Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

Introduction

Texte intégral

1Les actes de ce colloque portant sur « Les femmes francophones et le pluralisme en milieu minoritaire », s’articulent autour de quatre thématiques : la construction identitaire, la santé et le bien-être personnel, la formation et l’éducation et enfin, le témoignage, dans une optique d’activiste. Les thématiques abordées dans le cadre de ce colloque mettent en évidence l’ampleur du champ de la recherche et la variété des registres à partir desquels se déploie le discours féministe au sein de la francophonie minoritaire canadienne.

2Dans le premier volet, les auteures s’attardent à quelques aspects clés de la construction identitaire chez les femmes. Natalie Beausoleil cherche à démontrer comment l’opacité des catégories identitaires cache la réalité multi-dimensionnelle de l’identité des femmes. Pour sa part, Christiane Bernier s’interroge sur les raisons du décalage entre les références identitaires des femmes francophones et celles mises de l’avant dans les théories classiques sur l’identité franco-ontarienne. En outre, elle réfléchit sur la place du pluralisme ethno-culturel dans le discours minoritaire franco-ontarien. De leur côté, Caroline Andrew et Mythili Rajiva examinent dans quelle mesure l’œuvre de construction identitaire des politiques d’égalité des chances de la Ville d’Ottawa aménage un espace discursif propre à légitimer l’action politique des femmes francophones appartenant aux minorités visibles. Enfin, Isabelle McKee-Allain offre une réflexion sur le rôle des femmes dans la production identitaire en Acadie à la lumière des débats récents touchant l’enseignement religieux dans les écoles francophones de cette province.

3Le deuxième volet de ce recueil de textes touche les domaines de la formation et de l’éducation. Marie-Josée Berger explore dans son article le défi que pose l’intégration au marché du travail pour les femmes francophones de minorité visible dans le contexte pluraliste ontarien. Pour sa part, Denise Lemire nous présente les obstacles que rencontrent les femmes francophones dans les programmes de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre en Ontario.

4Le volet sur la santé et le bien-être personnel s’ouvre sur un texte de Jacynthe Michaud. Elle nous offre une analyse des conditions d’émergence d’un discours féministe sur la santé des femmes au sein de l’espace public. L’auteure souligne ensuite certaines pistes d’action pour les femmes francophones en Ontario où le mouvement féministe sur la santé des femmes en est à ses débuts. Dans leur étude sur les effets de la délinquance sur le bien-être des parents selon le sexe de l’enfant et du parent, Anne-Marie Ambert et Louise D. Gagnon constatent qu’il existe une expérience existentielle qualitativement différente entre les mères et les pères des jeunes contrevenants. Ce sont les mères qui sont les plus affectées négativement et dont le bien-être physique et mental est particulièrement menacé. Enfin, Manon Lemonde et Johanne Pomerleau nous présentent un compte-rendu d’une étude sur les effets d’un programme d’entraide auprès des personnes âgées.

5Dans le quatrième et dernier volet, trois activistes francophones nous offrent chacune un témoignage décrivant leurs communautés et leurs expériences respectives. Le témoignage est une méthode de recherche que plusieurs féministes privilégient parce qu’elle offre aux femmes la possibilité de se servir de leurs expériences pour exprimer leur réalité ; cela se fait d’une façon personnelle et libre des contraintes imposées par des méthodes de recherche traditionnelles, plus structurées.

6Dans son témoignage, Jocelyn Paquette nous présente plusieurs dossiers qui préoccupent les femmes francophones du nord-ouest de l’Ontario et discute des conséquences de leur isolement linguistique. Son témoignage inclut une critique des organismes féministes de langue anglaise. Françoise Sigur-Cloutier, quant à elle, nous offre un témoignage basé sur quatre années d’expérience en tant que directrice générale de la Fédération provinciale des Fransaskoises. Elle expose aussi les conditions particulières dans lesquelles elle a travaillé pour créer un regroupement de fransaskoises et présente les résultats de ses recherches et de son travail communautaire.

7Enfin, ce volet se termine par une réflexion de Sylvie d’Augerot-Arend sur les défis que rencontrent les francophones immigrantes indépendantes lorsqu’elles optent de s’intégrer au groupe minoritaire de la société d’accueil.

8Certains textes ont fait l’objet d’un processus d’évaluation anonyme et sont identifiés par un astérisque dans la Table des matières. Nous remercions les arbitres de leur contribution à cette publication et nous vous souhaitons une lecture intéressante.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540