Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

La construction identitaire

Qui peut exister ? La construction des acteurs sur la scène politique municipale

Caroline Andrew et Mythili Rajiva

Texte intégral

1Ce texte explore les processus par lesquels les acteurs légitimes d’un système politique sont définis. Nous prendrons le cas de la Ville d’Ottawa pour comprendre comment les programmes et activités de cette municipalité participent à la construction de catégories qui définissent le statut des acteurs politiques. De façon plus précise, la possibilité des identités multiples est au cœur de l’analyse ; la question centrale est de voir si nous pouvons imaginer une identité civique ou une existence politique pour les femmes francophones appartenant à une minorité visible. Est-ce qu’elles sont reconnues comme acteurs politiques légitimes ? Sinon, comment ont-elles été exclues du processus de création des catégories d’acteurs légitimes ?

2Cette analyse s’inspire des études récentes menées en sciences politiques pour tenter d’expliquer les actions des gouvernements en fonction de la définition des acteurs jugés comme ayant un rôle légitime dans les débats politiques autour de certains enjeux (Jenson, 1986,1993 ; Fraser, 1989,1995 ; Iyer, à paraître). Ces études tentent d’expliquer comment des conditions objectives sont traduites dans les luttes politiques réelles, à partir d’une analyse structurelle de la société. Il y a, sur le marché du travail, une augmentation rapide des femmes qui ont des enfants mais il n’y a pas de traduction automatique — comme nous le savons trop bien hélas — au niveau des politiques de garderies. Pour tenter de comprendre ces processus de traduction ou de non-traduction, certaines auteures ont donné une importance aux analyses des textes et des discours pour comprendre comment certains enjeux sont définis et qui sont les acteurs principaux de ces enjeux. Une fois l’enjeu défini de telle façon, la forme du débat est relativement définie et les résultats plus clairement prévisibles.

3Une partie importante de la définition des enjeux est la définition des acteurs légitimes. Pour reprendre l’exemple des garderies, est-ce que les acteurs principaux sont définis comme des femmes, des travailleuses, des parents ou des enfants ? Chaque définition change la nature du débat et les politiques publiques qui en résultent. Jane Jenson parle du concept de l’univers du discours politique (1986). Pour elle, la façon dont les enjeux politiques sont articulés définit les personnes qui auront l’autorité ou la légitimité de parler et de jouer un rôle dans le débat et la résolution des questions.

The terrain on which actors struggle over representation is the universe of political discourse, within which identities are socially constructed. Because actors with a variety of collective identities co-exist in this universe, their practices and meaning systems jostle each other for attention and legitimacy. Politics become conflict over collective identities — about who has a right to make claims — as much as it is conflict among groups and organizations over disputed claims about who gets what, when and how. (Jenson, 1993: 150)

4Si la politique tourne autour de la capacité des différents groupes d’acteurs de faire valoir leur droit de parole et de revendication, la condition préalable à l’efficacité politique d’un groupe est la visibilité politique. Par la suite, il faut considérer les significations construites à travers les luttes politiques qui établissent les acteurs considérés comme légitimes, les questions qui peuvent être débattues, les différentes politiques publiques qui sont possibles et les stratégies d’alliance et de coalition qui peuvent exister. L’analyse de Fraser (1989) est aussi axée sur la question du discours. Elle examine ce qu’elle appelle « une politique de l’interprétation des besoins », où les différents groupes et catégories d’acteurs tentent de faire valoir leur vision de leurs besoins et d’en établir la légitimité. Ce processus de définition des besoins implique la construction des identités et la construction des revendications jugées légitimes.

5Comme nous l’avons dit plus tôt, la question précise qui nous intéresse ici est celle des identités multiples. Est-ce que l’on peut voir dans le système de la Ville d’Ottawa la construction d’une identité pour les femmes francophones appartenant à une minorité visible, ou est-ce que les composantes de cette identité restent fragmentées, découpées, séparées ?

6Nitya Iyer a fait l’analyse de la construction de l’identité dans son article « Disappearing Women ». Elle fait l’étude des causes en matière de droits de la personne et conclut à l’incapacité du système juridique de tenir compte des complexités dans la question des identités. Une personne peut être victime de discrimination comme membre d’une minorité visible, mais en même temps être incapable de faire reconnaître son existence comme femme appartenant à une minorité visible. Selon Nitya Iyer, on finit par rendre ces personnes invisibles sur le plan politique — loin d’être vues comme des acteurs légitimes, elle ne sont pas vues du tout.

The law as it stands requires racial minority women to become what they are not. In order to win a discrimination case they must make themselves into people who diverge from the dominant group norm in only one respect. Thus, the Canadian human rights law requires racial minority women to erase themselves from the picture. (Iyer, à paraître)

7Cette difficulté de théoriser les identités multiples des femmes est également analysée par Jan Pettman (1991). Tout comme Jenson et Fraser, elle insiste sur l’analyse de la construction sociale de ces catégories ainsi que sur la capacité des personnes de créer des représentations d’elles-mêmes. Pour elle, les groupes ethniques et raciaux sont des constructions de l’imagination, des créations discursives qui, en même temps, ont des conséquences tangibles pour ceux et celles qui sont inclus ou exclus.

Race and ethnic groups, like nations, are imagined communities (Anderson, 1983). They are ideological entities, made and changed in struggle. They are discursive formations, signalling a language through which differences which are accorded social significance may be named and explained. They also carry with them material consequences for those who are included within, or excluded from, them. (Pettman, 1991: 189)

8Pour Fraser (1995), les méthodes choisies doivent permettre l’analyse des intersections entre les différentes dimensions de l’identité. Elle préconise un néopragmatisme, où le choix des méthodes d’analyse se fait en fonction des buts concrets.

These conceptions should also enable us to articulate discourse analysis and political economy; studies of public spheres and of state apparatuses; genealogies of historians’ categories and accounts of contestation “from below”. Most importantly, they should allow us to theorize the intersection of gender, <race>; /ethnicity, sexuality, nationality, and class in every socio-cultural arena. (Fraser, 1995: 166)

9Cette option néopragmatique nous permet de centrer notre analyse sur les moyens par lesquels les programmes et activités politiques contribuent au façonnement des catégories d’acteurs. Dans les pages qui suivent, nous portons une attention particulière au processus de construction de l’identité des acteurs politiques, en prenant pour exemple la politique municipale.

10Mais pourquoi choisir la politique locale ou plutôt la politique municipale ? À l’heure actuelle, le palier municipal est le palier le moins important du système politique canadien et, de plus, un palier qui s’est très peu préoccupé des questions touchant les femmes, les politiques linguistiques ou le multiculturalisme. C’est un palier qui est très largement dominé par les questions d’infrastructure (eau, égouts, réseaux de transports) et par les questions d’urbanisme. Malgré cette réalité, nous croyons que le palier municipal, surtout dans les grandes villes canadiennes, est une instance qui prendra plus d’importance dans les années à venir. Cette situation découle en partie des orientations politiques actuelles, dont la décentralisation des fonctions clairement énoncée par les gouvernements fédéral et ontarien, qui s’insère dans le courant de privatisation et de réduction du rôle des gouvernements. Une partie de ces activités sera déléguée aux administrations municipales. Mais avec l’importance potentielle que prendront les gouvernements municipaux, surtout dans les grandes agglomérations urbaines, vient également des changements démographiques qui ont déjà eu lieu au Canada. Les milieux métropolitains comme Toronto, Montréal ou Vancouver sont des lieux de concentration de l’hétérogénéité culturelle canadienne. Les défis de la gestion de cette hétérogénéité se posent donc plus particulièrement dans ces milieux. Nous croyons aussi que les milieux métropolitains ont des caractéristiques structurelles qui sont particulières par rapport aux enjeux des femmes. En effet, le pourcentage des femmes intégrées dans le marché du travail est plus élevé dans les grandes villes, et les services pour les femmes dans ces milieux plus nombreux. Cette réalité urbaine particulière pour les femmes pourrait amener le gouvernement municipal à jouer un rôle actif, en réponse aux demandes accrues de la part des groupes de femmes dans ces communautés.

11Notre argument n’est donc pas que la politique urbaine est actuellement un lieu politique dynamique pour les femmes francophones appartenant à une minorité visible, mais plutôt qu’il peut devenir un lieu politique significatif. Dans le cas de la francophonie, si elle ne s’épanouit pas dans les grandes villes, son avenir est menacé. Gilbert, dans son article paru dans le numéro spécial de la Revue canadienne des sciences régionales (1993) sur les femmes et le développement local et régional, souligne l’importance de ces milieux pour l’avenir de la francophonie au Canada.

12Étant donné l’importance potentielle de la politique municipale dans les milieux métropolitains, il est intéressant, et important, de comprendre les processus par lesquels les identités des acteurs légitimes ont été construites. Tel est notre objet d’analyse en nous attardant plus précisément aux politiques de la Ville d’Ottawa. Notre but est d’étudier trois politiques : la politique des services en français, la politique sur le multiculturalisme et la politique touchant les femmes. Il s’agit de voir, par le biais de ces politiques, la construction des acteurs politiques et surtout la définition des acteurs politiques ayant des identités multiples, et particulièrement des femmes francophones appartenant à une minorité visible. Nous étudions donc ces trois volets de la définition afin de voir s’ils s’interpénètrent, s’interrelient, s’interinfluencent ou, au contraire, s’ils restent séparés, étanches, coupés l’un de l’autre.

13Nous sommes conscientes que cet objectif est à la fois partiel et limité. Nous ne regardons pas le traitement concret donné par ces programmes à des individus. Il se peut qu’une femme francophone appartenant à une minorité visible soit bien servie par la politique sur les langues officielles ou par la politique sur le multiculturalisme. Chacune de ces politiques pourrait avoir une sensibilité envers les cas individuels. Cependant, notre intérêt ici n’est pas d’examiner l’application détaillée de ces politiques, mais plutôt leur rôle dans la construction globale des catégories d’acteurs dans la politique municipale d’Ottawa. Pour cette raison-là, les liens entre les différentes politiques sont importants à analyser car, comme Fraser l’a indiqué plus tôt, ils offrent une méthode pragmatique pour examiner la question des identités multiples.

14Nous regarderons d’abord chacun des trois secteurs politiques pour voir, brièvement, les origines et la forme actuelle des programmes qui existent. Par la suite, nous aborderons plus directement la question des liens entre ces différents secteurs.

Analyse

15La politique municipale sur les langues officielles existe depuis 1982. Elle traite beaucoup de la langue de travail des employés et employées de la Ville d’Ottawa. Les différents services de la Ville doivent se fixer des objectifs annuels en rapport avec la politique des langues officielles. Pour les aider dans cette tâche, il existe un comité consultatif sur les services en français, qui est décrit comme un « intermédiaire entre la population francophone et l’appareil municipal » (Rapport annuel 1993-1994 : 1). « Il veille à la disponibilité et à la qualité des services en français en : (a) s’assurant que toutes les recommandations de la politique sur les langues officielles de 1982 sont mises en œuvre ; (b) en proposant des solutions afin de pallier les lacunes existant dans les services ».

16Une partie importante des activités du comité sur les services en français est consacrée à l’étude des objectifs pour les différents services municipaux et, plus généralement, à la mise en place des politiques touchant l’utilisation du français dans la fonction publique municipale. Le comité s’occupe aussi des dossiers plus ponctuels, souvent en fonction des plaintes reçues.

17Le comité sur les services en français est formé de neuf personnes, dont trois nommées par des groupes et six choisies directement parmi la population. Un des groupes désignant un représentant au comité est l’Association multiculturelle francophone de l’Ontario. En plus des neuf membres votants, un membre du conseil municipal d’Ottawa siège au comité, mais sans droit de vote.

18La politique sur le multiculturalisme de la Ville d’Ottawa est élaborée autour de quatre objectifs principaux :

Égalité des chances — Veiller à ce que tous les citoyens et citoyennes puissent participer aux affaires communautaires et municipales ;
Éducation et conscientisation — Intensifier la sensibilisation municipale et communautaire à l’égard des communautés diverses de la ville ;
Antiracisme — S’employer à éliminer le racisme et faire valoir l’harmonie interraciale entre les communautés diverses résidant à Ottawa ;
Célébration de la diversité culturelle — Favoriser la connaissance, la compréhension, l’acceptation et la célébration de la diversité. (Dépliant sur la Politique de multiculturalisme d’Ottawa).

19La préoccupation à l’égard du fonctionnement interne de l’administration municipale est claire, tout comme l’est celle envers la participation des membres des communautés distinctes et les rapports entre différents groupes. Il existe un comité consultatif sur les minorités visibles similaire au comité sur les services en français.

20Le comité consultatif sur les minorités visibles joue aussi le rôle d’intermédiaire entre les « communautés distinctes » (Rapport annuel 1993-1994) et la Ville d’Ottawa. Ce comité, composé de 14 membres votants du grand public et de deux membres non votants du conseil municipal, a été créé en 1982.

21À l’heure actuelle, la Ville d’Ottawa n’a pas de structure qui s’occupe spécifiquement des enjeux des femmes. La division des droits de la personne et de l’équité en matière d’emploi, rattachée directement au bureau du directeur général, a la responsabilité de l’ensemble des questions touchant l’équité en matière d’emploi, ce qui inclut les femmes, un des groupes visé par la politique.

  • 1 Après la victoire électorale du parti conservateur en Ontario (juin 1995), la loi provinciale a ét (...)

22Cette structure administrative municipale a été créée en 1990 pour remplacer le bureau d’égalité des chances. Ce service avait vu le jour en 1976 quand un premier programme visant la promotion des femmes a été créé à la Ville d’Ottawa. Par la suite, les dossiers des minorités visibles et de discrimination contre les personnes handicapées ont été ajoutés au mandat du Bureau d’égalité des chances. Les structures ont été modifiées à la suite d’un rapport publié en 1991. Le Bureau n’avait pas le pouvoir d’obliger les services à suivre ses recommandations tandis qu’un service relevant directement du directeur général aurait cette autorité. Le contexte de la législation ontarienne sur l’équité en matière d’emploi joue aussi un rôle très important dans le changement de structure. La Ville d’Ottawa vient d’adopter sa propre politique, fortement inspirée du modèle ontarien1

23Mais comment peut-on voir les liens ou les relations entre ces différents secteurs d’activité ? Commençons d’abord par les deux comités consultatifs. Le comité des services en français s’est préoccupé des questions touchant les minorités visibles, mais le comité sur les minorités visibles s’est-il intéressé à des questions relatives aux services en français ? L’un ou l’autre se sont-ils intéressés à la question des femmes ?

24On pourrait répondre simplement en disant que les exemples sont rares où l’un ou l’autre des comités s’est occupé de questions concernant un autre comité. Dans ce sens, la complexification ou la catégorisation multiple est relativement rare. Il y a quand même un certain intérêt de la part du comité des services en français à intégrer la dimension multiculturelle des services en français et du comité sur les minorités visibles pour la question des femmes immigrantes. Mais cet intérêt s’est manifesté de façon plus ponctuelle que constante. Par exemple, en 1992, quatre membres du comité sur les minorités visibles ont exprimé leur intérêt à créer un sous-comité sur les questions d’intérêt relatives aux femmes immigrantes et le comité tout entier a adopté une résolution approuvant la création de ce sous-comité. Cette question est toutefois disparue des dossiers du comité par la suite.

25Le comité des services en français s’est préoccupé à quelques reprises des questions touchant la politique du multiculturalisme. En 1988, le comité s’est posé des questions sur la participation des minorités francophones aux travaux du groupe de travail sur un centre multiculturel. La réponse a fait référence à la communauté haïtienne et à son rôle au sein du groupe de travail. Un deuxième exemple s’est produit en 1993 quand une question a été posée sur le manque de représentation francophone au sein du comité sur les minorités visibles. De façon générale cependant, les liens ne sont pas assez importants pour qu’il en résulte une définition des acteurs politiques qui lie la francophonie et les minorités visibles.

26Et comment la politique d’équité en matière d’emploi construit-elle ces acteurs ? Comme cette politique vise une série de groupes, on pourrait imaginer y trouver une plus grande sensibilité à l’égard des catégories multiples.

  • 2 Au moment d’écrire cet article, le texte de la politique était préliminaire et n’était disponible (...)

27La politique de la Ville suggère une certaine sensibilité dans le sens où elle inclut la phrase « A person may be a member of more than one designated group »2. La complexité des identités est donc reconnue. Mais le préambule à la politique ne pousse pas plus loin cette complexité ; la politique suit beaucoup plus une vision étanche des catégories.

Aboriginal people, people with disabilities, members of racial minorities and women experience higher rates of unemployment than other people in Ontario’s workforce. Generally, people in these groups experience more discrimination than others in finding employment, in retaining employment and in having equal access to promotion. As a result, they are underrepresented in most areas of employment, especially in senior and management positions and they are over-represented in those areas of employment that provide low pay and little chance for advancement. The burden imposed on the people in these groups and on the communities in which they live is unacceptable. The City of Ottawa recognizes this trend in Ontario’s employment systems, and is committed to equity in employment for its employees and for applicants to its workforce. (City of Ottawa Policy on Employment Equity)

28D’ailleurs, la Ville d’Ottawa avait manifesté en 1992 sa préférence pour des catégorisations claires dans sa réponse au document préliminaire du gouvernement ontarien : « Clear, precise definitions of designated groups should be provided in order to ensure that there is no ambiguity in the definitions nor contradictions across relevant legislative bodies. » (Ville d’Ottawa, 1992)

29La même vision, mais encore plus catégorique, se trouve dans le formulaire de plainte utilisé par le personnel. On demande le motif de la plainte, non pas les motifs possibles. La politique actuelle est fondée sur l’idée qu’il y a une cause pour chaque plainte.

Conclusion

30Même s’il n’y a pas encore beaucoup de liens entre ces politiques, est-ce que les politiques sont suffisamment compatibles pour que nous puissions imaginer la construction des acteurs politiques ayant des identités multiples à partir de celles-ci ? Notre réponse est oui et non. Oui dans le sens où dans les trois domaines, la politique est axée principalement sur l’égalité des chances. Par exemple, l’objectif premier de la politique du multiculturalisme est intitulé L’égalité des chances et a pour but de « veiller à ce que tous les citoyens/citoyennes puissent participer aux affaires communautaires et municipales ». Le premier principe de la politique d’équité en matière d’emploi est d’assurer à chaque personne (d’un groupe désigné) le droit d’être considérée sans aucune forme de discrimination pour les différentes étapes de l’embauche, la promotion et les conditions de travail. Finalement, la politique des langues officielles porte sur la capacité des employées et employés de travailler dans leur langue et le droit des résidents et résidentes d’utiliser la langue de leur choix dans leurs relations avec la Ville. Dans le cas de la politique sur le multiculturalisme, il y a un deuxième volet d’éducation et de conscientisation qui est moins individuel et qui vise à sensibiliser la Ville et la communauté aux besoins particuliers des communautés diverses.

31Il y a donc une certaine compatibilité entre les trois politiques axées sur cette vision abstraite et individualiste d’égalité des chances, mais cette compatibilité ne permet pas la construction des identités des acteurs politiques. Cette vision individualiste pose un problème pour la reconnaissance des identités multiples. Si nous pouvons constater une certaine entrée de nouveaux acteurs sur la scène politique municipale à Ottawa, notamment des femmes et des minorités visibles, nous ne pouvons pas encore parler des femmes francophones appartenant à une minorité visible comme des acteurs politiques légitimes.

Bibliographie

Bibliographie

City of Ottawa (s.d.), Mechanism for Monitoring the Ottawa Multiculturalism Policy.

City of Ottawa (s.d.), Policy on Employment Equity for Aboriginal People, People with Disabilities, Racial Minorities and Women.

Comité consultatif sur les services en français (s.d.), Rapport annuel 1993-94, Ville d’Ottawa

Fraser, Nancy (1989), Unruly Practices, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Fraser, Nancy (1995), « Pragmatism, Feminism and the Linguistic Turn », dans Feminist Contentions, s. la direction de Linda Nicholson, New York, Routledge.

Gilbert, Anne (1993), « Emploi féminin et milieu géographique : tendances hors Québec », Revue canadienne des sciences régionales, XVI, 2.

Iyer, Nitya (à paraître), « Disappearing Women : Racial Minority Women in Human Rights Cases », dans Women and the Canadian State, s. la direction de C. Andrew et S. Rodgers, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Jenson, Jane (1993), « All the World’s a Stage : Ideas, Space and Times in Canadian Political Economy », dans Production, Space, Identity, s. la direction de J. Jenson, R. Mahon et M. Bienefeld, Toronto, Canadian Scholar’s Press.

Jenson, Jane (1986), « Gender and Reproduction : Or, babies and the state », Studies in Political Economy, 20.

Pettman, Jan (1991), « Racism, sexism and sociology », dans Intersexions, s. la direction de G. Bottomley, M. De Lepenvanche et J. Martin, North Sydney, Allen and Union.

Notes

1 Après la victoire électorale du parti conservateur en Ontario (juin 1995), la loi provinciale a été abrogée.

2 Au moment d’écrire cet article, le texte de la politique était préliminaire et n’était disponible qu’en anglais.

Auteurs

Département de science politique
Université d’Ottawa
Ottawa

Département de science politique
Université d’Ottawa
Ottawa

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable