Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

La sante et le bien-être personnel

L’effet de la délinquance et de ses séquelles sur les parents : impact du sexe du parent et de l’adolescent

Anne-Marie Ambert et Louise D. Gagnon

Texte intégral

1Jusqu’ici, la recherche dans le domaine du comportement de l’adolescent a été formulée dans un contexte de causalité unidirectionnelle dans lequel on étudie l’incidence des parents et de l’environnement familial sur l’adolescent. Ce modèle empirique se poursuit malgré le fait que les théories qui sont maintenant acceptées par les psychologues et sociologues soient interactives, impliquant une causalité réciproque ou même inverse (allant de l’enfant aux parents) entre les comportements des parents et ceux de leurs enfants (Ambert, 1995), y compris de leurs enfants délinquants (Patterson, 1986). Dans cette perspective, Gesell (1956) attirait déjà notre attention sur l’interaction parents-adolescents et Goethals (1975) introduisait le concept de réciprocité entre parents et adolescents. Ces théories considèrent l’enfant comme participant à sa propre socialisation (Ambert, 1992).

2Dans un premier volet de notre étude, nous avons trouvé que la majorité des parents ont été négativement affectés par le délit des jeunes et ses conséquences. Ainsi, nous avons rapporté comment une majorité des parents exprimaient avoir été stressés, malheureux, physiquement fatigués, et même en moins bonne santé à la suite du délit de leur jeune (Ambert et Gagnon, 1995). Afin d’approfondir davantage le sujet de l’incidence de la délinquance sur les parents, nous nous intéressons maintenant aux deux questions suivantes : (1) Les parents des garçons sont-ils plus ou moins affectés par la délinquance que les parents des filles ? (2) Les mères et les pères des jeunes contrevenants sont-ils affectés à un même degré ?

3Ce double questionnement est fondé sur la théorie des rôles sexuels qui démontre que garçons, filles, hommes et femmes occupent des rôles sociaux différents, dominés par une idéologie et une structure sociale patriarcales. Depuis longtemps déjà, l’influence des pratiques de socialisation sur la formation des caractéristiques particulières aux garçons et aux filles est reconnue. Les garçons sont encouragés à être plus agressifs, fonceurs et indépendants, alors que les filles le sont à développer des qualités affectives, une plus grande passivité et dépendance envers les autres (Beal, 1994).

4En ce qui concerne la question du genre de l’adolescent, notre hypothèse est que les parents de filles délinquantes pourraient être davantage affectés négativement que ceux des garçons car la délinquance implique des comportements moins bien tolérés chez les filles. Donc, la conduite délinquante chez une fille pourrait être ressentie par les parents comme un échec plus important car un tel comportement est plus marginal — le nombre de filles ayant une conduite délinquante étant moins élevé que celui des garçons. Mais d’autre part, nous pourrions aussi émettre l’hypothèse contraire, car les garçons délinquants commettent des délits plus sérieux que ceux des filles ; il en résulterait alors que leurs parents seraient plus affectés.

5Au sujet de la question du sexe du parent, notre hypothèse est la suivante : les mères seraient beaucoup plus affectées que les pères. Les mères sont plus responsables de l’éducation et des soins aux enfants que leur conjoint (Dulac, 1994) et ceci, même dans les familles où la femme travaille à l’extérieur du foyer (Mederer, 1993 ; Mercier, 1990). Les enfants et les adolescents eux-mêmes rapportent recevoir plus d’attention, de soins, et d’affection de leur mère. Donc, les mères investissent plus d’émotivité, de temps et d’énergie dans l’éducation de leurs enfants que les pères (Dandurand, 1990 ; Lemieux, 1994), ce qui devrait les préparer à être un peu plus affectées par la délinquance de leurs enfants que les pères. Gerald Patterson a d’ailleurs conclu que « le rôle de la mère est structuré de manière à ce qu’elle devienne inévitablement la récipiente de comportements aversifs des enfants » beaucoup plus que le père (1980 : 10, traduction des auteures).

6De plus, de nombreuses études ont constaté que les enfants traitent leurs parents différemment (Ambert, 1995). Ainsi, Furstenberg et Cherlin (1991) montrent que les enfants sont plus portés à excuser des pères qui ne s’occupent que rarement d’eux qu’à excuser les peccadilles de mères qui font tout pour eux. Cowan et al. (1984) illustrent, pour leur part, comment les enfants se comportent avec plus de déférence envers leur père que leur mère, et Baranowski (1978) montre que les adolescents essaient de changer l’opinion de leur mère plus souvent que celle de leur père. Nous avons nous-mêmes observé (Ambert, 1982) que les enfants traitent beaucoup moins bien leur mère gardienne, surtout lorsqu’elle est pauvre, que leur père gardien. Ces études renforcent donc notre hypothèse que la mère pourrait être plus affectée par les comportements de ses enfants.

Méthodologie

Procédure

7Notre recherche a été effectuée dans le cadre du fonctionnement quotidien du Centre de Protection de l’Enfance et de la Jeunesse de Montréal-Centre, où se font l’évaluation et le suivi de tous les cas d’enfants âgés de 12 à 18 ans référés en vertu de la Loi sur les Jeunes Contrevenants. Les adolescents arrêtés et référés au directeur provincial sont rencontrés, en compagnie d’au moins un de leurs parents, par un délégué à la jeunesse. Nous avons donc demandé la collaboration de plusieurs délégué(e)s qui ont distribué, après l’entrevue, un questionnaire de quatre pages que les parents ont rempli une fois retournés chez eux. Ce questionnaire était accompagné d’une brève lettre expliquant le but de l’étude et assurant la confidentialité aux répondants, et d’une enveloppe affranchie et pré-adressée.

8Le questionnaire se devait d’être bref et simple pour trois raisons. Nous voulions motiver les parents à le remplir ; nous ne voulions pas, d’autre part, trop en demander à ces parents qui sont déjà fort assiégés, et nous savions au départ qu’une forte proportion des parents des jeunes contrevenants n’avait pas un degré de scolarité élevé. Ces considérations d’ordre pratique requéraient des questions à choix multiples. Ces questions avaient été élaborées à partir d’une étude qualitative au cours de laquelle dix parents de jeunes contrevenants avaient été interviewés en profondeur à Toronto par l’une des chercheures mais, cette fois, en dehors de tout cadre institutionnel. De plus, les thèmes de la recherche furent approfondis par une autre technique, celle de l’observation de groupes d’entraide de parents d’adolescents délinquants ou problématiques.

Échantillon

9Dans l’étude principale, cent trente-deux questionnaires ont été distribués aux parents de juin 1992 à octobre 1993. L’échantillon final inclut 116 questionnaires (ou 116 jeunes). Donc, 87,9 % des questionnaires ont été retournés totalement remplis et deux autres étaient incomplets. Les seize parents qui n’ont pas répondu avaient un jeune qui avait commis un délit peu sérieux.

10Les familles étaient en majorité « fonctionnelles » ; elles ne comprenaient pas de parents présentant des problèmes psychologiques multiples et graves tels que la psychose, l’alcoolisme ou la toxicomanie. Ceci peut en partie s’expliquer en ce que les intervenants sociaux n’ont pas jugé pertinent de donner le questionnaire à des parents hostiles ou si perturbés que le fait de leur demander cette collaboration aurait pu entraver le bon fonctionnement de l’entrevue. De plus, l’échantillon excluait les parents qui ne maîtrisaient pas suffisamment la langue française ou qui ne possédaient pas un niveau d’alphabétisation très élevé. Ainsi, l’échantillon ne contient que 14 % de jeunes d’origine non-canadienne en comparaison à 27 % de la population des jeunes contrevenants dans ce secteur juridique durant la même période.

11L’échantillon est constitué de 78 % de garçons et de 22 % de filles, respectivement âgés en moyenne de 16 et de 14,9 ans lors de l’entrevue, et comprenant 30 % de récidivistes. En comparaison, la population recensée durant la même période est à 82 % masculine et à 18 % féminine, âgée en moyenne respectivement de 16 et 15,6 ans, et comprenant 28 % de récidivistes. Le profil des délits des adolescents correspond, avec une importante exception, à celui de la population référée au service des Jeunes Contrevenants. Cette exception est due au fait que notre échantillon ne comprend pas de ces crimes jugés les plus sérieux : meurtres (il y en avait eu 5 dans la population originale), tentatives de meurtre (2), agressions sexuelles (35), et comprend trop peu de cas de vols qualifiés (86 dans la population) et d’armes à feu (54). Cette limitation peut être reliée au triage mentionné au paragraphe précédent. Les mères étaient âgées en moyenne de 41,9 ans et les pères de 45 ans. Leur niveau moyen de scolarisation se situait au palier secondaire, et au moins 30 % des familles vivaient sous le seuil de la pauvreté.

Indices

12L’analyse est axée sur quatre questions principales visant à mesurer comment les parents se sont sentis affectés dans quatre domaines se rapportant à leur bien-être mental et physique : le stress, la fatigue, leur niveau de bonheur en général et leur état de santé. Ces questions ont été posées de la façon suivante : « Depuis que vous êtes au courant du premier délit de votre jeune, vous sentez-vous (1) beaucoup moins stressé(e) ; (2) moins stressé(e) ; (3) aucun changement dans le stress ; (4) plus stressé(e) ; (5) beaucoup plus stressé(e) ? ».

13Le format de cette question implique que nous mesurons sans distinction l’effet du délit même, l’effet de toutes les situations qui l’accompagnent et les conséquences qui en découlent, y compris l’obligation de rencontrer des fonctionnaires des services sociaux et juridiques.

14Nous avons utilisé des indicateurs simples au lieu d’échelles comportant de multiples indices, non seulement par souci d’espace, mais aussi parce que ces questions simples se sont avérées valides dans plusieurs études incluant des hommes et des femmes. Par exemple, une question subjective au sujet de la santé en général corrèle fortement avec des mesures objectives de santé et prédit même la mortalité d’une personne (Bird et Fremont, 1991 ; Wolinsky et Johnson, 1992).

Résultats

15Le tableau suivant comprend un double volet. D’une part, les mères et les pères sont comparés côte à côte, et, d’autre part, ils le sont pour les fils délinquants (la gauche) et les filles délinquantes (la droite).

TABLEAU 1. Moyennes des mères et pères de filles et garçons contrevenants pour quatre variables personnelles

TABLEAU 1. Moyennes des mères et pères de filles et garçons contrevenants pour quatre variables personnelles

(1) Plus la moyenne est élevée, plus l’effet est négatif, sur une échelle de 1 à 5.
* La différence entre les pères et les mères des garçons est significative à p >,05 ou mieux.
** La différence entre les mères de garçons et les mères de filles ou entre les pères de garçons et les pères de filles est significative à p >,05 ou mieux

16Les résultats relevés au Tableau 1 montrent que, dans tous les facteurs analysés, les parents des garçons ont rapporté un effet plus négatif que les parents des filles. Cette différence est surtout significative chez les mères. Quant aux pères, ils sont aussi plus négativement affectés par la délinquance d’un garçon, mais cette différence n’est significative que dans le cas du stress. Ces différences sont demeurées même après avoir contrôlé pour le type de délit qui est à la source de la majorité des arrestations des filles, soit le vol à l’étalage. Donc, ce n’est pas nécessairement le type du délit ni sa gravité objective qui pourrait expliquer cette incidence plus négative du délit des garçons sur les parents. Cette différence entre les pères et les mères répond déjà à notre deuxième question qui concerne le sexe du parent.

17Il est aussi intéressant de noter dans le Tableau 1 que les mères ont pris la responsabilité de remplir les questionnaires plus souvent que les pères (78 mères versus 36 pères) et cela, proportionnellement plus souvent pour les garçons que pour les filles. Nous avons d’ailleurs souligné que les mères plus souvent que les pères accompagnaient leur enfant lors de l’entrevue avec l’intervenant social (Ambert et Gagnon, 1995). Ces deux facteurs combinés montrent tout de suite que la mère doit assumer une plus grande responsabilité dans les séquelles de la délinquance de son adolescent. Elle vit très souvent cette expérience de façon plus intime et plus douloureuse que le père, et ce résultat est corroboré par les données qualitatives tirées des fiches des jeunes, par les interviews de l’étude qualitative ainsi que par l’observation de groupes de parents.

18Nous allons ici mentionner quelques détails au sujet des dix entrevues qualitatives menées à Toronto. Ces entrevues en profondeur ont eu lieu au domicile des parents ou à leur bureau, par une chercheure plutôt qu’un intervenant social, et elles ont toutes duré au moins deux heures. Il est donc important de noter que l’absence de tout cadre institutionnel (soit de service social ou juridique) enlevait aux parents toute motivation de présenter des attitudes susceptibles de stimuler la considération et l’indulgence d’un fonctionnaire. Malgré cela, les pères et les mères ont exprimé une multitude de sentiments malheureux, et ils l’ont fait avec encore plus d’émoi et d’abandon que les parents dans les entrevues officielles. Tout comme dans les résultats des questionnaires, les mères se sont avérées beaucoup plus affectées que les pères (et ont pleuré maintes fois durant l’entrevue ou même au téléphone lors du contact initial). Les pères ont d’ailleurs eux-mêmes souligné que leur épouse « prenait les choses moins bien » qu’eux et était beaucoup plus traumatisée. Les mères ont aussi mis l’accent sur cette différence.

19Il convient aussi d’ajouter à ces résultats que l’une des auteures, à la suite de la cueillette de ces données, a amorcé à Toronto en 1994 l’observation de groupes d’entraide de parents dont les adolescents sont difficiles ou officiellement délinquants. Les réunions hebdomadaires regroupent 35 à 55 parents, dont un quart environ sont des pères. Les observations de l’auteure confirment les résultats de l’enquête officielle et de l’étude qualitative. Ces multiples sites et méthodes de cueillette de données sur des échantillons différents confèrent une grande validité aux résultats car ils se reproduisent identiquement malgré ces différences (Brewer et Hunter, 1989 ; Denzin, 1978).

Conclusion et discussion

20La conclusion principale de ce volet de notre recherche est que les mères des garçons sont plus affectées négativement par les séquelles de la délinquance de leurs fils que les pères en général, et que les mères des filles. En réalité, il n’y a presque seulement que le fait d’être une femme chez les parents et le fait d’être un garçon chez les enfants qui aient une influence significative (et ce, même lorsque nous contrôlons la gravité du délit, l’âge des parents et celui des jeunes). Il y a une expérience existentielle qualitativement différente entre les pères et les mères de délinquants. La mère semble réagir beaucoup plus négativement que le père, sans doute parce qu’elle subit les contrecoups de la délinquance plus que le père. En effet, c’est la mère plus souvent que le père qui apprend la première le délit, habituellement par un appel téléphonique de la police ; c’est elle qui se rend le plus souvent au poste de police et à l’entrevue avec l’intervenant social, qui remplit le plus fréquemment le questionnaire de recherche et qui participe à des groupes d’entraide. De plus, quand l’adolescent vit dans une famille monoparentale, c’est généralement avec la mère qu’il vit. Il serait donc très important que d’autres chercheurs s’intéressent au sort des mères des jeunes contrevenants, sans pour cela négliger le sort du père. Ce genre d’étude aurait le double avantage d’entrer aussi dans le cadre des analyses féministes du système familial (Audette et al., 1984 ; Dandurand et Kempeneers, 1990) et de donner une voix à des mères et des pères qui n’ont jamais été entendus.

21Le second résultat concerne le genre du délinquant. L’expérience d’être le parent, et surtout la mère, d’un délinquant semble être plus difficile que celle d’être la mère d’une délinquante. D’une part, nous avons déjà éliminé la possibilité que la nature généralement plus sérieuse des délits commis par les garçons puisse expliquer cette différence. Il semblerait — dans notre analyse qualitative des fiches des jeunes, les entrevues qualitatives et les observations de groupes d’entraide — que les délinquants soient plus difficiles, plus incontrôlables, et aient plus de problèmes en général, tel que le décrochage scolaire et la drogue, que les délinquantes. Le délit (tel que défini par la Loi) chez une fille représente généralement un accident de parcours alors que, chez le garçon, il représente plus souvent une phase plus longue et un style de vie — surtout si celui-ci a commencé ses délits à un âge précoce (Le Blanc et al., 1994). Lors des entrevues officielles avec les intervenants, les parents des garçons étaient plus troublés par le comportement de leur fils que par celui de leur fille. Ils se sentaient plus démunis, désemparés et inutiles. Les fils utilisaient des moyens beaucoup plus sophistiqués que les filles pour éviter et contourner l’autorité parentale. Ils étaient souvent plus menaçants que les filles et jouissaient d’une plus grande liberté, ce qui contribuait à les soustraire davantage à l’autorité parentale. Ils avaient des groupes de pairs plus délictuels et ces groupes semblaient avoir une emprise plus négative sur eux que ceux des filles — à moins qu’il ne s’agisse, dans le cas des filles, d’un petit ami.

22Il est important de souligner ici que des comportements tels que la fugue, l’itinérance et la prostitution échappent à la Loi sur les Jeunes Contrevenants et relèvent généralement de la Loi sur la Protection de la Jeunesse. Ces comportements, qui sont affichés par plusieurs jeunes, sont donc exclus de notre étude principale. Or l’étude qualitative et l’observation de groupes de parents montrent que ce sont justement ces comportements qui affectent le plus négativement les parents et surtout les mères des filles. L’étude nous porte à suggérer que beaucoup de filles qui fuguent, sont itinérantes, se prostituent ou encore sont toxicomanes, sont les plus difficiles, les plus troublées, les plus incontrôlables d’après leurs parents. Les filles qui, dans notre échantillon, commettent un délit tel que le vol à l’étalage ou une voie de fait simple, qui ne récidivent que rarement et, surtout, qui n’ont pas quitté le gîte familial, ont une meilleure relation avec leurs parents. Effectivement, un bon nombre de parents des groupes d’entraide ont une adolescente qui « vit dans la rue ». Ces parents sont dévastés psychologiquement et souvent épuisés physiquement. Donc, en général, si nous avions pu étudier un groupe de filles aussi incontrôlables et difficiles que les garçons, notre hypothèse est qu’elles auraient eu un effet au moins aussi négatif sur leurs parents que les garçons délinquants et un effet certainement plus négatif que les filles de notre échantillon. Ceci ne représente pas une critique au sujet de la fiabilité de l’échantillon car il ne portait que sur la délinquance officielle. Par contre, l’expérience que ces filles font vivre à leurs parents représenterait un autre sujet de recherche très important.

23Il serait aussi pertinent d’inclure dans une recherche ultérieure des jeunes qui sont arrêtés par la police mais qui ne font pas l’objet d’une plainte officielle. Quelle est alors l’expérience de leur mère et père, et cette expérience varie-t-elle d’après le genre de l’enfant ? Une telle recherche permettrait aussi de distinguer entre l’effet sur les parents de l’acte délictuel et l’effet du stigmate social qui accompagne l’officialisation du délit. De plus, nous avons souligné que notre échantillon ne comprenait pas de délits tels que des meurtres et vols à main armée. Il est au moins logique de s’attendre à ce que de tels délits traumatisent plus les parents de ceux et celles qui les commettent que les parents de notre échantillon, et que les pères le soient autant que les mères — une hypothèse qui devrait être vérifiée. Enfin, il nous fut impossible dans le cadre de cette première recherche d’évaluer le stress additionnel vécu par les pères et mères lors des récidives des jeunes.

24Le genre de recherche sur l’impact des adolescents sur la vie de leurs parents que nous abordons ici*, présente une nouvelle perspective dans les domaines de la famille et même de la délinquance juvénile. Cette recherche est donc importante parce qu’elle est la première à se pencher spécifiquement sur les conséquences du délit et de ses séquelles sur le bien-être des parents, et ceci, selon le sexe du parent et de l’enfant. Elle est importante aussi parce qu’elle suggère de multiples avenues de recherche dans le cadre de nouvelles perspectives théoriques mettant l’accent sur le rôle actif des enfants dans le bien-être de leurs parents. Cette approche complète donc les théories traditionnelles et unidirectionnelles de l’effet des parents sur le développement de l’enfant.

25Note : Les auteures tiennent à remercier le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour le soutien financier apporté à ce projet.

Bibliographie

Bibliographie

Ambert, A.-M. (1995), « A critical perspective on the research on parents and adolescents : implications for research, intervention, and policy », dans Parents and Adolescents in Changing Families, s. la direction de D. H. Demo et A.-M. Ambert, Minneapolis, National Council on Family Relations.

Ambert, A.-M. (1992), The Effect of Children on Parents, Binghamton, Haworth Press.

Ambert, A.-M. (1982), « Differences in children’s behavior toward custodial mothers and custodial fathers », Journal of Marriage and the Family, 44.

Ambert, A.-M. et L. D. Gagnon(1995), « Que sait-on de l’expérience existentielle des parents des jeunes contrevenants ? », Criminologie, 28.

Audette, G., L. Barnard et M. Boivin (1984), La condition des femmes en regard de la famille, Québec, Conseil du statut de la femme.

Baranowski, M. D. (1978), « Adolescents’ attempted influence on parental behaviors », Adolescence, 13.

Beal, C. R. (1994), Boys and girls : The development of gender roles, New York, McGraw-Hill.

Bird, C. E. et A. M. Fremont (1991), « Gender, time use and health », Journal of Health and Social Behavior, 32.

Brewer, J. et A. Hunter (1989), Multimethod research. A synthesis of styles, Newbury Park, Sage.

Cowan, G., J. Drinkard et L. MacGavin (1984), « The effects of target, age, and gender on use of power strategies », Journal of Personality and Social Psychology, 47.

Dandurand, R. B. (1990), « Peut-on définir la famille ? » dans La société québécoise après 30 ans de changements, s. la direction de F. Dumont, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Dandurand, R. B. et M. Kempeneers (1990), « Femmes et politiques familiales : entre l’ambivalence et l’implication », Santé Mentale au Québec, 15.

Denzin, N. K. (1978), The research act, New York, Aldine.

Dulac, G. (1994), « La condition masculine : l’univers complexe de la parentalité », dans Traité des problèmes sociaux, s. la direction de F. Dumont, S. Langlois et Y. Martin, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Furstenberg, F. F. Jr. et A. J. Cherlin (1991), Divided families : what happens when parents part, Cambridge, Harvard University Press.

Gesell, A. (1956), Youth : the years from ten to sixteen, New York, Harper and Brothers.

Goethals, G. W. (1975), « Variations on a theme », dans Youth. The seventy-fourth yearbook of the National Society of the Study of Education, s. la direction de R. J. Havighurst et P. H. Dreyer, Chicago, University of Chicago Press.

Le Blanc, M., M. McDuff et P. Tremblay (1994), « L’émergence des troubles de comportement et ses conséquences au cours de la latence », Revue Canadienne de Criminologie, 36.

Lemieux, D. (1994), « La condition féminine », dans Traité des problèmes sociaux, s. la direction de F. Dumont, S. Langlois et Y. Martin, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Mederer, H. J. (1993), « Division of labor in two-earner homes : Task accomplishment versus household management as critical variables in perceptions about family work », Journal of Marriage and the Family, 55.

Mercier, L. (1990), « Le quotidien et le partage des tâches », dans Familles d’aujourd’hui, s. la direction de D. Lemieux, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Patterson, G. R. (1986), « Performance models for antisocial boys », American Psychologist, 41.

Patterson, G. R. (1980), « Mothers : the unacknowledged victims », Monographs for the Society for Research in Child Development.

Wolinsky, F. D. et R. J. Johnson (1992), « Perceived health status and mortality among older men and women », Journal of Gerontology, 47.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Moyennes des mères et pères de filles et garçons contrevenants pour quatre variables personnelles
Légende (1) Plus la moyenne est élevée, plus l’effet est négatif, sur une échelle de 1 à 5.* La différence entre les pères et les mères des garçons est significative à p >,05 ou mieux.** La différence entre les mères de garçons et les mères de filles ou entre les pères de garçons et les pères de filles est significative à p >,05 ou mieux
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteurs

Département de sociologie
York University
Toronto

Criminologue, Centre de la protection de l’enfance et de la jeunesse
Montréal

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540