Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Feminist Success Stories - Célébrons nos réussites féministes

 | 
Karen A. Blackford
, 
Marie-Luce Garceau
, 
Sandra Kirby

Part III: Reinventing Ourselves at Any Age — Partie III : Réinventons nos vies

Place aux actrices sociales ! Les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans

Marie-Luce Garceau

Texte intégral

1En Ontario français comme ailleurs, nombreuses sont les féministes qui ont montré l’androcentrisme de la recherche dans l’ensemble des disciplines. Assimilées à tout prix dans un savoir qualifié d’objectif et de général, les femmes se sont opposées à des traditions scientifiques qui les empêchent de s’ancrer dans de nouveaux modes de lecture et d’interprétation du réel. Constatant le peu de place qu’on leur accorde, les femmes de l’Ontario français s’insurgent contre l’engendrement d’un savoir masculin qui oublie leur existence.

2Depuis le milieu des années 1980, les travaux scientifiques des chercheures, tout comme l’action soutenue des intervenantes féministes et des organismes revendiquant l’égalité et l’équité des femmes, contribuent au redressement de cette situation (Garceau, 1995). Les femmes se donnent une vont et des voies pour se sortir de l’invisibilité, voire de l’indifférence dans laquelle elles ont été plongées. Les féministes multiplient, par leurs propres pratiques, les regards, les lieux de réflexion et d’intervention, et montrent qu’il n’est plus possible de penser le monde sans leur présence. Au moment où les questions et les connaissances féministes s’accumulent, les femmes de l’Ontario français font connaître et reconnaître comme légitime leur propre regard sur l’histoire, sur leurs histoires.

  • 1 La Fédération des femmes canadiennes-françaises de l’Ontario, fondée en 1918, est un organisme pro (...)

3C’est dans ce contexte qu’est né le projet de recherche-action sur la qualité de vie des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans de la Fédération des femmes canadiennes-françaises de l’Ontario1 (FFCFO). En 1989, dans la foulée du mouvement des femmes de l’Ontario français, et tout particulièrement dans cette volonté de la part des femmes de faire la lumière sur les conditions de vie des Franco-Ontariennes, la FFCFO a entrepris une vaste enquête de type recherche-action. Confinées à l’univers domestique et à leur rôle de mère, les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans étaient demeurées invisibles trop longtemps.

4En m’appuyant sur cet exemple, je présenterai l’origine de cette recherche-action. Je discuterai brièvement des raisons qui ont poussé la FFCFO et surtout le comité de recherche-action à adopter un point de vue féministe pour procéder à l’enquête. Par la suite, à l’aide de la méthodologie utilisée dans le projet, je montrerai les principales phases du projet. On verra alors comment le comité a procédé afin de dépasser l’engendrement d’un savoir fondé sur un petit groupe pour l’étendre à l’ensemble de la population des femmes de 45 à 64 ans de l’Ontario français. Finalement, la recherche-action, telle qu’elle a été vécue par les membres du comité, est une démarche d’empowerment, c’est-à-dire de transformation des conditions individuelles et sociales. En ce sens, je présenterai ces transformations parce qu’elles montrent, tout comme la méthodologie empruntée et les résultats de l’enquête, la réussite de ce projet.

Origine du projet de la FFCFO

5La FFCFO recrute la plupart de ses membres parmi les Franco-Ontariennes de 45 ans et plus. En Ontario français, la FFCFO est l’une des plus importantes organisations représentant les femmes de cette tranche d’âge. C’est pour ces raisons qu’il est important de souligner qu’à l’origine du projet de recherche-action correspondent deux objectifs principaux pour les membres de la FFCFO. D’abord, il s’agit de rendre visibles les conditions de vie des femmes âgées de plus de 45 ans et, deuxièmement, d’obtenir une reconnaissance sociale et économique en leur nom.

6Pour ce faire, la FFCFO a adopté d’emblée un parti pris en faveur des femmes et du changement social (Dagenais, 1994) et, par extension, s’est engagée dans le projet avec une orientation féministe. Pour la FFCFO, cette prise de position marque un tournant idéologique que l’on peut retracer en faisant l’histoire de cette association. Ce retour historique permettra de contextualiser l’ensemble des activités du comité de recherche-action durant les trois ans qu’a duré le projet. La plupart des femmes qui ont œuvré dans ce projet étant membres de cette association, elles ont donc participé à ce virage idéologique et leurs actions s’inscrivent dans la continuité de l’histoire de la FFCF puis de la FFCFO.

Quelques bribes d’histoire

7Fondée en 1914, l’association, alors appelée la Fédération des femmes canadiennes-françaises (FFCF), fut l’une des principales organisations bénévoles féminines de l’Ontario français. Bien qu’ayant ses principales assises en Ontario, la FFCF avait atteint, durant la période 1946 à 1975, une envergure nationale puisque son organisation avait étendu ses ramifications au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan. Son histoire permet d’éclairer certains pans du développement de l’action bénévole féminine, des luttes des femmes et des divers courants du féminisme qui l’ont traversée.

  • 2 En 1954, l’objectif de la FFCF est de conserver intacts et inviolables la foi robuste, le parler a (...)

8Dans cette histoire, il est possible de distinguer deux grandes périodes significatives dans le développement de la FFCF. La première période s’étend de la Première Guerre mondiale aux années 1975. Les bénévoles de la FFCF s’occupent alors principalement d’œuvres caritatives et religieuses. Leur bénévolat est teinté d’une orientation traditionnelle, empreinte de valeurs religieuses et de féminisme maternel, comme le précise Brunet (1992)2.

Le féminisme maternel caractérise le début du siècle et les femmes justifient leur intrusion dans les sphères d’activités traditionnellement masculines en soutenant que leurs activités et les qualités qui les rendent si précieuses au foyer peuvent profiter à l’ensemble de la société. (212-213).

9La FFCF et ses membres ne questionnent pas les stéréotypes concernant les rôles dévolus aux femmes et aux hommes. L’association valorise la notion de complémentarité entre les sexes au détriment de celles de l’équité et de l’égalité. Cette complémentarité sanctionne l’imagé des femmes en tant qu’épouses, mères, éducatrices, servantes de la paroisse et gardiennes de la langue française ainsi que de la culture et de la patrie canadiennes-françaises. Ainsi, selon les exigences du moment, l’organisme privilégie l’action, tantôt dans les œuvres caritatives et les revendications sociales ayant trait au mieux-être des femmes dans une perspective d’extension de leur rôle maternel, tantôt dans le travail patriotique de la défense de la nation canadienne-française.

10La seconde période de l’histoire de la FFCF s’étend de 1975 jusqu’à aujourd’hui et représente un tournant important pour l’association. Suite à la Commission d’enquête sur le statut de la femme au Canada (Commission Bird) et à la création de conseils consultatifs sur la situation de la femme, la FFCF prend un virage et oriente ses interventions vers les questions touchant l’égalité des femmes. Dans un mémoire soumis à la Commission Bird, la FFCF formule des propositions sur l’égalité des chances des femmes en matière d’éducation, d’impôts, de droits civils, de santé et de droits politiques (Desjardins, 1991).

11Comment expliquer un tel retournement dans l’orientation de l’organisme ? En 1975, le féminisme maternel, qui avait orienté jusqu’alors l’association et ses activités bénévoles, ne répondait plus aux aspirations de certains groupes de la FFCF. L’expansion provinciale et nationale de la FFCF, accomplie durant la période de 1946 à 1975, avait suscité de nombreux espoirs parmi les groupes de femmes de toutes les provinces. Elles prenaient conscience de leur poids politique. De plus, une enquête interne sur l’organisation révélait un vieillissement de ses membres, une difficulté de recruter de nouveaux membres, un besoin pressant de pouvoir offrir de l’information et de la formation aux femmes francophones et, enfin, la nécessité pour la FFCF d’élargir ses champs d’intérêts (Desjardins, 1991). Bref, on a vu poindre au sein de cette organisation un courant prônant un féminisme égalitaire. Cette lutte interne a conduit au schisme de 1985 quand la FFCF se scinde en deux groupes, dont l’un reprend à son compte l’idée de la mise sur pied d’un réseau national de femmes de langue française.

12Ainsi, en 1985, la Fédération nationale des femmes canadiennes-françaises (FNFCF) voit le jour. Ce nouvel organisme qui chapeaute des associations militantes tant nationales que provinciales, adopte une orientation nettement féministe et cherche activement, par ses revendications, une plus grande visibilité au plan politique. Par ailleurs, après une période de deux ans de réflexion et de nombreuses tergiversations quant à sa survie, on assiste en 1987 à la création d’un palier provincial connu sous le nom de Fédération des femmes canadiennes-françaises de l’Ontario (FFCFO), lequel regroupe divers groupes locaux de cette province. Cette association provinciale tente alors de concilier l’inconciliable.

  • 3 Ce nouveau mandat a été adopté le 8 novembre 1987 dans le cadre d’une assemblée générale extraordi (...)

13Tout en désirant attirer de plus jeunes femmes et ainsi renouveler ses membres, elle favorise un engagement politique timide, ce qui nuit considérablement à l’effort d’intégration de jeunes femmes plus militantes ou aux vues politiques bien arrêtées. Force est d’admettre que la FFCFO représente actuellement les femmes plus âgées et que celles-ci forment la majeure partie de ses membres. Par ailleurs, pour les membres de la FFCFO, l’idéologie traditionnelle et le féminisme maternel demeurent toujours une conviction bien enracinée, malgré une ouverture certaine vers un féminisme égalitaire. Ainsi, au sein même de l’association, on assiste à un perpétuel tiraillement entre ces deux courants de pensée. Par exemple, les dossiers défendus par la FFCFO répondent au nouveau mandat qu’elle s’est donné lors de sa création, soit d’agir en tant qu’organisme de sensibilisation auprès des femmes et de susciter tout changement permettant de favoriser l’expansion de la culture et de la langue françaises, de promouvoir l’égalité pour les femmes et d’édifier une société plus juste (FFCFO, 1994)3.

14Un tel mandat tend à indiquer une adhésion au courant du féminisme égalitaire. De plus, le palier provincial affirme davantage sa présence au sein du mouvement des femmes, en épousant la cause et les revendications en faveur de l’autonomie et de l’égalité des femmes et en supportant les revendications et les luttes d’autres groupes de femmes ou groupes féministes. Par contre, les membres des organisations locales affichent leur présence de façon plus traditionnelle comme femmes et francophones au sein d’associations locales et paroissiales et continuent à œuvrer au mieux-être des personnes démunies et aux œuvres caritatives.

15C’est au cœur de ce tiraillement qu’est né le projet de recherche-action. Comme le palier provincial de la FFCFO et son conseil d’administration devaient mettre en œuvre ce nouveau mandat, ils se sont donnés comme objectif d’initier et de coordonner des actions collectives pour améliorer la qualité et les conditions de vie des femmes francophones de la province. Plus particulièrement, le palier provincial a retenu l’idée lancée par ses membres, lors de son assemblée générale de 1987 : faire un portrait de la situation globale des femmes de 45 ans et plus de l’Ontario français afin, d’abord, de la connaître, puis de contribuer à son amélioration.

Phases du projet

16Pour passer de l’idée à la réalisation d’un tel projet, la FFCFO a embauché une coordonnatrice. Suite à des discussions avec divers groupes féminins et organismes subventionnels, la FFCFO a choisi de privilégier le modèle de la recherche-action. N’étant pas familière avec cet axe de recherche, la FFCFO s’est adjoint les services d’une chercheure et d’un chercheur universitaires, parce que ces personnes possédaient l’expertise nécessaire pour assurer que l’enquête offrirait des données empiriques solides sur les femmes de cette tranche d’âge. Ces trois personnes formaient le comité des chercheures.

17Parallèlement, suite à un appel lancé par le palier provincial auprès des groupes locaux de la FFCFO, quatorze femmes, appartenant pour la plupart à ce groupe d’âge, éprouvant un vif intérêt pour l’amélioration des conditions de vie des femmes et ayant une bonne connaissance de leur milieu, se sont engagées, pour une période de trois ans. Elles formaient le comité de recherche-action. Les comité des chercheures et de recherche-action étant en place, toutes se sont alors mises au travail afin d’établir les grandes orientations du projet de recherche-action.

18Toutes ces femmes d’expériences et de trajectoires inestimables de vie témoignent de multiples réalités. Ainsi, dès la première rencontre, les femmes du comité de recherche-action ayant, pour la plupart, entre 45 à 64 ans, ont choisi de se servir d’elles-mêmes, de leurs expériences personnelles, de leurs connaissances des femmes de cette tranche d’âge fournies par leur implication dans leur milieu, pour construire le cadre de la recherche et le questionnaire qui a servi à la cueillette des données auprès d’un échantillon à l’échelle provinciale.

19Ce choix de méthode de travail a orienté les trois phases du projet qui a débuté à l’automne 1989 pour se terminer au printemps 1992.

Phase I : formation et élaboration des objectifs

20La première phase correspond à deux objectifs principaux : la formation à la recherche et l’élaboration des objectifs de la recherche.

Formation à la recherche

21Les femmes du comité de recherche-action n’ayant que peu de connaissances en matière de recherche ou de recherche-action, elles se sont d’abord initiées au processus de recherche et à la technique du sondage. Il a donc fallu que les chercheures prennent le temps nécessaire pour leur expliquer ce processus afin que la recherche-action ait réellement un caractère collectif, c’est-à-dire que le projet, dans toutes ses phases, se déroule sous leur contrôle et qu’il soit effectué en collaboration avec toutes les personnes concernées. Il s’agissait donc d’expliquer clairement les conditions de réalisation d’une recherche afin que le comité de recherche-action comprenne bien l’ampleur du travail à venir.

  • 4 Il s’agit de La coopérative Convergence à Ottawa.

22Le processus d’initiation à la recherche étant lourd, simultanément, une firme de consultantes a été embauchée par la FFCFO afin de procéder à la recherche documentaire et de données statistiques sur les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans4. Les résultats de cette recension ont été soumis au comité de recherche-action afin qu’elles puissent développer un cadre théorique minimal pour la recherche. En fait, ils ont surtout permis au comité de se rendre compte que si l’on pouvait dénombrer statistiquement les femmes de l’Ontario français ou connaître leur profession et certaines de leurs conditions de travail, on ne savait rien des autres aspects de leur vie. Les femmes du comité de recherche-action ont ainsi vite compris qu’elles devaient construire la majeure partie de leur canevas de recherche pour procéder à une telle enquête.

  • 5 Dans l’économie générale du projet, nous n’aurions pu faire autrement. Toutefois, lors du processu (...)

23Même si en recherche-action le cadre théorique, la problématique, les objectifs et les hypothèses doivent être définis à partir du vécu et des connaissances des personnes qui en font partie, cette méthode a présenté certaines limites dans le projet. De façon générale, ces étapes demandent aux habitués de la recherche un investissement en terme de temps, un accès à des documents spécialisés et, dans le cas qui nous préoccupe, un survol théorique qui dépasse les cadres de la francophonie ontarienne. Or, pour le comité de recherche-action, il s’agissait d’une première recherche et le temps a été consacré davantage à la formation aux techniques de recherche. En outre, comme certaines régions souffrent d’un manque flagrant de bibliothèques spécialisées, les femmes du comité avaient un accès très restreint à ce matériel. Par conséquent, pour ne pas réduire la portée du cadre théorique, j’ai été chargée de cette tâche par le comité de recherche-action. En ce sens, l’une de mes tâches a été d’aider à formuler et à analyser les problèmes que le comité désirait étudier. Cependant, comme la recherche-action est un projet collectif, je ne me suis pas située, tout comme d’ailleurs les autres membres du comité des chercheures, dans un rapport d’extériorité au comité de recherche-action. Au contraire, au même titre que les autres femmes, nous étions toutes participantes au processus de recherche-action. Toutefois, j’ai ici agit en complémentarité avec le comité de recherche-action pour répondre au besoin collectif et j’ai dû partager, voire restituer mon savoir et mon savoir-faire pour le bénéfice du groupe5.

Élaboration des objectifs de la recherche

24En recherche-action, contrairement à la démarche classique, l’objet est construit par les personnes qui font partie de la démarche. Ceci a pour objectif de favoriser une élaboration théorique tout en contribuant à la recherche de solutions aux problèmes à l’étude. Par ailleurs, la recherche-action étant une œuvre collective, on abolit ainsi la relation sujets/objets entre les chercheures et ceux que l’on appelle traditionnellement les « objets de la recherche » (les participants) (Pâquet-Deehy et Rinfret-Raynor, 1987 ; Chambaud et al., 1986 ; Lamoureux et al., 1984). L’abolition du rapport sujets/objets, où se joue d’ailleurs tout le travail de recherche-action, repose sur l’idée de supériorité du vécu des sujets ainsi que sur leurs capacités de construire conceptuellement et de produire un changement social. Dans cette démarche, leurs perceptions, leurs expériences et leurs vécus sont ainsi privilégiés par rapport au savoir d’un ou d’une chercheure.

25Dans le projet, le vécu des sujets a été largement mis à profit, tout particulièrement dans la première phase du projet. Ainsi, parallèlement à la formation à la recherche, les discussions du comité de recherche-action ont porté sur les principales aires de la vie des femmes qui devaient être objets de l’enquête. C’est à partir d’exercices individuels et de groupe et à partir des échanges et des discussions concernant leur vie et celles de leurs amies ou de leurs connaissances que les femmes du comité de recherche-action ont choisi les principales aires de la vie des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans sur lesquelles elles voulaient se pencher. Hormis les renseignements généraux usuels, elles voulaient connaître les conditions de vie et les besoins des femmes en matière de logement, de travail, de revenus, d’administration du budget, d’études, de langue, de religion, d’activités sociales, de bénévolat, de santé et de violence conjugale et familiale.

26Mais, regardons comment les femmes du comité ont procédé pour faire quelques-uns de leurs choix. Et si cette formulation des domaines peut ressembler à une longue liste d’épicerie tellement les aires couvertes sont vastes, elle constitue une simple réaction à l’inexistence des femmes dans toutes ces aires.

Place aux sujets !

27Dans les écrits concernant les francophones de l’Ontario, des conditions de vie des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans on ne fait guère mention. Leurs histoires et leurs vies ont été méticuleusement maintenues dans un silence qui persiste aujourd’hui, comme en fait foi la recension de documents de recherche et de statistiques effectuée en début de projet. Dans la mesure où le comité de recherche-action faisait face à une absence de connaissance sur les femmes de cette tranche d’âge, cela a légitimé le recours à une approche fondée sur la reconnaissance du sujet porteur d’une histoire spécifique. Cela montre comment les femmes du comité de recherche-action se sont posées en sujet du savoir et comment elles ont déconstruit les fondements de leur exclusion et de leur marginalisation pour permettre l’émergence de leurs réalités.

28Le Doeuff (1989) soutient que le creuset du savoir est dans l’expérience des femmes. Transposé au projet, il s’agit de la réalité de l’expérience qui n’est autre que celle qui est vécue par le sujet, entendu ici comme étant chacune des femmes du comité. Le fait de disséquer le privé permet alors d’explorer et de construire un pan de la réalité sociale, intersubjective (Le Doeuff, 1989) et transsubjective. Dans cette construction, il devient alors impossible de dissocier l’expérience de la théorie, le soi individuel du soi collectif. Alors que l’expérience individuelle permet de reconnaître les limites imposées à chacune des femmes et leur oppression en tant que femmes, cette expérience individuelle ne suffit pas pour développer un discours. Il faut donc parvenir à s’en extraire et à s’en abstraire, puis chercher à l’intégrer dans un discours qui se situerait à un second niveau d’analyse.

29Dans le projet, il importait donc, en premier lieu, de connaître la situation à partir des expériences et des connaissances que les membres du comité de recherche-action ont de cette population, dont elles font d’ailleurs partie, afin de pouvoir, dans un second temps, bâtir avec elles, à partir de leurs connaissances, les outils qui permettraient de procéder au rassemblement de l’information auprès d’une population beaucoup plus vaste des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans.

30C’est au sein même de la démarche de recherche-action, dans la première phase du projet, que se situe le premier niveau. D’abord, les femmes du comité ont délimité, de façon générale, les aires de vie devant être à l’étude. Et cette délimitation des aires est le reflet de ce qui préoccupe les femmes du comité dans leur quotidien. En fait, tout s’est joué comme si elles faisaient leur autoportrait et celui des membres de la FFCFO.

31Pourquoi les femmes du comité se sont-elles préoccupées du bénévolat ? C’est d’abord parce que celui-ci est le reflet de leur propre investissement dans ce domaine. Mais c’est aussi parce qu’elles souhaitent sortir le bénévolat de l’invisibilité et pour que les instances politiques, publiques ou éducatives reconnaissent officiellement les connaissances et les acquis issus de leurs pratiques bénévoles. De même, pourquoi s’arrêter à l’étude de la santé si ce n’est parce que les femmes du comité, étant vieillissantes elles-mêmes, sont préoccupées par leur propre état de santé et par les incapacités qu’entraîne le vieillissement.

32Les écrits sur le travail féminin et les données statistiques traitent bien des écarts des réalités des hommes et des femmes, des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes, voire des femmes entre elles. Ils supportent, du moins en partie, les perceptions des femmes du comité. Comme la composante économique a été un des axes importants que les membres du comité ont choisis, elles ont indiqué plusieurs pistes de recherche à explorer. À partir de leurs différentes formes d’insertion au marché du travail (temps plein, temps partiel, travail autonome) ou d’exclusion du marché du travail (retraite, chômage, travail au foyer), elles se sont interrogées par rapport aux écarts économiques entre elles et leur conjoint à partir des concepts de dépendance et d’autonomie économique. La difficile articulation entre travail et famille s’est posée en termes d’insertion prioritaire des femmes dans la famille dans un contexte sociohistorique lié à leurs conditions de femmes de 45 ans et plus. Quant à leur autoportrait ou celui de leurs amies proches comme travailleuses, elles se sont vite rendu compte qu’elles n’occupaient pas, pour la majorité, un emploi leur permettant de faire une carrière mais des emplois traditionnels, faiblement rémunérés et non syndiqués. En bout de piste, leurs itinéraires de vie sont marqués par leur assignation traditionnelle dans la famille.

33Les pistes fondées sur le vécu des femmes du comité sont à l’origine du questionnement sur les femmes et l’éducation. Cette orientation est d’autant plus importante que cette problématique n’avait jamais été étudiée pour la population des femmes de 45 à 64 ans. Au sein même du comité, elles se définissaient comme apprenantes mais personne n’avait reconnu leurs acquis issus d’une kyrielle d’expériences au cours de leur vie. C’est là un premier constat. Le second, c’est qu’elles ont tôt fait de souligner comment leur socialisation au sein de leur famille, leur niveau d’éducation et leur assignation au rôle domestique les avaient empêchées de faire ce dont elles avaient rêvé ou d’occuper un emploi qui leur aurait permis d’être autonomes financièrement et de se sentir socialement valorisées. Le troisième constat est qu’elles ne se voyaient pas nécessairement capables de retourner aux études. Tous ces constats ont permis aux femmes de réfléchir d’une façon plus large afin d’approfondir les différents aspects liés à l’éducation des femmes de 45 à 64 ans : socialisation, sexisme, aspirations, obstacles, conséquences de la sous-scolarisation et pauvreté.

34Force est de constater que la violence conjugale et familiale, malgré son ampleur, a semé le doute au sein du comité. Devions-nous en traiter ? Après une première hésitation, les femmes du comité ayant eu tendance à la reléguer au domaine de la vie privée, se sont souvenues de leurs amies qui ne pouvaient s’extraire du milieu violent faute d’argent ou, de celles qui, en quittant le foyer violent, ont vécu des situations lamentables en raison du grand nombre d’années passées au foyer, d’une scolarité insuffisante et du manque d’expérience professionnelle, bref de leur bataille pour survivre. Toutes ces réflexions du groupe, non pas sur lui-même, mais sur une problématique extérieure à lui, l’a amené à discuter du lien entre la violence contre les femmes et la socialisation, la dépendance économique, la santé ou le niveau d’éducation, etc.

35C’est par le même procédé de prise de conscience que nous avons élucidé les autres aires de vie de la recherche : activités sociales, logement, administration des biens, incapacités physiques, comportements linguistiques, religion, rapports familiaux.

36Malgré les difficultés rattachées à ce procédé, dont une période de formation intense à la recherche, l’implication de chacune des membres du comité de recherche-action a été une expérience précieuse. Chacune, à partir de sa réalité, montre les conflits sociaux qui traversent sa réalité. Comme il s’agit de réalités multiples qui reflètent l’expérience de chacune dans son milieu d’ancrage, les femmes présentes ont pris conscience de leurs conditions de vie et de leur invisibilité. Finalement, ces femmes ont signifié leur détermination de poursuivre le projet compte tenu de ce qu’elles venaient de découvrir et de l’importance accrue de combler une lacune maintenant inconcevable pour elles, celle du manque de données. Au fur et à mesure que se développait le projet, son importance devenait encore plus évidente et le désir des participantes d’aider d’autres femmes a pris une plus grande ampleur.

Phase II : questionnaire et cueillette de données

37La seconde phase de la recherche-action se divise en plusieurs volets : construction du questionnaire, tests, planification de l’échantillonnage, cueillette de données dans les régions désignées et analyse des données (Garceau, 1995).

Construction du questionnaire

38Fortes de leurs discussions sur leurs conditions de vie, les femmes avec qui cette recherche-action s’est développée ont voulu transposer ces conditions dans un questionnaire pouvant servir à rejoindre un échantillon représentatif des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans. Le choix d’un questionnaire s’est avéré l’instrument privilégié parce qu’il répondait aux objectifs de recherche du comité de recherche-action, soit :

  • de systématiser et de normaliser les interventions ;
  • de procéder à la description et à la quantification des observations grâce à un instrument normalisé ;
  • de comparer les observations quantifiées ; et
  • de généraliser les résultats, car le questionnaire devait être soumis à un échantillon représentatif de la population étudiée.

39Au départ, le comité s’est inspiré de certaines études effectuées auprès de femmes dans des groupes d’âge semblables afin d’y puiser certaines ressources (Therrien et Coulombe-Joly, 1984 ; Babineau, 1989). Puis, chacune des membres du comité a choisi une aire de vie qu’elle a travaillée (individuellement ou avec un groupe de sa communauté) afin de mettre sur papier toutes les questions qu’elle croyait pertinentes concernant cette aire de vie. Mon rôle de chercheure a ensuite été de colliger toutes ces informations pour en faire le tri, d’assurer une rigueur méthodologique et de soumettre une première version du questionnaire au comité pour discussion. C’est ainsi que sur une période allant de 1989 à 1990, quatre versions du questionnaire ont été élaborées puis testées selon deux modes que nous nommons l’approche de l’intérieur et l’approche de l’extérieur.

40Pour la première, il s’agissait que les femmes du comité de recherche-action répondent à leur propre questionnaire en signalant les lacunes, les préjugés, les erreurs, les difficultés, les changements à apporter, etc. Cela leur a permis de se le réapproprier, car il était passé auparavant entre les mains du comité des chercheures. La dernière version a été l’objet de l’approche de l’extérieur. Autrement dit, chacune des membres du comité de recherche-action a soumis le questionnaire à un petit nombre de femmes de sa région, selon les modalités de l’échantillonnage. Cela a permis à chacune de déceler les dernières lacunes présentes dans le questionnaire et de se préparer à la cueillette des données qu’elles devaient effectuer par la suite. Par ailleurs, fortes de leurs nouvelles compétences et connaissances, ce sont les membres du comité de recherche-action qui ont formé les équipes régionales de bénévoles afin que soit assurée la distribution des questionnaires.

Cueillette des données

41Afin de procéder à la cueillette des données, toutes se sont d’abord penchées sur la façon dont il fallait procéder. Le choix s’est posé sur la formation, dans chacune des régions respectives des membres du comité, d’un groupe de bénévoles dont la tâche serait de faire les appels téléphoniques ou les rencontres de groupes de femmes nécessaires, puis de distribuer et de recueillir les questionnaires. Les femmes de ces groupes régionaux ont ainsi reçu une formation afin d’avoir une bonne connaissance du projet, du contenu du questionnaire et des consignes à suivre afin de normaliser la cueillette des données. Au total, 113 femmes ont été formées et les membres du comité de recherche-action étaient, quant à elles, responsables de la cueillette des données dans chacune de leurs communautés.

  • 6 L’évaluation étant une caractéristique de la recherche-action, elle a rythmé la démarche du projet (...)
  • 7 Les questionnaires étaient placés dans une enveloppe scellée par la répondante. Cette enveloppe ét (...)
  • 8 Il s’agit principalement de l’élaboration de la banque de données, de l’entrée des données et de l (...)

42L’évaluation de cette activité est très positive tant pour les bénévoles des régions que pour les membres du comité6. Quant aux bénévoles des différentes régions, elles ont souligné que la formation reçue avait été essentielle afin d’entreprendre la cueillette des données de façon méthodique. De plus, malgré certaines craintes, elles ont apprécié les contacts humains avec les femmes chez qui elles se sont rendues une première fois pour leur donner en mains propres le questionnaire, puis une seconde fois pour le reprendre. Elles se sont senties valorisées. Bon nombre d’entre elles ont indiqué que ce fut là une occasion unique de réfléchir et de discuter de la situation des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans7. Quant aux membres du comité de recherche-action, elles ont créé de nouveaux liens avec les groupes et la communauté des femmes de leur région qui, à long terme, peuvent s’avérer fort utiles à la FFCFO en tant que collaboratrices pouvant potentiellement appuyer l’action le temps venu. De plus, elles ont fait valoir, à leur tour, leurs qualités d’animatrices, d’organisatrices, car ce sont elles qui ont organisé une partie de la formation, fait la publicité pour le projet et assuré le suivi et le soutien auprès des bénévoles. Cette phase, débutée en octobre 1990, s’est terminée en décembre de la même année. Dès lors, le comité des chercheures a débuté la dernière étape de la phase II et a procédé à la compilation des informations quantitatives recueillies à l’aide du questionnaire8.

Phase III : analyse et plan d’action

43La troisième et dernière phase du projet a porté principalement sur l’analyse des résultats du sondage et sur le plan d’action à mettre en place.

Analyse des résultats

44En recherche-action, les actrices et les chercheures doivent participer collectivement à la discussion des résultats de la recherche et à leur analyse. De cette façon, le milieu se réapproprie réellement l’analyse et les résultats en vue de mener les actions voulues et visant un changement effectif au niveau des groupes concernés (Dubost, 1987).

  • 9 Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Garceau et al. (1992). Une analyse beaucoup (...)

45Dans le projet de recherche-action, il a été impossible au comité de recherche-action d’étudier et d’analyser à fond l’ensemble du matériel à sa disposition. Entre la fin de la collecte des données (février 1991) et l’obligation de présenter un document propre à nourrir la réflexion de l’assemblée générale de la FFCFO (mai 1991), le manque de temps a contraint à prendre le plus court chemin. Se sentant pressé, le comité a donc demandé au comité des chercheures de rédiger un document analysant les principales données sur les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans afin que ce rapport soit étudié par l’assemblée générale et que l’on puisse établir un plan d’action9.

Mise en place du plan d’action de la FFCFO

46Les membres du comité de recherche-action n’ayant pas participé à l’analyse des données et à la rédaction du rapport, elles devaient se réapproprier à tout prix son contenu et prendre connaissance du matériel qu’elles considéraient important pour la préparation de cette assemblée afin de le présenter à l’ensemble des membres de la FFCFO.

47Ainsi, suite à une période de formation en animation des groupes offerte par le comité des chercheures, les membres du comité de recherche-action ont étudié collectivement les résultats afin de les transmettre à l’ensemble des membres de la FFCFO, sous forme d’ateliers thématiques qu’elles ont animés lors de l’assemblée générale. De ces ateliers sont ressorties plusieurs recommandations et pistes d’action en vue d’assurer la prise en charge et la continuité du projet dans sa composante action.

48On peut donc dire que si un des objectifs de la recherche-action est que le milieu se réapproprie réellement le processus, l’analyse et les résultats en vue de mener les actions visant un changement au niveau des groupes concernés, le projet de la FFCFO a été une réussite aux yeux des membres du comité de recherche-action comme de celui des chercheures. De plus, comme ce projet a emprunté à la démarche classique les méthodes exigées pour assurer la rigueur scientifique et la généralisation des résultats, la FFCFO possède maintenant des données solides sur les conditions de vie des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans.

Et les transformations...

49De façon générale, la recherche-action est une intervention, entendue comme une action qui vise la transformation de la réalité sociale, individuelle et collective. La recherche-action est construite en fonction à la fois d’un changement individuel et d’un changement social pouvant aller de l’adaptation au changement social radical. Il s’agit d’une expérience de vie dans laquelle s’engagent les personnes et dont elles espèrent tirer, à terme, des enseignements pour leur propre compte et pour agir socialement (Barbier, 1975 ; Goyette et Lessard-Hébert, 1987 ; Dubost, 1987).

50Nous pouvons aussi considérer la recherche-action comme une démarche d’empowerment, c’est-à-dire de prise de pouvoir et de contrôle sur la réalité, car la recherche-action et l’empowerment sont, au même titre, des instruments de progrès social destinés à rééquilibrer les pouvoirs au profit des personnes qui en sont démunies (Le Bossé, 1996). Les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans ayant été pendant longtemps confinées à l’espace domestique et ayant été privées de l’accès aux pouvoirs social, économique, politique ou culturel, ces conditions permettent de les considérer comme faisant partie de l’une de ces catégories sociales. Toutefois, on remarque qu’à l’heure actuelle, la réalité de nombreuses d’entre elles est encore marquée par un manque de pouvoir, tout particulièrement lorsque les femmes sont affectées par des incapacités physiques liées à leur âge ou lorsqu’elles vivent dans des conditions économiques précaires. Ainsi, alors que, dans une démarche d’empowerment, la transformation personnelle est un élément indispensable au changement collectif (ce dernier étant l’objectif à atteindre), en recherche-action, le changement individuel et le changement social vont de pair. Il se produit alors un glissement entre les apprentissages d’une personne et la façon dont elle les utilisera afin de produire un changement social.

  • 10 Ce n’est donc qu’après coup ou pendant le projet que les participants peuvent effectuer une analys (...)

51À partir du projet de recherche-action de la FFCFO, nous pouvons voir certaines des transformations qui ont eu lieu à différents niveaux ayant des influences et interagissant les uns sur les autres. Ces transformations, nous les constatons au sein même des différents systèmes en place : les répondantes elles-mêmes, les bénévoles des régions, le comité de recherche-action, le comité des chercheures, l’organisme et au niveau social, de telle façon qu’une transformation dans l’un affecte les autres10.

Transformations individuelles et collectives

52Dans la recherche-action, l’une des transformations importantes est liée à la formation individuelle et collective que les membres du comité ont reçue en matière de recherche. Comme la plupart des femmes n’avaient jamais fait de recherche, elles se sont initiées à toutes les étapes de ce processus. La formation combinait à la fois un mode de production autonome (apprentissage et réflexion personnelle) et un mode de production hétéronome (recevoir une formation de la part des chercheures). La réflexion et l’apprentissage personnel ont été indispensables à la réalisation, par les membres du comité de recherche-action, d’activités autonomes, comme l’appréciation et la détermination des aires de vie devant être analysées, l’élaboration de questions et l’ordonnancement du questionnaire, la cueillette de données, l’analyse des résultats, etc. La discussion et le partage ont permis d’établir dans ces domaines de solides consensus. Par ailleurs, la formation fournie par la chercheure s’est toujours déroulée de façon à ce que ses interventions ne viennent pas nuire ou faire obstacle aux capacités d’initiative des femmes du comité en ce qui a trait à la prise en charge du projet et à leur participation à l’élaboration d’un nouveau savoir. Certes, la création d’un équilibre entre ces deux modes de production est davantage un idéal que la réalité, mais peu s’en faut pour dire que notre projet de recherche-action a su maintenir une parfaite harmonie entre ces modes dans toutes les phases du projet.

  • 11 Les propos des participantes sont tirés de l’évaluation de la phase II du projet et d’un bilan du (...)

53Cela étant dit, au fur et à mesure que progressaient les diverses étapes de la recherche, les membres du comité de recherche-action ont découvert ou redécouvert certaines ressources personnelles qu’elles possédaient et qu’elles ont davantage affirmées ou mises à contribution. Conscientes de leur manque de connaissances du processus de recherche, elles ont indiqué, à une question inaugurale portant sur leur apport éventuel au projet, une volonté ferme d’apprendre. Elles se sont engagées collectivement dans un processus exigeant à tous les niveaux. Elles ont acquis, nous disent-elles, une plus grande confiance en soi et une meilleure compréhension du processus de recherche, une discipline et une rigueur dans la perception et la compréhension des problèmes, etc.11 Ces compétences acquises leur font dire que ces nouvelles connaissances leur permettent d’accepter avec plus de confiance qu’avant de nouvelles responsabilités sociales. Certaines ont déjà su les transposer dans leur engagement social en acceptant des postes de responsabilité au sein d’autres organismes ou en organisant d’autres activités. Individuellement, le projet a permis à plusieurs de développer ou de raffermir leur détermination face à l’importance de continuer à lutter collectivement pour améliorer les conditions de vie des femmes. La formation, plus particulièrement en animation de groupe, leur a aussi permis d’acquérir une plus grande confiance en leur qualité de leadership dans leur communauté. Qui dit changement, dit action et 1’empowerment évoque chez les participantes un ensemble d’actions précises qu’elles ont entreprises à la fois individuellement et collectivement durant ou à la suite de la recherche.

54C’est en participant à la formation au processus de recherche, à la discussion permanente sur leurs conditions de vie et sur les résultats de l’enquête provinciale sur les femmes de 45 à 64 ans que les membres du comité de recherche-action ont pu transformer leur connaissance subjective (leur propre situation) en connaissance objective (la situation des Franco-Ontariennes). Cette transformation s’est effectuée à partir d’un processus de prise de conscience profondément enraciné dans l’action qui a mené les femmes du comité à voir comment leurs problèmes individuels ont un caractère systémique. Ce passage d’une vision individuelle à une vision collective a engendré, chez les femmes du comité, une volonté d’action sociale plus large.

55Finalement, au début du projet, la majorité des femmes qui ont fait partie du comité de recherche-action ne se définissaient pas comme féministes. Même convaincues de l’importance de droits égaux pour les deux sexes, elles ne se seraient pas affirmées publiquement comme telles. Pour la plupart, il semble qu’elles ne se soient ni réellement senties concernées, ni impliquées. Au contraire, l’image que la plupart d’entre elles avait du féminisme ne correspondait nullement à leur raison d’être. Pourtant, du début à la fin du projet, la plupart des femmes du comité sont passées d’un « je ne suis pas féministe » à « je peux dire maintenant que je suis féministe ». Cette transformation est liée au fait qu’elles ont pris le temps d’identifier les problèmes (les leurs et ceux des autres femmes), et aussi de comprendre et d’analyser les conditions de vie des femmes. Elles ont ainsi développé une pensée critique à cet égard. Elles ne voient plus la situation des femmes comme étant de l’ordre du privé mais de l’ordre public. Conséquemment, elles ne se sentent plus aussi démunies qu’auparavant. Au contraire, elles sont en mesure de répondre, à leur mesure et collectivement, à une partie de ces besoins.

Transformations au sein de la FFCFO

56Les transformations individuelles et collectives qui ont eu lieu au sein des membres du comité de recherche-action, couplées aux résultats de l’enquête sur la qualité de vie des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans, ont affecté la FFCFO dans son fonctionnement. En effet, la recherche étant terminée, l’organisme devait alors se concentrer au niveau de l’action, ce qui a obligé la FFCFO à délaisser une orientation plutôt traditionnelle pour s’engager résolument dans le courant du féminisme égalitaire.

  • 12 Dans l’ensemble de la population, les données de l’enquête montrent que 46,4 % des femmes seules o (...)
  • 13 La FFCFO collabore actuellement avec la Table féministe francophone de concertation provinciale de (...)

57Les résultats de la recherche ont permis à la FFCFO de faire plusieurs représentations auprès d’instances gouvernementales qui se penchent sur la situation des femmes. Sachant que la violence conjugale et familiale est un problème crucial chez les femmes de 45 à 64 ans, la FFCFO a produit un guide d’animation et une vidéo sur la violence conjugale qui a été présentée dans toutes les régions de la province (FFCFO, 1994). Connaissant mieux le dénuement économique des femmes de cette tranche d’âge, l’organisme travaille actuellement à un projet de développement économique pour les femmes12. De plus, la FFCFO collabore avec plusieurs autres groupes de femmes sur différents dossiers dont les objectifs sont liés à l’amélioration des conditions de vie des femmes et à la transformation des structures de domination existantes13. Et, bien sûr, rien de tout cela n’aurait été possible sans les solides partenariats que la FFCFO a construits avec les organismes subventionnaires.

Conclusion

58Le projet de recherche-action de la FFCFO s’est avéré fructueux à maints égards. Parce qu’il a cumulé plusieurs caractéristiques du processus de recherche-action — élaboration d’objectifs communs, expérience réelle, caractère collectif, communication bi-directionnelle, complémentarité entre participantes et chercheures, intégration des actrices et évaluation continue — et que le comité s’est assuré de répondre aux exigences de toute démarche scientifique, la FFCFO a en main un portrait provincial sur les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans.

59Par ailleurs, la recherche-action, tout comme le rapport et les actions qui en découlent, répondent bien au double mandat actuel de la FFCFO, soit la sensibilisation et la promotion de l’égalité pour les femmes et l’expansion de la francophonie. La FFCFO met à l’avant-scène la francophonie des femmes de 45 à 64 ans.

60Cette démarche de longue haleine entreprise par la FFCFO et par le comité de recherche-action permet de voir les pas de géantes que les femmes ont faits. De la prise de conscience, en passant par l’analyse des problèmes systémiques vécus par les Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans, aux actions entreprises suite aux résultats, parfois douloureux, concernant les conditions de vie de ces femmes, tout cela montre la volonté, la ferveur qui a animé les femmes dans leur lutte contre les iniquités sociales. Certes, il reste beaucoup à faire et elles en sont toutes conscientes. Nous ne changerons pas un système comme le nôtre en si peu de temps.

61Finalement, si dans sa version contemporaine, « le féminisme ne se propose rien de moins que d’ouvrir à chaque femme prise individuellement les voies d’expression de son autonomie » (De Sève, 1994 :25), ce que chaque femme du comité de recherche-action a réalisé c’est qu’il fallait d’abord prendre conscience de soi, de ses aspirations et de ses possibilités afin de déboucher sur une action politique collective. C’est peut-être dans cette direction que la FFCFO devra davantage investir dans l’avenir, car l’organisme est un outil essentiel du changement social.

Bibliographie

Bibliographie

Babineau, C. (1989), Étude sur la situation financière des femmes francophones âgées de 50 à 65 ans et habitant la région Sud-est du Nouveau-Brunswick, Moncton, Université de Moncton.

Barbier » R (1975) » « Implication » animation et recherche-action dans les sciences humaines » » Connexions, no 13, 103-123.

Biais, A. (1992) » « Le sondage », dans Recherche sociale. De la problématique à la collecte des données, 2e éd., sous la dir. de B. Gauthier, 361-398, Sillery, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Brunet, L. (1992), Almanda Walker-Marchand 1968-1949, Une féministe franco-ontarierme de la première heure, Ottawa, les Éditions l’Interligne.

Chambaud, L., R. Mayer et G. Richard (1986), « La recherche-action en santé communautaire, en travail social et en éducation : une nouvelle pratique ou un alibi pour les professionnels ? » » Service social vol. 35, nos 1 et 2, 158-187.

Dagenais, H. (1994), « Méthodologie féministe pour les femmes et le développement : concepts, contextes et pratiques », dans L’égalité devant soi : sexes, rapports sociaux et développement international, sous la dir. de M. F. Labrecque, 258-290, Ottawa, Centre de recherches pour le développement international.

De Sève, M. (1994), « Femmes, action politique et identité », Cahiers de recherche sociologique, no 23, 25-38.

Desjardins, M. (1991), Les femmes et la diaspora canadienne-française. Brève histoire de la FNFCF de 1914 à 1991, Ottawa, Fédération nationale des femmes canadiennes-françaises.

Dubost, J. (1987), L’intervention sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Fédération des femmes canadiennes-françaises de l’Ontario (FFCFO) (1994), La violence démasquée, bande vidéo, Sudbury, FFCFO.

Garceau, M. L. (1995), Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans : analyse de leurs conditions de vie, Thèse de doctorat non publiée, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Garceau, M. L., D. Dennie, B. Tremblay-Matte et M. Charron (1992), « Cessons de penser que l’amour va tout vaincre ! » La situation des femmes francophones de 45 à 64 ans qui vivent en Ontario. Rapport final, Sudbury, Fédération des femmes canadiennes-françaises de l’Ontario.

Goyette, G. et M. Lessard-Hébert (1987), La recherche-action : ses fonctions, ses fondements et son instrumentation, Sillery, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Lamoureux, H., R. Mayer et J. Panet-Raymond (1984), L’intervention communautaire, Montréal, Éditions Saint-Martin.

Le Bossé, Y. (1996), « Empowerment et pratiques sociales : illustration d’une utopie prise au sérieux », Nouvelles pratiques sociales, vol. 9, no 1, 127-146.

Le Doeuff, M. (1989), L’étude et le rouet, Paris, Éditions du Seuil.

Mayer, R. et F. Ouellet (1991), Méthodologie de recherche pour les intervenants sociaux, Boucherville, Gaëtan Morin, éditeur.

Pâquet-Deehy, A. et M. Rinfret-Raynor (1987), « Le vécu des intervenantes dans une formation en intervention féministe auprès des femmes violentées », dans Agir contre la violence. Une option féministe à l’intervention auprès des femmes battues, sous la dir. de G. Larouche, 479-498, Montréal, Éditions La Pleine Lune.

Therrien, R et L. Coulombe-Joly (1984), Rapport de l’AFÉAS sur la situation des femmes au foyer, Montréal, Boréal Express.

Notes

1 La Fédération des femmes canadiennes-françaises de l’Ontario, fondée en 1918, est un organisme provincial divisé en différentes zones disséminées à la grandeur de la province. Elle est formée de membres dont la majorité est âgée de plus de 45 ans.

2 En 1954, l’objectif de la FFCF est de conserver intacts et inviolables la foi robuste, le parler ancestral et les mœurs saines de nos foyers catholiques et canadiens-français tandis qu’en 1975, la FFCF énonce les objectifs suivants : promouvoir la culture française ; conserver la foi catholique ; contribuer à l’épanouissement intégral et intégré de la femme, au point de vue intellectuel, culturel, spirituel, moral et physique ; stimuler la participation de la femme au bien total de la société, en tenant compte de sa féminité, dans les domaines de l’éducation, de l’action sociale et familiale, économique, culturelle et spirituelle (Brunet, 1992).

3 Ce nouveau mandat a été adopté le 8 novembre 1987 dans le cadre d’une assemblée générale extraordinaire réunissant 150 membres des diverses régions de l’Ontario (FFCFO, 1993, Statuts et règlements. Sudbury).

4 Il s’agit de La coopérative Convergence à Ottawa.

5 Dans l’économie générale du projet, nous n’aurions pu faire autrement. Toutefois, lors du processus d’évaluation, les membres du comité ont souligné leur appréciation du travail des chercheures, notamment celui de l’encadrement du projet et celui de la communication ouverte entre les chercheures et le comité de recherche-action (Garceau, 1995 : 216).

6 L’évaluation étant une caractéristique de la recherche-action, elle a rythmé la démarche du projet de la FFCFO. Dans ce projet, des évaluations ont été effectuées après chacune des rencontres et après les phases I et II du projet. Ces évaluations portaient principalement sur les conditions structurelles du déroulement du projet. Les propos ici tenus sont issus de l’analyse des évaluations des participantes.

7 Les questionnaires étaient placés dans une enveloppe scellée par la répondante. Cette enveloppe était ensuite remise à la bénévole. Au total, 917 questionnaires valides ont été utilisés afin de faire l’analyse des conditions de vie des Franco-Ontariennes de 45 à 64 ans (Garceau, 1995).

8 Il s’agit principalement de l’élaboration de la banque de données, de l’entrée des données et de l’analyse préliminaire des données qui ont été présentées lors de l’assemblée générale de la FFCFO, en mai 1991 (Garceau et al., 1992).

9 Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Garceau et al. (1992). Une analyse beaucoup plus approfondie des résultats a aussi été effectuée par Garceau (1995). Ce document présente à la fois un cadre théorique et les résultats de cette enquête, tout particulièrement en ce qui a trait au travail, à l’éducation, au bénévolat et à la violence conjugale et familiale.

10 Ce n’est donc qu’après coup ou pendant le projet que les participants peuvent effectuer une analyse des transformations encourues. Le bilan du projet de recherche-action de la FFCFO a été effectué en rétrospective à partir d’un questionnaire concernant l’expérience de la recherche-action. Les sujets abordés dans le questionnaire touchent la motivation, les avantages et désavantages de la recherche-action, les partenariats, les rencontres, l’organisation, la communication et le processus décisionnel, le fonctionnement, le contenu, la participation et les apprentissages. Le bilan intitulé Pleins feux sur la recherche-action : un bilan des partenaires a fait l’objet d’une conférence qui a été présentée par Darquise Deschamps et Marie-Luce Garceau, lors du colloque « Visibles et Partenaires : pratiques et recherches féministes en milieu minoritaire » qui s’est tenu à Sudbury en mai 1997.

11 Les propos des participantes sont tirés de l’évaluation de la phase II du projet et d’un bilan du projet de recherche-action de la FFCFO effectué par Darquise Deschamps et Marie-Luce Garceau et dont les résultats ont été présentés lors d’une conférence à Sudbury en mai 1997.

12 Dans l’ensemble de la population, les données de l’enquête montrent que 46,4 % des femmes seules ont un revenu de moins de 15 000 $ par année et que 62,2 % des femmes mariées ont le même revenu (Garceau, 1995 : 384).

13 La FFCFO collabore actuellement avec la Table féministe francophone de concertation provinciale de l’Ontario (dossiers politiques), le Collectif des femmes francophones du Nord de l’Ontario (dossiers régionaux), le Centre Victoria pour femmes (victimes d’agression à caractère sexuel) et plusieurs autres organismes.

Auteur

Professeure agrégée, École de service social, Université Laurentienne

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540