Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

Le témoignage

Francophone à Thunder Bay : une activiste parle

Jocelyn J. Paquette

Texte intégral

1Je discute ici des conséquences de l’isolement linguistique des femmes francophones qui vivent dans les communautés du nord-ouest de l’Ontario. Les questions qui préoccupent les femmes francophones sont rarement abordées par les organismes féministes. Je préconise la mise sur pied de ressources par et pour les femmes francophones qui prendraient en considération leurs besoins particuliers. Quoique la théorie féministe affirme l’expérience des femmes et valorise le personnel en tant que politique, les femmes francophones du Nord-Ouest vivent rarement cette valorisation. Notre combat est souvent invisible.

2En tant que Franco-Ontarienne vivant à Thunder Bay depuis 1991, je comprends que l’impact de l’isolement linguistique n’est pas toujours évident, surtout pour celles qui font partie du groupe linguistique majoritaire. Néanmoins, les questions de droits linguistiques et de l’accès des femmes aux services et au soutien doivent être sérieusement abordées. Ma position sur ces questions reflète des observations personnelles. La source de mon témoignage vient directement de mon expérience de travail au sein d’organismes féminins aux niveaux municipal, régional et national.

3Ville d’un peu plus de 100 000 habitants, Thunder Bay est dans tous les sens du mot la métropole du Nord-Ouest de l’Ontario. Que vous soyez à la recherche d’activités culturelles ou récréatives ou que vous ayez un rendez-vous avec un médecin ou un dentiste, vous devez vous rendre à Thunder Bay. Les autochtones constituent 15 % de la population, et Thunder Bay est fière d’avoir la plus importante communauté finlandaise à l’extérieur de la Finlande. En 1990, la ville s’est désignée unilingue anglophone — même si les francophones constituaient 3,1 % de la population (Recensement de l’Ontario). À ce niveau, les francophones sont invisibles.

4Les femmes francophones qui désirent participer à des ateliers, des séminaires, des conférences ou des réunions de toutes sortes, savent qu’elles doivent pour ce faire se rendre à Toronto. Le trajet de 2 000 km, qui dure deux heures en avion, coûte plus de 800 $. Quoique le déplacement de Thunder Bay à Toronto soit une réalité pour les femmes du Nord en général, les femmes francophones doivent également vivre avec le fait que la plupart des ressources, du matériel et des directives soient en anglais. Il existe très peu d’outils de développement écrits par des francophones pour leur communauté. Les francophones ont peu d’occasions de créer pour elles-mêmes un éventail de ressources qui reflète leurs besoins.

5La communauté francophone du Nord de l’Ontario essait donc d’obtenir des services d’une ville qui ne soutient ni ne tolère la langue française. Allez à la banque dans cette communauté, et dites « bonjour » au commis. Parlez français à vos compagnons, et les têtes se retourneront, les sourcils fronceront. Vous cachez donc votre langue. Vous faites vos emplettes, traitez avec le gouvernement, tout cela dans la langue majoritaire. Les années passent, et vous utilisez de moins en moins votre français, et finissez éventuellement par avoir honte d’essayer. Nous sommes une communauté d’êtres invisibles les uns aux autres. Nous sommes une communauté de femmes isolées les unes des autres. Nous n’avons ni signe distinctif, ni attribut particulier qui indiquent notre langue. En tant que femmes francophones, nous avons été négligées.

6À Thunder Bay, l’Accueil francophone lutte pour les droits des francophones en matière de services de santé et d’information. L’Accueil est le seul service d’interprétation et de traduction accessible aux membres de la communauté francophone qui ont besoin de services de santé. Comme l’une des employées de l’Accueil l’indique : « Les services d’accompagnement deviennent davantage des services de défense lorsque la patiente est rarement informée des options possibles ». Connaître vos options et vos droits en tant que membre de la communauté influencera la façon dont vous prendrez des décisions. L’avenir des soins de santé dans cette province (et ce pays) se décide en ce moment, et l’Accueil aide de façon unique pour assurer que la voix des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario soit entendue. L’Accueil est une présence visible pour une minorité invisible. Un soutien et des efforts constants dans la lutte pour les droits linguistiques des francophones demeurent une priorité et un engagement.

7Parfois l’activiste doit marcher sur une corde raide. Je me retrouve souvent dans la position de « francophone symbolique ». Les organismes disent desservir les francophones uniquement parce qu’une des membres de leur conseil d’administration est francophone. Cette déclaration démontre peu de soutien ou de suivi. Vous attendez, vous continuez de faire votre travail, mais éventuellement vous atteignez le point où vous pensez exploser. Éventuellement, vous entendez : « Nous ne savons pas pourquoi les femmes francophones ne viennent pas ». L’inclusion, l’acceptation et le respect des diversités sont absents de la discussion. Personne ne représente une communauté entière, et personne ne le devrait. En tant que féministes, nous devons nous battre contre un modèle d’accès exclusif, tenace et limité qui a depuis longtemps été établi dans le système patriarcal.

8Le féminisme demeure une anomalie pour de nombreuses francophones. Nous reconnaissons que nous occupons une position subordonnée et souvent marginale dans le système patriarcal, mais en même temps, nous soutenons, défendons et maintenons cette structure. Au cours d’une réunion d’un groupe de femmes francophones, j’ai entendu, entre autres, le commentaire suivant sur l’histoire d’une victime de viol. L’extrait de film que nous venions de regarder avait décrit le viol d’une femme par le fiancé de sa meilleure amie. « Elle n’aurait pas due être là de toutes façons ! » ont répété plusieurs. Finalement, c’était la victime qui était blâmée. Enfermée dans une société patriarcale stricte, en tant que femme francophone, vous avez peu de possibilité de refaire le moule. Notre direction, notre formation et notre éducation ont été étroitement liées à l’église et à la maison. C’est à l’intérieur de ces limites que nous devons essayer de trouver notre propre présence. Nos expériences, comme celles de nombreuses femmes au Canada, comprennent les résultats invalidants et paralysants de la violence.

9En tant que femmes francophones, nous continuons à travailler et à nous éduquer sur nos réalités. Même si le Comité canadien sur la violence faite aux femmes a peu fait pour aider à comprendre 1’inclusion, les statistiques ont démontré ce que les femmes de ce pays savaient déjà : la violence faisait partie de notre quotidien. Toutefois, très peu ou aucun service n’est offert aux femmes francophones dans le Nord-Ouest. Et quoi qu’il existe plus d’une douzaine de lignes téléphoniques d’urgence (1-800) en Ontario, aucune n’est désignée de langue française pour le Nord. Les maisons de transition et les maisons d’hébergement peuvent choisir d’embaucher ou non une employée bilingue. Il est difficile de trouver de la documentation en français écrite par des femmes francophones pour les femmes francophones. L’expression « on perd à la traduction » est une réalité puisque la plupart du matériel que nous recevons ne reflète pas notre culture ou notre expérience.

10Pourtant, il y a encore de l’espoir. Les femmes francophones sont en train de reconnaître leur double isolement et de converger vers les problèmes qui affectent nos vies. Le Comité des femmes francophones du Nord-Ouest de l’Ontario a complété en mai 1994 un sondage intitulé « S’informer, c’est prévenir », concernant la violence envers les femmes francophones dans cette région. Les femmes francophones se sont fait entendre en participant à ce sondage avec un taux de réponse de 20 %. Le sondage a été distribué à 1 200 femmes francophones du Nord-Ouest, et le haut taux de réponse reflète un engagement et un désir de contribuer à des changements sociaux positifs. Les commentaires ont identifié de façon extrême le besoin des femmes du Nord d’avoir accès à des services tels qu’une ligne téléphonique d’urgence. Les femmes ont identifié leurs sentiments d’isolement et leurs inquiétudes quant aux grandes distances qui doivent être parcourues pour se rendre aux centres qui offrent des services. Même si de nombreux rapports semblables ont déjà été faits, la femme francophone n’a jamais été impliquée à ce niveau. Ce combat en est un que nous devons gagner. Cette lutte est une lutte qui doit être gagnée pour toutes les femmes.

11Pour conclure, je voudrais dire que notre langue ne se limite pas aux mots écrits et dits. Notre langue fait partie de notre culture, elle nous définit et nous recrée tout au long de notre vie. Ce n’est qu’en atteignant la quarantaine que je me suis découvert un besoin d’influences linguistiques et culturelles francophones. Comme de nombreuses femmes francophones, je suis revenue à ce que j’avais perdu — un sens d’identité et de lien avec une culture qui demeure forte et vibrante. C’est cet engagement et ce dynamisme qui nous aideront à faire les changements nécessaires pour célébrer la diversité, élargir notre compréhension et bâtir des communautés fortes, sûres et vibrantes.

Bibliographie

Bibliographie

Comité canadien sur la violence faite aux femmes (1993), Un nouvel horizon : Éliminer la violence-Atteindre l’égalité, Ottawa, Approvisionnements et Services Canada.

Statistique Canada (1992), « Français comme réponse simple et multiple à la question sur la langue maternelle », Recensement de l’Ontario.

Auteur

Université Laurentienne
Sudbury

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540