Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'institution plurielle

 | 
Yves Bonny
, 
Lise Demailly

Présentation des chapitres

Texte intégral

1Cet ouvrage a été élaboré sur la base d’un séminaire annuel qui a réuni à plusieurs reprises l’ensemble des auteurs. Des lectures critiques répétées des différents textes, y compris l’introduction et la conclusion, ont permis de donner à l’ensemble, non seulement une unité thématique, mais aussi une convergence de perspective, et d’articuler étroitement approches théoriques et conceptuelles et analyse empirique d’institutions spécifiques.

2Lise Demailly (chap. 1) étudie la pluralité et les tensions qui configurent la psychiatrie en croisant une approche historique et une approche analytique. Elle distingue sur l’axe diachronique des tensions permanentes, transhistoriques et transculturelles, des tensions récurrentes associées à la modernité, même si elles prennent des formes renouvelées selon les configurations sociohistoriques, et des tensions proprement contemporaines, liées à des mutations en cours ou à la conjoncture politique. Ces tensions sont regroupées en quatre catégories : cognitives, éthico-politiques, organisationnelles et relatives au mode politique de régulation. Cette double grille de lecture lui permet de mettre en évidence à la fois les contradictions et conflits qui traversent la psychiatrie depuis ses origines (qu’ils concernent les causes, les finalités, les référentiels d’action ou les formes organisationnelles) et les métamorphoses qu’elle connaît aujourd’hui, sources de tensions spécifiques, en particulier à travers son inclusion dans les cadres plus larges de la santé mentale et de la santé publique et l’emprise croissante de modèles managériaux qu’elle appelle néo-bureaucratiques.

3Distinguant elle aussi tensions récurrentes et tensions actuelles à propos de l’institution pénitentiaire, et plus spécifiquement de la prison, Corinne Rostaing (chap. 2) place au centre de son questionnement les tensions que connaît aujourd’hui la prison en régime démocratique du fait en particulier de l’importance prise par la thématique du respect et de la reconnaissance dus à chaque individu. Après avoir examiné les formes contemporaines que prend la tension récurrente entre sécurité et réinsertion, elle analyse les tensions éthico-politiques que génère, dans le cadre d’une société fortement marquée par les valeurs de l’individualisme libéral-démocratique, la réalisation de l’institution dans des agencements matériels et des modalités organisationnelles, opératoires et relationnelles non démocratiques. Elle examine en particulier deux types de tensions : celles relatives à l’indécence des conditions de détention au regard des droits de l’homme ; et celles qui opposent des valeurs culturelles mettant l’accent sur l’autonomie et la responsabilisation des individus et un univers carcéral à caractère particulièrement contraignant et infantilisant.

4C’est dans une perspective similaire que s’inscrit Frédérique Giuliani (chap. 3), qui étudie à travers les dispositifs de soutien à la parentalité, l’institution « protection de l’enfance », au croisement des champs familial et social. Elle centre son analyse sur la tension entre habilitation et contrainte qui caractérise le paradigme actuellement dominant visant à éviter dans la mesure du possible de placer les enfants. L’institution est traversée par une tension majeure entre un référentiel d’action poussant à valoriser les compétences parentales au niveau des discours, de l’organisation pratique des dispositifs et des cérémonies et mises en scène institutionnelles qui les accompagnent, et un ensemble de jugements ou de soupçons de défaillance à l’égard de son public-cible qui sont constitutifs de sa mission. Cela se traduit par un cadre institutionnel fortement coercitif et une attention permanente aux écarts à la norme du « parent naturellement bon », appelant une intervention des professionnels. Après avoir présenté successivement les deux faces de cette tension, elle examine la façon dont celle-ci est gérée en situation par les professionnels, dans la dynamique interactionnelle, à travers la coproduction et la négociation avec les mères accompagnés de critères communs d’appréciation des conduites parentales.

5L’analyse de l’agir professionnel est également au cœur de la contribution de Jean-Paul Payet (chap. 4), qui examine la dynamique de l’agir enseignant et les tensions qui le traversent à partir de deux entrées, par le haut et par le bas. Il met d’abord en évidence la pluralité des cadres de référence qui configurent l’institution scolaire contemporaine et les postures professionnelles associées et en isole trois : le cadre de l’égalité formelle, celui de l’équité et celui de la reconnaissance. Il souligne que cette pluralité de cadres de référence engendre deux types de tensions, internes à chaque cadre et liées à la concurrence entre cadres. Renversant la perspective et se plaçant au niveau de l’expérience ordinaire des enseignants, il examine ensuite la manière dont ils élaborent en situation le sens de leur agir, mobilisant dans certains cas les cadres de référence fournis par l’institution comme ressources d’interprétation et d’action, mais faisant aussi face à tout un ensemble d’occurrences non prévues, irréductibles aux référentiels institutionnels, qui déstabilisent leurs routines professionnelles et les désorientent. Il relativise fortement à la fin de son texte l’image qui pourrait se dégager de cette lecture d’une pluralité et d’une complexité à gérer relevant du seul niveau individuel pour mettre l’accent sur les processus de segmentation des contextes caractérisant le monde scolaire.

6Denis Laforgue (chap. 5) examine lui aussi l’agir professionnel, en centrant son analyse sur les modalités d’intervention institutionnelle et les rapports entretenus entre l’institution et son public-cible. Prenant pour objet d’étude un ensemble d’organisations récentes relevant de l’institution émergente de l’éco-développement, il met en évidence trois modalités idéaltypiques d’intervention institutionnelle : le « travail avec autrui », constituant la nouvelle forme valorisée de l’intervention publique en régime démocratique, le « travail sur autrui », forme plus traditionnelle, et le « travail sans autrui », relevant d’une posture technocratique. Il montre que si l’intervention avec autrui est dotée d’une forte légitimité, elle est confrontée à tout un ensemble d’occurrences problématiques au regard des finalités que poursuit l’institution, lorsque les habitants ne se conforment pas aux attentes des professionnels. Face à celles-ci, face aussi aux pressions qu’ils subissent de la part de leur hiérarchie et des élus, les agents institutionnels mettent en œuvre des modalités d’intervention beaucoup moins coopératives et incitatives, relevant soit de l’injonction normative, soit de l’action technocratique. Mais compte tenu du déficit de légitimité de ces deux modalités au regard des valeurs contemporaines, l’auteur développe l’idée que l’on assiste à la montée en puissance d’une forme hybride d’intervention publique, qu’il nomme le « travail avec autrui normatif ».

7La thématique de l’éco-développement est également au centre de la contribution de Bruno Milly (chap. 6), qui porte sur les transformations caractérisant le projet institutionnel d’aménagement du territoire. La pluralité est analysée ici en termes de dédoublement et de coexistence problématique entre la forme institutionnelle fragilisée de l’« équipement » et la forme alternative du « développement durable », qui monte en puissance et tend à devenir la nouvelle norme, même si elle n’est pas encore complètement stabilisée et légitimée. L’auteur propose dans un premier temps une lecture historique du référentiel de l’équipement, de son développement jusqu’à son apogée – autour des trois compétences de l’urbanisme, du logement et du transport – et de son affaiblissement progressif au profit du référentiel développement durable, notamment à travers les lois issues du « Grenelle de l’environnement », les redécoupages des périmètres des ministères et des administrations déconcentrées, la redéfinition de leurs missions ainsi que des mandats des professionnels. Il examine ensuite, à partir de la sociologie des professions, les tensions engendrées par ces transformations, en distinguant les tensions entre segments professionnels et les tensions intra-individuelles. Il met en particulier en évidence une segmentation au sein des personnels selon les positionnements adoptés à l’égard du « Grenelle », variant selon le domaine de spécialisation mais aussi selon les générations.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable