Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Feminist Success Stories - Célébrons nos réussites féministes

 | 
Karen A. Blackford
, 
Marie-Luce Garceau
, 
Sandra Kirby

Part IV: Healing Body and Spirit — Partie IV : Santé du corps et de l'esprit

Healing Body and Spirit

Santé du corps et de l’esprit

Texte intégral

1Elsy Gagné présente un texte qui oscille entre deux questions chères aux femmes canadiennes. À qui appartient-il de décider de la méthodologie à utiliser lorsqu’il s’agit de féminiser l’institution médicale « masculinisée » ? À qui appartient-il de se soucier des femmes dont le corps a été amputé suite à une chirurgie majeure et mutilante? À la première question, l’auteure répond en disant que la recherche médicale, à tendance positiviste, promeut la supériorité des approches quantitatives qui conduisent souvent à des conclusions décontextualisées du vécu des femmes. À la seconde, Gagné indique que l’institution médicale est peu apte à reconnaître les problèmes sociaux vécus par les femmes, tout particulièrement lorsqu’elles ont subi une chirurgie majeure comme la mastectomie.

2Pour contrer ces phénomènes, Gagné montre l’importance de faire de la recherche féministe ancrée dans la pratique quotidienne des femmes afin d’humaniser les services et les soins de santé et d’offrir une puissance explicative à un phénomène social complexe. Privées de soutien de la part de l’institution médicale et privées d’une meilleure connaissance de leur qualité de vie de la part de la santé communautaire, les Franco-Manitobaines se sont parlées, regroupées et entraidées afin d’absorber le choc de la maladie et de passer de l’état de maladie à celui de la santé. Gagné offre un bon exemple de la féminisation de la recherche et d’une pratique médicale non traditionnelle et montre que les femmes expliquent l’importance non seulement de se prendre en main, mais surtout d’interpeller l’institution médicale à partir de leurs expériences.

3Monique Dumais constate que la tradition religieuse, monopolisée par des ecclésiastiques masculins, est source d’invisibilité et d’inégalité pour les femmes catholiques et que la théologie a déclaré juste et salutaire la condition subalterne des femmes. Historiquement dépossédées de leur propre vécu, elles ont été écartées du discours et, devant l’autorité de la théologie patriarcale, il ne leur restait plus qu’à s’incliner. La prise de parole des femmes dans le domaine des religions et, tout particulièrement au sein de l’église catholique, est le point de départ indispensable afin de les sortir de leur invisibilité millénaire. Relire les écrits théologiques en reconnaissant l’oppression des femmes dans ses multiples formes et donner une interprétation féministe aux paroles bibliques et évangéliques permettent de montrer, comme le souligne Dumais, les distorsions, les perversions ou encore les oppressions pour mieux voir ce dont les femmes doivent être délivrées. Ancrée dans le vécu et les expériences des femmes, la réécriture de ces textes permet de revoir les symboliques phalliques et de dénoncer toute domination des êtres humains à la lumière de nouvelles expériences, de nouvelles évidences et de nouveaux modèles, ceux des femmes. Monique Dumais invite les femmes à contribuer à une nouvelle transmission du sens de la théologie patriarcale par la prise de parole et par l’intégration de thèmes tels autonomie, égalité, solidarité, dignité, identité, croissance et libération, etc., dans la relecture des textes bibliques et évangéliques. Elle les incite aussi à constituer une « ékklèsia de femmes » afin qu’elles puissent accéder à un réel statut d’égalité. Le succès des femmes n’a d’égal que leur vigilance et leur détermination à ne pas céder dans les domaines qui sont d’actualité pour les femmes.

4Ineffective social change organizations are the source of women’s oppression that educator and researcher Sandra Laiken addresses. Her concern is that, without more effective feminist models, organizational patterns intended as alternatives to hierarchy within non-profit organizations sometimes have the unwanted outcomes of hidden and, therefore, problematic decision-making structures, conflict, and negative self-defeating media attention. Since she is using the example of a particular sexual assault treatment centre, publicly funded but administered by a volunteer board of directors, she is alerting us to oppression in the voluntary sector and the state as well as in families where domestic violence occurs. Her article outlines various program observations and suggestions she made as joint consultant to an urban sexual assault centre.

5Coholic and Prévost locate oppression in perpetrators of abuse against children, and in a social system which frequently fails to effectively support and women who are survivors of childhood abuse. A generic community service agency in a Northern Ontario city which failed to identify and provide for the needs of women survivors of childhood abuse is the focus of this article. The authors write as social workers who introduced consciousness-raising and assertiveness training for women survivors of abuse. Their work as insiders, in conjunction with a progressive change in government policy, empowered women and transformed the larger agency within which they were situated.

6Feminizing is one outcome of what Black women in Nova Scotia achieved through their work in Baptist churches. Bernice Moreau is a Caribbean-born feminist and religious activist who explored the lives of Black women in Nova Scotia in her doctoral research. She explains how women established ways for members of the Black community to throw off poverty and racism, and, in the process, they empowered themselves. The spiritual elements of their pathway to change were faith, hope, and love. As teachers of reading and leaders of community change, these women used their literacy skills and strong beliefs to educate church leaders, build schools, and improve the lives of Black people in Nova Scotia.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540