Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Building New Bridges - Bâtir de nouveaux ponts

 | 
Jeff Keshen
, 
Sylvie Perrier

Introduction

Jeff Keshen et Sylvie Perrier

Texte intégral

1 Interdisciplinarity, a term scarcely known as recently as a decade ago, today seems all the rage within academe. Cutting edge research is now often perceived as synonymous with interdisciplinarity. Bringing together scholars from different disciplines, often for team-based research, projects are now being tackled by experts from a variety of perspectives and, as often claimed, at a depth beyond the capacity of a single researcher. Melding older, often traditional, disciplinary-based approaches and utilizing sources in novel ways, interdisciplinarity has supposedly taken scholarship to a higher level, yielding fresher, more nuanced, and ultimately more sophisticated analyses.

  • 1 http://www7.nationalacademies.org/interdisciplinary/
  • 2 http://www.dr18.cnrs.fr/iri/

2The practitioners of interdisciplinarity are many, and their growing numbers show no signs of abating. Among the plethora of places encouraging this trend is the Washington-based Committee on Facilitating Interdisciplinary Research which “provide[s] findings, conclusions, and recommendations as to how... interdisciplinary work can be facilitated by funding organizations and academic institutions,”1 and the Interdisciplinary Research Institute in Lille, France, which is “designed to foster interactions between biologists, computer scientists, mathematicians, physicists, chemists and engineers.”2 The fruits from such work are now appearing in relatively new publications such as the Journal of Interdisciplinary History, Journal of Intercultural Studies, Science Communication, and ProtoSociology, sources dedicated to the dissemination of scholarship crossing the boundaries of a single discipline.

  • 3 http://www.augustana.ab.ca/cirla/
  • 4 http://www.sshrc.ca/web/whatsnew/initiatives/transformation/consultation_framework_e.pdf

3Canadian academics and academies have participated with vigour in this trend through new institutes, scholarly programs, and forums for the exchange of ideas, such as the Alberta-based Centre for Interdisciplinary Research in the Liberal Arts which sponsors an annual colloquium and “provid[es] Internet resources to scholars engaged in interdisciplinary research.”3 Granting agencies are also moving in this direction, most notably the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada [SSHRC], In transforming itself - as it began advertising in early 2004 - from a “Granting Council to Knowledge Council,” SSHRC announced its intention to promote the interchange of ideas and methods across disciplines to produce results of greater utility, particularly in areas that will challenge Canadians in the years to come like the “new economy,” healthcare, sustainable development, the environment, and the maintenance of a “civil society that reflects [Canadian] values and diverse heritages.”4

4Canadian university calendars point to an expanding corpus of interdisciplinary programs that, advocates contend, will produce graduates with the breadth of knowledge to truly understand and effectively address the complexity of issues. Some domains are longer established, but have broadened significantly in recent years such as Canadian Studies (where students now delve into History, Geography, Sociology, English, Lettres françaises, Philosophy, Religious Studies, and Political Science) and Women’s Studies (which now involves Criminology, Education, English, History, Human Kinetics, Law, Lettres françaises, Nursing, Pastoral Studies, Political Science, Religious Studies, and Sociology). Newer combinations are further expanding the parameters of inquiry, often to address current issues such as Globalization (the study of which now typically covers Political Science, History, Economics, Geography, Religious Studies, Sociology, and Law), and Population Health (which includes Health Administration, Human Kinetics, Law, Microbiology, Immunology, Nursing, Psychology, and Rehabilitation Science).

5But not everyone is sold, and from several quarters, cautions have been issued. Often heard is that disciplines have their own internal logic, and that to mix methodologies, perhaps to satisfy the latest fad, will produce work of dubious quality. Many ask who, in fact, is expert enough to determine which disciplines are truly complementary. Others wonder whether new interdisciplinary institutes and the trend toward collaborative research will stunt creativity by forcing artificial connections, creating an extra level of bureaucracy, and defining more rigidly the boundaries of inquiry to respect the team approach. And then there is the matter of what students actually learn, namely, will they truly master any area of study or come away with a superficial smattering of knowledge?

6Such concerns should be kept in mind when utilizing this collection of papers which are the product of a May 2004 conference held at the University of Ottawa entitled “Bâtir de nouveaux ponts: sources, méthodes et interdisciplinarité / Building New Bridges: Sources, Methods, and Interdisciplinarity.” The goal of the gathering was to bring together established scholars, newer professors, and graduate students from different disciplines to share knowledge. Over sixty participated from across North America and Europe and together their work covered a vast range - temporally, geographically, methodologically, and evidentiary. Participants came from domains that included Sociology, Demography, Philosophy, History, Fine Arts, Native Studies, Music, Kinesiology, Archaeology, Lettres françaises, English, Canadian Studies, Women’s Studies and African-American Studies. With generous funding from SSHRC and the University of Ottawa’s Faculty of Arts, it became possible to publish a selection of these presentations.

7The editors hope that this collection can be used as something akin to a primer for courses in methodology. It seeks to introduce readers to the possibilities for interdisciplinary research, the potential application and effective utilization of sources, as well as to stimulate debate on the merits of melding approaches from different branches of scholarship.

********

8Qu’ils inventent, avec l’apport d’autres disciplines, de nouvelles sources ou qu’ils repensent l’utilisation de documents de facture plus traditionnelle, les auteurs de ce collectif invitent la communauté des chercheurs à sortir des sentiers battus. Osons ! Voilà leur message commun. La nature expérimentale de plusieurs des contributions indique que les auteurs ont relevé le défi lancé par les organisateurs du colloque et se sont aventurés en terrains moins familiers, traçant ainsi de nouvelles voies pour la recherche. Ces pistes ne sont pas entièrement débrousaillées, loin s’en faut. Par ailleurs, le caractère interdisciplinaire des textes présentés est visible dans les approches préconisées par plusieurs chercheurs, mais fonctionne aussi comme un dialogue entre les auteurs puisque leurs préoccupations se recoupent au fil des contributions, malgré des horizons académiques différents.

9Les premières contributions du recueil mettent les sources textuelles en perspective et montrent qu’elles peuvent être éclairées par d’autres approches et complétées par divers types de documents. L’archéologie est ainsi depuis longtemps la partenaire de l’histoire et c’est grâce à la paléo-ethnobotanique que Charlotte Masemann réussit à dévoiler les secrets de la culture maraîchère à la période médiévale. Ce faisant, elle nous amène à repenser le régime alimentaire des Européens et toute la dynamique de l’économie agroalimentaire médiévale. C’est dans une toute autre direction que nous entraîne ensuite James Hull, qui étudie pour sa part les standards techniques utilisés en génie. Les chiffres et les formules mathématiques deviennent ainsi un discours rationnel à décrypter, discours qui définit à la fois une discipline scientifique et une activité économique. Sources fascinantes s’il en est, les modèles anatomiques analysés par Susan Lamb dévoilent une facette méconnue de l’histoire de la pédagogie médicale et invitent à une réflexion sur notre relation au corps à travers les époques. C’est dans cette même veine que reprend ensuite Lisa Helps qui appelle à une théorisation du corps comme source de connaissance.

10Le dialogue parfois difficile entre littérature et histoire est l’objet du texte de Robert Strong. L’histoire a ainsi contribué à la réinterprétation d’une œuvre importante pour la culture des premières nations aux Etats-Unis, mais le débat reste largement ouvert. Barbara Lorenzkowski nous convie pour sa part à la relecture des manuels scolaires des jeunes Canadiens d’origine allemande du XIXe siècle. Elle construit ainsi un pont entre histoire des pratiques pédagogiques et histoire des communautés ethniques canadiennes.

11Les textes suivants sont le fruit d’une réflexion de certains auteurs sur leur propre parcours de recherche. Hubert Watelet fait le constat que si la pluridisciplinarité fait partie intégrante de l’histoire depuis plusieurs décennies, le réflexe interdisciplinaire n’est pas l’apanage de tous les domaines d’enquête. Il plaide ainsi pour une histoire renouvelée des sentiments qui allierait une exigence de rigueur à une approche pluridisciplinaire. De son côté, Laura E. Ettinger offre une réflexion sur le rôle de l’interviewer dans les enquêtes d’histoire orale en prenant l’exemple de sa propre expérience. Elle insiste sur la position centrale de l’observateur dans le processus d’enquête et sur la nécessité pour ce dernier de se situer franchement par rapport à son sujet, suggérant que cette démarche devrait être commune à tous les historiens vis-à-vis de leurs sources. Pour leur part, Kouky Fianu et Sylvie Perrier se sont livrées à une expérience comparatiste à partir de leurs recherches respectives sur les pratiques sociales de la justice aux époques médiévale et moderne. Si elles adhèrent pleinement à la notion de pluridisciplinarité, elles soulignent également les mérites d’une démarche intradisciplinaire pour contrôler la validité de certaines hypothèses.

12Le quantitatif est au cœur des trois contributions suivantes. Tout d’abord, Vadim Kukushkin propose un traitement sériel des dossiers d’immigrants conservés dans les archives des consulats russes. Malgré leurs défauts, ces documents constituent une source précieuse de renseignements sur l’immigration au Canada au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est aux migrants suisses que s’intéresse quant à lui Samy Khalid. Dans son article, il s’interroge sur la notion d’identité en s’appuyant sur des exemples tirés de deux recensements canadiens successifs. Cristina Bradatan nous montre par ailleurs que les événements politiques du siècle passé ont influencé la définition des catégories utilisées dans les sources démographiques, ce qui peut remettre en question certaines théories qui font actuellement autorité dans ce domaine.

13C’est Jeff Keshen qui entame la dernière section de cet ouvrage collectif, partie consacrée aux médias et aux représentations. À travers les journaux majeurs de l’époque, il nous décrit la vie d’une communauté, celle de la ville d’Ottawa, durant la Première Guerre mondiale. Les monuments consacrés à cette guerre forment d’ailleurs le point de départ de la contribution de Jonathan F. Vance qui analyse la valeur des monuments commémoratifs comme source historique. L’interprétation des monuments artistiques est cependant au cœur de nombreux débats, comme nous le montre ensuite Katherine Romba qui explore le concept d’omission dans les textes interprétatifs d’histoire de l’art. S’intéressant elle aussi aux méthodes d’interprétation de l’art, Mélanie De Groote nous propose un processus méthodologique en partant de l’exemple d’une murale gigantesque illustrant l’histoire de l’Université de Louvain-la-Neuve.

14Les ondes de la radio sont des sources plus difficiles à saisir, aussi Anne F. MacLennan a-t-elle eu recours aux horaires de programmation pour reconstituer l’histoire des premières années de radio-diffusion au Canada en y appliquant des méthodes d’analyse de contenu très rigoureuses, avec une approche qui renouvelle l’historiographie du sujet. De son côté, Caroline Isabelle Caron s’est intéressée à la télévision et prône une utilisation accrue des sources télévisuelles comme mode de compréhension d’une société. Elle montre tout le potentiel de cette démarche en procédant à l’analyse de l’émission Star Trek / Patrouille du Cosmos dans le cadre de la culture du Québec contemporain. Michel S. Beaulieu se livre quant à lui à une défense passionnée, et convaincante, du film comme source historique majeure pour l’histoire du XXe siècle, incitant les historiens à adopter ces documents qui peuvent s’avérer de véritables portes vers le réel.

15Finalement, cet ouvrage collectif se termine par une réflexion générale offerte par notre collègue Chad Gaffield. En se fondant sur l’analyse des recensements canadiens du XIXe siècle, il insiste sur la plasticité des sources, sur leur caractère malléable. En effet, dans les dernières décennies, l’interprétation des recensements a évolué selon les méthodes d’exploitation disponibles, selon les apports d’autres disciplines et selon les questionnements développés par les chercheurs. Il s’agit donc d’une invitation à la créativité et à l’esprit d’aventure, avec les rigueurs méthodologiques qui s’imposent. La diversité rafraîchissante des contributions de cet ouvrage collectif inspirera, nous l’espérons, d’autres chercheurs à suivre cette voie.

Notes

1 http://www7.nationalacademies.org/interdisciplinary/

2 http://www.dr18.cnrs.fr/iri/

3 http://www.augustana.ab.ca/cirla/

4 http://www.sshrc.ca/web/whatsnew/initiatives/transformation/consultation_framework_e.pdf

Auteurs

Professor in the Department of History at the University of Ottawa. Among his publications are Propaganda and Censorship during Canada's Great War and Saints, Sinners and Soldiers: Canada's Second World War

Professeure adjointe au Département d'histoire de l’Université d’Ottawa. Intéressée aux pratiques sociales du droit, elle travaille présentement sur le remariage dans la région toulousaine au XVIIIe siècle et est l'auteure du livre Des enfances protégées. La tutelle des mineurs en France (XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Vincennnes, 1998)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540