Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs de dieux dans l’espace public - Frontier Religions in Public Space

 | 
Pauline Côté

Deuxième partie / Part II. Monde vécu, scandale public - Personal experience, public controversy

Un règlement de « conte » avec les sectes ?

Drame religieux et gestion de crise : le cas de Saint-Casimir

Alain Bouchard

Texte intégral

1« Il était une fois... », cette phrase, qui a marqué l’imaginaire d’un grand nombre de nos contemporains, introduisait des histoires qui ont peuplé une partie de nos rêves et de nos aspirations. Mais en plus, elles ont été un mécanisme de transmission et de régulation des valeurs socialement acceptables. Relégués au domaine de l’enfance, les contes ne font plus partie, pensons-nous, de l’univers des adultes. L’étude de la gestion sociale du phénomène des nouvelles religions nous semble, à notre avis, un endroit où se perpétue ce genre littéraire. Et si le traitement médiatique des sectes religieuses jouait le même rôle que les contes de notre enfance ? Et si derrière les cas de naufragés des sectes se cachaient un petit Poucet, une méchante fée ou un ogre ? Pour connaître les réponses à ces questions, nous avons besoin d’une histoire.

2Le 23 mars 1997, à Saint-Casimir dans le comté de Portneuf au Québec, cinq personnes membres de l’Ordre du Temple Solaire, groupe que l’on croyait pourtant dissout, se donnent la mort. Le motif principal pour expliquer ce geste semble être la conviction religieuse. Si cet événement s’était déroulé cinquante ans plus tôt, les dirigeants politiques et religieux de l’époque auraient sûrement occupé l’espace médiatique pour rassurer la population. On aurait probablement stigmatisé le geste posé, en rappelant que la paix sociale passe par la défense des valeurs garanties par la religion et par l’État. En 1997, les intervenants et le contenu des discours ont changé, la forme et le ton des interventions sont restés cependant les mêmes. On a dénoncé la situation pour mieux proclamer une « Vérité ».

  • 1 Pour effectuer cette analyse, nous avons utilisé les instruments bibliographiques suivants : Point (...)

3Ce glissement chez les acteurs principaux et dans le contenu de leurs discours nous révèle des axes de la transformation sociale et religieuse qui s’est opérée au Québec depuis un demi-siècle. La dynamique sociale qui s’est mise en place lors de cette tragédie révèle des enjeux spécifiques à notre contexte actuel. Mais avant de présenter ces analyses revenons sur les événements.1

1. Il était une fois...

1.1 Les faits

4Le 22 mars 1997, une chaîne québécoise de télévision spécialisée dans les documentaires diffuse un film intitulé Aller simple pour Sirius (Giguère, 1997), qui présente les témoignages de personnes dont les parents sont morts dans la tragédie de l’Ordre du Temple Solaire de 1994. Les derniers propos recueillis nous amènent à conclure que jamais nous ne ferons toute la lumière sur cette tragédie et que la spiritualité est une démarche personnelle qui ne devrait pas nécessiter, pour s’accomplir, l’aide de quelqu’un d’autre, en particulier d’un maître. Au même moment dans la campagne québécoise, à mi-chemin entre Québec et Trois-Rivières, cinq personnes organisent leur suicide collectif. Après trois tentatives infructueuses, que les trois enfants d’un des couples ont fait avorter, la quatrième tentative réussit grâce à la participation de ces trois enfants pour le déclenchement final de la mise à feu. Le feu se déclare vers 18h00, les pompiers arrivent à 18hl0, à 19h15 les enfants sortent de l’atelier situé à l’arrière de la maison et à 19h35 on découvre les victimes dans la maison.

5Le sort des enfants et la possibilité qu’ils aient pu participé à la phase finale du pacte de suicide de leurs parents ont retenu l’attention des médias et de la population dans un premier temps. Mais rapidement on a soulevé la question des raisons de ce geste, ce qui a mené à une surenchère d’interprétations. La suite est ponctuée de conférences de presse de la Sûreté du Québec, de reportages en direct des lieux du sinistre et d’interventions de membres du gouvernement québécois, de voisins et « d’experts ». Le 22 avril 1997 est déposé le rapport du vérificateur général d’Hydro-Québec sur les allégations d’infiltration par des groupes ésotériques. Ce rapport avait été commandé le 19 avril 1996, suite à des allégations rapportées en 1993 et en mars 1996 dans les médias québécois. Enfin, le 8 octobre 1997 le coroner Yvon Naud dépose son rapport sur la tragédie de Saint-Casimir.

1.2 Les réactions

6Rappelons que les événements se sont déroulés dans la nuit du samedi au dimanche. Comme la nouvelle est souvent conditionnée par les contraintes structurelles de temps et de disponibilité des médias et de leurs journalistes, il faut attendre au lendemain pour assister au déploiement de la scénographie médiatique. Pour la journée du dimanche, peu d’émissions sont consacrées au sujet, sinon la retransmission de la conférence de presse de la Sûreté du Québec, suivie d’une réaction de trente secondes du sociologue Raymond Lemieux. Dès l’ouverture des émissions le lundi matin, LE sujet de l’heure à toutes les stations est l’affaire de l’OTS à Saint-Casimir.

7La vague initiale des réactions est empreinte d’ouverture. Le premier « spécialiste » interrogé sur les événements de Saint-Casimir est Guy Fournier, écrivain québécois renommé pour ses romans télévisés. Monsieur Fournier avait publié quelques mois auparavant un roman documenté sur le « massacre » de 1994 de l’ordre du Temple Solaire (Fournier, 1996). Vu la notoriété médiatique de l’auteur, ce récit romancé de la première catastrophe avait retenu l’attention du public et avait fait de cet écrivain la référence sur la question. La fiction venait au secours de la réalité, c’est le début du conte. Le ton de l’intervention du romancier face au drame qui mobilise l’attention de l’ensemble de la population est sous le signe de la compassion et de l’ouverture. Sur toutes les chaînes de télévision et de radio, Guy Fournier parle d’une « tragédie humaine » qui n’est pas une « affaire de police ». Il insiste sur le fait que, pour comprendre ce geste, il faut le situer dans un « contexte de foi » et souligne la « foi remarquable » de ces gens qu’on a peut-être « emmerdés ».

8Dans la foulée de Fournier on entend par la suite Herman Delorme, ex-adepte de l’OTS qui avait publié plus tôt un livre relatant ses expériences dans ce groupe (Delorme, 1996). Delorme avait participé en 1993, avec Vinet et Jouret, à l’« affaire » de l’achat d’une arme à feu, geste qui leur avait valu un casier judiciaire. Même si Delorme dit avoir été manipulé dans cette histoire, son point de vue sur les événements de 1997 va dans le même sens que celui de Fournier ; il parle de « personnes poussées au pied du mur », d’individus qui n’étaient « plus capables de vivre la situation ».

9Le troisième intervenant que l’on voit apparaître sur les écrans des téléviseurs est Yves Casgrain, identifié par les médias comme « l’expert » en mouvements sectaires. Casgrain est la voix principale du point de vue des groupes de lutte contre les sectes. Sa compétence dans le domaine vient du fait qu’il a déjà vécu une expérience traumatisante dans un groupe d’allégeance catholique. Avec Casgrain, le ton change, il déclare d’entrée de jeu que « le gouvernement a du sang sur les mains », qu’il est « choqué » que l’on n’ait pas écouté ses avertissements par le passé. Pour lui, toute cette histoire est un exemple de la manipulation ultime, voire d’outre-tombe, des sectes (il fait ainsi référence aux pouvoirs qu’auraient exercés Jouret et Di Mambro sur les victimes).

10Par la suite, les médias sollicitent le point de vue de sociologues des religions tels Raymond Lemieux et nous-même, qui parlons de cohérence interne, de la question du suicide et de la souffrance, débordant le cadre strict de l’OTS pour présenter les actes posés par les personnes de Saint-Casimir dans le contexte plus large de la religiosité contemporaine et de la mode sociale de l’extrême. Finalement on entend les observations de la population du village de Saint-Casimir, qui utilise des mots tels que « bizarre », « spécial », « surprenant » pour décrire sa perception du suicide de concitoyens. Bien sûr, par la suite toute une série de lignes ouvertes sur la question permette à l’ensemble de la population du Québec de faire valoir son point de vue sur la question.

1.3 Observations

11Malgré un départ empreint d’ouverture, c’est le discours interventionniste qui s’impose avant même la fin de la première journée de la couverture médiatique de l’événement de Saint-Casimir. Les éditoriaux des journaux québécois parlent de « dépossession de la personnalité », de « chasse au gourou », de jeunes « qui ont grandi sous l’emprise d’une secte [...] nourris de chimères [...] dont on a lessivé le cerveau [...] des estropiés pour la vie ». Même le coroner, dans son rapport déposé sept mois plus tard, perpétue cette vision lorsqu’il cite en conclusion le journal Le Droit en date du 25 mars 1997 et souligne que :

Les sectes recrutent dans toutes les classes sociales [...] et si la société a le devoir de protéger notre liberté, elle a aussi celui d’assurer notre sécurité contre les exploiteurs, les escrocs, les manipulateurs. Il faut, dans le respect des lois qui nous gouvernent, se donner les moyens de se défendre d’eux et de prévenir les abus.

12Même si, tout au long de son rapport, il n’y a aucune indication sur la spécificité du mot « secte », le coroner Naud termine avec les recommandations suivantes :

La société a le droit et le devoir de se protéger contre les sectes qui trompent et qui exploitent, parfois même au point d’entraîner la mort de leurs propres membres. Elle se doit de mettre en place des structures d’éducation, d’information et de surveillance, car la ligne entre une religion et une secte est parfois mince.

13Il semble donc exister un consensus sur ce qu’est une secte et sur les moyens à prendre pour contrer leurs influences. Les représentants du gouvernement québécois ont préféré réfléchir et attendre le rapport du vérificateur général d’Hydro-Québec avant de poser un geste, qui n’est pas encore venu jusqu’à ce jour. Dans la prochaine partie, nous parlerons du rapport d’Hydro-Québec, nous tenterons aussi de dégager des tendances de l’analyse que nous avons faite de la couverture médiatique.

2....dans un royaume où les gens croyaient...

14En observant les réactions et les opinions exprimées lors des événements de Saint-Casimir, une série de points méritent d’être signalés sur la gestion sociale d’une crise religieuse au Québec.

15La banalisation de la secte. Le mot « secte » est devenu un concept polymorphe qui véhicule une charge affective sous le couvert d’une information. On utilise ce mot, mais sans jamais le définir clairement. On parle de pouvoir, de manipulation, de structure, mais les critères objectifs manquent. Par exemple, dans le rapport du bureau du vérificateur général d’Hydro-Québec, déposé le 22 avril 1997, on trouve en annexe une terminologie rédigée par Yves Casgrain, 1’« expert » mentionné plus haut, qui définit la secte dans ces termes :

Mouvement ou groupe manipulateur qui exploite ses membres et leur cause des dommages pouvant être de nature psychologique, monétaire ou physique. Il dicte de manière absolue le comportement, les pensées ainsi que les sentiments des adeptes. Des techniques de manipulation sont employées afin de transformer le nouvel adhérent en un adepte loyal et obéissant. La secte adopte un comportement trompeur et maquille la réalité afin d’attirer de nouveaux adhérents. La secte revendique un statut spécial ou un pouvoir particulier. Elle se dit détentrice d’une mission salvatrice et voit la société de manière négative et réductrice (Bureau du vérificateur général, 1997,25).

16On pourrait voir dans cette description l’énonciation de critères objectifs de ce qu’est une secte, mais il n’en est rien. Comment mesurer et objectiver des critères comme la manipulation ? La réponse se retrouve dans le même rapport quelques pages plus tôt. On y lit :

[...] je suis d’avis que la Fondation du Graal est un mouvement à caractère ésotérique sans être une secte. En effet, je n’ai trouvé aucun élément d’information, comme des témoignages d’anciens adeptes ou des documents critiques à l’endroit de la Fondation du Graal, qui m’aurait permis de conclure que la Fondation du Graal puisse être une secte, du moins au Québec (p. 19).

17La secte s’identifie donc par des moyens simples, témoignages d’anciens adeptes ou documents critiques, qui sont fondés sur la dénonciation et la délation.

18Une culture de la délation. L’information sur la question des nouvelles religions donne naissance à un savoir construit sur la délation. Dans « l’affaire » de l’Ordre du Temple Solaire, des débuts jusqu’aux événements de Saint-Casimir, l’information des médias québécois s’est structurée toujours selon le même schéma. Étape 1 : dans tous les médias (radio, télévision, journaux) on fait un constat des faits et on identifie des acteurs. Étape 2 : les animateurs de lignes ouvertes recueillent des témoignages et des allusions de leurs sources « généralement bien informées » et de leurs auditeurs. À partir de ces informations ils élaborent des hypothèses en créant des liens entre des groupes. En 1994, c’est ainsi qu’on a commencé à porter des accusations contre l’Ordre de la Rose-Croix AMORC et contre les homéopathes, pointant du doigt les pharmaciens qui vendaient des produits homéopathiques. Cette cueillette d’informations tourne vite à un scénario paranoïaque. Étape 3 : les autres médias qui sont à l’écoute de ces lignes ouvertes (j’ai pu le constater à plusieurs occasions) suivent ces pistes pour documenter des scénarios explicatifs reposant sur la thèse du complot ou de la manipulation. Toujours en 1994, Radio-Canada a voulu élaborer une preuve de blanchiment d’argent pour expliquer le drame suisse, ce qui s’est avéré sans fondement.

19Le résultat de toutes ces démarches est que ce sont les médias qui semblent mener l’enquête. Durant tout ce temps on ne voit jamais les policiers ou les enquêteurs désignés. Mais en plus de générer un climat de méfiance sociale, cette paranoïa génère un mécontentement réciproque chez les policiers et les journalistes. Les représentants des corps policiers reprochent aux journalistes de nuire à leur travail en cherchant le sensationnalisme et en s’introduisant dans la vie privée des gens. Les journalistes, quant à eux, se disent insatisfaits de la qualité et de la quantité de l’information que les policiers leur transmettent (Bernier, 1998). Cette culture de la dénonciation ne repose pas seulement sur une haine contre des minorités religieuses, mais également, pensons-nous, sur l’impression que peuvent avoir les gens de rendre service à la communauté. Par exemple, j’ai déjà reçu la visite d’une jeune étudiante qui voulait arracher les affiches d’un groupe religieux, parce qu’elle avait lu un article dans un journal sur la « dangerosité » de ce groupe. Elle m’avouait qu’elle voulait ainsi protéger ses confrères étudiants de cette organisation qui menaçait la santé sociale et qu’elle avait le sentiment de faire ainsi une bonne action. Notre connaissance de l’OTS se construit donc à partir d’une paranoïa de masse amplifiée par les médias, qui mobilisent l’attention et les actions d’une bonne part de la population, tout cela étant validé par le discours anti-secte.

20D’apostat à apôtre. Les « experts » antisectaires sont souvent des ex-membres qui ont quitté avec fracas, par choix personnel dans la plupart des cas, un groupe. Des sociologues ont donné le nom d’apostat à ces personnes. La lutte qu’ils mènent contre l’ensemble de ce qu’ils nomment sectes est devenue pour eux un lieu de valorisation qui en font des apôtres de la libération des âmes exploitées.

21Le point de vue anti-secte devient la norme pour jauger si la déviance peut être tolérable ou non. C’est ainsi qu’on a pu voir au Québec en 1994. Suite à des accusations portées par un éditorial du journal le Devoir contre une revue « nouvel-âgiste », Le guide ressource, les éditeurs de ladite revue ont demandé au même « expert » des mouvements d’écrire un article dans leur revue sur la question des sectes religieuses, afin de démontrer qu’ils n’étaient pas du mauvais côté. Les mouvements anti-sectes deviennent ainsi des tribunaux d’inquisition, distribuant les sceaux de conformité aux médias d’information et même à des organismes publics. Ce fut le cas pour Hydro-Québec.

22La secte devient ainsi un mal invisible qui peut frapper sans avertissement des aventuriers du religieux, c’est une forme de sida spirituel. Mais heureusement, il existe des préservatifs du domaine du spirituel, les groupes anti-sectes. Comme dans toutes les campagnes de sensibilisation à un fléau, les médias jouent un rôle important dans la diffusion de l’information. Le « fléau des sectes » n’échappe pas à cette règle.

3....que ce qu’ils voyaient était vrai...

3.1 Les nouvelles religions et les médias

23L’analyse de contenu des articles consacrés aux nouvelles religions dans les quotidiens québécois et les périodiques populaires francophones depuis trente ans nous permet de dégager l’évolution de la perception des médias sur cette question. Nous avons pu repérer trois étapes dans l’évolution de la perception médiatique des nouvelles religions.

24Les années 1970 sont caractérisées par des attaques contre les croyances des groupes. Ces attaques sont dans la continuité des reproches que l’on adressait aux Témoins de Jéhovah du Québec dans les années 1940 et 1950. Alors qu’à l’époque on dénonçait le caractère anticatholique des croyances jéhovistes, dans les années 70 on ridiculise l’exotisme et l’étrangeté des croyances au nom d’une morale profane fondée sur l’idéologie du progrès. Paradoxalement, la source principale d’expertise demeure l’Église catholique, en particulier des théologiens proposant une vision plus « sécularisée » de la religion. Il est à remarquer que dans cette période nous n’avons relevé que des articles de périodiques, le premier article de journal sur les sectes n’a été publié qu’en 1977.

25Les années 1980 marquent une transformation dans les attaques des médias, qui ciblent désormais les organisations. On parle maintenant de multiplication des groupes, de fraude et de manipulation. L’accent est mis sur le pouvoir du leader, on le compare souvent à un dictateur. Les experts consultés pour cette période sont les groupes anti-cultes, comme Info-secte pour le Québec, et l’Association pour la Défense de la Famille et de l’Individu pour la France. Les modèles d’analyse utilisés, principalement dans les périodiques, sont ceux de Bergeron (1984) pour le Québec, de Singer (1979) et de Woodrow (1977) pour la France.

26Pour les années 1990, c’est l’impact des groupes sur l’individu qui retient l’attention. On parle maintenant de santé mentale, de troubles de la personnalité. La source d’expertise principale est le témoignage de l’ex-adepte. Un des thèmes récurrents est le bien-être des enfants, comme dans le cas de Waco ou celui des transfusions sanguines chez les Témoins de Jéhovah, qui sert de prétexte à l’intervention.

27De façon générale, les médias ont une vision négative des nouvelles religions. Les quotidiens analysent le phénomène à la lumière des scandales, tandis que les périodiques, de leur côté, structurent leurs analyses en fonction des livres qui paraissent sur la question. Dans les deux cas l’événement devient un modèle exemplaire qui est utilisé par la suite pour décrire le phénomène. Les groupes les plus ciblés, durant ces trente ans, sont l’Église de l’Unification, l’Église de Scientologie, Bhagwan Rajneesh et, depuis quelques années les Témoins de Jéhovah. Mais cette évolution nous révèle avant tout que c’est le médium qui est le message, les sectes ne sont plus diabolisées, elles sont médiatisées.

3.2 Le syndrome de Fanfreluche

28Enfant, nous regardions de temps en temps une émission de télévision où une poupée du nom de Franfreluche racontait des histoires connues, telles celle du petit chaperon rouge. Fanfreluche changeait les événements et les conclusions des contes en fonction de ses goûts ou de ses humeurs. La Belle au bois dormant se trouvait ainsi propulsée dans un autre contexte, ce qui créait des rebondissements inattendus. La chanson thème nous disait que Fanfreluche aimait raconter des histoires à sa manière, une histoire pour nous amuser. Il y a des fois où nous nous demandons si nos médias ne font pas la même chose que la poupée de notre enfance.

29Le matin du 23 mars 1997, dans la salle des nouvelles d’une station de télévision de la ville de Québec, nous attendions les images de la conférence de presse de la Sûreté du Québec qu’on nous avait demandé de commenter. Comme le moment prévu était retardé, on nous a assigné un bureau pour passer le temps. Sur le pupitre notre regard a été attiré par une feuille plastifiée sur laquelle on pouvait lire les critères recherchés pour un bon reportage au bulletin de nouvelles. Le document était titré : Les standards XYZ (Nom du réseau de télévision). Les « standards » se présentaient dans l’ordre suivant : 1. Impact : images significatives et percutantes. 2. Ambiance : son ambiant pour vivre l’émotion. 3. Implication : reporter en action sur le terrain. 4. Histoire : le texte colle aux images. 5. Clarté : langage simple, phrases courtes. Ces standards montrent bien comment le médium est le message. Le contenu est assujetti aux images et aux contraintes techniques. Le direct, la nouvelle rapide, le « scoop » sont devenus des incontournables. La cote d’écoute et le tirage ont remplacé la rigueur et l’analyse. On grossit ce qui se vend, l’information devient ainsi spectacle. La pratique médiatique impose aux journalistes des contraintes de temps qui les obligent à faire une caricature de sujets qui demanderaient une observation longue et minutieuse. Comme le direct est maintenant maître, même les journaux doivent suivre le ton et la forme structurés par les médias électroniques. Même si ce qui vient d’être écrit pourrait être qualifié de cliché, des exemples comme la couverture médiatique des grands rassemblements charismatiques du Forum de Montréal en 1988 soulèvent de sérieuses questions.

30Le dimanche 13 mars 1988, 25 000 personnes se déplacent pour voir et entendre le prédicateur Pierre Lacroix au Forum de Montréal. À la fin de la rencontre, une centaine de miracles se produisent au ravissement de la foule et à la stupéfaction des médias. Fait banal si on en juge par la réaction du journal The Gazette, qui ne consacrera que quelques lignes à l’événement, en présentant d’abord le phénomène du télévangéliste Lacroix, puis en analysant la décision du prédicateur d’arrêter ses émissions de télévision, ne parlant des guérisons qu’à la fin de son court article. Dans les journaux francophones, la couverture est différente. Le Journal de Québec titre, en première page, « Miracle ! », Le Soleil, de Québec, dans son premier cahier proclame « Guérisons miraculeuses au marathon de l’amour », La Presse, de Montréal, claironne « Miracles à la douzaine au Forum ! », tandis que Le Devoir, de Montréal, parle en première page d’envoûtement et d’ensorcellement pour décrire l’événement. Tous les médias électroniques ont aussi souligné le fait, et les analystes de l’information, les éditorialistes en particulier, ont critiqué ou ridiculisé le tout. Mais en regardant de plus près les analyses et les réactions des médias, on reste songeur devant la vision qui s’en dégage et la façon dont on a traité le cas du Forum.

31S’il y a eu miracle, c’est bien du côté des médias. Le Forum devient un autre exemple du sensationnalisme qui n’est exploité que pour les profits des vendeurs des nouvelles. Le bureau d’études Caisse, Chartier et Associés a bien montré que, lors des événements de Sainte-Marthe-sur-le-Lac en janvier 1986, il y a eu une exploitation médiatique du « miracle » de la statue qui pleurait de fausses larmes de sang (fabriquées par un croyant trop fervent) (Chartier, 1986). Ce cas est un exemple classique du traitement d’une nouvelle dans les médias. Tout d’abord, la mise en scène initiale s’effectue dans les pages d’un quotidien. Les réseaux de télévision emboîtent le pas et, comme ça a été le cas dans l’exemple précédent, lui accordent une place exceptionnelle, fort probablement à cause du potentiel riche que recèle l’événement pour faire des images. En piquant la curiosité des gens, les médias suscitent et entretiennent un mouvement de masse, ils créent un phénomène à leur image. Le contenu de la nouvelle reflète cette dynamique, on laisse beaucoup de place aux témoignages des pèlerins, qui parlent de miracles, de phénomènes extraordinaires. Ensuite on voit le propriétaire de la maison où se déroule le phénomène, qui y voit un message de la Vierge. Finalement les autorités religieuses et médicales ont droit à peu de temps pour faire part de leur doute quant à l’authenticité du cas.

32Au sixième jour d’une couverture médiatique assidue et soutenue, coup de théâtre : Radio-Canada, qui avait demandé une analyse de l’icône, révèle que l’huile n’est autre chose que du gras animal. On annonce par la même occasion que le couple propriétaire de l’icône n’est pas au-dessus de tout soupçon. L’homme est accusé de pratiquer illégalement la médecine par le Collège des médecins, et la femme est présentée comme une fanatique religieuse. On démystifie aussi le phénomène du soleil dansant observé deux jours plus tôt. Pendant les six premiers jours de diffusion, Radio-Canada positionne la nouvelle au début de son bulletin. Lorsque la supercherie est confirmée, on retrouve la nouvelle en fin de bulletin. Lorsque la vérité éclate, ce sont les journalistes qui apparaissent à l’écran, faisant la lumière sur le mystère, avec la bénédiction des experts et des autorités. Lorsque, deux jours plus tard, on recueille les confessions des acteurs de ce phénomène, les reporters qui avaient suivi le dossier depuis le début ne sont plus là, ils sont remplacés par des collègues. Les analystes de Caisse, Chartier et Associés concluent : « dans toute cette affaire, les journalistes et les médias semblent s’être servis eux-mêmes, incitant la progression du phénomène et par son truchement, à la consommation de la nouvelle. Plus tard, ces mêmes intervenants se sont réservés le « beau rôle » en désamorçant le mythe miraculeux qu’ils avaient contribué à créer ou tout au moins, à amplifier » (p.7). Tout au long de la couverture de presse, les journalistes se sont donnés le rôle de justicier, en faisant la démonstration que la religion est une affaire de supercherie, mais en passant à côté de l’essentiel, c’est-à-dire le phénomène des icônes pleureuses au Québec, qui continuent toujours, d’ailleurs, de suinter.

33Mêmes observations dans le cas des dramatiques télévisées diffusées depuis quelques années. Les dirigeants religieux y sont présentés comme des bourreaux manipulateurs, ou comme des êtres sans idéaux qui ne savent que répéter un message décroché de la réalité moderne. Le fait divers, l’aspect sensationnel sont au cœur de l’information, on peut parler d’une « insoutenable légèreté des médias » (Bouchard, 1995) qui semble nous révéler un contentieux non réglé entre certains journalistes et l’histoire religieuse récente (Gourde et Marcil, 1997). Nous pensons, comme Liebman (1997), que certains journalistes trient l’information qui confirme leurs préjugés.

4. …, parce qu’ils voulaient bien y croire

34Le modèle de la secte qui est utilisé par les médias semble relever de la légende urbaine, ces histoires fictives qui deviennent plausibles socialement et qui expriment de façon inconsciente les préoccupations des individus qui les créent et les propagent (Campion-Vincent, 1989 ; Kapferer, 1989). Ces rumeurs deviennent des récits cathartiques qui fournissent au groupe social un scénario acceptable pour substituer un ordre à la dissonance générée par l’évolution et l’évaporation des formes traditionnelles de socialisation et par la redéfinition des frontières morales (moral boundaries). Comme on a pu le voir, ce sont les préoccupations sociales qui ont marqué l’évolution de la perception médiatique des nouvelles religions.

35Les récits sur les nouvelles religions deviennent donc des moyens pour dire que l’on discrédite l’institution religieuse traditionnelle et pour identifier le coupable de l’échec familial dans la transmission des valeurs. On reprend alors le scénario typique de l’étranger et de l’enlèvement, l’ogre des fables refait surface sous le masque des sectes. Comme dans les légendes urbaines, les récits médiatiques sur les nouvelles religions pointent les préoccupations d’une époque et identifient un bouc émissaire révélateur des angoisses d’une société. La secte menace l’avenir du groupe (les jeunes) en le faisant basculer dans l’irrationnel, qui est l’inversion du mythe fondateur moderne : la science.

36Le binôme nature/culture des sociétés traditionnelles devient rationalité/irrationalité dans nos sociétés techno-bureaucratiques. La religion institutionnelle devient une anomalie sociale dans une société qui s’imagine sécularisée et autonome. La nouvelle religieuse est toujours source de controverse. Comme Silk (1995) le faisait remarquer, l’interprétation des événements religieux se fait toujours à la lumière des valeurs religieuses traditionnelles occidentales. Les informations sur les nouvelles religions deviennent des antithèses des topoi, ou lieux communs, de Silk. Rappelons que ce professeur du Trinity College avait dégagé sept lieux communs qui structureraient la couverture médiatique de la religion aux États-Unis. Selon lui, la couverture médiatique des nouvelles religions est gérée sous le thème de la fausse prophétie. Nous pensons cependant que l’on pourrait y ajouter le type hypocrisie, et qu’en plus on pourrait voir dans la secte une inversion des types bon travail, tolérance et inclusion. La secte est devenue un monstre.

CONCLUSION

37La religion, telle qu’elle nous est présentée dans les médias, est standardisée en fonction d’un potentiel de spectacularité et d’exceptionnalité. Les recherches des dernières années ont révélé que les médias ont une vision négative des nouvelles religions, et que l’événement choc (meurtres, suicides, scandales...) devient un modèle exemplaire, utilisé par la suite pour décrire le phénomène. Nous avons pu repérer trois étapes dans l’évolution de la perception médiatique des nouvelles religions. Ces étapes nous laissent entrevoir une rhétorique où, comme dans les légendes urbaines, les récits médiatiques sur les nouvelles religions pointent les préoccupations d’une époque et identifient un bouc émissaire révélateur des angoisses d’une société.

38À la lumière de ces analyses, il nous faut repenser les médias comme interface de la sphère privée et de la sphère publique. Les médias façonnent le réel, mais ils sont aussi façonnés par les gens, les centres de pouvoir et même les nouvelles religions. Les médias deviennent alors l’écran où est projeté notre imaginaire. Nous découvrons ainsi que la société de masse impose aux religions des règles précises en standardisant des comportements et en déterminant ce qui est tolérable. La question qui se pose alors est la suivante : les médias sont-ils devenus l’outil de propagande de la « dictature » de la masse ?

39Les nouvelles technologies ont transformé les médias, qui font maintenant de l’information un spectacle. Le spectacle fait appel à l’émotion et l’émotion en religion n’est pas affaire d’institution mais d’individu. Nous vivons donc sur nos écrans le conflit entre le type église et le type mystique. Les médias construisent ainsi un objet qui sera identifié comme religion et qui aura comme référent l’individu libre, autonome et rationnel. L’institution religieuse devient par le fait même un oppresseur, un phénomène étrange, inadapté à la modernité. Le symbole par excellence de cette machine à soumission qu’est la religion est la secte religieuse. Mais comment distinguer la secte de la religion catholique ? Ce dilemme est à la source du brouillard présent lors des campagnes de panique morale qui font suite à des événements dramatiques tels Waco ou St-Casimir. La gestion médiatique de la différence religieuse est emprisonnée dans ce délire schizophrénique québécois des comptes à régler avec son passé. C’est sur cet arrière-fond que sont projetées les images sur les sectes.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Beckford, J. and M.A. Cole (1988), “British and American Responses to New Religious Movements”, Bulletin of the John Rylands University Library of Manchester, 70, 3, 209-224.

Bergeron, R. (1984), Le cortège des fous de Dieu, un chrétien scrute les nouvelles religions. Montréal, Éditions Paulines.

Bemier, M.-F. (1998), « Mécontentement réciproque chez les policiers et les journalistes », 21 juillet.

Bouchard, A. (1995), “L’insoutenable légèreté des médias”, conférence donnée dans le cadre des Conférences Ouvertures du Centre d’information sur les nouvelles religions, Montréal, 20 septembre.

Bureau du vérificateur général (1997), Allégations d’infiltration par des groupes ésotériques. Rapport de vérification. Hydro-Québec, 22 avril 1997.

Campiche, R. (1995), Quand les sectes affolent. Ordre du Temple Solaire, médias et fin de millénaire, Genève, Labor et Fides.

Campion-Vincent, V. (1989), « Complots et avertissements : légendes urbaines dans la ville », Revue française de sociologie, 30,91-105.

Chartier, L. (1986), La télévision a vu juste... à temps ! Une analyse du phénomène télévisuel entourant l’affaire Ste-Marthe. Caisse, Chartier et associés, 11 mars.

Giguère, N. (1997), Aller simple pour Sirius, (enregistrement vidéo), Montréal, Verseau International.

Dart, J., and J. Allen (1993), Bridging the Gap: Religion and the News Media, Nashville, Freedom Forum First Amendment Center.

Delorme, H. (1996), Crois et meurs dans l’Ordre du temple solaire. Saint-Alphonse-de-Granby, Éditions de la paix.

Fournier, G. avec la collaboration de M. Langlois (1996), Le cercle de mort, la tragédie de l’Ordre du Temple solaire. Montréal, Éditions de l’Homme.

Frigerio, A. (1998), « Les « sectes » vues par les « religions » : le discours médiatique des prêtres et des pasteurs en Argentine », Social Compass, 45, 3, 437-459.

Gourde, Sylvie et Claude Marcil. « L’Église et les médias. Un débat entre rationalité et foi ». Présence Magazine, Mai 1997, p. 15-25.

Kapferer, J.N. (1989), « Les disparitions de Mourmelon. Origine et interprétation des rumeurs », Revue française de sociologie, 30, 81-89.

Lemieux, R. (1987), « Charisme, mass-média et religion populaire. Le Voyage du Pape au Canada », Social Compass, 34,1, 11-31.

Liebman, C. S. (1997), « The Media and the Guttman Report », In Liebman, C. S. and E. Katz (Eds), The Jewishness of Israelis Responses to the Guttman Report. Alabany, SUNY, p. 39-58.

Silk, M. (1995), Unsecular Media. Making News of Religion in America, Chicago, University of Illinois Press.

Singer, M.T. (1979), « Les sectes : comment en sortir ? », Psychologie, 111, 26-33.

Stout, D.A. and J.M. Buddenbaum (1996), Religion and Mass Media : Audiences and Adaptations, Thousand Oaks, Sage.

Van Driel, B. and J. Van Belzen (1990), « The Downfall of Rajneeshpuram in the Print Media. A Cross-National Study », Journal for the Scientific Study of Religion, 29, 1, 76-90.

Van Driel, B. and J.T. Richardson (1988a), « Categorization of New Religious Movements in American Print Media », Sociological Analysis, 49, 2,171-183.

Van Driel, B. and J.T. Richardson (1988b), « Print Media Coverage of New Religious Movements. A Longitudinal Study », Journal of Communication, 38, 3, 37-61.

Woodrow, A. (1977), Les nouvelles sectes, Paris, Seuil.

Wright, S.A. (Ed.) (1997), « Mass Media and Unconventional Religion », Review of Religious Research, Special Issue, 39,2.

Notes

1 Pour effectuer cette analyse, nous avons utilisé les instruments bibliographiques suivants : Point de repire. Index analytique d’articles de périodiques de langue française. Montréal, Bibliothèque Nationale du Québec et Services documentaires Multimédia et L’Index de l’Actualité. Montréal, Documensa ; ils nous ont permis de constituer un corpus de 156 articles de périodiques et de 257 articles de journaux pour un total de 413 articles sur les nouvelles religions.

Auteur

Professeur en sciences religieuses CEGEP de Sainte-Foy et Faculté de théologie et de sciences religieuses Université Laval

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540