Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

La formation et l'éducation

Dilemme des femmes francophones de minorité visible : intégration au marché du travail dans une société ontarienne pluraliste non définie

Marie-Josée Berger

Texte intégral

Problématique

1La politique d’immigration du Canada a généré, vers 1967, une recrudescence non seulement d’immigrants traditionnels de souche européenne mais aussi d’immigrants venant d’Asie, d’Afrique et des Antilles. Ces nouveaux immigrants se sont établis principalement dans les centres urbains. Selon le recensement de 1992 de Statistique Canada, leur nombre s’élève à 191 015, dont 55 % (soit 104 315), ont choisi l’Ontario.

2Or, lorsqu’on parle d’immigrants dans certaines compilations statistiques, la distinction de sexes n’y figure pas toujours. Alors que fleurissent les politiques d’équité, l’impact de celles-ci n’a pas encore atteint de façon systématique certaines données statistiques (Immigration and Refugee Board, 1994). Toutefois, la présence des femmes immigrantes au Canada est indéniable et l’examen des données sur les pays d’origine des nouveaux immigrants révèle de toute évidence que des femmes immigrantes francophones font partie de la société ontarienne (Ministère des Affaires civiques, 1989).

3Cette société a d’ailleurs été décrite dans bien des documents gouvernementaux comme étant pluraliste (Ministère de l’Éducation de l’Ontario, 1988). Toutefois, ce pluralisme n’a pas encore été défini comme étant englobant et essentiel au développement de la société ontarienne. C’est sous la pression des parents et des groupes communautaires que le ministère de l’Éducation et de la Formation a élaboré en 1993 une politique d’équité et d’antiracisme qui devait amorcer une réflexion approfondie sur le pluralisme. Les progrès réalisés dans le domaine de l’équité sont minimes et il existe souvent un fossé entre les principes énoncés et l’implantation des politiques (Rezai-Rashti, 1995). Juteau (1994) affirme qu’un consensus a été établi dans les sociétés libérales de type démocratique par rapport à l’égalité et la reconnaissance d’un certain pluralisme. Elle précise cependant qu’au-delà de ce point d’entente, il y a désaccords, litiges et déchirements sur la nature du pluralisme et des droits sociaux à articuler et à adapter.

4Comme le confirme le document du gouvernement fédéral Inscrire le multiculturalisme dans le courant canadien : les défis et les promesses (1983), les groupes minoritaires — parmi lesquels se retrouvent entre autres des Asiatiques et des Noirs — doivent lutter sans cesse pour acquérir le droit d’être traités comme les autres. Que ce soit par les juges, les policiers, les enseignantes, les employeurs, les propriétaires, les voisins ou les passagers des autobus et du métro, les groupes minoritaires font face à des difficultés d’intégration.

5Si c’est la réalité vécue par les groupes minoritaires (Meintel, 1991), on peut d’ores et déjà spéculer sur le dilemme des femmes francophones de minorité visible qui devront s’intégrer, d’une part à un marché du travail dont la langue dominante est l’anglais, et d’autre part assumer leurs responsabilités familiales dans une société pluraliste non définie. Des recherches se sont penchées sur la problématique des femmes immigrantes en Ontario sans pour autant s’attarder au dilemme des immigrantes francophones de minorité visible (Rafiq, 1992 ; Estable et Meyer, 1989 ; Scane et Holt, 1988 ; Das Gupta, 1986). Aussi, les questions relatives à la situation de ces femmes n’ont pas encore fait l’objet de recherches exhaustives.

6Dans cet article, nous aborderons principalement les questions relatives à la situation des femmes francophones de minorité visible qui sont arrivées en Ontario au cours de la dernière décennie, soit comme immigrantes indépendantes, réfugiées ou à travers les programmes de parrainage. Pour tenter d’identifier quelques pistes d’intégration du marché du travail pour les femmes francophones de minorité visible, nous étudierons certains aspects de leur réalité quotidienne ainsi que ceux du marché du travail.

Situation des femmes francophones de minorité visible

Leur milieu de vie

7Les femmes francophones de minorité visible qui ont immigré au Canada se retrouvent dans un milieu surtout urbain où prévaut l’anonymat. Beaucoup de ces femmes constituent d’ailleurs le noyau de la cellule familiale dans son entité, c’est-à-dire qu’elles doivent fournir les soutiens affectif, social et économique. Elles sont confrontées parfois à des problèmes de violence et d’abus de pouvoir, et quand elles ne travaillent pas à l’extérieur du foyer, elles se retrouvent dans des situations de dépendance extrême (Boyd, 1989). Elles ignorent très souvent l’existence de ressources auxquelles elles auraient accès, et du fait qu’elles vivent en Ontario où la langue dominante est l’anglais, elles se trouvent doublement isolées.

8Face à leur propre communauté, il y a des réalités culturelles auxquelles elles doivent adhérer, et c’est parfois leur seul point de contact avec le monde extérieur. Pour elles, le marché du travail au Canada, s’il existe, est surtout relié aux secteurs précaires comme les emplois domestiques et les manufactures (Arat-Koc, 1989). Souvent, l’incapacité de fonctionner dans l’une des langues officielles devient un handicap majeur. Car, il est à noter que de plus en plus dans les pays dits francophones, la langue d’enseignement est autre que le français ou l’anglais.

Leurs possibilités d’emploi

9Plusieurs études, dont celles de Boucher (1989) et de Daviau (1985), font état des facteurs qui facilitent l’intégration au marché du travail au Canada. Elles citent en priorité les facteurs qui sont reliés au niveau d’alphabétisation en français ou en anglais, le niveau d’alphabétisation dans sa propre langue et le degré de scolarité.

10Des femmes francophones de minorité visible qui ont reçu une formation et ont occupé des emplois dans leurs pays d’origine, trouvent rarement des postes reliés à leurs qualifications et à leur expérience après avoir immigré. Des emplois traditionnellement féminins comme les soins de santé, le travail de bureau et l’enseignement — emplois qui requièrent une bonne connaissance de la langue — ne leur sont pas accessibles. Même si elles ont une connaissance de la langue, l’expérience canadienne est encore demandée. Dans bien des cas, elles n’arrivent même pas à obtenir une entrevue (Jean-Baptiste, 1995). Pour ce groupe, aussi bien que pour celles qui n’ont pas une formation scolaire adéquate et qui ont de faibles niveaux d’alphabétisation, les emplois sectaires demeurent la porte d’intégration au marché du travail.

11Ainsi, si la tendance se maintient, les femmes francophones de minorité visible seront cantonnées dans des secteurs du marché du travail où elles n’ont pas besoin de parfaire leurs connaissances et développer d’autres habiletés. Pourtant, même si elles sont occupées à lutter pour les vivres et le logement, elles désirent profondément apporter des changements à leur vie. Elles ont immigré avec des rêves de « lendemains d’autonomie » et l’espoir d’une amélioration de leur situation économique, soit à une participation à un secteur du marché plus productif.

Situation du marché du travail en Ontario

Les mutations du marché

12L’économie de l’Ontario est devenue particulièrement vulnérable en raison de la pleine maturité de son secteur manufacturier et de la prépondérance d’usines filiales. L’ampleur et la rapidité des transformations dans les modes de production créent une conscience plus aiguë de la nécessité d’une éducation. Et les problèmes sont d’autant plus difficiles à résoudre par un travailleur qui est moins instruit (Baldwin et Gorecki, 1989).

13Les femmes représentent un groupe soumis à plus de risques dans ce processus d’adaptation. Le chômage est d’ailleurs plus élevé chez les femmes que chez les hommes, et elles travaillent plus souvent dans des industries où les salaires sont peu élevés, où le travail à temps partiel prédomine et où les employeurs sont vulnérables. Les développements technologiques et scientifiques ont provoqué une mutation fondamentale dans les qualités requises des travailleuses (Garnett et Wannel, 1987). C’est à se demander comment un marché du travail déjà difficile d’accès aux femmes peut intégrer d’autres femmes qui sont de minorité visible et francophones. Pour certaines de ces immigrantes, il s’agit non seulement d’apprendre à lire et à écrire en français et en anglais, mais aussi d’acquérir très vite les aptitudes requises pour s’intégrer à un marché du travail changeant et évolutif. Aussi, pour accéder à ce marché, ces femmes devront recevoir une formation adéquate qui faciliterait la transition.

Les programmes de formation

14Il existe en Ontario de nombreux organismes dont les comités communautaires de formation industrielle, les comités fédéraux d’aide au développement des collectivités, les conseils consultatifs locaux chargés d’aviser les Centres d’emploi du Canada et, à l’intérieur des collèges, un important réseau de comités locaux consultatifs sur les programmes offerts. Les bureaux de consultation en formation professionnelle et les centres de consultation pullulent en Ontario. Mais, étant donné la multidisciplinarité des programmes de formation offerts, il est très difficile de s’y retrouver (Breton et Valentine, 1981), et les points d’accès et les conditions d’admissibilité sont complexes (Conseil économique, 1990).

Les obstacles à franchir

15Dans le cas des femmes francophones de minorité visible, à cette complexité d’accès à une formation qui faciliterait l’intégration au marché du travail, s’ajoute celle du système de parrainage des politiques de l’immigration canadienne. En effet, la plupart des femmes qui immigrent le font comme épouses, arrivant pour rejoindre leur mari déjà établi en Ontario. Pour ces femmes, puisqu’elles sont parrainées, l’accès à la plupart des formes d’assistance sociale — incluant l’apprentissage de la langue et la formation — est interdit (Boyd, 1990). Les seuls programmes auxquels elles ont droit sont les programmes spéciaux pour les réfugiées et quelques programmes pour les femmes immigrantes indépendantes dont les listes d’attente sont très longues (Rockhill et Tomic, 1992).

16Pour relever le défi de l’intégration à un marché du travail évolutif, tout en assumant leurs responsabilités familiales et autres, les femmes francophones de minorité visible devront se renseigner et confronter des barrières systémiques de sexisme dans des milieux où les groupes francophones sont déjà en butte à d’autres préjugés linguistiques et culturels (Romberg, 1994). De plus en plus, le marché du travail requiert des compétences très diversifiées, d’où l’importance pour ces femmes d’acquérir une formation professionnelle ou d’avoir accès à des ressources.

Pistes qui pourraient aider à l’intégration des femmes francophones de minorité visible au marché du travail

17En constatant la pénurie de services offerts et de ressources disponibles, il devient primordial que des mécanismes soient mis en place pour une restructuration. Ainsi, les maigres ressources disponibles pourraient être redistribuées en accentuant l’objectif d’intégration au marché du travail des travailleuses. À ce chapitre, les femmes francophones de minorité visible, déjà défavorisées par la langue dans une société pluraliste non définie, pourraient espérer trouver les ressources leur permettant de s’intégrer à un marché du travail pour développer ainsi leur potentiel.

18Il n’y a pas de façon universelle de répondre aux besoins de ces femmes, mais c’est en les écoutant qu’on trouvera des solutions, car en tant que femmes, se frayer un chemin dans un nouveau pays est une tâche difficile. Une formation d’intégration au marché du travail devra considérer non seulement la femme francophone de minorité visible, mais aussi les composantes de son noyau familial.

19Bien que la majorité de ces femmes soient arrivées au Canada sous le système de parrainage, il y a aussi des catégories d’immigrantes indépendantes. Ainsi, pour mettre en place un programme efficace d’intégration au travail, il faudra tenir compte du statut antérieur et des situations d’immigrantes des femmes dont certaines sont arrivées au Canada comme réfugiées avec leur époux et attendent un appel ; ou sont parrainées par leur époux et arrivent avec les enfants ; ou arrivent au Canada sans leur époux et devront le parrainer ; ou arrivent sans les enfants ; ou enfin, arrivent seules comme immigrantes indépendantes ou comme gouvernantes.

20L’intégration au marché du travail doit passer à travers une formation professionnelle adéquate qui tient compte des composantes du noyau familial, puisque ces femmes immigrantes sont responsables du maintien de l’unité familiale. Pour certaines, les services de garderie demeurent une composante essentielle de l’aide à fournir pour l’intégration au marché du travail. Ces femmes ont besoin de se sentir respectées, d’être en contrôle des choix et des décisions à prendre pour elles et pour leur famille.

21De plus, pour ces femmes, la communauté composée de réseaux et de liens créés par des identités communes représente souvent l’élément essentiel de leur univers (Romberg, 1994). Elle constitue pour elles le groupe d’entraide, l’espace de vie quotidienne où on peut y mettre aussi bien des pratiques de survie mais aussi des pratiques de prise en charge. Il existe une volonté croissante des femmes immigrantes francophones d’exercer leur rôle de citoyennes et un remarquable potentiel de solidarité communautaire.

22Un mouvement communautaire pour les femmes francophones de minorité visible devra prendre en considération les besoins individuels et les possibilités de croissance. La culture organisationnelle de cette communauté sera fondée sur des valeurs qui s’apparentent à la culture de ces femmes et sur un projet de transformation personnelle et sociale pour l’intégration au marché du travail.

23Une collaboration étroite entre la communauté et les secteurs privé et public permettra de mettre en place un modèle d’approche d’intégration (Moussa, 1994) où se côtoient un programme d’aménagement linguistique — dont l’enseignement du français et de l’anglais, des sessions de préparation au marché du travail selon les attentes réalistes du marché, un support psychologique et culturel, et des sessions d’orientation vers les centres de formation. Un tel modèle pourrait se réaliser s’il existe une volonté de la société ontarienne de devenir pluraliste et d’aider ainsi les femmes de minorité visible à résoudre le dilemme de leur intégration au marché du travail.

Bibliographie

Bibliographie

Arat-Koc, Sedef (1989), « In the Privacy of Our Own Home : Foreign Domestic Workers as Solution to the Crisis in the Domestic Sphere in Canada », Studies in Political Economy.

Baldwin, John et Paul Gorecki (1989), Aspects de l’évolution du marché du travail au Canada : mutations intersectorielles et roulement de la main-d’œuvre, Ottawa, Statistique Canada.

Boucher, Andrée (1989), L’analphabétisme et l’alphabétisation chez les francophones au Canada : un premier tour d’horizon révélateur. Montréal, Institut canadien d’éducation des adultes en collaboration avec la Fédération des Francophones Hors Québec.

Boyd, Monica (1989), « Immigration, Income Security Programs and Social Policy Issues », dans Policy Forum on the Role of Immigration in Canada’s Future, s. la direction de Charles M. Beach et Alan G. Green, Kingston, Queen’s University, John Deutsch Institute for the Study of Economic Policy.

Boyd, Monica (1990), « Immigrant women : Language, socioeconomics, inequalities and policy issues », dans Ethnic Demographic : Canadian Immigrant Racial and Cultural Variations, s. la direction de S. Haly, F. Trovato et L. Driedger, Ottawa, Carleton University Press.

Breton, R. et V. Valentine (1981), Les frontières culturelles et la cohésion du Canada, Montréal, Institut de recherches physiques.

Conseil économique du Canada (1990), L’emploi au futur : tertiarisation et polarisation, Ottawa, Approvisionnements et Services Canada.

Das Gupta, Tania (1986), Learning From Our History. Community Development of Immigrant Women in Ontario, Toronto, Cross Cultural Communication Centre.

Daviau, Lise (1985), Une approche globale à l’alphabétisation : réflexion critique, Ottawa, La magie des lettres.

Direction du multiculturalisme, Inscrire le multiculturalisme dans le courant canadien : les défis et les promesses (rapport du congrès de réflexion d’octobre 1983), Ottawa, Comité pour l’avenir de l’éducation multiculturelle au Canada.

Estable, Alma et Michthild Meyer (1989), A discussion Paper on Seulement Needs of Immigrant Women in Ontario, Ottawa, Immigrant Settlement and Adaptation Program.

Garnett, Picot et Ted Wannel (1987), Perte d’un emploi et adaptation au manché du travail dans l’économie canadienne, Ottawa, Statistique Canada.

Immigration and Refugee Board (1994), communiqué de presse, Ottawa.

Jean-Baptiste, Jacqueline (1995), Une étude de besoins des femmes noires francophones de la communauté urbaine de Toronto, Toronto, Réseau des femmes noires francophones.

Juteau, Danielle (1994), « Multiples francophonies minoritaires : multiples cicitoyennetés », Sociologie et sociétés, XXVI, 1.

Kapsalis, Constantine (1993), « Employee training in Canada : Reassessing the evidence », Canadian Business Economics, 1,4.

Meintel, Deirdre (1991), « Qu’est-ce qu’une minorité ? », Le courrier de l’Unesco, juin 1993.

Ministère de l’Éducation de l’Ontario (1988), L’équité raciale : rapport sur l’équité raciale et ethnoculturelle (vidéocassette), Toronto, Focus Production.

Ministère de l’Éducation et de la Formation (1993), Vers une nouvelle optique, Guide sur l’éducation en matière d’antiracisme et d’équité ethnoculturelle, Toronto.

Ministère d’État au Multiculturalisme (1978), Multi-culturalisme et le gouvernement du Canada, Ottawa, Approvisionnements et Services Canada.

Ministère des affaires civiques (1989), « Statistiques sur l’immigration », Immigrants admis en Ontario, Toronto.

Moussa, Helene (1994), « Sowing new foundations : Refugee and immigrant women and support groups », Refuge, 13, 9.

Ng, Winnie, Pramila Agarwal et Brenda Wall (1988), « Breaking Chains : Immigrant Women Workers and Literacy », Canadian Woman Studies/les cahiers de la femme, 9, 3-4, Toronto, York University.

Parent, Jocelyne (1987), Analphabétisme et alphabétisation, rapport de recherche, Toronto, TV Ontario.

Rafiq, Fauzia (1992), Developing an Antiracism Action Plan : A Handbook for Working in Service Organizations of Metropolitan Toronto, Toronto, Women Working with Immigrant Women et Cross Cultural Communication Centre.

Rezai-Rashti, Goli (1995), « Multicultural Education, Anti-Racist Education and Critical Pedagogy : Reflections on Everyday Practice », dans Anti-Racism, Feminism, and Critical Approaches to Education, s. la direction de Roxanna Ng, Pat Staton et Joyce Scane, Toronto, OISE Press.

Rockhill, Kathleen et Patricia Tomic (1992), « There is a connection : racism, hetero/sexism and access to ESL », Canadian Woman Studies/les cahiers de la femme, 14, 2.

Romberg, Perry (1994), « Service delivery to refugees and immigrants : Toward an integrated approach », Refuge, 13, 9.

Scane, Joyce et Marjatta Holt (1988), Immigrant Women : Their Untold History, Toronto, OISE Press.

Secrétariat d’État du Canada (1987), Multiculturalisme, Ottawa.

Short, J. (1989), The Humane City, London, Basil Blackwell.

Statistics Canada (1993), « Population Projections of Ethnic Groups in Canada to the Year 2016 », Teega Research, Statistical Supplement, Catalogues 93-315 et 94-237.

Auteur

Institut d’études pédagogiques de l’Ontario
Ottawa

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540