by swamps, lakes or river courses5.

11La Vallée peut se décrire en termes techniques de façon suivante :

  • 6 Oiva W. Saarinen, « A Geographical Basis for Regional Planning in the Sudbury Area », thèse de maî (...)

This low lying area occupies the central part of the Sudbury Basin. It is about 900feet in elevation and is surrounded on all sides by areas of high elevation known as the North, West, South and East Ranges. Most of the Plain consists of level sand, silt and clay deposits which were laid down under the post-glacial lakes. In the central part of the Plain are low ridges of rocks which protrude through the surface deposits. The rocks form part of the Chelmsford anticline6.

12Les cantons de Rayside et de Balfour sont situés à l’extrémité ouest de ce bassin. La ville de Chelmsford, qui a été le premier centre urbain de cette Vallée à la suite de la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique en 1883, chevauche les deux cantons.

13La carte 1 montre l’emplacement de ces cantons par rapport à la ville de Sudbury et au bassin de Sudbury. La partie grise, au centre des municipalités de la région, met en évidence la formation géologique de ce bassin.

Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury

  • 7 Chelmsford, 1883-1983, Ottawa, Le Club 50 de Chelmsford, 1983. (Marie-Jeanne Vaillancourt est l’in (...)
  • 8 Lionel Séguin, ptre, Historique de la paroisse de Chelmsford, Ontario, 1948, s. 1.

14Le choix des cantons de Rayside et de Balfour tient aussi au fait que la paroisse de Saint-Joseph-de-Chelmsford, fondée en 1896, est la plus vieille de la Vallée. Elle est la plus vieille paroisse de la région de Sudbury après celle de Sainte-Anne-des-Pins, créée à Sudbury par les Jésuites en 1883. Le centenaire de Chelmsford, en 1983, a donné lieu à la publication d’un ouvrage, Chelmsford, 1883-19837, rédigé par un groupe de résidants. Un curé de la paroisse, Lionel Séguin, avait aussi, antérieurement, écrit l’histoire de la paroisse Saint-Joseph8. Ces deux publications, qui portent principalement sur les personnalités et sur les institutions paroissiales et canadiennes-françaises, ont été des sources importantes de renseignements, surtout en ce qui concerne ce que le curé Séguin a appelé la « petite histoire » de la communauté.

  • 9 On trouvera dans le présent travail, surtout dans le chapitre 1, des références à certains auteurs (...)

15Je n’ai pas, dans ce travail, fait porter l’analyse sur les institutions dites franco-ontariennes ou canadiennes-françaises, qui, tout comme la langue et la culture, ont été abondamment étudiées par l’historiographie et la sociographie9. Même si, dans l’historiographie, la question de la survivance de la langue et de la culture occupe une place de premier plan, ce n’est pas elle qui fait l’objet de mon étude. J’ai plutôt voulu étudier la vie matérielle des habitants des cantons de Rayside et Balfour, c’est-à-dire voir comment ils ont produit et reproduit leurs conditions d’existence dans le contexte géographique de ces cantons situés à l’ombre de la compagnie INCO.

Le cadre théorique

16Le choix de l’objet d’étude n’est pas tout. Encore faut-il choisir un cadre théorique qui permet à la fois de cerner la problématique de l’étude, de sélectionner parmi l’amas de données existantes celles qui peuvent servir et, enfin, interpréter ces dernières.

17La transition de la société canadienne-française (lire québécoise) a été examinée, de façon générale, selon deux cadres théoriques différents depuis une cinquantaine d’années. Le premier cadre décrit et analyse le passage d’une société traditionnelle à une société moderne ou d’une société rurale-artisanale à une société urbaine-industrielle. Le second cadre privilégie plutôt le concept de mode de production et, par conséquent, analyse, par exemple, la transition d’un mode de production féodal à un mode de production capitaliste.

  • 10 Horace Miner, St. Denis : A French-Canadian Parish, University of Chicago Press, 1939.
  • 11 Everett C. Hughes, Rencontre de deux mondes, Montréal, Editions du Boréal Express, 1972.
  • 12 Gérald Fortin, « Les changements socio-culturels dans une paroisse agricole », dans Marcel Rioux e (...)
  • 13 Hubert Guindon, Tradition, modernité et aspiration nationale de la société québécoise (textes réun (...)
  • 14 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 1971.
  • 15 Marcel Rioux et Yves Martin (études choisies et présentées par), La société canadienne-française, (...)
  • 16 On pourra consulter sur ce sujet le recueil d’articles dans le livre de Cornelius J. Jaenen (dir.) (...)

18Le premier cadre théorique a été utilisé surtout par des auteurs tels que Horace Miner10, Everett C. Hugues11 (ces deux derniers ont adopté le point de vue de l’anthropologue Robert Redfield), Gérald Fortin12, Hubert Guindon13, Guy Rocher14, Marcel Rioux et Yves Martin15. Certains auteurs ont adapté ce cadre pour la description et l’analyse de la transition qui s’est effectuée au sein de la société franco-ontarienne16.

  • 17 Le sociologue Philippe Garigue a vivement critiqué cette vision de la société canadienne-française (...)

19De façon générale, le premier cadre décrit et analyse le passage dans certaines communautés du Québec, des XIXe et XXe siècles, d’un monde rural, artisanal et agricole à un monde urbain et industriel. La société rurale et agricole constituait un monde traditionnel, axé sur la terre et le rang, qui assurait, selon certains, la solidarité sociale. La paroisse, la famille et la parenté constituaient le noyau de ce type de société qui comportait un système de valeurs communes, des représentations collectives et des normes de comportement relativement homogènes, le tout formant un ensemble assez cohérent17.

20Après la Deuxième Guerre mondiale, cette société est devenue une société urbaine et industrielle, les occupations et les métiers se sont transformés et se sont diversifiés. La stratification et la structure des classes sont devenues plus complexes, l’occupation du sol fort différent, les familles davantage de type nucléaire, et un système de normes et de valeurs plus complexes et hétérogènes est apparu. Dans ce nouveau type de société, le rôle de l’Église et de la paroisse, jadis essentiel, a perdu de l’importance à mesure que l’État a pris de l’ampleur.

21Selon Miner et Hugues, le passage d’un monde à l’autre s’explique par le manque de terres cultivables :

  • 18 Horace Miner, « Le changement dans la culture rurale canadienne-française », dans Marcel Rioux et (...)

Le manque de terres a suffi à créer le problème structurel de la société : c’est par référence à ce facteur que l’on peut comprendre comment le changement est devenu une nécessité et que l’on peut expliquer certains des changements déjà réalisés. Une plus large part du changement toutefois n’est lié qu’indirectement au problème structurel fondamental. La diminution des terres disponibles a forcé les parents à trouver de nouveaux débouchés pour leurs enfants. Procédant de façon empirique, la société a tenté de résoudre le problème qui la confrontait. Étant donné le mode traditionnel de peuplement, les tensions suscitées par la rareté des terres disponibles devinrent graduellement plus aiguës. Il n’y a pas eu abandon subit des habitudes traditionnelles ; on a tout simplement cherché de plus en plus intensément à découvrir des orientations nouvelles. Celles-ci, dans tous les cas, impliquaient une dépendance accrue par rapport à la civilisation industrielle qui encerclait la culture traditionnelle18.

22Ce cadre théorique décrit essentiellement les caractéristiques fondamentales des deux mondes. Il fait ressortir leurs éléments constitutifs en montrant comment ils ont été transformés au cours du passage d’un monde à l’autre. L’un des inconvénients majeurs de ce cadre théorique me semble être l’ambiguïté des concepts utilisés. On utilise parfois les oppositions traditionnel-moderne, artisanal-urbain ou encore celle de rural-industriel, sans que les concepts soient clairement définis. Cependant le défaut principal de ce cadre me semble être qu’il ne tient pas assez compte des relations entre les individus présents dans ces mondes. Ce sont les individus qui façonnent, reproduisent et changent une société. Mais, dans ce cadre, ils sont laissés de côté.

  • 19 Gilles Bourque et Anne Légaré, Le Québec. La question nationale, Paris, François Maspero, 1979.

23J’ai donc choisi de suivre une autre orientation théorique. Celle-ci a été utilisée par quelques auteurs, par exemple, pour analyser la transition de la société québécoise. Gilles Bourque et Anne Légaré19 ont étudié l’évolution du Québec, depuis le Régime français jusqu’aux années 1970, adoptant une perspective marxiste, donc en utilisant les concepts de mode de production et de rapport de production. Selon Bourque et Légaré, les francophones québécois s’insèrent majoritairement dans des rapports agricoles de type féodal à partir de la Conquête jusqu’à la Confédération, époque où apparaît au Québec le mode de production capitaliste. Par contre, les anglophones sont déjà passés, au cours de cette période, à un mode de production capitaliste qu’ils tentent d’élargir avec le régime confédératif.

  • 20 Gérald Bernier et Daniel Salée, Entre l’ordre et la liberté. Colonialisme, pouvoir et transition v (...)

24Gérald Bernier et Daniel Salée20 utilisent aussi ce schéma des modes de production pour expliquer la transition du Québec d’un mode féodal à un mode capitaliste. Le matérialisme historique comme cadre théorique s’impose d’évidence, selon ces auteurs, parce que

  • 21 Ibid., p. 56.

Marx avait une conception du changement social qui était éminemment relationnelle. « Dans la production sociale de leur existence, écrit-il dans sa Contribution à la critique de l’économie politique, les hommes entrent en des rapports de production qui correspondent à un degré de développement déterminé de leurs forces productives matérielles. » Le concept de rapport de production est sans aucun doute le plus fondamental de la terminologie marxienne. Il se réfère à la fois à la manière dont la société est produite et à celle par laquelle les agents sociaux s’intègrent et existent à l’intérieur du processus de production. Les rapports de production sont dès lors un reflet de la structure économique et leur effet est déterminant sur la société dans son ensemble21.

25Ces concepts propres au matérialisme historique de Karl Marx semblent convenir parfaitement pour l’étude de la transition d’une communauté comme celle qui est l’objet de cette étude. De plus, ce cadre théorique met l’accent sur les rapports sociaux d’individus concrets et réels ; il conçoit la société – tout comme sa transition – comme une production sociale.

26De plus, le choix de ce cadre théorique s’explique aussi par mes études en sociologie et en histoire qui m’ont amené à privilégier en premier Heu une approche structurelle, globalisante, envisageant les sociétés dans leur totalité.

27La popularité du fonctionnalisme à l’époque où j’ai entrepris des études en sociologie n’est pas étrangère au fait de vouloir étudier les phénomènes sociaux dans leur totalité. Mais le fonctionnalisme ne rend pas compte du changement, des conflits, des contradictions. C’est donc l’étude de l’histoire sociale, associée à une approche globalisante et conflictuelle, qui m’a poussé à adopter un cadre théorique qui combine les aspects de la totalité sociale, de l’histoire et, par conséquent, des structures, des phénomènes sociaux ainsi que des contradictions et des conflits dont ils sont l’objet.

28La lecture et l’étude des œuvres de Marx et de Engels m’ont amené graduellement à privilégier le cadre théorique et méthodologique qui est le leur. Leur pensée est certes complexe et elle a suscité de nombreuses interprétations et d’innombrables controverses. C’est en saisissant ce qui m’est apparu comme les fils conducteurs de cette pensée que j’ai réussi à en dégager des concepts élémentaires et des propositions fondamentales pour l’étude de la société.

Propositions et concepts fondamentaux

  • 22 Ces textes se retrouvent, essentiellement, dans L’idéologie allemande (1848) ainsi que dans la « P (...)

29Les propositions et les citations suivantes constituent ces fils conducteurs à partir desquels on peut comprendre une ou des réalités sociales comme celles qu’on appelle « franco-ontariennes ». Ces fils conducteurs se retrouvent dans les textes qui servent, d’un côté, à définir le matérialisme historique et, de l’autre, à élaborer une méthode d’analyse22. Il s’agit : 1) de l’existence d’individus réels et concrets ; 2) du lien entre l’idéel et les rapports sociaux ; 3) de la production et de la reproduction de la vie ; 4) du fondement caché de la structure sociale ; et 5) de la méthodologie.

I) La prémisse : l’existence d’individus réels et concrets

30Pour Marx et Engels, la première présupposition ou prémisse de l’histoire sociale, c’est l’existence d’individus concrets et réels, d’êtres sociaux et historiques :

  • 23 Ce texte figure dans « L’idéologie allemande », Œuvres III. Philosophie, Paris, Bibliothèque de la (...)

Les présuppositions dont nous partons ne sont pas arbitraires ; ce ne sont pas des dogmes ; il s’agit de présuppositions réelles, dont on ne peut s’abstraire qu’en imagination. Il y a va d’individus réels, de leur action et de leurs conditions d’existence matérielles, soit qu’ils les aient trouvés toutes prêtes soit qu’ils les aient créés par leur propre activité. Ces présuppositions sont susceptibles d’être vérifiées de manière purement empirique... Voyons donc les faits : des individus déterminés, exerçant une activité productive déterminée, nouent des relations sociales et politiques déterminées23.

31Du fait de cette première prémisse, le chercheur est conduit à étudier les réalités franco-ontariennes à partir non pas de l’idée franco-ontarienne (donc d’une quelconque société ou culture franco-ontarienne), car celle-ci ne peut être qu’une représentation des relations sociales, mais des individus concrets préoccupés d’assurer leur existence (ce qui implique aussi produire des idées) et, ce faisant, de produire leurs relations sociales.

  • 24 Karl Marx, « L’idéologie allemande », p. 1058-1059.

La première condition de toute existence humaine, donc de toute histoire, c’est que les hommes doivent être en mesure de vivre pour être capables de « faire l’histoire ». Or, pour vivre, il faut avant tout manger et boire, se loger, se vêtir et maintes choses encore. Le premier acte historique, c’est donc la création des moyens pour satisfaire ces besoins, la production de la vie matérielle elle-même24.

  • 25 Jean-Louis Bertocchi, Marx et le sens du travail, Paris, Éditions sociales, 1996, p. 19-20.

32Cette production de la vie matérielle, de l’existence humaine est fondée sur le travail humain, lequel est nécessaire pour transformer la nature en produits essentiels à l’entretien de la vie. Dès ses premiers écrits, « la notion de travail se situe au centre des recherches de K. Marx25 ». Bien que la définition du concept de travail ait subi des changements dans son œuvre, ce concept demeure pour Marx fondamental pour l’analyse sociale et historique.

33Dans L’idéologie allemande surtout, on trouve deux autres concepts importants, soit ceux de division du travail et de propriété. Ces réalités sont apparues dans l’histoire de façon presque simultanée.

  • 26 Karl Marx et F. Engels, « L’idéologie allemande », p. 1063-1064.

Tout en reposant sur la division naturelle du travail dans la famille et sur la séparation de la société en familles isolées et opposées les unes aux autres, la division du travail, avec toutes ses contradictions, entraîne en même temps la répartition du travail et de ses produits – répartition inégale, certes, en quantité comme en qualité – et, par conséquent, la propriété... Au demeurant, division du travail et propriété privée sont des expressions identiques, la première indiquant par rapport à l’activité ce que la seconde exprime par rapport au produit de cette activité26.

34La division du travail et la propriété sont donc des concepts essentiels dans une perspective matérialiste d’analyse sociale et historique. Subordonnés à ces derniers, les concepts de relations de travail et de rapports de propriété sont également nécessaires pour pouvoir comprendre les rapports sociaux dans un mode de production déterminé.

  • 27 L’école marxiste a débattu la question de savoir lequel des forces productives ou des rapports de (...)

35Pour travailler et ainsi assurer leur existence, les individus utilisent des forces productives qui comprennent à la fois les aspects plus techniques de la production, c’est-à-dire la force de travail, l’énergie humaine, le sol et les outils, ainsi que la division du travail, le mode de coopération sociale et les connaissances utilisées. Ce concept de forces productives comporte donc des aspects sociaux et cognitifs ou culturels de la production27.

  • 28 Karl Korsch, Karl Marx, New York, Russell & Russell, 1963, p. 198-199. Sur la science et la techno (...)

A « productive force » is, at first, nothing else than the real labour power of working men ; the force incorporated in these living human beings by which, with definite material means of production and within a definite form of social co-operation conditioned by those material means of production, they produce through their labour the material means of satisfying the social needs of their existence, that is – under capitalistic conditions, « commodities ». In a second and even more important sense, everything that increases the productive effect of the human labour power is said by Marx to be a « productive force ». To the productive forces in that dynamic sense belongs the progress of technique and science ; there belongs above all the social organization itself of the immediately « social » forces created by co-operation and division of labour28.

36Les rapports sociaux de production et les forces productives constituent donc les deux éléments essentiels du mode de production. Des deux éléments, le plus déterminant – dans le cadre de ce travail – est celui des rapports sociaux de production.

37Le concept de rapport de production est essentiel, car il permet de déterminer qui peut s’approprier le surproduit ou le surplus de travail produit dans une société donnée. Il implique donc un rapport de propriété, lequel est la forme juridique du rapport de production.

38L’étude des rapports de production permet de comprendre les fondements de toute société. L’analyse des rapports de production d’une société constitue ainsi la clé qui permet d’en dévoiler les fondements, lesquels demeurent souvent cachés par des constructions idéologiques, religieuses et politiques. Elle permet de comprendre et de voir comment certains groupes et individus réussissent à s’approprier un surproduit, celui-ci prenant diverses formes selon le type de mode de production.

  • 29 Gérald Bernier et Daniel Salée, Entre l’ordre et la liberté, op. cit., p. 57.

Les rapports de production, conjointement avec les forces productives, définissent à proprement parler un mode de production : un stade déterminé de développement des forces productives correspond à un certain type de rapports de production29.

  • 30 Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte, Paris, Costes, c. 1928, p. 313-314.

39Marx a défini quatre ou cinq grands modes de production : le primitif communautaire, l’esclavagiste, le féodal, le capitaliste et l’asiatique. Il a aussi brièvement traité du mode de la petite production indépendante ou parcellaire30 dont il sera question dans ce travail.

  • 31 Voir sur ce sujet Guy Dhoquois, Pour l’histoire, Paris, Anthropos, 1971.

40Dans le mode de la petite production, les travailleurs sont également propriétaires des moyens de production (la terre et les outils) et ils n’exploitent pas le travail d’autrui. Il donne souvent lieu à une petite économie marchande31.

41Outre qu’ils sont travailleurs et propriétaires, les petits producteurs sont en général égaux entre eux (mais il n’y a pas égalité entre, d’une part, les propriétaires masculins, et, d’autre part, les femmes et les enfants).

  • 32 Denis Monière, « L’utilité du concept de mode de production de petits producteurs pour l’historiog (...)

Il y a quasi-autarcie ou autosuffisance. Il peut y avoir production de plus-value, mais il n’y a pas d’extorsion directe de plus-value. L’échange, lorsqu’il y en a, ne prend pas la forme marchande mais plutôt la forme simple. La production n’est pas faite pour le marché, il y a donc peu d’accumulation du capital. Enfin ce mode de production ne peut avoir de superstructure qui lui soit propre. L’agent économique propre à ce mode de production est l’artisan et le paysan32.

  • 33 Marx distingue plusieurs modes de production : le primitif, l’esclavagiste, le féodal, le capitali (...)

42Le concept de mode de production, intégrant les rapports et les forces de production, se situe certes à un niveau fort abstrait. Par conséquent, la réalité sociale concrète se présente de façon différente de la construction théorique du mode de production. En effet, cette réalité comprend souvent plusieurs types et formes de sociétés concrètes. Dans la réalité, le chercheur retrouve plutôt des formes sociales qui s’apparentent à un mode de production particulier33 et même à deux modes de production. C’est pourquoi certains préfèrent utiliser le concept de formation sociale quand il s’agit d’étudier des sociétés déterminées.

  • 34 Nicos Poulantzas, « K. Marx et F. Engels », dans François Châtelet, La philosophie, tome III, Pari (...)

Un mode de production « pur » n’est qu’un schéma d’analyse, qui n’existe pas tel quel dans la réalité. Ce qui existe dans la réalité historique, ce sont des sociétés concrètes, des formations sociales en un moment déterminé : la France, l’Angleterre, l’Allemagne, etc. Or, dans la réalité complexe d’une formation sociale concrète coexistent plusieurs modes de production (féodal, capitaliste) et formes de production (forme marchande simple, transition entre le féodalisme et le capitalisme, capitalisme concurrentiel et capitalisme monopoliste) étant entendu qu’un mode (ou forme) de production domine en général les autres : c’est dans ce sens qu’on peut parler de formation sociale, féodale, capitaliste, capitaliste monopoliste. C’est cela qui fait que, dans une formation sociale concrète, existent davantage que deux classes, relevant des divers modes et formes de production34.

43Une formation sociale est le lieu de la coexistence de plusieurs modes ou formes de production que le chercheur doit analyser dans la réalité concrète.

  • 35 Gérald Bernier et Daniel Salée, op. cit., p. 57.

Les sociétés concrètes regroupent normalement divers types de rapports de production parce qu’il pourrait y avoir de nombreux stades de développement des forces productives. Dans un processus dialectique, leur coexistence ou leur interaction façonnent la formation sociale, c’est-à-dire un tout social concret, structuré, complexe et historiquement déterminé (par opposition à la nature abstraite et ahistorique du mode de production)35.

  • 36 Habermas a critiqué le concept de mode de production élaboré par Marx. Selon lui, Marx a négligé l (...)

44Selon Habermas, une formation sociale comprend deux dimensions : d’un côté, le système ou la structure qui agit comme régulateur, surtout à partir du déploiement de ses forces productives qui lui permettent de s’adapter au monde environnant et, de l’autre, le monde vécu ou identitaire qui contribue à l’intégration sociale36. Habermas cherche donc à combiner les dimensions objectives et subjectives des formations sociales. De plus, toute formation sociale est soumise à un principe d’organisation qui détermine les possibilités d’adaptation, de changement ou de transformation.

45Ainsi la formation sociale féodale ou traditionnelle a comme principe d’organisation la domination de classe sous la forme politique. Le principe d’organisation de la formation sociale capitaliste est le rapport du travail salarié et du capital ancré dans le système bourgeois du droit privé. Lorsque les contradictions internes d’une formation sociale vont à l’encontre du principe d’organisation, la société entre dans une période de crise qui aboutit à l’établissement d’un nouveau type de formation sociale.

46Dans une formation sociale qui comprend des éléments de deux modes ou formes de production, des principes d’organisation différents se heurtent et tendent à obtenir la prééminence. La domination d’un principe entraîne des crises à plusieurs niveaux dans la formation sociale. L’organisation sociale retrouvera une certaine stabilité mais avec des structures de classes différentes marquées par un certain niveau d’interaction entre formes de production. Il se peut que ces structures subsistent dans une relation de conflit ou d’entente ; il se peut également que les classes ou certaines fractions de classe dominantes à l’intérieur des deux modes ou formes de production établissent des liens entre elles dans le but de protéger leurs intérêts.

  • 37 On retrouve ce concept chez Louis Althusser, Etienne Balibar et Roger Establet, Lire le capital II (...)

47Toutes ces possibilités et ces questions d’ordre pratique relèvent du phénomène de l’articulation37.

  • 38 Pour une discussion de ces concepts, voir les chapitres 4 et 5.

48La théorie de l’articulation reprend de plusieurs façons celle de la transition d’un mode de production à un autre. Dans le cadre de cette théorie, un mode de production précapitaliste se transforme ou est transformé au cours d’une série d’étapes que Marx a appelées la soumission formelle et la soumission réelle38. Cette subordination au capitalisme s’accomplit en partie dans la sphère de l’échange, mais ne devient complète que lorsque le capitalisme transforme radicalement les rapports de production précapitalistes, que lorsque la production est orientée vers l’obtention d’une plus-value, et par conséquent vers la naissance des classes capitaliste et ouvrière. C’est au moment où le capitalisme industriel se développe que la soumission réelle au capitalisme se produit.

  • 39 Maurice Godelier, « L’objet les enjeux », dans Maurice Godelier (dir.), Transitions et subordinati (...)

Un double mouvement contradictoire se développe : d’une part, la forme capitaliste de production détruit ou décompose sous sa concurrence les formes anciennes de production en rendant caduques leurs bases matérielles ou elle les reproduit sur une base matérielle qu’elle fournit elle-même et les place par là et par la domination qu’elle exerce sur toute production marchande, sous sa dépendance39.

49Le présent travail utilise cette notion de la transition des modes de production dans le cadre du matérialisme historique pour analyser les changements socio-économiques qui s’effectuent dans la communauté canadienne-française de Rayside et de Balfour.

50Cette première prémisse m’a conduit à collecter de données : a) sur la production matérielle (statistiques au sujet des récoltes, de la coupe de bois) dans les recensements décennaux, dans les registres sur la coupe du bois dans les deux cantons, dans les rapports annuels des agronomes provinciaux ; b) sur la division du travail par l’intermédiaire de témoignages verbaux et de recensements (occupations) ; c) sur les rapports de production par le biais des témoignages et des données du Bureau d’enregistrement des titres du district de Sudbury ainsi que des rôles d’évaluation de Balfour et de Chelmsford.

II) Le lien entre l’idéel et les rapports sociaux

51L’entretien de la vie matérielle implique la production d’idées. Ces idées et la conscience dont elles dépendent sont indissociables des rapports sociaux.

  • 40 Karl Marx, « L’idéologie allemande », p. 1056-1057.

Les formations brumeuses du cerveau humain sont elles aussi des sublimés nécessaires du processus matériel et de leur vie, empiriquement vérifiable et lié à des circonstances matérielles préalables. Par conséquent, la morale, la religion, la métaphysique et tout le reste de l’idéologie, ainsi que les formes de conscience qui leur correspondent, ne conservent plus leur semblant d’indépendance. Elles n’ont ni histoire, ni développement ; ce sont, au contraire, les hommes qui, en même temps qu’ils développent leur production et leur communication matérielles, transforment, avec cette réalité qui leur est propre, et leur pensée et les produits de celle-ci. Ce n’est pas la conscience qui détermine la vie, c’est la vie qui détermine la conscience40.

52Selon Godelier,

  • 41 Maurice Godelier, « La part idéelle du réel. Essai sur l’idéologique », L’Homme, juillet-décembre (...)

Tout rapport social, quel qu’il soit, comporte à l’intérieur de soi une part idéelle, une part de pensée, de représentations qui ne sont pas seulement la forme que revêt ce rapport pour la conscience mais qui font partie de son contenu. Ces représentations ne viennent pas rendre présentes à la pensée « comme après coup » des réalités qui seraient nées avant elles, hors d’elles et sans elles, un peu comme on « présente » un enfant après sa naissance aux parents, aux amis et aux voisins. Elles semblent au contraire faire partie des rapports sociaux dès que ceux-ci commencent à se former et sont une des conditions de leur formation. Les idées n’apparaissent pas ici comme une « instance » séparée des rapports sociaux, comme leur apparence, leur reflet déformé-déformant dans la conscience sociale41.

53Notre étude de la transition d’une communauté canadienne-française met l’accent principalement sur les rapports sociaux de production et de reproduction. Elle tient pour acquis que ceux-ci contiennent une part idéelle, soit de pensée, de représentations et d’idéologie qui les expliquent et les légitiment.

54Ainsi, dans le mode de la petite production indépendante, les rapports de travail impliquent une certaine division du travail entre les hommes et les femmes qui est perçue comme naturelle, comme légitime. La forme de propriété foncière – soit une ferme suffisamment grande pour subvenir aux besoins des membres de la famille – représente un idéal auquel les membres de la formation sociale aspirent. Mais cette forme de propriété comprend aussi des rapports sociaux fondés sur la domination masculine.

55L’Église catholique et la paroisse constituent la forme idéelle par excellence dans le mode de la petite production indépendante. L’idéologie véhiculée par l’Église et le curé de la paroisse est d’une importance primordiale dans la vie quotidienne et dans les rapports sociaux des membres de la communauté. C’est elle qui explique et légitime en grande partie les rapports sociaux. Par contre, cette forme idéelle et cette idéologie n’existent pas en soi, de façon indépendante ; elles dépendent des rapports sociaux de production. La thèse que nous présentons ici c’est que la transition de cette formation sociale résulte d’un changement dans ces rapports ; et l’une des principales conséquences de ce changement, c’est que la forme idéelle et l’idéologie de l’Église catholique et de la paroisse perdent alors de leur efficacité.

56Plusieurs études consacrées à l’Ontario français ont fait état de l’importance de l’Église catholique, de la paroisse, de la famille et de la parenté en tant qu’idéologie et que culture. La présente étude ne remet pas en cause cette constatation, du moins dans le cadre du mode de la petite production indépendante ; elle cherche plutôt à l’expliquer en mettant ces éléments en relation avec les rapports sociaux de production et de reproduction.

57J’ai donc été amené à recueillir des données sur la paroisse, dans les deux publications mentionnées à la page 6, dans les témoignages verbaux et un sondage que j’ai réalisé en 1972 ; sur le pouvoir politique, dans les ouvrages portant sur la paroisse, dans les témoignages verbaux, dans les procès-verbaux des réunions des conseils municipaux de Rayside, Balfour et Chelmsford ainsi que dans les livres et registres des greffiers et des trésoriers de ces conseils déposés aux Archives de l’Ontario.

III) La production et la reproduction de la vie

58La production de la vie est double : d’une part, la production des biens nécessaires à l’entretien de la vie ainsi que les idées qui y sont liées et, d’autre part, la reproduction de la vie.

La troisième relation qui intervient ici dès l’origine dans le développement historique est que les hommes, tout en renouvelant quotidiennement leur propre vie, commencent à créer d’autres hommes, à se reproduire – c’est la relation entre l’homme et la femme, entre parents et enfants, c’est la famille. [...]

  • 42 Karl Marx, « L’idéologie allemande », p. 1060.

La production de la vie, qu’il s’agisse de sa propre vie par le travail ou de la vie d’autrui par la procréation, apparaît donc dès à présent comme une relation double, tant naturelle que sociale42.

59Les analyses marxistes du mode de production, y compris celles de Marx et d’Engels, ont défini très souvent, implicitement ou explicitement, le concept de production d’une façon « économiste » c’est-à-dire du point de vue de la simple production de biens matériels nécessaires à la survie, à la reproduction. Mais Marx et Engels avaient aussi songé à la production ou la reproduction biologique.

  • 43 Wally Seccombe, « Marxism and Demography », New Left Review, No. 137, January/February 1983, p. 28 (...)

In most Marxist literature, the field of production is reduced to the production of material goods ; the productive forces to the instruments of labour ; and the social relations of production to those relations found at the site of goods production. In this framework, the production of the species and its labour-power does not appear. It is little wonder then that feminists have criticized Marxists for elaborating the mode of production concept in a « sex-blind » fashion43.

  • 44 Christine Delphy, « Agriculture et travail domestique : la réponse de la bergère à Engels », Nouve (...)

60Christine Delphy affirme aussi, dans le même ordre d’idée, que « le concept de production doit rendre compte de toutes les productions sous peine d’être inutile44 ».

  • 45 Christine Delphy emploie le concept de mode de production domestique pour décrire ce phénomène. El (...)

61Il est donc nécessaire d’intégrer dans le concept de production et de mode de production la notion de reproduction de la vie, laquelle a un aspect biologique et naturel, mais aussi et surtout un aspect social. La reproduction de la vie s’insère dans un ensemble de relations sociales qui déterminent en grande partie comment et quand elle doit s’effectuer. La façon dont s’organise cette relation sociale aide à comprendre l’ensemble du mode de production. La reproduction biologique doit être analysée en fonction des rapports de production et peut-être même des forces productives (en très grande partie naturelles) auxquels elle est subordonnée. Il importe de savoir que ces rapports de production et de reproduction de la vie peuvent eux aussi impliquer une forme de surtravail résultant de l’exploitation d’un groupe social aux dépens d’un autre45. Il faut aussi tenter de comprendre la façon dont ces rapports de production se lient aux rapports de production de biens matériels ou culturels. Une analyse du genre peut contribuer à démontrer que tel régime particulier de fertilité fait partie d’un mode de production donné.

  • 46 Karl Marx, Œuvres I. Économie, op. cit., p. 1146.

62Marx précise que « chacun des modes historiques de la production sociale a aussi sa loi de population propre, loi qui ne s’applique qu’à lui, qui passe avec lui et n’a par conséquent qu’une valeur historique. Une loi de population abstraite et immuable n’existe que pour la plante et l’animal, seulement tant qu’ils ne subissent pas l’influence de l’homme46. » Le présent travail tentera donc d’appliquer le concept de mode de production dans un sens élargi à la production et à la reproduction de la vie. Ainsi il renferme des analyses employant la méthode de la démographie historique.

63Pour comprendre et analyser la production et la reproduction de la vie, j’ai utilisé principalement les données des recensements décennaux et des registres des paroisses Saint-Joseph-de-Chelmsford et de Sainte-Agnès-d’Azilda ainsi que des témoignages verbaux.

IV) Le fondement de la structure sociale

64Marx fournit, dans un paragraphe qui semble à première vue trancher avec ceux qui précèdent (« Genèse de la rente foncière »), une précision qui nous éclaire sur sa démarche critique :

  • 47 Karl Marx, « Le Capital, livre troisième », dans Œuvres II. Economie, Paris, Bibliothèque de la Pl (...)

La forme économique spécifique dans laquelle du surtravail non payé est extorqué aux producteurs directs détermine le système de domination et de servitude tel qu’il résulte directement de la production elle-même et, à son tour, réagit sur celle-ci. C’est sur ce fondement que se constitue la communauté économique telle qu’elle naît des rapports de production, et c’est sur lui que repose également la structure politique spécifique de la communauté. C’est toujours dans les rapports immédiats entre les maîtres des conditions de production et les producteurs directs qu’il faut chercher le secret intime, le fondement caché de toute la structure sociale, ainsi que de la forme politique des rapports de souveraineté et de dépendance47. (C’est nous qui soulignons.)

65Il est donc nécessaire d’analyser le secret intime et le fondement de la structure sociale dont dépendent les réalités franco-ontariennes à partir du rapport ou des rapports entre les maîtres et les producteurs directs. Pour plusieurs, ce rapport se situe sur le plan « culturel » et implique les Franco-Ontariens et les Canadiens anglais. Mais il est possible aussi d’affirmer qu’il concerne les maîtres et les producteurs directs « franco-ontariens » dans une formation sociale de type précapitaliste. La clé de ce rapport réside dans la façon d’obtenir un surproduit, un travail non payé.

66Pour arriver à comprendre ce fondement caché, j’ai utilisé toutes les données existantes concernant les rapports de production et de propriété ainsi que les témoignages.

V) La méthode

  • 48 Dans Œuvres I. Economie, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1965, p. 254.

67Le dernier outil que l’on peut prendre dans l’œuvre de Marx c’est la méthode (au sens large de manière d’appréhender la réalité, de conduire sa pensée et non pas seulement de technique de recherche) que doit utiliser l’économie politique critique. Cette méthode, Marx la décrit dans un passage de la Contribution48. Il s’agit de commencer l’analyse d’une réalité ou d’une formation sociale par le monde des formes phénoménales pour passer aux concepts et à la réalité des relations essentielles qui expliquent ces formes. Il faut ensuite déterminer la manière dont ces relations essentielles et ces formes ont été créées par des individus réels, concrets et historicisés, dans le processus de produire leur vie au double sens. C’est ainsi que l’on peut arriver au fondement de la formation sociale.

  • 49 J’ai aussi emprunté à Emile Durkheim certaines de ses idées sur le ce sujet. Voir surtout Lesforme (...)

68La collecte et l’analyse des données ont été effectuées dans le but de comprendre comment les membres de cette formation produisaient et reproduisaient leur vie matérielle ; ces données ont permis de reconstruire leurs rapports de production. Mais la présentation des données dans les sources mentionnées au début se fait à partir des formes phénoménales qui sont le produit de ces rapports de production, soit principalement la paroisse, la parenté et la propriété. La paroisse surtout constitue la forme communautaire idéalisée49 et dominante dans laquelle on retrouve les idées et les catégories principales construites dans ce type de formation sociale. Mais cette forme recèle aussi, une fois menée l’analyse des relations essentielles sous-jacentes qui se retrouvent dans la famille, la parenté et le mode de production agricole, le fondement de cette formation, soit le patriarcat sur lequel s’établit un mode d’extraction et d’appropriation de surtravail et de surproduit. La paroisse, représentée par le curé, est non seulement une forme de domination idéalisée – le patriarcat – mais aussi, d’appropriation de surproduit (dîmes, mais surtout services et dons en nourriture). Que cette appropriation soit « librement » consentie, qu’elle soit légitimée par tout un appareil symbolique et idéologique et que la domination patriarcale soit reproduite par les femmes elles-mêmes ne change en rien au fait que cette domination et cette appropriation existent bel et bien.

  • 50 Sur l’importance du nom de la personne pour comprendre la source de domination, voir Pierre Bourdi (...)

69La forme communautaire idéalisée que constitue la paroisse livre, à l’analyse, un ensemble de relations sociales essentielles : la parenté comme source d’entraide et la famille où s’opère une division du travail (les hommes à l’extérieur et les femmes à la fois à l’extérieur et à l’intérieur), la production matérielle de la vie (produits agricoles principalement, produits artisanaux conçus ou fabriqués à la maison par les femmes, ce à quoi viennent s’ajouter – quand les ressources pécuniaires sont suffisantes – des achats dans les petits commerces du village et de la ville de Chelmsford, ces ressources résultant de la vente des surplus agricoles, du travail exécuté pour le compte des conseils de cantons, de la municipalité ou des compagnies forestières et minières). La propriété foncière, un bien à la possession auquel aspirent ardemment les familles d’habitants, est d’abord et avant tout une relation sociale de production. Sa forme légale – au début du siècle, le propriétaire était de sexe masculin – est typique du patriarcat ; le mode de transmission de cette propriété avantage aussi l’homme. Le mariage – autre forme légale et religieuse – implique, pour la femme, l’obligation de prendre le nom de l’homme50 (« Un nom pour un jonc », disent les femmes que j’ai interviewées).

  • 51 Karl Marx, Œuvres II. Économie, p. 365-382. L’ouvrage de Maurice Godelier (dir.), Transitions et s (...)
  • 52 Sur ce sujet, on pourra consulter notre thèse de doctorat, « Sudbury 1883-1946. A Social Historica (...)

70L’analyse historique nous révèle comment l’activité sociale des résidants de Rayside et Balfour a peu à peu transformé les formes et les relations sociales essentielles de cette formation ; elle permet de comprendre la manière dont s’opère le passage d’une formation sociale de petite production indépendante à une formation sociale capitaliste grâce aux concepts de soumission formelle et réelle au capitalisme élaborés par Marx dans les « Matériaux pour l’économie »51. Ces concepts permettent de dégager les mécanismes par lesquels la formation sociale capitaliste qui apparaît graduellement dans la région de Sudbury à partir de 1883 (dans le village et la ville de Sudbury, dans les villes minières, à Chelmsford – d’où la nécessité de considérer dans la formation sociale de la petite production indépendante le rôle de Chelmsford – habitée principalement par des francophones) s’articule à la formation sociale de Rayside et de Balfour ; éventuellement cette articulation se solde par la transition de la formation sociale de la petite production indépendante. En effet, le rôle de Chelmsford est important dans cette transition parce que, dans ce village devenu ville, on trouve des marchands et des artisans qui commencent à introduire des rapports de production différents (employeur-employé) ; on y retrouve aussi des rapports de production différents au niveau de la propriété (propriétaire-locataire). Donc jusqu’à un certain point la transition est amorcée dans ces nouveaux rapports de production présents à Chelmsford. Cette transition commence – s’il est possible de dater un tel phénomène – après 1928 alors que la ville de Sudbury passe elle-même au deuxième stade capitaliste symbolisé par la fusion des compagnies minières International Nickel et Mond, par l’arrivée des grandes chaînes de magasins (Eaton, Loblaws, etc.)52.

La méthode et les techniques de recherche

71La méthodologie marxiste, comme toute méthodologie d’ailleurs, comporte une vision de la société et surtout une façon d’appréhender le réel concret. Cette méthode conditionne donc les données recherchées et l’analyse qu’on en fait.

72Au départ, la méthode de Marx consiste à comprendre que la réalité sociale n’est pas telle qu’elle apparaît de prime abord, à la surface des choses. Cette réalité a au moins deux niveaux, d’abord ce qui apparaît et surtout la structure qui est dissimulée sous l’apparence phénoménale. La méthode consiste donc à retrouver cette réalité sous-jacente. Pour ce faire, il faut partir de ce qui apparaît comme la forme dominante de la société et de rechercher en quoi consistent les déterminismes qui lui confèrent cette apparence. C’est en retraçant ces déterminismes que l’on arrive à comprendre le fonctionnement réel de la formation sociale.

  • 53 Henri Lefebvre, La pensée de Karl Marx, op. cit., p. 212. Marx décrit en partie sa méthode dans so (...)

La méthode rationnelle diffère de la constatation empirique en ce qu’elle considère les faits comme des phénomènes, qu’il faut analyser pour découvrir en eux, mais sous le voile de l’apparence, des lois internes. La simple constatation empirique ne suffit pas ; la science doit aller plus profondément que le fait immédiat et donné pour saisir sa loi53.

  • 54 On pourra consulter Derek Sayer, Marx’s Method : Ideology, Science and Critique in Capital, 2nd ed (...)

73Cette façon de concevoir la réalité ne signifie pas que les phénomènes qui peuvent sembler dominants ne sont pas importants, qu’ils ne sont pas vécus comme réels par les membres de la formation sociale. Au contraire, ces derniers les considèrent souvent comme les plus essentiels de leur vie. Ils ont donc une réalité tangible et certaine. Toutefois le travail de recherche ne peut se contenter de demeurer à ce niveau ; il faut tenter de découvrir et d’expliquer les éléments les plus déterminants et surtout comment ces derniers s’articulent avec les autres instances de la réalité sociale pour former un tout, une totalité. La méthode consiste donc à commencer avec le réel et le concret, avec ce qui apparaît comme le plus dominant dans un tout, puis à trouver par l’analyse les éléments qui déterminent ce réel et son apparence comme forme dominante afin de revenir au point de départ54.

74La méthode s’appuie sur des techniques de recherche. Parce que le but de l’étude consistait à appréhender un phénomène social total dans son évolution, dans son changement, il était nécessaire d’utiliser une grande variété de techniques. Ainsi, il a fallu avoir recours aux techniques des interviews et du sondage. Pour ce faire, une équipe composée de l’auteur et de deux étudiantes de l’Université Laurentienne a interviewé 23 répondants et répondantes de Rayside, de Balfour et de Chelmsford. Le choix de ces répondants s’est effectué à partir des critères suivants : ils devaient être nés dans la communauté et y avoir vécu une grande partie de leur vie et devaient avoir 65 ans et plus. L’objectif de cette histoire orale consiste à comprendre le monde vécu et le sens d’appartenance des membres de cette formation sociale. L’auteur a utilisé les résultats d’un sondage qu’il avait réalisé en 1972 auprès d’un échantillon représentatif et aléatoire de la population catholique de Chelmsford, donc des paroissiens de Saint-Joseph.

  • 55 Les données sur la coupe du bois ont été obtenues grâce à la persévérance de Joel Saint-Louis, étu (...)

75Il a fallu consulter et analyser des sources primaires telles que les rôles d’évaluation, les registres de paroisses, les cadastres du Bureau d’enregistrement des titres de propriété, les procès-verbaux des réunions des conseils municipaux de Balfour, Chelmsford et Rayside, les livres des trésoriers et des greffiers de ces conseils déposés aux Archives provinciales de l’Ontario, les rapports annuels de l’agronome du district de Sudbury, les données sur la coupe du bois dans le district de Sudbury55. Il y avait aussi des sources secondaires telles que les publications au sujet de Chelmsford et de la paroisse Saint-Joseph qui se sont avérées utiles ainsi que les publications des divers ministères et des auteurs qui ont mené des études sur la région de Sudbury.

76La reconstitution des familles de Rayside et de Balfour a été effectuée grâce à la transcription manuelle des registres par des étudiants, à l’entrée de données et à la reconstitution manuelle. Cette reconstitution s’est faite suivant la méthode de démographie historique Fleury-Henry décrite et analysée dans le chapitre 2.

77Il a fallu consulter et analyser des données du Bureau fédéral de la statistique et de Statistique Canada, surtout les recensements nominatifs de 1891 et de 1901 ainsi que les autres données des recensements de 1891 à 1971.

78C’est donc un ensemble de techniques qui ont servi à trouver, compiler et analyser les données et les informations.

Le plan du livre

79L’étude est divisée en deux parties. La première partie comprend quatre chapitres et porte sur la période de 1883 à 1940, soit la période de la colonisation de Rayside et de Balfour et de l’enracinement de ce que nous avons appelé le mode de la petite production indépendante. La seconde partie, formée d’un seul chapitre, analyse la période de la transition, qui s’étend de la Deuxième Guerre mondiale à 1972, année où les cantons de Rayside et Balfour ainsi que la ville de Chelmsford sont devenus la ville de RaysideBalfour à la suite de la création de la municipalité régionale de Sudbury.

80Les quatre chapitres de la première partie traitent de la paroisse, de la population, de la production et de la propriété, de la gouvernance et de la domination. Le premier chapitre considère la paroisse en tant que forme dominante de ce mode ou de cette forme de petite production indépendante. Cette forme dominante est elle-même le résultat de facteurs plus déterminants, tels que la population, les réseaux de parenté et de familles, les formes de gouvernance et de domination, les rapports de production et de propriété. La question de la gouvernance et de la domination est traitée dans le chapitre 4 parce qu’il fallait dégager d’abord les types de production et de propriété, de rapports de production et de propriété afin de pouvoir analyser et comprendre les formes de gouvernance et de domination.

81La seconde partie, qui porte sur la transition, suit le chemin inverse et part de la gouvernance et de la production pour aboutir à la paroisse, afin d’expliquer comment et pourquoi cette forme autrefois dominante perd graduellement sa position et son rôle lorsque la formation sociale de Rayside-Balfour est transformée de l’intérieur et de l’extérieur.

82Dans l’ensemble, ce travail avait pour objectif d’analyser la réalité sociale à partir des individus qui gagnent leur vie en occupant le sol, en produisant les biens matériels nécessaires à leur entretien et à celui de leur famille. Si l’historiographie franco-ontarienne a surtout insisté sur la survivance de la culture et de la langue, la présente étude se penche plutôt sur la survivance matérielle.

83C’est en assurant cette survivance qu’ils façonnent des rapports et des forces de production, qu’ils produisent une formation sociale. Ce travail cherche donc à reconstruire cette formation sociale, à déterminer comment elle est passée de la petite production indépendante à la production de type capitaliste. Il effectue cette reconstruction à partir des concepts mentionnés plus haut (tirés du cadre théorique matérialiste historique), lesquels ont guidé et éclairé la recherche ainsi que l’analyse et aussi à partir de plusieurs techniques de recherche qui ont permis de trouver les données nécessaires.

84Il est à souhaiter que notre objectif a été atteint et que cette modeste étude aidera à mieux comprendre l’histoire sociale des Canadiens français, non seulement de Rayside et de Balfour, mais aussi de l’Ontario.

Notes

1 Voir Marcel Rioux et Yves Martin (études choisies et présentées par), La société canadienne-française, Montréal, Hurtubise HMH, 1971.

2 Voir Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France, 1968,2e édition [1950, 1re édition].

3 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 88-89.

4 Ibid, p. 91.

5 Alfred E. Marlow, Report on the Origin, Geological Relations and Composition of the Nickel and Copper Districts of the Sudbury Mining District, Ottawa, Geological Survey of Canada, 1907, p. 13. On trouvera de nombreuses descriptions de ce bassin dans plusieurs publications ; mentionnons entre autres D. M. LeBourdais, Sudbury Basin. The Story of Nickel, Toronto, The Ryerson Press, 1953, p. 16 ; John Thompson et Alan Beasley, For the Years to Come. A Story of International Nickel Company of Canada, New York, G. P. Putnam’s & Sons, 1960, p. 13-14 ; Lorenzo Cadieux, s.j., Frédéric Romanet du Caillaud. « comte » de Sudbury, Montréal, Éditions Bellarmin, 1971, p. 11. On pourra aussi consulter Report of the Royal Ontario Nickel Commission, Toronto, King’s Printer, 1971, et E. G. Pye, A. J. Waldrett, P. E. Giblin, The Geology and Ore Deposits of the Sudbury Structure, Toronto, Ontario Geological Survey, Special Volume 1, 1984 ; J. E. Thomson, « Geology of the Sudbury Basin », dans Sixty-Fifth Annual Report of the Ontario Department of Mines, vol. LXV, part 3,1956, p. 1-56.

6 Oiva W. Saarinen, « A Geographical Basis for Regional Planning in the Sudbury Area », thèse de maîtrise, London, University of Western Ontario, 1966, p. 27. L’auteur, professeur au Département de géographie de l’Université Laurentienne, décrit ainsi le Bassin de Sudbury : « This formation consists of a spoon-shaped trough of sandstones, slates, tuffs and conglomerates surrounded by a belt of norite-micropegmatite referred to as the nickel irruptive or nickel intrusive. This irrupture has the shape of an asymmetric basin with its rim exposed at the surface in the form of an elliptical ring elongated in a northeasterly direction. The long-short axis of the ring have lengths of 37 and 17 miles respectively » (p. 21).

7 Chelmsford, 1883-1983, Ottawa, Le Club 50 de Chelmsford, 1983. (Marie-Jeanne Vaillancourt est l’instigatrice de cet ouvrage commémoratif.)

8 Lionel Séguin, ptre, Historique de la paroisse de Chelmsford, Ontario, 1948, s. 1.

9 On trouvera dans le présent travail, surtout dans le chapitre 1, des références à certains auteurs qui ont développé cette historiographie et cette sociographie, encore bien sommaire et même rudimentaire.

10 Horace Miner, St. Denis : A French-Canadian Parish, University of Chicago Press, 1939.

11 Everett C. Hughes, Rencontre de deux mondes, Montréal, Editions du Boréal Express, 1972.

12 Gérald Fortin, « Les changements socio-culturels dans une paroisse agricole », dans Marcel Rioux et Yves Martin (études choisies et présentées par), La société canadiennefrançaise, op. cit., p. 101-118.

13 Hubert Guindon, Tradition, modernité et aspiration nationale de la société québécoise (textes réunis et présentés par Roberta Hamilton et John L. McMullan, traduction de Suzanne Saint-Jacques Mineau), Montréal, Éditions coopératives Albert SaintMartin, 1990.

14 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 1971.

15 Marcel Rioux et Yves Martin (études choisies et présentées par), La société canadienne-française, op. cit.

16 On pourra consulter sur ce sujet le recueil d’articles dans le livre de Cornelius J. Jaenen (dir.), Les Franco-Ontariens, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1993, pour lire des versions modernes et récentes de cette perspective.

17 Le sociologue Philippe Garigue a vivement critiqué cette vision de la société canadienne-française. Voir ses Etudes sur le Canada français, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1958.

18 Horace Miner, « Le changement dans la culture rurale canadienne-française », dans Marcel Rioux et Yves Martin, La société canadienne-française, p. 79-80.

19 Gilles Bourque et Anne Légaré, Le Québec. La question nationale, Paris, François Maspero, 1979.

20 Gérald Bernier et Daniel Salée, Entre l’ordre et la liberté. Colonialisme, pouvoir et transition vers le capitalisme dans le Québec du XIXe siècle (traduit de l’anglais par Hervé Juste), Montréal, Boréal, 1995.

21 Ibid., p. 56.

22 Ces textes se retrouvent, essentiellement, dans L’idéologie allemande (1848) ainsi que dans la « Préface » de la Contribution à la critique de l’économie politique (1859) ainsi que dans une lettre d’Engels à Joseph Bloch (22 septembre 1890). Les éditions de ces écrits sont nombreuses ; je n’indique que les années de parution ou de rédaction.

23 Ce texte figure dans « L’idéologie allemande », Œuvres III. Philosophie, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1982, p. 1054-1055. On retrouvera un texte semblable, plus long et plus connu, dans la « Préface » de la Contribution.

24 Karl Marx, « L’idéologie allemande », p. 1058-1059.

25 Jean-Louis Bertocchi, Marx et le sens du travail, Paris, Éditions sociales, 1996, p. 19-20.

26 Karl Marx et F. Engels, « L’idéologie allemande », p. 1063-1064.

27 L’école marxiste a débattu la question de savoir lequel des forces productives ou des rapports de production était déterminant. Plusieurs textes et passages de Marx, surtout dans la Contribution à la critique de l’économie politique, laissent croire que Marx lui-même prônait un déterminisme matériel ou technologique. Certains auteurs, dont surtout Gerald Cohen (Karl Marx’s Theory of History : A Defence, Oxford, Oxford University Press, 1978) et Ramesh Mishra (« Technology and Social Structure in Marx Theory : An Exploratory Analysis », Science and Society, 43,1979, ont ainsi privilégié le déterminisme technologique.

28 Karl Korsch, Karl Marx, New York, Russell & Russell, 1963, p. 198-199. Sur la science et la technologie en tant que force productive insérée dans le procès de production surtout capitaliste, on lira Jürgen Habermas, Raison et légitimité : problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé (traduit de l’allemand par Jean Coste), Paris, Payot, 1988 ; La technique et la science comme « idéologie » (traduit de l’allemand et préfacé par Jean-René Ladmiral), Paris, Gallimard, 1973.

29 Gérald Bernier et Daniel Salée, Entre l’ordre et la liberté, op. cit., p. 57.

30 Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte, Paris, Costes, c. 1928, p. 313-314.

31 Voir sur ce sujet Guy Dhoquois, Pour l’histoire, Paris, Anthropos, 1971.

32 Denis Monière, « L’utilité du concept de mode de production de petits producteurs pour l’historiographie de la Nouvelle-France », Revue d’histoire de l’Amérique-française, vol. 29, n° 4 (mars 1976), p. 487. Ce mode de production se serait aussi implanté au Canada anglais ; voir à ce sujet Leo Johnson, « Independent Commodity Production : Mode of production or Capitalist Class Formation ? », Studies in Political Economy, No. 6, Autumn 1981, p. 93-112. Le débat auquel Johnson fait allusion dans le titre de son article est contenu dans Robert Sherry, « Comments on O’Connor’s Review of The Twisted Dream », Monthly Review, 28, 1 (May 1976), p. 52-53.

33 Marx distingue plusieurs modes de production : le primitif, l’esclavagiste, le féodal, le capitaliste et l’asiatique. L’identification et l’analyse du mode de production asiatique ne sont pas admises par l’ensemble des auteurs marxistes. On pourra consulter, entre autres, Maurice Godelier, « Préface », dans Centre d’études et de recherches marxistes, Sur les sociétés précapitalistes. Textes choisis de Marx, Engels, Lénine, Paris, Éditions sociales, 1973, p. 13-142 ; B. Hindess et P. Hirst, Pre-Capitalist Modes of Production, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1975.

34 Nicos Poulantzas, « K. Marx et F. Engels », dans François Châtelet, La philosophie, tome III, Paris, Marabout, 1979, p. 176.

35 Gérald Bernier et Daniel Salée, op. cit., p. 57.

36 Habermas a critiqué le concept de mode de production élaboré par Marx. Selon lui, Marx a négligé le monde vécu, le monde des significations et des interprétations construites par les individus au sein d’une formation sociale. Par conséquent, sa théorie au sujet du mode de production et de la formation sociale cherche à intégrer la dimension objective, privilégiée par Marx (selon Habermas), et la dimension subjective du monde vécu. Ce monde comprend, selon Habermas, les structures normatives, l’identité, le sens d’appartenance à une communauté. C’est donc dans cette optique que les interviews de répondants et de répondantes de Rayside et Balfour ont été effectués, afin de reconstruire leur monde vécu, leur sens d’appartenance à cette formation sociale.

37 On retrouve ce concept chez Louis Althusser, Etienne Balibar et Roger Establet, Lire le capital II, Paris, Maspero, 1967. L’auteur qui l’a élaboré davantage est Pierre-Philippe Rey, Les alliances de classes, Paris, Maspero, 1973.

38 Pour une discussion de ces concepts, voir les chapitres 4 et 5.

39 Maurice Godelier, « L’objet les enjeux », dans Maurice Godelier (dir.), Transitions et subordinations au capitalisme, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991, p. 32.

40 Karl Marx, « L’idéologie allemande », p. 1056-1057.

41 Maurice Godelier, « La part idéelle du réel. Essai sur l’idéologique », L’Homme, juillet-décembre 1978, XVIII (3-4), p. 157.

42 Karl Marx, « L’idéologie allemande », p. 1060.

43 Wally Seccombe, « Marxism and Demography », New Left Review, No. 137, January/February 1983, p. 28. Voir aussi l’article de Heidi Hartmann, op. cit., et Christine Delphy et Diana Leonard, « Class Analysis, Gender Analysis and the Family », dans Rosemary Crompton et Michael Mann (dir.), Gender and Stratification, New York, Polity Press, p. 57-73.

44 Christine Delphy, « Agriculture et travail domestique : la réponse de la bergère à Engels », Nouvelles questions féministes, n° 5, printemps 1983, p. 7.

45 Christine Delphy emploie le concept de mode de production domestique pour décrire ce phénomène. Elle écrit à ce sujet : « Or le mode de production domestique, dans son acception originelle, s’applique [...] à cette structuration de la famille, et l’analyse comme une façon socialement spécifiée d’extorquer du travail gratuit, donc comme une forme d’exploitation, et en conséquence considère la famille comme un système de classes » (ibid., p. 12).

46 Karl Marx, Œuvres I. Économie, op. cit., p. 1146.

47 Karl Marx, « Le Capital, livre troisième », dans Œuvres II. Economie, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1968, p. 1400-1401.

48 Dans Œuvres I. Economie, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1965, p. 254.

49 J’ai aussi emprunté à Emile Durkheim certaines de ses idées sur le ce sujet. Voir surtout Lesformes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France, 7e édition, 1985.

50 Sur l’importance du nom de la personne pour comprendre la source de domination, voir Pierre Bourdieu, « La domination masculine », Actes de la recherche en sciences sociales, 84, septembre 1990, p. 4-31.

51 Karl Marx, Œuvres II. Économie, p. 365-382. L’ouvrage de Maurice Godelier (dir.), Transitions et subordinations au capitalisme, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991, illustre très bien l’utilité de ces concepts pour comprendre et analyser la transition.

52 Sur ce sujet, on pourra consulter notre thèse de doctorat, « Sudbury 1883-1946. A Social Historical Study of Property and Class », Ottawa, Université Carleton, 1989.

53 Henri Lefebvre, La pensée de Karl Marx, op. cit., p. 212. Marx décrit en partie sa méthode dans son « Introduction générale à la critique de l’économie politique », Œuvres. Economie I, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1965, p. 254. « Il est apparemment de bonne méthode de commencer par le réel et le concret, la supposition véritable ; donc, dans l’économie, par la population qui est la base et le sujet de l’acte social de la production dans son ensemble. Toutefois, à y regarder de près, cette méthode est fausse. La population est une abstraction si je laisse de côté, par exemple, les classes dont elle se compose. Ces classes sont à leur tour un mot vide de sens, si j’ignore les éléments sur lesquels elles reposent, par exemple le travail salarié, le capital, etc. Ceux-ci supposent l’échange, la division du travail, le prix, etc. Le capital, par exemple, n’est rien sans le travail salarié, sans la valeur, la monnaie, le prix, etc. Si donc je commençais par la population, je me ferais une représentation chaotique de l’ensemble ; puis, par une détermination plus précise, en procédant par analyse, j’aboutirais à des concepts de plus en plus simples, du concret perçu aux abstractions de plus en plus ténues. Ce point atteint, il faudrait faire le voyage à rebours et j’aboutirais de nouveau à la population. »

54 On pourra consulter Derek Sayer, Marx’s Method : Ideology, Science and Critique in Capital, 2nd edition, Brighton, Harvester Press ; Atlantic Highlands, Humanities Press, 1983.

55 Les données sur la coupe du bois ont été obtenues grâce à la persévérance de Joel Saint-Louis, étudiant du Département d’histoire de l’Université Laurentienne, et aux conseils du professeur Guy Gaudreau du Département d’histoire.

Table des illustrations

Légende Dressée par Léo L. Larivière, Département de géographie, Université Laurentienne, Sudbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 847k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540