Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Building New Bridges - Bâtir de nouveaux ponts

 | 
Jeff Keshen
, 
Sylvie Perrier

7 – Rigueur et sensibilité dans un parcours historien

Hubert Watelet

Texte intégral

  • 1 Hubert Watelet, Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mons et le charbonnage du G (...)

1L’exposé comprend deux parties. La première traite d’exigences de rigueur dans une thèse sur la révolution industrielle dans un bassin houiller belge. Conçue dans les années 1950-1970, elle s’inscrit dans le contexte des belles thèses françaises d’histoire économique régionale de l’époque. Cependant c’est aussi une étude de business history, qui relevait plutôt d’historiens britanniques ou de Harvard. À cet égard, elle se différencie de l’historiographie française. Le titre du livre signale cette originalité en annonçant la spécificité de la région étudiée et l’approfondissement d’une entreprise1. La recherche fut pensée très tôt selon les thèses d’État encore en cours en France à l’époque ; ou les « grandes thèses », comme on les qualifiait parfois en milieu anglo-saxon. Mais on l’a dit, on se limitera ici à certaines exigences de rigueur – et d’interdisciplinarité – caractéristiques du travail.

2La seconde partie évoquera un tout autre domaine, qui fait partie de mes intérêts actuels : celui du rôle du sentiment en histoire et dans le métier d’historien. N’étant pas suffisamment formés pour traiter de l’affectif, nous évitons d’ordinaire d’en parler, ce qui ne signifie nullement que cet aspect de la vie humaine soit négligeable. Mais du point de départ qui fut le mien, je dirais que si l’histoire des entreprises peut profiter d’une science économique relativement avancée, on aborde ici un champ en défrichement. On le verra en évoquant deux essais touchant à l’affectif. Néanmoins, ceux-ci tentent de tirer parti de l’acquis au plan de la rigueur, plutôt que d’y renoncer.

I

  • 2 Hubert Watelet, Inventaire des Archives des sociétaires et de la Société civile des usines et mine (...)

3Revenons à la première partie. Dès le deuxième cycle, je voulais faire une histoire d’entreprise, ce qui posait la question des sources. À l’époque, en France ou en Belgique, les archives d’entreprises étaient rarement confiées aux dépôts d’État. C’est auprès d’institutions financières ou de responsables de firmes qu’il fallait obtenir l’autorisation de consulter les archives de celles-ci. L’accès au fond très considérable de la mine du Grand-Hornu, dans le bassin de Mons, détermina finalement le sujet. L’essentiel était sur place : actes notariés, titres de propriété, documents de l’assemblée des sociétaires et de la direction, correspondance et comptabilité, documents du service géologique, etc. Ayant fait entrer ce fond aux Archives de l’État à Mons au début des années 1960 pour l’inventorier, il fallut un camion de dix tonnes pour le transporter2. C’est dire son importance, mais aussi pourquoi je n’ai pas envisagé toute l’histoire de la société, de la fin du XVIIIe siècle à l’arrêt des activités en 1953-1954. Ayant choisi la période de la Révolution industrielle, le sujet se précisait : il s’agissait de comprendre le « comment » de cette transformation au Grand-Hornu.

  • 3 Pierre Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe et le début du XIXe siècle, Li (...)

4Mon promoteur, Léopold Genicot, me prêta alors l’ouvrage de Pierre Lebrun, d’ampleur comparable aux thèses françaises prises comme exemples, sur l’industrie de la laine à Verviers, près de Liège3. C’était déjà un livre d’histoire régionale et de business history, dont je me suis inspiré.

  • 4 Voir notamment Jean-Jacques Baude, « Hornu », Revue encyclopédique (Paris), t. 35, 1827, p. 787-79 (...)

5Il fallait cependant faire œuvre originale pour trois raisons. Premièrement, il était essentiel d’avoir une bonne connaissance géologique en histoire minière. Ensuite le Grand-Hornu posait un problème particulier : cette mine faisait l’admiration des observateurs au début du XIXe siècle, à l’échelle européenne comme au plan régional, avec ses étonnants bâtiments en forme d’ellipse, sa cité ouvrière, son atelier de construction de machines à vapeur, son petit chemin de fer, etc.4. Du point de vue d’une thèse, c’était un fort beau sujet, mais au-delà du récit, il importait de comprendre le caractère exceptionnel de cette industrialisation. La troisième raison tenait à la spécificité du bassin minier : ce Grand-Hornu qui s’était développé de façon si remarquable, se trouvait au cœur d’une région qui n’avait guère diversifié ses activités. Les bassins voisins du Nord de la France et en Belgique du Centre – entre Mons et Charleroi – et surtout de Charleroi, au contraire, avaient su tous trois attirer de la sidérurgie notamment, dès la première moitié du XIXe siècle. Pourtant les quatre bassins allaient peu ou prou alimenter un même marché franco-belge. Pourquoi pareil contraste ? Cette originalité ou cette faiblesse montoise, il s’agirait aussi de la comprendre.

6Pour bien caractériser cette exception dans une exception en somme, de l’entreprise dans sa région minière, je m’orientais vers un approfondissement comparatif, en élargissant le sujet ; notamment grâce aux archives de l’Administration des mines. Outre l’effort statistique des ingénieurs des mines, leurs rapports étaient plus précis, plus soucieux des conditions d’exploitation des entreprises que la correspondance et les procès-verbaux des chambres de commerce par exemple. Le fond de l’Administration des mines des Archives du Royaume à Bruxelles venait d’être inventorié quand j’ai commencé à y travailler. Ce double élargissement comparatif Grand-Hornu / autres exploitations minières du bassin, et bassin de Mons / bassins voisins a joué bien entendu dans la continuation du travail au troisième cycle.

  • 5 Par exemple Planche 4, « Le vieux Borinage », ISD, p. 75.

7Voici maintenant quelques exemples d’exigences de rigueur de la démarche. À mes yeux celle-ci impliquait un triple effort d’interdisciplinarité – conçue comme appropriation de concepts, de façon de raisonner, de techniques, de procédés graphiques ou cartographiques–, en géologie, en économie et en statistique. L’objectif était d’intégrer dans le travail les acquis de ces trois disciplines jugés nécessaires pour la maîtrise ou une exposition adéquate des problèmes étudiés. S’approprier des connaissances dans une autre discipline, c’est un peu comme apprendre à nager. Après un certain temps, brusquement on flotte et on s’étonne ! J’évoquerai seulement ici l’exemple de la géologie. Quand j’ai pu faire la critique d’une coupe verticale du gisement que l’on venait de réviser au Service géologique de Belgique, et informer celui-ci d’une erreur graphique subsistante ; ou enrichir des plans ou des coupes partielles selon mes besoins ; concevoir mes propres cartes du gisement en fonction de mes analyses – non seulement comme illustration mais pour étayer une argumentation5 –, l’essentiel de l’effort paraissait atteint. Sans illusion cependant, car je n’étais pas devenu géologue pour autant : acquérir certaines connaissances dans une discipline ne signifie pas que l’on puisse contribuer comme chercheur de cette discipline à son avancement.

  • 6 Ibid., p. 313, 362-63.
  • 7 Ibid., p. 144, 146, 177-79, 189, 266-67, 303-04, 312-18.
  • 8 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II t. 1, 2e éd. (...)

8Ce travail d’interdisciplinarité contribue beaucoup à l’originalité et à la solidité du livre, comme à la compréhension de l’évolution du Grand-Hornu et du bassin minier. On a ainsi pu montrer que dans le cas de la mine, les difficultés des années 1778-1810 et la transformation spectaculaire des années 1814-1832, ne tiennent pas seulement au rôle des entrepreneurs. Elles s’expliquent tout autant par les conditions d’exploitation du gisement6. Et dans le cas du bassin, la connaissance de celui-ci a permis de confronter les affirmations d’exploitants ou les avis d’ingénieurs des mines concernant certaines situations, avec la documentation géologique7. On ne s’est donc pas contenté d’un cadre géo-lithologique initial comme ces « introductions géographiques à l’histoire »... « de tant de livres », déplorait Braudel, sans utilité puisqu’ensuite « il n’[en] est plus jamais question8 ». L’index onomastique montrerait cela clairement.

  • 9 ISD, Tableau II, p. 61.

9Par ailleurs, le chapitre sur le gisement fait voir qu’au milieu du XIXe siècle, près de 70 p. cent des quantités de houilles produites à Mons sont du « flénu », qualité absente dans les bassins voisins du Nord, du Centre et de Charleroi9. Si cette houille montoise fut excellente au début de la Révolution industrielle pour une série d’entreprises dont les compagnies de gaz d’éclairage, et pour les machines à vapeur, elle ne convenait ni pour les forges ni pour la cokéfaction. Certes, les planches du livre et l’analyse montrent ensuite la portée de cette spécificité du bassin du flénu pour la période étudiée, mais dès l’entrée en matière, le lecteur pouvait entrevoir l’importance des houilles produites dans la faiblesse de diversification des activités, de développement de la région.

10Le quantitatif ne suscite plus en histoire l’enthousiasme des années 1960-1970. On en avait trop attendu. Je ne vais pas ici accumuler des chiffres, mais montrer comment j’ai dû travailler pour les obtenir. L’industrialisation sans développement n’est d’ailleurs pas à proprement parler un ouvrage d’histoire quantitative. On chercha plutôt à y confronter documentation qualitative et données quantitatives ; plus précisément à se donner des garde-fous quantitatifs autant que possible, pour les analyses qualitatives. Mais pour comprendre la transformation du Grand-Hornu, l’obtention de données sur la production, les prix de vente et les profits et pertes était essentiel. Une histoire d’entreprise sérieuse paraissait impensable sans ce genre d’informations, à moins de s’en tenir à bien des suppositions ou à des à peu près. Pour les quantités vendues et les prix de la mine, ce fut pourtant un travail long et difficile. Si ce fut beaucoup plus simple, apparemment, dans le cas du bassin, on verra qu’au niveau d’une compagnie, les données de l’Administration des mines sur la production risquaient d’être fort contestables à l’époque étudiée.

11Commençons par ce qui fut le plus difficile. On dispose de très peu de données chiffrées dans les archives du Grand-Hornu avant 1810. La description des débuts de l’affaire est donc restée qualitative. En revanche, étudiant l’entreprise jusqu’au début des années 1840 pour couvrir suffisamment sa transformation industrielle et sa mécanisation, et disposant de sa comptabilité à partir de 1810, on devait obtenir des séries de prix et de production, de même que les profits et pertes correspondant à une phase essentielle de son évolution. On y est arrivé effectivement, mais pour les prix et la production de cette époque, le Grand-Hornu n’avait pas conservé de résultats annuels. Il a fallu noter les ventes semaine par semaine ou vente par vente, d’après les journaux des comptabilités, pour les reconstituer.

12À partir des années 1820 en effet, l’entreprise innova en installant des rivages le long du canal de Mons à l’Escaut, non loin du siège de l’exploitation. Elle vendit ainsi directement à la clientèle par affrètement de bateaux, plutôt que de recourir, selon l’usage, à des marchands de charbon. Elle tint alors une seconde comptabilité, dite « du commerce des rivages », en plus de celle « de l’exploitation ». Celle-ci donnait notamment les transactions locales. C’est celle des rivages qui permettait de connaître les ventes à la clientèle des Flandres belges, du Nord de la France et de la région parisienne. Mais c’est elle aussi qui enregistrait les opérations vente par vente.

  • 10 Voir notamment Jacques Dupâquier, « Démographie historique », dans André Burguière (dir.), Diction (...)

13On a donc établi des fiches de client sur lesquelles on a noté pour chacun d’eux, au fur et à mesure des transactions et pour chaque catégorie de charbon – les plus courantes étaient les gaillettes, les gailleteries et les fines –, les quantités, prix unitaires, prix totaux, destinations. Ce travail fut comparable en un sens aux fiches de famille d’un Pierre Goubert, en démographie historique10. Après quoi on a pu envisager d’établir des mouvements annuels par exemple, en termes de prix et de production.

  • 11 ISD, p. 368.

14Ce fichier était terminé quand, au milieu des années 1960, le Centre de calcul de l’Université d’Ottawa créa un programme d’incitation du personnel à recourir à l’ordinateur central pour fins de recherche. J’ai donc pu bénéficier de ce programme et disposer assez rapidement d’une série de totaux mensuels et annuels pour chaque catégorie de charbon vendue, avec prix moyens correspondants, etc., selon les questions posées11.

  • 12 Voir par exemple, Nicole Caulier-Mathy, « La métrologie du charbon à Liège au XIXe siècle », Revue (...)

15Cependant il restait une difficulté de taille, car on ne connaissait pas suffisamment les unités de mesure en usage dans l’entreprise. C’étaient des mesures de capacité – des mannes ou des muids, par exemple – dont il fallait évidemment déceler la valeur et la convertir en unités de poids, donc en kilogrammes et en tonnes métriques. Or, non seulement les mesures des ventes par bateau différaient de celles des ventes locales, mais à plusieurs reprises il y eut des changements de mesure à des moments qui pouvaient varier selon qu’il s’agissait des ventes locales ou par bateau, ou selon la grosseur des houilles. Si la France avait adopté le système métrique en 1795, peu avant d’annexer la Belgique, son application se fit lentement, particulièrement dans les mines. En France même, le système métrique ne devint vraiment obligatoire qu’en 1840. Pour l’informatisation des données, les mesures de capacité des fiches de client des ventes par bateau avaient simplement été codées12.

16Sans entrer dans le détail de ces problèmes de mesure, disons que c’est en partant des unités de capacité les plus connues qu’on a pu déterminer les équivalences en kilogrammes de l’ensemble des mesures en usage. C’est pour les ventes par bateau, exprimées en mesures des rivages, qu’on avait le plus d’informations, grâce à la correspondance du Grand-Hornu avec sa clientèle. Mais les deux comptabilités avaient permis de rassembler les données de deux autres mouvements, exprimées en mesures mal connues du carreau de la mine, donc des ventes locales : celui de la sortie de la mine vers les rivages et celui des entrées aux rivages. On a comparé, pour les gaillettes, les gailleteries et les fines notamment, les progressions annuelles cumulatives des ventes par bateau, avec celles des deux autres mouvements. Cette comparaison a été faite en tenant compte des rares équivalences en kilogrammes dont on disposait pour le carreau de la mine. Ce travail a fini par faire connaître les ventes locales en kilogrammes et en tonnes métriques.

17Après avoir déterminé la correspondance des unités de capacité en unités de poids, on a aussi pu établir les mouvements des prix. Ils étaient très importants, car les prix du flénu pouvaient révéler la conjoncture de l’ensemble des houillères qui produisaient cette qualité dans la région minière.

  • 13 Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Garnier-Flammarion, 19 (...)

18Au début de son Introduction de 1865, Claude Bernard compare les sciences d’observation aux sciences expérimentales. À la différence de l’observateur, écrit-il, l’expérimentateur « provoque à son profit l’apparition de phénomènes » ; l’expérience est « une observation provoquée »13. Sans doute faudrait-il distinguer : bien que la reconstitution des courbes démographiques d’Ancien Régime et des courbes des ventes et des prix du Grand-Hornu soient des formes d’observation provoquée, ces opérations ne semblent que partiellement expérimentales.

19Il restait une autre question. Les mines payaient des redevances pour le service des administrations des mines, et les ingénieurs s’efforçaient d’évaluer le « produit net » des exploitations minières (les bénéfices moins les dépenses ordinaires), en tenant compte des déclarations des exploitants, mais aussi, le cas échéant, des plans d’extraction. Comment s’assurer que les comptabilités de l’entreprise n’avaient pas falsifié certaines opérations, afin de réduire le montant des redevances ? J’ai donc reconstitué moi aussi le mouvement annuel de l’extraction, à partir des plans de la mine, pour le comparer à celui des ventes totales. Sans être aussi complexe que la conversion des mesures de capacité employées, l’évaluation de l’extraction en tonnes ne fut pas non plus des plus faciles. Disons simplement que dans l’ensemble, la comparaison de l’extraction et des ventes totales annuelles fut intéressante et fructueuse : elle ne permettait pas de conclure qu’il y avait eu fraude dans la tenue des comptabilités, mais au contraire que les mouvements qu’on en avait tirés étaient vraisemblables.

  • 14 ISD, Graphique 20, p. 388.

20Par contre, cette comparaison a montré combien, à l’échelle d’une entreprise, les données annuelles sur la production retenues par les administrations des mines risquaient d’être fragiles à l’époque. Tantôt elles pouvaient révéler l’habileté de certains exploitants à réduire leurs redevances, tantôt au contraire elles pouvaient traduire un certain durcissement des ingénieurs dans la vérification de certaines déclarations. Ainsi, par rapport aux mouvements annuels des ventes totales et de l’extraction du Grand-Hornu, celui de sa production selon l’Administration des mines de Mons était le moins homogène14. C’était important du point de vue critique.

  • 15 Ibid., Graphique 22, p. 394, et p. 398.

21Au terme de cet aperçu sur la rigueur, vous pensez peut-être : un tel travail valait-il la peine ? Bien que ce ne soit pas à moi à répondre à cette question, voici deux propositions : la première fait le lien entre le travail exigé et certains résultats. Si l’on savait, par les milieux d’affaires notamment, qu’il y avait une crise de surproduction et de baisse des prix pour les mines de flénu du bassin montois, entre 1825 et 1830, les prix du Grand-Hornu ont précisé l’ampleur et la durée de la crise, en particulier pour les gaillettes dont la vente aurait dû être la plus profitable pour les exploitants. Or c’est pendant la crise que Henri De Gorge, l’entrepreneur de l’entreprise, déploie sa cité de plus de 400 maisons autour du siège de l’exploitation et construit son atelier de machines en l’équipant chez John Cockerill, le fournisseur le plus réputé du pays. Et tout cela par autofinancement. Au même moment pourtant, d’autres exploitations importantes de flénu de la région, qui construisent comme le Grand-Hornu des machines à vapeur, s’endettent et finissent par dépendre du capitalisme financier. Voici donc deux éléments importants de l’explication : la connaissance du gisement montrait que la mine exploitait à l’époque des veines très régulières et relativement peu profondes. Il en résulta une production nettement plus riche en gaillettes qu’ailleurs. Ayant dû travailler par grosseur pour connaître le poids des unités mesure employées, on pouvait montrer cela très facilement15. Et puis, l’entreprise exploitant des veines régulières et riches en gaillettes à faible profondeur, ses coûts de production étaient moindres qu’ailleurs également. Un entrepreneur comme De Gorge sut en profiter. L’une des deux interrogations initiales : comment comprendre le développement exceptionnel du Grand-Hornu, économiquement parlant, trouvait sa solution.

  • 16 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, 7e édition, Paris, Seuil, 1975, p. 78.

22La seconde proposition est une incitation à réfléchir d’Henri Marrou : quand j’ai entrepris ce travail, je ne pensais pas à son conseil au jeune historien : « Tu n’es qu’un homme, non un dieu, apprends à bien compter tes jours, à ne pas gaspiller tes efforts16 ». La suite de cette remarque suggère que Marrou ne l’aurait probablement pas trouvée plus applicable aux reconstitutions des mouvements du Grand-Hornu qu’à celles de la démographie historique des années 1960.

II

  • 17 Robert Mandrou, « Sentiments et sensibilités dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles », Histoire s (...)
  • 18 André Burguière, « Histoire de la famille et histoire des mentalités », Historical Papers/Communic (...)

23C’est par l’enseignement que j’ai abordé ensuite l’histoire des sentiments. Mon cours de prédilection devenait un séminaire d’histoire des mentalités et de la vie affective dans la famille, en France, du XVIIe siècle à nos jours. Il était frappant de voir combien l’affectivité, cette dimension essentielle de la vie humaine, restait en friche dans nos préoccupations d’historiens. Avec raison certes, nous avons développé un grand intérêt pour les sources, les méthodes de recherches ou l’interdisciplinarité, mais combien d’historiens risquent de se spécialiser, comme un Alain Corbin en France, en histoire des sentiments ? Deux mots d’historiographie française pour que l’on se comprenne bien : c’est ici à Ottawa, en 1973, que Robert Mandrou rappelait l’observation de Lucien Febvre, de 1941 : « Nous n’avons pas d’histoire de la peur, nous n’avons pas d’histoire de l’amour ». Et Mandrou estimait devoir ajouter : « Après un si long temps, nous ne les avons toujours pas17 ». Dix ans plus tard – c’était à Vancouver en 1983 –, Jean-Louis Flandrin, dont l’apport reste si précieux, constatait : «qu’il y a des historiens qui refusent toute histoire des sentiments, convaincus qu’ils sont que les sentiments humains sont les mêmes chez tous les peuples et qu’ils n’ont pas changé depuis trois millions d’années ». Et Flandrin précisa : « J’ai entendu l’un des plus grands historiens français le proclamer avec force, lors d’une soutenance de thèse sous les applaudissements de ses collègues18 ».

  • 19 Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe- XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 1978.
  • 20 André Burguière, « La formation du couple », dans André Burguière et al. (dir.), Histoire de la fa (...)

24Les choses changent heureusement : recherches et jugements sur les sentiments deviennent plus sérieux. La peur en Occident, par exemple, de Jean Delumeau, date de 197819. André Burguière écrit de son côté, quelques années plus tard : « Il serait absurde de prétendre que personne ne s’est marié par amour ni qu’aucun couple ne s’est aimé véritablement avant le XVIIIe siècle. Mais une telle disposition affective ne constituait ni un idéal ni une nécessité20 ». Et Jacques Gélis, au même moment :

  • 21 Jacques Gélis, « L’individualisation de l’enfant », dans Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire (...)

l’intérêt ou l’indifférence à l’égard de l’enfant ne sont pas vraiment la caractéristique de telle ou telle période de l’histoire. Les deux attitudes coexistent au sein d’une même société, l’une l’emportant sur l’autre à un moment donné pour des raisons culturelles et sociales qu’il n’est pas toujours aisé de démêler. L’indifférence médiévale face à l’enfance est une fable21.

25Cette fois, les approches de la vie affective dans la famille devenaient plus réfléchies. Les problèmes commençaient d’être bien posés. Mais par rapport à l’histoire économique et sociale, par exemple, il est clair qu’on en était encore à l’abc.

26Passons maintenant aux deux essais mentionnés en introduction : le premier concerne notre réticence à réfléchir au rôle du sentiment dans notre métier de chercheur ; l’autre tente de rejoindre par une enquête orale, la part du sentiment dans la vie professionnelle de la dernière génération des mineurs du même bassin de Mons d’abord étudié du point de vue de l’industrialisation. Côté sujet et côté objet donc : ce sont les deux faces d’un même champ.

  • 22 Voir Hubert Watelet, « Illusions et sous-estimation du rôle du sentiment dans la démarche historie (...)

27L’essentiel de la première étude est un exercice d’autocritique sur l’objectivité : combien d’entre nous ont noté que les idées courantes sur l’objectivité selon Ranke et Seignobos étaient mythiques, et qu’elles ont longtemps déformé notre pensée ? Sans doute commence-t-on à savoir que le wie es eigentlich gewesen, constamment cité hors contexte, ne signifiait pas pour l’historien allemand qu’il convenait de dire les choses « as it really happened », comme elles s’étaient réellement passées. Ce qu’on sait moins par contre, c’est qu’à ses yeux, l’une des grandes qualités du bon historien, c’est sa capacité d’avoir une réelle affection pour les humains quels qu’ils soient, sans oublier qu’il fait lui-même partie de la même humanité, pour le meilleur et pour le pire. En écrivant cela, Ranke se situait dans la tradition historique allemande. Tout en se donnant des garde-fous pour éviter d’être partial, il soulignait nettement l’importance du sentiment dans le métier des historiens. Pourtant, c’est le wie es eigentlich gewesen qui fit fortune chez eux, en langue latine et surtout anglo-saxonne : la formule correspondait si bien au rêve d’objectivité qu’elle persista en gros de la fin du XIXe siècle aux années 196022.

  • 23 Ibid. (2000), p. 232, 243 ; (2004), p. 214, 230.

28Le procédé fut comparable dans le cas de Seignobos. De la formule : « L’histoire se fait avec des documents », qu’on trouve effectivement dans son Introduction aux études historiques (1899), on lui imputa en France l’idée que l’historien s’efface devant les documents ; que ce sont eux qui fondent le travail historique. Or Seignobos écrivait tout le contraire : « on ne fait pas la construction historique avec des documents », peut-on lire dans cet ouvrage, mais avec un questionnaire et de l’imagination. La lecture des sources, ajoutait6il, amène l’historien à se donner des images à partir d’autres images, ce qui implique nécessairement « une forte part de fantaisie ». Ainsi « L’histoire est forcément une science subjective23 ». Mais à l’époque où l’on rêvait d’objectivité dans le sens d’une neutralité faisant abstraction de tout sentiment et de toute idéologie, on préféra déformer, ridiculiser le réalisme de Seignobos à partir d’une formule, plutôt que de discuter sa pensée. Les conséquences de cette attitude eurent toutefois moins d’ampleur que dans le cas de Ranke, au plan international.

  • 24 Ibid. (2000), p. 243 ; (2004), p. 229.

29C’est en 1952-1954 que Paul Ricoeur et Henri Marrou en sont arrivés, indépendamment l’un de l’autre, à une réflexion nettement plus élevée sur le métier d’historien. Quelle que soit l’importance du travail fourni aux niveaux de l’érudition, des méthodes ou des procédés techniques, estime Marrou ; ou encore aux plans de l’interdisciplinarité ou de la quantification le cas échéant, etc., on ne peut qu’approcher sans rejoindre « l’essence même de la connaissance historique », c’est-à-dire « la richesse de la réalité humaine ». L’ampleur de la recherche peut accroître les « motifs de crédibilité », mais en son fond, ce cœur de la connaissance reste « seulement une connaissance de foi24 ». Dans sa présentation, cet essentiel reste donc subjectif, même si l’œuvre bénéficie par la suite de l’éloge des pairs.

  • 25 Ibid. (2000), p. 244 ; (2004), p. 232.

30Que devient alors la nature de l’objectivité historienne ? La réponse est venue de Ricoeur : au plan de ce même essentiel qui, selon les termes du philosophe, sont le vécu, « les valeurs de vie des hommes [et des femmes] d’autrefois », l’objectivité du chercheur implique l’intervention de sa subjectivité par un transport dans d’autres subjectivités. Car il distingue une subjectivité de recherche, faite de sympathie et de distanciation, ce dont il s’agit ici, de ce qu’il appelle la subjectivité passionnelle. Ainsi, dans le projet d’objectivité historienne, précise-t-il, la rationalité traverse le « cœur même du sentiment et de l’imagination » en s’efforçant d’écarter toute subjectivité passionnelle de la subjectivité de recherche25.

  • 26 Ibid. (2000), p. 233,235 ; (2004), p. 216,219.

31Il est dommage que ces réflexions pénétrantes de Marrou et de Ricoeur sur le travail de l’historien, quand il touche à l’essentiel, aient été trop négligées. Mais lorsqu’elles furent formulées la première fois, on approchait du tournant des années 1960. Quand on n’a plus admis cette sorte de neutralité olympienne qui n’était pas de Ranke, la tendance fut de passer à l’autre extrême : de devenir subjectiviste ou d’affirmer que tous les jugements historiques, toutes les interprétations se valent26. De toute façon les deux attitudes, celles du mouvement positiviste et des débuts du postmodernisme, témoignent de nos frilosités d’historien.

  • 27 Ibid. (2000), p. 239-240 ; (2004), p. 225-26.

32En sciences dures en effet, il n’est pas rare de rencontrer – parmi ceux qui réfléchissent à leur métier de chercheur ici aussi bien entendu – des savants qui soulignent aisément la part du sentiment ou de la subjectivité dans leurs activités. Citons ici le physiologiste Claude Bernard, mais dans la recherche effectuée, on signale aussi ce réalisme chez un spécialiste de pathologie animale comme William I. B. Beveridge, ou un physicien comme William H. George, et chez les deux prix Nobel de chimie Ilya Prigogine (1977) et John Polanyi (1986). Les publications de ces chercheurs s’échelonnent de 1938 à 199527. Tous quatre attirent l’attention sur la part de l’art, du savoir-faire, du jugement personnel, de la subjectivité du scientifique dans la démarche expérimentale.

33Mais c’est Bernard qui affirme le plus nettement, dès 1865, dans l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, le rôle du sentiment dans ce qu’il caractérise comme « l’art de l’investigation scientifique » :

La méthode expérimentale, écrit-il notamment, [...] s’appuie successivement sur les trois branches de ce trépied immuable : le sentiment, la raison et l’expérience. Dans la recherche de la vérité, au moyen de cette méthode, le sentiment a toujours l’initiative, il engendre l’idée a priori ou l’intuition [...].

34Puis il précise :

  • 28 Repris dans Ibid. (2000), p. 238 ; (2004), p. 223-24.

le sentiment engendre l’idée ou l’hypothèse expérimentale [...]. Toute l’initiative expérimentale est dans l’idée, car c’est elle qui provoque l’expérience. La raison ou le raisonnement ne servent qu’à déduire les conséquences de cette idée et à les soumettre à l’expérience28.

  • 29 Ibid. (2000), p. 238 ; (2004), p. 223.
  • 30 Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Paris, Hachette, 1952, p. 16.

35Le plus remarquable, c’est que le physiologiste écrit cela à l’époque du positivisme. En 1913, Henri Bergson déclare que l’Introduction de Bernard est une œuvre majeure, comparable en importance au Discours de la Méthode de Descartes29. Plus récemment pourtant, un philosophe des sciences comme Georges Canguilhem semble partager la gêne des historiens, lorsqu’il s’agit de l’affectif : la première partie de l’Introduction, où l’on trouve les extraits cités, constitue, avance-t-il, « une somme de généralités, sinon de banalités, en cours dans les laboratoires [...]30 ». Dommage. C’est ainsi qu’on entretient l’illusion que le travail scientifique n’est que rationalité et rigueur, alors qu’il est d’abord d’ordre affectif et intuitif, quand il se veut novateur. La rigueur vient ensuite.

36De l’enquête orale chez des mineurs retraités du bassin de Mons devenu inactif vingt ans auparavant, on s’en tiendra ici à l’essentiel de la démarche. J’ai voulu rencontrer de vrais mineurs, des mineurs de fond, en 1996-1997, pour tenter de découvrir une perception du vécu de ce milieu. Et puisque celui-ci était devenu pluriethnique, de voir comment les 27 anciens mineurs que j’ai pu visiter avaient vécu leurs relations interethniques. En choisissant de rencontrer des Belges, des Polonais et des Italiens, je voulais rejoindre trois groupes principaux d’anciens mineurs de la région.

  • 31 Hubert Watelet, « La dernière génération des mineurs du Borinage », dans Véronique Fillieux et al. (...)
  • 32 Ibid., p. 221.
  • 33 H.-l. Marrou, De la connaissance, p. 92-93.
  • 34 Hubert Watelet, « La dernière génération », p. 218-19 et 224-26.

37Le choix d’une enquête orale répondait au désir d’approcher l’affectif par échanges directs31, plutôt que par le biais de documents écrits comme dans l’article sur le métier d’historien. Je me suis donc présenté chez les retraités ayant accepté de me recevoir avec une disposition d’esprit d’écoute de l’autre, de sympathie et d’admiration : je devinais trop ce qu’avait dû être leur vie de travail et ce que continuait d’être leur vie de retraité, à cause de la silicose, cette maladie progressive des mineurs, qui les affectait si souvent avec plus ou moins de gravité. Et quand le courant passe, suggère Philippe Joutard, on peut tenter d’aller plus loin que la sympathie. J’avais été frappé par le témoignage de Pierre Perreault, le cinéaste d’Un pays sans bon sens ! (1970), à qui j’avais eu l’occasion de demander comment il s’y prenait pour faire parler les Québécois ou les Acadiens de ses documentaires, de façon si simple et si vraie. « Il faut être complice », me dit-il. Ce qu’il y avait entre Perreault et les milieux modestes de ses films, c’était une connivence de sensibilités32. Complicité, connivence de sensibilités peuvent paraître à l’opposé des dispositions que requiert la critique historique classique. Pourtant Marrou soutient que l’attitude de l’historien devrait d’abord être d’amitié pour l’autre qui « se révèle à travers le document » qu’il examine. Chez Marrou le travail critique intervient ensuite, comme dans l’amitié, quand vient le doute33. De toute façon, l’historien doit jouer constamment de deux registres : celui de la sensibilité à « l’autre » et celui de la rigueur critique. Mais on ne peut en dire plus ici. Ajoutons simplement que l’article cité précise les relations et la manière d’aborder les retraités, qui ont permis de réussir ces rencontres. Il donne aussi deux fragments d’entretien où l’on rejoignit l’affectif : l’un sur le regret éventuel d’avoir été mineur, l’autre sur l’empreinte de la peur de la mine pendant la retraite34.

  • 35 Clifford Geertz, « Culture, Esprit, Cerveau », dans François Rastier et Simon Bouquet (dir.). Intr (...)

38Un dernier mot : aujourd’hui, je dirais qu’il y a une lacune dans ces approches du sentiment. Quand on a entrepris les recherches d’histoire minière, l’effort d’interdisciplinarité parut vite indispensable. Mais en histoire des sentiments, on a simplement travaillé dans le cadre disciplinaire. Tout au plus a-t-on recouru dans l’enseignement à un philosophe comme Erich Fromm ou à un neurobiologiste comme Jean-Didier Vincent. Il est vrai que c’est depuis quelques années que les travaux de différentes disciplines qui tentent d’éclairer le champ de l’affectif se multiplient. Mais justement, un Clifford Geertz montre combien les anthropologues notamment sont partie prenante dans cette pluridisciplinarité, alors que les historiens semblent absents. Comme si dans l’ensemble, ceux-ci restaient marqués, en ce qui touche aux sentiments, par de vieilles réticences35.

Notes

1 Hubert Watelet, Une industrialisation sans développement. Le bassin de Mons et le charbonnage du Grand-Hornu du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, Ottawa, Éd. de l’Université d’Ottawa et Louvain-la-Neuve, Faculté de Philosophie et Lettres, 1980 (ci-après ISD).

2 Hubert Watelet, Inventaire des Archives des sociétaires et de la Société civile des usines et mines de houille du Grand-Hornu, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1964.

3 Pierre Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe et le début du XIXe siècle, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1948.

4 Voir notamment Jean-Jacques Baude, « Hornu », Revue encyclopédique (Paris), t. 35, 1827, p. 787-790 ; Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la province de Hainaut, Bruxelles, Établissement géographique, 1833, p. 254-55 (réimpression Bruxelles, Culture et civilisation, 1970) ; ou plus récemment Hubert Watelet, « Un site exceptionnel d’archéologie industrielle en Belgique ; Les établissements et la cité ouvrière du Grand-Hornu, 1820-1835 », Journal of The Canadian Historical Association / Revue de la Société historique du Canada, Vancouver, 1990, vol. 1, Ottawa, Société historique du Canada, s.d., p. 273-292.

5 Par exemple Planche 4, « Le vieux Borinage », ISD, p. 75.

6 Ibid., p. 313, 362-63.

7 Ibid., p. 144, 146, 177-79, 189, 266-67, 303-04, 312-18.

8 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II t. 1, 2e éd. revue, Paris, A. Colin, 1966, p. 16.

9 ISD, Tableau II, p. 61.

10 Voir notamment Jacques Dupâquier, « Démographie historique », dans André Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1986, p. 187.

11 ISD, p. 368.

12 Voir par exemple, Nicole Caulier-Mathy, « La métrologie du charbon à Liège au XIXe siècle », Revue belge d’histoire contemporaine, t. 1, 1969, p. 207-215.

13 Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 48-49.

14 ISD, Graphique 20, p. 388.

15 Ibid., Graphique 22, p. 394, et p. 398.

16 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, 7e édition, Paris, Seuil, 1975, p. 78.

17 Robert Mandrou, « Sentiments et sensibilités dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles », Histoire sociale/Social History, t. X, n° 20, 1977, p. 228.

18 André Burguière, « Histoire de la famille et histoire des mentalités », Historical Papers/Communications historiques, 1983, Ottawa, Société historique du Canada, s.d., p. 141.

19 Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe- XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 1978.

20 André Burguière, « La formation du couple », dans André Burguière et al. (dir.), Histoire de la famille, t. 2, Le choc des modernités, Paris, A. Colin, 1986, p. 134.

21 Jacques Gélis, « L’individualisation de l’enfant », dans Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire de la vie privée, t. 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986, p. 328.

22 Voir Hubert Watelet, « Illusions et sous-estimation du rôle du sentiment dans la démarche historienne », dans Carlos Barros (dir.), Historia a Debate. Actas del II Congreso Internacional celebrado del 14 al 18 de Julio de 1999 en Santiago de Compostela, t. 1, Cambio de Siglo, A Coruña (España), Historia a Debate, 2000, p. 235-36, 245. Trad. angl. « Illusions About and Underestimation of the Role of Sentiment in the Historian’s Work », dans Carlos Barros et Lawrence J. McCrank (dir.), History Under Debate. International Reflection on the Discipline, New York, The Haworth Press, 2004, p. 219-220, 232-33.

23 Ibid. (2000), p. 232, 243 ; (2004), p. 214, 230.

24 Ibid. (2000), p. 243 ; (2004), p. 229.

25 Ibid. (2000), p. 244 ; (2004), p. 232.

26 Ibid. (2000), p. 233,235 ; (2004), p. 216,219.

27 Ibid. (2000), p. 239-240 ; (2004), p. 225-26.

28 Repris dans Ibid. (2000), p. 238 ; (2004), p. 223-24.

29 Ibid. (2000), p. 238 ; (2004), p. 223.

30 Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Paris, Hachette, 1952, p. 16.

31 Hubert Watelet, « La dernière génération des mineurs du Borinage », dans Véronique Fillieux et al. (dir.), Angles d’approches. Histoire économique et sociale de l’espace wallon (XVe -XXe siècles), Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 2003, p. 213-229.

32 Ibid., p. 221.

33 H.-l. Marrou, De la connaissance, p. 92-93.

34 Hubert Watelet, « La dernière génération », p. 218-19 et 224-26.

35 Clifford Geertz, « Culture, Esprit, Cerveau », dans François Rastier et Simon Bouquet (dir.). Introduction aux sciences de la culture, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 229-241.

Auteur

Professeur émérite de l’Université d’Ottawa et ancien codirecteur de la revue Histoire sociale/Social History. Ses publications ont d’abord porté sur l’industrialisation européenne des XIXe et XXe siècles, et notamment sur l’industrie minière, les petites entreprises et l’archéologie industrielle. Aujourd’hui, il s’intéresse davantage à l’histoire socio-culturelle et celle des sentiments d’une part, mais aussi à l’épistémologie de la connaissance historique et l’historiographie

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable