Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Feminist Success Stories - Célébrons nos réussites féministes

 | 
Karen A. Blackford
, 
Marie-Luce Garceau
, 
Sandra Kirby

Part IV: Healing Body and Spirit — Partie IV : Santé du corps et de l'esprit

Sous le soleil féministe en théologie

Monique Dumais

Texte intégral

Alors que des nuages de dénonciation
obscurcissaient le soleil patriarcal,
l’affirmation des femmes fait luire l’astre féministe.

  • 1 Monique Dumais est professeure de théologie et d’éthique à l’Université du Québec à Rimouski et a (...)

1Depuis plus de 20 ans, des chercheures féministes en théologie et en sciences religieuses se préoccupent d’investir un champ de réflexion qui est notoirement patriarcal, celui de la théologie1. Il est en effet apparu et devenu important que les femmes marquent des traces précises et visibles pour manifester qu’elles sont présentes et actives dans le monde de la pensée et de l’action religieuses. La féminisation d’institutions telles que la théologie chrétienne et l’Église catholique est un processus scientifique qui vise à créer et à promouvoir un espace d’expression, de valorisation et d’engagement du potentiel des femmes dans les domaines indiqués. Elle se manifeste, à mon avis, dans la présence d’écrits qui expriment explicitement la place, le rôle et les actions des femmes, dans leur quotidien comme dans leurs gestes exemplaires.

  • 2 Une subvention de recherche du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada m’a permis d’ex (...)
  • 3 Je me réfère surtout aux traditions juive et chrétienne.

2Il est clair que l’introduction du concept « expériences des femmes »2 est venue interpeller fortement certaines disciplines scientifiques étudiant les systèmes religieux en montrant des aspects nettement misogynes dans les écrits sacrés, notamment ceux de la Bible3, dans la tradition chrétienne, dans la fabrication d’un discours institutionnel et académique entièrement mâle. Les chercheures féministes ont alors tenté d’entreprendre l’exode nécessaire hors des territoires patriarcaux pour aller vers des terres nouvelles ouvertes aux expériences des femmes. La prise de parole des femmes tant dans la société que dans les églises marque le point de départ indispensable d’un périple au pays de la nouveauté. Au Québec, une « prise de conscience des femmes dans l’Église donne lieu à des prises de parole collectives qui varient en fonction d’analyses plus ou moins radicales et de stratégies d’actions diverses » (Melançon, 1989 : 17).

3Des voix de femmes se sont déjà fait entendre ; nos mères dans la foi ont témoigné. La bien-aimée du Cantique des Cantiques, Phoebée et les femmes de la Bible, Héloïse, Julienne de Norwich, Hildegarde de Bingen, Thérèse d’Avila et les femmes mystiques, Elisabeth Cady Stanton et les chercheures ont tracé des voies ; il s’agit de les retrouver, de les rendre visibles dans le désert de la société contemporaine pour que d’autres femmes puissent les suivre et se réjouir avec toutes celles qui reviennent d’exil.

  • 4 Voir à ce sujet, « Les femmes invisibles dans la théologie et dans l’Église », Concilium, no 202 ( (...)
  • 5 Voir à ce sujet le document « Ten Years of Women’s Studies at HDS », Harvard Divinity Bulletin, vo (...)
  • 6 Le Centre canadien de recherches sur les femmes et les religions publie une Lettre d’information b (...)
  • 7 Femmes et christianisme, Faculté de théologie, 25, rue du Plat - F-69002 Lyon, France.

4En effet, il est temps de sortir de l’invisibilité4. Des groupes de femmes se sont formés pour étudier la situation des femmes dans le domaine des religions. Dès 1972, surgissent dans les universités américaines, des regroupements de femmes (women’s caucus), par exemple, à Harvard Divinity School5. En 1988, on a mis sur pied le Centre canadien de recherches sur femmes et religions6, sous la direction de Elisabeth J. Lacelle. Ce Centre, localisé à l’Université d’Ottawa, a vu le jour après dix ans de travaux menés par le Groupe d’études interdisciplinaires sur femmes et religions au Canada du Centre de documentation et de nombreuses recherches à son Département de sciences religieuses. En France, la Faculté de théologie de Lyon, conjointement avec l’association Femmes et Hommes dans l’Église, dispose depuis 1986 d’un centre de recherche et de documentation sur les femmes et le christianisme7. Signalons l’existence de l’Association européenne des femmes pour la recherche théologique ; ce regroupement tenait en septembre 1989 son troisième congrès à Arnoldsheim, République fédérale allemande, sur les images de Dieu et leur rapport à la critique féministe.

5Je tenterai donc de mettre en évidence — sous le soleil — de quelle manière des théologiennes féministes, en faisant entendre leurs voix, ont réussi à tracer des routes bien marquées et significatives pour la pensée et l’action dans le domaine religieux afin d’assurer une mise en évidence fructueuse de leurs travaux. Dans une première étape, j’indiquerai que les expériences des femmes signalent le point de départ des parcours de la théologisation des féministes. Dans une deuxième étape, je montrerai la dimension critique, dénonciatrice, des discours théologiques féministes. Dans une troisième étape, je soulignerai la portée créatrice de ces discours.

Entrée en vigueur des expériences des femmes

6Christ avait déjà indiqué en 1977 que (d’expérience devenait une nouvelle norme pour la théologie » (204), pour les chercheures féministes, qu’elles soient considérées réformistes ou révolutionnaires. Schüssler Fiorenza l’a confirmé hautement en 1990 au colloque international de Concilium : « La théologie féministe commence par une réflexion critique sur l’expérience et une analyse systématique de cette même expérience. Elle cherche à écrire la théologie à partir de nos expériences et en faisant retour à nos expériences » (1986 : 21). Cette nécessité de passer par les expériences des femmes m’avait déjà marquée et j’affirmais :

Dans le domaine de la tradition judéo-chrétienne, de la science théologique, les femmes n’ont pas bénéficié de la possibilité de l’expression directe de la communication de leurs propres expériences. Elles ont dû se fier aux scribes masculins de leur temps, à une hiérarchie masculine pour découvrir ce qu’elles vivaient dans tout leur être et comment Dieu se révélait en elles et par elles. Des femmes ayant accédé plus nombreuses aux outils de la connaissance et de l’expression ne peuvent plus tolérer cette dépossession de leur propre vécu et se lancent dans la découverte, l’expérimentation et le dévoilement (pour ne pas dire révélation — lever le voile) de leurs propres expériences (Dumais, 1980 : 39).

7Dickey (1990) et Leonard (1990), deux théologiennes canadiennes, confirment ce recours aux expériences des femmes. La première tente de préciser ce qu’elle entend par « expériences des femmes ». « L’expérience des femmes est la multiplicité de choses que les femmes expérimentent à la fois individuellement et collectivement » (Dickey, 1990 : 49). Elle indique par la suite cinq façons de parler au sujet des expériences des femmes : expérience du corps, expérience socialisée (selon ce que la culture apprend aux femmes), expérience féministe, expérience historique et expériences individuelles (53).

8Quant à Leonard, elle soutient que « l’expérience a toujours été utilisée en théologie, même si sa fonction n’a pas toujours été reconnue » (1990 :143). Cependant, elle souligne qu’un profond changement s’est manifesté dans l’utilisation de l’expérience comme source de la théologie et elle a entraîné « la correction de préjugés (biais). Désormais les expériences autrefois ignorées constituent un lieu de référence (source) pour la réflexion théologique » (146). C’est reconnaître qu’« aucune théologie ne peut revendiquer l’universalité, que toutes les théologies sont politiques, formées par leur propre contexte » (146). À partir de cette nouvelle épistémologie, les expériences des femmes deviennent une importante source pour la théologie ; elles sont alors considérées comme l’expérience de l’oppression dans ses multiples formes, incluant les expériences de harcèlement sexuel et de violence, l’expérience d’être une fille, une sœur, une mère, l’expérience d’avoir un corps de femme, avec ses propres rythmes avec les menstruations et la ménopause, l’expérience de la conscientisation croissante de la sororité avec les femmes de partout. Toutes ces expériences sont reconnues comme le lieu du divin et une source d’inspiration pour la théologie (Leonard, 1990).

  • 8 Luce Irigaray a traité du « Ceci est mon corps, ceci est mon sang » dans La croyance même. Paris, (...)

9Pour ma part, ce recours aux expériences des femmes, particulièrement à la réappropriation du corps, m’a conduite à donner une interprétation des paroles de la consécration eucharistique : « ceci est mon corps, ceci est mon sang ». Ainsi, j’ai affirmé comment les femmes peuvent expérimenter le « ceci est mon corps » à travers les grandeurs et les limites de leur propre corps, les expériences du corps de l’enfant naissant, du rapprochement avec le corps de l’être bien-aimé. Quant « au ceci est mon sang », il s’interprète aisément pour les femmes comme le sang menstruel, le sang de l’accouchement ainsi que le sang de toute blessure. Cependant, l’association du sang sauveur avec celui des femmes ne va pas de soi, car le Livre du Lévitique indique que le sang des règles est un sang impur. Il m’a donc fallu faire une nouvelle interprétation : « Présente à son sang, la femme ressent le versement du sang avec sa fluidité, sa chaleur, sa lourdeur, la valeur du sang, quoi ! Du sang de Jésus au sang menstruel des femmes peut s’établir un cycle rédempteur, régénérateur et porteur de vie » (Dumais, 1983 : 66)8.

10La prise en considération des expériences des femmes constitue une étape incontournable dans l’avènement d’une théologie féministe (Dumais, 1995a) pour que l’herméneutique et l’épistémologie trouvent des pistes nouvelles dans une science déjà constituée dans un système patriarcal. Ainsi s’affirme de façon inéluctable la féminisation de l’institution du savoir qu’est la théologie.

Dimension critique, dénonciatrice

11La mise en place des expériences des femmes manifeste déjà l’aspect critique souvent dénonciateur des discours théologiques féministes. Ceux-ci veulent démasquer l’emprise d’une tradition lourdement mâle, voire patriarcale, qui s’affiche dans les discours et les pratiques religieuses. Les femmes s’y perçoivent facilement dans une situation d’enfermement, d’appropriation qui se confond assez souvent avec le refus. Daly (1985), une des penseures américaines les plus critiques vis-à-vis la tradition chrétienne, a tracé une voie pour dénoncer les aspects les plus opprimants pour les femmes. Elle a montré comment les hommes ont exercé un contrôle sur le corps des femmes, comment ils les ont enfermées dans leur définition à eux et comment ils ont sacralisé leur pouvoir pour mieux assurer leur domination. Les expériences féministes des femmes, comme le souligne Dickey (1990), contribuent à remettre en question le statu quo de la théologie traditionnelle. Elles conduisent à se demander si les femmes sont incluses ou non dans les formulations théologiques, si elles sont intégrées dans la recherche anthropologique, soit en étant consultées, soit en étant les auteures des travaux de recherche.

12La dénonciation d’un patrimoine religieux uniquement patriarcal — n’est-ce pas le sens du mot « patrimoine » qui n’inclut pas le « matrimoine » ? — s’est traduite de façon spectaculaire au Québec par une œuvre dramatique, Les fées ont soif de Boucher (1978). Cette pièce de théâtre constitue une critique très vive de l’influence du culte mariai tel qu’il a été propagé par des hommes du sacré, des célibataires mâles. L’auteure démontre comment le modèle de Marie, représenté par la statue, a contribué à présenter les femmes à la fois comme des ménagères soumises à leur mari et à leurs enfants, sans une identité bien à elles, et comme des prostituées passives, toujours disponibles pour répondre aux désirs des hommes.

13La Statue

Moi, je suis une image. Je suis un portrait.
J’ai les deux pieds dans le plâtre.
Je suis la reine du néant, je suis la porte sur le vide.
Je suis le mariage blanc des prêtres.
Je suis la moutonne blanche jamais tondue.
Je suis l’étoile des amers.
Je suis le rêve de l’eau de Javel.
Je suis le miroir de l’injustice. Je suis le siège de l’esclavage. Je suis le vase sacré introuvable.
Je suis l’obscurité de l’ignorance.
Je suis la perte blanche et sans profit de toutes les femmes.
Je suis le secours des imbéciles. Je suis le refuge des inutiles.
Je suis l’outil des impuissances.
Je suis le symbole pourri de l’abnégation pourrie.
Je suis un silence plus opprimant et plus oppressant que toutes les paroles.
Je suis le carcan des jaloux de la chair.
Je suis l’image imaginée. Je suis celle qui n’a pas de corps.
Je suis celle qui ne saigne jamais (Boucher, 1978 : 91).

14La tâche dénonciatrice de la théologie féministe constitue un premier moment important qui ne peut être escamoté. Il faut montrer les distorsions, les perversions et les oppressions pour mieux voir ce dont nous devons être délivrés, autant les hommes que les femmes. La féminisation de la théologie peut maintenant transparaître dans toutes ses dimensions créatrices.

Dimension créatrice

15Un autre moment important pour tout discours théologique féministe, c’est celui de la création. Le recours aux expériences des femmes, en autant qu’elles soient conscientisées et partagées, « fournit de nouveaux modèles, de nouvelles questions et une nouvelle évidence pour la théologie » (Dickey, 1990 :61). Il faut sortir du silence qui pèse lourdement sur les femmes et se livrer audacieusement à un travail d’innovation. Schüssler Fiorenza, dans En mémoire d’elle, évoque le « silence » qui pèse lourdement sur les femmes et qu’il faut rompre en vue d’entreprendre une reconstitution théologique féministe des origines chrétiennes.

Si le silence qui règne à propos de l’expérience historique et théologique des femmes et de leur contribution aux débuts du mouvement chrétien est engendré par les textes historiques et les publications théologiques, nous devons alors trouver le moyen de rompre le silence des textes et de tirer parti de l’historiographie et de la théologie androcentriques. Plutôt que de voir dans le texte un reflet exact de la réalité dont il parle, nous devons chercher des pistes et des allusions qui donnent des indications sur la réalité à propos de laquelle le texte reste silencieux. Plutôt que de prendre les textes androcentriques comme des « données » qui informent et des rapports précis, nous devons lire leurs « silences » comme une preuve et un signe de cette réalité dont ils ne parlent pas. Plutôt que de rejeter l’argument du silence comme un argument historique valable, nous devons apprendre à lire les silences des textes androcentriques de telle manière qu’ils nous fournissent des « pistes » qui nous permettent de rejoindre la réalité égalitaire du mouvement chrétien primitif (Schüssler Fiorenza, 1986 :79).

  • 9 La collective L’autre Parole, créée au Québec en 1976, regroupe des femmes qui se définissent comm (...)
  • 10 L’autre Parole, no 22 (octobre 1983).
  • 11 Traduction œcuménique de la Bible, La Bible. Paris, Cerf, 1989.

16Le travail de création peut s’exercer de différentes manières ; je signalerai celle de la réécriture des textes bibliques, puis celle de la mise en place d’une symbolique nouvelle ou réinterprétée. J’ai eu l’occasion d’expérimenter la réécriture des textes bibliques dans la collective L’autre Parole9. Il s’agit de prendre un texte biblique, de le repenser à travers nos expériences de femmes et de l’écrire dans une nouvelle version. La réécriture des Béatitudes en suivant la structure de Luc 6, 20-25, « Bienheureux... malheureux » a permis de cerner un certain nombre de libérations et d’oppressions vécues par les femmes. Voici, à titre d’exemples, quelques-unes de ces béatitudes10, avec la mise en parallèle du texte de la Bible11.

L’autre Parole

Évangile selon saint Luc, ch. 6, v. 20-26

Heureuses celles qui travaillent à pétrir le pain de l’autonomie, de l’égalité, de la solidarité,

v. 20 Heureux, vous les pauvres ; le Royaume de Dieu est à vous,

Ensemble, elles nourriront la terre.

v. 21 Heureux, vous qui avez faim maintenant : vous serez rassasiés.

Malheureuses celles qui sont facilement rassasiées des miettes qui tombent de la table sacrée,

v. 25 Malheureux, vous qui êtes repus maintenant : vous aurez faim.

Elles paralysent la croissance de l’Église.

Heureuses les femmes audacieusement éprises de l’Évangile de Jésus-Christ qui ont le courage d’y être fidèles plus qu’en verbe ou en pensée, mais en actes véritablement.

v. 22 Heureux êtes-vous lorsque les hommes vous haïssent, lorsqu’ils vous rejettent, et qu’ils insultent et proscrivent votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme.

Malheureuses celles qui dissocient leurs pensées, le cœur et les actes car elles ternissent la lumière de l’Évangile.

v. 23 Réjouissez-vous ce jour-là et bondissez de joie, car voici, votre récompense est grande dans le ciel ; c’est en effet de la même manière que leurs pères traitaient les prophètes.

Malheureuses celles qui se taisent pour « avoir la paix »,

Car elles entretiennent l’oppression.

Heureuses les victimes du pouvoir patriarcal qui trouvent dans la violence qu’elles ressentent la force de bâtir la paix.

v. 24 Mais, malheureux, vous les riches, vous tenez votre consolation.

Heureuses vous les femmes bafouées à cause de vos prises de parole,

v. 25 Malheureux, vous qui riez maintenant : vous serez dans le deuil et vous pleurerez.

Par votre ténacité, la libération se construit.

Malheureuses serez-vous lorsque vous vous laisserez séduire par un discours qui vous dépossédera du sens de votre lutte.

v. 26 Malheureux êtes-vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous : c’est en effet de la même manière que leurs pères traitaient les faux prophètes.

  • 12 L’autre Parole, no 31 (décembre 1986).
  • 13 Traduction œcuménique de la Bible. À noter qu’il est difficile de suivre exactement le texte.

17Les récits de la création de la Genèse ont été aussi revus par la collective L’autre Parole. Les femmes n’ont-elles pas quelque chose à dire sur les débuts du monde, alors que plusieurs d’entre elles connaissent des grossesses et donnent naissance ? Il y a deux récits de la création dans la Genèse ; nous, nous en avons esquissé quatre selon notre générosité coutumière. Je ne retranscris que l’un12 de ces quatre récits avec, en parallèle, le texte de la Bible13.

L’autre Parole

La Genèse, chap. 1, v. 1-27

À l’origine est l’Amour
cette énergie créatrice
cette lumière jaillissante
qui anime des femmes,
des hommes libres.

v. 1 Lorsque Dieu commença la création du ciel et de la terre, la terre était déserte et vide, et la ténèbre à la surface de l’abîme ; le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.

v. 3 et Dieu dit : « Que la lumière soit ! Et la lumière fut ».

Mais cet amour
s’est obscurci,
s’est détérioré
dans des relations de domination
entre les humains,
entre les hommes et les femmes.

v. 27 Dieu créa l’homme à son
image, à l’image de Dieu il le créa, mâle et femelle il les créa.

Chaque lutte
pour recouvrer notre dignité de femme,
pour modeler notre identité,
pour déployer notre autonomie,
annonce une aube nouvelle
et ouvre un jardin
tout rempli
d’arbres chargés
des fruits de la plénitude.

(Le deuxième récit, chap. 2, v. 4 à chap. 3, v. 24, raconte la création de l’homme et de la femme, leur faute commune et l’expulsion hors du jardin d’Éden.)

18Les symboliques ont besoin d’être repensées et réinventées pour mieux inclure les expériences des femmes et des hommes. La symbolique phallique doit être remise en question ; il importe de trouver des voies autres que celles de la compétition, de la rivalité. L’exploration de nouvelles avenues n’est pas si simple. Sur le plan des formes, faut-il privilégier la rondeur plutôt que la hauteur ? L’observation de statuettes représentant des déesses-mères nous y inviterait. Une exposition « Idoles » à la galerie À la reine Margot, à Paris, du 22 novembre 1990 au 28 février 1991, a mis en valeur cette variété de statuettes qui se sont multipliées vers le troisième millénaire :

en ces grottes de notre préhistoire, apparaît à Lespugne une « idole » féminine, toute gonflée de multiples fécondités, avec l’amorce de sinuosités rétrécissant le sommet de la tête et le bas des jambes, comme plus tard dans les idoles d’Amlash ou des Cyclades. (...) La plupart de nos idoles évoquent la féminité, par des courbes porteuses de vie ou de lait nourricier » (Lewis-Rodis, 1990 : 4).

  • 14 Voir à ce sujet, Paul Beauchamp, L’Un et l’Autre Testament. Essai de lecture. Paris, Seuil, 1979. (...)

19La représentation de Dieu est en cause. Dans nos traditions juive, islamique et chrétienne, Dieu est surtout perçu selon des attributs mâles, le monothéisme s’étant érigé en combattant les divinités féminines. Dans tous les écrits qu’elle a consacrés à l’étude des documents primitifs, Stone (1979) a su dénoncer la répression qui a sévi contre toutes indications culturelles de la Grande Déesse. Nous nous sentons maintenant la responsabilité de nous demander : « Comment sortir Dieu du ghetto masculin ? » (Dumais, 1989). Déjà des images de Dieu comme une femme se trouvent dans l’Un et l’Autre Testament (belle expression de Beauchamp14) ; il s’agit de leur redonner leur dynamisme vital en même temps que d’élargir leur capacité signifiante. Ramey Mollenkott (1983) a fait un tour remarquable des différentes expressions de Dieu au féminin dans la Bible. D’autres théologiennes féministes, comme Radford Ruether (1987) et Schüssler Fiorenza (1986), ont travaillé « à rendre possible une appropriation de la figure de Jésus de Nazareth qui soit positive pour les femmes » (Melançon, 1990 : 197). Un retour aux sources, au Jésus des Synoptiques, permet de voir qu’il y a eu des altérations importantes dans la tradition : Jésus n’a pas prôné un messianisme davidique, il se situe dans le courant prophétique, dénonçant toute domination sur les êtres humains. Si l’avènement du salut en Jésus était repensé à travers les expériences des femmes, nous pourrions prendre au sérieux que « la souffrance féminine puisse être le lieu de révélation du divin et le paradigme du salut » (Melançon, 1990 : 206). Ainsi, Radford Ruether rapporte le témoignage d’une femme violée qui a expérimenté, à travers l’agonie qu’elle a vécue, la vision du « Christ comme une femme crucifiée » (1987 : 146-147).

20Des symboles déjà utilisés, tels que l’eau, la terre, le lait, le miel et les produits de la terre, peuvent être réinvestis d’une manière autre, dans leur force vitale et leur puissance évocatrice à travers les expériences des femmes. Les symboles ont des possibilités multiples de signifier ; les femmes sont donc invitées à contribuer à cette transmission de sens.

Conclusion

Un soleil nouveau a resplendi grâce aux paroles des femmes ; une vitalité inédite s’annonce.

  • 15 Dans le livre publié sous la direction de Denise Veillette (1995), nous trouvons 1 328 orientation (...)

21Les réflexions et les argumentations des féministes sont entrées dans le champ théologique pour y rester, espérons-le. Elles apportent des transformations importantes dans ce domaine de la pensée qui a été surtout monopolisé par des ecclésiastiques de sexe masculin. Elles ont créé leur espace d’expression : les ouvrages scientifiques sur les femmes et la religion ne cessent de s’accroître, les bibliographies en témoignent largement15.

22Un changement important de paradigme s’est amorcé dans les études contemporaines de la religion à la fois en théologie et dans les études religieuses, affirme King (1995). Il remet en question les prétentions de la connaissance à l’universalité, à l’objectivité et à la neutralité telles que proposées par des millénaires de culture patriarcale. Pour sa part, Veillette (1995) conclut que les femmes, en passant de l’occultation de leur discours à une présence d’influence, « changent la dynamique du champ religieux » (248). Les femmes ont donc osé, de façon audacieuse, parfois intempestive, se frayer des routes. Même si leurs voix sont de plus en plus nombreuses et variées, force est de constater que leur influence n’est pas devenue majeure. Seules la ténacité et la persévérance des femmes pourront assurer l’avènement de voies nouvelles dans l’academia qui a encore des allures majoritairement masculines.

  • 16 Voir Caron (1991). Notons qu’il existe au Québec un regroupement Femmes et ministères qui s’intére (...)

23Du côté de l’Église, une étude menée sur les femmes et le pouvoir dans l’Église catholique au Québec (Caron, 1991) a montré que, malgré leur présence très active dans les différentes tâches ecclésiales, les femmes ne participent pas réellement au pouvoir. Celles-ci se limitent souvent à des revendications, qui proviennent surtout de quelques groupes davantage conscientisés et politisés (Caron, 1991)16. La voie de salut semble résider particulièrement dans le regroupement des femmes et dans leur communion avec l’ensemble des femmes. En effet, il apparaît que les femmes, en dépit même de leurs qualifications, ne pourront accéder à un réel statut d’égalité dans l’Église que dans la mesure où elles pourront se regrouper entre elles et en communion avec l’ensemble des femmes qui représentent une proportion toujours plus importante des membres actifs de cette institution pour constituer une « ekklèsia des femmes », au sens où l’entend Schüssler Fiorenza (1986 : 250).

  • 17 Lettre du pape Jean-Paul II aux femmes, 29 juin 1995.

24Le succès de la féminisation ne sera durable qu’en autant que s’exercera une vigilance constante sur les acquis dans les transformations des discours théologiques et sur les avancées dans les communautés ecclésiales. Il implique aussi une détermination à ne pas céder sur les revendications des femmes qui sont toujours d’une grande actualité. Quand on parle d’une « synergie entre femmes et religion », c’est toujours en incluant une grande espérance, car les succès demeurent très relatifs : « Argumentations, recherches, publications, colloques, célébrations, engagements, forment un cercle dynamique qui devrait s’inscrire de façon permanente dans les traditions religieuses » (Dumais, 1995b : 64). Ainsi, dans sa Lettre aux femmes du monde entier, à l’occasion de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Beijing, Jean-Paul II rend hommage aux femmes pour leurs contributions qui ne sont pas inférieures à celles des hommes, mais dans des conditions souvent plus difficiles, et il exprime son regret pour la « responsabilité objective de nombreux fils de l’Église » qui a pu entraîner la marginalisation et l’asservissement des femmes17. Cette Lettre a soulevé diverses réactions chez les chercheures préoccupées de l’avancement des femmes dans l’Église ; les quelques pas positifs apparaissent rapidement comme des moyens de modérer les élans des femmes ; donc, ils sont jugés non satisfaisants (Couture, 1995 : 11). Il n’en demeure pas moins que le mouvement de reconnaissance effective et efficace de la participation des femmes en théologie et dans l’Église semble enclenché et devrait se poursuivre dans les différentes sphères sociales et ecclésiales.

Bibliographie

Bibliographie

Boucher, Denise (1978), Les fées ont soif Montréal, Intermède.

Caron, Anita (collectif sous la dir. de) (1991), Femmes et pouvoir dans l’Église, Montréal, VLB, coll. Études québécoises.

Christ, Carol (1977), « The new feminist theology : A review of the literature », Religious Studies Review, vol. 3, no. 4, 203-212.

Couture, Denise (sous la direction de) (1995), Les femmes et lÉglise suivi de Lettre du pape Jean-Paul II aux femmes, Montréal, Fides, (Débats de l’Église).

Daly, Mary (1985), Beyond God the Father : Toward a Philosophy of Women’s Liberation, Boston, Beacon Press.

Davis Finson, Shelley (1991), Women and Religion ; Bibliographic Guide to Christian Feminist Liberation Theology, Toronto, University of Toronto.

Dickey Young, Pamela (1990), Feminist Theology/Christian Theology, Minneapolis, Fortress Press. Les extraits sont traduits par Monique Dumais.

Dumais, Monique (1980), « Expériences des femmes et théologie », Women as Persons. La femme en tara que personne, Resources for Feminist Research/Documentation sur la recherche féministe, Fall 1980, 39-42.

Dumais, Monique (1983), « Femmes faites chair », dans La femme, son corps, la religion, sous la dir. de Elisabeth J. Lacelle, 52-70, Montréal, Bellarmin (Femmes et Religions, 2).

Dumais, Monique (1989), « Sortir Dieu du ghetto masculin », Souffles de femmes. Lectures féministes de la religion, sous la dit de Monique Dumais et Marie-Andrée Roy, 135-146, Montréal, Éditions Paulines.

Dumais, Monique (1995a), « Le concept « expériences des femmes » dans l’avènement d’une théologie féministe », dans Gentler, Genre and Religion. Feminist Reflections, sous la dir. de Morny Joy et Eva K. Neumaier-Dargyay, 83-99, Waterloo, Wilfrid Laurier University Press for the Calgary Institute for the Humanities.

Dumais, Monique (1995b), « Synergie : femmes et religion au Québec depuis 1970 », Religiologiques, no 11, printemps, 51-64.

King, Ursula (1995) (ed.), « Introduction and the Study of Religion », dans Religion and Gender, 31-38, Oxford UK and Cambridge USA, Blackwell.

Leonard, Ellen (1990), « Experience as a source for theology : A Canadian and feminist perspective », Studies in religion/Sciences religieuses, vol. 19, no 2,143-162. Les extraits sont traduits par Monique Dumais.

Lcwis-Rodis, Geneviève (1990), Idoles. Au commencement était l’image, Paris, À la reine Margot.

Melançon, Louise (1989), « La prise de parole des femmes dans l’Église », dans Souffles de femmes. Lectures féministes de la religion, sous la dir. de Monique Dumais et Marie-Andrée Roy, 15-27, Montréal, Éditions Paulines.

Melançon, Louise (1990), « Quelle figure du Christ pour une théologie non-sexiste ? » dans Jésus Christ universel ? sous la dit. de Jean-Claude Petit et Jean-Claude Breton, 197-208, (Héritage et projet, 44), Montréal, Fides.

Radford Ruether, Rosemary (1987), « Feminism and Jewish-Christian Dialogue », dans The Myth of Christian Uniqueness. Toward a Pluralistic Theology of Religions, sous la dir. de J. Stick et P.F. Knitter, 140-147, New York, Orbis Books.

Ramey Mollenkott, Virginia (1983), The Divine Feminine. The Biblical Imagery of God as Female, New York, Crossroad.

Schüssler Fiorenza, Elisabeth (1986), En mémoire d’elle. Essai de reconstruction des origines chrétiennes selon la théologie féministe, Traduction de In Memory of Her par Marcelline Brun, Paris, Cerf.

Stone, Merlin (1976), The Paradise Papers, London, Virago Ltd, Traduction en français (1979) sous le titre Quand Dieu était femme, Montréal, L’Étincelle.

Veillette, Denise (dir., de publ.) (1995), Femmes et religions, collection Études sur les femmes et la religion/Studies in women and religion, no 1, Corporation canadienne des sciences religieuses/Canadian Corporation for Studies in Religion, Québec, Presses de l’Université Laval.

Notes

1 Monique Dumais est professeure de théologie et d’éthique à l’Université du Québec à Rimouski et a mené depuis 20 ans des recherches sur les femmes et la religion ainsi que sur l’éthique dans les discours féministes. Elle a publié, avec Marie-Andrée Roy, Souffles de femmes (1989), puis Lectures féministes de la religion (1992), Les droits des femmes (1992) et Femmes et pauvreté (1998) (Montréal, Médiaspaul, coll. Interpellations).

2 Une subvention de recherche du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada m’a permis d’explorer l’utilisation du concept « expériences des femmes » en théologie. L’Institut canadien de recherches sur les femmes a publié, en 1993, Diversité des utilisations féministes du concept expériences des femmes en sciences religieuses, Ottawa, Les Documents de l’ICREF/The CRIAW Papers, no 32.

3 Je me réfère surtout aux traditions juive et chrétienne.

4 Voir à ce sujet, « Les femmes invisibles dans la théologie et dans l’Église », Concilium, no 202 (1985).

5 Voir à ce sujet le document « Ten Years of Women’s Studies at HDS », Harvard Divinity Bulletin, vol. XIV, no. 2 (déc. 1983-jan. 1984).

6 Le Centre canadien de recherches sur les femmes et les religions publie une Lettre d’information bilingue que l’on peut obtenir en écrivant à : Sciences religieuses, 177, Waller, Ottawa, Ontario, KIN 6N5, Canada.

7 Femmes et christianisme, Faculté de théologie, 25, rue du Plat - F-69002 Lyon, France.

8 Luce Irigaray a traité du « Ceci est mon corps, ceci est mon sang » dans La croyance même. Paris, Galilée, 1983.

9 La collective L’autre Parole, créée au Québec en 1976, regroupe des femmes qui se définissent comme chrétiennes et féministes. Elle publie une revue quatre fois par année, tient un colloque annuel et fête en 1996 son vingtième anniversaire d’existence. J’ai le bonheur d’être une des quatre cofondatrices.

10 L’autre Parole, no 22 (octobre 1983).

11 Traduction œcuménique de la Bible, La Bible. Paris, Cerf, 1989.

12 L’autre Parole, no 31 (décembre 1986).

13 Traduction œcuménique de la Bible. À noter qu’il est difficile de suivre exactement le texte.

14 Voir à ce sujet, Paul Beauchamp, L’Un et l’Autre Testament. Essai de lecture. Paris, Seuil, 1979. Expression découverte grâce à Paul Ricœur, Soi-même comme un autre. Paris, Seuil, 1990, p. 36.

15 Dans le livre publié sous la direction de Denise Veillette (1995), nous trouvons 1 328 orientations bibliographiques sur le sujet en titre. Soulignons également le travail de référence bibliographique de Ursula King (1995).

16 Voir Caron (1991). Notons qu’il existe au Québec un regroupement Femmes et ministères qui s’intéresse spécifiquement à la participation des femmes dans l’Église.

17 Lettre du pape Jean-Paul II aux femmes, 29 juin 1995.

Auteur

Professeure de théologie et d’éthique, Université du Québec à Rimouski

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable