Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Building New Bridges - Bâtir de nouveaux ponts

 | 
Jeff Keshen
, 
Sylvie Perrier

11 – Réflexions sur la question identitaire d’après les recensements informatisés

L’exemple des « Suisses » en Ontario (1871-1881)

Samy Khalid

Texte intégral

1En 1871, François Challet est fermier près du lac Huron, en Ontario. A l’occasion du recensement cette année-là, il explique qu’il est Suisse de naissance, mais Français de nationalité. Au même moment, à Toronto, l’apprenti Charles Sutter déclare au recenseur qu’il est né en Suisse et de nationalité suisse.

2Dix ans plus tard, en 1881, François Challet confirme qu’il est né en Suisse, mais, cette fois, se décrit comme étant Suisse de nationalité. Quant à Charles Sutter, le recenseur le retrouve à Edmonton, où il se définit comme Allemand et affirme qu’il est né en Ontario.

  • 1 Statistique Canada, « Population et composantes de la croissance démographique », http://www.statc (...)

3Ces personnages n’ont rien d’extraordinaire à première vue, si ce n’est qu’ils font partie des rares immigrants recensés au Canada à la fin du XIXe siècle qui ont un lien direct avec la Suisse. En effet, sur une population totale de près de 3,7 millions, le gouvernement du Canada dénombre à peine 2 963 Suisses en 18711. C’est donc dire que le pays compte environ un Suisse pour 1 250 habitants (0,0008 p. cent). Cette proportion augmentera légèrement au recensement suivant, pour s’établir à près de 0,001 p. cent selon les données de 1881 (un Suisse pour 923 habitants).

  • 2 Voir entre autres David Kertzer et Dominique Arel, Census and Identity, Cambridge, Cambridge Unive (...)

4Des statistiques comme celles-là sont légion dans les livres d’histoire et les documents gouvernementaux, aux mains de spécialistes persuadés de leur utilité pour comprendre la composition de la société. L’intérêt de ces statistiques et des recensements est sans doute appréciable, mais leur manipulation est délicate et il faut s’y prêter avec prudence, si ce n’est circonspection, afin d’éviter les généralisations trompeuses. Les recensements, comme nous le verrons, ne sont pas le symbole de « vérité absolue » que l’on a pu croire. Ils représentent des constructions parfois abstraites qui donnent lieu à de nombreuses possibilités d’interprétations2.

5La présente recherche s’inscrit dans le cadre d’un effort visant à « bâtir de nouveaux ponts » en histoire, et notamment à explorer l’utilisation et le potentiel de sources récemment réorganisées dans des bases de données en ligne. Dans cet article, grâce à une étude de cas sur les recensements canadiens de 1871 et de 1881, nous évaluerons ainsi la façon dont certains ressortissants définis comme étant « Suisses » ont été recensés en Ontario au cours de la décennie. Nous tenterons notamment de faire ressortir certaines lacunes dont les statisticiens, et par ricochet les historiens, ne se sont pas méfiés pour établir leurs tableaux généraux de population et expliquer les tendances de l’immigration.

6L’exercice en question se veut d’abord méthodologique. Vu les progrès sans précédent réalisés dans les dernières années au niveau de l’accès informatisé aux recensements, il nous a semblé intéressant de mettre à l’essai les fonctionnalités de ces bases de données. Pour ce faire, nous avons sélectionné un groupe de personnes habitant en Ontario et qui, au recensement de 1871, ont déclaré la Suisse comme lieu de naissance. Nous avons ensuite cherché à faire un jumelage manuel de ce groupe grâce au recensement de 1881 en vue d’en étudier l’évolution, et ce, non seulement du point de vue quantitatif, mais surtout identitaire. Une telle tentative de jumelage sert ici à évoquer une façon qui nous a semblé intéressante de souligner la richesse des bases de données pour mieux comprendre la question de l’identité chez une population qui, justement, est difficile à définir.

L’identité suisse

7L’identité suisse est extrêmement complexe. En effet, malgré ses dimensions réduites, la Suisse est un pays composé de groupes linguistiques, religieux, socioculturels et politiques fort différents. Le pays, qui est bordé par quatre grands voisins (la France à l’ouest, les principautés allemandes au nord, l’empire d’Autriche à l’est et l’Italie au sud), compte quatre groupes linguistiques inégaux : les Romands (francophones) dans le quart ouest, les Suisses italiens vers le sud, les Suisses romanches, très minoritaires, dans certaines enclaves du sud-est, et les Suisses allemands ailleurs sur la majorité du territoire, notamment au centre, au nord et à l’est.

8En plus de ces caractéristiques identitaires liées à la langue et à la géographie (la Suisse se trouvant entre des puissances parfois menaçantes, mais aussi blottie dans les montagnes), la configuration religieuse apporte une complication supplémentaire. La Suisse est divisée presque à moitié entre catholiques et protestants, mais en fonction de noyaux dispersés et irréguliers. Ainsi, certaines régions francophones sont protestantes depuis la Réforme, tandis que d’autres sont restées catholiques, et ce, parfois au sein d’un même canton ou d’une même zone culturelle.

9Au fond, donc, la Suisse est depuis longtemps un pays multiculturel, multiethnique et multilingue. Comme le Canada, la Suisse s’est constituée au cours des siècles par la rencontre de peuples aux identités très variées. Pour cette raison, les migrants issus du territoire suisse sont extrêmement intéressants à étudier, peut-être surtout dans le contexte de l’histoire canadienne.

Les Suisses au Canada

  • 3 Il n’existe qu’une poignée d’articles sur la question et deux livres, celui de Joan Magee, The Swi (...)

10En dépit de ces constatations, l’étude de l’immigration suisse au Canada a toujours été négligée par les historiens3. Au premier coup d’œil, l’apport des Suisses à notre pays peut effectivement passer inaperçu. Pourtant, leur impact est loin d’avoir été banal.

11Malgré sa faiblesse endémique en termes absolus, la présence suisse au Canada est très ancienne, remontant aux origines même de la colonisation. Les annales relatent déjà la présence d’un petit contingent de soldats helvétiques en Acadie en 1604, avant même la fondation de la Nouvelle-France. Jusqu’au début du XIXe siècle, les habilités et la discipline des militaires suisses sont par ailleurs très recherchées, en entraînant certains, tels Frederick Haldimand et George Prevost, vers les plus hauts sommets de l’administration civile et militaire du Canada.

  • 4 Après la guerre de 1812, Lord Selkirk avait recruté quelques soldats du régiment suisse de Meuron (...)
  • 5 Zurich, dans le comté de Huron, a été fondée par un immigrant suisse, Frederick Knell.
  • 6 Mentionnons entre autres Stanislas Drapeau, Canada : le guide du colon français, belge, suisse, et (...)

12Au lendemain de la Révolution américaine, plusieurs vagues de mennonites déferlent sur le Haut-Canada. Plus tard, l’immigration directement depuis la Suisse augmente et s’organise. L’expédition de Lord Selkirk vers la rivière Rouge (Manitoba) en 18214, l’ouverture du «Huron Tract» à l’ouest de Guelph entre 1828 et 1856, la fondation de Zurich (Ontario) en 185 65, attestent l’intérêt manifesté à la fois par les autorités canadiennes et par les migrants eux-mêmes de renforcer la présence suisse à l’ouest du Québec. Après la Confédération et l’adoption de la première loi fédérale sur l’immigration, le gouvernement du Canada confirme d’ailleurs son affinité pour les colons de l’Europe occidentale. Cette volonté politique donne lieu à la nomination en 1872 d’un agent fédéral d’immigration responsable de la Suisse, et par la suite à la publication de nombreux tracts pour promouvoir l’émigration française, belge et suisse vers le Canada6. En fait, la proximité linguistique et religieuse des Helvètes plaît aux autorités canadiennes parce qu’elle facilite leur intégration dans l’un ou l’autre des deux groupes majoritaires au Canada.

  • 7 Fabien Dunand, Le modèle suisse, Paris, Payot, 1991, p. 104.

13Les ressortissants suisses dont il est question dans la présente étude font en majorité partie de ces groupes de contestataires religieux, de grands aventuriers, mais aussi de victimes des disettes et de la pauvreté sur le Vieux Continent qui, au moment « de la révolution industrielle [...ont] conduit une masse d’environ 400 000 Suisses sur les routes d’Europe et du Nouveau Monde, de 1850 au déclenchement de la Première Guerre mondiale7 ».

14Mais alors comment évaluer le nombre de « Suisses » au Canada vers la fin du XIXe siècle ? Et surtout, comment se définissait un « Suisse » ?

Statistiques officielles

  • 8 Statistique Canada, « Population et composantes », op. cit.

15Selon le recensement de 1871, le Canada compte 2 963 ressortissants suisses, dont 950 en Ontario8. Ces statistiques officielles sont assez limitatives et somme toute inexpressives, comme nous le verrons plus loin, mais servent ici de point de repère utile.

  • 9 Les bénévoles d’Ontario GenWeb (www.rootsweb.com/~ongenpro/census) procèdent depuis 1997 à la tran (...)
  • 10 Le site de Census Online (www.census-online.com/links/Canada/ON/All.html) répertorie 349 recenseme (...)
  • 11 Par exemple, l’Institut d’études canadiennes, à l’Université d’Ottawa, est l’hôte de l’Infrastruct (...)
  • 12 Archives nationales du Canada, Index du Recensement du Canada pour l’Ontario (1871), www.archives. (...)
  • 13 Site Web des Mormons : www.familysearch.org. Dans la version Internet, il n’est possible de faire (...)

16De nos jours, les historiens ont la chance d’avoir à leur portée toute une panoplie de nouvelles technologies qui facilitent leur travail de recherche. Les organisations vouées à la généalogie, telles que la Société de généalogie de l’Ontario, Ontario GenWeb9 et Census Online10, sont des chefs de file dans le domaine de la transcription et de la diffusion des recensements et d’autres documents produits par les institutions politiques ou religieuses. Parallèlement, tout un réseau d’universitaires utilisent les recensements et les bases de données créées par les sociétés généalogiques pour étudier la composition de la société canadienne11. Les Archives nationales du Canada, elles, ont mis en ligne il y a quelques années l’index nominatif du recensement canadien de 1871 pour l’Ontario12 et, plus récemment, la totalité du recensement canadien de 1901 sous forme d’images auxquelles renvoie un index géographique. Pour sa part, l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours a informatisé les recensements américain de 1880, canadien de 1881 et britannique de 1881, qu’elle vend sur CD-ROM depuis mars 2002 et qu’elle a ouvert sur son site Web à la fin octobre 200213.

17En travaillant directement avec l’Index ontarien du recensement canadien de 1871 et le recensement canadien de 1881 sur CD-ROM, nous avons d’abord vérifié l’exactitude des données officielles du bureau de la statistique (voir tableau 1).

Tableau 1 : Nombre de « Suisses » recensés en Ontario en 1871 et en 1881 selon l’origine déclarée et le lieu de naissance

Année

Recensés d’origine suisse

Recensés nés en Suisse

Recensés d’origine suisse et nés en Suisse

1871

245 (chefs de ménage)

200 (chefs de ménage)

141 (chefs de ménage)

1881

2 315

644

487

Sources : Index ontarien du recensement canadien de 1871 et Recensement canadien de 1881 sur CD-ROM

18Pour 1871, précisons tout d’abord que la différence entre le nombre de Suisses notés dans les statistiques (n = 950) et celui de l’index ontarien (n = 245) tient à la façon dont l’information est présentée dans la base de données. En effet, celle-ci répertorie au premier titre le nom des chefs de famille qui résidaient en Ontario en avril 1871. Même si ce recensement a permis à l’État d’obtenir des données sur une variété de sujets, l’index informatisé ne donne un aperçu que d’une partie de la population (les chefs de ménage), et ce, sans précision sur leur état matrimonial, le nombre de cohabitants ni même leur lieu de résidence précis (outre le sous-district). Pour en savoir davantage, il est nécessaire de consulter les microfilms du recensement original.

19Cet index, par ailleurs, est difficile à consulter parce qu’il n’autorise que six formes d’interrogation. Là encore, il faut la plupart du temps avoir une idée précise de ce que l’on cherche. Les clés de recherche sont le nom de famille, le prénom, l’occupation (c’est-à-dire la profession), l’origine ethnique (en fait la « nationalité » selon la terminologie employée dans le recensement), d’autres mots clés et enfin le district. Malgré la possibilité d’utiliser des caractères de substitution (le point d’interrogation pour remplacer une lettre ou le signe $ pour toutes les terminaisons possibles d’un nom ou d’un mot), le problème des variantes orthographiques reste entier. Par exemple, un nom comme Dufaut, dont les variantes orthographiques sont nombreuses en français (Dufault, Dufeau, Dufau, Dufaux, Dufaud, Duffaut, etc.), a très bien pu être épelé Defoe, Dafoe, Dussault au mieux des connaissances du recenseur ou du transcripteur ou selon leur bon vouloir.

20Pourquoi cette difficulté de consultation ? Pourquoi ces lacunes ? Il faut rappeler que l’Index du recensement du Canada pour l’Ontario en 1871 a été conçu d’abord et avant tout comme un outil généalogique. Il s’agit au départ d’un projet de la Société de généalogie de l’Ontario, qui voulait aider les généalogistes à chercher certains patronymes en particulier. C’est pourquoi des centaines de bénévoles ont épluché les manuscrits du recensement et relevé uniquement les renseignements essentiels sur le chef de ménage, porteur du nom, ainsi que, dans de plus rares occasions, les noms des autres personnes (« strays » ou personnes égarées) dont le patronyme diffère de celui du chef de famille mais qui vivent sous le même toit ; on peut penser par exemple à une belle-mère ou à un domestique. L’unité de base pour ce recensement n’était pas la famille, mais plutôt le ménage : ainsi, toutes les personnes qui habitaient à une même adresse étaient regroupées en un bloc.

21En fait, donc, l’index ontarien de 1871 recense 304 chefs de ménage d’origine suisse ou nés en Suisse (voir graphique ci-dessous). Ce nombre est établi à partir des données du tableau 1, qui rappelle que 141 des 245 chefs de ménage s’étant déclarés d’origine suisse sont aussi natifs de ce pays ; en procédant par élimination, il est facile d’en déduire que 104 personnes d’origine suisse ont dit être nées à l’étranger, tandis que 59 étrangers ont déclaré être nés en Suisse.

22En ce qui concerne le recensement de 1881, le même exercice permet de déceler la présence de 2 472 personnes d’origine suisse ou nées en Suisse (voir graphique ci-dessous). Ce résultat est étonnant, lui aussi, mais seulement parce qu’il révèle un plus grand nombre de « Suisses » que ce qui avait été annoncé par les statisticiens (2 382). On remarque ici qu’à peine 487 des 2 315 personnes ayant déclaré une origine suisse sont aussi nées en Suisse (21 %), ce qui peut laisser supposer un accroissement de la population grâce à des naissances récentes au sein des familles qui se considèrent suisses. Une nouvelle soustraction atteste que 1 828 personnes d’origine suisse seraient nées à l’étranger, tandis que 157 étrangers seraient nés en Suisse.

Méthodologie et résultats préliminaires (1871)

23Pour les fins de cette recherche, il nous a paru bon de limiter notre corpus à une fraction clairement définie de ce groupe des « Suisses » en Ontario, ce que nous avons fait en ne retenant que les 200 chefs de ménage nés en Suisse (voir annexe), donc a priori immigrants de première génération.

  • 14 Il faut préciser que nous avons pu repérer ces mots clés mal orthographiés ou abrégés grâce à un a (...)

24Pour en arriver aux résultats de cette première recherche, rappelons que nous avons entré le terme « Switzerland » dans le champ des mots clés. Cette interrogation a donné 193 résultats. Les sept noms manquants (car nous en comptons 200 en tout) sont ceux de personnes dont le lieu de naissance a été indiqué par les recenseurs comme « swiss », « switerland », « switzd », etc.14 La liste complète de ces orthographes divergentes figure au tableau 2.

Tableau 2 : Descripteurs de lieu de naissance faisant référence à la Suisse dans les recensements

Mot clé utilisé

1871

1881

helvetic/helvetian

0

1

schwiss

0

2

suisse

0

1

swis

0

2

swiss

1

656

swit

1

1

switerland

2

0

switrld

0

1

switz

1

0

switzd

1

0

switzerd

1

0

Switzerland

192

644

swizerland

1

0

autres orthographes erronées (swisse, switzerl, swz…)

0

0

lieux précis en Suisse (schweiz, bern, geneva, neuchatel, vaud…)

0

0

TOTAL

200*

644**

*Il s’agit de chefs de ménage uniquement en 1871.
**Le total est faussé par le fait que plusieurs des termes (notamment « swiss » et « Switzerland ») se retrouvent à la fois dans les champs « origine » et « lieu de naissance ». Toutefois, la plupart des cas problématiques ont été épluchés par les éditeurs du recensement de 1881 et nous croyons donc pouvoir nous fier au nombre de 644 indiqué par le logiciel

25Par la suite, l’extraction des noms recueillis dans un logiciel adéquat a nécessité un long travail de formatage, d’autant plus ardu qu’il a fallu vérifier manuellement chacune des 200 fiches pour y ajouter les données complémentaires sur l’origine déclarée, la religion, « l’occupation » (c’est-à-dire la profession) et toute autre note pertinente. Ces détails, en effet, n’apparaissent pas dans la page des résultats de recherche, mais doivent être obtenus en cliquant sur une icône à côté de chaque nom.

26Le tableau ainsi construit présente l’avantage de permettre le tri automatique des données (voir annexe).

Extraction des données pour 1871

  • 15 Bruce Curtis, The Politics of Population, Toronto, University of Toronto Press, 2001, ch. 8. Au Qu (...)

27Divers regroupements et recoupements sont possibles en réorganisant les dix colonnes correspondant aux dix types de données disponibles : nom et prénom, sexe, âge, lieu de naissance, district, sous-district, origine (« nationalité »), religion, occupation et notes diverses. Or, ces informations ne sont pas toutes utiles, surtout prises hors contexte. Qui plus est, elles sont très difficiles à mettre en rapport d’une année à l’autre. En effet, en 1871, les nombres portent sur les chefs de ménage et les « strays ». On se souviendra aussi qu’automatiquement à cette époque en Ontario, quand le père de famille se déclarait Suisse, tous ses enfants l’étaient également, peu importe l’origine de la mère15.

Extraction des données pour 1881

  • 16 North Atlantic Population Project, « Beta release of coded Canadian 1881 census data », http://www (...)

28En ce qui a trait au recensement de 1881, les données sont plus complètes, car c’est toute la population qui est comptée (et non seulement les chefs de famille). La version grand public offerte à partir du site Web des mormons depuis la fin 2002 est somme toute limitée. Il n’est possible d’y faire une recherche que par nom, prénom ou chef de ménage. Par contre, l’Église des saints des derniers jours a aussi produit une série de CD-ROM contenant une version informatisée un peu plus maniable du recensement canadien de 1881. En plus, pour les universitaires, les données complètes du recensement ont été mises en valeur par les collaborateurs du North Atlantic Population Project (dont font partie l’Université de Montréal et l’Institut d’études canadiennes à l’Université d’Ottawa) et on y a accès sur un serveur protégé depuis la fin décembre 200316.

29Avant l’apparition de ces bases de données, les chercheurs devaient effectuer leurs travaux en passant en revue des bobines et des bobines de microfilms, et ils obtenaient des résultats plus ou moins satisfaisants. Maintenant, avec quelques touches du clavier, ils peuvent effectuer une recherche dans des millions de dossiers avec beaucoup plus de facilité. Comme pour l’index ontarien, ce sont des bénévoles qui ont transcrit pendant de nombreuses années les données du recensement à partir de microfilms ou de photocopies des formulaires originaux. Une fois ces données compilées, une équipe de généalogistes mormons, en partenariat avec l’Institut d’études canadiennes, a procédé à leur épuration. Grâce à cet outil, il est facile d’utiliser n’importe quelle clé de recherche pour trouver l’information souhaitée. Bien sûr, c’est en supposant que les détails voulus ne figuraient pas sur les pages manquantes ou illisibles du recensement.

30L’annexe présente un exemple de notre tableau comparatif. Dans ce tableau, nous avons repris les données de 1871 auxquelles se sont ajoutées les données de 1881 lorsqu’il a été possible de faire un jumelage réussi. Cette première expérience, limitée ici à un groupe d’une cinquantaine de « Suisses » de moins de 35 ans, nous a permis de retrouver environ 70 p. cent des personnes sélectionnées et de suivre leur trajet.

  • 17 Contrairement à l’expérience de Raymond Roy, Christian Pouyez et François Martin au Saguenay (« Le (...)
  • 18 Son nom est écrit Myne en 1871.

31Sur les 49 Ontariens nés en Suisse et âgés de moins de 35 ans en 1871, nous avons pu en retrouver 32 hors de tout doute en 1881. La méthode de jumelage retenue a été basée sur le nom et les prénoms des individus en premier lieu, mais également sur toutes les autres variables17. Cet exercice s’est révélé beaucoup plus ardu que prévu en raison des énormes variations orthographiques dans les noms à consonance étrangère. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à penser au patronyme von Känel, qui a été épelé von Kumel en 1871 et von Kenel en 1881. Également, divers problèmes au niveau de l’âge et de l’origine ont complexifié la recherche. Dans le premier cas, prenons seulement l’exemple de Solomon Meier(s) qui, en 1881, a le même âge qu’en 1871 (34 ans) alors que son fils aîné en a 20. Dans le second cas, mentionnons Anthony Smith18, d’origine allemande alors qu’il était qualifié d’Irlandais dix ans plus tôt, sans doute du fait que sa femme est Irlandaise.

Tableau 3 : Variation des données (1871-1881)

Nombre absolu

%

Personnes retrouvées (avec ou sans variante orthographique)

32/49

65,3

Même orthographe

11/32

34,4

Variante orthographique mineure

23/32

71,9

Même date de naissance (à 1 an près)

14/32

43,7

Même lieu de naissance

20/32

62,5

Lieu de naissance devenu « Ontario »

7/32

21,9

Même district

23/32

71,9

Nombre absolu

%

Même origine

20/32

62,5

Origine devenue « German »

9/32

28,1

Même religion

18/32

56,2

Même profession

22/32

68,7

  • 19 Grâce à la compilation d’une série de données complexes, Emmanuel Todd, dans L’invention de l’Euro (...)

32Somme toute, même si l’échantillon retenu n’est pas entièrement représentatif du groupe des « Suisses » en Ontario, certaines tendances se dégagent. Ainsi, en voyant que l’âge coïncide d’un recensement à l’autre dans 44 p. cent des cas (à un an près), nous aurions envie de postuler que près de la moitié des personnes ont reçu une forme d’éducation leur permettant de lire leurs papiers d’identité ou les rendant sensibles aux questions de l’âge et du passage du temps19.

33La question du lieu de naissance est à lier ici à l’origine ethnique et c’est elle qui renseigne le plus sur la rétention de l’identité suisse. Quelque 63 p. cent des moins de 35 ans nés en Suisse d’après le recensement de 1871 déclarent encore la Suisse comme lieu de naissance en 1881 ; le même pourcentage s’applique d’ailleurs à l’origine déclarée. Il faut donc y voir le fait qu’un peu moins du tiers des recensés conservent leur identité dix ans plus tard. Une nuance doit toutefois être apportée aux statistiques sur l’origine : neuf personnes (28 p. cent) sont devenues « allemandes », ce qui n’enlève peut-être rien à leurs origines suisses, mais confirme le flou entourant la définition de la question d’origine ethnique à la fin du XIXe siècle. Parmi les autres dont le lieu de naissance n’est plus la Suisse, 22 p. cent (surtout les plus jeunes) affirment être nés en Ontario, ce qui ne peut traduire qu’une volonté d’intégration à la société canadienne.

34Ce qu’il faut retenir, par contre, c’est que le potentiel de ces deux bases de données est immense. Grâce à elles, nous sommes en mesure de faire relativement aisément sur une grande échelle ce que peu d’historiens ont eu les moyens de faire auparavant, c’est-à-dire de jumeler les données tirées de deux recensements différents. Cette perspective est particulièrement enthousiasmante pour ceux qui souhaitent étudier la façon dont l’identité est enregistrée et évolue dans le temps.

Challet et Sutter, prise 2

35À présent, revenons-en aux deux « Suisses » du début, que nous avons cités en exemple pour tenter de donner un visage plus humain à ces statistiques.

  • 20 Selon le Répertoire des noms de familles suisses (Zurich, Schulthess, 1989), les Challet sont orig (...)

36Le premier personnage s’appelait François Challet. En 1871, il a 68 ans, est chef de ménage et habite dans le district de Huron Sud, où il pratique l’agriculture. Quand le recenseur vient l’interroger le 2 avril 1871, il indique la Suisse comme lieu de naissance, se déclare Français de nationalité et de religion protestante. Le recenseur note son nom « Francis » Challet, mais le fait qu’il se dise « Français » laisse entendre qu’il vient sans aucun doute de la Suisse romande20.

37Le second personnage se nommait Charles Sutter. En 1871, il n’a que 15 ans. C’est donc sans doute un « stray » plutôt qu’un chef de famille. Il vient d’Europe lui aussi, et est installé depuis peu en Ontario, à Toronto. Son emploi : apprenti. Quand le recenseur vient l’interroger au début avril 1871, il indique la Suisse comme lieu de naissance et se déclare Suisse de nationalité. Le code que le recenseur a utilisé pour noter sa religion n’est pas clair, mais il y a fort à parier que « LN » signifie « luthérien ». C’est sans doute un Charles ou un Karl Sut(t)er. Les Suter et Sutter sont des familles nombreuses en Suisse allemande.

38À eux deux, ces hommes renvoient l’image classique de la Suisse. L’un est Romand, c’est-à-dire Suisse d’héritage français. L’autre est Suisse allemand. L’un est jeune, l’autre est plus âgé. L’un œuvre dans le domaine de l’agriculture, l’autre est citadin. Or, c’est à peu près tout ce qu’il est possible de savoir à leur sujet en se fondant sur les données de l’index ontarien de 1871.

39En 1881, les recenseurs retrouvent François Challet dans la même région qu’auparavant. Il a 78 ans et est toujours fermier, mais le chef de ménage est maintenant son fils, Auguste, qui est marié avec une femme d’origine « française » née en Ontario, et qui a deux jeunes enfants. On apprend que François Challet, le grand-père, habite aussi avec son épouse, Antonine. Tous deux déclarent au recenseur qu’il sont nés en Suisse et se considèrent Suisses de nationalité. Seule variation notable par rapport au recensement de 1871, les membres de la maisonnée ne sont plus protestants, mais « Reformed Presbyterian » (variante nord-américaine de la doctrine presbytérienne écossaise).

40Quant à Charles Sutter, en 1881 il a 25 ans, soit précisément dix ans de plus qu’au recensement précédent. Le recenseur le retrouve très loin d’où il était auparavant : à Edmonton (dans les Territoires du Nord-Ouest). Sa profession n’est pas indiquée, mais il habite seul avec un jeune Écossais de son âge qui est commerçant ou commis (« storekeeper »). Cette fois, il affirme qu’il est né en Ontario, qu’il est de nationalité allemande et qu’il est presbytérien, ce qui représente un net départ par rapport au recensement précédent.

41Comme toutes les autres personnes recensées et peut-être encore plus les Suisses, ces deux citoyens tout à fait réels n’ont rien de typique. Parmi le groupe natif de Suisse que nous avons repéré dans l’index de 1871, quatre à peine viennent de Suisse romande, comme François Challet. La majorité vient de Suisse allemande. La majorité, aussi, pratique la religion protestante sous une forme ou une autre. Il y a bien quelques catholiques, mais aussi des anglicans, des méthodistes, etc., ainsi que des mennonites, que l’on retrouve concentrés dans une ou deux régions. Enfin, toutes ces personnes supposément nées en Suisse interprètent différemment la question de la nationalité ou de l’origine : beaucoup se disent Suisses, mais certains sont Hollandais, Anglais ou Irlandais, Français, Allemands, même Suédois. Et cette origine déclarée peut varier d’un recensement à l’autre. Challet était Français, il devient Suisse dix ans plus tard. Sutter, lui, était Suisse, puis il devient Allemand. C’est comme s’il voulait se distancier de ses origines et s’intégrer à la société canadienne en se disant né en Ontario, ou s’il voulait s’intégrer à un quelconque groupe allemand ou germanophone en s’identifiant comme Allemand plutôt que Suisse.

42Quoi qu’il en soit, ce qui est certain, c’est que jamais avant le présent exercice Challet ni Sutter n’ont été comptés comme Suisses dans les deux recensements à la fois. Est-il permis de parler de sous-dénombrement des Suisses ? Cette constatation permet en tout cas de mettre le doigt sur un phénomène encore plus intéressant : celui du flou qui entoure la question de l’identité dans le cas des Canadiens d’origine étrangère à la fin du XIXe siècle.

43Comme nous l’avons vu, les Suisses en général sont difficiles à distinguer. En fait, ils s’intègrent très rapidement dans la société d’accueil (ils deviennent Français ou Anglais, puis Canadiens fiançais et Canadiens anglais) ou, parfois, ils sont pris pour des Allemands, des Français ou des Italiens en raison de leur langue ou de leur dialecte. La complexité de leur situation rend évidemment difficile la tâche d’étudier les populations qui composent le groupe des « Suisses », mais elle permet aussi de mettre en valeur à l’aide d’une stratégie de jumelage comme celle-ci diverses façons de manipuler les recensements informatisés pour en faire ressortir la richesse.

Conclusion

44Les statistiques évoquent la présence de 3 000 à 4 500 Suisses au Canada dans les quinze ans suivant la Confédération. Selon nous, ces chiffres sont modestes, et cela tient à la façon d’une part dont les questions de recensement ont été conçues et d’autre part à la perception identitaire des recensés eux-mêmes.

45À partir d’une expérience pratique comme celle décrite ci-dessus, nous avons voulu voir comment les prétendus Suisses se sont classés dans les deux recensements consécutifs de 1871 et de 1881. Cette réflexion nous a semblé utile pour cerner le groupe cible et commencer à comprendre les mécanismes d’intégration des immigrants à la société canadienne. Elle pourrait servir, nous l’espérons, de modèle à appliquer pour l’étude de tous les groupes amalgamés au Canada, car il faut bien se rendre compte que l’identité des groupes culturels a toujours été difficile à déterminer.

46Il sera intéressant par la suite de dresser des liens avec le débat sur «l’origine» dans les recensements ultérieurs. Qu’est-ce qui définissait l’ethnie : le lieu de naissance, la religion, la langue ? Par-dessus tout, comment les recensés comprenaient-ils les questions de recensement, et selon quels critères les recenseurs classaient-ils les données obtenues ? Toutes ces questions permettront, à n’en point douter, de faire progresser les connaissances sur cette mystérieuse identité suisse, mais aussi sur la construction du Canada et les relations entre ses groupes sociaux.

  • 21 Peter Baskerville, « The Canadian Families Project », dans Patricia Kelly Hall et al. (dir.), Hand (...)

47Comme le rappelle Peter Baskerville, « [c]ensuses are constructions of the national population created by individuals and groups within the state. Censuses are surveys, reporting the voices of large numbers of people, speaking on behalf of their families or households to census enumerators, answering questions framed by census officers within the Canadian Department of Agriculture. The results should be understood as a dialogue, a long series of questions and answers in which class, race, gender, language, and other influences guide the conversations21 ». Il reste au chercheur à comprendre ce dialogue.

Index ontarien du recensement canadien de 1871
Personnes nées en Suisse, par lieu d’origine déclaré (échantillon)

Index ontarien du recensement canadien de 1871Personnes nées en Suisse, par lieu d’origine déclaré (échantillon)

Recensement du Canada pour 1881 (Ontario)
Personnes nées en Suisse, de 0 à 35 ans (échantillon)
(les personnes mentionnées en 1871 qui ont été retrouvées en 1881 figurent en lettres italiques)

Recensement du Canada pour 1881 (Ontario)Personnes nées en Suisse, de 0 à 35 ans (échantillon)(les personnes mentionnées en 1871 qui ont été retrouvées en 1881 figurent en lettres italiques)

Notes

1 Statistique Canada, « Population et composantes de la croissance démographique », http://www.statcan.ca/francais/Pgdb/demo03_f.htm. Notons que le Canada de 1871 n’englobe que le Québec, l’Ontario, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

2 Voir entre autres David Kertzer et Dominique Arel, Census and Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; Bruce Curtis, The Politics of Population, Toronto, University of Toronto Press, 2001 ; Chad Gaffield, «Linearity, Nonlinearity, and the Competing Constructions of Social Hierarchy in Early Twentieth-Century Canada», Historical Methods, vol. 33, n° 4, automne 2000, p. 255-260 ; Michael Wayne, « The Black Population of Canada West », Histoire sociale/Social History, vol. XXVIII, n° 56, novembre 1995, p. 465-485 ; Jean-Pierre Beaud et Jean-Guy Prévost, « Immigration, Eugenics and Statistics : Measuring Racial Origins in Canada (1921-1941) », Canadian Ethnic Studies, vol. XXVIII, n° 2,1996, p. 1-24. Cette liste est loin d’être exhaustive, mais présente quelques contributions marquantes à la recherche sur l’utilisation des recensements canadiens dans les dernières années.

3 Il n’existe qu’une poignée d’articles sur la question et deux livres, celui de Joan Magee, The Swiss in Ontario (1991), et celui de E. H. Bovay, Le Canada et les Suisses (1976). Les détails historiques de cette section proviennent de ce dernier ouvrage ainsi que de l’Encyclopédie canadienne (2000).

4 Après la guerre de 1812, Lord Selkirk avait recruté quelques soldats du régiment suisse de Meuron pour peupler sa colonie de la rivière rouge. En 1821, d’anciens officiers font venir à leur tour des colons directement de Suisse.

5 Zurich, dans le comté de Huron, a été fondée par un immigrant suisse, Frederick Knell.

6 Mentionnons entre autres Stanislas Drapeau, Canada : le guide du colon français, belge, suisse, etc. (1887 ?) et Auguste Bodard, En route pour le Canada : description du pays, ses avantages, la terre promise du cultivateur, les colonies françaises, belges et suisses (1891 ?).

7 Fabien Dunand, Le modèle suisse, Paris, Payot, 1991, p. 104.

8 Statistique Canada, « Population et composantes », op. cit.

9 Les bénévoles d’Ontario GenWeb (www.rootsweb.com/~ongenpro/census) procèdent depuis 1997 à la transcription des recensements disponibles pour l’Ontario (plus de 4 000 au total). À la fin juillet 2004, 172 recensements apparaissent en ligne, soit seulement une infime partie.

10 Le site de Census Online (www.census-online.com/links/Canada/ON/All.html) répertorie 349 recensements en ligne pour l’Ontario, tous situés dans d’autres sites, notamment celui d’Ontario GenWeb et des bureaux régionaux de la Société de généalogie de l’Ontario.

11 Par exemple, l’Institut d’études canadiennes, à l’Université d’Ottawa, est l’hôte de l’Infrastructure de recherche sur le siècle du Canada, qui établit entre autres une série de bases de données renfermant les résultats des recensements de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle. Également, le Département de démographie de l’Université de Montréal a mis au point le Programme de recherches en démographie historique et, plus récemment, une Infrastructure de recherche en démographie historique, qui vise l’intégration des données démographiques historiques longitudinales et transversales au niveau provincial et national.

12 Archives nationales du Canada, Index du Recensement du Canada pour l’Ontario (1871), www.archives.ca/02/02010803_f.html.

13 Site Web des Mormons : www.familysearch.org. Dans la version Internet, il n’est possible de faire une recherche que par nom, prénom ou nom du chef de ménage.

14 Il faut préciser que nous avons pu repérer ces mots clés mal orthographiés ou abrégés grâce à un autre instrument de recherche construit à partir du même index ontarien de 1871. L’outil « Searchable Database of Heads & Strays » (http://130.15.161.15/census/index.html) produit vraisemblablement par l’Université Queen’s en 1994, est le même index que celui des Archives nationales, mais reconstruit dans une autre base de données qui pésente deux grands avantages : il est possible d’y chercher d’après le lieu de naissance, et la fonction « Word Wheel » présente dans une liste facile et complète tous les termes relevés dans le recensement de 1871 pour chaque champ. On peut y voir, grâce à un clic de la souris, l’ensemble des noms de famille répertoriés (y compris les noms incomplets ou estropiés) ainsi que toutes les professions relevées dans le recensement (avec leurs multiples synonymes).

15 Bruce Curtis, The Politics of Population, Toronto, University of Toronto Press, 2001, ch. 8. Au Québec, par contre, les enfants étaient forcément canadien-français si un parent l’était, peu importe que ce soit la mère ou le père.

16 North Atlantic Population Project, « Beta release of coded Canadian 1881 census data », http://www.nappdata.org.

17 Contrairement à l’expérience de Raymond Roy, Christian Pouyez et François Martin au Saguenay (« Le jumelage des données nominatives dans les recensements : problèmes et méthodes », Histoire sociale/Social History, vol. XIII, n° 25, mai 1980, p. 173-193), ce ne sont pas les cas d’homonymie qui ont posé des difficultés, mais plutôt les mutations orthographiques majeures et, surtout, les variations au niveau des variables secondaires telles que l’origine déclarée, la religion et la profession (problème dont Roy, Pouyez et Martin n’ont pas eu à se soucier pour la population relativement homogène qu’ils ont choisie). Malheureusement, compte tenu des limites de l’index ontarien de 1871, il a été impossible de jumeler par couples. Nous nous exposons ainsi au risque non pas tellement de faire de faux jumelages (car les noms ne sont pas très communs), mais de sous-estimer le groupe des « Suisses ».

18 Son nom est écrit Myne en 1871.

19 Grâce à la compilation d’une série de données complexes, Emmanuel Todd, dans L’invention de l’Europe (Paris, Seuil, 1990), classe la Suisse parmi les pays marqués par la Réforme dans lesquels le taux d’alphabétisation des hommes de 20 à 30 ans dépasse les 50% avant l’an 1700. Selon lui, le franchissement de cette étape marque « l’entrée d’une société locale dans l’ère d’une culture écrite majoritaire « qui définit » une condition nécessaire de la modernité idéologique » (p. 142-144).

20 Selon le Répertoire des noms de familles suisses (Zurich, Schulthess, 1989), les Challet sont originaires de Genève, de Pleujouse ou de Cottens. Ces lieux se trouvent dans trois cantons de Suisse romande, respectivement ceux de Genève, du Jura et de Vaud.

21 Peter Baskerville, « The Canadian Families Project », dans Patricia Kelly Hall et al. (dir.), Handbook of International Historical Microdata for Population Research, Minneapolis, Minnesota Population Center, 2000, p. 32.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Index ontarien du recensement canadien de 1871Personnes nées en Suisse, par lieu d’origine déclaré (échantillon)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1076/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Recensement du Canada pour 1881 (Ontario)Personnes nées en Suisse, de 0 à 35 ans (échantillon)(les personnes mentionnées en 1871 qui ont été retrouvées en 1881 figurent en lettres italiques)
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1076/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

Doctorant au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur l’immigration suisse au Canada et plus particulièrement sur la construction identitaire et les représentations de la citoyenneté chez les migrants

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540